Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Invectives

Michel Boisbouvier



courageux supporter de Pétain, il se croit tout permis



article précédent

Michel Boisbouvier, médecin retraité, auteur d’un livre au titre explicite (Pétain, trahison ou sacrifice ?), est l’un des internautes qui se retiennent le moins, dans les débats, d’insultes gravissimes.

Considérant Pétain comme un "oblat" qui aurait, de 1940 à 1944, accepté un rôle infâme par pur esprit de sacrifice, il semble avoir lui-même fait don de sa personne à cette cause, avec cependant un degré moindre d’oblation. La mission lui semble tellement sacrée qu’elle lui ôte tout sens, ici bas, du péché. Il ne se croit tenu à aucune décence, à aucune courtoisie, à aucune règle de vie en commun.

Ses derniers exploits ont pour cadre le débat sur la folie de Hitler. Il prend fait et cause contre cette thèse que j’affirme et affine depuis quelque temps, sans le moindre souci d’argumentation. Exemple :

N’empêche que c’est dommage de manquer de rigueur à ce point. Camus pourtant t’avait prévenu : n’augmente pas le malheur du monde. Tu as, en tant que prof. des responsabilités spéciales à cet égard. Un fou est un fou et Hitler n’en était pas un. Qui sait ? c’est peut-être parce que ses profs à lui manquaient de rigueur qu’il en est arrivé à de pareilles lubies.

Un refus aussi obtus d’examiner une thèse nouvelle, fût-ce pour la démentir, mériterait une explication. Elle est peut-être à chercher dans la mission sacrée que le sujet se donne de défendre Pétain. Comme je réfute régulièrement ses arguments à ce propos, Michel Boisbouvier doit penser

-  soit qu’il est de son devoir de me discréditer par tous les expédients possibles ;

-  soit que, me trompant sur Pétain, je ne puis qu’errer sur d’autres questions.



Une réaction de l’intéressé

Merci de l’honneur que tu me fais en me qualifiant de vaillant petit soldat du Maréchal. J’y trouve mon compte. Mais je ne me crois pas tout permis. Je suis resté poli même quand je fus très mal traité par des internautes peu ou mal élevés.

Or, quand m’as-tu défendu ?

Pourtant, je ne me plains pas. Il me suffit de les avoir tous réduits y compris toi-même au silence par la force de la vérité.

Juste un mot de commentaire : mettre en cause, comme ci-dessus, un interlocuteur à travers sa profession, ne m’apparaît pas comme un symptôme flagrant de politesse ou de bonne éducation.

D’ailleurs le fait même de se vanter de sa propre politesse n’est pas le signe le plus infaillible de l’existence de cette qualité.

article suivant

le 25 janvier 2013



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations