Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Débats

Un exemple extrême de persévérance calomniatrice



forum de la chaîne Arte, nuit du 16 au 17 octobre 2001



POUR EN FINIR AVEC LE COMMUNISME

Tel était le titre de l’émission de ce soir-là, suivie d’un débat sur Internet avec l’historien Stéphane Courtois.

Les trois textes suivants sont ici présentés dans l’ordre probable de leur rédaction et de leur envoi... et non de leur datation affichée.

Je n’ai découvert que très récemment, et que mes messages avaient été publiés, et que Courtois avait répondu au premier d’entre eux. J’ignore quand ces publications ont eu lieu, le forum ayant été déclaré fermé le 17 octobre à 2h 19 sans qu’aucun des trois fût apparu, et ayant rouvert je ne sais quand ni pourquoi, sans qu’on fît l’effort de prévenir les contributeurs qui avaient laissé leur e-mail.

En cliquant sur le lien ci-dessus, on trouvera cet échange vers la fin, c’est à-dire vers le début du débat, sous le titre "Limites de la démarche de Courtois". Mon premier message, portant ce titre, est de 21h 28 et la réponse affiche... 1h 59 ! Même en supposant qu’elle ait bien été postée et visible à cette heure-là, et qu’en postant ma protestation à 4h 41 j’aie pu ne pas la remarquer, on peut en conclure que le débatteur ne tenait point à aborder le sujet en "prime time" !

Le niveau argumentatif de cette réponse me paraît rendre superflu tout commentaire.

FD, 10 juin 2005 (avant-dernier paragraphe ajouté le 13 novembre)



Limites de la démarche de Courtois

-François Delpla [16/10/2001 21:28]

En 1997 un individu, Gérard Chauvy, a gravement calomnié deux résistants français, Lucie et Raymond Aubrac, dans divers articles et dans un livre, "Aubrac Lyon 1943" : alors qu’ils ont, à l’occasion de l’évasion du second organisée par la première, porté des coups terribles à l’occupant allemand de la France, Chauvy insinuait, en publiant avec complaisance des affirmations de Jacques Vergès, qu’ils avaient au contraire, pour sauver leur vie, trahi leurs camarades.

La méthode était très comparable à celle de Faurisson : au moyen de sources un peu divergentes, semer le doute et prétendre finalement que l’objet au sujet duquel les sources divergent (chambres à gaz ou évasion d’Aubrac) n’a jamais existé. Chauvy a été condamné très lourdement pour diffamation, en première instance, appel et cassation . Des jugements à chaque fois très argumentés mais de moins en moins médiatisés, les défenseurs de Chauvy ayant renoncé, malgré d’initiales velléités, à en faire un martyr de la liberté de recherche.

Or Stéphane Courtois a été le seul historien à témoigner en faveur de Chauvy, en prétendant qu’il avait "suivi une méthode historique". Il a laissé sans réponse toutes mes correspondances à ce sujet. Il est, par ailleurs, persuadé que Raymond Aubrac était un agent important du Komintern, qui refuse de le reconnaître. J’ai bien peur que ceci soit la seule explication de cela. En d’autres termes, que pour lui le fait d’avoir été communiste ou compagnon de route, et de ne pas passer son temps à s’en repentir, soit en tout une circonstance aggravante, même dans des affaires qui n’ont rien à voir, de près ou de loin, avec les crimes du communisme.

J’ai écrit sur ce sujet quelques articles, dont un dans le Monde, et un livre, "Aubrac les faits et la calomnie". J’attends toujours l’annonce de sa parution dans la revue "Communisme" que dirige Courtois... et l’ouverture, en ce même lieu, d’un débat sur les terribles injustices que peut, avec les meilleures intentions du monde (mais n’est-ce pas aussi le cas du communisme ?) produire le souci de traquer les séquelles du Goulag.



Forum modéré ou censure immodérée ?

-  François Delpla [17/10/2001 04:41]

J’ai posté hier soir peu après l’ouverture du forum un texte précis, serein, argumenté et pas du tout hors sujet, montrant que le souci d’"en finir avec le communisme" avait pu égarer Courtois au point de le faire hurler avec les pires loups contre Raymond Aubrac, lors d’une campagne mettant en doute sa qualité de résistant. Il est en effet le seul historien à avoir soutenu complètement la démarche de Gérard Chauvy, très lourdement condamné pour diffamation -au point de témoigner en sa faveur lors du procès, en se portant garant qu’il a suivi une "méthode historique" -ce qui est précisément l’inverse de la vérité. Il est tout à fait inqualifiable que ce message ait sauté. Cela déshonore la chaîne entière. Si Courtois ne veut pas s’exposer à ce genre de rappel, il n’a qu’à pas se pointer sur les forums du Net. Je n’ai pas le temps ici de tout réécrire et je demande instamment que mon message d’hier soir soit publié.

fdelpla

e-mail : fdelpla@club-internet.fr URL : http://www.fdelpla.org



Re :Limites de la démarche de Courtois

  1. expCourtois [17/10/2001 01:59]

Réponse à delpla Pour ma part je n’ai jamais pensé que l’histoire se faisait dans les prétoires. A chacun son boulot : aux juges la justice, aux historiens l’histoire. C’est en URSS que les juges faisaient l’histoire, quand ce n’était pas le camarade Staline lui-même. Chauvy a été condamné pour avoir publié un document que les Aubrac ne voulaient à aucun prix voir publié. En avaient-ils peur ? Pourquoi ont-ils refusé de répondre aux questions que Chauvy soulevait dans son livre ? En avaient-ils peur ? Ne t’inquiète pas camarade Delpla, l’histoire rattrape toujours ses clients. Comme l’a montré l’effondrement de l’URSS et l’ouverture inopinée des archives que beaucoup auraient voulu voir fermées à jamais. A bon entendeur salut. A propos, tu ne nous a pas beaucoup parlé de ton sentiment sur les crimes du communisme. Est-ce parce que tes amis Aubrac étaient à cette époque de fiers staliniens ?

le 13 novembre 2005



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations