Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Articles/docs Auteurs invités

Mouvements occidentaux pro-nazis et antisémites. 1920-1945



Des crimes commis sans pression allemande



Un article de Marc-André Charguéraud

article précédent

Dans les Etats démocratiques, les partis fascistes ont eu un rôle important dans ce qu’un historien appelle « la rage antijuive » (1) . Pendant l’entre-deux-guerres, presque dans tous les pays de l’Europe occidentale existe un parti fasciste antisémite qui se réclame du national-socialisme. Ils sont certes minoritaires, mais chacun connaît le danger de minorités bien organisées et déterminées, capables de déstabiliser un régime. Pour nombre d’entre eux, le parti nazi se trouve juste au-delà de la frontière, prêt à apporter son aide.

En Suède, c’est le NS Volkpartie, au Danemark le parti National Socialiste Danois, en Finlande le Mouvement agraire antisémite Lappo, en Norvège le Rassemblement Nationaliste avec à sa tête Vidkun Quisling qui deviendra le chef du gouvernement lors de l’occupation. En Angleterre c’est Oswald Mosley qui dirige les Chemises noires de l’Union Britannique des Fascistes.

Le Nationaal-Socialistische Beweging (NSB) en Hollande regroupe 100 000 membres, soit 1,25% de la population (2) . En Belgique, le Vlaamsch Nationaal Verbond (VNV) compte également 100 000 membres (3). Pour se situer au même niveau, la France, dont la population est cinq fois plus importante que celle de la Belgique ou de la Hollande, aurait dû compter 500 000 fascistes. On est loin du compte. Les principales organisations fascistes, le Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot, le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat, et le Mouvement national révolutionnaire ne dépassent pas ensemble 65 000 membres à la vieille de la guerre (4).

Aucun des partis français n’a adopté les thèmes politiques du National-Socialisme. Le fossé creusé vingt ans plus tôt par la Grande guerre dans l’opinion publique est bien trop profond. Déat et Doriot sont à l’origine des dirigeants marxistes militants. Or les pires ennemis des nazis, avant même les Juifs, ce sont les marxistes. Les deux hommes ont été les soutiens déclarés de la Ligue Internationale contre l’Antisémitisme (LICA), la grande organisation philosémite. « Doriot fut le héros et le leader des grandes campagnes antimilitaristes lancées par le parti communiste au cours de la décennie 1920 ». « Déat, pacifiste depuis toujours. Figure de proue du pacifisme français de la fin des années 1930 », écrit l’historien Simon Epstein (5). Tous les deux sont en 1938 « munichois ». C’est le fameux cri de Déat en 1939 : « Mourir pour Dantzig, non ! » (6). Paradoxalement, l’occupation de la France va les faire basculer dans le camp des mouvements fascistes pro-nazis antisémites.

Aux Etats-Unis le soutien aux nazis prend au seuil de la guerre sa forme la plus spectaculaire. Le nom même du principal mouvement fasciste, German American Bund , affiche son allégeance à l’Allemagne. Des cohortes d’Américains, bottés de noir, uniformes bruns, portant brassards et drapeaux frappés de la croix gammée, descendent au pas de l’oie la cinquième avenue à New-York. Plus impressionnant encore, un rallye se tient le 20 février 1939 au Madison Square Garden à New-York. Plus de 22.000 manifestants conspuent Roosevelt et se lèvent aux cris de Heil Hitler. Des oriflammes à croix gammée flottent au vent. Les orateurs glorifient Hitler et l’Allemagne nazie, condamnent le communisme et appellent à l’élimination des Juifs (7).

Avec l’occupation allemande, les mouvements fascistes passent des déclarations et des manifestations à une action antisémite dure, souvent meurtrière. En Hollande et en Belgique, dès l’automne 1940, aux côtés de la police nationale, des unités fascistes nationales ont été le principal soutien des activités antijuives de la Gestapo. Le 11 septembre 1940 déjà, Mussert, le chef du Nationaal-Socialistische Beweging (NSB), crée une formation de SS hollandais. En août 1944 ces SS nationaux comptent 4 000 membres et plus de 4 000 sympathisants (8).

En février 1941, près d’une année avant le début de la Shoah, des unités paramilitaires du NSB attaquent des restaurants et cafés juifs d’Amsterdam (9). La police n’intervenant pas, de jeunes Juifs organisent leurs propres groupes de défense. Le 11 février 1941, lors d’une bagarre entre les deux groupes, un membre du NSB est tué (10). La police allemande intervient et 389 Juifs sont envoyés à Mauthausen. Aucun ne survivra (11). Haans Albin Rauter, chef de la Gestapo en Hollande, crée en mai 1942 une Police volontaire auxiliaire sous ses ordres directs. Forte de 2 000 Hollandais, elle se compose de SS et de SA du NSB. Leur seule mission, traquer et arrêter les Juifs (12). Rauter est satisfait. Il écrit à Heinrich Himmler, le chef de la Gestapo à Berlin : « Les nouveaux escadrons de la police hollandaise font merveille en ce qui concerne la question juive et arrêtent des Juifs par centaines, jour et nuit » (13).

De leur propre initiative des groupes de membres du NSB se constituent dans le seul but de « débusquer » et de se « saisir » de Juifs qu’ils remettent aux Allemands contre paiement de primes. Leur capacité à produire un maximum de résultats est effarante. La Henneike Column avec seulement 35 hommes est arrivée à arrêter ou faire arrêter 3 400 Juifs en moins de six mois. Ses méthodes sont si brutales, mêlant chantages, tortures, extorsions, que les Allemands mettent fin à ses activités en septembre 1943 (14).

En Belgique, des mois avant la Shoah, des centaines de militants du Vlaamsch National Verbond (VNV) organisent un vrai pogrom à Anvers. Ils mettent à sac le quartier juif d’Anvers, incendient deux synagogues, brûlent les rouleaux de la Tora et mettent le feu à la maison du rabbin Rottenberg (15).

Les « Mouvements de l’ordre nouveau », lisez pronazis, nombreux, particulièrement en pays flamand, comblent les insuffisances de la police régulière. Les plus radicaux sont les membres de la VNV. Une série d’organisations antisémites moins importantes les complète, telles que le Volksverwering, le Anti-Joodsch Front, le Nationaal Volksche Beweging (16). Ces activistes ne feront jamais défaut à la Gestapo. Les formations de combat du Rex de Léon Degrelle sont directement rattachées aux SS. Elles s’occupent d’abord du repérage des Juifs avant d’être autorisées à opérer des arrestations en fin 1943 (17). « Une bande de crapules, traîtres à la patrie belge » seconde la Gestapo dans sa triste besogne, s’insurge en novembre 1943 Le Flambeau, une publication de la résistance (18).

En France les mouvements fascistes n’ont joué qu’un rôle secondaire dans les arrestations. Leur principale intervention, ce sont les 300 à 400 militants du PPF de Doriot qui, en uniforme, participent à la rafle du Vel d’Hiv le 16 juillet 1942 (19). Les fascistes français prêts à rejoindre des milices antijuives sont peu nombreux. Les archives de la Police aux Questions Juives montrent qu’il y eut un manque de candidats pour entrer dans les rangs de cette police raciale (20).

Déat comme Doriot se limitent à des déclarations antisémites violentes. La presse du RNP publie des articles violemment antijuifs pendant l’été et l’automne 1942. Les dirigeants exigent que les Juifs soient rejetés de la nation (21). En août 1942, Déat tient un discours raciste sur le « sol », le « sang » et la « race », parlant « d’un élevage rationnel et sélectionné de petits Français » ; il évoque au passage les « stérilisations » (22). Doriot est plus brutal. Dès juin 1941, il déclare sans ambages : « Moi je veux que notre race redevienne la race française pure. Par conséquent j’interdis aux Juifs de se marier avec une Française » (23). Au congrès de 1942, Doriot réclame l’adoption et l’application d’un programme raciste qui mette les Juifs français au ban de la nation, en attendant une solution « européenne » sur leur sort (24).

Les deux leaders fascistes pensent plus à une réussite politique qu’à devenir des chefs terroristes. Déat devient l’éphémère ministre du Travail de Laval en mars 1944 (25). Doriot suit le maréchal Pétain en fuite à Sigmaringen en fin 1944. Le 8 janvier 1945, il y lance « un Comité de libération française » qui doit lui permettre de prendre le pouvoir. Peu après il meurt d’un mitraillage sur les routes allemandes.

« Les SS flamands ont dépassé les Allemands en férocité », écrit un historien israélien (26). Pire, ils se proclamèrent eux-mêmes bourreaux sans la moindre pression politique. Des hommes sans loi ni aveu. Il faut dénoncer ces milliers de criminels qui sont largement restés dans l’ombre.

Notes

1 FRIEDLANDER, Saul, Les années d’extermination, l’Allemagne nazie et les Juifs, 1939-1945, Seuil, Paris, 2008, p. 161.

2 HIRSCHFELD Gerhart, Nazi Rule and Dutch Collaboration, Berg, New York, 1988, p. 285.

3 STEINBERG Maxime, L’étoile et le fusil, Volume 1, La vie ouvrière, Bruxelles, 1983, p. 138.

4 ZUCCOTTI Susan, The Holocaust, the French and the Jews. New York, 1993, p. 281. DREYFUS Francois- Georges, Histoire de Vichy, Perrin, Paris, 1990, p. 686 cite un chiffre de 70 000 à 80 000 pour la zone occupée.

5 EPSTEIN Simon, Un paradoxe français. Antiracistes dans la collaboration et antisémites dans la résistance, Albin Michel, Paris, 2008, p. 368.

6 IBID. p.196.

7 LIPSTADT Deborah, Beyond Belief : The American Press and the Coming of the Holocaust, 1933-1945, The Free Press, New York, 1986, p.123. WYMAN David, Paper Walls : American and the Refugee Crisis, 1938-1941, Pantheon, New York, 1985, p.14-17.

8 HIRSCHFELD, op. cit. p. 287 et 288. 22 000 à 25 000 Hollandais rejoignirent les Waffen SS sur le front russe.

9 MOORE Bob, Victims & Survivors : The Nazi Persecution of the Jews in the Netherland : 1940- 1945, Arnold, New York, 1997, p. 66.

10 WARMBRUNN Werner, The Dutch under Occupation, Stanford University Press, Stanford, 1963, p. 107.

11 MOORE, op. cit. p. 71 et 72. Weerafdeling . Nom de ces groupes paramilitaires fascistes du NSB.

12 HIRSCHFELD, op. cit. p. 178 et 179. Proportionnellement aux populations respectives, ces 2 000 hommes seraient l’équivalent de 10 000 hommes en France.

13 FRIEDLANDER 2008 op. cit. p. 507.

14 HIRSCHFELD, op. cit. p. 176. MOORE, op. cit. p. 207. Il en va de même pour un groupe intitulé « Département Juif » dirigé par un SS hollandais, membre du NSP, Dalmen von Buchholz.

15 BRACHFELD Sylvain, Ils n’ont pas eu les gosses, Institut de recherches sur le judaïsme belge, Bruxelles 1989, p. 14 au 17 avril 1941.

16 SAERENS Lieven, Antwerp’s Attitude Towards the Jews from 1918 to 1940 and its Implications for the Period of the Occupation, in MICHMAN Dan, Belgium and the Holocaust, Yad Vashem, Jerusalem, 1998, p. 193.

17 STEINBERG,1983, op. cit. p. 143.

18 STEINBERG Maxime, L’étoile et le fusil, Volume 2, La vie ouvrière, Bruxelles, 1986, p. 123. La Feldkommandantur actera plus tard : « Etant donné l’insuffisance des forces de police, l’arrestation de dizaines de milliers de Juifs (sic) à Anvers n’a pu s’accomplir sans le concours des mouvements d’ordre nouveau pour les dépister et les amener à la police de sécurité. »

19 IBID. p. 475.

20 KLARSFELD Serge, La Shoah en France. vol. 2, Le calendrier de la persécution des Juifs de France. Juillet 1940 - août 1944, Fayard, Paris, 2001, p. 310.

21 IBID, p. 196

22 BURRIN Philippe, La Dérive Fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Seuil, Paris, 1986, p. 442.

23 EPSTEIN, op. cit. p. 226.

24 BURRIN, op. cit. p. 484.

25 COHEN Asher, Persécutions et Sauvetage : Juifs et Français sous l’Occupation et sous Vichy, Cerf, Paris ,1993, p. 474.

26 BRACHFELD Sylvain. Ils ont survécu. Le sauvetage des Juifs en Belgique occupée, Editions Racine. Bruxelles, 2001, p.13.



Commentaires

Cet article appelle de ma part un questionnement et une critique.

La critique tout d’abord : il importe de remarquer que la Shoah est une idée allemande et plus précisément hitlérienne. C’est la paranoïa du caporal Hitler, fantasmant "le Juif" comme l’ennemi universel du genre humain au début de 1919, qui a converti les préjugés vieux ou jeunes sur la race juive en frénésie de meurtre, en fonction des moyens et des opportunités.

D’où deux conséquences :

-  il est improbable que les mouvements présentés ici "de 1920 à 1945" aient développé un langage exterminateur avant d’être satellisés par le nazisme, alors que celui de Hitler s’étale dès 1925 dans Mein Kampf et déjà dans des textes antérieurs ; certes des projets précis de meurtre n’y sont pas exposés, mais les métaphores appelant une destruction radicale (cancer, bacilles, vermine, etc.) pullulent, au sein d’un discours désignant à chaque instant le Juif comme l’ennemi, ce qui, en cas de guerre, annonce bel et bien une extermination.

-  à l’exception de la Roumanie, où le régime d’Antonescu a mis en oeuvre de lui-même des massacres dans certaines régions et seulement pendant une partie de la guerre, la Shoah est et reste d’un bout à l’autre une entreprise allemande. Les groupes ici présentés n’ont pas à proprement parler subi de "pressions" pour s’y associer mais il importe de préciser qu’ils n’ont été que des exécutants.

Je travaille actuellement sur une question en friche, celle de la brutalité de Hitler envers la religion juive, jusqu’ici éclipsée par les crimes entraînant mort d’homme ; l’exemple d’Anvers, mentionné ci-dessus, est intéressant. Quid de la commandite allemande ?

Justement, l’auteur cité en note, Sylvain Brachfeld, a mis en ligne un récit qui fait apparaître le rôle de l’occupant, par exemple lors de l’interdiction faite aux pompiers d’intervenir ou lorsqu’il est fait allusion à la présence, parmi les émeutiers, de soldats allemands :

Le 14 avril 1941, pendant la fête de la Pâque juive, des militants des organisations pro-allemandes ‘Volksverwering’, ‘Zwarte Brigade’, ‘De Vlag’ et de la ‘SS Vlaanderen’, entreprirent une action de terreur dans les quartiers juifs d’Anvers. Lors de ce pogrom, deux synagogues furent brûlées et les rouleaux de la Tora jetés dans la rue avec les livres de prière pour en faire un bûcher. Les Allemands interdirent aux pompiers d’intervenir. La maison du rabbin Rottenberg fut attaquée. Le rabbin et sa famille purent se sauver, mais tout le mobilier et tous leurs biens furent dévastés par les flammes. Il est intéressant de voir comment les demandes d’indemnisations des commerçants juifs ont été traitées. Dans son livre « Vier jaar Burgemeester van Antwerpen », Leon Delwaide prétend qu’il a fait accepter par le Collège des échevins que les propriétaires juifs devaient être dédommagés par la ville. Selon Saerens, au début les autorités de la ville déclinèrent toute responsabilité, disant que la police n’était pas équipée d’armes à feu pour s’opposer aux manifestants anti-juifs. En outre, des soldats allemands avaient participé à la manifestation, ce qui rendait difficile une intervention de la police locale. Les dégâts devaient être vus comme actes de guerre et tombaient sous la responsabilité du service des dégâts de la guerre. Le 14 juillet 1941, le Tribunal de première instance d’Anvers réfuta ces arguments, disant que la police avait eu le temps d’acquérir les armes avant les faits et n’avait pas pris les mesures nécessaires pour éviter des rassemblements, soulèvements et bagarres. Aucune disposition n’avait été prise, alors que les autorités savaient que la sécurité était menacée par une campagne antisémite et que des actes, comme le bris d’étalages, avaient déjà eu lieu. Le tribunal ordonna à la ville de payer les indemnisations et, en octobre 1941, il fut décidé de payer les dégâts, mais un ordre de la Feldkommandantur interdit les paiements aux Juifs. On voit donc clairement que ce n’est pas le bourgmestre qui a décidé de payer les dégâts aux Juifs, contrairement à ce qui été prétendu plus tard.

A Paris, la moitié des synagogues sont plastiquées dans la nuit du 2 au 3 octobre 1941 (on notera la proximité des dates, toutes deux "antérieures à la Shoah") et la genèse de l’attentat est abondamment documentée : c’est le groupe ultra-collaborateur que dirige Eugène Deloncle, le MSR (mouvement social révolutionnaire) qui place les explosifs, mais ceux-ci ont été fournis par les SS.

J’ai lancé un débat sur la question.

J’en viens au questionnement : qu’est-ce qui rend un Doriot ou un Déat moins exterminateurs que leurs homologues flamands ou hollandais ? Outre les raisons avancées, il me semble qu’il faut chercher, là encore, du côté de la folie hitlérienne et du rôle qu’elle assigne à la France. Celle-ci est irrémédiablement "négrifiée" et "enjuivée", et il importe de l’affaiblir par tous les moyens. Tandis que les Flamands de Belgique et de Hollande sont appelés à s’intégrer dans la germanité. Autant on peut encourager chez ces derniers une certaine fierté nationale et leur donner, par la lutte antijuive, des lettres de noblesse aryenne, autant on doit maintenir dans l’impuissance les Français, même ardemment nazis.

Il en va sans doute de même en Pologne, où on ne demande guère à l’antisémitisme local, pour aider à la Shoah, qu’une contribution passive.

le 2 avril 2014



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations