Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :La Ruse nazie
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

FDlivres

La Ruse nazie



chapitres 4 et 5



chapitres précédents

Chapitre 4

Les trouvailles de l’amiral Ansel

L’irruption de Göring

On lit un peu partout, avec des détails variables, que Göring, dans l’après-midi du 23, recevant des nouvelles du front, a brusquement décidé de téléphoner au Führer pour lui demander de réserver à la Luftwaffe la phase terminale de la mise hors de combat des armées ennemies du nord. Comme cela impliquait l’immobilisation des forces terrestres allemandes pour qu’elles ne soient pas victimes de leur propre aviation, voilà qui ferait du Feldmarschall l’un des "pères" de l’ordre d’arrêt.

Le livre du maréchal Kesselring, paru en 1953, qui mentionne pour la première fois un coup de téléphone de Göring à Hitler, le 23, souffre d’un défaut majeur : l’auteur n’est pas témoin oculaire. Un lecteur exigeant, Walter Ansel, s’en aperçoit, et comme il est américain, amiral et affecté en RFA, il dispose de quelques moyens pour satisfaire sa curiosité. Il retrouve l’officier de renseignements qui avait reçu, en présence de Göring et de Jeschonnek, les nouvelles du front, le colonel Josef Schmid, recueille son témoignage, le recoupe par celui d’un officier représentant l’armée de l’Air à l’OKW, et publie en 1960 la version suivante :

(...) Les tanks avançant le long de la côte, depuis l’ouest, auraient tôt fait, d’après les rapports, de couper les Anglais de la mer. D’après son officier de renseignements, Göring réagit en un éclair. Sa lourde main s’abattit sur la table : "C’est un travail pour la Luftwaffe ! Je dois parler immédiatement au Führer. Passez-moi la communication !" Dans la conversation qui s’ensuivit, Göring assomma Hitler avec les qualités qu’avaient ses forces pour mener à bien cette tâche particulière. Pour peu que le Führer accepte de le charger exclusivement de cette tâche, il pouvait donner l’assurance qu’il viendrait à bout de l’ennemi encerclé. Tout ce dont il avait besoin, c’était une pleine liberté d’action. On devait replier les tanks du côté de l’ouest pour dégager les cibles des avions.

Hitler balança à peine plus longtemps que Göring ; il approuva le plan tout de suite. Les Anglais et les Français pris au piège devraient être achevés par la voie des airs. Schmid entendit Jeschonnek et Jodl régler rapidement les détails au téléphone, y compris le retrait de certaines unités mobiles sur les accès ouest de Dunkerque et le moment exact où l’aviation commencerait son action.

Cependant, après s’être évertué à tirer au clair ces péripéties téléphoniques, Ansel confie -et là, plus personne ne le cite- que tout cela lui paraît étonnant, et que "bien sûr il est entièrement possible" que Hitler et Göring "aient concocté ce breuvage depuis plusieurs jours (had had this brew cooked up for some days)". Cette affaire sent en effet le coup monté, entre Hitler et Göring. Les souvenirs du général Warlimont, adjoint de Jodl, corroborent l’intuition d’Ansel :

Göring veillait dans l’ombre. Son général de liaison le tenait constamment au fait des points de vue opposés qui se manifestaient au GQG. Soucieux, en tant que commandant en chef de la Luftwaffe et deuxième dignitaire du national-socialisme, de faire échec à la gloire militaire que le peuple allemand attribuait à l’armée "réactionnaire", il se manifestait toujours au moment opportun, soit par téléphone, soit en personne, car le train qu’il occupait était installé dans les environs. Dans la plupart des cas, ses rencontres avec le Führer continuaient de se dérouler à l’abri des regards et de toute oreille indiscrète. Mais, d’après ce qu’on en sait, il est hors de doute qu’il se comportait également à l’égard de l’OKH comme le "paladin le plus fidèle du Führer".

L’habitude qu’avaient Hitler et Göring de se rencontrer sans témoin étaye appréciablement la thèse du coup monté : cette fois-là, les deux hommes ont tout mis en oeuvre pour se faire remarquer.

Mais pourquoi une telle comédie ? Ansel, en ne s’y attardant pas, donne à penser qu’il considère cette hypothèse comme une légère variante : monté ou non, le coup aurait eu vraiment pour but de conférer à "l’aviation, arme nazie" le monopole des lauriers de la victoire finale. Soit les deux chefs auraient intrigué de longue main dans ce sens, soit Göring aurait fait prendre conscience à Hitler, le 23, de l’intérêt que pourrait trouver le parti à s’arroger le mérite du triomphe. Le livre d’Ansel contribue donc à faire prendre ce mobile au sérieux et à grossir la part de Göring dans la genèse de l’ordre d’arrêt devant Dunkerque : dès 1962, Warlimont fonce dans la brèche, pour réhabiliter Rundstedt.

Göring principal inspirateur (Warlimont, 1962)

C’est en 1962 que paraissent les mémoires de ce général, le troisième personnage de l’OKW, dont il dirigeait la section "opérations". Il s’ingénie, dans ce tardif témoignage, à en faire un bureau d’études irresponsable et mal informé : seuls, d’après lui, Keitel et Jodl auraient connu les intentions de Hitler, et ils l’en auraient instruit très parcimonieusement. Ainsi, le 25 mai, apprenant l’ordre d’arrêt non par ses propres supérieurs, mais par l’OKH, il serait allé trouver Jodl, qui se serait montré "peu convaincu lui-même", en invoquant l’inadaptation des chars au terrain marécageux :

De cette conversation, dont le souvenir est resté infiniment pénible jusqu’à ce jour, deux points méritent particulièrement d’être retenus à la lumière des recherches faites ultérieurement : Jodl ne fit pas la moindre allusion au fait que, comme on l’a affirmé souvent, le maréchal von Rundstedt avait approuvé les ordres de Hitler, alors que cet argument aurait été des plus utiles pour combattre l’opposition de ses subordonnés, en raison de la considération dont Rundstedt jouissait à l’époque auprès de tous les officiers brevetés d’état-major ; et il n’évoqua pas non plus de mobile politique qui aurait pu inciter Hitler à épargner le corps expéditionnaire britannique. Il semble donc clair qu’en dépit d’une certaine concordance dans les opinions et les ordres donnés, le maréchal von Rundstedt et ses principaux officiers d’état-major -pour ne rien dire de l’OKH- ne poursuivaient pas du tout les mêmes buts que Hitler. Tout semble indiquer au contraire que l’ordre d’un arrêt de courte durée donné par von Rundstedt pour permettre aux forces blindées de serrer les rangs et de se réorganiser -ordre contre lequel l’OKH n’avait pas soulevé d’objection- servit de prétexte à Hitler pour interrompre l’opération au moment décisif.

Mais alors, que reste-t-il pour expliquer l’ordre d’arrêt ? La brouillonne impulsivité d’un Führer sentimentalement attaché à ses souvenirs de la première guerre ? Cela est certes suggéré, lorsque Warlimont indique que Jodl lui avait servi l’argument du terrain marécageux :

Avec une grande impatience et une conviction de toute évidence chancelante, Jodl leur expliqua là que lui-même, tout comme Keitel et aussi Hitler, avaient suffisamment pratiqué au cours de la première guerre mondiale les "terres creuses" marécageuses des Flandres pour savoir qu’on ne pouvait y envoyer aucun char.

Warlimont lui-même sent la minceur d’un tel facteur pour expliquer un ordre d’une pareille portée. Mais, puisqu’il rejette également les mobiles diplomatiques, il ne reste que l’intervention de Göring : contrairement à ses devanciers, il en fait le facteur décisif. Dans le "drame de Dunkerque", il y avait d’un côté, indique-t-il, Brauchitsch, Halder et lui-même, et de l’autre "Hitler avec Keitel et Jodl et par dessus tout Göring".

Cependant Warlimont, tout comme Ansel, a tendance à trier les textes et à ne retenir que ceux qui l’arrangent. Ainsi font-ils fi l’un et l’autre de quelques lignes du major Engel, dont les carnets ont été publiés seulement en 1974, mais dont la page sur le 23 mai avait été utilisée en 1958, puis citée en 1960, par Jacobsen :

Conversation téléphonique entre le F. et Göring. Feldmarschall d’avis que grande tâche pour l’aviation : anéantissement des Anglais dans Nord de la France. Armée n’a qu’à rester sur place. Nous furieux, F. enthousiaste. Jodl dit : "le voilà encore qui la ramène".

Ces lignes enseignent que pour Jodl lui-même, le coup de fil de Göring est une surprise, et non des plus agréables. Elles indiquent aussi, avec une forte probabilité, que l’amiral Ansel a télélescopé deux moments. Le Führer, après avoir parlé avec Göring, est certes "enthousiaste", mais il se contente d’un échange de vues avec ses conseillers militaires "furieux". Entre le coup de fil à grand spectacle et les ordres donnés à l’aviation après une concertation entre Jodl et Jeschonnek, il se passe un peu de temps et probablement près de vingt-quatre heures : ces ordres n’ont guère pu être donnés avant la visite de Hitler à Rundstedt et le Haltbefehl qui s’en est suivi. On voit qu’il ne faut pas hypertrophier le rôle de Göring et que Jacobsen est plus logique, en gardant une place importante à Rundstedt. Reste que Hitler a bien l’air de ne chercher chez l’un et l’autre que des cautions, pour un ordre d’arrêt particulièrement difficile à faire passer dans une armée en plein élan victorieux. Mais si, en combinant les apports de Jacobsen et d’Ansel, nous voyons plus clair dans la genèse de cet ordre, nous continuons d’ignorer tout de ses mobiles.

Des mobiles de plus en plus obscurs

Passons donc en revue ceux qui ont été, par l’un ou l’autre, invoqués. La crainte d’un terrain peu favorable aux divisions blindées n’est guère cohérente avec les réalités. Car à ce point de la bataille l’eau devrait être pour les forces allemandes une alliée bien plus qu’un obstacle.

Entre Gravelines et Dunkerque, la mer et le canal de Bourbourg dessinent un entonnoir, large au départ de dix kilomètres. Un raid sur Dunkerque pourrait être lancé par là dès la matinée du 25, car il suffit de percer la ligne de l’Aa sur un point quelconque dans les dix derniers kilomètres de son cours, et c’est chose faite le 24, notamment par la division SS "Leibstandarte Adolf Hitler". Le canal de Bourbourg, loin d’être un butoir, pourrait servir de ligne de défense aux auteurs de ce raid. Quant aux marécages, Warlimont remarque à juste titre qu’un grand nombre ont été récemment transformés en polders. Le colonel Goutard a, dès 1956, indiqué que les inondations volontaires de ces polders comme moyen de défense, effectivement mises en oeuvre le 21 mai par le défenseur français de Dunkerque, l’amiral Abrial, étaient très lentes en raison du beau temps et laissaient le 24 de larges zones à découvert : il y avait là une raison d’accélérer, plutôt que de musarder. En outre, si Hitler avait effectivement connu dans la région de dures conditions de combat, c’était au cours de l’hiver 1916-17, avec une température et une humidité fort différentes. Les tenants de l’explication marécageuse se sont prudemment abstenus de réfuter ces précoces objections.

D’ailleurs, si marais il y avait, il restait les routes, dès lors que l’ennemi n’avait plus grand-chose pour les barrer. Si Dunkerque était cerné d’espaces impraticables, on comprendrait mal que ce soit un grand port et si c’en est un, c’est que la ville est reliée à son arrière-pays. Notamment par l’excellente nationale 40, bissectrice de l’entonnoir ci-dessus décrit. Dans une logique militaire, on essaierait à tout le moins de passer sur les routes et on n’y renoncerait qu’après un bilan inquiétant de pertes matérielles, au lieu de s’abstenir frileusement sans avoir connu le moindre blocage. Mais, dira-t-on, ce n’est pas la réalité qui compte, c’est l’image qu’on s’en fait et Hitler, comme Keitel, restaient marqués par leurs expériences de la première guerre mondiale. Peut-être, mais est-il raisonnable de penser qu’ils accordaient priorité à des souvenirs de jeunesse sur de belles et bonnes cartes, que l’état-major allemand avait tout loisir de se procurer en France jusqu’au 3 septembre précédent et en Belgique jusqu’au 9 mai ? Et puisqu’il est question de la première guerre mondiale, faut-il rappeler qu’elle nous a légué la pratique des reconnaissances aériennes, et que celles-ci, face à un ennemi en déroute, ne présentent aucune espèce de difficulté ?

Le souci d’économiser les blindés est-il au moins confirmé par leur retrait du champ de bataille et leur transfert sur les bases de départ de l’offensive vers le sud ? Certes non. Les divisions cuirassées restent englobées dans le mouvement général, ou son absence, et stationnent dans le secteur nord jusqu’au 28 : les forces non blindées sont stoppées en même temps que les Panzer le 24, et ceux-ci redémarrent en même temps qu’elles le 27, avant d’être retirés de la région de Dunkerque et redéployés vers le sud, le lendemain. C’est alors le voeu de Guderian lui-même, qui trouve que les chars ne sont plus l’instrument adéquat devant un ennemi auquel on a laissé le temps de se ressaisir et d’obstruer les routes, cependant que l’armée allemande a eu elle-même le temps d’amener son artillerie.

L’idée que Hitler et Göring aient voulu "réserver la victoire à l’aviation, arme nazie" est, quant à elle, parfaitement invraisemblable. Le public allait-il se livrer, devant une énorme victoire militaire, à des comptes d’apothicaire pour déterminer la part qui revenait aux différentes fractions de l’armée allemande, afin de réserver son admiration à l’une d’elles ? Comment Göring et Hitler auraient-ils pu prendre une décision aussi lourde de conséquences pour un résultat aussi aléatoire ? Ils auraient été encore plus imprudents d’escompter qu’on ovationnerait des pilotes achevant un ennemi blessé à mort plutôt que les soldats qui, aux commandes des chars ou des avions, avaient contribué à la percée de Sedan, et à la pénétration consécutive. Ce serait reconnaître au bourreau plus de mérite qu’au détective, au client du grand restaurant plus de talent qu’au cuisinier !

Mais si ce facteur ne vaut rien comme cause, il a pu fournir, sur le moment, un excellent prétexte : il suffisait qu’un certain nombre de généraux fussent prêts à croire que Hitler et Göring se comportaient de façon aussi sotte, et cela est non seulement vraisemblable, mais prouvé par le journal de Halder. Car s’il ne mentionne pas le coup de fil de Göring et, vu sa réponse au questionnaire anglais, l’ignore encore en mars 1946, il est en revanche persuadé, sur le moment et plus tard, que Hitler ne comprend rien aux exigences de la stratégie et fait interférer malencontreusement ses soucis politiques avec la conduite des armées. Il est donc vraisemblable que, soit sous son influence, soit par leur propre réflexion, bon nombre d’officiers aient pensé de même. Quant aux chefs nazis, il est peu probable que le mépris de la plupart des cadres de l’armée pour leurs capacités militaires leur ait échappé. Ils pouvaient en toute confiance spéculer sur lui pour dissimuler les mobiles réels de leurs actes, en faisant croire qu’il s’agissait de lubies dictées par des considérations politiciennes.

La thèse du "coup monté", enfin, n’est pas plus logique que celle d’une illumination spontanée de Göring devant la carte de guerre du 23 mai, du moins si le mobile de ce coup était de damer le pion à l’armée de terre au profit de l’aviation, dans un souci de gloriole. Cela suppose que les chefs nazis n’aient pas osé avouer aux généraux, lors de l’élaboration des plans, leur souhait de voir l’aviation achever l’ennemi devant Dunkerque, et qu’ils aient inventé un stratagème pour faire passer cette idée par surprise, au moment où les généraux se voyaient eux-mêmes vainqueurs avec leurs blindés. On voit mal quelle gloire aurait pu rapporter une tricherie de dernière heure devant des milliers de témoins ébahis et frustrés.

Cependant, le travail d’Ansel, comme le récit de Warlimont, recèlent un trait caractéristique de l’histoire du Haltbefehl, que je relevais en commençant : le manque de conviction. L’amiral ne sait pas si les sentiments de Göring sont réels ou simulés. Le général, pesuadé que Rundstedt n’est pour rien dans l’ordre d’arrêt, n’affiche pas la même conviction quand il en attribue la responsabilité à Göring. C’est ce ton dubitatif qu’on va retrouver dans l’immense majorité des ouvrages qui abordent le sujet. La mâle assurance de Churchill, Ellis et Jacobsen ne fera guère école -sinon beaucoup plus tard, chez l’historien belge Jean Vanwelkenhuyzen. Leurs confrères sont moins affirmatifs et la plupart gardent une place pour l’explication diplomatique... qu’il est temps à présent d’introduire.



Chapitre 5

L’hypothèse diplomatique

Une confusion certaine

Contrairement à ce qu’on lit parfois, les considérations diplomatiques ne sont, chez Liddel Hart, que subsidiaires, ce qui ne devrait pas étonner de la part de ce grand écrivain militaire anglais. Elles s’ajoutent aux facteurs opérationnels sans leur être opposées. Loin d’être fanatique d’une thèse, sir Basil est le plus prudent des sceptiques. Il n’écarte aucune piste, et cela depuis son premier essai de 1948 jusqu’à sa somme de 1970 sur l’histoire de la guerre, où il déclare :

(..) Hitler se trouvait dans un état fort tendu et agité, une fois acquise la percée vers la France. La facilité extraordinaire de l’avance et l’inexistence d’une résistance opposée à ses armées l’avaient mis mal à l’aise : cela semblait trop beau pour être vrai. On peut en suivre les effets dans le journal tenu par Halder (...). (...) Rundstedt était un stratège prudent, attentif à tenir pleinement compte des facteurs défavorables et à ne pas pécher par excès d’optimisme. Ce trait en faisait souvent un bon correctif pour Hitler.

L’auteur résume alors les propos de Rundstedt devant Hitler, lors de la réunion de Charleville :

(...) Dans son analyse de la situation, il insista sur l’idée que les forces blindées avaient été usées par leur trajet long et rapide, et mit l’accent sur l’éventualité d’avoir à faire face à des attaques venues du nord et du sud -surtout du sud.

Cette lecture du journal du Hgr A est moins satisfaisante encore que celle de Jacobsen. Elle montre, eût dit Stendhal, une véritable cristallisation des idées fausses : du document original, on ne distingue plus que quelques traits. Or il est possible, sans être un grand chimiste, de reconstituer les étapes de cette cristallisation. Tout commence en 1949, dans les mémoires de Churchill. Lui répondant, en 1951, à l’occasion de la deuxième édition de son livre sur les témoignages des généraux allemands, Liddel Hart lui reproche de déduire fallacieusement du journal de marche du Hgr A que Rundstedt avait demandé une mise au repos de ses blindés. Mais lui-même, au lieu de se référer à l’original, cite le "résumé" très fantaisiste qu’en donne le premier ministre. Puis, lorsqu’il commente ces lignes, "le résumé" devient "le journal". Et ce sont des phrases de ce résumé, désormais débarrassées de leurs guillemets, qui se retrouvent, sous la signature de Liddel Hart, dans son gros livre de 1970 ! Moyennant un dernier glissement : Rundstedt aurait redouté des contre-attaques venant "du nord et du sud -surtout du sud". Cette dernière précision est un pur ajout de Liddel Hart en 1970.

En fait, le journal de marche du Hgr A est strictement muet sur le contenu de l’exposé de Rundstedt au début de la réunion de 11h 30, dont il dit seulement qu’il a eu lieu, avant d’en exposer les conséquences. Churchill a rempli hardiment ce vide en inventant un Rundstedt inquiet pour ses blindés et redoutant des contre-attaques ennemies. Liddel Hart lui a emboîté le pas, puis, en prétendant qu’il s’inquiétait surtout pour son flanc sud, l’a allègrement dépassé. Le paragraphe suivant de son livre, s’il torture moins les textes, ne respecte pas pour autant le bon sens :

Puisqu’il avait, la nuit précédente, reçu des instructions de Brauchitsch, commandant en chef de l’armée de terre, suivant lesquelles l’achèvement de l’encerclement dans le nord devait être laissé à Bock, il était tout à fait naturel qu’il se souciât de la phase suivante des opérations vers le sud.

La sagesse des nations dit qu’on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Or ici, on veut à la fois que Rundstedt se soit résigné docilement à l’ordre de Brauchitsch qui lui retirait ses blindés, et qu’en conséquence il ait décidé de les utiliser ailleurs ! Toujours dans l’ordre militaire, Liddel Hart ajoute un argument étrange :

De plus, le quartier général de Rundstedt se trouvait toujours à Charleville, près de Sedan -un peu derrière l’Aisne et au centre du front allemand, en regardant vers le sud. Cette localisation incitait à se concentrer sur ce qui était en face (in front) et à porter moins d’attention à ce qui se passait à l’extrémité du flanc droit, où la victoire semblait assurée. Dunkerque n’était que dans un coin de son champ de vision.

Sans doute faut-il voir ici un tic d’ancien officier, soucieux de montrer à son lecteur qu’on doit se replacer dans la peau des professionnels, aux prises avec des conditions concrètes. Mais pour qui le lit avec un oeil d’historien, cela s’appelle une spéculation gratuite, que n’étaye pas le moindre élément de preuve -disons-le même carrément, une perle. Qu’il se fût installé à Charleville ou sur le Mont-Blanc, Rundstedt vivait environné de cartes et bien malin qui peut dire aujourd’hui sous quel angle il les regardait -sauf à le déduire hasardeusement de ses décisions, ce qui ne saurait être avancé comme une preuve du fondement de celles-ci. Mais en l’occurrence, c’est Liddel Hart qui regarde la carte comme un écolier, plutôt que comme un militaire. Pour qui vient d’Allemagne en se dirigeant plein ouest, ce qui est in front par rapport à Charleville, c’est bien Dunkerque, puisque Rundstedt a installé sur son flanc sud un glacis défensif que les Français n’ont nullement attaqué.

Liddel Hart affirme ensuite que, si l’ordre n’était dû qu’à l’influence de Rundstedt, Hitler n’aurait pas manqué de s’en prévaloir ultérieurement, car il rejetait volontiers les fautes sur des subordonnés. Ce serait convaincant si le nazisme n’avait pas été une dictature et si ses dirigeants avaient eu à s’expliquer, par exemple devant une commission d’enquête. Mais il n’existe aucune explication complète de Hitler sur l’ordre d’arrêt, seulement des bribes de confidences notées par ses interlocuteurs, auxquelles on peut faire dire n’importe quoi -et on ne s’en prive pas, Liddel Hart le premier : loin de prendre à son compte l’explication diplomatique, il s’abrite derrière le témoignage de Blumentritt, qui lui a déclaré que, lors de sa visite du 24 au matin, Hitler avait fait de grands éloges de l’empire britannique, et "conclu" qu’il voulait faire avec lui une paix "compatible avec son honneur". Liddel Hart se contente alors de rapprocher ces déclarations de Mein Kampf et de faire remarquer que "Hitler avait suivi étroitement" le programme tracé dans ce livre "sur d’autres sujets". Sa conclusion manque de rigueur autant que de netteté :

Le caractère de Hitler était d’une telle complexité qu’il est douteux que la vérité réside dans une explication unique. Il est beaucoup plus probable que cette décision était le produit croisé de plusieurs raisons. Trois sont évidentes -son désir de préserver les forces blindées pour la prochaine attaque, sa crainte de longue date des marais des Flandres et les requêtes de Göring en faveur de la Luftwaffe. Mais il est tout à fait vraisemblable que quelque fil politique ait été entrecroisé avec cette trame militaire, dans l’esprit d’un homme qui avait un penchant pour la stratégie politique, et de si nombreux détours dans son cerveau.

Mais ici, la prudence n’est pas mère de la sûreté : les facteurs en surnombre sont incapables de livrer un message et la barque où l’on a entassé les causes coule à pic sous le poids des contradictions. A l’hypothèse diplomatique ainsi formulée, il est facile d’objecter que l’arrêt allemand et l’embarquement anglais ne sont pas contemporains et que le 27 au soir, quand ce dernier commence, l’assaut a repris depuis une journée. Liddel Hart n’a jamais esquissé de réponse à cette objection. Il s’est contenté de son intuition qu’il devait bien se cacher, derrière la porte de sortie offerte à l’Angleterre, quelque dessein pacifiste, mais il n’a pas cherché à la fonder en raison. Du coup, certains tenants de l’explication militaire utilisent sa consoeur diplomatique comme un repoussoir. S’ils se contentaient d’opposer à Liddel Hart le recommencement de l’attaque allemande avant les premiers embarquements, il n’y aurait rien à redire. Mais ils abusent de la situation, pour justifier un farouche refus de toute incursion dans le domaine des relations internationales.

On trouve ainsi des pourfendeurs de l’explication diplomatique qui considèrent que, puisqu’il s’agit d’une décision militaire et que l’exploration des facteurs militaires les a amenés à une explication qui les satisfait, ils n’ont pas à creuser plus avant. Leur comportement tient moins de l’art de l’historien que de celui du juge d’instruction : le but de cette profession est de fonder en droit une éventuelle condamnation, et non de comprendre ce qui s’est passé ; l’enquête est limitée dans le temps et dans l’espace, ne serait-ce que pour des raisons matérielles. On obtient par cette méthode une majorité de dossiers solides, une petite minorité d’erreurs monumentales et un gros déficit d’explications sur les mobiles des coupables. Le propos de l’histoire est totalement inverse. Elle a, par définition, tout son temps, et aucune frontière ne limite son champ d’investigation. Elle n’a pas à condamner et elle se doit d’expliquer.

La variante "flamande"

Un passage de Halder, qui est au coeur de l’explication militaire, a aussi engendré un avatar de l’hypothèse diplomatique. Le 25 mai, le chef d’état-major fait le point, après les deux entrevues de Brauchitsch avec le Führer qui ont eu lieu la veille au soir et le matin. Il a l’air de prendre conscience de la portée de l’ordre d’arrêt et de la détermination de Hitler à le faire respecter -indice que, la veille, il l’avait sans doute pris pour une lubie momentanée, tellement peu rationnelle que les militaires avaient toute chance de la faire rapidement rapporter. A présent il découvre qu’il s’agit d’un changement complet des plans :

(...) Maintenant le commandement politique s’est forgé l’idée de lancer la bataille décisive non pas sur le sol flamand, mais dans le nord de la France. Pour camoufler ce changement politique, on allègue que les Flandres, traversées par une quantité de voies d’eau, ne conviennent pas à la bataille de chars. En conséquence, tous les chars et toutes les troupes motorisées doivent être transportés en vitesse sur la ligne Saint-Omer-Béthune. C’est un renversement complet de notre plan. Je voulais faire du Hgr A le marteau et du Hgr B l’enclume de l’opération. Maintenant, B sera le marteau et A l’enclume. (...)

Les tenants de l’explication militaire négligent le fait qu’il soit ici question d’une décision "politique" : Jacobsen, en dépit des doutes de Halder sur la sincérité des craintes hitlériennes touchant les chars, pense qu’effectivement Hitler, conforté dans ses peurs par les prudences de Rundstedt, rejette définitivement l’idée d’avancer les blindés vers le nord, et change les plans de fond en comble, laissant tout le travail de réduction de la poche à Bock et à l’aviation, pour attaquer le plus vite possible vers le sud.

Mais d’autres, à partir du membre de phrase "lancer la bataille décisive non pas sur le sol flamand mais dans le nord de la France", ont fait l’hypothèse que Hitler préférait ravager le sol de la France plutôt que celui de la Belgique flamande, pour des raisons ethniques. Il se trouve que Halder lui-même, consulté dans les années cinquante, leur a donné raison, en ajoutant quelques détails. C’est la part qui revient, dans cette enquête, à William Shirer. Le journaliste américain, en poste à Berlin depuis 1934, a précisément visité la Belgique en mai 1940 sur les traces de l’armée allemande. Dans la somme qu’il consacre au Troisième Reich en 1960, il dit avoir demandé à Halder, par lettre, des éclaircissements sur ce passage de son journal. Le général lui a écrit que Hitler justifiait sur le moment son ordre, d’abord par des facteurs militaires, puis par "une seconde raison" :

Cette seconde raison était que, pour des motifs politiques, il ne voulait pas que la bataille finale, qui inévitablement causerait de grands dommages à la population, ait lieu sur un territoire habité par les Flamands. Il avait l’intention, dit-il, de créer une zone national-socialiste indépendante sur le territoire habité par des Flamands descendant d’Allemands, les liant ainsi étroitement à l’Allemagne. Ses partisans en terre flamande avaient travaillé dans ce sens depuis longtemps ; il leur avait promis d’éviter à leur pays les ravages de la guerre. S’il ne tenait pas sa promesse, leur confiance en lui serait sérieusement atteinte. Ce serait un désavantage politique pour l’Allemagne que lui, chef politiquement responsable, devait éviter.

L’explication a été prise au sérieux par un certain nombre d’observateurs, encore dernièrement. Les tenants de l’explication militaire leur répondent, avec une certaine logique, que la chirurgie légère de Rundstedt, faisant tomber Dunkerque dès le 24 ou juste après, aurait épargné la région beaucoup mieux que si elle avait été conquise par la lente infanterie de Bock, après un intense bombardement aérien.

Ainsi, Jean Vanwelkenhuyzen n’y voit rien d’autre qu’un prétexte à l’usage de l’OKH : "Faire appel, le 25, à la Flamenpolitik est encore une façon de rabaisser le caquet des généraux qui lui tiennent tête". L’argument est pertinent, mais ne se retourne-t-il pas également contre l’explication militaire ? Celle-ci repose en effet aussi sur des prétextes donnés par Hitler : suivant quels critères est-il légitime de les trier ? Voilà une question à laquelle peu de réponses ont été fournies.

D’autre part, lorsque ces mêmes auteurs font remarquer que l’hypothèse flamande est démentie par les destructions que laisse prévoir l’ordre d’arrêt, ne prennent-ils pas celui-ci un peu trop au sérieux ? Car enfin, si l’arrêt a bien eu lieu, l’inversion du marteau et de l’enclume est restée, elle, une vue de l’esprit. C’est du sud que l’offensive redémarre, le 27 au matin. Certes, les blindés sont retirés le 28 et ce sont finalement des unités du Hgr B qui pénètrent dans les ruines de Dunkerque, le 4 juin. Mais entretemps, ce même 28 mai où l’infanterie et l’aviation obtiennent le monopole définitif du travail dans le nord, la Belgique vient de déposer les armes et les principales villes de la Flandre occidentale, Bruges en tête, tombent comme des fruits mûrs, sans avoir subi beaucoup de destructions.

Il n’est donc peut-être pas si sot d’ajouter foi à des propos de Hitler que l’événement a en tous points confirmés. Mais faut-il pour autant y voir le fondement d’un ordre dont les conséquences sont d’une tout autre portée ? Nous essaierons plus loin de remettre ce facteur à sa juste place.

Postérité de l’explication diplomatique

Si on néglige cette variante "flamande", nous nous trouvons donc devant deux pistes qui tournent court. D’un côté, une explication militaire richement documentée mais superficielle et posant plus de problèmes qu’elle n’en résout ; des documents elle met bout à bout le sens premier, sans trop s’inquiéter de la logique et en appelant à la rescousse, pour suppléer à celle-ci, les multiples défaillances intellectuelles et morales que peuvent connaître de pauvres humains confrontés à de lourdes tâches sur un rythme d’enfer. De cet ordre incohérent avec le reste du plan de bataille, elle a en vain tenté de faire porter toute la responsabilité à Rundstedt, et a dû lui trouver en catastrophe deux brouillons complices, Göring et Hitler, pour rendre compte de tout ce qui, dans le comportement du général, semblait trahir une incompétence peu compatible avec ses prestigieux états de service. Mais n’en prête-t-elle pas trop, et de nervosité, à un dictateur jusque là très efficace, et à son lieutenant, qui dans les phases antérieures avait parfaitement coopéré avec l’armée de terre en tant que chef de la Luftwaffe ?

D’un autre côté, une piste diplomatique reposant sur un raisonnement logique -un ennemi qui fait taire ses armes en pleine victoire attend une contrepartie- mais incapable de trouver le moindre étai documentaire, si ce n’est, une fois de plus, des témoignages et des propos allemands -unilatéralité fâcheuse, s’agissant de prouver des offres faites à d’autres nations. Cette carence n’avait pas permis à l’explication diplomatique de s’affranchir vraiment des autres et de s’affirmer contre elles.

Puisque, comme nous le verrons, l’historiographie du Haltbefehl ne commence sérieusement à bouger qu’après 1990, nous avons, avec les ouvrages parus cette année-là pour le cinquantenaire, un observatoire de choix sur l’impasse où elle se cantonnait et sur la coexistence, la plupart du temps sous les mêmes plumes, de deux traditions qui se nourrissaient chacune des faiblesses de l’autre. On se contentera de citer l’un des meilleurs historiens américains de la période, John Lukacs, qui écrivait en 1976 :

Pourquoi, dans la matinée du 24 mai, Hitler ordonna-t-il aux unités allemandes de s’arrêter au sud de Dunkerque ? Hitler, si souvent volubile, était aussi un homme très réservé ; et il y a quelques raisons de croire qu’il voulait faire comprendre aux Anglais qu’ils pouvaient se retirer du continent et faire la paix avec lui sur cette base.

Lukacs écrit cela dans un livre fondamental où il brasse tous les niveaux de la guerre, des instances politiques et militaires aux opinions publiques et aux comportements de chaque peuple. Il distille ensuite la quintessence de son savoir en 1990 dans un essai, déjà classique, centré sur les personnalités de Churchill et de Hitler, dont il analyse "le duel". Pour décrire ce combat singulier, qu’il situe entre le 10 mai et le 31 juillet 1940, il développe ce qu’il avait esquissé quatorze ans plus tôt sur les "quelques raisons" de croire qu’il y avait au Haltbefehl une cause diplomatique. A propos de la formule, fréquemment utilisée pour présenter l’hypothèse diplomatique, que Hitler aurait voulu faire un "pont d’or" aux Anglais pour qu’ils quittent le continent, il écrit :

(...) Parler de "pont d’or" était excessif. Mais, si elle manque de précision, une exagération n’est pas pour autant dépourvue de toute vérité. Les desseins de Hitler n’étaient pas sans mélange. La perspective de voir l’armée britannique quitter l’Europe était de nature à le séduire. Il ne lui aurait pas déplu d’accélérer le processus. Mais son ordre d’arrêt et tout ce qui s’ensuivit n’étaient pas des gestes à l’intention des Britanniques. Pas plus qu’il n’avait l’intention de les laisser évacuer Dunkerque en toute quiétude. Il y avait, dans sa tactique, un élément qui n’a sans doute pas reçu toute l’attention qu’il mérite. Je veux parler de son empressement à croire Göring (...). Göring parvint donc à convaincre Hitler que la Luftwaffe s’acquitterait du travail à Dunkerque. Et Hitler ne demandait qu’à se laisser convaincre, en partie du fait de ses préférences et préoccupations personnelles.

Après tant d’autres Lukacs tourne en rond, sans découvrir de fil conducteur. C’est ainsi qu’avant 1991, aucun des lecteurs sceptiques de Jacobsen n’a remis sérieusement l’ouvrage sur le métier. Tous ont brodé autour des livres sacrés sans oser s’en éloigner, comme des humanistes du XVIème siècle qui commencent à douter du récit de la Genèse mais n’ont pas les moyens scientifiques de lui opposer quoi que ce soit.

Sur ces mélanges douteux, à qui un vieillissement en vase clos de quatre décennies donnait les apparences d’une appellation contrôlée, les années suivantes vont projeter une lumière dévastatrice.

Suite

le 21 juillet 2013



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26