Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

FDlivres

Hitler / 30 janvier 1933 / La véritable histoire



en librairie six jours avant le quatre-vingtième anniversaire



PDF - 1.4 Mo

(...) il manque encore une présentation générale de la politique et de la stratégie, en matière de prise du pouvoir, de Hitler et du NSDAP avant 1933. On peut supposer qu’une recherche plus approfondie sur la fin de la République de Weimar du point de vue des efforts de la direction nazie pour saisir le pouvoir en Allemagne aux différents niveaux de l’Etat et de la société, efforts au demeurant fort souvent mis en échec, conduiront dans maints domaines à une révision de l’image jusque là dominante de la dynamique victorieuse et de la supériorité politique du mouvement national-socialiste. La recherche actuelle se développe depuis des lustres, dans le cadre d’un vaste effort international, suivant le paradigme d’une investigation sur la crise de la démocratie. Si ses prochains progrès, comme on peut le présumer, vérifient encore plus fortement que par le passé que la prise du pouvoir par les nazis n’avait nullement un caractère inéluctable, résultant soit d’un génie supérieur de son chef, soit d’une détermination ou d’une puissance supérieures du mouvement, alors la question des raisons et des responsabilités de la faillite de la République de Weimar ne s’en posera qu’avec plus d’acuité.

Tels sont les derniers mots du dernier livre sur le nazisme du grand historien Martin Broszat (1926-1989) : Die Machtergreifung / Der Aufstieg der NSDAP und die Zerstörung der Weimarer Republik (La prise du pouvoir / La montée du parti national-socialiste et la destruction de la République de Weimar), Munich, DTV, 1984.

Non seulement la première phrase, soulignée par mes soins, a mon suffrage, mais mon livre répond exactement au souhait exprimé par l’auteur (dont le livre est plutôt un état de la question et des sources qu’une véritable recherche).

Son constat est hélas encore valide au moment où j’écris (mi-décembre 2012) : ni les ouvrages généraux sur Hitler ou son régime, ni les livres sur la prise du pouvoir (dont un seul est paru depuis, en 1996, dû à Henry Turner) n’ont, avant ou après 1984, étudié la question sous l’angle des entreprises des nazis ou de leur chef. Ils ont toujours été présentés comme des opportunistes, tirant parti des erreurs des autres hommes politiques ou des partis rivaux.

Cependant, en me lançant moi-même dans cette investigation, j’aboutis à une conclusion opposée à celle que Broszat pressentait. Il pensait que, faute d’avoir étudié de l’intérieur les entreprises nazies, on faisait la part trop belle au talent de Hitler et à la force du mouvement national-socialiste, et que cette étude montrerait, en quelque sorte, que le roi était nu. Or en m’appuyant sur des sources nouvelles (journal de Goebbels) ou sous-utilisées (mémoires d’Otto Wagener), et en reprenant minutieusement le dossier depuis l’année 1929, je montre que Hitler, loin de guetter les erreurs de ses adversaires, les provoquait.

Un exemple suffira : le rêve des partis de droite et du Zentrum catholique, depuis 1930, de faire entrer les nazis au gouvernement pour mieux les museler, était en passe de se réaliser le 29 janvier au matin. Hindenburg s’était décidé à nommer Hitler chancelier au vu de la modestie de ses ambitions en nombre de portefeuilles. Il ne voulait que l’Intérieur et, de ce fait, les finances, l’armée, les affaires étrangères et tout le reste seraient dans des mains bourgeoises et conservatrices, le cabinet étant "présidentiel" c’est-à-dire autorisé à gouverner par décrets-lois sans se soucier du parlement. Il aurait, en revanche, été dans la main du président, lui-même proche du vice-chancelier Franz von Papen. Il y avait là un dispositif qui pouvait, réellement, encadrer Hitler. Mais soudain, en milieu de journée, vingt-quatre heures avant d’être nommé, l’impétrant ajoute une nouvelle exigence, celle de la dissolution du Reichstag. Voilà qui lui donnerait la possibilité de rehausser son score médiocre des législatives de novembre et de s’affranchir du président en conquérant par lui-même une majorité, avec ou sans ses alliés. Voilà surtout qui donnerait une tout autre importance au ministère de l’Intérieur. Voilà enfin qui imposerait un calendrier défavorable aux forces de gauche, obligées de faire campagne contre un gouvernement présenté comme celui de la dernière chance, et s’exposant par là même aux coups de la police. La dictature était dès lors en germe, à brève échéance, pour peu que le ministère de l’Intérieur, surtout en Prusse où il était dirigé par Göring, réussisse à monter une provocation qui semble nécessiter une répression musclée : sous cet éclairage, il devient difficile de penser que l’incendie du Reichstag, quatre semaines plus tard, était le geste d’un isolé et coïncidait par hasard avec les besoins des nazis.

Mais Hitler tarde à obtenir satisfaction à sa demande de dissolution et l’affaire n’est pas réglée le lendemain : il est nommé à la tête d’un cabinet présidentiel, sans même que Hindenburg ait rendu un avis à ce sujet. Il ne s’y résout que le surlendemain, 1er février : Hitler lui arrache un décret de dissolution après avoir fait mine de négocier avec le Zentrum.

Ainsi, pour reprendre les termes de Broszat, l’intelligence manoeuvrière de Hitler a bel et bien joué un rôle décisif et la responsabilité des Papen, Hindenburg, Schleicher et consorts ne consiste pas à avoir mis au pouvoir un vulgaire agitateur alors qu’il aurait été facile à écarter, mais bien à l’avoir gravement sous-estimé.

Table des matières

Avant-propos : À sources nouvelles, nouvelles perspectives 13

1 Tout commence à Nuremberg 23

2 SA et SS 33

3 Geli, Henriette et les autres 41

4 Premier triomphe électoral 47

5 Feu le socialisme 55

6 Premiers pas en politique extérieure 61

7 Jalons vers la liquidation des SA 71

8 L’imbroglio Strasser 75

9 L’ascension d’Hermann Göring 83

10 Le chat Hitler et la souris Brüning 89

11 Séduction et division des forces armées 97

12 L’encerclement des villes par les campagnes 103

13 Tentations matrimoniales et suicide de Geli (été-automne 1931) 107

14 Franz von Papen, rival ou partenaire ? 111

15 De Papen à Schleicher : une transition interminable 123

16 Le tour de piste de Schleicher 135

17 « J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer » 141

18 Et les Juifs ? 155

19 Les méthodes de direction hitlériennes 161

20 Les perdants 167

Épilogue : De la minorité de blocage à la majorité artificielle 175

Conclusion 183

Annexes 189

1 Échanges de lettres entre Hitler et la présidence de la République allemande du 21 au 24 novembre 1932 191

2 Procès-verbal de la première réunion du cabinet Hitler 207

Sigles 211

Sélection bibliographique 213

le 18 décembre 2012



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations