Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :Du nouveau sur la Solution finale ?
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Débats

Du nouveau sur la Solution finale ?



à propos du dernier livre de Florent Brayard



sur Histoforums

Bonjour !

Il fallait bien un temps de déconnexion, au propre et au figuré, pour prendre connaissance de la thèse de ce jeune chercheur de l’IHTP, sans doute à l’heure qu’il est l’un des plus prometteurs, soutenue en 2002 et éditée chez Fayard il y a quelques semaines sous le titre La "solution finale de la question juive" / La technique, le temps et les catégories de la décision .

A lui seul, le sujet marque une date, l’institut en question ayant surtout produit jusqu’ici, sur la Seconde Guerre mondiale, des travaux franco-français, souvent à propos d’aspects secondaires ou très partiels du tableau. Saluons donc cet effort français pour causer de l’Allemagne, et de l’essentiel, en intégrant les recherches les plus récentes parues sous tous les cieux (enfin presque, les moins exotiques n’étant pas les mieux loties).

Fait non moins remarquable, la 4ème de couverture donne une idée assez juste du contenu (y compris la faute de français finale, qui a quelques consoeurs) :

(...) De 1939 à 1942, la politique antijuive nazie avait connu de profondes mutations, et la "solution finale de la question juive" avait pu recouvrir des projets aussi différents que la transplantation totale des Juifs hors d’Europe ou leur meurtre systématique. C’est cette évolution, parfois hésitante et dont Wannsee fut une étape, que l’auteur décrit en l’inscrivant dans le cours de la guerre et en mettant au jour les soubassements idéologiques qui justifiaient ces politiques. Mais, une fois passée la phase d’élaboration, le moment de la réalisation venu, il n’y eut plus aucune hésitation. Et le moins stupéfiant n’est pas que, au bout du compte, en juin 1942, Hitler avait décidé que la "solution finale" -devenue à présent synonyme de meurtre- devait être achevée en une année : pour cette grande partie de l’Europe occupée par l’Allemagne, elle le fût.

On voit ici, comme le nez au milieu de la figure, ce qui manque à l’ouvrage : une conscience du rôle central de la manipulation dans les "processus de décision" du régime nazi.

Ce livre est tout à fait pionnier dans son analyse des rythmes de la Solution finale. Il souligne en particulier l’importance du printemps 1942, mettant en exergue deux dates fort négligées par les analystes et autres biographes -dont votre serviteur : le 26/4/42, lorsque Hitler réunit le Reichstag pour se faire attribuer les "pleins pouvoirs", essentiellement en matière judiciaire ; et, comme on l’a vu ci-dessus, le mois de juin 1942, où Hitler décide que tout doit être fini en un an, déterminant une formidable accélération du processus.

Cependant, comme on le voit également dans la citation de la 4ème de couv, Florent Brayard a tendance à repousser la Solution finale elle-même, en tant que projet global de meurtre, à ce mois-là. C’est ce qui s’appelle trancher le noeud gordien, puisque jusque là et depuis près de 20 ans le débat se focalisait sur le second semestre de 1941, les uns situant la décision d’extermination vers juillet et d’autres en décembre, avec toutes sortes de variantes intermédiaires.

A mon avis, ce que démontre Brayard, c’est qu’on entre en juin 42 dans une phase de dévoilement total (je veux dire vis-à-vis des principaux exécutants). Mais il a grand tort de penser que jusqu’à une date aussi tardive il y aurait des hésitations. Il y a bien plutôt de subtiles mises en condition.

Voilà donc, une fois de plus, un ouvrage fondamental qu’il importe de lire au second degré.

Je propose que nous y employions les prochaines semaines et en attendant je recommande vivement cette lecture.



Même constat

de Nicolas Bernard (30/12/2004 18:22:34)

Un livre extraordinaire, et pas seulement parce qu’écrit par un historien français - ce qui constitue une rareté. Le processus exterminateur consécutif aux Einsatzgruppen et à Wannsee est présenté sous un jour nouveau et convaincant. Mais si l’évocation des phases précédentes fourmille de précisions, elle succombe trop aux sirènes du fonctionnalisme (les "hésitations et tâtonnements" de la direction nazie) et néglige les manips de Hitler, qui a réussi en vingt ans à imposer - lentement et sûrement - le concept de génocide dans l’esprit de ses adjoints, partisans et compatriotes.



Les réserves de Burrin

de François Delpla (02/01/2005 21:24:03)

Le numéro de L’histoire n’est pas tout à fait aussi enthousiaste sur la thèse de Brayard qu’Evelyne le donne à penser. C’est Burrin qui s’y colle, en quelques lignes assez balancées :

La lecture subtile qu’il fait des documents existants apporte un éclairage important à notre connaissance du problème, même si elle peut être contestée ici et là. Ainsi à propos de la conférence de Wannsee (20 janvier 1942) dont les participants discutèrent clairement, selon le témoignage d’Eichmann, de méthodes de mise à mort.

Voilà qui présage un débat sans complaisance, ce qui n’est pas pour me déplaire. Burrin, qui a (d’après les remerciements) quasiment co-dirigé la thèse avec J-P Azéma et dont les travaux sont loués par Brayard, n’hésite pas à porter une critique assez ravageuse. A Wannsee, d’après Brayard, il n’était encore question que de transport, et Burrin maintient la vision classique, suivant laquelle c’est bien déjà de meurtre qu’il s’agissait. Son argumentation cependant me paraît faible. Le témoignage d’Eichmann est, en l’occurrence très suspect, car son système de défense voulait qu’il ait agi uniquement sur ordre, et il avait donc intérêt à remonter le plus possible la décision du génocide et son explicitation aux subordonnés (je rejoins sur ce point le livre récent de Roseman Ordre du jour génocide, tr. fr. Audibert 2002, p. 105-106).

Je pense cependant qu’au moment de Wannsee la décision d’un massacre général de la population juive européenne (et, si les conditions le permettaient, nord-africaine) est d’ores et déjà prise, mais j’ai utilisé un argument différent dans ma bio de 99 (p. 374-376) :

Himmler non plus n’est pas à Wannsee. La séance est présidée par Reinhardt Heydrich. Outre Adolf Eichmann, qui rédige le procès verbal, il y a là des cadres de la SS et des représentants au plus haut niveau, hors celui de ministre, de tous les ministères civils qui vont être mis à contribution dans la rafle et le transport des onze millions de Juifs dont le sort est à l’ordre du jour. Treize personnes en tout, à moins qu’il ne s’agisse que de ceux qui ont pris la parole et qu’il y ait eu en outre dans la salle des muets non recensés. En tout cas, aucun des grands dignitaires du régime, à part Heydrich, ne semble avoir été présent.

Avant d’aller plus loin, je voudrais faire un léger détour par une affaire qui a défrayé la chronique française en 1996. Deux octogénaires jusque là bien considérés se sont mis au ban de l’opinion majoritaire, le philosophe Roger Garaudy, ancien dirigeant communiste, et l’abbé Pierre, connu pour son action demi-séculaire en faveur des pauvres. L’un a brusquement versé, par un livre auto-édité, dans la négation des chambres à gaz, et l’autre l’a soutenu, en n’exprimant pas clairement les mêmes positions, mais en saluant son « érudition », en produisant de louches attendus sur les forces qui entendaient le baîllonner et en réclamant un « débat sur la Shoah ».

Garaudy reprochait notamment aux historiens qu’il prenait pour cible de mal lire le compte rendu, signé Eichmann, de la conférence de Wannsee. Il n’y est pas, en effet, question de chambres à gaz, ni même de meurtre, du moins dans l’immédiat. Les personnes raflées devraient, dit le texte, être dirigées vers des « camps de travail », où certes beaucoup mourraient et dont les survivants devraient faire, dans un avenir mal défini, l’objet d’un « traitement spécial » c’est-à-dire, sans nul doute, d’une exécution. Ce traitement aurait en effet pour but d’éviter que le processus aboutisse à la création, par sélection naturelle, d’une nouvelle race d’élite. Garaudy omettait de constater que ce texte programmait la mort non pas de six (chiffre classique, considéré par lui comme très surévalué), mais de onze millions de personnes de tous âges, en raison de leur appartenance ethnique. Il se gardait, d’autre part, de remarquer un petit mot, des plus symptomatiques : à l’arrivée dans les camps, on devait mettre au travail « les valides ». Et les autres ? Là est, bien entendu, la place des chambres à gaz (et autres moyens d’extermination rapide) et on peut lire ici, indirectement mais en toute clarté, une confirmation des scènes cent fois décrites de brutal triage à la descente des trains, où les enfants étaient arrachés aux mères jugées bonnes pour le travail avec la fallacieuse promesse qu’elles les « retrouveraient au camp ».

Cependant, Garaudy avait raison sur un point : on n’a pas le droit de déduire les chambres à gaz, ou toute forme de meurtre de masse à l’arrivée aux camps, de la simple expression « solution finale », qui ne les implique pas nécessairement, et de dire que cette expression était entre les nazis un « langage convenu », où tout le monde entendait autre chose que l’extermination lente par le travail. Postuler cela, c’est déroger à la rigueur historique, qui exige qu’on avance pour preuve des textes qui vont dans le sens de ce qu’on affirme et non en sens inverse, au prix de considérations fumeuses sur le fait que précisément leur auteur veut dire le contraire de ce qu’il dit.

Mais il existe un moyen, et à ma connaissance un seul , de concilier les aveux et les pudeurs de ce texte : c’est de supposer que l’information des participants à la réunion est différenciée. A coup sûr Heydrich sait de quoi il est question, puisque cette solution finale consistant à mettre les uns au travail, les autres dans des fosses communes et bientôt des crématoires, il la met en oeuvre depuis des semaines en Pologne. Probablement les autres cadres SS présents, associés de près à cette besogne, en savent autant. Mais ceux des ministères civils n’en ont nul besoin. On leur demande simplement d’arrêter et de transporter. La phrase sur « les valides » leur permet d’en subodorer davantage, aux risques et périls de leur conscience. Mais ils peuvent aussi se persuader que leur coopération ne fait pas d’eux, à coup sûr, des assassins. C’est bien pourquoi, après de nombreux mois de pratique qui leur ont permis de méditer sur tous ces trains revenus vides et de recueillir le flot montant des rumeurs, Himmler mettra brutalement les choses au point, le 6 octobre 1943. A Wannsee, il ne s’agissait que de leur mettre le doigt dans l’engrenage. A Posen, on leur révèle cyniquement qu’ils se sont fait piéger et sont passibles du châtiment suprême qu’annonce, au même moment, la propagande ennemie. L’exemple de Wannsee peut être extrapolé à l’infini. Le crime, dans le Troisième Reich, n’est pas un principe ou un système. C’est une mission précise et datée, donnée à un individu ou à un groupe par le Führer -directement ou à travers une courte chaîne d’intermédiaires. Et le cloisonnement est de règle, comme le montre une réflexion de Speer dans son journal de Spandau, juste après le verdict de Nuremberg. En prison, il croise le docteur Karl Brandt et se remémore que son dernier voyage à Berlin, en avril 1945, avait pour objet, entre autres, de plaider sa grâce auprès de Hitler qui l’avait condamné à mort. Il poursuit :

"J’apprends qu’il est gravement compromis par des expériences pratiquées sur des êtres humains. Nous nous étions souvent rencontrés, nous parlions de Hitler, nous nous moquions de Gِöring, nous nous indignions du sybaritisme qui entourait Hitler et du comportement de tous les parasites du parti. Jamais il ne m’aurait révélé son activité, pas plus que je ne lui aurais confié que nous travaillions à des fusées prévues pour réduire Londres en gravats et en cendres. Même en évoquant nos propres morts nous ne parlions que de « pertes », devenus maîtres dans l’art d’inventer des euphémismes pour remplacer certains vocables."

Une telle coordination dans l’art de taire l’indicible ne peut avoir qu’un auteur et point n’est besoin de s’interroger longuement sur son identité.

Ce que je trouve intéressant dans le travail de Brayard, c’est qu’il permet d’affiner encore la description des dissimulations hitlériennes. Après tout, il est possible que même certains cadres SS, et même Eichmann (mais certes pas Heydrich) aient alors ignoré l’ampleur du projet meurtrier et le rythme effréné de sa mise en oeuvre. Cependant Brayard s’oppose (curieusement sans la citer, alors que d’habitude il n’est pas avare de références) à l’analyse ci-dessus sur "les valides" (p. 422) :

[Les Juifs incapables de travailler] ne furent pas cités par Heydrich lors de la conférence de Wannsee. Dans cette lacune, on a souvent voulu voir la promesse d’un meurtre -perpétré dans les chambres à gaz de quelque camp d’extermination, comme ce serait effectivement le cas dans la configuration ultime de la "solution finale", quelques mois plus tard, au printemps 1942. Il s’agit là, cependant, d’une projection rétrospective qui fait l’impasse sur les évolutions très sensibles intervenues au cours des mois suivants.

Je souhaite que beaucoup interviennent pour que nous nous aidions à mieux percevoir les détours de la manoeuvre hitlérienne sur ce sujet crucial, en tirant le meilleur parti des données dégagées par Brayard.



... me paraissent justifiées

de Nicolas Bernard (03/01/2005 01:29:38)

en réponse à Les réserves de Burrin de François Delpla (02/01/2005 21:24:03)

Si je me rallie à ton idée selon laquelle, "au moment de Wannsee la décision d’un massacre général de la population juive européenne (et, si les conditions le permettaient, nord-africaine) est d’ores et déjà prise", je ne suis absolument pas convaincu qu’il n’a pas été question de meurtre à Wannsee. Tout d’abord, parce que rares (ou inexistants) sont les historiens à dénier à Wannsee tout aspect génocidaire - tu cites d’ailleurs Mark Roseman (Ordre du jour : génocide, Audibert, 2002, p. 99-113 et 119-137) qui pourtant, s’il se montre prudent à l’égard du témoignage d’Eichmann, estime que le Protocole de Wannsee envisage explicitement le massacre de tous les Juifs (p. 106), et a tendance à penser que les méthodes de massacre ont été exposées.

Dans ce contexte, il n’est pas tout à fait vrai, comme tu l’écris, que "d’après Brayard, il n’était encore question que de transport" à Wannsee : Brayard mentionne bel et bien que la conférence de Wannsee indiquait l’objectif de Heydrich, le compte-rendu de la conférence révélant "le caractère à présent génocidaire du projet nazi. Tous les Juifs, 11 millions de Juifs européens, devraient mourir, soit, pour le plus grand nombre, du fait des terribles conditions de vie qui leur seraient imposées, soit, pour les plus résistants d’entre eux, au bout d’une période non précisée, mais suffisamment longue pour que le recours à la séparation des sexes eût un sens, par le meurtre - ce "traitement approprié". D’une certaine manière, le dispositif présenté à Wannsee était conforme à la logique de la prophétie [hitlérienne du 30 janvier 1939] en ceci que l’extinction du peuple juif serait le résultat des lois de la nature, auxquelles Hitler faisait souvent référence, et dont le bras du bourreau allemand se ferait simplement l’auxiliaire, au terme du processus." (Brayard, La "Solution finale de la Question juive". La technique, le temps et les catégories de la décision, Fayard, 2004, p. 406)

En d’autres termes, selon Brayard, l’objet de la conférence portait bel et bien sur l’extermination des Juifs, mais cet historien estime qu’elle se fera par la décimation dans des camps de travail et d’immenses chantiers de construction, tandis que les survivants seront assassinés dans un avenir non défini. Burrin, de son côté, estime que les participants à la conférence ont bel et bien évoqué les méthodes d’annihilation de masse, et il existe plusieurs indices en ce sens. La fracture entre ces deux auteurs se situe là : les deux reconnaissent que Wannsee expose le génocide, mais sont en désaccord sur le point de savoir si les moyens de ce génocide ont été précisément évoqués.

Sur le premier point, rappelons donc le texte du Protocole, qui évoque les Juifs "aptes au travail" : "Formés en colonnes de travail, les juifs *valides*, hommes d’un côté, femmes de l’autre, seront amenés dans ces territoires pour construire des routes ; il va sans dire qu’une grande partie d’entre eux s’éliminera tout naturellement par son état de déficience physique." Himmler, le 26 janvier 1942, avait averti l’Inspecteur des Camps de Concentration (département économique), Richard Glücks, qu’il ne fallait plus attendre de prisonniers de guerre soviétiques dans un futur proche. Aussi compenserait-on ce manque par l’utilisation de déportés juifs. "Dans les quatre prochaines semaines, écrivait Himmler, préparez-vous à recevoir 100 000 juifs et plus de 50 000 juives dans les camps de concentration. Dans les prochaines semaines, les camps de concentration auront à faire face à des tâches économiques importantes." (Peter Padfield, Himmler, Cassel, 2001, p. 362 ; Richard Breitman, The architect of genocide, Brandeis University Press, 1992, p. 234)

D’autre part, en Galicie, de Lvov à l’Ukraine occupée, des dizaines de milliers de juifs étaient chargés de la construction de la route de transit IV, la Durchgangstrasse IV - qu’évoque Brayard. Ces travaux, qui coûtèrent la vie à des dizaines de milliers d’esclaves, furent entamés dès l’automne 1941. Les juifs étaient soumis à des conditions de vie effroyables dans des "camps provisoires" : il s’agissait bien évidemment de faire mourir les "juifs superflus", mais avec un rendement économique, à la différence des unités mobiles de tuerie qui exterminaient à la même époque les juifs soviétiques : http://www.1939-45.org/articles/einz1.htm

Cette route était destinée à l’armée allemande. Le projet fut conçu par l’organisation Todt. Les SS se chargèrent du recrutement des "travailleurs" : traduisez, la déportation. L’opération se poursuivit jusqu’en 1944, jusqu’à l’arrivée des Soviétiques. Voir : http://www.nizkor.org/hweb/people/c/carmelly-felicia/transnistria-forgotten-cemetary.html http://www.ghwk.de/engl/textengl4.htm

Plus d’informations dans le message de Gilles Karmasyn : http://www.phdn.org/news.php ?gilkarm-D2A46C.02164110042001%40news.worldnet.net

Heydrich faisait ainsi explicitement référence au projet Durchgangstrasse IV lorsqu’il évoquait la "sélection naturelle". Un moyen de mise à mort parmi d’autres. Je cite à nouveau le procès-verbal de l’interrogatoire d’Eichmann :

Less. - Imaginons, par exemple, un homme qui doit accomplir un dur travail physique et qui ne reçoit pas suffisamment de nourriture ; il devient de plus en plus faible, à tel point qu’il est victime d’une crise cardiaque. Eichmann. - Un tel cas aurait certainement été signalé comme "élimination naturelle" par le service responsable à l’Est et bien évidemment, à l’Office central de Sûreté du Reich, il serait tombé dans la rubrique "élimination naturelle". (Eichmann par Eichmann, op. cit., p. 125)

Rappelons qu’il s’agit là du sort qui attendait les juifs valides, tel qu’il l’est indiqué dans le compte-rendu, qui ajoute que "le résidu qui subsisterait en fin de compte - et qu’il faut considérer comme la partie la plus résistante - devra être considéré et traité en conséquence. En effet, l’expérience de l’histoire a montré que, libérée, cette élite naturelle porte en germe les éléments d’une nouvelle renaissance juive." Il faut le comprendre ainsi : ce "résidu" (sic) sera éliminé, pour éviter justement toute vengeance des juifs. Extrait de l’interrogatoire d’Eichmann :

Less. - Que signifient les mots : "devra... être traité et considéré comme résistant" ? Eichmann. - Qu’il fallait les tuer, certainement. (Eichmann par Eichmann, Grasset, 1971, p. 125)

Les Juifs "aptes au travail" seraient donc terrassés par les conditions de travail, et les survivants seraient achevés par le meurtre. Quid des autres, les "inaptes au travail" ? Leur sort n’est pas évoqué par le compte-rendu. Un silence éloquent, et qui n’a guère troublé les nazis : exemple, à Riga, où le SD fusille ou gaze des déportés juifs allemands dès février 1942 car "inaptes au travail". Et ainsi de suite... (cf. Christian Gerlach, Sur la conférence de Wannsee, Liana Levi, 1999, p. 82)

A ce sujet, Brayard passe beaucoup trop vite (et donc, de manière fort peu convaincante) sur ce passage, hautement révélateur, du procès-verbal de la conférence : "Le secrétaire d’Etat Dr. Bühler déclare que le Gouvernement général serait heureux de voir la solution finale de cette question entreprise au Gouvernement général, parce que le problème des transports n’y présente qu’un caractère secondaire et que les problèmes de main d’oeuvre ne s’opposeront pas à l’action. Les juifs devront être éloignés le plus possible du territoire du Gouvernement général parce que le juif y constitue, comme porteur de germes, un danger considérable et qu’il trouble constamment la structure économique du pays par le marché noir qu’il pratique sans cesse. Des deux millions et demi de juifs qui seraient touchés par ces mesures, la majorité, de toute façon, est inapte au travail."

Commentaire d’Eichmann, interrogé par l’Israélien Avner Less avant son procès : Less. - Qu’est-ce que [Bühler] voulait dire par là ? Eichmann. - Qu’ils devaient être tués. (in Eichmann par Eichmann, Grasset, 1971, p. 128-129)

Les "inaptes au travail" devaient donc être exterminés. L’absence de mention de leur sort correspond vraisemblablement à une prudence rhétorique... Il est en effet facile de déduire leur extermination à partir de l’évocation des Juifs "valides", décimés et destinés à être achevés pour prévenir l’idée d’une "renaissance juive" : pourquoi parler de "renaissance" s’il n’est pas prévu d’éradiquer les Juifs d’Europe ? En ce sens, les réticences de Brayard ne me convainquent pas.

Rappelons d’ailleurs que Josef Bühler était l’adjoint de Hans Frank, le gouverneur général de l’ex-Pologne, ce qui n’avait pas été annexé par les Allemands en 1939 (ni par les Soviétiques). Le Gouvernement général avait été transformé en véritable mouroir, parsemé de ghettos pour la population juive, qui se chiffrait en millions d’individus (de 2 à 3 millions selon les statistiques nazies). Frank était à dire vrai impatient de régler au plus vite le "problème" posé par la présence des juifs sur le territoire du Gouvernement général. Il n’avait jamais dissimulé son mécontentement face aux déportations de juifs polonais vers les ghettos mis en place au sein de ce qu’il considérait comme étant son royaume. D’où cette satisfaction à peine contenue lorsque les invitations adressées par Heydrich le 29 novembre 1941 arrivèrent au siège du gouvernement nazi, à Cracovie, rebaptisée Krakau. "Dans le Gouvernement général, l’annonce de la conférence, même si tous n’en parlaient pas, occupait tous les esprits. Brûlant d’impatience, Frank expédia à Berlin le secrétaire d’Etat Bühler pour sonder Heydrich. Lors d’un entretien personnel qu’il eut avec le chef du RSHA, Bühler apprit tout ce qu’il y avait à savoir." (in Raul Hilberg, La destruction des juifs d’Europe, Gallimard, 1991, vol. 2, p. 347)

Or il existe une preuve formelle que Heydrich avait évoqué l’extermination des juifs du Gouvernement général avec Bühler : la réaction de Frank lui-même, en date du 16 décembre 1941. Ce jour là, Frank expose les considérations suivantes au cours d’une session du Gouvernement : http://www.phdn.org/negation/documents/frank.html

Certes, tout n’est pas encore dit. Frank ignore-t-il encore que le territoire du Gouvernement général sera choisi pour y installer des centres de mise à mort ? En effet, l’extermination se produira donc, non pas "à l’Est", comme le suggère le Gouverneur, mais... en ex-Pologne. Cela dit, un camp d’extermination existe déjà, en ex-Pologne, dans le Warthegau. Un autre, Belzec, est en construction dans le district de Lublin, qui, lui, est inclus dans le Gouvernement général.

Que les participants aient été mis au courant de la finalité exterminationniste du projet hitlérien est par ailleurs confirmé par toutes ces controverses ardues relatives à la question des Mischlinge, les "demi-juifs" ou "quart-de-juifs" : dans certains cas, les Mischlinge seront "évacués". Dans d’autres, ils seront stérilisés. Dans d’autres encore, ils seront envoyés au "ghetto des vieillards", Theresienstadt, où ils seront soumis à un traitement moins barbare qu’ailleurs.

La question n’est donc pas vraiment de savoir s’il a été question d’extermination à Wannsee : la lecture du compte-rendu d’Eichmann, le témoignage de ce dernier tant devant son interrogateur Avner Less qu’au cours des audiences de son procès, le contexte général de la politique antisémite du IIIe Reich et la suite donnée à ladite politique l’indiquent formellement. Non, le problème est, comme le souligne Burrin, de savoir s’il a été directement question des moyens de mise à mort à Wannsee. Mais outre l’objet même de la conférence, diverses données - au moins deux - sont de nature à le confirmer - ce qui m’amène à considérer que Burrin est fondé à reprocher à Brayard d’admettre le contraire.

En premier lieu vient le témoignage d’Eichmann, le rédacteur du compte-rendu, qui a reconnu à son procès à Jérusalem que les dirigeants nazis avaient parlé d’extermination en des termes précis :

Accusé Eichmann. - Tout ce que je sais est que ces messieurs se réunirent et alors, en termes crus - ils n’employaient pas ce langage que je me devais d’utiliser dans nos comptes-rendus, mais des expressions sans ambiguité aucune, abordèrent le sujet dans mâcher leurs mots. Le souvenir que j’ai gardé de tout cela serait confus si je ne m’étais pas rappelé de m’être dit à moi-même à l’époque : regarde, regarde bien Stuckart que l’on a toujours pris pour un bureaucrate respectueux des lois, toujours pointileux, et tatillon, quel ton maintenant il emploie. Le langage de ces messieurs n’était absolument pas conforme à celui des procès-verbaux. Je voudrais ajouter que c’est la seule chose de cette conférence dont le souvenir soit resté encore bien clair dans mon esprit. Le président. - Qu’a-t-il dit sur le sujet ? Accusé Eichmann. - En particulier, Monsieur le Président, j’aimerais... Le procureur. - Non, pas en particulier - en général ! Accusé Eichmann. - La discussion traita de meurtres, d’élimination et d’annihilation. (cf. Gerald Fleming, Hitler et la Solution finale, Julliard, 1988, p. 127)

Certes, Eichmann a intérêt à se couvrir. Mais la méthode qu’il a choisie est plutôt de se dénier tout rôle décisionnel : il maintiendra qu’il n’a fait que prendre des notes en vue de rédiger le compte-rendu, en bref qu’il a agi en brave petit scribe-fonctionnaire. Au contraire des autres participants de la conférence jugés par les Alliés après la guerre (dont Wilhelm Stuckart - qui sera d’ailleurs contredit sur ce point par son adjoint Bernhard Lِsener), Eichmann ne va pas prétendre qu’il n’a nullement été question d’extermination à Wannsee : il reconnaît que Heydrich et ses invités ont discuté de l’élimination des Juifs, mais ses aveux s’arrêtent là - il n’a fait que rendre compte de ce qui a été dit, en l’aseptisant pour les archives. Evidemment, on sait ce qu’il en a été : Eichmann, en tant que coordinateur des transports liés à la déportation, a joué un rôle de tout premier plan dans l’exécution de la politique nazie d’extermination.

Pour revenir au sujet, un autre élément mérite d’être souligné, à savoir la présence de gradés SS de la Sécurité d’Etat nazie à la conférence :

-  le SS Gruppenführer Otto Hofmann (Office central pour la race et la colonisation) ;
-  le SS Gruppenführer Heinrich Muller (Office Central de la Sécurité du Reich - Müller était chef de la Gestapo) ;
-  le SS Obersturmbannführer Adolf Eichmann (Office Central de la Sécurité du Reich) ;
-  le SS Oberführer Dr Karl Schِngarth, Commandant en chef des services de sécurité du Gouvernement général (ex-Pologne) ;
-  le SS Sturmbannführer Rudolf Lange, chef de la Sécurité pour la Lettonie, représentant du Commandant en chef de la police de sûreté et du service de sécurité au Commissariat du Reich de l’Ostland. Agrégé de massacre à la mitrailleuse dans les Etats baltes qui plus est.

Que pouvait donc faire un SS comme Lange à Wannsee ? Admettons que la présence d’Eichmann se soit limité à la prise en note des échanges verbaux ; que celle d’Hoffman ait cherché à évoquer la colonisation aryenne ; que celle de Müller ait pu correspondre à l’idée de mentionner les conditions globales de sécurité - idem pour Schِngarth, à la rigueur. Mais Lange ?

La seule et unique expérience de Lange reposait dans la manière de mettre à mort son prochain. Il avait supervisé des exécutions par balles, en Lituanie et en Ostland. Sans doute était-il au courant des gazages de Chelmno, dans le Warthegau, cette région occidentale de l’ex-Pologne, annexée par l’Allemagne. Ces gazages avaient démarré dans la première semaine de décembre 1941. Gerald Fleming (op. cit., p. 126-129) note d’ailleurs que le report de la conférence de Wannsee, prévue initialement pour le 9 décembre, était peut-être lié au fait que Lange était indisponible pour cause de supervisation de massacre dans les territoires ex-soviétiques, et non à l’attaque de Pearl Harbor comme on le croit généralement...

La présence de Lange ne pouvait, à mon avis, que répondre à la nécessité d’évoquer les méthodes de mise à mort. Il était le mieux qualifié pour ce faire.

Autrement dit :

1) l’objet de la conférence de Wannsee portait bel et bien sur l’annihilation des Juifs d’Europe ; 2) il n’y a vraisemblablement pas eu d’information différenciée : tous les invités, au sortir de la conférence (au demeurant fort brève), avaient été briefés - probablement par Rudolf Lange - sur les méthodes d’extermination prévues : fusillades, gazages, famine, travail d’esclave. Il s’agissait pour Hitler et Heydrich de clarifier les aléas bureaucratiques de la machinerie du meurtre de masse, et surtout de mouiller toutes les administrations dans le génocide à venir.

Certes, me dira-t-on, cette compromission s’effectue également au cours des séminaires de Posen d’octobre 1943. Mais à la différence de Wannsee, Posen réunit tout un parterre de dignitaires nazis, et ne remplit qu’un objectif d’information massive (pour compromettre tout aussi massivement, donc) : Wannsee, de son côté, constitue une transmission des directives hitlériennes et l’implication administrative et technique des administrations allemandes dont la participation à l’extermination est jugée nécessaire.



Problème de la durée

de François Delpla (03/01/2005 06:52:23)

L’apport spécifique de Brayard, c’est de montrer l’accélération de juin 42 en la mettant en relation avec les pleins pouvoirs pris par Hitler et son ordre que tout soit bouclé en un an. Il pousse son bouchon trop loin en nettoyant Wannsee d’une bonne part de ses visées génocidaires, et surtout en estimant que les projets de "traitement spécial" pour ses survivants pourraient signifier une stérilisation, voire une simple séparation indéfinie des sexes ! Mais c’est surtout sur la durée du processus qu’il fait porter son raisonnement : l’élimination des Juifs pourrait prendre une génération ou deux et Goebbels l’écrit encore en mars 42. Cela prouve d’après lui que la décision n’est ni prise, ni objet d’un début d’application déjà bien avancé. Il est tout simplement aveugle à la dimension planificatrice de l’action hitlérienne et au souci corollaire de mettre aux gens le pied à l’étrier en douceur. C’est au point que par moment on croirait du Goldhagen. Les nazis, voire les Allemands auraient été nombreux à vouloir génocider et s’ils ne disent pas clairement qu’ils veulent et vont le faire, c’est que le feu vert d’en haut se fait attendre !

On peut évidemment lire les choses tout autrement et à mon avis on le doit. Hitler a souvent dit, dans bien des domaines, que des projets ne se matérialiseraient pas avant des années, alors qu’il avait l’intention de les mettre en oeuvre dans quelques semaines. Cela échappe complètement à l’auteur.



Tout à fait d’accord

de Nicolas Bernard (03/01/2005 13:06:35)

L’idée que, s’agissant du génocide juif, la méthode hitlérienne consiste à "mettre aux gens le pied à l’étrier en douceur" me paraît d’ailleurs s’appliquer au cas des Einsatzgruppen.

Après la guerre, les chefs de ces unités mobiles de tuerie prétendront avoir obéi à un ordre d’extermination des Juifs soviétiques donné avant l’invasion de la Russie. Or, on sait que leurs tueurs n’extermineront pas immédiatement tous les Juifs soviétiques, et qu’il faudra attendre des directives de Himmler données à la mi-août 1941 pour étendre le massacre aux femmes et aux enfants.

Certes, des briefings préparatoires avaient eu lieu à Berlin et à Pretzsch (lieu de constitution des groupes) en juin 1941. Le 17 juin, notamment, Heydrich insistait sur la nécessité de prendre des mesures préventives contre des "ennemis potentiels" : commissaires politiques, partisans, juifs. Certains commandants SS, comme Rudolf Lange (Einsatzkommando 2), ont interprété ces ordres de manière large et ont estimé que les ordres d’exécutions concernaient la population juive dans son ensemble. D’autres, comme Erwin Schulz, de l’Einsatzkommando 5, n’ont pas été de cet avis, mais ont fini par l’admettre en juillet-août.

Ce qui fait dire à Burrin dans son Hitler et les Juifs que la décision d’exterminer les Juifs soviétiques n’a pas été prise avant les premiers épisodes de l’opération Barbarossa.

Mais Philippe Marguerat, in « Le IIIe Reich, l’invation de l’URSS et le génocide juif (juin-juillet 1941) » (Revue historique, n° 597, janvier-mars 1996), contredit efficacement cette opinion, en montrant que Burrin n’a pas su déceler la spécificité de ses sources (un rapport d’Einsatzgruppe n’a pas la même valeur, ni le même objectif, qu’un document émanant des HSSPF pour les territoires ex-soviétiques). Marguerat montre bien que ce qui a empêché les Einsatzgruppen de tuer immédiatement tous les Juifs tombés entre leurs mains, c’est l’ampleur de la tache à accomplir, et la nécessité de coller le train aux premières lignes de la Wehrmacht, qui avalait des dizaines de kilomètres par jour. Les SS s’efforçaient donc de prendre des mesures provisoires, allant de la création de Conseils juifs à la stimulation de pogromes par les Polonais, les Baltes, les Ukrainiens, en attendant leur retour... Dès lors, ce qui a poussé à ne pas tuer tout le monde immédiatement n’est pas l’absence de directive hitlérienne en ce sens, mais des impératifs techniques.

Il existe un moyen de concilier Marguerat et Burrin, et je l’avais fait remarquer au cours d’une conférence donnée par Christian Ingrao, spécialiste français des Einsatzgruppen - encore très marqué par la thèse de Burrin mais qui n’a pas rejeté l’hypothèse. A savoir que les chefs de ces unités mobiles de tuerie ont été sélectivement informés avant la campagne, afin de les pousser tous, mais selon des durées variées, dans le même sens : l’éradication de tous les Juifs soviétiques. Conscients du caractère radical de la tache à accomplir, Hitler et Heydrich s’efforcent d’impliquer ces chefs SS en douceur, selon leur pédigrée et leurs moyens, tout en camouflant leurs propres responsabilités derrière un langage vague et codé. Certains SS, tout-à-fait fiables et brutaux, tels que Rudolf Lange, savent donc immédiatement à quoi s’en tenir. D’autres, tels que Schulz, ne seront mis devant le fait accompli qu’au bout de quelques semaines.

Il ne faut en effet pas oublier que la plupart des chefs SS recrutés pour cette mission ne sont pas des alliés de Heydrich - je songe en particulier à Arthur Nebe (chef de l’Einsatzgruppe B) et à Otto Ohlendorf (chef de l’Einsatzgruppe D). Si Hitler et Heydrich pensent d’abord à couvrir leurs arrières grâce aux habituelles précautions de langage sur le "judeo-bolchévisme", ils envisagent également de compromettre ces SS dans un sale boulot dont il est prévu qu’il sera supervisé par leur rival en chef, le blond Reinhard - et c’est dans ce cadre qu’intervient le 31 juillet 1941 la fameuse lettre de Gِöring lui confiant le soin d’organiser la Solution finale. Mais cette compromission est soigneusement personnalisée, afin de mieux faire passer la pilule et préparer les esprits au grand projet de génocide à l’échelle européenne. Aussi certains SS savent-ils dès avant l’invasion, tandis que d’autres ne seront véritablement contraints à mettre le pied à l’étrier qu’au cours de la campagne...



Pourrais-tu préciser ?

de François Delpla (03/01/2005 17:35:36)

un rapport d’Einsatzgruppe n’a pas la même valeur, ni le même objectif, qu’un document émanant des HSSPF pour les territoires ex-soviétiques. ******************************************************

Ca me paraît passionnant et je ne suis peut-être pas le seul à souhaiter un développement !



Ouaip, mais demain (il est déjà bien tard)

de Nicolas Bernard (04/01/2005 00:09:31)

Mais en attendant et pour faire bref, Marguerat tient compte des hiérarchies et sphères de compétence administratives, en précisant ce détail : les rapports des chefs de Einsatzgruppen (en particulier le fameux rapport Stahlecker) sont à usage interne, destinés à Heydrich, tandis que les autres sources - en particulier les rapports et directives concernant les HSSPF - sont à usage... disons, "diplomatique", destinés à être éventuellement connus des autorités militaires et civiles. Une distinction majeure, qui explique certaines précautions de langage vis-à-vis des HSSPF (des hommes de Himmler, pas du RSHA, en contact avec les autorités d’occupation et l’armée), car il s’agit éviter les fuites. A côté, un rapport de Einsatzgruppen directement adressé au RSHA acquiert une valeur documentaire plus grande, car non destiné à être lu par quiconque ne ferait pas partie du cercle des initiés à la tête de cet organisme.

Selon Marguerat, Heydrich a donné l’ordre d’exterminer les Juifs soviétiques avant la campagne, mais cherchait à ne point affoler l’armée, dont il n’était pas encore totalement certain de la réaction : d’où ces précautions stylistiques, et sa manipulation des HSSPF, lesquels, de par leur statut administratif, étaient en contact avec les militaires et risquaient de dévoiler la véritable nature de la mission des Einsatzgruppen, censés officiellement lutter contre la guérilla et anéantir l’intelligentsia judéo-communiste, et non massacrer tous les Juifs. Mais j’y reviendrai.



Or donc...

de Nicolas Bernard (04/01/2005 16:02:33)

Marguerat, à la différence de Burrin, opère une véritable distinction des sources accessibles, qu’il énumère comme suit :

1) Les témoignages des responsables des Einsatzgruppen lors des procès d’après-guerre : leur valeur est relative, en particulier parce qu’ils se contredisent, et répondent à une stratégie de défense.

2) les "actes de commandement" : "documents émanant de hauts dignitaires du régime ou des instances supérieures de la Ss relatant des décisions ou consignant des ordres relatifs au traitement des juifs" (p. 156), postérieurs au 22 juin 1941.

3) Les rapports d’ensemble rédigés par des chefs d’Einsatzgruppen ou d’Einsatzkommandos entre novembre 1941 et janvier 1942, dont trois nous sont restés (dont celui de Stahlecker, chef du Groupe A). A la différence de la plupart des autres documents, ils sont destinés au seul RSHA, et de ce point de vue Marguerat leur accorde une importance significative.

4) Les rapports dits Eireignismeldungen, établis quotidiennement et retraçant l’activité journalière des diverses unités mobiles de tuerie : Marguerat rappelle avec pertinence que ces documents sont confectionnés au RSHA par Heinrich Müller - l’un des seconds couteaux de Heydrich, présent d’ailleurs à Wannsee - et destinés à une diffusion plus larges que les documents précédents, "ce qui fait peser sur eux l’hypothèque de la censure", d’autant que Müller, selon certaines dépositions, "aurait fait procéder à des modifications et des remaniements, en fonction précisément des impératifs de la diffusion" (p. 157). Il semble que l’OKW y ait eu par exemple accès.

5) Les rapports dits Tätikgeits und Lageberichte, rapports de synthèse composés tous les 15 jours au RSHA et destinés à une diffusion encore plus large - Marguerat rappelle qu’on en retrouvera à l’Auswärtiges Amt...

Conclusion de cet historien : "A l’exception du rapport Stahlecker, à destination ultra-confidentielle, elles sont toutes exposées à la censure et au masquage : les unes - rapports - parce qu’elles sont conçues comme des moyens d’information plus ou moins large ; les autres - actes de commandement - parce que certains actes s’adressent à de nombreux destinataires, avec risques de fuite." (p. 158)

Or, la suite de l’étude de Marguerat montre que les documents à usage interne sont plus précis quant aux objectifs posés que toutes les autres sources. Ainsi en est-il du télégramme confidentiel de Heydrich adressé aux Einsatzgruppen le 29 juin 1941 et rappelant à leurs responsables les directives orales données à Berlin le 17 juin 1941 et qui consistent "à provoquer, sans laisser de traces, des pogroms, à les intensifier, si nécessaire et à les diriger dans la bonne voie". Or, ces derniers termes sont réutilisés dans le rapport Stahlecker, transmis en janvier 1942 mais vraisemblablement rédigé dans la seconde moitié d’octobre 1941 : "la tâche de la Police de Sécurité consistait à mettre en train les pogroms et à les diriger dans la bonne voie, afin d’atteindre aussitôt que possible le but fixé par l’épuration" (l’extermination des Juifs soviétiques). Au terme d’une analyse particulièrement convaincante, qui réfute totalement celles de ses prédécesseurs (en particulier Burrin), Marguerat note qu’il y a là continuité d’objectif.

Ce dernier reconnaît que la lettre de Heydrich du 2 juillet 1941, qui reprend presque tous les termes de l’ordre du 29 juin (lequel reprend ceux de l’ordre du 17 juin), ne mentionne pas l’expression "dans la bonne voie" - ne doivent être tués, précise le document, que les Juifs exerçant des fonctions au sein du Parti communiste et de l’Etat soviétique. Mais il ne s’agit pas d’un ordre, simplement d’une lettre informative adressée aux HSSPF, les Hauts-Responsables de la Police et des SS dans les territoires occupés, représentants personnels de Himmler situés hors de la sphère d’influence de Heydrich.

Rappelons que les HSSPF coordonnent l’action des organisations policières allemandes dans les territoires occupés (Waffen SS, Ordnungspolizei, SD). Les Einsatzgruppen dépendent, pour leur part, non des HSSPF (sauf directive contraire de Himmler), mais du RSHA, donc de Heydrich. Le rôle des HSSPF, démontre Marguerat en s’appuyant sur quelques épisodes de la campagne de Russie, est donc plus distancé à l’égard de l’activité des unités mobiles de tuerie.

"Dans ces conditions, on ne saurait écarter l’éventualité de l’"insincérité" de la lettre aux HSSPF du 2 juillet 1941. Heydrich a pu vouloir masquer la réalité de la mission confiée aux Einsatzgruppen. Mais pourquoi ? Les raisons ne manquent pas. Les HSSPF ne font pas partie du système de la Police de Sécurité : ils figurent pour Heydrich des rivaux potentiels, qu’il importe peut-être de ne pas trop éclairer. En outre et surtout, ils représentent un risque : le risque d’une divulgation d’une mission ultra-secrète. Les HSSPF, ne l’oublions pas, constituent dans les zones arrières le lien entre les organismes de la SS d’une part, et les pouvoirs civils et militaires de l’autre. Leurs services sont en contact permanent avec ces derniers. D’où danger de fuites." (p. 166) Heydrich craint encore, à ce stade de la guerre, de mécontenter l’armée, et cherche donc à édulcorer la vérité.

Car un autre document, toujours à usage interne et de nature tout aussi confidentielle que le télégramme du 29 juin 1941, prouve que l’objectif recherché est l’extermination de tous les Juifs : la directive adressée aux Einsatzgruppen le 17 juillet 1941 - préparée le 28 juin - et recommandant d’exterminer tous les prisonniers de guerre juifs soviétiques. "Alle Juden".

Certes, les unités mobiles de tuerie n’extermineront pas tous les Juifs immédiatement. C’est que Hitler et Heydrich ont sous-estimé la guérilla soviétique (qui doit être également écrasée par les Einsatzgruppen) et surestimé les moyens mis en oeuvre, ainsi que la propension des populations "libérées" à organiser des pogroms. Sans doute Heydrich s’attendait-il à plusieurs centaines de Jedwabne : la désillusion a été grande. Dès lors, les EG improvisent assez : fusillades de la population masculine, création de conseils juifs pour encadrer cette communauté, en attendant de nouveaux moyens qui leur seront donnés dès le mois de juillet.



Magnifique !

de François Delpla (04/01/05 19:28:21)

Voilà bien un article fâcheusement méconnu ! Notamment de Florent Brayard. Cela dit, où en sommes-nous ? L’intention de génocide, femmes et enfants compris, qui s’étale ainsi dès la veille de la campagne à l’est, ne porte que sur les Juifs soviétiques. Une bonne partie de la thèse de Burrin reste donc debout : la généralisation aux Juifs européens se produit vers septembre-octobre, dans un contexte sinon de défaite, du moins de ralentissement de la progression en URSS et de non-signature de la paix par Staline, qui laisse entrevoir des complications dont "les Juifs" pourraient se réjouir, d’où les discours si révélateurs du Führer sur le "rire juif" qui va cesser, en octobre.

Me fais-je l’avocat du diable ?

Par ailleurs, je crois qu’on peut écarter totalement l’hypothèse que Marguerat avance timidement d’une rivalité entre dirigeants nazis, et au sein même de la direction SS, qui ferait que Heydrich protégerait son génocide des regards d’autrui comme une chasse gardée. Il me semble au contraire que l’auteur lui-même avance force données permettant de conclure que tout cela est piloté d’en haut et que si secret il y a, et information différenciée, c’est pour habituer progressivement les esprits.



Et encore, j’ai résumé

de Nicolas Bernard (05/01/2005 11:57:32)

S’agissant des Juifs soviétiques, Marguerat pense que l’ordre d’extermination date d’avant la campagne, et que Heydrich dissimule cette réalité pour mieux intoxiquer l’armée, dont il redoute les protestations. En réalité, l’armée ne protestera pas.

Ce faisant, l’étude de Marguerat nous livre un élément essentiel, que je n’ai pas relevé immédiatement : l’obsession du secret chez Heydrich - donc Hitler. Elle est telle qu’il s’agit d’édulcorer la vérité à des représentants de Himmler dans les territoires occupés. Preuve que quelque chose de terrible est à l’oeuvre, quelque chose qui n’a guère de rapport avec une simple évacuation des Juifs, quelque chose dont Hitler connaît le caractère éminemment sensible, criminel, immoral ? Preuve en tout cas que le Führer - qui a accès aux rapports transmis directement par les Einsatzgruppen, rappelle avec pertinence Marguerat - est décidément capable d’une duplicité aboutie, de même que son adjoint Heydrich, ce qui amène à examiner d’un autre oeil leurs comportements et déclarations s’agissant de la Judenfrage, au moins en 1941...

Marguerat est moins convaincant dans les pages suivantes, ayant consacré l’essentiel de ses réflexions à la controverse relative aux unités mobiles de tuerie. Il estime, après une analyse de type littéraire de l’ordre de mission de Göِring à Heydrich en date du 31 juillet 1941, qu’une autre "solution" est à l’oeuvre s’agissant des Juifs, une solution qui sort du cadre de l’émigration et de l’évacuation. Une analyse convaincante, mais incomplète, inaboutie, inachevée, qui l’amène de surcroît à conclure que l’extermination des Juifs d’Europe résultait de la prise de conscience en juillet 1941, chez Heydrich, de la difficulté d’éradiquer les Juifs soviétiques, et de la nécessité de songer à d’autres méthodes d’élimination que celles retenues à ce moment là. En ce sens, après avoir détruit Burrin à propos des Juifs soviétiques, Marguerat s’arrête en chemin dès qu’il s’agit d’évoquer la généralisation de l’extermination. Dommage.



le 5 janvier 2005



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26