Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Editos

Six mois plus tard




édito précédent

La demi-année que j’ai laissée filer sans mettre à jour ce site a été bien remplie. Je me suis concentré sur les problèmes de tous ordres que m’a posés un nouveau type de travail : un livre illustré de vulgarisation historique. Cet album, intitulé La libération de la France, co-écrit et préfacé par Jacques Baumel, sera en librairie le 10 mars.

Je n’avais pas encore travaillé sur cette période, mais sa compréhension requiert de nombreux rappels sur l’ensemble du nazisme et de la guerre, au sujet desquels j’ai pu résumer les acquis principaux de mes livres de recherche. De nombreux échanges avec des témoins ou des spécialistes m’ont permis d’affiner un certain nombre de ces acquis, notamment sur Hitler.

C’était décidément une performance, de la part de cet individu, de prolonger autant une guerre si facile au début et qui tournait si mal. La dextérité avec laquelle il évacue la France, après avoir fait semblant de vouloir s’y maintenir, est pour beaucoup dans le fait que la guerre ne s’achève pas en 1944, comme le voulait cette affichette prestement apparue sur le territoire libéré, en septembre de cette année-là.

On trouvera par ailleurs le texte d’un article sur la période, montrant que Churchill, loin d’être rassuré par la réussite du débarquement de Normandie, a connu un moment d’affolement au spectacle de la ténacité hitlérienne et envisagé de hâter l’agonie du Reich par le déclenchement de la guerre biologique.

J’espère aussi, par cet album, contribuer à faire connaître certains travaux d’importance, comme le livre dirigé par Marc-Olivier Baruch sur l’épuration, la thèse de Claude d’Abzac sur l’armée de l’Air, ou encore un article déjà ancien mais fâcheusement ignoré de Roland Hautefeuille sur la menace des V2 contre la région parisienne à la fin de 1944.

Ces derniers mois ont été aussi marqués par des remous qui rendent caduques certaines informations qu’on trouvait sur ce site. Quelques personnes qui aimaient, et le mot est faible, mon travail, se sont mises à le haïr, pour pouvoir s’élancer sur des chemins où je ne saurais les accompagner. Je n’en dirai pas plus, pour ne pas me répandre en considérations subalternes. Aucune objection sérieuse contre mes analyses n’a été produite dans les interventions malveillantes qui ont envahi quelques forums, et je suis le premier à le regretter. Rien qui me conduise à confesser que Hitler était un sot, les Aubrac des fanfarons ou l’appel du 18 juin un texte éclos d’un seul jet et diffusé tel quel par une BBC empressée.

Quant à la France et au monde, ils vont un peu plus mal encore (malgré quelques signes contraires comme la belle lutte des psychanalystes contre la normalisation de la santé mentale proposée par le député Accoyer), avec l’aggravation de tous les symptômes d’un prétendu « choc des civilisations » qui ne procède que du refus de voir en face le sous-développement et de s’y attaquer dans le cadre de l’ONU. Les médias, sauf exception rarissime, se focalisent sur des phénomènes aussi secondaires que spectaculaires, de la chute de Saddam à l’ascension de Sarkozy.

Aucune Troisième Guerre mondiale n’a commencé en septembre 2001. En revanche, notre époque, si elle persiste à ne pas mesurer les enjeux, risque de plus en plus d’être comparée, pour son insouciance, aux années précédant la Seconde.



(JPEG)




Affichette d’intérieur, septembre 1944. Dernière image de l’album La libération de la France (éditions de l’Archipel, mars 2004). Fonds CIRIP/Alain Gesgon.
Sur la pierre tombale, la guerre est censée s’être arrêtée en 1944 ! (Voir détail ci-dessous)


(JPEG)

édito suivant

François Delpla, le 21 janvier 2004



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations