Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Invectives

Ils jouent les prolongations !



sauvegarde de la fin de "Cloaca maxima"



Le début

La suite

88. Le mercredi 13 février 2013, 17:01 par la mère Denis

c’est pas pour dire, mais ça me rappelle complètement le sketch de Pierre Dac et Francis Blanche :

- Votre Sérénité, pouvez-vous me dire, c’est très important, concentrez-vous, pouvez-vous me dire pourquoi le 24 mai 1940 les Anglais ne manifestent pas de velléité de s’embarquer ? - Oui. - Vous pouvez le dire ? - Oui !! - Vous pouvez le dire ? - Oui !! - Il peut le dire !!! Bravo ! Il est extraordinaire, il est vraiment sensationnel.

89. Le mercredi 13 février 2013, 17:49 par le lecteur

@luc : la comparaison avec ce skech est bien trouvée. 90. Le mercredi 13 février 2013, 18:08 par le lecteur

La note de Delpla parle d’elle-même : croyance dans une sorte d’omniscience d’un personnage (qui a, par exemple, changé le plan d’attaque de la France dans le but d’abord de défoncer les armées françaises en laissant indemnes les anglaises...), approche "intentionaliste" de la thèse (on met la conclusion en premier et on ignore tout ce qui pourrait la remettre en cause), raccourcis et amalgames permettant de ne pas s’attarder sur les points en suspend, répétition pour la n-ième fois des mêmes choses, et totale absence de recherche pour documenter ses propos.

Et, sans qu’il s’en rende compte, ses propos donnent le sentiment d’un individu en plein délire.

********************

Juste un mot

Voilà ruinés les efforts de Luc (cf. page précédente) pour faire croire qu’il n’était pas la mère Denis : on n’est jamais trahi que par les siens !

Quant au fond : qu’on se le dise, je n’ai plus été censuré pour la bonne raison que je ne suis plus intervenu. Pas seulement parce que l’exposition permanente à la censure la plus lunatique (cf. les protestations de... Luc lui-même, n° 79) est désespérante. Pas seulement parce que mon texte conclusif rappelle bien les enjeux et, ayant donné lieu à deux répliques dont les auteurs sont fiers, peut maintenant difficilement être retiré. Mais aussi parce que ces deux répliques constituent un bel exemple du rempart intégriste récemment dressé par un petit nombre devant l’explication diplomatique de l’ordre d’arrêt (après vingt ans d’un silence troublé seulement par le pamphlet de Vanwelkenhuyzen).

Elle est tout uniment traitée de "délire" sans l’appui d’une lecture différente de la documentation. Le Lecteur va même jusqu’à dire qu’elle ne repose sur "aucune recherche". Qu’il lise seulement Churchill et Hitler (voilà aussi pourquoi je ne tente pas de publier là-bas -très bas- cette réponse, la présente phrase ayant toute chance de se voir promptement remplacée par des italiques rouges hostiles à la "publicité" !), fruit de dix ans de travail et bien vendu au point que l’édition de poche est annoncée pour juin 2013. Au degré où il en est de charge contre son auteur (pas haineuse du tout, qu’iriez-vous croire ?), Le Lecteur abîme son site de critiques de livres en ne soufflant mot d’aucun des miens, et notamment de celui-là.


"91. Le jeudi 14 février 2013, 12:06 par la mère Denis

eh dites-donc, monsieur le Lecteur, faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties : on voit mal pourquoi vous vous adressez à "luc" là où c’est moi, Germaine Denis, qui ai fait cette trouvaille."

Mal joué !

C’était à Luc de protester.

Il va le faire après m’avoir lu, mais il sera un peu tard.

(FD, 14/2/2103, 22h 27)

le 14 février 2013



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations