Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
Site de François Delpla :Hitler stratège ?
Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Articles/docs

Hitler stratège ?



La stratégie hitlérienne : le Blitzkrieg... entre autres !



paru dans Histoire de Guerre thématique n°6 "Stratèges et stratégies de Napoléon à Schwartzkopf" (juin 2002) Lire l’éditorial

Il y a une manière étroite d’expliquer les succès allemands de 1939-41. L’Allemagne aurait pris un peu d’avance sur ses rivaux en matière d’emploi des chars et de l’aviation et la guerre de mouvement aurait brièvement retrouvé ses droits, par de grandes chevauchées blindées, avant que les ennemis s’adaptent et que la guerre redevienne, comme en 1918, une succession de coups de boutoir où s’exprime avant tout la supériorité matérielle. Hitler aurait dans l’affaire un rôle assez secondaire. Son apport se serait borné à reconnaître les mérites de quelques officiers novateurs tels Guderian ou Manstein, et à leur prêter assistance contre le conservatisme de leurs supérieurs.

Loin d’être en perte de vitesse, ce genre d’analyse n’en finit pas de tenir le haut du pavé. Certaines présentations récentes de la défaite française donnent même l’impression que la stratégie n’y était strictement pour rien. Hitler aurait accumulé les bévues, les principaux commandants de l’armée de terre eux-mêmes, Brauchitsch, Halder et Rundstedt, auraient été hésitants et empruntés, à l’inverse de quelques uns de leurs subordonnés, et là encore on retrouve Guderian, ainsi que Rommel, qui auraient grâce à leur dynamisme exploité un effondrement adverse dû surtout à la malchance.

Cet article essaie de mettre à sa place l’aspect militaire des choses. Il l’esquisse donc assez brièvement, pour se consacrer surtout à ce qui fait l’originalité de la stratégie hitlérienne : un mélange plus intime que jamais de considérations opérationnelles et politiques, dont l’atout principal est sa parfaite dissimulation.

L’irruption des divisions blindées

En Angleterre et en France, Fuller et Estienne poursuivent dans les années 1920 leurs réflexions sur les possibilités du char d’assaut, l’arme qu’ils ont mise au point entre 1916 et 1918, et qui a joué dans la victoire alliée le rôle que l’on sait. A présent ils envisagent l’action des chars en masse, et non plus en soutien de l’infanterie. La conséquence stratégique est que les percées pourront être exploitées plus vite et plus profondément, à condition qu’elles aient été faites en plusieurs points : avec le mouvement, l’encerclement, si cher à l’état-major allemand depuis Moltke, retrouverait tous ses droits.

Mais c’est avant tout la situation matérielle et diplomatique de la Reichswehr au milieu des années 20 qui rend un certain nombre de ses officiers, notamment parmi les plus jeunes, attentifs à ces réflexions. Cette armée de cadres, réduite à 100 000 professionnels, dépourvue de matériel lourd, ne pouvant se familiariser avec les nouvelles armes que par des stages discrets dans des pays neutres pendant la Grande Guerre ou en froid avec ses vainqueurs tels que l’URSS, la Suède ou l’Espagne, est amenée à privilégier la qualité de l’armement plutôt que sa quantité. Elle est donc la première à constituer des divisions blindées autonomes, dès 1935, après trois années d’essais préparatoires.

La phrase « Voilà ce qu’il me faut ! » que Hitler aurait prononcée au camp de Kummersdorf, peu de jours après son arrivée au pouvoir, à la vue d’un déploiement de forces blindées dirigé par Guderian, est à prendre avec prudence, n’étant apparue qu’avec les mémoires du général en 1950, et n’ayant pas été recoupée . Elle n’en est pas moins vraisemblable. Hitler s’intéresse à toutes les applications du moteur à explosion, en même temps qu’à toutes les innovations militaires. Il n’a pu manquer de réfléchir sur l’emploi des chars et de s’intéresser très tôt aux officiers qui manifestaient un esprit d’initiative à cet égard. C’est que, comme en France, la tendance n’était pas générale. Ludwig Beck, notamment, chef d’état-major de l’armée de terre et l’un des principaux opposants clandestins à Hitler avant comme après son remplacement par Halder en août 1938, restait attaché à la doctrine du char au service de l’infanterie.

Cependant, les choses étaient tout de même plus faciles en Allemagne, comme nous le révèle un détail du livre de Guderian Achtung Panzer !, publié en 1937. Il cite élogieusement Vers l’armée de métier, publié par le lieutenant-colonel de Gaulle en 1934, non point, comme le disent trop souvent les militants gaullistes, comme un traité où les Allemands auraient trouvé la lumière, mais comme un argument pour montrer aux officiers allemands, cible première de son livre, qu’il importe de presser le pas dans la formation des divisions blindées, car les Français semblent en avoir compris tout l’intérêt. D’où la vraisemblance de ce propos que le collaborateur français Benoist-Méchin dit avoir recueilli de la bouche de Guderian en mai 1941 :  : Lorsque a paru le livre du général (sic) de Gaulle en 1934, nous étions déjà engagés dans cette voie depuis 1932. Sa lecture nous a vivement intéressés, mais elle ne nous a rien appris. Tout au plus nous a-t-elle encouragés à persévérer dans nos efforts. D’ailleurs, l’idée était dans l’air. Après Fuller et Estienne, tout chef militaire lucide devait y venir. L’étonnant n’est pas que de Gaulle y ait songé, mais qu’il ait été, semble-t-il, le seul de France à le faire, et que ses idées y aient été si mal accueillies.

Guderian n’est pas considéré comme un stratège. C’est un tacticien, doublé d’un entraîneur d’hommes. L’officier qui a tiré le meilleur parti de l’outil forgé par Guderian est Erich von Manstein. En octobre 1939, après la rapide liquidation de la Pologne, Hitler avait commandé un plan d’attaque vers l’ouest et Halder s’était exécuté avec un manque d’imagination qui reflétait sans doute, avant tout, sa mauvaise volonté. Manstein, chef d’état-major du groupe d’armées (Hgr) A, commandé par Gerd von Rundstedt, s’était alors lancé, avec l’accord de son chef, dans la rédaction de nombreux mémoires critiquant le plan Halder, avant tout pour son incapacité à créer une surprise. Au lieu de tenter, comme en 1914, un mouvement de débordement par les plaines flamandes, il convenait de frapper au centre du front, dans les Ardennes, avec un corps blindé.

Hitler est censé avoir arbitré en faveur de Manstein, fort tardivement. Il aurait appris son désaccord avec les plans de l’OKH lors d’un déjeuner le 16 février 1940 et aurait fait brusquement refondre les plans suivant les idées de Manstein, au cours de la semaine suivante. C’est ainsi que le mouvement tournant en Belgique aurait acquis le statut d’une diversion : le pauvre Gamelin, qui prévoyait une récidive du plan de 1914 et avait envoyé son aile marchante vite et loin vers le nord, s’était trouvé fort dépourvu quand l’ouragan était venu de l’est, sur la limite ardennaise de la ligne Maginot.

Ce rôle infime de Hitler dans le triomphe de 1940 est encore amoindri dans les innombrables proses qui attribuent à sa dictatoriale incompétence l’évasion des troupes britanniques par Dunkerque, grâce à un étrange ordre d’arrêt. Ce freinage brutal, le 24 mai à 12h 30, d’un élan qui aurait pu conduire à la prise du port, non défendu, le soir ou le lendemain, serait dû à la peur que Hitler éprouvait de perdre trop de chars, qu’il ait ressenti de lui-même ce sentiment ou que Rundstedt ait réussi à le lui faire partager.

Cependant, ces débats classiques ont été éclipsés, depuis 1995, par un autre, où on en est venu à mettre en doute l’existence même d’un plan allemand.

Un révisionnisme radical

Suivant une théorie initiée par un lieutenant-colonel du service historique de la Bundeswehr, Karl-Heinz Frieser, la campagne de mai-juin 1940 n’aurait, d’une guerre-éclair, que l’apparence. On a tendance aujourd’hui à parler d’une « étrange victoire allemande », en écho au titre du livre de Marc Bloch, L’étrange défaite.

Les succès de la Wehrmacht seraient dus largement au hasard. La concentration des blindés dans les Ardennes et sur la Meuse était beaucoup trop forte et offrait aux bombardiers adverses une cible facile, à laquelle seules d’énormes carences du renseignement auraient épargné une destruction totale. Telle est la nouvelle théorie de « l’embouteillage ». Après cette préservation miraculeuse et le franchissement subséquent de la Meuse, le haut commandement n’aurait su que faire de sa victoire et ce sont les généraux subalternes commandant sur le terrain, tels Guderian et Rommel, qui par leur allant et même leur indiscipline auraient donné à l’action une forme et un rythme décisifs, en dépit des frayeurs de leur hiérarchie. Pendant ce temps et toujours par un malencontreux hasard, le commandement français, civil et militaire, et la coordination interalliée auraient été particulièrement cafouilleux.

L’étrange succès de cette fable, si on ne veut pas qu’il se pérennise, demande à être compris . Une première explication gît dans les progrès de la construction européenne. Si dans les années 1950-1980 l’armée reconstituée de la RFA, tout en essayant de s’absoudre du péché de collaboration avec les nazis, se glorifiait d’être un rempart contre le péril rouge et s’il était de bon ton de magnifier Guderian, Rommel ou Manstein comme de grands techniciens apolitiques, la chute du Mur, les difficultés de la réunification et le traité de Maastricht ont porté un coup aux fiertés cocardières, tout en mettant en lumière les atrocités commises à l’Est par des officiers qui n’étaient pas tous SS. Guderian et Manstein, d’une part se sont révélés impliqués dans des massacres de Juifs ou de Slaves, d’autre part étaient moins rachetables par l’éclat de leur participation à la revanche contre la France, elle-même perçue comme le dernier sursaut de puérilité d’une époque immature.

Plus fondamentalement, l‘idée d’une « étrange victoire » vient occuper un vide. Les Allemands ont l’air de s’excuser d’avoir gagné et plaident qu’ils ne l’ont pas fait exprès parce que, s’ils sont maintenant disposés à reconnaître qu’un très grand nombre d’entre eux se sont, au regard des critères en vigueur, mal conduits, ils préfèrent penser qu’il s’agit de défaillances individuelles plutôt que d’une fascination collective. Du moins cette dernière idée, si elle est présente dans certains ouvrages, a du mal à s’imposer. C’est pourquoi l’opinion se plaît à penser que la victoire de 1940 n’était ni programmée ni désirée, et qu’elle a mis malgré eux dans les mains des Allemands les instruments dont nombre d’entre eux ont usé pour le mal. Si nos contemporains d’outre-Rhin veulent bien admettre qu’une bonne partie de leurs compatriotes adultes ont été, entre 1939 et 1945, au moins complices, et bien souvent auteurs, de crimes contre l’humanité, il leur reste difficile de reconnaître que ces actes ont souvent été commis avec un certain entrain, et le sentiment de fonder sur le meurtre un avenir radieux.

Ce qui fait le moins de progrès, en dépit de l’accumulation des mises au point de détail, c’est l’étude de Hitler et de son pouvoir. Il reste un médiocre, un raté, et l’extraordinaire réussite de son entreprise continue d’être mal perçue. C’est toute la partie ascendante de sa courbe, dont précisément la victoire sur la France constitue le zénith, qui apparaît comme une « étrange victoire », la phase de déclin étant au contraire la chose la plus naturelle du monde.

Un clausewitzien extrême

Les spécialistes de la stratégie ignorent Hitler, purement et simplement. Il est absent de l’index du gros Traité de Coutau-Bégarie . Si Gérard Chaliand, dans son Anthologie mondiale de la stratégie, lui donne brièvement la parole, c’est pour reproduire des propos de 1941 : le seul texte d’une personnalité du IIIème Reich antérieur à la guerre est dû à Guderian. D’autre part les propos cités du Führer n’ont pas trait à la stratégie mais à deux traits moraux qu’il juge indispensables au combattant, la cruauté et la ténacité. Rien n’est dit de l’intelligence, ni pour mesurer la sienne, ni pour dire quelle place il accordait à cette faculté dans l’art militaire. Nous allons voir combien ces lacunes sont, l’une et l’autre, fâcheuses.

La maturation de la stratégie hitlérienne date de 1924. Auparavant on peut diviser la vie du futur Führer en quatre périodes : l’enfance (1889-1905), la recherche d’une voie artistique (1905-1914), les années de guerre et les débuts politiques. Les treize mois de prison qui suivent le putsch manqué de 1923 sont propices à une synthèse, fondée sur de vastes lectures. Si Wagner, l’idole de ses années de recherche artistique, continue jusqu’au bout de l’inspirer et si Schopenhauer, lu dans les tranchées, apporte un soubassement philosophique bricolé mais indispensable, le troisième grand inspirateur semble bien être Clausewitz.

Il peut paraître curieux, et il l’est en un certain sens, de rapprocher Hitler et Clausewitz. La phrase qui résume l’oeuvre du second, suivant laquelle « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens », semble aux antipodes du délire nazi, puisqu’elle tend chez le général prussien à relativiser l’acte de guerre, à l’insérer dans un ensemble qu’il ne commande pas, alors que pour Hitler la guerre est au principe de tout. Au reste, un homme qui avait été très proche des nazis, Ludendorff, avait dans un livre testamentaire de 1936, La guerre totale, répudié avec éclat Clausewitz dans des termes qui ne semblaient pas faits pour déplaire aux dirigeants du Reich :

La nature de la guerre a changé, le caractère de la politique a changé, et maintenant tous les rapports existant entre la politique et la conduite de la guerre doivent également changer. On devrait jeter par-dessus bord toutes les théories de Clausewitz. L’art de la guerre et la politique sont faits pour servir à la protection d’un peuple, mais l’art de la guerre est l’expression suprême de la « volonté de vivre » nationale, et la politique doit donc être soumise à la conduite de la guerre.

Cependant, dès qu’on confronte ces lignes à Mein Kampf, ou à tous les propos connus de Hitler sur la chose militaire, un abîme se fait jour. Pour le Führer, c’est un pis-aller que d’avoir à lutter pour sa survie. Un pays bien gouverné doit être en position offensive, puis dominante. Entre le caporal autodidacte et le vieux général couvert de gloire, c’est le second qui est une brute militariste, à qui sa pratique professionnelle tient lieu de culture et qui, loin de méditer les leçons de sa défaite finale en 1918, pense qu’il aurait fallu plier encore plus les civils à son omnisciente volonté. Hitler est certes également une brute, mais d’un genre autrement sophistiqué.

Clausewitz est le père de Bismarck, ce conquérant si posé et si apte à maintenir l’armée dans ses casernes, une fois atteints des objectifs soigneusement circonscrits. Mais il est aussi l’inspirateur de Hitler, la différence étant que les objectifs fixés par l’instance politique sont autrement ambitieux. Dans les deux cas l’armée est sous une tutelle étroite. La guerre doit être courte et la paix, l’état normal. Mais Hitler n’est pas seulement un clausewitzien radical par la dimension de son appétit de conquêtes. Il l’est aussi par un mélange bien plus intime que n’aurait sans doute osé en rêver Clausewitz entre politique et stratégie.

Hitler noue les fils

On connaît la présentation classique de la dégradation des relations internationales qui mène à la guerre en 1939. Il y a une mode de l’agression qui n’est d’ailleurs pas lancée par l’Allemagne mais par le Japon, et qui prospère tant que les puissances démocratiques n’y mettent pas le holà, ou le font avec mollesse et en ordre dispersé. Mais en vérité, Hitler est à l‘initiative. La condamnation platonique de l’agression japonaise en Mandchourie par la SDN (1931-1933) lui sert sans doute de test, après quoi ce sont ses exactions qui tiennent le devant de la scène, et qu’imitent maladroitement Rome ou Tokyo. On peut remarquer son doigté : par exemple, dans un premier temps il se contente de réarmer et n’agresse ni ne menace les Etats frontaliers, ce qui rend difficiles des ripostes autres que verbales ; puis il lance un défi brutal, la remilitarisation de la Rhénanie, là encore à l’intérieur de ses frontières... et il semble alors s’assoupir pendant deux ans ; il surgit ensuite, toutes griffes dehors, en 1938, mais ne s’en prend qu’à des territoires de langue allemande, l’Autriche et les Sudètes ; ce n’est qu’en mars 1939 qu’il réalise une transgression majeure de ses propres assurances en absorbant le reste de la Tchécoslovaquie, peuplé de Slaves, et, surtout, en remplaçant dans le communiqué explicatif la théorie du « droit des peuples » par celle de « l’espace vital ».

La dernière biographie en date, celle d’Ian Kershaw, est précieuse par sa collecte quasi-exhaustive des déclarations du Führer, officielles ou privées, destinées à expliquer ses entreprises. Mais l’auteur, issu de la mouvance « fonctionnaliste » qui voit dans les actes du gouvernement nazi le produit des circonstances, ne tire pas tout le parti possible de ses trouvailles. Les matériaux qu’il rassemble permettent de constater qu’il y a entre toutes les crises des liens multiformes : il ne s’agit pas seulement d’une progression dans l’audace ou l’agressivité, mais d’une subtile préparation des coups suivants. Nous le démontrerons en observant comme Hitler joue au chat et à la souris avec la Pologne, la victime qui suit la Tchécoslovaquie.

C’est le pays qui avait les moins bonnes relations avec la république de Weimar, celui que Hitler aurait pu agresser dès 1933 en ayant le soutien d’une majorité d’Allemands. C’est bien pourquoi il le garde pour la bonne bouche. Il commence par signer avec lui, à la stupéfaction générale, un pacte de non-agression (janvier 1934). Comment se fait-il qu’on ne voie pas là une ruse grossière, dans le monde entier et d’abord à Varsovie ? C’est que la Pologne de Pilsudski et l’Allemagne nazie sont toutes deux antisoviétiques -et, accessoirement (je veux dire que cela joue, en l’occurrence, un moindre rôle), antisémites : ces convergences aident le public à voir dans ce rapprochement une communauté d’intérêts, plutôt qu’une agression différée. Certes la Pologne, qui relevait d’une occupation germano-russe d’un siècle et demi, avait à se méfier des Russes, communistes ou non... mais tout autant des Germains, surtout nazis ! Or Hitler a réussi à lui faire oublier le sain principe de jouer sur les contradictions de ses deux voisins, pour obtenir la protection de l’un contre l’autre ; par ce pacte elle choisit son camp, s’excluant à l’avance d’un front antinazi quelle que soit la conjoncture... et c’est tout ce que Hitler, dans un premier temps, lui demande.

La France, ici, est mise en demeure : c’est sur sa protection, avant tout, que comptait la Pologne avant 1933, et devant le danger nazi elle se rapproche, elle, de l’URSS (pacte Laval-Potemkine, mai 1935). Elle pourrait et devrait alors faire pression sur la Pologne pour l’obliger à prévoir une coopération avec l’URSS en cas d’agression allemande contre cette dernière et, si elle refuse, lui retirer toute assistance militaire ou financière (c’est elle qui l’aide, depuis 1919, à se monter une armée). Mais la France, cependant, doit se garder à l’ouest : peut-elle se permettre de mécontenter l’Angleterre ? Or Londres passe par une phase très antisoviétique.

Ce nœud gordien est tranché, une première fois, par Hitler, le 18 juin 1935 : il signe avec l’Angleterre un accord de réarmement naval, permettant à l’Allemagne de construire des cuirassés, en dépit du traité de Versailles qui le lui interdisait, dans la limite d’un tiers de la flotte britannique. Ainsi l’Angleterre, qui avait participé à la Première Guerre mondiale en raison, principalement, de la menace navale allemande, paraît cette fois décidée à régler ses problèmes toute seule, et à laisser les continentaux se débrouiller des leurs. Cet accord naval est avant tout une pierre dans le jardin de Laval : il est puni pour s’être rapproché de Moscou sans consulter Londres. Et la France s’incline : à partir de juillet 1935 et pendant quatre ans elle répond par des dérobades à la proposition soviétique d’assortir le pacte Laval-Potemkine d’une convention militaire, qui aurait obligé la Pologne à opter fermement, en cas de confirmation des menaces allemandes contre le monde slave, pour la sécurité collective, ou (mais qu’aurait dit son opinion publique ?) à accentuer son rapprochement avec les nazis.

Comment expliquer ce sauve-qui peut de 1934-35 qui contient en germe tous ceux des années suivantes ? Les explications classiques par le pacifisme, l’anticommunisme, la lâcheté, l’aveuglement, etc., que chacun depuis 60 ans agrémente à sa sauce politicienne, contournent une vérité encore peu reconnue : personne ne se rendait compte que Hitler jouait de toutes les contradictions internes et réciproques de ses ennemis potentiels, et de main de maître.

Ainsi la Pologne, ferrée comme un poisson, va toucher le fond de l’inconscience en acceptant des mains allemandes le cadeau de Teschen, une ville tchécoslovaque qu’elle revendiquait depuis 1919 et que Hitler lui permet de prendre au lendemain de Munich (octobre 1938). Alors Méphisto n’est pas long à demander son salaire : il faut « régler la question de Dantzig », dit Ribbentrop à l’ambassadeur polonais dès cette fin d’octobre. Cependant, il le fait en secret, sans presser aucunement son interlocuteur et en proposant l’abandon de toute revendication allemande sur le corridor (l’autre pomme de discorde entre le Reich et la Pologne depuis les traités de 1919), à l’exception d’un « couloir extraterritorial » . C’est ce que répète Hitler, recevant au Berghof le 5 janvier le ministre des Affaires étrangères et homme fort du gouvernement polonais, le colonel Beck.

La question reste en sommeil jusqu’au « coup de Prague », la saisie déjà mentionnée de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne, le 15 mars... qui rend l’Allemagne voisine de la Pologne non plus sur deux côtés, mais sur trois. L’encerclement se poursuit le 23 par la saisie de Memel. Mais dès l’avant-veille, Ribbentrop a convoqué l’ambassadeur polonais pour lui dire que désormais la question de Dantzig devenait pressante. Or dans le même temps, depuis octobre, la diplomatie allemande demandait à la polonaise d’arrêter avec elle une « attitude commune » face à l’URSS : voilà qui ne pouvait qu’inciter Beck, pour ne pas fâcher Berlin sur tous les sujets à la fois, à rechercher un protecteur qui ne fût pas soviétique. Il avait déjà une alliance avec la France, notoirement insuffisante pour résister à l’Allemagne : restait l’Angleterre. Or son premier ministre Chamberlain, outré et mis politiquement en difficulté par la violation des accords de Munich, était à la recherche d’un geste qui lui permît de montrer à la face du monde que cette fois la patience de l’Angleterre était à bout. Beck lui propose, le 23 mars, une déclaration bilatérale suivant laquelle l’Angleterre protégerait la Pologne en cas d’attaque allemande... et il s’empresse de donner suite, proclamant solennellement cette garantie le 31 . Citons maintenant la fin du récit de Kershaw sur cette crise, et l’enseignement qu’il en tire :

Apprenant la garantie britannique du 31 mars, Hitler explosa et tapa du poing sur la table de marbre de son bureau de la Chancellerie : « Je vais leur préparer un breuvage infernal. ». Il était arrivé exactement ce qu’il avait voulu éviter. Il avait compté que les Polonais céderaient aux pressions tout aussi facilement que les Tchèques et les Slovaques. (...) Il avait tenu pour acquis que la Pologne deviendrait alors un satellite allemand, un allié lors de toute attaque ultérieure contre l’Union soviétique. Il avait été déterminé à arracher la Pologne aux griffes de la Grande-Bretagne. Tout cela était désormais remis en cause. Il faudrait prendre Dantzig par la force. Les Britanniques avaient déjoué ses projets, les Polonais les avaient repoussés avec mépris. Il allait leur donner une leçon.

On remarquera qu’une seule phrase est entre guillemets. Encore nous est-elle parvenue par un chemin fort indirect : les mémoires, publiés au lendemain de la guerre, de l’opposant Gisevius, qui lui-même tenait la chose d’un militaire qui n’était pas des mieux disposés envers Hitler, l’amiral Canaris. Tout le reste, ce sont les spéculations de Kershaw, le monologue intérieur qu’il prête à Hitler à ce moment clé. Il n’aurait donc pas eu de stratégie du tout, étant pris complètement au dépourvu par l’événement qui allait être à l’origine directe du déclenchement du conflit, la garantie anglaise à la Pologne.

Un philosophe disait un jour que le monde n’existait pas et était créé à chaque instant devant ses yeux par Dieu, et un autre philosophe jugeait ce raisonnement à la fois stupide et irréfutable. On peut appliquer ce dernier qualificatif aux analyses qui ne voient dans les succès de l’hitlérisme qu’une succession de hasards heureux (pour lui). Un dieu lui aurait-il tenu la main dans les ténèbres de son ignorance et de son impulsivité ? En revanche, ces auteurs ne sont pas nécessairement stupides... puisqu’ils sont trompés par un grand maître de l’illusion.

Cependant, si on cesse de considérer une crise après l’autre, pour dégager des perspectives d’ensemble, il faut être aveugle pour ne pas voir que tout cela présente un sens et une forme. Le but est simple, et il est déjà en toutes lettres dans Mein Kampf : créer vers l’est un vaste empire, aux dépens des pays slaves, en brisant préalablement l’épée de la France. C’est dans les modalités qu’on trouve une variante de taille : il fallait, d’après la Bible nazie, obtenir l’alliance de l’Angleterre, ou du moins sa neutralité bienveillante. Cela semble jurer avec le fait de lui faire la guerre, et plus encore de la pousser à donner une garantie à la Pologne.

Or si nous lisons Mein Kampf d’un peu plus près, nous ne voyons pas que Hitler ait jugé facile l’obtention de cette alliance ou de cette neutralité. La phrase la plus démonstrative est : « L’Angleterre ne veut pas que l’Allemagne soit une puissance mondiale ; la France ne veut pas qu’il existe une puissance qui s’appelle l’Allemagne. La différence est considérable ! ». Ainsi, le livre de Hitler ne sous-estime guère les obstacles à une alliance anglaise, il ne dit pas que Londres va se précipiter pour saisir l’offre et laisse bien entendre qu’il faudra à la fois passer en force et en finesse. Ce que confirme la politique d’appeasement mise en œuvre par les Britanniques à l’égard de Hitler dès son accession au pouvoir. Il ne s’agit nullement d’alliance, encore moins d’une autorisation de conquérir tout ce que prévoit Mein Kampf, un texte avec lequel Hitler prend d’ailleurs ses distances. Ce que cherchent inlassablement les appeasers de Londres, c’est l’acceptation par l’Allemagne de nouvelles limites, plus larges que celles du traité de Versailles, mais pour solde de tout compte : c’est ce que Hitler fait semblant, à de nombreuses reprises, d’agréer, après quoi il présente, plus ou moins vite, de nouvelles exigences. Il y a cependant, dans ce processus répétitif, une évolution décisive, qui survient précisément en octobre 1938 -et qui échappe complètement à la théorie traditionnelle dont Kershaw porte aujourd’hui les couleurs. En même temps qu’il commence discrètement à réclamer Dantzig, Hitler dit pour la première fois, publiquement, pis que pendre de l’Angleterre. Il se saisit du discours de Churchill contre les accords de Munich pour estimer (alors qu’il n’y a rien de nouveau ni dans cette harangue, ni dans le traitement méprisant que lui réserve le gouvernement conservateur) que c’est là la pensée profonde de l’Angleterre, et que le discours pacifiste de Chamberlain n’est qu’une ruse pour préparer une guerre d’anéantissement contre l’Allemagne.

Il faut bien une explication, et une seule apparaît : Hitler a épuisé les vertus des avancées pacifiques, à présent il a besoin que la poudre parle. Va pour une guerre avec l’Angleterre, si elle a pour théâtre essentiel la France et permet de liquider l’armée de ce pays. Alors seulement viendra le moment du compromis : l’URSS, jusque là neutralisée par un pacte, et toujours haïssablement communiste aux yeux des conservateurs de Londres, sera plus ou moins clairement laissée à l’Allemagne comme champ d’expansion, pour prix de son retrait des terres que la bataille de l’Ouest lui aura permis d’envahir sur l’Atlantique.

Le Blitzkrieg revisité

S’il est un lieu commun tenace et prospère, c’est bien l’idée que les Allemands sont, en 1940, sidérés par l’ampleur de leur succès. Je dis bien lieu commun, et non point analyse historique. A quoi donc Hitler et la Wehrmacht pouvaient-ils bien s’attendre et quel résultat auraient-ils visé, en-deçà de celui obtenu ? Là-dessus jamais un mot n’est dit.

Pour mesurer la part du Führer dans la définition de la stratégie, il faudrait tout d’abord être attentif à la manière dont, depuis 1933, il a assuré son emprise sur ses forces armées. Les militaires de haut grade inscrits au parti nazi ou acquis à son idéologie sont une infime minorité... et pourtant tous ou presque obéissent jusqu’au bout, en dépit même de la déroute du pays. Ici aussi on trouve trop d’explications sociologiques passe-partout, et pas assez d’observation des processus concrets. Si Hitler domine son armée, c’est à force d’attention et de travail. Il connaît son monde, et le manipule sans cesse. La crise Blomberg-Fritsch de janvier-février 1938 est éclairante : les deux principaux chefs sont compromis à quelques jours d’intervalle dans des scandales sexuels fabriqués par les officines de Himmler, le Führer en profite pour accaparer le poste de l’un et reléguer l’autre (qui lui faisait de l’ombre car il ne lui devait pas son élévation), tout en menaçant la caste militaire de promouvoir à la place de Fritsch soit Göring, soit Himmler. En nommant le terne Brauchitsch, qu’il « tient » d’ailleurs aussi par le biais de sa vie privée, Hitler renforce ses possibilités de contrôle, en même temps que l’armée respire, croit avoir échappé à la nazification et s’imagine peser encore suffisamment pour éviter les aventures trop risquées. En même temps le Führer devenu commandant suprême a regroupé autour de lui une petite équipe plutôt brillante, formée de Keitel, Jodl et Schmundt en particulier.

Si on a à l’esprit sa connaissance du corps des officiers, il devient difficile de croire, par exemple, qu’il n’a connu le plan Manstein que le 17 février 1940. Le premier rapport de Manstein est d’ailleurs daté du 31 octobre et Hitler avait déjà, la veille, manifesté son peu d’enthousiasme devant le plan de l’état-major et proposé de constituer une tête de pont à Sedan. Il serait bien surprenant qu’aucun officier ne lui ait signalé cette convergence : en revanche, peut-être a-t-il demandé à ses informateurs de se taire car il pouvait trouver, à faire croire qu’il avait connu tardivement le plan de Manstein et y avait subitement adhéré, le plus grand intérêt. Il laissait ainsi se développer un conflit, sans user son autorité et en tranchant à l’heure voulue. Toute sa manière de commander est ainsi faite : il alterne la liberté apparente laissée aux hommes de l’art et un brusque interventionnisme, qu’il se plaît souvent à présenter comme dicté, non par des idées stratégiques supérieures, mais par des « raison politiques » dont les généraux n’ont pas à connaître. Il entretient par là son image de chef imprévisible, qu’il ne faut pas chercher à comprendre ni à contrarier, et il masque le plus souvent la logique profonde de ses volte-faces.

Il a, pour traiter ainsi en 1940 le corps des officiers, une bonne raison : sa stratégie est nazie, non la leur. Pour lui, pas question de s’arrêter au milieu du gué et de troquer le programme oriental contre une exploitation vigoureuse des succès à l’ouest, qui semblent mettre enfin l’Angleterre à sa merci -le rêve de toute sa génération ou presque. Et cela, il le prévoit bien dès le mois de février -au plus tard- lorsqu’il fait refaire les plans en fonction, laisse-t-il entendre, des idées de Manstein. En fait (une remarque que je pense être le premier à avoir faite), le plan alors arrêté ne va pas au-delà de la percée de Sedan -ce qui est logique, car pour décider de la suite trop de paramètres demeurent inconnus et notamment la quantité des troupes alliées qui auront avancé en Belgique. C’est pourquoi le plan n’indique après Sedan qu’une direction générale, celle de la Basse-Somme. Manstein précisait qu’il faudrait alors détruire l’ennemi dans des « batailles de rencontre ».

Mais Hitler ne l’entend pas ainsi. Il présume que les meilleures troupes adverses auront avancé en Belgique -et cela, il a une raison de l’espérer, qu’il ne peut partager avec Manstein. On constate en effet que des fuites, en direction de la Belgique, de la Hollande, du Vatican et de la Suède, font état d’une offensive prochaine en Belgique et en Hollande ; en revanche, le secret de la percée sur la Meuse est hermétiquement gardé. Il y a donc une véritable intoxication, dans laquelle les milieux résistants allemands semblent servir d’intermédiaires inconscients, et à laquelle Göring prête personnellement la main lorsqu’il reçoit le 6 mai l’homme d’affaires suédois Dahlerus : tout en lui remettant un plan de paix sur lequel nous reviendrons, il lui dit qu’il devra s’appliquer lorsque l’armée allemande, entrée en Belgique, aura « atteint Calais », ce qui sous-entend, comme toutes les autres fuites, une simple récidive du plan Schlieffen, ou même un mouvement beaucoup moins ample, destiné à occuper seulement les Pays-Bas. Il ne faudrait pas oublier en effet que jusqu’ici Hitler n’a attaqué que des adversaires très inférieurs, de l’Autriche à la Norvège. Là encore, il cultive un personnage médiocre, celui du charognard, et il a déshabitué les esprits de penser qu’il pourrait oser s’en prendre à une puissance comme la France. Un effort pour le « bloquer » en Belgique semble donc à la fois urgent et sans risque.

Escomptant ferme que les meilleures troupes adverses vont se précipiter dans son piège (d’où son célèbre mouvement de joie quand il apprend que les Alliés entrent en Belgique), il n’a que faire de « batailles de rencontre ». Les blindés devront être suivis par une infanterie dont le chef principal est le général Busch, l’un de ceux dont il est le plus proche. Il s’agit qu’elle prenne position sur l’Aisne, puis la Somme, sans tenter de franchir ces rivières sinon par des têtes de pont. Voilà qui, le moment venu, provoque d’immenses remous. L’ampleur du succès est telle qu’un Halder ne voit pas ce qui empêche de foncer vers Paris. On connaît trop les crises de commandement qui opposent un fonceur comme Guderian à un timoré comme Kleist, son supérieur immédiat, sur la vitesse de l’offensive, et pas assez celle qui, les 17 et 18 mai, oppose le Führer à une grande partie de la hiérarchie, sur son orientation. Presque tous voudraient scinder les blindés en deux, une partie seulement allant vers la Basse-Somme et Hitler impose brutalement d’y envoyer la totalité. C’est quelques jours après que la chance d’un gigantesque encerclement se dessine, en barrant l’accès à la côte pour toutes les troupes alliées du nord, anglaises, française et belges. Hitler fait prendre à Guderian le chemin des écoliers (l’investissement de Boulogne et de Calais avant celui de Dunkerque) et surtout stoppe le mouvement en vue du but par son célébrissime Haltbefehl.

A présent nous sommes mieux outillés pour le comprendre. Il faut d’abord démystifier les deux explications principales : outre Hitler, le grand responsable de l’ordre d’arrêt serait Göring, soucieux de « laisser finir le travail par l’aviation, arme nazie », ou Rundstedt, qui aurait craint pour ses chars, chacun réussissant à influencer le Führer. Ces deux théories sont étayées sur des documents hautement douteux. Göring et Hitler n’en seraient pas à leur coup d’essai, pour organiser des mises en scène dissimulant leur politique véritable. Quant à Rundstedt, Hitler en a fait une sorte de favori, attisant sa rivalité avec Brauchitsch et Halder. Le premier nommé lui a justement, dans la soirée du 23, retiré tous ses blindés ! Or l’ordre d’arrêt, donné par Rundstedt (en se réclamant du Führer) coïncide avec la restitution de ses unités cuirassées : tout se passe comme si en échange il avait cautionné, brièvement, un ordre fantaisiste du Führer .

L’échec

En bon clausewitzien, le guerrier Hitler a les yeux rivés sur la paix et les moyens d’y contraindre l’ennemi. C’est là qu’il échoue... tout près du port. Le 10 mai, à l’heure où il déclenche sa grande offensive, les dirigeants des deux puissances ennemies se nomment Chamberlain et Reynaud, et l’espoir de les amener à négocier après une démonstration de force est on ne peut plus réaliste.

Reynaud cède tout de suite : il téléphone à Londres que la bataille est perdue dès le 15, puis réunit son comité de guerre le 25 et obtient son accord pour un ultime combat sur la Somme, sous-entendant qu’ensuite il n’y aura plus qu’à examiner les conditions allemandes. Encore les dés sont-ils pipés : il ne dit pas à cette assemblée ce qu’il sait depuis au moins cinq jours par le consul suédois Nordling, relais de Dahlerus, que les conditions allemandes sont « généreuses » (elles laisseraient même à la France l’Alsace-Lorraine) mais à saisir tout de suite, sous peine d’aggravation. Ce langage, il serait prêt sans doute à le tenir à son homologue anglais le lendemain, puisque ce même comité le mandate pour aller aussitôt à Londres, « exposer nos difficultés ».

Mais depuis deux semaines le premier Anglais s’appelle Churchill. Sa nomination résulte de sombres querelles de personnes et point du tout d’une conversion de la nation à ses idées farouchement antinazies. N’importe, il fait comme si, et il l’emporte, mais d’extrême justesse. S’il fait rentrer dans la gorge de Reynaud ses suggestions d’armistice au point que le Français avoue piteusement à ses collaborateurs Villelume et Baudouin qu’il ne les a point émises, il a plus de fil à retordre avec son ministre des Affaires étrangères Halifax, persuadé que l’Angleterre court à sa ruine et ne lésinant pas sur les moyens pour torpiller l’action de son premier ministre.

N’oublions pas que nous sommes en plein ordre d’arrêt. Cette léthargie, qui épargne provisoirement le corps expéditionnaire britannique, joue en faveur des partisans de la paix : ils prônent un geste de nature à préserver d’une destruction certaine la quasi-totalité de l’armée de terre du pays. En même temps la passivité de l’ennemi restaure une possibilité d’embarquement, qui avait disparu les jours précédents. Churchill, qui s’opposait à cette solution, lui devient brusquement favorable le 26, pour rétablir une atmosphère de combat et retarder l’ouverture de négociations. Il ne peut plus l’exclure, vu qu’aucun membre de son cabinet ne partage entièrement sa détermination, mais il obtient péniblement le 28, à la vive contrariété de Halifax, la décision de surseoir à toute prise de contact avec l’ennemi avant de savoir combien de soldats on a pu évacuer.

Voilà devant quoi Hitler échoue : l’irruption quasi-sismique, dans le camp d’en face, d’un adversaire à sa taille, qui certes n’était pas un inconnu, mais un marginal appelé, semble-t-il, à le demeurer, tant ses collègues de la direction conservatrice lui tenaient la bride courte. Le Titan a brisé ses chaînes à la dernière seconde et l’allure du combat s’est modifiée du tout au tout.

Hitler va s’acharner pendant un an. D’un côté, le maintien de l’Angleterre dans la guerre sert sa stratégie, puisqu’il permet une mobilisation antisoviétique jouant sur les idées d’encerclement et de lutte pour la vie, et une brutalité dans l’agression vers l’est supérieure à ce qu’aurait vraisemblablement permis l’obtention d’une paix au printemps 40 : la guerre de races, nécessaire au plein accomplissement du programme, est favorisée jusqu’à un certain point par l’obstination churchillienne. Mais à condition que celle-ci fasse place à la résignation britannique, au plus tard en mai 1941 : un nouveau grand effort de paix est fait à ce moment.

Ce qui déroute également Hitler, c’est la priorité que donne Churchill à la lutte contre lui au détriment de la sauvegarde des intérêts britanniques vis-à-vis des Etats-Unis. Dans ses offres de paix, il met constamment en avant le fait qu’il admire l’empire britannique et ne veut nullement l‘affaiblir... alors que Roosevelt ne fait pas mystère de son hostilité à cet empire, au cœur même des moments les plus idylliques de la « grande alliance ». Rien n’y fait : Churchill a décidé d’écraser la « barbarie nazie » et se console des couleuvres que Roosevelt lui fait avaler, toujours après une dure résistance, en se disant qu’après tout la civilisation qu’il aime et défend est celle des « peuples de langue anglaise ».

Conclusion

Avec Hitler l’art militaire, à l’ébahissement fréquent et durable des spécialistes, se subordonne à la volonté d’imposer une philosophie nouvelle, tournant le dos aux valeurs essentielles de la civilisation occidentale et à toute forme d’humanisme. L’explication principale de son efficacité est que personne n’a jamais agi ainsi. C’est de la triche permanente, dont l’audace même est le meilleur atout. Technique, tactique et stratégie deviennent les servantes d’obsessions personnelles. Voilà qui leur fait faire, dans certains domaines, de gros progrès, mais l’essentiel est ailleurs. Le nazisme apporte sa pierre à un certain nombre de modernisations, mais il est pour l’essentiel une aventure isolée, dont rien ne subsiste sinon une impression de cauchemar.

Place de la ruse dans le nazisme

un débat sur le livre de Frieser

le 14 mai 2004



---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26