Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Articles/docs

Nécrologie de Lucie Aubrac par Julian Jackson



parue dans le "Guardian", le 16 mars 2007



l’original

le dossier de presse

Lucie Aubrac was one of the legendary figures of the French Resistance, so famous that in 1997 her story was made into a colourfully romantic film in which she was played by the actress Carole Bouquet. The film recounted how Lucie tricked the Gestapo and organised a daring raid to free her husband from imprisonment at the hands of the Germans. Yet only a few weeks after this film had come out, the journalist, Gérard Chauvy, published a book documenting inconsistencies in Lucie’s account of her life, insinuating even that her husband, far from being a resistance hero, might have been a German informer. From being resistance legends, Lucie and her husband found themselves mired in one of those controversies that has punctuated the memory of France’s ‘dark years’ of occupation.

Born on 29 June 1921, to a modest family of Burgundy winegrowers, Lucie Bernard, a brilliant student, obtained in 1938 the agrégation in history - the most prestigious higher degree in France. On the eve of the war she began teaching history at a school in Strasbourg. This was a period of great political conflict in France, and during the 1930s Lucie had become an active supporter of the Communist Party which, like others of her generation, she saw as the most effective bulwark against fascism. In December 1939 she married a young engineer Raymond Samuel who was also, like her, a committed Communist.

After the defeat of France in 1940, Lucie resumed teaching at a school in Lyon in the Unoccupied Zone. In the autumn of 1940, she met in a café Emmanuel d’Astier de la Vigerie, one of those individuals who would not accept the defeat and was hoping to organise resistance to the German Occupation. It was out of such chance encounters that the first resistance groups were formed. Lucie and her husband became founding members, and leaders, of d’Astier’s organisation, Libération-Sud, which was to become one of the most important Resistance movements in France. There were many women involved in Resistance, but relatively few in such prominent positions. This alone would have marked Lucie out as an exceptional individual.

For the first two years of the war, Lucie and her husband continued their professional occupations, she as a teacher, he as an engineer, while also living double lives as resistance organisers under various pseudonyms. (After the war they officially adopted as their new name Raymond’s Resistance alias ‘Aubrac’). In May 1941 she gave birth to her first child, Jean-Pierre. So she was living a triple existence as teacher, mother and resister (as she subsequently wrote in her memoirs, being the mother of a baby was an excellent cover to divert suspicion from the Germans, and at one meeting between her husband and de Gaulle’s envoy, Jean Moulin, in a Lyon public garden, her presence with her baby boy provided useful cover).

At the end of 1942 the Germans occupied the whole of France, and Lyon became the Headquarters of the notorious Gestapo chief Klaus Barbie. In March 1943 Raymond was arrested, but it seems that the Germans and Vichy authorities thought they had only got hold of a small time black marketer, and he was released in May, after an intervention by Lucie with the local Vichy public prosecutor. Only a few weeks later, however, on 21 June 1943, he was arrested, along with Jean Moulin himself, at a top level meeting of resisters in a doctor’s surgery in the Lyon district of Caluire.

It did not take the Germans long to work out the identities of Moulin and most of the others who had been arrested. Moulin was horribly tortured, and then transferred to Paris where he died. Meanwhile Raymond was held in the Montluc prison in Lyon and beaten up. Lucie mounted an extraordinary scheme to release him. Pregnant again, she presented herself to the Gestapo claiming to be the recently engaged fiancée of someone she believed to be called ‘Ermelin’, one of Raymond’s aliases, who, she claimed, had been innocently caught up in the raid while visiting the doctor. When told that her ‘fiancé’ was in fact a resister who was to be executed, she begged to be allowed to save her honour, and legitimise the baby she was carrying and marry according to a special clause in French law by which an engaged couple can marry if one is about to is to die. The Gestapo lieutenant swallowed her story and on the day, Raymond was transferred back from Gestapo Headquarters to prison after the ‘marriage’, armed resisters launched a successful attack on the lorry transporting him and fifteen other prisoners.

Lucie and Raymond then went into hiding until a plane could take them to London where they arrived in February 1944. Her second child, Catherine, was born in a London hospital a few days later. On 20 March 1944, de Gaulles’s provisional government announced that once France was liberated, women would be for the first time given the vote. In anticipation of this, and before elections could occur, de Gaulle had appointed a Consultative Assembly, a kind of pre-parliament. Lucie was appointed to this as representative of the Resistance. This made her the first woman ever to sit in a French parliamentary assembly. Once the war was over, she published in 1945 a short history of the Resistance - the first to appear - and then returned to teaching. After her retirement she saw it as her duty to ensure that the memory of the resistance should live in the memories of the younger generations, and she would regularly visit schools to provide her own testimony as survivor and historian.

This is how her life might have ended had she and her husband not been catapulted into controversy in 1983 after the extradition from Bolivia of Klaus Barbie for trial in France. Before his trial Barbie let it be known that they would reveal new facts about the Resistance, including the claim that after his first arrest Raymond had turned informer and betrayed Moulin. These allegations never came to anything, but were troubling enough for Lucie to write her own memory of the affair (which was translated into English as Outwitting the Gestapo). After Barbie’s death in 1990, a document - the so-called ‘Testament’ of Barbie - began circulating in newspaper offices repeating these allegations about Aubrac. It was at this point that the journalist Chauvy produced his book.

Although distancing himself from Barbie’s more extreme accusations, Chauvy’s work was based on genuine archival material, and its overall effect was to create a nasty cloud of suspicion over the veracity of Lucie’s account. Twenty leading resistance survivors published a letter of protest, but the Aubracs were deeply upset by the book, and asked to be given a chance to explain themselves before a panel of leading French historians. The newspaper Libération organised a roundtable between the historians and the Aubracs. What had been intended by the Aubracs to be a way of clearing their name, turned into an acrimonious exchange in which they found themselves almost ‘on trial’. None of the historians accepted the idea that Raymond had been an informer, but they could not but note inconsistencies in the various versions Lucie had given over the years. There are certainly oddities in the case which have never been entirely elucidated : what were the exact circumstances of Raymond’s first release from prison ? why was Raymond the only resister arrested at Caluire not to have been moved from Lyon to Paris (hence making it possible for Lucie to save him) ?

The arrest of Moulin, in which the Aubracs were caught up, was the greatest drama of the Resistance. And the ‘Aubrac affair’ of the 1990s reminded people that, quite apart from cases of betrayal, which provide rich fodder for conspiracy theorists, the Resistance was also fertile in internecine conflicts of ideology and personalities. The fact that the Aubracs, like many resisters, remained Communist sympathisers long after the end of the war, may have had something to do with the attacks on them. In exasperation, at one point in the roundtable, Lucie protested that her memoirs, written forty year after the events, when she was in her 70s, could not be expected to be accurate in every detail : she had been writing her story not History. To which the historians present could only reply that their job was to write history even if this meant unpicking the stories people wished to tell. The tragedy of the situation was that, herself an historian and historical actor, Lucie was at the end of her life caught between the conflicting imperatives of precise historical truth and legendary memory. But none of this should let us forget the fact that, whatever exactly happened in Lyon in the summer of 1943, she was a woman of great courage, character and energy, one of the last survivors of a generation that between 1940 and 1945 helped to save the honour of France. She is survived by her husband and three children.

Julian Jackson

**********************

Traduction

Lucie Aubrac était une figure légendaire de la Résistance française, si célèbre qu’en 1997 son histoire fut portée à l’écran dans un romantique film en couleurs où son rôle était interprété par la star Carole Bouquet. Le film racontait comment elle avait dupé la Gestapo et organisé une attaque audacieuse pour arracher son mari des mains des Allemands. Ce n’est que quelques semaines après la sortie de ce film qu’un journaliste, Gérard Chauvy, avait publié un livre soulignant des incohérences dans le récit que Lucie faisait de sa vie, insinuant même que son mari, loin d’être un héros de la Résistance, pourrait avoir été un indicateur des Allemands. Eux qui étaient des légendes vivantes, Lucie et son mari se retrouvèrent plongés dans l’une de ces controverses qui ont ponctué la mémoire des « années noires » de l’Occupation de la France.

Née le 29 juin 1912 dans une famille modeste de viticulteurs bourguignons, Lucie Bernard, brillante étudiante, obtint en 1938 l’agrégation d’histoire -le plus prestigieux grade de l’université française. A la veille de la guerre, elle commença à enseigner dans un lycée de Strasbourg. C’était une période de grands affrontements politiques en France, et pendant les années 30 Lucie était devenue un chaud supporter du parti communiste, dans lequel, comme beaucoup de gens de sa génération, elle voyait le meilleur rempart contre le fascisme. En décembre 1939, elle épousa le jeune ingénieur Raymond Samuel, qui était comme elle un communiste convaincu.

Après la défaite de la France en 1940, Lucie reprit un poste d’enseignante dans un lycée de Lyon, en zone non occupée. A l’automne de 1940, elle rencontra dans un café Emmanuel d’Astier de La Vigerie, l’un de ces hommes qui ne voulaient pas accepter la défaite et espéraient organiser une résistance à l’occupation allemande. C’est grâce à de telles rencontres guidées par le hasard que les premiers groupes de résistance se formèrent. Lucie et son mari devinrent des membres fondateurs, et des chefs, du groupe de d’Astier. Il y eut beaucoup de femmes enrôlées dans la résistance, mais peu dans des positions aussi élevées. Cela aurait suffi à faire de Lucie quelqu’un d’exceptionnel.

Pendant les deux premières années de la guerre, Lucie et son mari continuèrent d’exercer leurs professions, elle comme professeur et lui comme ingénieur, tout en vivant leur vie de résistants sous diverses identités d’emprunt. (Après la guerre, ils changèrent officiellement leur nom en « Aubrac », qui était un pseudonyme de Raymond). En mai 1941, elle mit au monde son premier enfant, Jean-Pierre, vivant alors une triple existence, elle qui enseignait pouponnait et résistait (comme elle l’écrivit plus tard dans ses mémoires, le fait d’être mère d’un enfant en bas âge était une excellente couverture pour détourner les soupçons des Allemands, et lors d’une rencontre entre son mari et Jean Moulin, l’envoyé du général de Gaulle, dans un jardin public de Lyon, la présence de l’enfant s’était révélée un paravent utile).

A la fin de 1942, les Allemands occupèrent toute la France et Lyon devint le quartier général du fameux chef gestapiste Klaus Barbie. En mars 1943, Raymond fut arrêté, mais il semble que les autorités allemandes et vichystes l’aient pris pour un petit trafiquant de marché noir et il fut relâché en mai, après une intervention de Lucie auprès du procureur local, dépendant de Vichy. Cependant, quelques semaines seulement plus tard, le 21 juin 1943, il se trouva pris, aux côtés de Jean Moulin lui-même, lors d’une réunion de cadres résistants de haut niveau, chez un médecin de Caluire, dans la banlieue lyonnaise.

Cela ne prit pas beaucoup de temps aux Allemands de percer à jour l’identité de Moulin et de la plupart des personnes arrêtées. Moulin fut horriblement torturé, puis transféré à Paris où il mourut. Pendant ce temps, Raymond était détenu à la prison Montluc de Lyon, et passé à tabac. Lucie, pour le délivrer, monta un plan extraordinaire. Etant de nouveau enceinte, elle se présenta à la Gestapo en prétendant s’être fiancée récemment à quelqu’un qu’elle croyait s’appeler « Ermelin » -l’une des fausses identités de Raymond- qui, d’après elle, avait été arrêté par erreur car c’était un véritable patient du médecin. Quand on lui eut dit que son « fiancé » était en fait un résistant et qu’il allait être exécuté, elle demanda qu’on lui permît de sauver son honneur et de légitimer son enfant en lui permettant de se marier, en application d’une clause spéciale de la loi française qui permettait le mariage d’un couple fiancé dont l’un des membres allait mourir. Le lieutenant de la Gestapo goba son histoire et, le jour du transport de Raymond depuis le quartier général de la Gestapo après le soi-disant mariage, des résistants en armes lancèrent une attaque victorieuse contre le fourgon qui le transportait ainsi que quinze autres prisonniers.

Lucie et Raymond, alors, vécurent cachés jusqu’à ce qu’un avion puisse les amener à Londres où ils arrivèrent en février 1944. Son second enfant, Catherine, naquit quelques jours plus tard dans un hôpital londonien. Le 20 mars 1944, le gouvernement provisoire du général de Gaulle annonça que dès que la France serait libérée, les femmes auraient pour la première fois le droit de vote. Par anticipation, et comme on ne pouvait pas voter tout de suite, de Gaulle avait nommé une sorte de pré-parlement, appelé Assemblée consultative. Lucie y fut nommée comme représentante de la Résistance, ce qui fit d’elle la première femme membre d’une assemblée parlementaire française. Une fois la guerre finie, elle publia une brève histoire de la Résistance -la première- puis reprit son métier d’enseignante. Après sa retraite, elle se mit en devoir de faire en sorte que la mémoire de la Résistance survive dans les mémoires des jeunes générations, et elle visita régulièrement des établissements scolaires pour apporter son témoignage de survivante et d’historienne.

Sa vie aurait pu s’achever ainsi, si elle et son mari ne s’étaient trouvés propulsés dans une controverse en 1983, après l’extradition de Bolivie de Klaus Barbie aux fins d’un procès en France. Avant son procès, Barbie fit savoir qu’il y aurait pendant les débats des révélations sur la Résistance, portant en particulier sur le fait qu’Aubrac, après sa première arrestation, serait devenu son agent et aurait trahi Moulin. Ces allégations n’ont jamais débouché sur quoi que ce soit, mais ont causé assez de trouble pour décider Lucie à écrire ses mémoires sur l’affaire, traduits en anglais sous le titre Outwitting the Gestapo. Après la mort de Barbie en 1990, un document -le soi-disant « testament de Barbie »- commença à circuler dans les rédactions des journaux, reprenant les allégations contre Aubrac. C’est alors que Chauvy publia son livre.

Son ouvrage, tout en prenant ses distances avec les accusations les plus extrêmes de Barbie, était fondé sur des archives authentiques et engendra un nuage de suspicion quant à la véracité du récit de Lucie. Vingt dirigeants de la Résistance encore en vie publièrent une lettre de protestation, mais les Aubrac furent profondément dérangés par le livre, et demandèrent qu’on leur donne l’occasion de s’expliquer devant un groupe d’historiens français distingués. Le journal Libération organisa une table ronde entre les historiens et les Aubrac. Ce que ces derniers avaient conçu comme un moyen de s’expliquer se transforma en un échange acrimonieux, dans lequel ils se sentirent quasiment « devant un tribunal ». Aucun des historiens n’adhérait à la thèse de la trahison, mais ils ne pouvaient s’empêcher de remarquer des incohérences entre les différentes versions du récit de Lucie au fil des ans. Il y a certainement des points dans le dossier qui ne pourront jamais être entièrement élucidés : quelles ont été les circonstances exactes de la première libération de Raymond ? Pourquoi fut-il le seul des résistants arrêtés à Caluire qui ne fut pas transféré à Paris (ce qui donna à Lucie l’occasion de le délivrer) ?

Le drame de l’arrestation de Moulin, dans laquelle les Aubrac se sont trouvés pris, fut le plus grand de la Résistance. Et « l’affaire Aubrac », dans les années 90, a rappelé aux gens que, outre les affaires de trahison qui fournissent une riche pâture aux théoriciens de la conspiration, la Résistance regorgeait aussi de conflits internes, tant d’idées que de personnes. Le fait que les Aubrac, comme beaucoup de résistants, soient demeurés des sympathisants communistes longtemps après la guerre, peut avoir quelque chose à voir avec les attaques portées contre eux. Exaspérée, à un moment de la table ronde, Lucie protesta que ses mémoires, écrits à 70 ans passés, ne pouvaient être considérés comme fiables dans leur moindres détails : elle avait écrit son histoire, et non l’Histoire. Ce à quoi les historiens présents ne pouvaient que répondre que leur métier était d’écrire l’histoire même si elle ne se conformait pas à ce que les témoins voulaient entendre. Le drame provenait du fait que, étant elle-même à la fois historienne et actrice de l’histoire, Lucie se trouvait prise à la fin de sa vie entre les impératifs de la vérité historique précise et ceux de la mémoire tisseuse de légendes. Mais rien de tout cela ne doit nous faire oublier que, quoi qu’il se soit exactement passé à Lyon dans l’été de 1943, elle était une femme regorgeant de courage, de caractère et d’énergie et l’une des dernières survivantes d’une génération qui, entre 1940 et 1945, a sauvé l’honneur de la France.

Elle laisse un mari et trois enfants.

le 30 mai 2007



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations