Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :Lettres d'information 2010
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Bio/chro/info

Lettres d’information 2010




lettres précédentes

n° 61

29 janvier

2010 : voeux à Clio

Chers abonnés,

En ce janvier d’une année riche en commémorations honteuses ou glorieuses, il semble que nos officiels aient oublié dans leurs vœux tous azimuts notre muse de l’Histoire. Il est vrai qu’ils l’ont récemment outragée en la privant des assiduités des bacheliers scientifiques, aussi vaut-il sans doute mieux qu’ils se fassent discrets tandis que nous continuons le combat contre cette bévue, pour qu’au plus tard leurs successeurs la corrigent.

Un prétendu roman de Yannick Haenel, et surtout son succès, offrent ample matière à nous sentir utiles : voilà que Nuremberg devient un camouflage de la complicité américaine dans le judéocide, lequel n’est plus un crime contre, mais de l’humanité. Et si nous nous récrions, nous sommes des savants au cœur sec incapables de reconnaître les mérites de la création. Il y a longtemps qu’un tel tissu d’erreurs historiques n’était pas passé aussi inaperçu, jusqu’à ce qu’enfin la bulle explose grâce à Annette Wieviorka dans l’avant-dernier numéro de L’Histoire. J’essaye d’en tirer quelques leçons dans le nouvel éditorial.

A vrai dire le site a peu bougé depuis la dernière lettre, tant ont été absorbantes (outre la continuation de la belle aventure de La Dernière guerre) les finitions de deux ouvrages à la fois :

*Mers el-Kébir / L’Angleterre rentre en guerre (éditions FX de Guibert, sortie le 4 mars) ;

* Petit dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale (éditions de l’Opportun, sortie le 1er avril).

D’amples informations sur ces deux publications seront mises en ligne dans les prochaines semaines. Elles devraient concourir à faire oublier les ratés de 2000, une année où la commémoration des événements de 1940 a marqué le pas, étant notamment parasitée par un thème à la mode, celui de « l’étrange victoire allemande ». Il est temps de la trouver, à nouveau, fort logique, Hitler étant ce qu’il était et ceux qui tentaient de s’opposer à lui en prenant si mal la mesure.

Puisse le tournant principal de la guerre, c’est-à-dire le surgissement de l’obstacle churchillien en mai-juin 1940, être enfin mis à sa juste place ! C’est tout le mal que je souhaiterai à notre discipline.

François Delpla



n° 62

25 février

2010, un grand cru historiographique ?

Chers abonnés,

Comme promis, mes deux livres à paraître (Mers el-Kébir, le 18 mars, et Petit dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale, début avril) commencent à être présentés sur le site (et aussi à cette adresse : http://www.wmaker.net/seminaireshoah/Mers-el-Kebir-par-Francois-Delpla_a179.html . Mais le nouvel éditorial porte sur un troisième, qui va être réédité (je viens d’en avoir la certitude) début mai : Churchill et les Français (1993), mon premier livre d’histoire personnel, victime de diverses tribulations qui me faisaient désespérer de le revoir dans une devanture, d’où sa mise en ligne intégrale http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=347 il y a deux ans.

Je suis par ailleurs convié à causer dans le poste (tantôt de radio, tantôt de télévision) pour des émissions anniversaires, sur Churchill, le 18 Juin, Bordeaux 1940, les Régiments « ficelles ». Tout cela me fait subodorer que l’intérêt pour les travaux novateurs va faire un bond, et que le le cru 2000, marqué par le thème gravement erroné de « l’étrange victoire allemande », ne sera bientôt plus qu’un souvenir.

Je retire la même impression des polémiques, touchant à la Seconde Guerre mondiale et à son traitement esthétique ou historique, qui ont fleuri depuis le printemps dernier. Le réflexe intégriste suscité par les travaux de Yahad-In unum sur la Shoah par balles s’est estompé au profit d’un vif intérêt pour les données nouvelles qu’ils apportent sur la mise en œuvre de l’extermination, les cris de vertu indignée au vu de l’ambitieuse émission Apocalypse s’affaiblissent, le roman à thèse Jan Karski, tardivement critiqué après des mois d’encensement, n’est plus défendu que par une poignée de littéraires qui prétendent, de bonne ou de mauvaise foi, qu’il s’agit d’un pur roman et que les historiens lui font un mauvais procès ... alors qu’ils trouvent simplement fausse et accessoirement répugnante sa thèse suivant laquelle l’humanité en général, et le gouvernement américain en particulier, applaudissaient in petto, par antisémitisme, au massacre, et qu’en conséquence il n’y a eu, en 1945, aucune victoire de la civilisation sur la barbarie. Le tout en enrôlant Jan Karski sous prétexte qu’il s’est tu et qu’on a le droit de combler le vide en toute fantaisie, alors qu’il a beaucoup parlé et jamais dans ce sens.

Sur ce dernier point, on pourra lire à la fois un article inédit, un florilège des interventions sur la Toile à la date d’aujourd’hui, et la rubrique « perles » : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=434 http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=435 http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=199

La conclusion de tout cela est que le constat de l’habileté du nazisme en général et de son chef en particulier est de moins en moins facultatif. "Sauver les Juifs" n’avait pas de sens, du moins à l’échelle d’un Roosevelt. Son métier était de gagner la guerre et tout engagement de sa part dans une démarche spécifique de sauvetage d’une catégorie ou d’une autre de victimes aurait fait le jeu des bourreaux : ils n’attendaient que cela, et pour diviser les Alliés, et pour confirmer à leurs populations manipulées que les Juifs étaient l’ennemi. Freiné d’un côté techniquement (si tant est qu’il pût l’être), le meurtre aurait été, d’un autre, favorisé politiquement.

A l’occasion de l’anniversaire de la défaite de 1940, j’ai également mis en ligne le premier chapitre du livre sur Georges Mandel : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=437

bonne navigation !

fdelpla

PS : Le numéro 4 du magazine Histoire(s) de la dernière guerre, sur les mois de mars-avril 1940, est arrive chez les abonnés et dans les kiosques, le 5, sur les combats et débats de mai-juin, se prépare ardemment !



Lettre n° 63

4 avril 2010

(Pâques !)

Chers abonnés,

Les vingt dernières années m’ont vu centrer mon travail historique sur la Seconde Guerre mondiale et le nazisme. L’abonnement à cette lettre que vous avez souscrit, ou point annulé, témoigne sauf erreur de votre intérêt, positif ou négatif, pour cette production.

Le nouvel anniversaire décennal de mai-juin 1940 se présente sous de curieux auspices. Un texte de John Kenneth Galbraith, publié peu avant sa mort, décrit des phénomènes voisins dans un champ différent, celui des professeurs d’économie américains :

"Les membres les plus influents de la profession [...] ont formé une sorte de Politburo de l’économiquement correct. En règle générale - comme on pouvait s’y attendre dans un club de gentlemen -, cette appartenance les a placés du mauvais côté sur toutes les questions politiques importantes, et cela depuis des décennies. Ils prévoient des désastres qui n’ont jamais lieu. Ils excluent la possibilité d’événements qui finissent par se produire... Ils s’opposent aux réformes de bon sens les plus nécessaires, leur préférant de simples placebos. Ils sont toujours aussi surpris lorsqu’un événement fâcheux - comme une récession - se produit. Et quand ils finissent par se rendre compte que telle ou telle position est intenable, ils ne reviennent pas dessus. Ils n’imaginent pas qu’il puisse y avoir de faille dans une théorie. Ils préfèrent alors changer de sujet. Dans un tel club, on ne perd pas la face parce qu’on s’est trompé. On ne cesse jamais d’être invi té dans les colloques et les congrès suivants, pour présenter ses travaux. Et le club reste toujours aussi fermé à ceux qui n’en sont pas membres."

[ cf. http://www.laviedesidees.fr/Mais-qui-sont-donc-ces-economistes.html ]

La situation n’est certes pas, dans notre secteur, aussi dégradée, les pouvoirs aussi absolus ni les exclusions aussi tranchées. Je suis d’ailleurs peu favorable à l’importation de la notion américaine de « correctness », le politiquement ou l’historiquement correct n’ayant chez nous aucune réalité solide, ni même aucune définition repérable ; ce ne sont là que horions lancés dans des joutes le plus souvent binaires, et une accusation de panurgisme ou de frilosité ferait tout aussi bien l’affaire.

Restent la propension à passer à côté de l’essentiel, et le tropisme vers l’erreur. Si au moins, à en croire Galbraith, le débat des économistes qui trustent les grandes chaires américaines oppose « des néo-classiques qui n’ont rien de classique à des néo-keynésiens qui n’ont rien de keynésien », on constate que les interprétations courantes de la campagne de France, de l’armistice et de Vichy se répartissent en deux camps qui n’ont guère bougé depuis 1945. A ma droite, des pétainistes expliquant que l’armistice était fatal et le maréchal, un syndic de faillite s’efforçant de limiter les dégâts. A ma gauche une vision « résistante », à peine infléchie et affinée dans les années 1970 sous l’influence de Paxton, montre un Pétain se ruant à la servitude et à la collaboration... après un armistice dont le caractère fatal n’est guère remis en cause. Il y a dans toutes ces pièces une Arlésienne, qu’on évoque de temps à autre mais qui n’entr e jamais en scène.

J’ai nommé Adolf Hitler.

Je n’en prendrai qu’un exemple (je veux bien reconnaître qu’il est assez caricatural, si on m’accorde qu’il est cependant assez représentatif) : le dernier numéro (avril 2010) d’un magazine d’histoire assez connu, qui consacre sa Une et la plupart de ses pages à la défaite de 1940.

L’éditorial ne comporte que trois noms de personnes, Blum, Pétain (à quatre reprises) et de Gaulle. Voilà qui n’illustre guère un propos célèbre du dernier nommé : « Car cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France » ! Le reste est à l’avenant. Hitler apparaît certes dès la deuxième page... non pas comme le responsable de la guerre, mais comme quelqu’un qui « se frotte les mains » à la nouvelle du pacte germano-soviétique, comme s’il n’y était pour rien. Même démarche un peu plus loin lorsque le traité de Versailles « favorise les extrémistes du parti nazi » (comme s’ils n’en tiraient pas plutôt un parti habile), puis lorsque la France « réagit mollement » aux violations de ce traité (comme si elles n’étaient pas calculées au plus juste pour tendre une corde sans la rompre). Elle a tort, dit justement l’auteur, d’assimiler Hitler à un nouveau Bismarck, mais il ne dit pas en quoi, et c’est regrettable : car depuis bientôt un si� �cle on les oppose comme un joueur d’échecs et un adepte du poker, autant dire comme l’intelligence et l’instinct -et c’est là une lourde erreur.

Mais ce numéro ne fera point date dans la revalorisation des capacités cérébrales du chef nazi. Car il ne scrute guère, parmi les causes de la défaite française, la part d’une analyse défectueuse des intentions de l’Allemagne et des compétences de son chancelier, et encore moins celle d’une propension à se laisser tromper par ses mouvements apparents, ses craintes surjouées et ses assoupissements feints.

Voici deux pages sur la guerre de Norvège... certes, est-il dit, décidée par Hitler, mais pour des raisons locales. Puis Gamelin est présenté par un encadré, centré sur sa personne et toujours aussi mutique sur l’ennemi. Il est vrai que deux articles délayent la regrettable thèse du colonel Frieser (1995) suivant laquelle l’Allemagne n’a ni préparé ni mené une guerre-éclair !

Il faut dire qu’une chronologie (qui ne mentionne pas une fois le gouvernement allemand ni son chef) dévoile, par deux énormités, le manque de rigueur des concepteurs de l’ouvrage : la France est censée avoir déclaré la guerre, le 3 septembre, avant l’Angleterre, qui pour sa part aurait attendu jusqu’au 4 ; la "flotte française" aurait été "coulée" à Mers el-Kébir alors qu’une fraction seulement était présente, et qu’un seul navire a sombré. Puis un dirigeant allemand est mis en avant : Goebbels ! (la propagande serait-elle plus importante que la réalité ?) Même la chute de Paris ne voit pas apparaître la moindre allusion à son conquérant, pas plus que six pages de photos de l’exode ni un article qui se demande si « les politiques » (français) ont failli, pour conclure que non, et faire porter aux "militaires" l’intégralité du chapeau. Pas davantage nommé dans une longue interview sur de Gaulle, Hitler va-t-il enfin l’être, ce qui ne serait pas dan s ses habitudes, par Robert Paxton, qui vient en personne tirer le bouquet final ?

Son article relève à juste titre, pour s’en plaindre, que l’explication de la défaite de 1940 qui prévaut encore aujourd’hui, « notamment dans les pays anglo-saxons », vient en droite ligne de la propagande pétainiste, car elle fait une grande consommation de la notion de décadence. Mais dans le vide explicatif ainsi créé il n’engouffre qu’une marchandise déjà largement éventée depuis le début du dossier : tout le monde avançait en aveugle, à commencer par les Allemands, et cette défaite s’est jouée à peu de chose.

Dans un tel désert, à moins qu’il ne s’agisse d’une glaciation, nous sommes cependant un certain nombre à prendre en compte le facteur hitlérien (comme un élément du succès des armes allemandes, s’entend, les considérations sur ses interventions néfastes étant quelque peu plus communes !). Aux Etats-Unis même, Paxton doit compter avec le tenace John Lukacs, toujours très productif à quatre-vingt-six ans et expert à dévoiler, notamment, comment Hitler chloroformait les dirigeants des autres pays par l’étalage de son anticommunisme. Nous nous exposons tous deux à une volée d’accusations plus ou moins élaborées : dans notre fascination malsaine pour une dictature nauséabonde, nous dédaignerions les phénomènes sociaux, et serions incapables de concevoir qu’un fait puisse avoir plusieurs causes. Je rappellerai à cet égard mon intervention en faveur de Lukacs que les "Cahiers Jean Jaurès" avaient, en 2003, longuement vilipendé, avant de donner une large place à ma réponse : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=118.

Quant à mes propres livres, dont une bonne moitié porte sur l’année 1940, on peut les répartir en plusieurs catégories :

-  deux parutions nouvelles : "Mers el-Kébir", "Petit dictionnaire énervé de La Seconde Guerre mondiale". En dehors de mon site, site, l’ouvrage sur Mers el-Kébir fait l’objet de deux interventions internautiques :

http://www.histobiblio.com/Mers-el-Kebir-3-juillet-1940.html http://www.wmaker.net/seminaireshoah/Mers-el-Kebir-par-Francois-Delpla_a179.html et bientôt d’une troisième : http://www.39-45.org/histomag/

sans compter la critique de Joël Drogland dans les "Clionautes" : http://www.clio-cr.clionautes.org/spip.php ?article2861

-  trois ouvrages remis en vente : "La Face cachée de 1940", "L’Appel du 18 juin 1940", "Churchill et les Français" (ce dernier, avec une préface inédite et "L’Appel du 18 juin" avec, probablement, un ajout sur le discours inédit du 23).

-  un livre récent : "Qui a tué Georges Mandel ?" et un autre dont il faut espérer qu’il soit remis en vente : "Montoire".

-  un ouvrage épuisé qu’on peut me commander pour une somme symbolique : "La Ruse nazie / Dunkerque, 24 mai 1940".

-  un ouvrage dont la réédition se fait attendre : "Les Papiers secrets du général Doumenc".

Mais il est temps de clore ce billet trop long (surtout en ce dimanche pascal !) en vous recommandant un effort supplémentaire d’abonnement : apportez donc votre soutien matériel au magazine "Histoire(s) de la dernière guerre" qui, lui, ne ressert pas les mêmes plats tous les dix ans (ou du moins pas encore !), et faites-le connaître autour de vous. Cf. http://www.derniere-guerre.com/ . Le numéro 5, en vente à la fin de ce mois, s’annonce encore plus riche que les quatre précédents (et pas seulement par les contributions de votre serviteur sur l’arrêt dunkerquois et l’appel londonien) !

fdelpla

encore un mot ! et même plusieurs :

* prochainement, sur le site de Juan Asensio http://stalker.hautetfort.com/ , un point de vue d’historien sur le roman de Yannick Haenel "Jan Karski" et le débat qu’il a (tardivement) déclenché.

* Si ce message s’affiche de façon fantaisiste, retrouvez-le sur le site, rubrique "Bio/Chrono/Info".

* quelques statistiques :

-  nombre d’abonnés : 880

-  nombre de visites quotidiennes (moyenne des trois derniers mois) : 401

-  page la plus visitée : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=55 (14182 visites)



Lettre d’information n° 64 du site de l’historien François Delpla

Chers tous,

Nous entrons dans la période des commémorations de la défaite de mai-juin 1940.

Vous connaissez mon point de vue sur la question : le cinquantenaire, en 1990, a été novateur, en mettant en lumière le jeu de Hitler après trois décennies d’approximations « fonctionnalistes », et en rehaussant la performance de Churchill comme celle de De Gaulle sur fond d’accablement planétaire, et de sabotages passés jusque là inaperçus (commis par Halifax et l’intouchable Jean Monnet, notamment) ; en revanche, l’anniversaire de 2000 a été beaucoup plus stérile, voyant apparaître et dominer la thèse curieuse de « l’étrange victoire allemande ». On retombait là dans l’ornière, non seulement d’un oubli de la dangerosité du nazisme, mais de l’examen d’un conflit international sous un angle essentiellement national (la France étant censée s’effondrer presque toute seule comme si elle se prenait les pieds dans un tapis -je caricature ? alors je vous en prie, débattez !).

Eh bien le cru 2010, tel qu’il se présente pour l’instant, tend à une reproduction mécanique des thèses de 2000 ! Témoin un numéro spécial de "L’Histoire" (en avril) sans la moindre nouveauté, un débat convenu à l’Ecole militaire le 10 avril http://atf40.forumculture.net/questions-diverses-f14/table-ronde-sur-la-campagne-de-france-t1789.htm#12322 sur les articles et avec les auteurs de cette publication, et la réédition sans changement d’un numéro très inégal de la revue "Autrement" (mars 2000) sous le titre "Mai-juin 1940/Défaite française, victoire allemande, sous l’oeil des historiens étrangers".

Le nouvel éditorial prolonge la présente alerte -avec des liens vers mes publications récentes ou imminentes, nouvelles ou resurgies (et, hélas, guère dépassées !).

A l’heure du surprenant bégayement de l’histoire dans la région de Katyn, les élites françaises vont-elles rester les seules à se confire dans une vision ronronnante, prétendant que ce qui a déferlé sur le pays au printemps 1940 était "la faute à pas de chance" ? Et la commémoration du 18 juin ? Sera-t-elle compassée (en un mot comme en deux !) ou bien fera-t-elle toute leur place aux querelles homériques de Londres à la fin de juin 40, opposant Anglais entre eux et Français entre eux, dans une virevolte d’alliances circonstancielles ?

Clio a certes tout son temps. Mais la planète a un besoin urgent de clarifier les questions touchant à la paix et à la guerre. Or une bonne analyse de la dernière grande conflagration a un grand rôle à jouer dans les bonnes décisions, et inversement.

=======================

PS.- En cas d’affichage fantaisiste, retrouvez ce texte ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432

L’article annoncé sur le "Jan Karski" de Haenel est paru : http://stalker.hautetfort.com/archive/2010/04/04/jan-karski-yannick-haenel-francois-delpla.html

Ne manquez pas le numéro 5 d’"Histoire(s) de la dernière guerre", en vente dans un peu plus de deux semaines ! Il comportera notamment le texte d’un appel inédit du général de Gaulle, celui du 23 juin, que j’avais publié en 2002... à partir de sa traduction anglaise ! Et bien sûr une analyse de la conjoncture qui l’a fait passer à la trappe.

Il se passe deux ou trois choses intéressantes sur le forum du site : http://www.delpla.org/forum/viewtopic.php ?f=29&t=27&p=4658#p4658 http://www.delpla.org/forum/viewtopic.php ?f=43&t=330&p=4654#p4654



1940 : Halte à l’amateurisme ! Remettre Hitler au coeur de sa victoire

Lettre d’information du site de François Delpla n° 65 7 mai 2010

Chers lecteurs,

Le danger que je dénonce depuis quelques mois tend hélas à se vérifier : la commémoration de la défaite de 1940 s’annonce, pour l’instant, comme un cru historiographique bien quelconque. Aurons-nous quelques semaines de soleil pour le faire mûrir in extremis ? Plus encore qu’il y a dix ans, l’amateurisme triomphe. Or il ne peut le faire qu’avec le soutien, actif ou passif, des professionnels. Jean-Pierre Azéma lui-même, dont je critique ici quelques aspects du dernier livre http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=445 , récemment interviewé par L’Express http://www.lexpress.fr/culture/livre/jean-pierre-azema-en-1940-de-gaulle-c-est-le-diviseur_889631.html , ne se réclame que de trois noms propres : deux « acteurs de la période » qui « nous ont aidés à enrichir nos analyses », Daniel Cordier et Jean-Louis Crémieux-Brilhac (d’un amateurisme au demeurant différencié, le second ayant véritablement gagné ses galons d’historien au contraire du premier qui a certes mis au jour une masse de documents mais, dans ses analyses, persiste à régler des comptes), et « l’officier de panzer K.-H. Frieser, devenu historien ».

Entendons-nous bien : les amateurs, notamment sur des questions chargées d’enjeux politiques actuels, peuvent être géniaux et faire avancer réellement les choses. Ce sont deux d’entre eux, précisément, qui risquent de marquer le plus, et pour d’excellentes raisons, ce cru 2010 : Jean-Philippe Immarigeon et Jacques Sapir, qu’on peut retrouver sur de très riches sites http://americanparano.blog.fr/2010/04/16/1940-faillite-francaise-8384119/comment_ID/13004150/comment_level/1/#commentForm_msg et http://www.1940lafrancecontinue.org/forum/index.php.

Immarigeon, un avocat passionné par les questions de défense, dénonce depuis dix ans la politique extérieure américaine et nous donne un essai très fouillé sur la défaite de 1940, La Diagonale de la défaite, en rapprochant les erreurs de Gamelin de celles des génies actuels du Pentagone et en appelant, dans un cas comme dans l’autre, à une plus juste estimation des forces et des faiblesses de l’ennemi. L’économiste Jacques Sapir, lui aussi passionné de questions militaires, anime sous le pseudonyme peu vérifié de « Fantasque » un site remarquable d’histoire-fiction, où on imagine depuis trois ans avec une minutieuse compétence le devenir du monde jusqu’en 1945, au cas où Mandel et de Gaulle auraient pris le dessus le 10 juin 1940. Sans le concours d’aucun historien professionnel, mais en sollicitant judicieusement des conseils, ces passionnés ont su intéresser les éditions Tallandier et leur premier livre, 1940. Et si la France avait continué la guerre..., est attendu en librairie comme le Messie par beaucoup, le 20 mai.

Des trois derniers nommés, le plus amateur, au mauvais sens du terme, est incontestablement le colonel allemand Karl-Heinz Frieser, cible de mon dernier éditorial (et d’un mien article dans Histomag n° 65 : http://www.39-45.org/histomag/), avec une énorme circonstance atténuante : il a été presque unanimement encensé depuis la sortie, en 1995, de son livre « La légende de la guerre-éclair », postulant que Hitler ne comprenait rien à rien et que la victoire lui avait été en quelque sorte imposée par son avant-garde blindée. Si l’équipe de Sapir n’en semble pas trop contaminée (il est vrai qu’elle commence son uchronie en ce début de juin auquel Frieser borne ses fantaisies), en revanche Immarigeon le cite favorablement et n’ose s’en affranchir nommément... alors qu’il fait un large usage du terme de Blitzkrieg.

Ces parutions et d’autres sont analysées au jour le jour sur le site, dans une série d’articles qui commence ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=430

Je m’exprime également sur Médiapart et recueille quelques réactions intéressantes : http://www.mediapart.fr/club/blog/francois-delpla/050510/lhistoire-en-flagrant-delit-de-legerete

Un bon antidote à la morosité ambiante est le numéro 5 du magazine Histoire(s) de la Dernière guerre, qui tient les promesses annoncées et décrit bel et bien la bataille comme une guerre-éclair, débouchant sur un accablement planétaire devant les succès de Hitler, auquel peu échappent en dehors de Churchill et de De Gaulle : http://www.derniere-guerre.com

La sortie récente de mes deux derniers livres me vaut quelques invitations de presse, qui m’ont amené à rouvrir la rubrique « Actualités » : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=318

J’y mentionne aussi les rééditions de mes livres sur Churchill et le 18 juin, ainsi que le procès de Nuremberg. A ce propos, les lecteurs relativement anciens se souviennent d’un incident regrettable, ma caution et celle de quelques autres personnes (universitaires, religieux, etc.) ayant été usurpées pour obtenir le financement d’un film qui n’avait rien d’historique. L’affaire semble avoir tourné court et nos paroles tronquées disparu de la Toile ou peu s’en faut. C’est l’occasion de publier une interview du printemps 2006 dans laquelle j’expose un certain nombre d’analyses sur le procès, tout en déjouant assez comiquement les pièges où on cherche à m’entraîner : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=318

La commémoration qui s’annonce la plus bruyante est, ce n’est pas moi qui m’en plaindrai, celle de l’appel du 18 juin. Il se trouve qu’elle est et sera marquée, d’abord et avant tout, par le surgissement de nouveaux discours, tant de Churchill que du Général, que les troubles du temps ont amené leurs propres auteurs à censurer : celui de Churchill dans la nuit du 22 au 23 juin (présenté dans mon Mers el-Kébir) et celui de De Gaulle le 23 juin (enfin publié, en français, dans le n° 5 d’ Histoire(s) de la Dernière guerre), tandis que de grandes manœuvres, que je ne puis encore dévoiler, s’annoncent autour de l’esquisse datée du 17 juin, publiée par Philippe de Gaulle en 1988 dans le tome 12 des Lettres notes et carnets. Serait-il possible, à la fin des fins, que décline le mythe suivant lequel tout le monde s’empressait à Londres autour du général rebelle à son gouvernement capitulard, et agréait ses allocutions sans les relire ?

Bonnes lectures et bons débats à tous !

PS.- Je ne puis développer mais tiens à signaler l’intérêt, pour l’intelligence de la Seconde Guerre mondiale en général et de l’an Quarante en particulier, des matériaux exhumés sur le couple Thorez par Annette Wieviorka dans son livre Maurice et Jeannette. La contrariété du secrétaire général français en 1956 tenait moins à la dénonciation des purges staliniennes qu’à la crainte que Khrouchtchev ne reniât le pacte germano-soviétique : voilà un sujet de méditation pour les mois à venir !

PS2.- Le « Petit dictionnaire énervé » m’a valu une interview de Laurent Lemire http://www.agitateur-idees.fr/Site/suite.php ?art=605 et une autre, de Stéphanie Lelong, à l’usage des bambins : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=448

En cas d’affichage fantaisiste, retrouvez ce texte ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432

Et le forum continue son bonhomme de chemin : http://www.delpla.org/forum



30 mai 2010

L’Histoire en flagrant délit de persévérance diabolique

Chers usagers pleins d’usage et raison,

Le titre de cette lettre d’information n° 66 du site de François Delpla peut s’entendre de deux manières.

Il désigne un magazine connu et généralement estimé qui a commis une bourde dans sa livraison d’avril (la France déclarant la guerre le 3 septembre 1939 et la Grande-Bretagne le lendemain), a publié en mai un erratum hélas gravement fautif (les deux pays déclarant la guerre le 3 mais toujours la G-B après la France... alors qu’elle l’avait devancée de cinq heures) et a pris la décision, pour le numéro daté de juin, d’enterrer l’affaire plutôt que de s’humilier par un erratum sur l’erratum. Tant pis pour les étudiants influencés par cette publication, directement ou par l’intermédiaire de leurs enseignants : il y en a bien, statistiquement, un ou deux qui échoueront à un examen parce qu’un professeur n’admettra pas une telle erreur sur un point qui n’est pas mineur... surtout si l’étudiant, sûr de son fait, s’obstine. On se perd en conjectures sur les motivations d’une décision pareille : crainte pour le prestige du titre et le niveau des ventes ? Désir d’épargner la réputation d’un prestigieux fautif ? Dans les deux cas on peut douter du résultat. Que l’information au moins circule le plus loin possible par le présent canal, auprès des candidats comme des jurys ! Et comme il n’est jamais trop tôt pour bien faire, la rectification que la revue devra bien effectuer un jour gagnerait à être mise en ligne sur son site dès réception de la présente.

Mais tout aussi diabolique est la persévérance d’un certain nombre de praticiens de la discipline historique dans des contre-vérités grossières sur les événements de mai-juin 1940, comme dans des silences bien peu justifiables sur des documents ou des analyses propres à renouveler le regard. La série d’articles commencée en rubrique « Lu » http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=430 s’est beaucoup enrichie depuis la dernière lettre d’information et vous donnera bien des détails. Le dernier article en date porte sur une recherche que je vous recommandais la dernière fois comme l’une des plus innovantes, celle de Jean-Philippe Immarigeon http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=453 .

Je ne développerai ici qu’un exemple, celui de la commémoration de l’appel du 18 juin, qui s’annonce à la fois en rupture avec toutes ses devancières, et pleine, dans ses remises en cause des simplifications militantes, d’erreurs et de demi-mesures, ou même d’aggravations des déformations. Je n’en veux pour preuve que la fameuse affiche « A tous les Français » destinée, par la propagande gaulliste de guerre, à se substituer à l’Appel. En effet, elle condamne explicitement le gouvernement Pétain alors que l’appel prononcé au micro comme celui, sensiblement différent, des journaux anglais du lendemain (devenu canonique... moyennant l’ajout d’une phrase en août !) ne le faisait qu’implicitement.

La première trace de cette affiche sur les murs de Londres remonte au 3 août 1940, comme en fait foi la presse de l’époque. Or les mémoires du Général (1954) la font apparaître en juillet... et un certain nombre de reproductions du temps de guerre y font figurer la date du 18 juin, comme s’il s’agissait de l’Appel, en bas à gauche (là où on trouve ordinairement la traduction anglaise... ce qui va de soi pour un texte affiché en Grande-Bretagne en temps de guerre). Si beaucoup de publications d’après guerre tendent à créer une certaine confusion entre l’affiche et l’appel radiodiffusé, notamment sur les plaques commémoratives apposées un peu partout en France, personne à ma connaissance n’avait, après 1945, reproduit à cette fin la version portant la fausse date. Or voilà qu’elle ressort cette année, sur un bloc philatélique édité par la Poste ! De même, sur le site officiel de l’Appel du 18 juin, sous la responsabilité du ministre Hubert Falco, on peut lire ce festival d’ambiguïtés et d’inventions pures... dans un « kit pédagogique » qui plus est ! http://www.appeldu18juin70eme.org/kit-pedagogique

« Cette affiche a largement contribué à la diffusion de l’Appel durant la guerre. Elle a pu être placardée sur les murs des villes anglaises après la reconnaissance du général de Gaulle, par le gouvernement britannique, comme chef des Français libres, le 28 juin 1940. Tirée dans un premier temps à mille exemplaires, elle fit sur les murs de Londres une apparition d’abord discrète puis massive à la veille du 14 juillet. »

Tout bien réfléchi, on peut admettre la valeur pédagogique de cette prose, qui permet de comprendre mieux que par un long discours les intoxications médiatiques de notre époque, encouragées par des gouvernants qui n’ont peut-être même pas conscience de la fausseté de ce qu’ils colportent, sous une présidence qui n’accuse même pas réception du courrier.

Je rappelle au cas où mes travaux, ou encore ceux de Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ne seraient pas connus du lecteur, qu’il ne s’agit pas, en écrivant aujourd’hui une histoire scientifique des débuts du gaullisme, de relayer les proses qui, jusqu’en 1990, ont été les seules à mettre en doute le récit consacré, à savoir les proses pétainistes. Cet effort tend bien au contraire à dégager une réalité plus belle que la légende, en montrant que de Gaulle avait bel et bien dès le début l’intention de dénoncer publiquement Pétain dans les termes les plus durs et en a été empêché par la censure britannique, elle-même induite par l’opposition de Halifax et d’une partie importante du cabinet à la volonté de Churchill de continuer la guerre quoi qu’il advînt.

C’est un mois de juin bien intéressant qui s’annonce ! Cf. rubrique « actualités » http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=318

Montigny le 29 mai 2010

François Delpla

PS : le silence de l’Elysée reste complet : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=403

J’ai aussi mis en ligne mon intervention au colloque du 29 octobre dernier sur les lois mémorielles : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=450

Une pièce de plus dans le dossier des crimes allemands qui passent pour purement miliciens : la plaque de rue sur le couple Basch dans le quatorzième arrondissement de Paris http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=451

En cas d’affichage fantaisiste, retrouvez ce texte ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432 Le forum tend à s’animer. Voir notamment le débat sur l’arrêt devant Dunkerque, tellement animé qu’il provoque des sanctions : http://www.delpla.org/forum/viewtopic.php ?f=29&t=27&p=5053#p5053

Enfin n’oubliez pas de vous abonner toujours plus nombreux à Histoire(s) de la Dernière guerre, dont le numéro 5 cause entre autres des "Débuts chaotiques du gaullisme".



18 juin : la flamme de la résistance aux déformations ne doit pas s’éteindre !

Le site de l’INA http://blogs.ina.fr/charles-de-gaulle/ dévoile depuis le début du mois, à raison d’un épisode par jour, le film d’Hugues Nancy La véritable histoire du 18 juin 1940, dont l’intégralité sera diffusée sur Public-Sénat le 14 juin à 18h 30. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Eric Roussel, Serge Berstein et votre serviteur sont interrogés sur la genèse de l’appel du général de Gaulle et ses lendemains. Un travail pionnier, dont l’histoire devra expliquer qu’il ait attendu que l’événement qu’il relate soit sinon gâteux, du moins septuagénaire.

Mes recherches, rassemblées en 2000 dans le tout premier livre consacré à cet événement (à nouveau disponible dans quelques jours), sont répercutées sans déformation dans les épisodes parus à ce jour.

Cette nouvelle commémoration décennale voit donc, enfin, l’éclatement de la vérité aux oreilles d’un large public... car cette hirondelle fait le printemps et une floraison de publications se penche enfin sur l’histoire de cette journée. Mais il faut déplorer la persistance de beaucoup d’approximations, voire l’apparition de nouveaux mythes, comme celui d’une réunion du cabinet britannique à 16h, venu opportunément lever une contradiction entre les faits et certains témoignages. On trouvera quelques détails dans le nouvel éditorial http://www.delpla.org . La propagande ne cède pas le terrain sans combattre, et le mythe éclopé se restructure comme il peut.

L’enjeu n’est pas, faut-il le répéter, de diminuer l’éclat du geste -ni de la geste- du 18 Juin. La honte que cachaient les censures, les dissimulations et les déformations n’est pas celle du Général, mais des innombrables dirigeants résignés à une ample et durable victoire du nazisme, dans le monde entier. De ce point de vue Pétain, et les Français qui le soutenaient, ont toujours porté un chapeau bien trop large. La complaisance n’était pas moindre à Moscou ni à Washington, ou encore au Vatican. A Londres même, Churchill jouissait d’aussi peu de soutiens résolus que de Gaulle en France. D’où les invraisemblables méandres de l’accouchement de l’appel -qui dure 48h comme, en obstétrique, les plus longs des travaux, et on pourrait emprunter à cette discipline bien d’autres métaphores. On se contentera de dire que, comme souvent, le forceps déforme la tête de l’enfant !

De Gaulle est empêché de lever hautement et clairement l’étendard de la rébellion contre Pétain, d’où la nécessité, lorsque le pouvoir de Churchill est un peu consolidé après Mers el-Kébir, d’effacer les ambiguïtés initiales par des textes plus nets, en les antidatant. Ce sera, en août, la fameuse affiche « A tous les Français », datée de juillet, voire de juin, voire du 18 juin lui-même (une déformation commise cette année même par la Poste française sur un bloc philatélique http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php ?index=48809 , de manière cette fois entièrement condamnable). Mieux encore, de Gaulle ayant été privé de micro entre le 18 et le 22 juin, un appel du 19 vomissant le Maréchal fera son apparition... en 1941.

Ah certes, jamais une commémoration n’aura été moins rituelle. Ecoutez bien les discours, tous sont polis... comme des galets, les moindres mots pour une fois sont pesés et Clio prend des coups dans la mêlée, mais son triomphe est en vue !

François Delpla, le 11 juin 1940

PS :

*le silence de l’Elysée reste complet, opaque, intégral et digne d’une pire cause : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=403

*un autre film utilisant mes services porte sur un sujet méconnu et passionnant, les « régiments-ficelles » : http://lorraine-champagne-ardenne.france3.fr/emissions/documentaires/index.php ?page=article&numsite=5555&id_rubrique=5582&id_article=15776

*Enfin n’oubliez pas de vous abonner toujours plus nombreux à Histoire(s) de la Dernière guerre, dont le numéro 6, à paraître début juillet, comportera notamment une étonnante interview de Stéphane Hessel sur la période.

*En cas d’affichage fantaisiste, retrouvez ce texte ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432



18 juin 2010 : David Cameron ouvre la brèche

Lettre d’information n° 68 du site de François Delpla

Sir Alfred Duff Cooper, le ministre anglais de l’Information en 1940, qui avait démissionné du gouvernement Chamberlain après Munich, avait une soeur, qui eut une fille, laquelle épousa un Cameron, grand-père du premier ministre actuel.

David Cameron est apparemment très fier de cette parenté, puisqu’il en fit état lors d’un voyage à Prague en 2007 ... et qu’il a récidivé hier lors des commémorations du 18 juin, devant un Sarkozy sans doute trop peu au fait de la question pour lui répondre en s’affranchissant de son texte. Or la phrase suivante du discours de Cameron ouvre une brèche gigantesque dans un mur de silence dont Churchill (maçon à ses heures) avait monté les premières briques :

"Il y en avait au sein du gouvernement qui souhaitaient empêcher le général de Gaulle de parler à la radio. Je suis heureux de vous dire aujourd’hui que mon arrière-grand-oncle n’était pas de ceux-là."

Churchill avait coutume de dire qu’il avait été, en 1940, non pas le lion britannique, mais son rugissement, réduisant ainsi ses talents à son éloquence, et encore : elle-même n’était pas censée avoir joué un rôle décisif. Il alla jusqu’à écrire dans ses mémoires que son cabinet, trop occupé par les urgences de l’heure, n’avait jamais délibéré sur l’opportunité de continuer la guerre sans la France. C’était pousser fort loin l’idée que la résistance militaire à un monstre comme Hitler, tant qu’il restait des moyens de combattre, était une évidence.

Historiquement, rien n’est plus faux : la planète, témoin entre 1914 et 1918 d’une très coûteuse victoire sur l’Allemagne des autres puissances coalisées, grâce à la résistance initiale de la France, avait de solides raisons de croire que l’écroulement immédiat de ce bastion donnait aux Germains une victoire incontestable et que le plus sage, pour ceux même qu’elle contrariait, était avant tout de la reconnaître. La résistance de la Grande-Bretagne était un sujet d’étonnement et de perplexité, bien plus que d’espérance. Témoin le fait que la fameuse correspondance par laquelle Roosevelt encourageait Churchill s’interrompt complètement, côté américain, entre la mi-juin et la mi-août.

En Angleterre même, Churchill n’avait guère de fermes soutiens : par exemple Anthony Eden qui, lorsque le gouvernement fut un peu plus solide, allait en devenir le deuxième personnage et le successeur quasiment désigné de son chef, n’émet pas la moindre déclaration fermement churchillienne en juin ou juillet 1940.

Duff Cooper est bien l’un des rares piliers sur lesquels le premier ministre peut s’appuyer en toute confiance et il est le 18 juin, au sein du gouvernement, le vecteur qui rend possible l’entrée en scène du général de Gaulle. C’est lui qui met en délibération un texte d’appel devant le cabinet à 12h 30 et se voit rembarrer (Churchill étant mystérieusement absent) par le ministre des Affaires étrangères Halifax, puis qui revient à la charge dans l’après-midi avec de Gaulle et Spears, pour obtenir finalement un droit de parole à 22h, moyennant la défiguration du texte puis, dans la nuit, l’impression dans les journaux anglais d’une version plus acceptable (celle prononcée au micro, et connue encore aujourd’hui seulement par une écoute suisse -en allemand !- disant que Pétain recherche un armistice "dans l’honneur"). Cette version anglaise du 19 deviendra canonique... moyennant l’ajout d’une dernière phrase début août, récupérée sur la version du micro ( "Demain comme aujourd’hui je parlerai à la radio de Londres") !

La commémoration de ce soixante-dixième anniversaire a vu, d’une façon générale, l’émergence d’une histoire nettement moins asservie au récit traditionnel -lequel relevait, des deux côtés de la Manche, de la pure et simple ruse de guerre, consistant à ne pas informer l’ennemi des débats le concernant. Tous les articles ou presque, toutes les émissions ou presque, ont été amenés à mentionner l’existence de débats sur le principe même de l’émission, et sur son contenu. Mais, à de rares exceptions près, ces tardifs aveux tendent à mettre en place une nouvelle mythologie : les difficultés n’auraient point surgi au sein de la direction britannique, mais entre de Gaulle et elle, considérée comme un tout. Le cabinet aurait, dans son ensemble, hésité à lâcher la proie de ses relations avec Pétain pour l’ombre d’un général inconnu. Il y aurait donc d’un côté de sages politiciens traitant Pétain poliment comme une personne honorable, et de l’autre un discours gaullien trop agressif, qu’il a fallu tempérer. Mais alors, pourquoi lui réinjecter de l’agressivité dans la nuit, à l’usage des journaux ?

Dans quatre jours a lieu un autre anniversaire, celui du 23 juin. Toute l’Angleterre est révulsée par la signature de l’armistice aux conditions de l’Allemagne, très marginalement amendées par la négociation de Rethondes. Décision immédiate est prise de ne plus reconnaître le gouvernement de Bordeaux, et Halifax lui-même doit s’y rallier. Un communiqué du cabinet dit que l’Angleterre s’apprête à reconnaître un "comité national" autour de De Gaulle, qui annonce lui-même cela à la radio le soir. Sur ce Halifax, chapitré par quelques Français dont Jean Monnet, se décide à aller à la BBC, récupère le texte, interdit aux journaux d’en parler et s’en justifie le lendemain auprès du cabinet. Churchill s’incline, ce qui donne la mesure du rapport des forces, et entreprend alors de diriger l’attention des ministres sur la flotte française, ce qui va déboucher dix jours plus tard sur la canonnade de Mers el-Kébir.

Cependant l’affaire a été trop remarquée pour passer inaperçue et on justifiera, d’un commun accord entre Anglais et gaullistes, l’avortement du comité national par le fait que de Gaulle n’avait pu trouver assez de personnes de poids pour le constituer... alors que son invitation avait été, sitôt lancée, censurée par la Grande-Bretagne !

Le resurgissement de cet appel en 2010, grâce en particulier à Hugues Nancy (version imprimée dans le n° 5, actuellement en kiosque, d’Histoire(s) de la dernière guerre), doit permettre de laver cette tache nationale !

Les désespérés étaient partout, et solidaires d’un pays à l’autre, les gens décidés à écraser Hitler peinaient partout pour s’imposer, et notre planète déboussolée a grand besoin de mieux connaître cette histoire, dans toute l’ampleur de son incertitude et de ses quotidiens virages.

Montigny, le 19 juin 2010

*le silence de l’Elysée sur le dossier de l’UNESCO à compléter d’urgence reste complet.

*Le professeur François-Georges Dreyfus, qui ne m’avait pas invité depuis Montoire (1996), me convie ce dimanche 20 juin dans son émission de midi sur Radio-Courtoisie car il est conquis par Mers el-Kébir !

*N’oubliez pas de vous abonner toujours plus nombreux à Histoire(s) de la Dernière guerre, dont le numéro 6, à paraître début juillet, comportera notamment une interview sur la période de Stéphane Hessel, dont la nonagénaire candeur nous a encore rafraîchis hier, lorsqu’il a dit qu’il reprochait à de Gaulle essentiellement une chose, l’élection du président au suffrage universel, qui a des conséquences funestes "surtout depuis deux ans et demi".

*En cas d’affichage fantaisiste, retrouvez ce texte ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432



De Gaulle, premier film : 17 juin, 2 juillet ou... ?

23/06/10 07:08

Lettre d’information du site de François Delpla

http://www.delpla.org

Supplément au n° 68

(22 juin 2010)

Un film d’une minute et demie, présent sur la Toile depuis quelques mois, défraye la chronique, notamment au colloque sur le 18 juin qui se tient en ce moment à Paris. On peut le voir en particulier sur le site de l’ECPAD http://www.ecpad.fr

Il montre de Gaulle prononçant, debout derrière un bureau, un discours jusque là inconnu. Il ressemble cependant à l’ébauche de l’appel du 18 juin publiée par Philippe de Gaulle en 1988 dans le volume 12 des Lettres, notes et carnets. Par rapport à ce texte, il porte néanmoins la trace d’un polissage de forme (huit modifications en une quinzaine de lignes).

Il ressemble également à un passage du discours gaullien diffusé par la BBC le 2 juillet 1940.

La tendance générale des commentaires est de dater ce texte du 2 juillet ou d’une période immédiatement antérieure, et de rejeter résolument, pour l’ébauche, la date du 17 juin.

A cela j’objecte que dans ses discours des premières semaines, de Gaulle commence par indiquer où en sont les rapports entre le gouvernement Pétain et l’Allemagne, et qu’il le fait dans celui du 2 juillet. Le passage ressemblant au texte du film vient ensuite, suivi lui-même d’un développement sur les exemples historiques qui devraient détourner les dirigeants de Vichy de leur attitude et, dans le cas contraire, inciter les Français à leur désobéir.

Il serait curieux que de Gaulle prenne la peine d’enregistrer sur pellicule une esquisse très incomplète.

En revanche on peut (sous toutes réserves vu les lacunes de la documentation dévoilée à ce jour, en France comme en Angleterre) proposer une autre hypothèse : une ébauche de l’appel initial a pu être retravaillée quelques jours ou quelques semaines plus tard, et enregistrée dans un souci de propagande.

Ce texte va en effet droit au but, opposant la voie du Général et de ses « compagnons », qui serait celle de « l’honneur », à celle choisie par Pétain et son gouvernement, caractérisée par les mots d’abandon, de désespoir et de capitulation.

L’enjeu est d’importance : l’appel du 18 juin, dans sa version classique (connue, à une variante près ajoutée en août, par les journaux anglais du 19), ne comporte aucune critique directe de Pétain ; mieux, l’appel réellement prononcé, connu par une écoute suisse, prétend répétitivement que le maréchal cherche un armistice « dans l’honneur ». Or tout montre que de Gaulle voulait le frapper d’infamie dès le départ, et en a été empêché par une censure anglaise (dont l’épicentre était au Foreign Office de lord Halifax). C’est bien pour cela que le texte de l’appel, même amélioré par les journaux et poli jusqu’en août, va tendre pendant toute la guerre et, encore aujourd’hui sur les monuments de nos places, à être éclipsé par la fameuse affiche « à tous les Français », qui met en cause le gouvernement Pétain d’une façon radicale. Elle-même est apparue le 3 août 1940. Dans la même veine, on trouve un « appel du 19 jui n », incendiaire envers Pétain, et apparu, lui,... en 1941.

Ce film semble procéder d’un souci analogue : de Gaulle a pu envisager de faire diffuser cette séquence en la faisant passer pour son appel ou pour un résumé de celui-ci, datant de la même période. Puis y renoncer, soit de lui-même, soit dans une négociation avec les Britanniques. Car il y en a eu nécessairement une, pour convenir du texte de l’affiche et de sa diffusion en Angleterre.

Ainsi, cet enregistrement filmé, s’il a peu de chances d’être un galop d’essai pour le discours du 2 juillet, pourrait bien être une ébauche... de l’affiche « A tous les Français ».

Puisse le surgissement de cette bobine faire progresser l’exigence d’un dévoilement total, des deux côtés de la Manche, des documents permettant de reconstituer la genèse de l’épopée française libre !



Hitler et Churchill : le rôle de l’individu dans l’histoire

Lettre d’information du site de François Delpla

n° 69

La Première Guerre mondiale est déclenchée par des chefs d’Etat et de gouvernement médiocres et dépassés. L’analyse de ses causes se prête à une revue de détail des « forces profondes » à l’œuvre dans chaque pays -l’expression est d’ailleurs sinon née, du moins a été propagée au cours des débats historiographiques sur les responsabilités du déclenchement de la Première Guerre mondiale, par la plume de Pierre Renouvin.

La Seconde est l’œuvre d’un homme -auquel un autre homme a commencé à donner la réplique au bout de presque un an, et presque trop tard.

Baudelaire :

Quand notre cœur a fait une fois sa vendange

Vivre est un mal. C’est un secret de tous connu.

Le chaos de la Première Guerre fait toujours de l’ombre à la simplicité de la Seconde, et le duel Churchill-Hitler, connu de tous, reste encore bien occulte. A vrai dire, à part John Lukacs, je ne me connais guère de voisin sur ce créneau. Mais il en est de plus compromettants ! (des voisins -des créneaux, également.)

J’ai commis à ce sujet une sorte de manifeste intitulé "Pourquoi les idées fausses sur le nazisme et la Seconde Guerre mondiale ont-elles la vie aussi dure ?", et l’ai jeté dans l’arène de Médiapart http://www.mediapart.fr/club/blog/francois-delpla/290610/pourquoi-les-idees-fausses-sur-le-nazisme-et-la-seconde-guerre-mond#comment-570227 avec un résultat intéressant, que j’ai condensé sur le site : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=459

Il ne s’agit pas d’en revenir à l’histoire-bataille ni au culte des grands hommes, et pas davantage de confier à la psychologie un rôle prépondérant. Mais enfin, l’individu, cela existe, cela influe plus ou moins sur la société : parfois moins, parfois plus et parfois extrêmement. Pourquoi l’exception serait-elle bannie du seul domaine politique ?

Le magazine Histoire(s) de la Dernière guerre continue son bonhomme de chemin et le n° 6, qui vient de paraître, explore les événements de juillet-août 1940. C’est aussi l’occasion d’une mise à jour de son site : j’y ai déposé un article inédit sur la situation diplomatique de ces semaines où la paix hitlérienne tente bien des gens, le Vatican et le Foreign Office se faisant les commis-voyageurs d’une lettre transmise par le prince de Hohenlohe qui ne fait pas seulement l’éloge de la modération du Führer... mais a tout l’air d’avoir été rédigée par lui-même : http://www.derniere-guerre.com/inedit.php

Les lampions du 18 juin s’éteignent. Grâce à la Fondation de Gaulle, à l’INA et à d’autres institutions, de nouveaux discours, des enregistrements d’un intérêt prodigieux surgissent. La fête est passée, que le travail continue !

Montigny le 7 juillet 2010

PS.- Si le message s’affiche mal, retrouvez-le ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432



Des fulgurances de John Lukacs au sombre torpillage du Meknès

Lettre d’information n° 70 du site de François Delpla

Août 2010

Lecteurs proches ou lointains,

L’histoire de la Seconde Guerre mondiale continue de nous instruire sur le monde actuel, à mesure que nous la comprenons mieux.

John Lukacs reste au premier rang des défricheurs, avec son livre de mars dernier The Legacy of the Second World War. Né hongrois en 1924, évadé des griffes d’Eichmann en 1944 puis du système stalinien en 1946, devenu américain et adversaire sarcastique des brutes politiques ou militaires de son pays tout au long de la guerre froide et du choc des civilisations, il démolit méthodiquement dans cet ouvrage l’idée courante que la Seconde Guerre mondiale ait représenté une parenthèse dans un affrontement entre « démocratie et totalitarisme », pour montrer qu’elle modèle le monde actuel plus que tout autre événement de son siècle -ce qui est aussi la leçon de mon propre travail, à son exemple initial et par des voies souvent convergentes. Il admire infiniment Churchill et le comprend néanmoins. Bon connaisseur des déclarations de Hitler et sensible au caractère unique du phénomène nazi tout en l’inscrivant dans son temps, il insiste en particul ier sur le fait que dès novembre 1941 Hitler comprend qu’il a échoué et ne peut plus que limiter les dégâts, par un éclatement de la coalition adverse vers lequel tendent désormais tous ses efforts. Voilà qui devrait faire reculer, fût-ce lentement, l’idée qu’il était incapable d’ordonner une retraite ou que dans son bunker il donnait des ordres à des armées fantômes sans que son entourage terrorisé osât le contredire.

Outre mes livres (dont je vais reparler), je présente mes propres analyses dans le bimestriel Histoire(s) de la Dernière guerre , et le magazine en ligne Histomag http://www.39-45.org/portailv2/download/download.php .

Le premier, qui souffle à la fin du mois sa première bougie, continue de suivre les événements de la seconde Guerre mondiale à leur date anniversaire : ce numéro 7 porte donc sur les mois de septembre et d’octobre 1940 et s’efforce de percer à jour les intentions hitlériennes, à travers le fracas de la présumée bataille d’Angleterre et les arabesques ferroviaires du chef nazi via Hendaye, Montoire et Florence. Quant à Histomag, sa dernière livraison, mise en ligne dans quelques jours, comporte un dossier sur les erreurs commises à propos du nazisme, introduit par mes soins en adaptant le texte débattu sur Mediapart http://www.mediapart.fr/club/blog/francois-delpla/290610/pourquoi-les-idees-fausses-sur-le-nazisme-et-la-seconde-guerre-mond dont je vous entretenais le mois dernier. Je recommande en particulier dans ce numéro l’article d’Eric Kerjean sur la pseudo-résistance de l’amiral Canaris, issu d’un travail universitaire d’une grande origina lité.

On peut commencer à tirer un bilan des parutions inspirées par les commémorations des événements de 1940 -et un nouvel éditorial http://www.delpla.org s’y attelle. Si les avancées ne manquent pas (permettant notamment de dévoiler les difficultés de l’accouchement de la France libre et de commencer à les expliquer), beaucoup d’erreurs et d’approximations ont été reconduites, en raison d’une mauvaise appréciation des capacités de Hitler, des particularités de son mode de raisonnement et de sa façon inédite de diriger un gouvernement ou une armée. Par la percée de Sedan et les manœuvres diplomatiques qui l’ont précédée et entourée, il a bel et bien induit sur la planète entière un désir de paix qui devrait le faire mourir... dans son lit trente ou quarante ans plus tard, après un accomplissement point par point du projet présenté dans Mein Kampf. Il n’y a plus pour y faire obstacle que Churchill, inaugurant à 65 ans par une cascade de désastres une fonction de premier ministre qu’on lui a longtemps refusée. Il se heurte dans son propre cabinet à des oppositions redoutables, que sa propre politique le conduit à minorer ou à nier, sur le moment puis dans ses mémoires. Le travail critique, à cet égard, ne fait que commencer et le printemps n’a connu que de rares hirondelles.

Après Mers el-Kébir, le Petit dictionnaire énervé de la Seconde Guerre mondiale (qui fait l’objet d’une interview dans Histomag) et les remises en vente de Churchill et les Français (intégralement en ligne sur le site, sauf la nouvelle préface) et de L’Appel du 18 juin 1940 (en attendant, début octobre, celle du Montoire par les éditions Albin Michel), je me dispose à faire paraître enfin, après 10 ans de vieillissement profitable dans un cachot immérité, mon Churchill et Hitler. Ce sera l’opus de l’année 2011. Mais il est possible qu’en 2010 j’envahisse une dernière fois les librairies, si je rédige assez vite la traduction... du dernier livre de John Lukacs.

Après Hugues Nancy, vigoureux dépoussiéreur des archives de l’INA sur les appels de De Gaulle, j’ai fait la connaissance d’un autre jeune documentariste de télévision, Zoltan Moll, qui a reçu de l’émission « Thalassa » la commande d’un film sur le naufrage du Lancastria (évacuant des milliers de soldats anglais depuis Saint-Nazaire, le 17 juin 1940, et coulé par l’aviation allemande : plus de 5000 victimes) et d’un autre sur celui, négligé par les historiens, du Meknès (ramenant d’Angleterre en France, le 24 juillet 1940, un millier de marins ayant opté pour le rapatriement, et torpillé sans sommation par une vedette allemande : environ 500 victimes). Si la première affaire illustre les difficultés de Churchill (qui dissimule l’information pour ne pas attenter au moral de la nation), la seconde offre un exemple du dressage de Pétain par l’occupant.

En effet, les rapports français montrent que le Meknès, un paquebot de ligne impossible à confondre avec un objectif militaire, naviguait en ce début de nuit tous feux allumés, et avait reçu des balles (sans avoir repéré l’agresseur) une dizaine de minutes avant la torpille, tandis que les documents allemands justifient le torpillage par la surprise d’une brusque rencontre et la crainte d’être soi-même attaqué. Il s’agit donc d’une froide exécution qui peut difficilement avoir été décidée par le commandant d’une petite unité navale. Voilà un échantillon, inaperçu jusqu’ici, de la cynique (et pédagogique) brutalité du Reich envers Vichy. Le maréchal signataire de l’armistice est démonétisé dans son rôle de « protecteur » tandis qu’il ne peut protester sans renier sa propre politique d’entente avec l’Allemagne, et doit se résoudre à accuser, confusément, les Anglais.

La diffusion des émissions est prévue à l’automne.

Cette expérience télévisuelle, inaugurée par les émissions de Daniel Costelle sur Eva Braun, est l’occasion de constatations encourageantes : ces réalisateurs de documentaires historiques (auxquels il faut ajouter Robert Mugnerot, dont les « Régiments ficelles » rencontrent un succès mérité) montrent des qualités du même ordre que celles qu’on attend des historiens -attention aux derniers progrès de la recherche, rigueur dans l’exploitation des sources et souci de ne jamais sacrifier l’exactitude à l’effet. Ainsi Zoltan Moll m’a-t-il filmé dans le cadre fort esthétique des archives de Vincennes... en train de lire de vrais documents sur le naufrage du Meknès, propres à étayer les hypothèses débattues auparavant dans nos conversations.

Mais il ne faudrait pas enterrer trop vite la radio ! Si l’existence et les libertés du service public en général et de Radio-France en particulier inspirent des craintes qu’il faut espérer salutaires, le franc parler fut encore de règle lors de l’enregistrement d’un « Parcours avec Churchill » sur France-Culture, qui vient d’être diffusé ( et qu’on peut donc écouter sur http://www.franceculture.com/player ?p=reecoute-2397901#reecoute-2397901 ). Pierre Assouline m’y fait débattre avec Guillaume Piketty, notamment sur la question du « bellicisme » de Winston (une grossière légende faisant le jeu des va-t-en guerre américains du siècle suivant, plaidé-je dans ce micro) et les éditions Perrin ont décidé d’éditer prestement le texte des émissions... ce qui devrait vous donner une dernière (petite) occasion de me croiser chez votre libraire en 2010.

Bonnes lectures et fructueux débats !

François Delpla

PS.- Parmi les nouveautés du site, deux débats en rubrique « Blabla » :

-  l’un sur le rôle essentiel de la stigmatisation de « l’ennemi juif » par le caporal Hitler, fin 1919, dans la structuration binaire de l’opinion au temps de la guerre froide puis du « choc » http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=460 ;

-  l’autre sur les accords de Munich et le caractère sincère ou non de la menace hitlérienne d’agresser la Tchécoslovaquie http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=462 .



N° 71

4 octobre 2010

Pétain à la Une !

Une nouvelle manifestation de cette « histoire à l’estomac » qu’Alexandre Adler dénonçait dans le Monde il y a quatorze ans (que d’eau, que d’eau depuis, sous les ponts les plus divers !) a surgi le 3 octobre, pour le faux anniversaire du statut des Juifs -qu’une secte en croissance lente mais sûre date plus solidement du 18 octobre 1940. La pièce nouvelle, et importante, d’un brouillon du texte annoté par le maréchal a surgi dans des conditions inhabituelles, requérant de la part des chercheurs beaucoup de sang-froid et surtout, de la part des découvreurs, d’amples compléments d’information.

Ce qui reste faux, bien que martelé, c’est que les Allemands ne se soient pas mêlés de l’affaire et que le pouvoir vichyssois ait simplement voulu se venger de Dreyfus -auquel cas on se demande bien pourquoi il aurait attendu près de quatre mois. Il y a de toute évidence, pendant cette période, un va-et-vient incessant entre ces autorités et celles du pays oppresseur et occupant -la recherche anxieuse de ce qui pourrait lui faire plaisir guidant la partie dite française plus que toute autre préoccupation, et bien plus en tout cas que des soucis de revanche interne, même si ceci n’est pas incompatible avec cela.

Le retour en librairie d’un certain livre sur Montoire pourrait contribuer à éclairer les choses et à inscrire la pièce nouvelle dans une trame solide (sans préjudice d’une ferme revendication que le « donateur qui a souhaité rester anonyme » se fasse connaître, ou révèle au moins la filière d’acquisition du document et si possible son contexte). De même, un article vieux de deux ans (et inspiré par mes recherches sur la captivité et la mort de Georges Mandel) que je viens de mettre en ligne : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=466

Le nouvel éditorial http://www.delpla.org s’efforce de relier cette péripétie à celles de l’été, qui ont vu une nouvelle poussée d’instrumentalisation des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale.

Pris par le débat sur la défaite française, je n’avais guère encore causé du roman à thèse préoccupante de Tobie Nathan sur la mort d’Arlosoroff, c’est chose faite grâce au blog de Pierre Assouline : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=465 http://passouline.blog.lemonde.fr/2010/09/29/qui-etait-vraiment-magda/ Il est grave d’ajouter à la Shoah une victime indue, fût-ce dans un roman. C’est la négation, par exemple, de l’esprit qui présida aux assises de Nuremberg. « Un peu plus, un peu moins... on ne prête qu’aux riches » : quelle raison, dès lors, de ne pas accorder aux Soviétiques la culpabilité allemande dans les meurtres de Katyn ?

Dans le débat politique français qui pour le moment ne s’élève guère, Bruno Gollnisch a piégé quelques journalistes en attribuant au Front populaire une politique de retrait de la nationalité qui devait tout à l’esprit munichois, collaborateur avant la lettre : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=199 C’est l’occasion de constater que la thèse de Gérard Noiriel sur les « origines républicaines de Vichy » comportait à cet égard des ambiguïtés : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=464

Enfin, pour le début de novembre, je vous recommande un numéro en ligne de la revue « Défense nationale » qui reviendra en détail sur les débats de 2010 concernant la campagne de 1940, avec une contribution de votre serviteur : http://www.defnat.com/

Bonnes lectures

François Delpla

PS.- Si le message s’affiche mal, retrouvez-le ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432

D’autres nouveautés encore sont à découvrir : http://www.delpla.org/resume.php3

Et vous pouvez guetter le site du magazine Histoire(s) de la Dernière guerre, qui va connaître sous peu un enrichissement considérable : http://www.derniere-guerre.com/



Lettre n° 73

28 novembre 2010

Chers abonnés,

Devant une production sur le nazisme dont le flux ne tarit pas, la dernière actualisation de mon site porte principalement sur le dernier tome de l’imposante somme de Marcel Gauchet : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=473

J’ai jugé bon également de combattre le préjugé très courant, et aujourd’hui particulièrement pernicieux, suivant lequel Churchill aurait méprisé la Société des Nations : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=472

PS.- Si le message s’affiche mal, retrouvez-le ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432

D’autres nouveautés encore sont à découvrir : http://www.delpla.org/resume.php3



Qui commémorera le renvoi de Laval ?

12 décembre 2010

Lettre d’information n° 74 du site de François Delpla

Chers abonnés,

Après l’inflation du printemps, les publications sur l’an Quarante marquent le pas.

Si le mois d’octobre, sous l’impulsion de Serge Klarsfeld, a vu un certain nombre de débats sur le statut des Juifs (répercutés ici ) et celui de novembre un important colloque orléanais sous la direction d’Antoine Prost, il est à craindre de voir passer à l’as, en ce mois de décembre, le très intéressant épisode du renvoi de Laval par Pétain.

J’ai commis un article sur lui dans le dernier numéro du magazine Histoire(s) de la Dernière guerre , qui poursuit sa route pour la satisfaction de ses lecteurs de plus en plus nombreux. Mon collègue Joël Drogland, qui commente en détail tous les articles depuis le premier numéro, fait à celui-ci un reproche révélateur : la mayonnaise prendrait mal entre le rappel des faits connus (prouvant, ce qui peut être utile, que je n’enfonce pas toujours que des portes fermées !) et des révélations relativement nouvelles (exposées sur mon site depuis 2007, puis dans mon livre sur l’assassinat de Mandel en 2008) ayant trait à une velléité de rupture de l’armistice par Pétain, traduite par un début de mouvement vers Alger le 31 décembre, qui ne survit pas à la Saint-Sylvestre.

« Tout cela est bien compliqué et présente un Pétain très influençable. Nous n’avons pas compris le lien entre les deux événements (...). », écrit Joël. Or le lien s’appelle Hitler. Peut-être aurait-il fallu le souligner plus encore ?

Mais sans doute le colloque d’Orléans (lien ci-dessus), chroniqué par le même auteur, explique-t-il en partie cette incompréhension. On ne lit, dans ce compte rendu de deux jours de riches débats sur la bataille de France et ses suites, qu’une seule fois le mot « Hitler », dans le résumé d’un article de François Cochet : « Le plan Manstein-Guderian n’est adopté que le 13 février (c’est un choix de Hitler qui illustre le processus de décision typique de la dictature par sa rapidité). » Saluons au passage cette attribution à Hitler de la décision du plan permettant la percée de Sedan et la victoire-éclair, même s’il me semble qu’il faille en chercher l’origine plus en amont. Mais ce quasi-silence du colloque (à vérifier lors de la parution des actes complets) sur le décideur qui a déclenché la guerre elle-même, après avoir publié en 1927, et cherché à faire oublier ensuite, un projet d’écrasement expéditif de la France, me semble emblématique d’une limite, encore bien actuelle, de la recherche sur ces événements, quelles que puissent être par ailleurs ses avancées.

Hitler est à la barre, non seulement de la réorientation de l’effort militaire allemand vers l’ouest, après la Pologne et en attendant la Russie, mais de l’occupation de la France : une chose, elle, inattendue, motivée par la seule ténacité churchillienne et, pour cette raison même, supposant un doigté infini. Pour ne prendre qu’un exemple, Hitler cherche à couper l’herbe sous les pieds du général de Gaulle avant même de connaître son appel, puisqu’il dit à Mussolini le matin du 18 juin qu’il faut ménager la flotte et les colonies françaises, sous peine de voir se former un gouvernement dissident en Afrique. Mais puisqu’il a dosé en personne les clauses de l’armistice, il est logique qu’il en surveille au jour le jour l’application : ainsi pousse-t-il Pétain à la faute dans la gare de Montoire, le 24 octobre, le maréchal serrant la main oppressive sans rien obtenir. Puis, reprenant une proposition pétaino-lavalienne de collaboration militaire qu’il avait semblé ne pas entendre, Hitler fait mine de préparer une expédition contre le Tchad gaulliste de concert avec les militaires français. Enfin, lorsque ce projet paraît mûr, donc un état de guerre entre Vichy et l’Angleterre imminent, l’absence de contreparties (libérations de prisonniers, assouplissement de la ligne de démarcation etc.) rend la situation intenable, et inévitable une réaction patriotique de Vichy, symbolisée par le renvoi de Laval, le ministre le plus collaborateur et, en pratique, le chef du gouvernement : c’est alors que Hitler donne le coup de boutoir final, en invitant une nouvelle fois Pétain à s’afficher avec lui en zone nord. Il attend en effet le 12 décembre pour informer Vichy d’une cérémonie nazie préparée de longue main et programmée le 15 : le transfert des cendres de Napoléon II, depuis Vienne, jusqu’aux Invalides. Il somme Pétain d’y paraître et ainsi, en quelque sorte, d’incliner bien bas les drapeaux de l’armée française victorieuse en 1918 devant le nouvel « empereur » européen.

On n’a certes pas la preuve que le renvoi de Laval, officiellement « pour des raisons de politique intérieure », ait été l’effet calculé de ces provocations, mais il n’y a pas d’explication rivale, sauf à voir le Troisième Reich comme un grand bateau ivre : ce qu’enseigne depuis un demi-siècle l’école « fonctionnaliste », avec un succès heureusement mitigé.

Laval, on le sait, va avoir pour successeur l’amiral Darlan à la mi-février, après des semaines agitées où l’ambassadeur Abetz -qui rencontre très souvent Hitler, ce que nous ne savons, grâce à Barbara Lambauer, que depuis une dizaine d’années- exige le rappel de Laval. Or Darlan est pris en main par Abetz dès le 15 décembre... à la faveur du retour des cendres de l’Aiglon (maintenu malgré l’absence de Pétain... et de Hitler), et surtout le 25, jour où le Führer en personne convoque l’amiral dans son train, stationné près de Beauvais. Or ce politicien novice est au moins un marin capable et un chef de flotte obéi : c’est de toute évidence (et un télégramme d’Abetz corrobore le fait) son veto qui rend impossible tout transfert vers Alger et oblige Pétain, influençable ou non, à revenir la queue basse vers l’armistice et la collaboration.

Un nouvel éditorial pointe l’insuffisance criante des références à Hitler, et des efforts pour cerner son jeu, dans les publications récentes sur 1940 : http://www.delpla.org , notamment à partir d’un examen du numéro spécial, depuis peu en ligne, de la Revue Défense nationale sur ces parutions.

J’ai également mis en ligne, directement ou sous forme de liens, divers articles relatifs à mon livre sur Mers el-Kébir : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=474 http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=475

.

Je vous souhaite une fête de lectures !

FD

12 décembre 2010

PS.- Si le message s’affiche mal, retrouvez-le ici : http://www.delpla.org/article.php3 ?id_article=432

PS 2.- La sortie du livre de John Lukacs L’Héritage de la Seconde Guerre mondiale, traduit par mes soins sous le contrôle de l’auteur, est prévue pour avril aux éditions F-X de Guibert.

lettres suivantes

le 12 décembre 2010



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26