Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Articles/docs

Un flagrant délit de captation d’héritage



Winston Churchill longuement cité devant le congrès américain pour justifier l’attaque contre l’Afghanistan



Le 25 octobre 2001, le représentant Christopher Shays, du Connecticut, obtient 60 minutes de temps de parole pour développer "La nécessité de proclamer des objectifs nationaux élevés dans une stratégie de long terme contre le terrorisme".

En guise de conclusion, il cite très longuement le discours churchillien du 14 juillet 1940 et notamment le passage célèbre suivant lequel

"Nous battons seuls, par nous-mêmes ; mais nous ne nous battons pas seulement pour nous-mêmes. Ici se trouve la place-forte qui sert de sanctuaire aux titres de propriété du progrès humain et joue un rôle capital pour la civilisation chrétienne."

Le plus drôle (et le plus triste), c’est que l’orateur, qui donne à la politique sotte, brutale et barbare de Bush le quitus le plus absolu ("depuis le 11 septembre nous avons fait ce qu’il fallait"), cite ensuite un propos de Churchill (et churchillien par excellence) qui aurait dû sonner, aux oreilles de tout congressman éveillé, comme un désaveu de cette politique, et même une prise de position diamétralement opposée :

"Nous pouvons montrer de la pitié, nous n’en demandons aucune."

le 2 septembre 2010



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations