Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 453

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 576

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 612

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 613

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 614

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 760

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 764

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 767

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 48

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 49

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 50

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 54

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 42

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 43

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_acces.php3 on line 44

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-cache.php3 on line 28

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_lang.php3 on line 85

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_flock.php3 on line 61

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function split() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 1160

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 385

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 386

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 428

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 438

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 618

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 161

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 644

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 478

Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 643

Deprecated: Function eregi() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_filtres.php3 on line 296

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26
[ Churchill et les Français, Chapitre 15 - Le site de François Delpla ]

Le site de François Delpla

[ Accueil ] [ Retour à l'article ]

Churchill et les Français, Chapitre 15
http://www.delpla.org/article.php3?id_article=382

La véritable histoire du réduit breton

dimanche 4 janvier 2009

revenir au début chapitre précédent

SI ON DISAIT à l’auteur de ce livre que toutes ses affirmations rencontreront le scepticisme sauf une, et qu’on lui demande de choisir sur quel point il aimerait le mieux convaincre son lecteur, il répondrait sans hésiter : la réhabilitation du réduit breton.

« Fantaisie digne d’Astérix » pour certains, truc inventé par Reynaud pour quitter dignement le territoire et y inciter les pouvoirs publics pour d’autres, l’idée de fortifier la Bretagne pour la soustraire à l’avance allemande est tout bonnement la matrice de la Résistance française et elle a aussi joué un rôle majeur, encore que plus difficile à mesurer, dans la résolution anglaise.

Le retour de Halifax

Certes, à l’origine, le projet n’est qu’une velléité de Reynaud, ni plus sérieuse ni plus solide que les autres. « J’y pense et puis j’oublie... »

C’est de Gaulle, nous l’avons vu, qui, à la suite d’une conversation avec lui le 7 juin, prend la chose à bras-le-corps et en fait un élément essentiel, mais point du tout unique, dans sa stratégie de remobilisation du potentiel de lutte. Il pourrait y avoir plusieurs réduits, l’important étant le transfert en Afrique du Nord du maximum de moyens.

Aucun texte ne dit qu’il ait parlé du réduit breton à Churchill le lendemain lors de leur première rencontre, mais comme c’est probable ! Il lui a sans doute communiqué son projet de note. Et c’est après cet entretien que Winston commence à spéculer sur une « guérilla dans certaines parties du territoire français ».

L’espoir nouveau de voir les Français, adoptant d’autres formes de lutte, s’accrocher comme des beaux diables à leur territoire ne saurait être du goût de Halifax. Mais que dire ? Au cabinet, déjà cité, précédant le conseil de Briare, il dépasse tous ses records d’ambiguïté, en déclarant tout à coup que la paix, c’est le peuple allemand qui la souhaite :

Le Secrétaire d’État aux Affaires étrangères a attiré l’attention sur un rapport daté du 4 juin, relatant les constatations faites par un attaché militaire scandinave à Berlin, dont il résulte que le haut commandement allemand n’est pas entièrement satisfait de la tournure de la guerre. Il en est arrivé à la conclusion que les Alliés n’étaient pas près d’accepter la paix, et craignait que les États-Unis ne se joignent à leurs adversaires. Le peuple allemand ne réagissait pas aux victoires de l’armée allemande et était alarmé par la perspective d’une longue guerre. (souligné par moi, cf. infra)

Le moral de l’adversaire est médiocre ? Cela peut sonner comme un encouragement à continuer la guerre. Mais inversement on pourrait lui accorder cette paix qu’il désire, il n’en abuserait pas, Hitler n’ayant pas réussi à réveiller en lui le désir des grandes conquêtes. Après tout, l’Allemagne n’est pas si mauvaise et le petit jeu de la drôle de guerre consistant à trier ses bons éléments et à flatter ses bons penchants pourrait avantageusement reprendre.

Cette source scandinave est très probablement suédoise - car alors la Norvège, en guerre contre l’Allemagne, n’y saurait avoir d’attaché militaire, et la Finlande au contraire, recherchant son appui contre les Soviétiques, ne va pas se compromettre en renseignant les Anglais sur les affaires internes du Reich. Halifax suggère donc ici, dans des termes perceptibles aux initiés, que la Suède est prête comme toujours à jouer les intermédiaires.

Il en faut plus pour impressionner Churchill et Eden : à Briare, tous deux vont faire état de ce renseignement dans le sens que l’on devine. Churchill le fait de manière anonyme mais Eden cite le nom de Halifax comme s’il était maintenant acquis à l’idée de la lutte à outrance, tout en ajoutant de son cru une petite invention sur les pertes allemandes, au prix d’une légère modification de la date :

M. Eden indique ensuite que Lord Halifax a fait état, au cours du conseil des ministres britannique de la matinée, d’un rapport reçu par le Foreign Office, daté du 7 juin et fondé sur les observations d’une importante personnalité neutre. D’après ce rapport, les pertes allemandes ont été extrêmement sévères, et l’on ne note aucun enthousiasme dans la population du Reich. Lord Halifax et le cabinet de guerre ont attaché une grande signification à ce document. (souligné par moi)

Triste jeu, qui montre que les voyageurs britanniques apportaient dans leurs bagages, entre autres soucis, celui de faire croire coûte que coûte à l’unité de leur gouvernement. Ils devaient donc juger Halifax, à nouveau, bien dangereux.

Un conseil suprême très mélancolique

Churchill nourrissait-il lui-même les illusions dont il avait bercé ses collègues, sur la possibilité de dresser encore de vastes plans stratégiques avec la France ? C’est bien peu probable, tant il connaissait son Reynaud, son Weygand et les rapports de soumission du premier au second.

Il fait, certes, un immense effort. Outre son éloquence bien connue, il fait montre au château du Muguet d’une qualité rarement signalée, l’aptitude à sacrifier, en cas de nécessité, ses habitudes et son confort. Il n’a pas dû souvent, même en voyage, lui arriver de se passer d’un bain et d’un personnel pour le lui préparer. Or le major Thompson, attaché à sa personne par Scotland Yard, n’avait pu trouver place dans l’étroit château et logeait dans le voisinage : Churchill passe alors une nuit sans aucun Anglais à portée, il se plonge tout entier dans la réalité française. Il subit de plein fouet le sous-équipement de l’aristocratie continentale : Doumenc, maître des lieux, l’aperçoit au petit matin, vêtu d’un peignoir, en quête d’une problématique baignoire et d’une introuvable eau chaude 1.

Mais son éloquence se heurte à un mur compact, excepté auprès du général de Gaulle, « favorable à des actions de guérilla [...], jeune, énergique », ne croyant pas à la guerre de fronts et partisan de « changer les méthodes », suivant ce que Churchill rapporte le lendemain à ses collègues restés au pays. Il ajoute qu’en cas d’effondrement de la « présente ligne », Reynaud pourrait le mettre à la place de Weygand.

Pour la première fois Pétain lui-même a participé au tir de barrage, reprochant aux Anglais leur faible effort sur terre, dont Churchill n’est que trop conscient. À ce sujet, il faut noter qu’en mai-juin, Reynaud rompt avec une habitude, constante depuis le début de son ministère. Il invitait jusque-là au conseil suprême d’autres ministres, à commencer, comme il est logique, par celui des Affaires étrangères quand il ne l’était pas lui-même. Daladier a été écarté sans façon, les 22 et 31 mai, ainsi que Campinchi et Laurent-Eynac. L’introduction de Pétain n’est pas faite pour corriger l’impression que Reynaud tient les civils à l’écart. Il n’a pas plus de titre à siéger que l’autre vice-président du conseil, le radical Chautemps.

Cette séance est une tribune pour Weygand, qui répond « destruction de la France » sitôt que Churchill parle de guérilla urbaine ou rurale. Tout au plus Churchill arrive-t-il à diversifier son public en obtenant la venue du général Georges. Négligeant l’injure de cette marque de méfiance, Weygand se fait un plaisir d’appeler son subordonné, qu’il a totalement repris en main depuis ses velléités d’opposition au dispositif « Somme-Aisne ».

Détail pittoresque : la minute du cabinet porte que Churchill a suggéré de défendre Paris « comme Madrid ». Allusion à la résistance inattendue qu’opposèrent, à la fin de 1936, les couches populaires madrilènes à l’entrée de Franco dans la capitale espagnole. Elle avait abouti à stabiliser le front pour deux ans et demi dans les faubourgs. Cette sacrilège comparaison ne figure dans aucun autre compte rendu. Or on ne voit pas comment ni pourquoi on l’aurait censurée, ainsi que les cris d’écorchés que n’auraient pas manqué de pousser Pétain et Weygand, tant par amitié pour Franco que par méfiance envers toute idée de barricade à Paris. Probablement Churchill a pensé ce rapprochement, puis l’a sagement retenu au bord de ses lèvres. Le fait qu’il n’ait pas une telle pudeur devant ses collègues et ses officiers, dont la plupart sont loin, comme lui-même, d’avoir alors soutenu la République espagnole, montre qu’à cette date la direction anglaise est moins coincée que Reynaud et son entourage, quand il s’agit des moyens d’arrêter le fascisme.

Cependant, les défaitistes français ne sont pas en reste d’acrobaties et déploient, pour accréditer l’évidence de la défaite, des efforts symétriques de ceux du visiteur. Weygand et Georges, suivis en cela par Reynaud, ne font-ils pas un bel exercice de corde raide lorsque, peu après avoir montré que la poussée allemande était irrésistible, ils essaient de faire croire que l’aviation anglaise « pourrait encore entraîner un retournement de la situation » (Georges), peut « faire peut-être encore pencher le plateau de la balance » (Reynaud), et que moyennant ce renfort « rien ne dit que nous ne pourrions pas l’emporter pendant ce dernier quart d’heure » (Weygand)2 ? De tels efforts n’ont qu’une explication, le désir que l’Angleterre se retrouve à égalité avec la France en moyens de résister aux Allemands, tant sur le terrain qu’à la table des négociations.

Qu’ont donc conclu les Anglais de ce very melancholic meeting - suivant l’expression de Churchill ? Une tirade de Eden en dit long à ce sujet :

L’effet de la visite du premier Ministre au gouvernement français a été remarquable ; et, alors qu’ils étaient d’abord apparus comme des hommes qui ont perdu l’espoir, ils étaient à présent occupés à tendre leurs esprits pour examiner ce qui pouvait être fait en cas de rupture de leurs lignes. Le danger principal, pour la permanence de la résistance française, est que, à part le maréchal Pétain dont l’attitude est défaitiste, il n’y a pas dans le cabinet Reynaud de personnalité. Ainsi, les politiciens français favorables à une entente avec l’Allemagne pourraient se trouver assez forts pour renverser M. Reynaud. Bien qu’ils ne nous en aient pas fait le reproche en face, les Français ont montré clairement qu’ils considéraient notre effort militaire comme faible et voyaient bien que nous n’avions qu’un quart à un tiers de nos forces aériennes dans la bataille. De telles considérations pourraient facilement être utilisées pour alimenter un sentiment anti-britannique. D’un autre côté, le général Howard-Vyse pense fermement que les Français vont tenir. Toutefois, j’estime que le facteur premier qui pourrait décider la France à le faire serait un pas décisif fait par les États-Unis d’Amérique, tel qu’une rupture des relations diplomatiques avec l’Allemagne. M. Reynaud a souligné l’importance de ce facteur. [...]

La position de M. Reynaud serait beaucoup plus assurée s’il pouvait dire qu’il a l’assurance de la part du cabinet de guerre britannique, que quelle que soit la tournure de la guerre nous demeurerions présents en France, nous ne la quitterions jamais, et mettrions tout en œuvre pour qu’elle retrouve ce qu’elle aurait perdu.

Premier linéament de l’union franco-britannique ! Il semble qu’on assiste à une répartition des rôles entre Churchill et Eden, le premier ne pouvant se permettre de trop parier sur la résistance française et confiant cette partition à Eden, ainsi qu’à Howard-Vyse.

Mais voilà qu’il reprend la parole, pour une mise au point très révélatrice :

Un chapitre de la guerre est en train de se clore. Les Français peuvent continuer la lutte. Peut-il se former deux gouvernements français, l’un qui fasse la paix, l’autre qui organise la résistance dans les colonies et avec la flotte, en entreprenant des actions de guérilla ? C’est trop tôt pour le dire. Mais la résistance effective de la France en tant que grande puissance touche à sa fin.

Eden a-t-il bien tout su, tout compris ? Il est manifeste que Churchill lui coupe l’herbe sous le pied. Il décide brusquement de suggérer au cabinet de guerre qu’il a commencé à conspirer avec Charles de Gaulle. Comme larrons en foire.

Sous la mélancolie, l’espoir

Nous touchons ici à ce qui fonde l’immense supériorité de Churchill sur ses concurrents : sa fréquentation de l’histoire. Halifax et Chamberlain sont des tâcherons, pour qui le métier politique relève de la conscience professionnelle, de la vigilance dans l’application d’un certain nombre de principes. Pour Winston, les nations sont des êtres vivants, elles ont chacune leur petit caractère, il faut les comprendre et tout d’abord les connaître. Or la caractéristique principale de la France, c’est qu’elle est double : à la fois conservatrice et révolutionnaire. Obsédé, en aristocrate, par la Révolution, Churchill ne partage pas l’anglomanie qui pousse certains dans l’Hexagone, au fil des commémorations, à encenser le « sage » peuple d’outre-Manche, qui a su forger une démocratie en économisant les troubles civils. Il aime trop l’histoire pour la réécrire. La France est ce qu’elle est, il faut la prendre comme elle est. Sa dualité est féconde, surtout à l’heure du péril. C’est ainsi que, dans un texte fameux, il a caractérisé la collaboration de Clemenceau et de Foch :

[Clemenceau] était une incarnation de la Révolution française à son moment sublime, avant qu’elle ne fût ternie par les boucheries abjectes des terroristes. Il représentait le peuple français dressé contre les tyrans - tyrans de l’esprit, de l’âme et du corps ; tyrans étrangers et domestiques, escrocs, charlatans, corrupteurs, traîtres, envahisseurs, défaitistes, tous étaient exposés au bond du Tigre ; et contre tous le Tigre menait une guerre sans merci. Anticlérical, antimonarchiste, anticommuniste, antiallemand - en tout cela il représentait l’esprit dominant de la France.

Mais il y avait une autre tendance et une autre France. C’était la France de Foch - ancienne, aristocratique ; la France dont la grâce et la culture, dont l’étiquette et le cérémonial se sont répandus sur le monde comme un bienfait. La France de la chevalerie, la France de Versailles et, par-dessus tout, la France de Jeanne d’Arc.[...] Il n’y a rien de comparable à cette dualité en Grande-Bretagne ou aux États-Unis, ni même en Allemagne. C’est une lutte perpétuelle qui se poursuit sans relâche, non seulement dans les assemblées successives, mais dans chaque rue et chaque village de France, et dans le cœur de presque tous les Français 3.

Fondée ou non, cette appréciation de 1937 éclaire les actes de 1940. Après avoir, comme on l’a vu, cherché à rassurer l’opinion anglaise sur la puissance française au moment du Front populaire en expliquant que les deux France étaient en train de refaire leur unité devant le péril allemand, voici que brutalement, le 11 juin, les mêmes prémisses reçoivent une conclusion tout autre : puisque la vieille France abdique, en la personne de Weygand, il est temps de battre le rappel de l’autre, plus dynamique et plus forte, incarnée s’il le veut par Reynaud et, de toute manière, par de Gaulle.

Cependant, à écouter le compte rendu de Churchill, on a peine à deviner que de Gaulle a, lors du conseil suprême, joué d’abord le rôle d’un muet, puis celui d’un courant d’air. Le procès-verbal rédigé par Roland de Margerie4 et confirmé par le récit de Spears5 indique qu’il n’a pris qu’une fois la parole, sur un problème apparemment bien secondaire de blindage de chars. Bref, pour sa première grande réunion politique, il se serait comporté comme un modeste bizuth, laissant parler les anciens et n’osant aborder qu’une question technique de sa spécialité. Le connaissant comme nous le connaissons, nous devons en conclure que l’essentiel s’est passé ailleurs.

D’abord, le peu qu’il a dit, partie émergée de l’iceberg :

En réponse à une remarque du général de Gaulle sur le caractère insuffisant du blindage des chars légers britanniques et sur la possibilité d’amalgamer utilement certains éléments de la division cuirassés Evans avec certains des nôtres, M. Winston Churchill promet d’examiner ce problème aussitôt son retour en Angleterre.

En une phrase, de Gaulle est allé à l’essentiel : rien ne compte autant pour lui, à ce stade, que de faire lutter ensemble Français et Anglais, de compenser les faiblesses des uns par les forces des autres, à condition que ce soit fait utilement. Mais il juge certainement superflu un nouvel afflux d’avions anglais sur des batailles perdues d’avance - aussi est-il resté silencieux lorsqu’il a entendu la totalité de ses compagnons de délégation s’accrocher à cette unique revendication.

Voyons maintenant, à l’autre bout de la chaîne, ce que Churchill pensait de son voyage, tel que le résume Colville dans la soirée du 12 :

Weygand et Georges parlent de l’impossibilité de continuer la lutte, du moins avec des forces coordonnées, mais Reynaud est aussi indomptable que Pétain est défaitiste. Il y a toujours la demande de la totalité de notre aviation, alors que nous envoyons actuellement beaucoup plus que nos moyens ne nous le permettent. Mais nous devons en conserver assez pour continuer jusqu’à la victoire au cas où la France se rendrait. Il y a apparemment un jeune général français appelé de Gaulle, dont Winston pense grand bien, et peut-être pourrait-il organiser une prolongation de la résistance en Bretagne ou sur la côte atlantique. Nous y pourrions alors y envoyer nos divisions.

Dans le cercle de ses collaborateurs immédiats, Churchill a donc été plus explicite. Certes, il la leur baille belle avec ce « Reynaud indomptable ». Ce qu’il faut comprendre de toute évidence, c’est qu’il songe alors à l’indomptabilité d’un couple Reynaud-de Gaulle. Et s’il se trompe, c’est sans aucun doute que de Gaulle lui-même se trompe encore un peu, sur Reynaud, ou plus exactement sur sa capacité de convaincre et d’entraîner Reynaud.

Dès lors, il est facile de reconstituer les choses. Plusieurs témoins ont vu Churchill parler longuement seul à seul avec de Gaulle après la réunion, à l’occasion de l’apéritif puis du dîner6. Sur la teneur de leurs propos, seul de Gaulle a levé un coin du voile 7 :

Notre conversation fortifia la confiance que j’avais dans sa volonté. Lui-même en retint sans doute que de Gaulle, bien que démuni, n’en était pas moins résolu.

Certes, certes... mais à quoi ?

On sait que le lendemain de Gaulle a passé une bonne partie de la journée à Rennes, à organiser le réduit avec le général René Altmayer. Ce qui explique son absence à la dernière séance de ce conseil suprême, qui a eu lieu le matin. On peut en déduire que sous les dorures du château Churchill, qui avait suggéré à plusieurs reprises l’après-midi que le conseil suprême se saisît de la question, finit par en saisir de Gaulle tout seul. Il se met d’accord avec lui pour qu’il laisse là le conseil où lui-même, Churchill, s’efforcera de remonter l’ardeur de Reynaud tandis que le Français mettra en place sur le terrain une possibilité concrète de résistance.

Notons qu’à ce moment il n’est pas question de replier le gouvernement dans la péninsule. Ni au conseil suprême, ni dans les conversations de Londres où sont évoqués de Gaulle et le réduit. Cependant, Churchill a bel et bien en tête la formation d’un gouvernement français de résistance, opposé à celui qui signerait la paix. Il ne doute plus que ce dernier voie le jour. La seule question est : sera-ce le gouvernement Reynaud lui-même, ou bien un gouvernement Pétain-Weygand ? Il est clair que dès le 12 juin, à son retour en Angleterre, il place un grand espoir dans l’éclatement de la direction française et la formation d’un nouveau gouvernement Reynaud, probablement en Afrique du Nord, disposant de la flotte et s’efforçant de conserver en métropole des maquis et des têtes de pont sous le commandement de De Gaulle. Pour que le plan soit alors si précis et que le nom du général y soit si étroitement associé, il faut bien que le projet ait été évoqué, sinon complètement arrêté, lors de la fameuse conversation.

En s’abouchant avec de Gaulle, Churchill va littéralement violer son homologue français. À Briare, il s’agissait pour Reynaud de démontrer avec l’aide des militaires que tout était perdu, et d’utiliser de Gaulle pour achever la démonstration, en montrant que même un homme aussi fringant se trouvait englué dans l’impuissance générale. Il voulait obtenir l’aval des Anglais pour signer l’armistice et aussi, de préférence, comme le 26 mai, leur propre abdication. S’ils voulaient continuer seuls, tant pis... Encore un piège que Churchill retourne, avec une force décuplée par le fait que son partenaire n’est pas Gort ou Chamberlain, avançant les yeux fermés pour réaliser des objectifs connus du seul Churchill, mais que c’est de Gaulle, qui est de même force et de même ambition sinon tout à fait de même race.

C’est Churchill, finalement, qui s’est le moins bien acquitté du rôle convenu la veille avec de Gaulle. Pendant que le Français, indifférent aux railleries, engageait sa jeune réputation dans l’entreprise bretonne et lui donnait un début d’existence concrète, Churchill était bien près de voir Reynaud lui échapper et n’évitait la rupture qu’en lui arrachant la promesse d’une nouvelle rencontre.

On ne s’est pas assez interrogé sur ce paradoxe : Churchill, quelque peu occupé à Londres, s’attarde en France une nuit de plus, dans les conditions qu’on a dites, pour une réunion d’une heure en début de matinée. Il n’avait jamais été dit que le conseil suprême devait s’étaler sur deux jours. Or la première réunion avait beaucoup tourné autour des « têtes de pont sur l’Atlantique », Churchill l’avait prolongée avec le seul de Gaulle, très vraisemblablement sur le même sujet puis la séance avait repris pour une heure en soirée, toujours là-dessus. C’est le réduit, visiblement, qui prolonge la visite. Alors que Reynaud avait pour seul but, à cette réunion, d’obtenir l’autorisation d’une paix, séparée à défaut d’être générale, Churchill s’était vite rendu compte qu’il ne pourrait remplir le programme énoncé devant le cabinet, « décourager tout signe de mouvement vers une paix séparée », et avait sur le vif essayé une politique de rechange : la scission de la France, pour y récupérer toutes les forces ennemies de la capitulation.

Situation, pour Reynaud, intolérable. Son de Gaulle-alibi l’avait déjà fait beaucoup souffrir, dans son fatalisme et sa résignation, avec sa note du 8 juin, son voyage à Londres et sa lancinante demande d’un changement de généralissime... C’est l’après-midi même qu’il était allé voir Huntziger à Arcis et c’est, donc, le soir même que Reynaud n’avait pas donné suite, et avait étalé pour la première fois devant de Gaulle sa manière de s’appuyer sur les vieux militaires pour suggérer l’impossibilité d’échapper à l’armistice. Mais voilà un scénario inattendu : de Gaulle faisant bloc avec Churchill ! Reynaud a dû être aussi surpris et effrayé qu’un montreur de marionnettes à qui ses figurines échappent. Car il faut se demander ce qu’il a su de leurs contacts. Soit ils l’ont mis au courant et, tout naturellement, il a couru se réfugier dans les bras de Weygand, son dernier recours, pour éviter d’être obligé de faire la politique qu’il avait annoncée en la croyant impossible. Soit ils ne l’ont pas mis dans le secret et il faut alors imaginer l’humiliation de cet émotif, de ce rancunier, au spectacle de ces deux personnes qui lui devaient leur rencontre et qui, au bout de trois jours, s’occupaient très bien ensemble en le laissant à l’écart. D’autant plus qu’il se doutait bien de l’objet du colloque.

Ses carnets de captivité, utilisés par sa fille en 1980 dans un ouvrage apologétique, portent quelque trace de son amertume, tout en révélant qu’il n’a fait aucun effort pour associer de Gaulle aux décisions :

[...] de Gaulle n’a assisté à aucun des conseils des ministres, sinon il saurait qu’il n’y eut, en tout cas de ma part, aucun esprit d’abandon. À aucun moment, je n’ai cessé de m’opposer à la demande d’armistice. De Gaulle ne m’a presque pas vu depuis le départ de Paris. Nous avons seulement voyagé ensemble de Paris à Tours. Lorsqu’il est entré dans mon gouvernement, il a demandé à m’accompagner devant la commission de l’armée du Sénat. J’ai refusé parce que l’on aurait profité de sa présence, comme il arrivait du front, pour poser des questions et peut-être engager un débat, ce qui dans ces circonstances pouvait présenter des inconvénients, du point de vue de la discrétion. Il m’a alors demandé d’aller en Angleterre, ce que je lui ai accordé. Il a déjeuné avec Churchill, et peut-être pensé dès lors à ce qui devait devenir son mouvement. Je l’ai vu quelques instants [...] à Cissay, le 12 juin. [...] Je ne l’ai revu, je crois, qu’un instant, à Bordeaux, le soir de ma démission 8.

Ce texte précoce est d’une tiédeur éloquente envers l’Angleterre comme envers de Gaulle : le voyage du 9 est présenté non comme une mission donnée par le président du conseil au sous-secrétaire d’État, mais comme une initiative du général et déjà presque comme une conspiration. Qui faut-il croire, le prisonnier de Vichy soucieux de montrer qu’il ne s’est jamais départi d’une attitude « nationale » ou le libéré de 1947, pro-anglais de toujours, qui écrit : « Je chargeai le général de Gaulle de s’occuper du problème de la continuation de la guerre en Afrique du Nord et, à ce titre, il se rendit en Angleterre 9 » ?

Le 12 juin, donc, il sait ou il sent qu’on passe aux choses sérieuses. Il annoncerait bien aux Anglais, dès le matin, sa décision irrévocable d’armistice, et discuterait volontiers des modalités, de la flotte etc. Churchill, de son côté aimerait une décision sur le réduit mais renonce vite, et le problème n’est même pas abordé le deuxième jour alors qu’il est dans toutes les têtes. Avant de clore ce débat inutile, il trouve une échappatoire : il fait promettre à Reynaud une nouvelle rencontre avant toute « décision grave ».

Pour la première et unique fois, le général Doumenc participe au conseil suprême. Il n’intervient pas dans la discussion mais sans doute Churchill le remarque, car c’est à lui qu’il dit, au moment du départ, une phrase souvent citée : « Soyez sûr que la Grande-Bretagne, quoi qu’il arrive, n’abandonnera jamais la France ». Ses qualités d’écoute et d’observation nous valent une description de Churchill, au moment du dîner. Rédigée quelques mois plus tard alors que l’auteur admire la ténacité britannique, elle laisse tout de même percer l’idée qu’en juin il ne prenait pas Churchill tout à fait au sérieux, et ne le trouvait pas assez soucieux des intérêts français :

Winston Churchill promenait sur tous son regard à la fois vif et pesant. Sa grosse tête s’agitait sur ses épaules carrées, et ses aphorismes jaillissaient avec brusquerie. À ce moment où nous avions le cœur étreint, il nous apparaissait tantôt génial, tantôt cocasse, plus anglais qu’allié dans ses entêtements. Il but à grandes lampées un cognac de choix 10.

Bordeaux ou Quimper ?

Il faut moins de deux jours à de Gaulle pour mettre Reynaud sur le gril : veut-il la paix ou la résistance ? Il est sommé de le montrer en répondant à la question : le gouvernement, obligé par l’avance allemande à quitter Tours, ira-t-il à Quimper ou à Bordeaux ? De ce point de vue, les Mémoires de guerre sont impeccables :

J’étais, naturellement, pour Quimper. Non pas que j’eusse d’illusions quant à la possibilité de tenir en Bretagne, mais, si le gouvernement s’y repliait, il n’aurait pas, tôt ou tard, d’autre issue que de prendre la mer. Car, les Allemands devant nécessairement occuper la péninsule pour agir contre les Anglais, il ne pourrait y avoir de « zone libre » en Bretagne. Une fois embarqués, les ministres prendraient selon toute vraisemblance la direction de l’Afrique [...]. Quimper était l’étape vers les décisions énergiques. [...] C’est pour des motifs inspirés par leur politique et non - quoi qu’ils pussent prétendre - par l’art militaire, que s’y opposaient ceux qui, tels Pétain, Weygand, Baudouin, poussaient à la capitulation11 .

De Gaulle écrit ces lignes après avoir raconté la journée du 12, en passant sous silence son voyage en Bretagne : il ne parle que du plan d’évacuation vers l’Afrique, et dit y avoir travaillé en Touraine. Allant dans la soirée voir Reynaud en son château de Chissay, il tombe sur une discussion entre ses collaborateurs sur la prochaine étape du gouvernement, et prend, à n’en pas douter, la position qu’il indique. Mais il faut préciser que le test portait avant tout sur la fermeté de Reynaud. Le gouvernement, puisqu’il devait s’embarquer, pouvait bien le faire de Bordeaux. Ce que de Gaulle ne tolère pas, c’est que s’en aille dans la capitale aquitaine un pouvoir dont la volonté de résistance ne serait pas nettement affirmée et le seul expédient qu’il trouve pour s’en assurer est de poser en ces termes la question du repli gouvernemental.

Il s’agit d’enrayer un processus de dissolution, marqué par le reflux sans perspective des civils et des militaires, qui rend chaque jour plus improbable la décision de continuer. De Gaulle, en raison de la décision personnelle de résistance aux côtés de l’Angleterre qu’il a prise en s’entendant avec Churchill la veille au soir, ne peut plus vivre dans le flou et oblige tout le monde à choisir.

Que veut Reynaud ? Gouverner la France. Laquelle ? La seule, la vraie, l’unique. À la rigueur depuis l’Afrique du Nord... si toute la classe politique y va, ou s’y fait représenter. Comme cette perspective ne prend guère corps - et comment le ferait-elle, si lui-même ne fait rien pour ? -, toute l’attitude de Reynaud, sa passivité, son immobilisme, montrent que sans le dire il est aussi accroché au sol national que Pétain et Weygand, qui le proclament.

Le suprême conseil

En cette soirée du 12, il se passe des choses bien curieuses dans les milieux politiques français. Reynaud inaugure une pratique : faire participer le chef de l’armée aux délibérations du ministère. Or il n’y a pas une semaine qu’il a créé et confié à de Gaulle un sous-secrétariat théoriquement destiné à opposer aux vues du généralissime un contrepoids. Telle était du moins la manière dont Reynaud, repentant, avait présenté la chose à l’intéressé, le jour de sa nomination, tout en lui disant de faire de même près des Britanniques :

Je vous demande [...] d’aller à Londres au plus tôt. Au cours des entretiens que j’ai eus, les 26 et 31 mai, avec le gouvernement britannique, j’ai pu lui donner l’impression que nous n’excluions pas la perspective d’un armistice. Mais, à présent, il s’agit au contraire de convaincre les Anglais que nous tiendrons, quoi qu’il arrive, même outre-mer s’il le faut. Vous verrez M. Churchill et vous lui direz que le remaniement de mon cabinet et votre présence auprès de moi sont les marques de notre résolution 12.

Cette page des mémoires du général, non démentie par Reynaud et même citée par lui avec faveur, nous en apprend beaucoup sur sa manière : il ne s’agit pas de faire quelque chose, mais de convaincre quelqu’un qu’on veut le faire. D’ailleurs, de Gaulle a commencé par désobéir. Au lieu d’aller immédiatement à Londres, pour proclamer des intentions, il a passé trois jours en France, à essayer d’obtenir des actes.

Dans la journée du 12, le président se rend compte qu’il n’a été que trop entendu. Il passe presque tout son temps ce jour-là avec Weygand et, pourrait-on dire, sous son aile, quelles que soient ses obligations professionnelles, auxquelles il continue pourtant de sacrifier : le matin, conseil suprême ; à midi, décisions sur l’abandon de Paris et celui de la ligne Maginot ; en fin d’après-midi, conseil des ministres. Tout le jour, des décisions capitales, où le politique tient autant de place que le militaire, sont prises sans l’assistance d’un seul ministre... excepté Pétain, qu’on ne quitte guère, lui non plus.

Reynaud n’a guère réuni son nouveau cabinet formé le 5 juin : seulement le 9. Il ne l’a jamais consulté sur quoi que ce soit : le 9, il s’est contenté d’annoncer le départ du gouvernement de Paris. Et voilà qu’à sa première vraie réunion, il lui impose la présence du général, pour discuter sans préparation aucune de la question d’armistice.

C’est alors qu’entre en scène Camille Chautemps. Trois fois président du conseil et aspirant sans doute à le redevenir, il n’a guère d’idées si ce n’est de tirer le pays en douceur de la situation. Il va être l’anti-Churchill, celui qui fait tout pour éviter la fracture de la nation. Reynaud, par l’irruption de Weygand et, avec lui, de l’armistice, a provoqué l’affrontement qu’on devine entre les partisans de cette décision, encore très peu nombreux, et le vieux clan « belliciste » emmené par Mandel, Campinchi et Marin. Encore que le ministre de l’Intérieur, s’il faut en croire Weygand et Baudouin, ne parle guère. Le premier sort, furieux, parce que Mandel aurait écouté ses propos avec un sourire13. Mais le second note que son air moqueur s’adressait tout autant aux civils :

M. Mandel, silencieux aujourd’hui comme hier, forteresse de mépris dont l’œil s’amuse à constater chez tous ses collègues une peur et une médiocrité supérieures à ses larges prévisions 14.

Chautemps rallie à son panache le marais affolé en demandant que le conseil reçoive Churchill le lendemain : il fait en sorte que l’intervention de Weygand soit équilibrée, le lendemain, par celle du premier ministre, qui expliquerait les raisons anglaises de continuer la lutte et ce que peut à son avis espérer la France d’une attitude similaire.

Reynaud téléphone donc à Churchill. Colville est là, qui note :

Après minuit, appel de Reynaud. La ligne était trop mauvaise pour que Winston entende, il a fallu par moments recourir à Margerie, à moi-même et aux opérateurs du téléphone. Reynaud a demandé que Winston revienne en France demain, et arrive à la préfecture de Tours à 2 h 45. Cela semble présager le renoncement des Français à la lutte, puisque Reynaud avait promis de consulter à nouveau Winston avant toute décision fondamentale, et cet appel soudain est de mauvais augure. Peut-être Winston est-il capable de le convaincre de s’accrocher, à l’ouest de Paris, en pratiquant la guérilla 15.

Colville note ensuite que Churchill a été courroucé et inquiet de ce rendez-vous donné en clair, et qu’il craignait fort que les Allemands ne l’aient entendu. Pourtant jusque-là il ne semblait pas se méfier des transmissions. Ayant voulu à toute force déplacer le rendez-vous, il se rend aux arguments de Colville, qui l’adjure de ne pas ajouter ainsi à la confusion, mais s’assure une solide escorte de chasseurs et impose au convoi un long détour au sud de la Loire.

Quarante-cinq ans plus tard, la publication du journal de Colville vient trancher une vieille querelle franco-française. Reynaud avait, en effet, en levant la séance du conseil des ministres, au château de Cangé, annoncé la prochaine réunion, celle où devait venir Churchill, pour 15 heures le lendemain au même endroit. Or les ministres français avaient dû patienter trois heures et avaient vu finalement arriver leur président tout seul vers 18 heures. Plusieurs l’avaient vertement accusé de les avoir empêchés de rencontrer Churchill. Il faut aujourd’hui leur accorder ce point, et ajouter que la duplicité de leur président a été précoce : soit Reynaud, au moment même où il promettait d’inviter Churchill, pensait qu’il n’en ferait rien, soit il l’a décidé dans l’heure suivante, peut-être sur l’avis de Bouthillier ou de Leca.

Dans son livre de 1947, il prétend avoir réfléchi le lendemain, sur le chemin de Tours, aux conséquences possibles de la participation de Churchill au conseil des ministres français. Il craignait que sa « noblesse d’âme » et son « affection pour la France » ne lui inspirassent à des paroles compréhensives qui feraient le jeu des défaitistes plus que celui des résistants16. Quel aplomb ! Il s’estimait plus capable que lui de convaincre et d’entraîner... Mais ce ne sont là que justifications tardives. Le conseil du 12 se termine à 23 heures, l’appel téléphonique a lieu « après minuit » ; entretemps il faut placer le retour de Reynaud à sa résidence de Chissay, un dîner hâtif en présence de De Gaulle, Leca et divers autres collaborateurs, où se joue le sort du repli gouvernemental en Bretagne, enfin un entretien avec Bouthillier.

La narration détaillée de Colville semble bien établir qu’il n’a pas été question, lors du coup de téléphone, de rencontre avec les ministres, pas plus que, suivant les divers compte rendus, il n’en a été question lors du conseil suprême de Tours. Margerie lui-même, présent lors des contacts téléphoniques et physiques avec les Anglais, semble n’en avoir rien su. Ni lui ni Reynaud n’en ont avisé de Gaulle, qui dans ses mémoires s’étonne de n’avoir même pas été informé de la venue des Anglais, alors qu’il a vu longuement Reynaud le matin du 1317. Si Chautemps a obtenu la comparution du premier Britannique pour des raisons où l’esprit de résistance ne paraît pas dominant, Reynaud en revanche s’est méfié du résultat. Il tient, décidément, ses ministres à l’écart de tout, sauf des sermons de Weygand.

Le voilà donc condamné à une nouvelle rencontre avec les Anglais, sans que se soit produit le fait nouveau qui devait justifier leur venue. Va-t-il avouer piteusement qu’il a dû les convoquer parce qu’il ne pouvait le refuser à Chautemps, mais ne souhaite pas leur venue devant le conseil ? Ou bien choisir la fuite en avant, se décider à leur parler d’armistice et de paix ?

L’entrevue se déroule à la préfecture de Tours, de la manière la plus confuse. Churchill, qui spécule tant sur la division du gouvernement français, a crânement tenu à donner du sien une image unie, en composant sa délégation, outre les militaires, de Beaverbrook, alors proche de lui, de Cadogan, homme de Chamberlain, et de Halifax, qui n’est plus à présenter. Reynaud, lui, est seul avec Baudouin et Margerie. De Gaulle arrivera une heure plus tard, prévenu, mais non pas convoqué, par Margerie 18.

S’abritant, comme toujours, derrière Weygand, Reynaud dit en ouvrant la séance que le chef militaire estime le moment venu de demander un armistice et l’a dit au conseil des ministres. Il demande si la partie anglaise pourrait, au cas où cette éventualité se réaliserait, délier le gouvernement français de l’engagement du 28 mars. Churchill se lance dans un discours sur l’intérêt de la lutte et ses perspectives, que Reynaud coupe brutalement en demandant qu’on dise non pas ce que l’Angleterre va faire mais ce qu’elle autorise la France à faire. C’est alors que Churchill répond la fameuse phrase « Je comprends que vous allez demander l’armistice », que Baudouin transformera en « Je comprends que vous demandiez l’armistice », réussissant à inquiéter de Gaulle, ce qui incitera Spears à poursuivre Churchill jusqu’à la porte de son avion pour lui faire confirmer sa déclaration 19.

Winston alors refuse de délier la France de son engagement, tout en promettant qu’il n’y aura « pas de récriminations ». Attitude étrange et quelque peu suicidaire, puisqu’elle implique que Reynaud va, soit passer outre, soit démissionner au profit d’une combinaison Pétain-Weygand, et que dans les deux cas l’Angleterre aura laissé filer son allié sans exiger la moindre garantie sur la flotte, les colonies, les pilotes allemands prisonniers, etc.

L’explication se trouve dans la suspension de séance que demandent les Anglais, et qu’ils passent à s’entretenir dans le jardin. L’objet de leur colloque n’est pas exactement, comme on l’a souvent écrit, ce refus d’autorisation, mais, comme le note Spears, l’inquiétude que leur cause la présence solitaire de Reynaud. Ils se demandent si, en l’absence de Pétain et de Weygand, il a encore « l’autorité nécessaire pour discuter ». L’arrivée tardive de De Gaulle ne permet pas de trancher la question. Finalement, les Anglais se réfugient derrière un nouveau délai, motivé par le télégramme pressant que Reynaud vient d’envoyer à Roosevelt : ils affectent de croire que sa réponse pourrait amener du nouveau.

Cependant, en marge de la séance, ils ont conversé avec Herriot, Jeanneney et Mandel, partisans du refus de l’armistice : au total, en comptant de Gaulle, ils ont rencontré plus de Français favorables à la continuation de la guerre que d’autres. C’est alors que, d’après ses mémoires, Winston20 aurait abordé de Gaulle dans l’embrasure d’une fenêtre pour le traiter d’« homme du destin ». Le destinataire du compliment déclara, quand on l’interrogea là-dessus, ne pas avoir entendu. Il n’y aura donc jamais de certitude mais je propose de tenir l’épisode pour assez vraisemblable, à condition de lui prêter un sens quelque peu différent de la plate copie conforme de l’avenir à laquelle on le réduit d’ordinaire. C’est un Churchill particulièrement désemparé qui a besoin pour garder une carte en main, de provoquer d’urgence la scission du gouvernement français, quitte à flatter la vanité de De Gaulle en lui promettant un rôle de premier plan. Tout autre est évidemment le souci de Halifax et on le voit, lors de la réunion du cabinet21, raconter le voyage en Touraine de manière beaucoup plus optimiste que le premier ministre.

Churchill montre un Reynaud « depressed », ne songeant qu’à obtenir une dispense pour signer l’armistice. Il note en passant l’attitude résolue d’Herriot. Halifax, tout en se prétendant d’accord, fait une présentation beaucoup moins noire :

J’ai peu de choses à ajouter au compte rendu du premier ministre sur la réunion. D’après Sir Ronald Campbell, M. Reynaud était apparu d’humeur plus énergique plus tôt dans la journée, et a recouvré cette humeur vers la fin des débats. En vérité, la réunion s’était achevée dans une atmosphère de résolution, et Sir Ronald Campbell avait été surpris par l’attitude d’Herriot. L’impression principale était que, si les armées françaises allaient bientôt cesser les opérations effectives et organisées, il serait encore possible d’obtenir des Français qu’ils jouent le rôle de la Hollande plutôt que celui du Danemark. Il sentait qu’on pourrait les amener à voir qu’en cas d’armistice ils seraient sur une pente glissante qui pourrait amener la perte de leur flotte, et éventuellement celle de leur liberté.

Halifax prend le contre-pied du premier ministre. Dès lors que Churchill joue la scission de la France, Halifax se fait le champion de son unité. Il sent bien que les défaitistes sont en train de gagner du terrain en France et qu’il peut compter sur eux pour étouffer les bellicistes ; il importe qu’ils puissent continuer de le faire au sein même du gouvernement, l’idéal étant que tout ce monde-là se retrouve à Londres, comme la reine de Hollande. Car, encore et toujours soucieux de négociations, le ministre des Affaires étrangères voit sans doute dans les pouvoirs repliés en Angleterre une utile monnaie d’échange avec l’Allemagne, qui ne peut dominer l’Europe en l’absence de toute autorité légitime. Ce désir d’inviter Reynaud confirme que Halifax a sa forme à lui de patriotisme, qu’il est tout sauf un germanophile, bradeur d’intérêts britanniques, mais il ne faut surtout pas le prendre comme un ralliement, fût-il passager, au courant jusqu’auboutiste.

Ainsi Halifax peut faire semblant de converger momentanément avec Churchill, dans son opposition à une paix séparée française qui ne servirait aucun de ses objectifs. Il va aller loin dans ce sens, jusqu’à être un des plus vigoureux soutiens du projet d’union franco-britannique, dont on commence à percevoir ici qu’il était loin de lever toutes les ambiguïtés.

D’autant plus loin que ce soir-là, au cabinet, il n’est absolument pas question du réduit breton, qui la veille n’avait été évoqué qu’en filigrane, lorsqu’on avait présenté de Gaulle comme partisan d’actions de « guérilla ». Ce silence est éloquent : il s’agit toujours d’une conspiration entre quelques personnes - nous n’entrevoyons dans la confidence, côté anglais, que Spears, Eden et Colville -, et Winston n’ose s’en vanter auprès du cabinet.

Mandel et le choix de Bordeaux

Lorsque dans la soirée du 13, au château de Chissay, Reynaud renonce à Quimper 22, de Gaulle reprend sa liberté. L’abandon du réduit unitaire, abritant tout le gouvernement français, semble irréversible, du coup le général décide de se concentrer sur sa version dissidente. C’est alors peut-être que l’idée du réduit devient pour lui primordiale. Il obtient enfin que Reynaud donne à Weygand les ordres nécessaires, et il envisage une mutation audacieuse : troquer sa fonction civile toute neuve contre une réaffectation dans l’armée. C’est ce qu’indique sa cinglante lettre de démission23 où il demande à Reynaud, ministre de la Guerre, de lui redonner un commandement. Il est évident qu’il ambitionne celui du réduit breton. Pour des raisons qu’on se propose ici d’éclaircir, Mandel déconseille cet arrangement et de Gaulle écoute Mandel :

[...] le président du conseil signa ce jour-là [le 13] vers midi, une lettre adressée au général Weygand et dans laquelle il lui précisait ce que le gouvernement attendait désormais de lui. D’abord : « Tenir aussi longtemps que possible dans le Massif Central et en Bretagne ». Ensuite : « Si nous échouions... nous installer et organiser la lutte dans l’Empire en utilisant la liberté des mers. » Cette lettre marquait, assurément, une intention salutaire. Mais elle n’était pas, suivant moi, l’ordre catégorique qu’imposaient les circonstances. D’ailleurs, une fois signée, elle fut remise en cause dans les coulisses et ne fut en définitive expédiée que le lendemain. [...]

[Après le conseil suprême de Tours] Il me paraissait acquis que tout serait bientôt consommé. De même qu’une place assiégée est bien près de la reddition dès lors que le gouverneur en parle, ainsi la France courait à l’armistice, puisque le chef de son gouvernement l’envisageait officiellement. Ma présence dans le cabinet, si secondaire qu’y fût ma place, allait devenir une impossibilité. Cependant au moment même où, au cours de la nuit, j’allais envoyer ma lettre de démission, Georges Mandel, averti par mon chef de cabinet, Jean Laurent, me fit demander d’aller le voir.

André Diethelm m’introduisit auprès du ministre de l’Intérieur. Mandel me parla sur un ton de gravité et de résolution dont je fus impressionné. Il était, tout autant que moi, convaincu que l’indépendance et l’honneur de la France ne pouvaient être sauvegardés qu’en continuant la guerre. Mais c’est à cause de cette nécessité nationale qu’il me demanda de rester encore au poste où je me trouvais. « Qui sait, dit-il, si nous n’obtiendrons pas que le gouvernement aille, tout de même, à Alger ? » Il me raconta ce qui, après le départ des Anglais, s’était passé au conseil des ministres où, disait-il, la fermeté avait prévalu en dépit de la scène que Weygand était venu y faire. Il m’annonça que, dans l’instant, les premiers éléments allemands entraient à Paris. Puis, évoquant l’avenir : « De toute façon, nous ne sommes qu’au début de la guerre mondiale. Vous aurez de grands devoirs à remplir, Général ! Mais avec l’avantage d’être, au milieu de nous tous, un homme intact. Ne pensez qu’à ce qui doit être fait pour la France et songez que, le cas échéant, votre fonction actuelle pourra vous faciliter les choses. » Je dois dire que cet argument me convainquit d’attendre avant de me démettre. C’est à cela qu’a peut-être tenu, physiquement parlant, ce que j’ai pu faire par la suite 24.

Ce texte mérite mieux qu’une lecture au premier degré. Or, jusqu’ici, on l’a mis seulement en rapport avec l’attitude de De Gaulle au lendemain du 18 juin, se prévalant de son titre ministériel pour fonder sa légitimité, en niant celle de Pétain, qui n’ayant pris le pouvoir que pour capituler ne l’avait en fait pas pris, et celle des autres ministres qui avaient, avec Reynaud, démissionné. Lui, étant le seul membre de ce gouvernement à ne pas l’avoir fait, restait seul en charge de la France.

Que cette argumentation ait pu, à un moment, lui servir, ne prouve pas qu’elle fut pour lui fondamentale, et que la reconnaissance qu’il voue à Mandel de lui avoir évité une bêtise, aveu chez lui assez rare, porte sur ce point. Était-ce si décisif, et si honorable, d’avoir fait partie dix jours de l’équipe Reynaud ? Et puis, avec cette interprétation, que fait-on de « physiquement parlant » ? C’est « moralement » qu’il faudrait dire, ou « politiquement ».

Nul doute que, dans une conversation d’une telle gravité, le militaire ne s’ouvre de ses projets de sécession bretonne, arrêtés avec le chef d’une puissance étrangère, devant le ministre de l’Intérieur, qui a le pouvoir et théoriquement le devoir de le faire arrêter sur-le-champ. Mais l’ancien exécuteur des hautes et basses œuvres de Clemenceau réagit en vieux renard de la politique. Patience, mon jeune ami, les principes c’est très beau, mais voyons ce que sont les hommes... La leçon de Churchill n’a pas suffi, il faut celle de Mandel. Qui, très probablement, dit du mal de Churchill. Ou plus exactement de sa liberté de mouvement.

Ce que Mandel, qui comme de Gaulle vient de rencontrer les dirigeants anglais, sait certainement, et qu’il rappelle sans doute à cette occasion, c’est que l’armée anglaise est alors en état de choc : quelques-uns de ses bataillons d’élite, ceux de la 51e division, après avoir vainement tenté de s’embarquer, se sont rendus à Rommel le 12 juin près de Saint-Valéry en Caux tout faisant de gros reproches aux troupes françaises du voisinage, accusées d’avoir, par une capitulation trop rapide, permis aux blindés de couper la retraite aux Anglais. Ce Dunkerque avorté était jugé par Churchill lui-même, aux dires de Colville, comme « le plus brutal désastre qui nous ait frappés25 ». Il est concevable que Mandel se doute des difficultés politiques qui assaillent le premier Anglais après un tel épisode, lui qui ne devait qu’à Dunkerque sa fraîche gloire et semblait tout d’un coup perdre sa baraka. Il aurait donc, si on suit cette hypothèse, fait mesurer à de Gaulle le danger de se retrouver bien seul dans son réduit breton, sans troupes anglaises, et avec d’autant plus de difficultés à faire entrer en dissidence les forces françaises du secteur. Cela alors que sur le terrain politique rien n’est joué, avec ce Jeanneney et cet Herriot, présidents d’assemblées dont le rôle constitutionnel est capital en cas de crise, qui rejettent l’armistice, ce président Lebrun qui paraît encore indécis, ce Chautemps qui gagne du temps sans oser encore se rallier au duo Pétain-Weygand... Mandel a raison, l’armistice est un danger encore virtuel, en tout cas il n’est pas pour tout de suite. Va donc pour le réduit breton, mais non sans filet. Au lieu de lâcher sur un coup de tête une position gouvernementale, il faut la conserver à toutes fins utiles.

De Gaulle, lorsqu’il écrit ses souvenirs, mesure à quoi il a échappé. Retournant dans l’armée, il retombait sous la coupe de Weygand et perdait toute capacité d’influence sur Reynaud, qui n’eût guère résisté sans doute à un caprice du généralissime exigeant d’éloigner de Gaulle. En fait d’Afrique du Nord, il pouvait être envoyé, sous bonne escorte, commander une brigade saharienne !

« Physiquement », cela renvoie à la liberté des mouvements, aux contacts avec Spears, à la possibilité de se procurer au bon moment un avion...

Il faut enfin remarquer les expressions « à cause de cette nécessité nationale » et « avec l’avantage d’être, au milieu de nous tous, un homme intact ». Elles suggèrent fortement que le réduit, entrepris à cette date dans la désobéissance à un pouvoir légitime et, en apparence, patriotiquement irréprochable, porterait à de Gaulle une atteinte profonde, le faisant apparaître sans recours comme un agent anglais.

Bref, une leçon de sagesse. Mais qui pose un nouveau problème : jusqu’où attendre ? À quel moment, la dissidence ? Le départ furtif de Bordeaux, le 17 au matin, ne sera pas moins acrobatique que ne l’eût été une insurrection armoricaine.

De Gaulle, donc, place lui aussi dans ses mémoires des rébus. On le comprend : écrivant six ans après Churchill et en pleine guerre froide, alors que Winston est de nouveau premier ministre, il ne va pas traiter publiquement de menteur un dirigeant distingué de l’Alliance atlantique. D’autant moins que cette vérité amènerait, sur l’attitude américaine en 1940, des questions encore plus gênantes. Il est prisonnier de la légende, suivant laquelle tous les Anglais ou presque étaient à cette date derrière leur unanime gouvernement, et Roosevelt à l’affût de tout ce qui pouvait secouer la léthargie de son opinion publique. S’il estompe l’histoire du réduit breton ce n’est pas, comme l’écrivent lourdement ses ennemis, que de Gaulle ait honte d’une bévue stratégique. C’est qu’il ne peut décemment dire la vérité sur l’avortement du projet.

À quoi joue le général Brooke ?

Ce 14 juin, outre la velléité de démission d’un sous-secrétaire d’État, outre le déplacement du gouvernement vers Bordeaux et non vers Quimper, l’histoire du réduit breton est marquée, enfin, par des décisions engageant les plus hautes autorités militaires, en application de la note ministérielle du 13. Le matin, Alan Brooke arrive à Briare. Le nouveau chef de la BEF, nommé la veille, signe avec Weygand et Georges un « protocole » où sont décidées les mesures d’organisation du réduit et les mouvements des troupes destinées à le garnir. Écrit au crayon sur une feuille ordinaire, il n’en est pas moins reproduit, par photographie, en neuf exemplaires. En voici le texte intégral :

Le général Brooke, commandant le Corps Expéditionnaire Britannique, a pris contact le 14 juin matin avec le général Weygand, commandant l’ensemble des théâtres d’opérations et le général Georges, commandant le front Nord Est, pour prendre des directives en ce qui concerne l’emploi des troupes britanniques en France.

Dans le cadre de la décision prise par les gouvernements britannique et français d’organiser un réduit en Bretagne, il a été décidé :

1°) Que les troupes britanniques en cours de débarquement (EOCA Brooke, fin de la 52e division et DI canadienne) seront concentrées à Rennes.

2°) Que les troupes britanniques engagées à la Xe Armée (DI Evans, DI Bauman et 52e DI) non compris les éléments non encore débarqués continueront leur mission actuelle sous les ordres du général commandant la Xe Armée.

Leur emploi dans la manœuvre d’ensemble de cette armée devra les amener autant que possible à agir dans la région du Mans pour faciliter leur regroupement ultérieur avec les forces du général Brooke 26.

N’y avait-il dans tout le château aucune machine à écrire, ni même une plume sergent-major ? L’incroyable présentation matérielle de ce texte est révélatrice, ou au moins symbolique, du degré d’enthousiasme de ses signataires. De tous ses signataires.

Il n’est besoin de s’étendre longuement sur l’état d’esprit des deux Français. Pour Weygand comme pour Georges, Reynaud est un faible qui a encore cédé à de Gaulle, cet amateur, cet arriviste. On affecte d’obéir à sa note du 13, puisqu’elle est plus précise que les précédentes et qu’il est tout de même ministre de la Guerre. Mais on ne change pas un iota au dispositif sur le terrain : le regroupement dans la région du Mans ne laisse à la disposition du réduit que les forces anglaises en cours de débarquement, soit environ deux divisions, ce qui condamne le projet. Tout ici est étrange : la conception du réduit ou plutôt son absence, le protocole lui-même, qui ne dit rien des troupes françaises, la signature anglaise enfin, sur un document engageant des sujets de Sa Majesté sans aucune réciprocité, pour la première et sans doute unique fois dans l’histoire du Royaume. Une seule explication à tout cela : c’est pour rire. Brooke l’avoue presque, dans son rapport :

À 8 heures (le 14 juin) je vis le général Weygand. [...] Nous gagnâmes le quartier général du général Georges à Briare, où nous continuâmes la discussion... Je recueillis, tant du général Weygand que du général Georges, l’impression qu’ils ne considéraient pas le projet breton comme exécutable [...]. Le général Weygand qualifia le projet de « romantique » et dit qu’il avait été adopté sans avis militaire 27.

Il semble qu’on n’observe pas pleinement, face à Brooke, le devoir de réserve : voici deux fonctionnaires qui se moquent ostensiblement de leur gouvernement, devant un collègue étranger. Brooke, qui parle français couramment, aurait-il, par hasard, rendu les bonnes manières et dénigré Churchill ? En tout cas, il ne perd pas de temps pour contrarier la volonté de son premier ministre et ministre de la Défense.

À 12 h 3028, dès le début de la réunion du cabinet, Dill arrive porteur d’un message de Brooke qui propose de remplacer le réduit breton par un réduit cotentinois ! Le front serait plus court, les chances de succès meilleures. Churchill ne réagit pas.

Il est certain qu’il a été devant le cabinet d’une discrétion exemplaire sur le réduit. Il est tout aussi clair que Dill savait quelque chose. Quoi exactement ? Il connaissait au moins l’insistance que Churchill avait montrée sur le sujet lors du conseil suprême du 11, auquel il participait. Il se devait donc d’avertir Brooke que son gouvernement recherchait activement sur ce point une entente avec la France. Serait-il possible qu’on en soit resté là, que ni Churchill, ni Eden n’aient donné à l’armée d’instructions plus précises ? Que les efforts de De Gaulle aient été aussi peu secondés, même par la partie anglaise ? Que, comme à la veille de Dunkerque, le pouvoir éprouve des difficultés à se faire obéir des chefs militaires, au point de ne pas leur dévoiler franchement ses projets ?

Ce qui intrigue le plus dans le jeu de Brooke, c’est qu’il n’avertisse pas son gouvernement du protocole qu’il vient de signer. Mieux encore : ce que la mission Swayne télégraphie dans l’après-midi est très exactement le contraire du protocole !

Dans l’après-midi est arrivé un télégramme de notre mission militaire en France à Dill, qui l’a apporté pour le montrer à Churchill. Il disait que la résistance armée en France touchait à sa fin, et que Weygand, Georges et Brooke étaient d’accord sur l’impossibilité de tenir la Bretagne.

C’est Colville qui recueille cette information29. Il ne note pas de réaction de Churchill, et écrit que la tâche de l’heure est l’évacuation du plus de moyens possibles : soldats anglais, et aussi matériel et travailleurs français. Mais il n’a pas vent, apparemment, d’un événement téléphonique survenu dans la soirée : Brooke appelle le War Office et exige de parler au premier ministre - selon celui-ci. Brooke, de son côté, prétend que c’est Eden qui l’a appelé, et qu’il a tout d’un coup entendu la voix du premier ministre. Retenons l’heure, d’après la chronologie très serrée du général : 20 h 1530. Il le convainc, d’après Churchill, en dix minutes31, de renoncer à tout projet sur le territoire français et d’ordonner l’évacuation intégrale des soldats britanniques, à l’exclusion provisoire de ceux qui sont en opérations avec la Xe armée française - ceux dont Brooke vient d’accepter l’acheminement vers le réduit breton, avec une étape dans la région du Mans.

Le lendemain 32, Churchill raconte brièvement sa conversation et indique qu’il a donné l’autorisation de retraite, mais il en réduit la portée : Brooke n’aurait demandé la permission que de « replier » deux brigades de la 52e - il n’est même pas question d’embarquement - et ne l’aurait reçue qu’« en vertu d’une nécessité militaire locale et non d’une politique générale ».

C’est l’inverse qui est vrai : les forces qui combattent avec la Xe armée ne peuvent, par nécessité militaire, être dégagées n’importe quand, tandis qu’aucune nécessité ne presse les autres - si ce n’est la sécurité de leur embarquement, au cas où on renonce au réduit. Le front en effet est encore loin et ne se rapprochera vite que si, précisément, on s’embarque. Si on ne veut pas le faire sous les bombardements il faut donc le faire tout de suite. C’est l’option, très claire, de Brooke, soutenu par Dill. Churchill est apparemment beaucoup plus confus.

Il intervient pour préciser que

le général Brooke, bien que n’étant plus sous les ordres du commandement français, devait chercher à coopérer avec toutes les forces françaises qui combattaient encore et faire tout le possible pour soutenir la résistance de la France. La retraite de deux brigades de la 52e division ne devait pas être prise comme le signe que toutes les forces britanniques étaient sur le point d’être retirées.

Après une discussion où on évoque le spectre de Saint-Valéry, Churchill suggère que les troupes soient regroupées dans la région de Cherbourg. Il se rallie lui-même, en désespoir de cause, au réduit cotentinois ! Mais c’est trop tard pour Dill, qui proteste : cela peut compromettre les chances d’un embarquement. La décision finale manque toujours de netteté :

Le cabinet de guerre [...] donne instruction au Chef d’état-major impérial d’ordonner au général Brooke que les 2 brigades de la 52e division qui ont reçu l’ordre de se retirer vers les ports ne soient pas réembarquées, mais soient dans le présent laissées au voisinage des ports, en position soit de se réembarquer au premier avis, soit de se porter ailleurs si l’ordre leur en est donné.

Ainsi, en cette époque aussi bouffonne que tragique, le cabinet britannique se met à accoucher de motions nègre-blanc dignes des pires congrès radicaux français. C’est que, pour une fois, Churchill agit sans habileté. Il impose un changement à froid, sans l’avoir préparé, sans être capable de le justifier. Il le sait bien pourtant, que son armée a perdu confiance dans les Français et ne rêve que d’embarquement. Le lui refuser, passe encore, mais lâcher la bride puis essayer de la reprendre, c’est de l’inconscience ! Et comme Winston est tout sauf inconscient, il doit bien y avoir une explication. Mais avant d’en proposer une, il faut tirer parti d’un document qui éclaire le comportement des officiers britanniques.

Coup de foudre au téléphone

En 1956 paraît un des plus curieux livres sur la deuxième guerre. Il est signé de Brooke, ou plutôt d’Alanbrooke, l’anoblissement ayant entraîné la fusion du nom et du prénom. Mais en fait il est rédigé par Arthur Bryant, à partir des carnets du général, lequel les a complétés, « une décennie plus tard », par des « notes autobiographiques ». L’introduction indique ingénument :

Pour toutes sortes de raisons, seule une partie de ces notes peut être utilisée actuellement. C’est seulement lorsque notre génération aura disparu qu’il sera possible de les publier dans leur intégrité 33.

L’ouvrage est dithyrambique à l’égard de Churchill, mais avec une réserve importante : sur le plan militaire, il avait besoin d’un contrepoids. Or Dill, vénéré maître de Brooke, n’était pas fait pour cet emploi-là, et il était plus qu’urgent que son disciple prît sa succession le 1er décembre 1941 comme chef d’état-major impérial, avant de présider le comité des chefs d’état-major au lendemain de la chute de Singapour. C’est Bryant qui commente :

Après 1941, toute dispersion inutile de nos forces, toute action susceptible de distraire des ressources dont on pouvait avoir besoin au point décisif et au moment décisif, eût risqué de retarder la victoire et même peut-être de la compromettre définitivement. L’éloquence et l’obstination de Churchill posèrent alors de sérieux problèmes à ses conseillers militaires. Il leur était ardu de concentrer et de préparer des forces de réserve et des troupes de choc destinées aux futures batailles, alors que Churchill avait perpétuellement envie - et avec quelle intensité ! - de les utiliser sans plus tarder contre l’ennemi le plus proche.

C’est dans la mesure où il contraria ces tendances qu’Alan Brooke se révéla la contrepartie indispensable de son chef. Alors que Churchill était possédé d’une dévorante impatience edwardienne et que, selon le mot de Brooke, « sa méthode consistait à se décider soudainement, comme par intuition, sans aucune sorte d’examen logique du problème », toute la carrière de Brooke l’avait préparé à adapter les moyens à l’objectif choisi.[...]

Établir une corrélation entre les visions prophétiques du premier ministre et la réalité de ce qui était immédiatement possible, devint la tâche la plus importante d’Alan Brooke 34.

Brooke va partager avec de Gaulle le rare privilège de faire la conquête de Churchill tout en le contrariant. Mais, débutant en même temps leur collaboration avec lui, ils vont précisément incarner deux positions opposées, sur lesquelles ils vont successivement l’attirer.

D’après ce livre, c’est dès le 2 juin que Brooke met les choses au point. Reçu par Dill puis par Eden pour se voir confier le commandement d’un nouveau corps expéditionnaire, il résume ainsi les objections présentées au second :

Je crois que je le surpris beaucoup en lui indiquant que j’étais loin d’être satisfait et que, du point de vue militaire, la mission qu’il me confiait n’avait aucune justification, qu’elle ne pouvait aboutir à quoi que ce soit. Nous venions tout juste d’échapper à un désastre majeur à Dunkerque et nous allions maintenant au-devant d’un autre désastre.

J’ajoutai qu’il était possible que cette décision eût des raisons politiques. On voulait peut-être soutenir ainsi le moral du gouvernement français et s’efforcer de le maintenir dans la guerre. Je n’avais pas à juger ces considérations politiques [...]. Je quittai le bureau avec la conviction très nette que ce que j’allais entreprendre était uniquement basé sur des considérations politiques et d’après ce que j’avais vu jusqu’à ce jour du comportement des Français, je doutais fort que cela pût donner, politiquement, des résultats 35.

Cet avis suppose, pour s’en tenir à l’aspect purement militaire, qu’on ne fasse aucun crédit à l’armée française. Un peu plus haut, de fait, Brooke expliquait qu’il avait, au cours de l’hiver, perdu sa confiance en elle. Il avoue de plus ici avec une belle franchise qu’il n’avait d’yeux que pour les militaires de carrière, et n’envisageait pas une minute que le déferlement allemand allait susciter quelques réactions parmi les citoyens de la nation alliée.

Ce livre confirme les propos du rapport de 1946 sur l’ignorance dans laquelle on aurait tenu Brooke du projet de réduit breton, sans s’interroger une seconde sur cette carence. Cependant, il en fournit la clé.

Brooke a quitté Londres pour la France le 12 à 11 h 30, à peu près au moment où Churchill, Dill et Eden en décollaient, retour de Briare. Il a connu ensuite de grandes difficultés de route. Arrivé à Cherbourg à 9 heures du soir, il se voit opposer le règlement par les autorités du port et n’est pas autorisé à débarquer avant 6 heures ! S’étant fait délivrer vers minuit par les officiers anglais de la place, il part à 8 heures pour son QG, installé au Mans, où il est à 14 heures en raison de l’encombrement des routes par les réfugiés. C’est là qu’il apprend la capitulation survenue la veille à Saint-Valéry. Il prend connaissance de la position des unités et donne des ordres pour évacuer les personnels non combattants en surnombre, puis s’embarque avec Swayne pour Briare, où il arrive peu après 20 heures, trop tard pour voir Weygand. Tout cela explique assez bien qu’en dépit de la conversation capitale qu’ont eue dans ces lieux deux jours plus tôt de Gaulle et Churchill, Brooke doive encore attendre le lendemain pour entendre parler du réduit. Mais il faut alors supposer que Dill n’a pas cru bon d’en instruire les officiers qui commandaient au Mans, ni le général Swayne, son représentant auprès de Georges. Cependant, quel qu’ait été le degré de son information on peut trouver au moins léger le comportement de Brooke lorsque Weygand lui apprend le lendemain, suivant ses propres termes, cette décision du « conseil interallié ».

Il aurait répondu en évaluant à 15 le nombre des divisions nécessaires pour tenir le réduit, et en faisant admettre aux généraux français qu’ils pourraient au maximum y affecter les restes de la Xe armée, ce qui était loin du compte. En les quittant, il aurait aussitôt chargé Howard-Vyse - officier de liaison auprès de Weygand - de porter par avion un message à Dill, demandant à celui-ci de retirer aux Français le commandement des troupes anglaises et de leur ordonner l’embarquement immédiat.

Il donne de tels détails sur la conversation téléphonique du soir avec Churchill qu’on est obligé de croire qu’elle a duré une demi-heure plutôt que dix minutes :

Il me demanda ce que j’allais faire de la 52e division et, après que je le lui eus dit, il m’informa que ce n’était pas ce qu’il désirait. J’avais été envoyé en France pour donner aux Français l’impression que nous les aidions. Je répondis qu’il était impossible de donner une impression à un cadavre [...]. Churchill insista néanmoins sur la nécessité de faire sentir aux Français que nous les aidions [...]. Il me demanda alors si je n’avais pas une brèche devant moi. Lorsque j’eus répondu que c’était exact il me demanda si la division ne pouvait pas être mise dans cette brèche. Je lui dis que, comme cette brèche avait de 50 à 60 kilomètres de large et qu’elle en aurait probablement demain de 60 à 80, ce qui restait de la 52e division n’avait guère de chances de boucher ce trou qui s’élargissait sans cesse. [...]

Notre conversation dura près d’une demi-heure, et à maintes reprises les arguments de mon interlocuteur étaient présentés de telle manière qu’ils me donnaient l’impression que Churchill considérait que j’avais la trouille parce que je me refusais à entrer dans ses vues. C’était tellement exaspérant qu’à plusieurs reprises je fus sur le point de perdre mon sang-froid.[...]

À la fin, alors que j’étais à bout de force, Churchill me dit : « c’est bon, je suis d’accord avec vous 36. »

Cette conversation marquait le premier contact entre les deux hommes. Quelques jours plus tard, à Londres, le ministre devait prier le général à déjeuner et l’interroger longuement sur

mon voyage en France, sur ce que je pensais des Français et sur les dernières péripéties de l’évacuation 37.

C’est en fin de matinée, le 15, qu’un nouvel échange téléphonique avec Dill apporte l’ordre de suspendre l’évacuation, à Cherbourg, de la 52e division. Il n’est rapporté que le 16 juin au matin, après quoi, dans l’après-midi, Dill revient à la charge au sujet de la Bretagne, arguant que Weygand proteste contre la non-exécution des ordres sur le réduit breton. Le soir encore, le chef d’état-major impérial regrette que Brooke ait replié les bataillons anglais opérant avec la Xe armée française. Puis les discussions portent sur l’évacuation de Brooke lui-même, qui le 17 à 10 heures est encore jugée par Dill « politiquement » inopportune, au sentiment de Brooke, et n’est accordée que dans l’après-midi, après le discours de Pétain comportant les mots : « Il faut cesser le combat ».

Il est exclu que ce récit soit exhaustif. Le nom de De Gaulle en est trop systématiquement absent. Puisque Churchill et Dill ont déployé tant d’efforts pour convaincre Brooke qu’il avait quelque chose d’utile à faire en France, et qu’il soutenait que l’armée française était à l’agonie, on ne voit pas comment ses interlocuteurs auraient pu se priver d’objecter qu’elle ne se résumait pas à ses deux chefs, et de lui indiquer qu’un accord secret avait été passé avec un général, qui était en même temps secrétaire d’État. Puisqu’un axe majeur de la politique du premier ministre à partir du 11 consistait à diviser la France, on ne voit pas pourquoi il aurait insisté pour que Brooke y demeurât avec ses hommes, s’il n’avait pas dans le même temps cherché à le mettre en rapport avec ceux des Français qu’il s’efforçait d’entraîner dans le sillage britannique. Ce qui apparaît dans le filigrane de ces pages, c’est que Brooke a été totalement réfractaire à cette manœuvre. On peut même trouver son comportement assez illogique, puisqu’ayant perdu toute confiance dans l’armée française il s’appuie sans vérification sur les informations fournies par ses commandants. Bien avant le 18 juin, il a rejeté de Gaulle pour ne connaître que Pétain. Cela se traduit par des acrobaties chronologiques, ainsi lorsqu’il explique par le discours du 17 juin sa position du 14 :

Je me rendais compte clairement que la fin était imminente. Nous étions alors à trois jours du moment où Pétain ordonna à l’armée française de cesser de combattre 38.

Reste que Churchill lui-même n’a peut-être pas mis, au moment décisif, toute la pression souhaitable. Les Américains en seraient-ils la cause ?

De Gaulle ou Roosevelt ?

Il n’est pas impossible que Churchill ait pris assez au sérieux, les 13 et 14 juin, l’idée que les États-Unis pourraient faire dans l’immédiat un geste permettant d’empêcher l’armistice français.

On sait que le 18 mai il a dit à son fils Randolph, atterré par les nouvelles du front, qu’il avait trouvé « un moyen de nous sortir de là [...] Nous allons faire entrer les États-Unis dans la guerre39 ». Prophétie certes exacte, à la date près : son auteur nourrissait certainement l’espoir d’une réalisation plus rapide. Rappelons l’affaire Kent, mise en lumière par Costello40 : l’arrestation secrète, à la hussarde, le 20 mai, de l’employé du chiffre de l’ambassade américaine qui renseignait les Allemands, la levée de son immunité diplomatique obtenue sans difficulté d’un Kennedy anéanti, son procès à huis clos devant la justice anglaise, la saisie à son domicile d’une partie de la correspondance où Roosevelt encourageait Churchill dans son attitude intransigeante envers le Reich, tout cela constituait entre les mains du premier ministre une « grenade dégoupillée » qu’il pouvait jeter à tout moment dans la campagne électorale où Roosevelt s’apprêtait à briguer son troisième mandat sur un programme beaucoup plus évasif que celui des lettres à Churchill. Il aurait alors testé sa force en présentant la demande des contre-torpilleurs, avec un succès mitigé.

Le 10 juin cependant, commentant l’entrée en guerre de l’Italie, Roosevelt avait proféré publiquement contre l’Axe, en quelques minutes, plus de méchancetés et de menaces que dans le reste de ses deux premiers mandats. Autre geste, il avait laissé sa presse publier l’appel solennel mais confidentiel adressé à lui par Reynaud le même jour. Enfin, il lui avait répondu le 13 par un message très chaleureux, plein de compliments pour la résistance des armées françaises depuis le 5, promettant une accélération de l’effort américain de livraisons d’armes aux Alliés et se réjouissant de son intention déclarée de poursuivre la guerre, même en Afrique du Nord. Message, donc, aux antipodes de toute idée de médiation américaine. Le premier ministre, qui en trouve copie à son retour de Tours, dit ce soir-là au cabinet de guerre que ce texte « s’approche au plus près d’une déclaration de guerre » et, fait unique, quitte la séance pour solliciter, par l’intermédiaire de Kennedy, l’autorisation de le publier. Renseigné d’avance à ce propos, l’ambassadeur se fait un malin plaisir de répondre que Roosevelt est d’accord mais non son secrétaire d’État Cordell Hull, et qu’une décision interviendra dans 24 heures41. Puis, après avoir conforté l’opposition de Hull en lui indiquant l’importance que Churchill attachait à cette publication, il apporte le lendemain une réponse entièrement négative 42.

Il est vrai que Hitler, qui n’a pas l’œil uniquement sur la France et sait qu’un succès de ses armes contre ce seul pays peut n’être qu’une impasse, se mêle activement au jeu transatlantique. Il est conscient que, dans un Nouveau Monde où personne ne voyait d’un mauvais œil une nouvelle guerre européenne, pourvu qu’elle affaiblît de vieux concurrents sans trop faire le jeu des Soviétiques, l’ampleur des défaites franco-anglaises suscite inquiétude et débat. Il voit que l’isolationnisme cesse d’être un état d’esprit diffus pour devenir une option militante, avec laquelle le Président prend enfin, nettement, ses distances. Charles Lindbergh, qui treize ans plus tôt a réuni les deux mondes par la voie des airs, travaille pour lors à les séparer, et n’est que le plus célèbre de ceux qui vont fonder en septembre le comité « America First ». En face, les partisans d’une attitude moins frileuse se regroupent dès le mois de mai en un « comité pour la défense de l’Amérique par l’aide aux Alliés 43 ».

Un tout récent témoignage français nous introduit au cœur de la place. Le comte René de Chambrun, descendant de La Fayette, avait une mère américaine, proche parente de Roosevelt. Il avait pour épouse la fille unique de Laval. Pendant la drôle de guerre sa pratique de l’anglais en a fait un officier de liaison auprès de la BEF et il a quitté Dunkerque en même temps qu’elle, fin mai. À cette occasion, il a été vivement frappé par la vision de combats aériens où des chasseurs britanniques, les « Bolton Defiants », descendaient comme à la foire les avions allemands. Ces appareils, qu’il croyait d’un type nouveau, étaient en fait anciens et condamnés, par leur lenteur, à un prochain abandon, mais utiles par leur maniabilité dans la conjoncture précise de Dunkerque. Quoi qu’il en soit, Chambrun avait retiré de ce spectacle une confiance inébranlable dans la défense des Iles britanniques. Le 2 juin il est dans le bureau de Weygand, qui le charge malgré son jeune âge - trente ans - d’une mission immédiate aux États-Unis, en accord avec Reynaud et Bullitt : il s’agit d’activer les livraisons d’armement mais « surtout » - Weygand dixit - d’amener Roosevelt à faire pression sur les Anglais pour qu’ils engagent en France la totalité de leur aviation. Le 13 juin, notre homme est à la Maison-Blanche et il passe la journée suivante sur le Potomac, le yacht présidentiel 44.

Le 13, Roosevelt commence par lui annoncer que des cargaisons d’armes prêtes à partir pour la France vont être conservées pour la défense des États-Unis, bien que l’Angleterre les réclame. Mais il juge « très importantes » les informations que Chambrun lui apporte sur les capacités britanniques de défense, d’où l’invitation à passer le week-end sur le yacht, où doivent les rejoindre deux de ses principaux collaborateurs, Hopkins et Harriman. Mais, sitôt arrivé sur le bateau, le Président montre un total pessimisme, motivé par l’annonce de la chute de Paris :

René, the show is over. I really think Great Britain will not be able to hold out. (René, la pièce est jouée. Je pense vraiment que la Grande-Bretagne ne sera pas capable de tenir).

Par un exposé d’une heure, le jeune envoyé français retourne une fois encore le jugement des Américains. Ils écourtent alors le week-end et le chargent d’une tournée d’explications dans l’Amérique profonde - d’où le livre tire son titre : Ma croisade pour l’Angleterre. Il fait d’abord, le 17 juin, une longue déclaration à la presse, conclue par un vibrant acte de foi dans la victoire anglaise. Mais ce que Chambrun, apparemment, ignore, c’est qu’une heure avant l’entretien sur le yacht Roosevelt a commis un acte irréparable ou que du moins il croit tel - et qui explique la phrase : « La pièce est jouée ».

Le Français a été gagné de vitesse par Hitler. Le Times Herald de Washington publie en effet ce matin-là une « interview » de lui, censée avoir été accordée à un journaliste américain d’origine allemande, Karl von Wiegand. Les gros titres en sont :

Hitler dément toute intention d’envahir cet hémisphère / Qualifie de stupide la crainte de la Cinquième colonne / Nie vouloir écraser l’Empire britannique 45.

Roosevelt, dans l’après-midi, profite des dispositions de Chambrun pour allumer un contre-feu, sans trop se compromettre lui-même. Car, en ce jour d’urgence, il n’ose prendre de front une propagande nazie qui utilise sans vergogne hors de chez elle la liberté d’expression. C’est à 15 heures qu’il expédie le télégramme qui anéantit les espoirs franco-britanniques.

Colville, là encore, est précieux pour indiquer l’enchaînement des pensées churchilliennes en fonction de la succession des informations :

Vers deux heures du matin, Herschel Johnson apporte depuis l’ambassade américaine la réponse de Roosevelt au dernier message de l’« ancienne personnalité navale ». Il promet tout le soutien possible, mais s’attache à préciser les limites de ce possible. Le soutien actif et ouvert ne semble pas aussi proche que le premier ministre le pensait et incitait Reynaud à le croire. Winston dit à Eden qu’il pense que la France va craquer de l’intérieur d’ici un jour ou deux.

Précieux indice ! Tout se passe comme si Churchill, le 13 et le 14, avait un peu oublié le réduit breton et joué la carte américaine avec quelque espoir qu’elle fût de nature, au moins, à préserver l’unité française en persuadant une majorité suffisante de personnalités d’aller observer depuis l’Afrique la tournure des événements. D’où sa grande prudence lorsque Brooke pulvérise l’idée du réduit : ce n’est peut-être pas le moment de miner, pour si peu, l’unité anglaise. En revanche, entre 20 h 15 (coup de téléphone avec Brooke) et 2 heures du matin (arrivée du télégramme de Roosevelt), le décor change, le réduit est à nouveau un facteur important. Dans les mêmes heures, Mandel prêchait à de Gaulle la prudence ; avait-il comme Churchill des illusions sur les États-Unis ?

Il ne faut pas oublier la géographie : la Bretagne est plus proche de l’Angleterre que le Maghreb, qui en revanche est mieux à même de se ravitailler aux États-Unis, en cas de guerre européenne - si l’Espagne reste neutre et Gibraltar, anglais. Analysant la possibilité de survivre en Afrique du Nord, les personnalités les plus diverses, à l’époque et depuis, ont mis en avant la possibilité ou la difficulté de cet approvisionnement. Soufflant le froid après le chaud, les Américains donnent à penser ce 14 au soir qu’ils ne mettront pas un zèle démesuré à ravitailler le Maghreb français et renforcent d’autant, aux yeux de tout Anglais soucieux de continuer la guerre, l’utilité de la Bretagne, tant pour la sécurité des Iles britanniques décidément réduites à elles-mêmes, que pour tenter de prolonger la résistance française. Mais surtout l’attitude américaine offre à Reynaud, après le conseil de Tours, une si belle échappatoire que Churchill et Eden sont persuadés qu’il va le jour même demander l’armistice, et que de Gaulle pourrait lever en Bretagne l’étendard de la révolte. Il faut donc interrompre d’urgence les embarquements décidés par Brooke. On voit par le compte rendu du cabinet du matin la difficulté de l’entreprise. Le réduit n’est pas plus prisé dans les directions anglaises que dans les hautes sphères françaises. Finalement, les embarquements, suspendus le 15 à 12 h 30, reprennent dans la soirée 46.

Mais c’est toute la séance de ce matin du 15 qui donne l’image de la plus parfaite confusion et laisse à penser que Londres n’a rien à envier, ce jour-là, à Bordeaux. On a parfois l’impression que Churchill perd pied, qu’il est obligé de laisser dire et faire des choses qui non seulement vont contre ses convictions, mais sont contradictoires entre elles : on approuve les dires de Pound qui, à partir d’un télégramme de son attaché naval en France, avance que rien ne tient plus dans ce pays sauf... Campinchi - qui serait le seul à ne pas être en route pour Bordeaux47. Encore un qui n’a pas saisi le travail de Doumenc, inlassable renvoyeur de balles qui contrôle même l’exode des millions de réfugiés, reprend les routes en main juste derrière la vague et met à profit l’approche de l’armistice pour reconstituer sans trêve des mouvements cohérents48. Fort de sa croyance en une débâcle absolue, le chef de la Navy ne conçoit de réduit ni en Bretagne ni en Cotentin et propose de prendre langue avec Darlan pour amener des bateaux, les uns en Angleterre, les autres à Gibraltar, ces derniers sous couvert d’évacuation de troupes vers l’Afrique du Nord.

Puis l’inévitable Halifax déclare que, puisque les événements vont si vite, c’est Reynaud lui-même qu’il conviendrait d’inviter au Royaume Uni. Le cabinet approuve également ! Il engage Halifax à donner suite, avec toutefois une condition : faire figurer dans le message invitant Reynaud à transporter son gouvernement en Angleterre la mention « si la situation l’exige ». Puis, discutée on ne sait quand, une annexe reproduit le télégramme final qui est envoyé à Brooke et lui donne pratiquement carte blanche pour l’évacuation : on lui dit de la préparer, à Cherbourg, Saint-Nazaire, Brest et Sait-Malo, d’attendre pour l’effectuer l’autorisation des deux gouvernements, puis on dit exactement le contraire :

Néanmoins vous êtes pleinement autorisé à appliquer votre plan contenu dans votre télégramme n° 239 du 14 juin.

Plus question, donc, de « soutenir la lutte de la France » en coopérant avec les « forces qui veulent se battre ». Tout au plus le message enjoint-il de « coopérer avec les forces françaises combattant dans votre voisinage. »

Chamberlain enfin se manifeste, et ici toute notre attention est requise : c’est lui qui expose, pour la première fois, le projet d’union franco-britannique.

Projet d’union : la dernière chance du réduit

Le 13 au soir, après le conseil de Tours, Attlee avait exprimé le vœu que l’Angleterre garantît solennellement sa solidarité avec la France, par une déclaration portant engagement de lutter jusqu’à ce que l’ennemi lui ait restitué tout ce qu’il lui aurait pris. Churchill s’était acquitté dans la nuit de cette tâche, probablement télécommandée par lui-même 49.

Chamberlain, en cette séance du 15 au matin, présente un mémorandum qu’on lui a remis, « qui propose un degré d’unité encore plus grand » que cette proclamation. Il prévoit notamment la fusion des gouvernements et des parlements. Son préambule comporte quatre conditions, dont certaines, estime Chamberlain, peu réalisables à court terme : que la France reste dans la guerre ; que ses ressources soient préservées pour continuer la guerre ailleurs ; que les États-Unis y entrent ; que les Allemands soient, avec l’aide de la France, empêchés d’envahir l’Angleterre.

Chamberlain dit ensuite qu’il est d’accord avec une grande partie du texte, mais que certaines propositions lui semblent assombrir trop la situation, et d’autres être trompeuses. En voilà un qui ne change guère, ménageant perpétuellement la chèvre et le chou.

La principale proposition qu’il désapprouve est l’embarquement d’un maximum de troupes françaises. Ce n’est ni très réaliste ni très utile, vu que l’Angleterre manque moins d’hommes que de matériel (our real difficulty was equipment). Puis il indique que la fusion des parlements et des cabinets lui semble avoir été superficiellement étudiée.

Churchill livre alors sa première réaction, devant le cabinet, au projet d’union. Il convient qu’il est difficile d’évacuer les forces de l’est de la France. Et que la Grande-Bretagne peut résister elle-même, en accroissant ses troupes. Il serait donc préférable que les troupes évacuées de France aillent en Afrique du Nord. Mais

La vraie question, c’est ce qu’on peut faire pour soutenir la France. Si on trouve le moyen d’établir une convention d’unité entre les deux pays, sous une forme dramatique qui constituera un vigoureux appel aux Français, ce sera le mieux, de beaucoup. Sur la forme du gouvernement, il pourrait y avoir de fréquentes réunions du conseil suprême, et cela « rejoint sûrement ce que les auteurs du mémorandum ont dans l’esprit ».

Finalement on en vient à l’idée que la déclaration de l’avant-veille « allait très loin » et que le conseil suprême suffit. Churchill conclut que l’essentiel est la question de la flotte et qu’il se rendra à cet effet à Bordeaux dès que le gouvernement y sera établi, avec un ou deux membres du cabinet de guerre.

Voilà donc encore une rude séance pour le chef. Il se bat pied à pied et reçoit de nombreux coups. S’il en esquive quelques-uns, il n’en donne plus guère. Parmi ceux qu’il estime les plus dangereux et qu’il réussit à parer de toute son énergie, figure donc ce projet d’union franco-britannique, introduit avec circonspection, mais introduit tout de même, par l’un de ses deux grands rivaux... avec la bénédiction de l’autre !

Car si, du moins à l’en croire, Neville a découvert récemment ce travail préparé le Français Jean Monnet, depuis presque une semaine, en coopération avec le churchillien Desmond Morton et l’âme damnée de Chamberlain, Horace Wilson50, ce projet devient, dans la conjoncture précise de cette matinée du 15, l’arme maîtresse de Halifax dans sa lutte, jamais démentie, contre le premier ministre. Il s’avance masqué et ne parle même pas du projet avec Cadogan51, qui dit partager les tièdes sentiments de Chamberlain et croire que le transfert en Angleterre du gouvernement français suffit, mais Monnet est formel : le projet, avant cette séance, a été soumis à Halifax52. Et l’on comprend pourquoi il ne le combat pas, à la lumière de ce que Chamberlain précisément rejette : en proposant l’union mais en mettant à son efficacité militaire des conditions impossibles comme l’entrée en guerre des États-Unis, on lie les deux pays dans le sens de la capitulation. Il va falloir encore vingt-quatre heures et beaucoup d’événements pour qu’une fois de plus, le coup soit puissamment retourné.

Colville croque sur le moment, avec une économie de moyens toute shakespearienne, la dramatique atmosphère de ce samedi soir que le premier ministre passe, comme il se doit, aux Chequers, la maison de campagne attachée à sa fonction, avec sa fille Diana, son gendre Duncan Sandys et deux collaborateurs. Entretemps est arrivé le résultat du premier conseil de Bordeaux, qui a approuvé la proposition, faite par Chautemps, de demander à l’Allemagne non pas l’armistice, mais les conditions qu’il stipulerait. Le rusé radical avait en effet trouvé cette astuce pour rendre plus acceptable aux ministres l’ouverture d’une négociation. Aucune décision n’a été prise ce jour-là, ce qui n’empêche pas Reynaud de solliciter aussitôt de Londres l’approbation d’une telle démarche. Avec l’espoir, dira-t-il à partir de 1945, qu’elle serait refusée. Mais lisons plutôt Colville :

Il y a là Winston, Duncan et Diana Sandys, Lindemann et moi-même. C’est la plus dramatique et la plus fantastique soirée que j’aie vécue. Avant de passer à table, Tony Bevir me dit au téléphone que des télégrammes sont arrivés de Bordeaux, indiquant que la situation se détériore à vue d’œil et que l’autorisation d’une paix séparée est demandée de manière plus directe. J’en fais part à Winston qui est immédiatement très découragé. Le début du dîner est lugubre, Winston mangeant vite et goulûment, le nez dans son assiette, bombardant régulièrement d’une question technique le Professeur, qui absorbe tranquillement son menu végétarien. Les Sandys et moi-même restons silencieux, vu que nos efforts sporadiques pour animer la conversation sont mal accueillis. Cependant le champagne, le brandy et les cigares font leur œuvre et bientôt nous devenons loquaces, et même bavards. Pour se remonter et nous remonter le moral, Winston se met à lire à haute voix les messages reçus des Dominions et ses réponses, ainsi que celle qu’il a faite à Roosevelt. « La guerre est maintenant condamnée à devenir pour nous sanglante, mais j’espère que notre peuple tiendra sous les bombes et que les Huns n’apprécieront pas ce que nous leur enverrons en échange. Mais quelle tragédie, que notre victoire dans la dernière guerre nous ait été volée par une bande de dégonflés ! »

Winston et Duncan Sandys font les cent pas dans la roseraie au clair de lune tandis que Diana, Lindemann et moi-même marchons de l’autre côté de la maison. Il fait clair et délicieusement doux mais les sentinelles casquées de métal et baïonnette au canon qui entourent la maison nous empêchent d’oublier l’horreur de la réalité. Je passe le plus clair du temps à téléphoner, à chercher Winston au milieu des roses et à écouter ses commentaires sur la guerre. Je lui dis que de plus amples informations ont été reçues au sujet de l’attitude française, qui apparaît fuyante. « Dites-leur, déclare-t-il, que s’ils nous laissent disposer de leur flotte nous ne l’oublierons jamais, et que s’ils se rendent sans nous consulter nous ne le pardonnerons jamais. Nous salirons leur nom pour un millénaire ! » Puis, craignant à moitié que je le prenne au sérieux, il ajoute : « Bien sûr, ne le dites pas encore ! » Il est de bonne humeur, déclamant de la poésie, s’étendant sur le drame de la situation présente, soutenant que Hitler et lui n’ont qu’un point commun, l’horreur des sifflets, offrant des cigares à tout le monde et murmurant de temps à autre

Pan, pan, pan, le fusil du fermier Cours lapin, cours lapin, cours, cours, cours

Kennedy appelle et Winston, redevenant sérieux une minute, déverse dans ses oreilles un flot d’éloquence sur le rôle que l’Amérique pourrait et devrait jouer dans le sauvetage de la civilisation. Rappelant les promesses de soutien industriel et financier, il dit que de tels propos « seront une source d’hilarité sur la scène de l’histoire » et il supplie que « nous ne laissions pas les efforts de notre ami (le Président) se dissoudre en grimaces et en futilité. »

Vers une heure il revient du jardin et nous restons tous debout dans le hall central pendant que le Grand Homme, étendu sur le sofa, tire sur son cigare, discourt sur l’augmentation de notre force militaire et raconte une ou deux histoires salaces. Finalement, en nous disant « Bonsoir, mes enfants », il va se coucher à 1 h 30.

Jeux nautiques

Il faut revenir un tout petit peu en arrière, pour mesurer un enjeu sur lequel Churchill est resté discret jusqu’au 16 juin mais qui l’a obsédé beaucoup plus tôt : le sort de la flotte française. Ici passent au premier plan les relations entre Churchill et un autre dirigeant français, François Darlan.

Le jeu de Churchill au sujet de la marine alliée s’apparente longtemps à celui de Gambetta vis-à-vis de l’Alsace-Lorraine après 1871 : « y penser toujours, n’en parler jamais ». C’est la quatrième flotte de guerre du monde, loin devant celle de l’Allemagne. Elle devrait sous peu être renforcée par le Richelieu et le Jean Bart, deux cuirassés en cours d’achèvement, qui seront parmi les plus formidables de la planète. On estime que plusieurs mois seraient nécessaires à Hitler pour former des équipages aptes à remplacer les marins français. Deux mois, suivant l’amiral Dudley Pound53. C’est en quittant le conseil suprême de Briare que Churchill prend Darlan à part et lui fait promettre de ne pas livrer la flotte54. Puisque c’est lui-même qui nous le dit, nous n’en sommes que plus à l’aise pour relever la curieuse manière dont il télégraphie aussitôt la nouvelle à Roosevelt :

L’amiral Darlan déclare qu’il va envoyer la flotte française au Canada. Il serait désastreux de voir les deux grands navires modernes tomber en de mauvaises mains 55.

En donnant pour acquis l’envoi au Canada de la flotte, le premier ministre extrapole quelque peu les engagements de Darlan, qui n’ont jamais dépassé la sibylline formule d’« empêcher la flotte de tomber aux mains des Allemands », promesse qu’accomplit tout aussi bien la destruction des navires au cas où l’ennemi paraîtrait sur le point de s’en emparer. Paul Reynaud lui-même, si prodigue de promesses, ne veut pas entendre parler d’un éloignement des unités, si ce n’est vers l’Afrique du Nord56. Dès ce moment donc se dessine une faille, entre des Français qui veulent garder leurs bateaux à portée de la main, et des Anglais qui leur demandent de les laisser continuer la guerre aux côtés des Alliés - ou tout au moins de les neutraliser sous le contrôle de ceux-ci. Mais il semble bien que cette exigence britannique soit dictée par des considérations diplomatiques, plutôt que purement navales. La flotte française sert à Churchill d’épouvantail pour obtenir un engagement plus important des États-Unis. Et Churchill va d’autant plus jouer de cet argument que c’est le seul qui semble porter.

Il n’est, pour s’en convaincre, que de lire ce qu’écrit le lendemain Roosevelt à Reynaud - c’est ce même message que Churchill, qui en trouve copie à son retour de Tours, présente au cabinet comme « le plus proche possible d’une déclaration de guerre » :

Personnellement, je suis particulièrement impressionné par votre déclaration, aux termes de laquelle la France continuera à lutter pour la démocratie, même si cela implique un lent repli jusqu’en Afrique du Nord et sur l’Atlantique. Il importe avant tout de ne pas oublier que les flottes française et britannique continuent à posséder la maîtrise de la mer dans l’Atlantique et les autres océans, et que le matériel venu de l’extérieur est absolument indispensable à l’entretien de toutes les armées.

[...] Dans les conflagrations mondiales, c’est toujours la puissance navale qui décide du cours de l’histoire ; l’amiral Darlan le sait bien 57.

Darlan semble goûter pleinement le message et l’avertissement, puisque le 15 juin il ordonne à son adjoint Le Luc de préparer le départ éventuel des deux cuirassés pour un port anglais58. Qu’ils aient ou non connaissance de ses bonnes dispositions, les Anglais se permettent dès le 15 au matin une démarche, par leur ambassadeur, auprès de Charles-Roux. Il y a d’autant plus d’intérêt pour nous à en citer le récit qu’il montre chez le Britannique un remarquable souci d’accoler le nom de Halifax avec celui de Churchill, comme si le 15 juin, à nouveau, leur accord pouvait faire question :

L’ambassadeur d’Angleterre me signala l’importance que présentait, aux yeux de son gouvernement, le sort de notre flotte de guerre, si nous nous retirions de la lutte, ce à quoi il se refusait de croire encore. Il en avait, me dit-il, parlé au président du conseil de la part de M. Churchill et de M. Halifax qui, si nos bâtiments n’étaient pas mis à l’abri, « considéreraient comme une véritable défection tout sondage de notre part auprès des Allemands en vue d’un armistice 59 ».

Le 15, donc, on voit Churchill bombarder Roosevelt, qui l’a si fortement déçu la veille au soir en refusant la publication de son message à Reynaud, d’avertissements sur la possibilité de voir l’Allemagne menacer les États-Unis en augmentant son potentiel naval grâce à ses victoires européennes. Attention, lui dit-il à 21 heures - juste avant de partir pour les Chequers : Hitler peut exiger la flotte française en échange de l’Alsace-Lorraine, ou sous la menace d’un bombardement des villes. Par la suite, le soussigné pourrait être lui-même acculé à la démission et un nouveau gouvernement anglais livrerait volontiers la flotte à Hitler en échange de la paix, aboutissant à créer « une Europe sous commandement nazi bien plus peuplée, bien plus forte et bien mieux armée que le Nouveau Monde 60 ».

À 22 h 45, dans l’ambiance morose du début de soirée, il se fait plus pressant encore (est-ce ce texte ou le précédent, qu’il lit devant ses convives ?) :

Depuis mon message de l’après-midi, j’ai appris que M. Reynaud, dans un télégramme qu’il vient juste de vous envoyer, a pratiquement dit que la décision française de continuer la guerre outre-mer était subordonnée à votre capacité d’assurer que les États-Unis entreraient en guerre à une date très prochaine.

Quand j’ai écrit le message que je viens de vous envoyer, je ne savais pas que M. Reynaud avait posé le dilemme en ces termes, mais j’ai bien peur qu’effectivement cette alternative soit à présent devant nous.

De fait, l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Bordeaux m’indique que si votre réponse ne contient pas l’assurance souhaitée, les Français demanderont très vite l’armistice et je doute fort qu’il nous soit possible dans cette éventualité d’empêcher leur flotte de tomber dans les mains allemandes.

Quand je parle de l’entrée en guerre des États-Unis, je ne pense bien sûr pas à un corps expéditionnaire, que je sais être hors de question. J’ai en vue le puissant effet moral que produirait une telle décision américaine non seulement en France mais dans tous les pays démocratiques du monde et aussi, en sens contraire, sur les peuples allemand et italien 61.

Voilà qui sonne bien comme un signal de détresse, et qui complète les flots d’éloquence, cinglants et amers, déversés dans les oreilles de Kennedy.

Les chassés-croisés du 16 juin

Ce matin-là le gouvernement anglais subit, dans des termes édulcorés par Eden, sa première mercuriale du général de Gaulle. Il est arrivé en Angleterre par bateau à l’aube, probablement ignorant du rembarquement massif des Britanniques commencé la veille au soir. Il avait passé la journée à Brest, où il avait notamment rencontré l’amiral de Laborde, et parlé avec lui des transports à effectuer vers l’Afrique du Nord62. Étrange : ce n’était guère le lieu, puisqu’il venait de Bordeaux, où il pouvait traiter avec Darlan ; auprès de l’amiral « Ouest » il aurait dû, au contraire, concentrer le propos sur la défense des côtes bretonnes, puisqu’il était encore et toujours un adepte passionné du réduit. Une conclusion s’impose : Laborde, futur pétainiste acharné, ne lui a pas paru digne de confiance ; du réduit il ne parlait qu’avec des gens triés et de manière, donc, tout à fait conspiratrice. Il en dit un peu plus au capitaine du bateau qui le conduit à Plymouth :

Seriez-vous prêt à vous battre sous le drapeau britannique ? [...] Croyez-vous qu’il soit facile, aujourd’hui de s’appeler le général de Gaulle 63 ?

Ce que semblent indiquer ces éléments, c’est que de Gaulle n’était pas sûr de pouvoir obtenir le ralliement de troupes françaises pour garnir le réduit mais avait bien résolu en revanche, si les Anglais voulaient tout de même tenir la Bretagne le plus longtemps possible pour protéger leurs côtes, de se battre à leurs côtés ; et qu’il les y croyait bien décidés.

Il a dû tomber de très haut en rencontrant Eden, qui raconte un peu plus tard au cabinet :

J’ai vu le général de Gaulle, qui est passé par la Bretagne avec l’ordre d’examiner la possibilité d’y tenir une tête de pont. Il a été expliqué au général de Gaulle que ni Weygand ni Georges n’avaient cru la chose possible. En tout état de cause, Nantes ne serait pas couvert et dix divisions seraient nécessaires. On ne pouvait trouver ces troupes. Le général de Gaulle a été informé qu’il y avait eu un accord avec le général Brooke pour l’évacuation par Cherbourg de toutes les troupes françaises qui voudraient s’en aller avec nous 64.

Mercuriale ou pas, voilà notre courageux pèlerin bien démonétisé devant les ministres anglais. On lui reproche, en termes transparents - qui ont pu, entre Eden et lui, être plus directs encore - de ne pas peser assez lourd dans la décision française et de ne pas avoir débauché la moindre division. Le réduit est inutile s’il n’est qu’anglais, ou plutôt impossible : les Britanniques n’ont pas assez de troupes.

Au passage, ce document nous permet de mettre la dernière main à la fabrication d’un thermomètre. Celui qui permet de mesurer la résolution anti-allemande de chacun au nombre de divisions qu’il estime nécessaire pour tenter l’aventure du réduit breton :

-  Villelume : 25 à 30

-  Brooke : 15

-  Eden : 10

-  Churchill et de Gaulle : les moyens du bord !

Cet étalon, s’il est approximatif, n’est injuste que pour Eden, dont il est difficile de départager les convictions profondes et celles qu’il affiche pour excuser Churchill, face à de Gaulle, d’avoir renoncé au projet.

Celui-ci, après avoir, par son silence, entériné cette renonciation, fait plusieurs interventions énergiques et opportunes : serait-il ragaillardi par sa soirée intime et son sommeil, somme toute, précoce ? Il s’emploie à montrer65 qu’il y a encore quelque chose à tirer de la France. Il va donc minorer la gravité de la demande des conditions d’armistice et affirmer que le gouvernement de Bordeaux est encore récupérable : la possibilité de son passage en Afrique du Nord subsiste, au cas où les conditions allemandes seraient trop dures. Il fait du Chautemps, en somme ! Ou plutôt, comme toujours, il en gagne. Mais il appartient au cabinet, précise-t-il, de dire s’il autorise la demande des conditions, comme il lui appartiendra de juger de leur acceptation lorsqu’elles seront connues.

Chamberlain opte pour une réponse positive, afin d’éviter la démission de Reynaud et la nomination d’un successeur pire que lui. Attlee lui accorde ce point, et objecte à Churchill que le maintien de la France dans la guerre à partir de l’Afrique du Nord ne sera pas d’une grande efficacité militaire, étant donné le moyen de pression qu’aura l’Allemagne en occupant le territoire. Ces deux premiers intervenants ont aussi déclaré qu’on assistait à la « fin de la résistance française organisée ».

Sur ce terrain ameubli s’avance, une fois de plus, l’infatigable Halifax... flanqué, du moins intellectuellement, de l’inévitable Kennedy. L’ambassadeur lui a patelinement confié que « Roosevelt avait évité de déclarer la guerre pour avoir une carte en réserve au cas où l’Allemagne ferait à la France conditions trop dures ». En bon anglais, cela s’appelle une mediation ou, du moins, cela témoigne, chez les Américains, d’une envie pressante de s’interposer entre les adversaires. Nous avons ici le corollaire de la phrase de Roosevelt à Chambrun : « la pièce est jouée », les États-Unis se résignent à la victoire de l’Allemagne, mais entendent peser de tout leur poids sur le processus de paix.

Churchill alors donne sa solution du problème qu’il a mis en débat : la France serait autorisée à s’enquérir des termes d’un armistice, à la condition absolue que la flotte soit dans les ports anglais pendant les négociations. Pauvre Angleterre ! Imaginons une seconde sa situation si Churchill avait plus mal dormi et connu, à cette minute, un moment d’inattention. Derrière le chef conservateur et le chef travailliste, personne ne se serait avisé de poser des conditions à l’acceptation de la demande française, et le couple Reynaud-Baudouin aurait reçu des mains de Campbell, peu après midi, un télégramme autorisant purement et simplement la demande des conditions d’armistice, sans exiger la moindre garantie sur la flotte. Cela aurait ruiné les derniers efforts de Mandel et de Campinchi, et présagé aux yeux de toute la classe politique française que l’Angleterre s’apprêtait elle-même à négocier. D’autant plus que la veille, on s’en souvient, l’ambassadeur Campbell avait déjà exigé, auprès de Charles-Roux, le transfert de la flotte en Angleterre en cas de négociation. Il se réclamait à la fois de Churchill et de Halifax, ce qui suggère que les autres membres du cabinet de guerre, informés des dépêches diplomatiques, ne pouvaient ignorer cette démarche. Quoi qu’il en soit, la disparition de cette exigence, le lendemain, aurait paru très significative à la partie française. Et le silence de Halifax qui, après les interventions des deux chefs de partis, au lieu d’attirer leur attention sur la question de la flotte, introduit l’idée d’une médiation américaine, est lourd de sens. Il passe par profits et pertes les bateaux français, pour mieux avancer vers son idée d’une paix générale.

La marge de Churchill se rétrécit de plus en plus : Winston n’a pu parer ce danger qu’en donnant dans l’autre sens un coup de barre dangereux. Il est en effet un peu raide de présenter, de but en blanc, une telle exigence à la France et Reynaud aura beau jeu de répondre qu’il a encore besoin de ses bateaux. Mais peut-être ici les États-Unis sont-ils, une fois de plus, la préoccupation principale. Churchill a bien compris en effet que Halifax, avec la caution de Kennedy, voulait introduire l’idée d’une médiation, puisque sitôt après s’être exprimé sur la flotte il déclare :

Le Président Roosevelt devra recevoir une copie de notre réponse, et être invité à ne faire acte de médiateur en aucun cas, à moins que la sécurité de la flotte française soit préalablement assurée.

On se met d’accord sur la réponse à faire à Reynaud, dans le sens proposé par Churchill, mais sitôt après une personne, dont le scribe n’a pas cru bon de mentionner l’identité, relance la discussion sur le thème de la médiation américaine, en arguant que la France risque de la demander. Il est vrai que Campbell avait télégraphié tôt le matin pour annoncer qu’elle s’apprêtait précisément à le faire66. Il semble donc que ni Halifax, récipiendaire du télégramme, ni Churchill, n’en aient fait état dans un premier temps, chacun éprouvant sans doute le besoin de tâter le terrain avant d’engager le duel sur ce point décisif, puisqu’il faisait revenir sur le tapis, pour la première fois depuis le 28 mai, les questions de « conférence » et de « paix générale ».

Churchill répond aussitôt que Roosevelt

risque de donner un avis qui s’applique aussi bien au Royaume Uni qu’à la France. Il pourrait s’ensuivre, par exemple, un appel à tous les belligérants pour qu’ils déposent les armes. Cela pourrait créer un certain trouble dans l’opinion britannique, à présent unie dans une attitude inflexible. Dans la conjoncture présente, toute idée de négociation avec l’ennemi doit être écartée, si elle implique de près ou de loin la Grande-Bretagne. Nous nous battons pour la vie et il est vital de ne pas laisser apparaître le moindre défaut dans notre cuirasse.

Joignant à la parole l’absence de geste, l’ancienne personnalité navale va se mettre à snober le président et à le priver de messages personnels. Les sujets n’auraient pourtant pas manqué. Décidément, quelque chose s’est cassé dans la nuit, avec les États-Unis. Churchill pense que pour le moment il ne peut en venir que du mal. Et aussi que les mots ont fait leur temps : c’est par les actes qu’il s’agira de convaincre Roosevelt que la guerre continue, et le concerne quoi qu’il en ait. Nul hasard si la correspondance reprend après Mers el-Kébir, avec la relance des demandes de contre-torpilleurs67.

Le ministre des Affaires étrangères se le tient pour dit et n’insiste pas. L’heure est venue, sans doute, du déjeuner. On ignore en quelle compagnie se restaure Halifax, dont on sait que le soir il prendra avec Chamberlain un repas qui aurait pu être historique. Les agapes qui réunissent au Carlton Club Churchill, de Gaulle, Eden, Dill et Corbin vont, malheureusement pour Hitler, marquer davantage les événements.

C’est là en effet que de Gaulle, qui après avoir vu Eden a longuement conféré avec Jean Monnet68, annonce à un Churchill sans aucun doute surpris son ralliement au projet d’union franco-britannique. Colville nous en dit un peu plus sur sa genèse, après quoi il nous apprend beaucoup sur l’impression que de Gaulle a produite ce jour-là :

Morton me dit que Horace Wilson a travaillé sur ce projet comme un nègre, que Van, un de ses principaux promoteurs, est à nouveau sur le devant de la scène et que Monnet est l’homme à qui revient le mérite de l’idée. Apparemment on a passé la plus grande partie de la journée à téléphoner à Reynaud et à Mandel, pour les persuader de tenir bon et de ne pas céder à la pression de leurs collègues défaitistes. De Gaulle s’est pavané devant le cabinet, avec Corbin ; la réunion s’est transformée en une sorte de promenade, Winston commençant une tirade dans la salle des séances et l’achevant dans le bureau de Morton ; et tout le monde a donné des claques dans le dos de De Gaulle, en l’assurant qu’il serait le « commandant en chef » (Winston grommelait : « Je l’arrangerai »). Sera-t-il un nouveau Napoléon ? À ce que j’entends, beaucoup le pensent. Il traite Reynaud, qu’il appelle « ce poisson gelé » comme un moins que rien, et parle en habitué de ce qu’il va faire en France ; et pourtant ce général vient de sortir de l’anonymat.

Cette scène extraordinaire montre l’aptitude de Churchill à créer l’enthousiasme, de toutes pièces, dans les moments les plus difficiles, mais elle est surtout instructive sur de Gaulle. Son talent pour retourner les situations ne le cède désormais en rien à celui du premier ministre - qui le lui a peut-être, en partie, enseigné -, puisque c’est lui-même qui a obtenu la relance du projet d’union et l’adhésion de Reynaud, ressuscitant mine de rien le réduit breton, puisqu’il est aussitôt convenu qu’on paraphera la déclaration commune le lendemain à Concarneau. Mais plus encore que de l’habileté, il montre un sang-froid stupéfiant devant les caprices du sort. Il était, à sa propre surprise, arrivé. Le matin il était un demi-fugitif, qui la veille, en Bretagne, en poursuivant les préparatifs du réduit, avait quelque peu conspiré contre le gouvernement Reynaud et s’était fâché d’avance avec celui de Pétain, qui menaçait de lui succéder ; or, en apprenant dès son arrivée l’abandon, par les Anglais, du réduit, il se trouvait privé du but même de la conspiration, par la défection de ses associés. L’après-midi, il est, comme il en avait rêvé dans l’enfance et peut-être quelquefois depuis, la France. Militairement, il accède au rang de Foch et il compte bien en tirer un parti immédiat, en Bretagne et ailleurs. Le soir, lorsqu’il débarque dans un Bordeaux où il s’attend à parler en maître, la nouvelle de la démission de Reynaud transforme le carrosse en citrouille. Et pourtant, il continue. Pour devenir effectivement, quelque temps après, l’incarnation de la patrie, du moins aux yeux de ceux qui meurent pour elle.

Les croquis sans tendresse des témoins anglais sont précieux : ils ajoutent la touche humaine dont l’absence rendrait ce récit fort ennuyeux. S’est-il, devant le cabinet, un moment pavané ? Ses critiques envers Reynaud ont-elles dépassé la mesure, face à des ministres encore pour quelques heures étrangers et à leur personnel ? A-t-il montré, dans la nuit bordelaise, un peu d’énervement voire de panique, en s’attendant à ce qu’on l’arrête, comme Spears l’écrira plus tard mais comme il le suggère déjà lorsqu’il télégraphie, le 17, qu’il le ramène en Angleterre pour assurer sa sécurité69 ? Jean Lacouture relève aussi un trait de style, qui semble venu tout droit du moment où il se serait « pavané » : décrivant dans ses Mémoires la sortie du cabinet qui venait d’approuver le projet d’union, il écrit que « tous entrèrent70 ». Notons tout de même que le texte de Colville corrobore ici les Mémoires de guerre, et permet une autre interprétation : de Gaulle attendait avec Corbin, non pas devant la porte de la salle des séances, mais dans un bureau, celui de Morton, où un ministre déboulait de temps en temps. Ce qui donne une coloration tout autre au verbe incriminé :

[...] tandis que les ministres délibéraient [je] me tins, avec l’ambassadeur de France, dans un bureau attenant à la salle du conseil. [...]

La séance du cabinet britannique dura deux heures, pendant lesquelles sortait, de temps en temps, l’un ou l’autre des ministres pour préciser quelque point avec nous, Français. Soudain, tous entrèrent, M. Churchill à leur tête. « Nous sommes d’accord ! » s’exclamaient-ils. En effet, sauf détails, le texte qu’ils apportaient était celui-là même que nous avions proposé. J’appelai aussitôt par téléphone M. Paul Reynaud [...] 71.

On ne saurait reprocher à l’auteur d’être discret sur les contacts physiques dont les Honorables agrémentaient leurs exclamations, et il faut lui accorder que sans doute il était plus soucieux de lire le texte adopté, et d’en rendre compte, que de faire la roue. Enfin, on doit à un détail linguistique la preuve que Colville n’est pas témoin oculaire ou, du moins, mélange l’information directe et l’ouï-dire : l’expression « poisson gelé » est démarquée de l’anglais familier cold fish, et en français elle n’a aucun sens. L’équivalent argotique serait quelque part entre « anguille » et « bâton merdeux ». De Gaulle, qui ignore l’anglais et à plus forte raison ses usages vulgaires, aura employé quelque expression imagée pour dire que Reynaud lui glissait constamment entre les doigts. On l’a dit en anglais à Colville, qui a cru judicieux de le retraduire en français. Du coup, nous ignorons à quelles personnes il a dit du mal de Reynaud : il est possible qu’il ne s’agisse que de Churchill, devant qui, à ce stade, il était plus que légitime de parler à cœur ouvert.

Mais l’étonnant et l’important, si de Gaulle montre des faiblesses, c’est le peu d’heures qu’il lui faut pour les surmonter et le fait que chaque jour, quels que soient les balancements extrêmes de la fortune, il aille droit son chemin.

La fiancée se dérobe

Il nous faut maintenant franchir la Manche - et même, désormais, un morceau d’Atlantique ! - pour conter la triste fin du projet d’union. Reynaud l’a-t-il vraiment accepté avec enthousiasme ? Spears, présent dans son bureau lors du coup de fil de De Gaulle, le racontera, non seulement dans ses mémoires, mais dès le surlendemain au cours d’une conversation avec Colville72. En tout cas, le président du conseil ne change guère ses habitudes : il est de l’avis de l’interlocuteur, puis fait le contraire dès qu’il a le dos tourné. Il avait d’ailleurs eu un peu de temps pour se préparer puisqu’un premier coup de fil du général de Gaulle, en début d’après-midi, l’avait averti de ce qui était en discussion à Londres. D’après Villelume, il en avait bien ri73. Dans ses propres archives, il a conservé un document qui ne laisse pas supposer que, dès cette phase téléphonique, il ait fait montre de l’enthousiasme parfois rapporté - mais confirme en revanche à quel degré il était tombé dans l’estime du jeune général. Il s’agit de la transcription d’une conversation téléphonique enregistrée à Bordeaux le 16 juin à 16 h 30. De Gaulle lit à Reynaud la déclaration d’union et ajoute :

Aux États-Unis on se demande si vous allez être l’homme de la guerre ou si vous allez faire comme la reine Wilhelmine ou comme Léopold ? Si vous êtes celui qui se débine pour que les autres capitulent ? Mais l’atmosphère de Bordeaux n’est pas celle de l’Europe, ni même celle de la France 74.

On voit ici que la solution « Wilhelmine », que Reynaud était très fier d’avoir prônée, le 15 et le 16 juin, pour combattre la solution « Léopold », était mise par de Gaulle dans le même sac.

Dans quelle atmosphère tombait ce projet ? Celle créée par la réponse anglaise à la proposition Chautemps, formulée le matin comme nous l’avons vu, lors de la séance du cabinet : l’exigence d’une mise sous séquestre de la flotte française en Angleterre pendant la durée des négociations. Deux télégrammes sont envoyés dans ce sens à Bordeaux en milieu de journée (respectivement à 12 h 15 et 15 h 10), l’un de Churchill à Reynaud, l’autre du Foreign Office à son homologue75. D’après le premier ministre, de Gaulle et Corbin, lorsqu’ils avaient emporté sa conviction sur le projet d’union, avaient par la même occasion critiqué la « raideur » de l’exigence britannique. Du coup, sitôt que le cabinet adopte le projet d’union, il cherche à rattraper les télégrammes.

Mais Campbell les a déjà fait lire à Reynaud, qui les a mal pris et a répondu qu’il gardait ses navires pour faire face aux menaces italiennes en Méditerranée. Ce n’est qu’après le coup de téléphone sur la déclaration d’union que Campbell reçoit le contrordre annulant les deux télégrammes, et en fait part à Reynaud. Devant le conseil des ministres, son président ne parlera que de la déclaration d’union, et non des télégrammes. Les ministres partisans de l’arrêt des combats n’en seront que plus forts pour dire que l’Angleterre a répondu à côté de la question, et que cette attitude désinvolte autorise la France à se passer de sa permission pour demander les conditions d’armistice.

Comme il n’y a pas de raison de douter des confidences faites par Spears à Colville au lendemain des faits, on doit comprendre que lors de l’appel téléphonique de De Gaulle et juste après, Reynaud a fait preuve d’un enthousiasme de commande, pour répondre au scepticisme de son sous-secrétaire d’État. Car, suivant tous les ministres présents au conseil qui se tient une demi-heure plus tard, il ne leur a présenté le projet que du bout des lèvres, et n’a pas insisté lorsqu’Ybarnégaray76 ou telle autre personnalité acquise à l’armistice a rétorqué que l’union revenait à faire de la France un « dominion ». De Gaulle, en un sens, a gagné : il a obtenu ce qu’il recherchait depuis le 6 juin, il a obligé Reynaud à choisir. Le projet d’union, après le réduit breton dont il est d’ailleurs accessoirement une relance, est l’ordalie qui oblige Reynaud à se démasquer, cette fois définitivement : la seule échappatoire est la démission.

Certains justifieront leur ralliement à Pétain en reprochant à Reynaud d’avoir « dissimulé » la bonne volonté anglaise : il aurait dû, aussitôt après le rejet de la déclaration d’union, parler des télégrammes qui, sous condition, autorisaient la demande d’armistice, et on aurait évité la vague d’anglophobie qui a caractérisé le début du régime de Vichy. En fait l’attitude de Reynaud est celle d’un homme depuis longtemps favorable à l’armistice et à la paix, mais soucieux d’y entraîner l’Angleterre, ne serait-ce que pour ne pas céder le pouvoir à un anglophobe du type Laval. Il a dû, ce 16 juin, percevoir du côté de Londres la plus grande confusion, comme nous-mêmes en examinant les documents. À présent, il joue clairement la carte de Chautemps : s’il a souci de quelque chose c’est bien de les demander, ces conditions d’armistice. S’il passe sous silence les télégrammes alors que, même annulés, ils sont un important élément d’information, c’est qu’il est au fond bien aise de dissimuler une exigence anglaise de nature à entraîner des palabres, où il serait obligé soit de lâcher les Britanniques, soit de se faire, devant son gouvernement, leur interprète : les deux écueils qu’il essaie d’éviter depuis le 25 mai sont présents ce jour-là plus que jamais, et la marge entre eux se resserre encore. Plutôt discuter sur la déclaration d’union, projet fumeux et incongru, que sur la livraison de la flotte, exigence très matérielle obligeant à des choix immédiats. On peut même supposer une manœuvre encore plus subtile.

L’étrange démission

Les ennemis de Reynaud, qu’ils se réclament du pétainisme ou de la Résistance, ont présenté sa démission, le 16 juin vers 22 heures, comme celle d’un pleutre qui ne sait plus comment gérer les effets de ses atermoiements. Certains ont insisté sur le fait qu’au cours du conseil décisif, le 16 juin à partir de 17 heures, il n’a même pas été mis en minorité. Le compte des voix semble bien, en effet, avoir été nettement défavorable à la demande des conditions d’armistice. L’intéressé a jusqu’à sa mort assuré lui-même sa défense, en prétendant qu’il avait été « renversé » par des capitulards. Puis ses amis, autour de 1980, ont mis sur pied une version plus nuancée.

D’après Reynaud lui-même, l’instant décisif n’est pas survenu au conseil, mais une heure après sa clôture, dans le bureau où Albert Lebrun avait réuni, pour étudier les conséquences du blocage qui s’y était manifesté, le président du conseil et ceux des deux assemblées. Reynaud admet d’autre part qu’il avait peu de minutes auparavant suggéré à Lebrun de faire appel à Pétain au cas où il démissionnerait77. La réunion avait donc pour but de demander à Lebrun d’arbitrer le différend entre les ministres. Reynaud aurait demandé à constituer un cabinet homogène en vue de la résistance en Afrique du Nord mais, d’après lui, Lebrun aurait arbitré en faveur de la proposition Chautemps, et c’est ce qu’il appelle « avoir été renversé ». Partant de là, Dominique Leca en 1978 et la propre fille de Reynaud en 1980 ont présenté sa démission comme l’effet d’un stratagème convenu avec Herriot, Lebrun et Jeanneney : le gouvernement Pétain allait être éphémère, pour la bonne raison que le maréchal s’était engagé à ne pas livrer la flotte et que Hitler allait poser cette condition pour accorder l’armistice. Dès lors la voie serait libre pour un gouvernement Reynaud de résistance, s’embarquant aussitôt pour l’Afrique avec tous les pouvoirs publics. C’est en raison de leur énorme erreur de calcul sur le devenir de Pétain que les quatre complices auraient, par la suite, jeté le brouillard sur leurs propos. La fille de Reynaud cite, à l’appui de cette thèse, un passage de ses notes de captivité :

conseil des ministres du 16 juin. À la fin, quelqu’un proposa de voter. Je m’y opposai. Un président du conseil peut gouverner, lorsqu’à la Chambre il n’a qu’une voix de majorité, s’il a un gouvernement cohérent. Il ne peut gouverner s’il a contre lui ses deux vice-présidents du conseil 78 et un grand nombre de ses ministres. Il doit démissionner et refaire un gouvernement, s’il en est chargé. Il ne s’agissait donc pas de majorité et de minorité. Le ministère était disloqué. Mais je ne considérais nullement la partie comme perdue. Je croyais encore possible de reprendre le pouvoir, une fois la tentative de Pétain avortée à cause de la livraison de la flotte, et obtenir dans ce cas le concours de Pétain. Lors du remaniement du 5 juin, Mandel m’avait proposé d’offrir les Affaires étrangères à Pétain, ce que je fis. Il refusa. C’est dire combien nous étions loin de soupçonner ce qu’était cet homme 79.

Mais tout au long, tant des textes de Reynaud que des apologies diverses, une preuve essentielle manque au dossier : qu’est-ce donc qui établit que le 16 juin, dans les milieux informés de Bordeaux, on pensait que Hitler demanderait la flotte ? On ne peut sur ce point en rester aux propositions « clémentes » formulées par Göring et transmise par Dahlerus puisque le Feldmarschall avait précisé que les conditions de paix seraient aggravées en cas de refus. Certes, les conditions finalement posées vont dans le sens de la « clémence ». Mais les dirigeants français pouvaient-ils, le 16 juin, avoir sur les projets hitlériens envers leur flotte une certitude ? Voilà encore un secret bien gardé par les archives, dans lesquelles il est curieux qu’on ne trouve aucun document sur des conditions de paix ou d’armistice au mois de juin, avant le 18, jour de la rencontre de Munich entre Hitler et Mussolini, où Hitler impose à son partenaire que les armistices ne touchent à un atome, ni de la flotte, ni des colonies françaises. Depuis quand cette idée avait-elle cours en Allemagne ? Avait-elle transpiré vers Tours ou Bordeaux ? C’est pour l’instant un mystère. Mais un raisonnement simple peut combler une partie de la lacune : si Hitler se prête à ce jeu d’armistice séparé avec la France, c’est qu’il en attend un effet positif - pour lui - sur le moral anglais, comme sur celui des États-Unis. Il se rend bien compte d’autre part que la pilule de l’armistice, précisément parce qu’il est séparé, passe mal en France, que cette solution se heurte à de puissants obstacles politiques. Il le sait au moins par Pétain, qui bavarde beaucoup devant l’ambassadeur espagnol80. Il n’a donc aucun intérêt à risquer le passage en Angleterre de la flotte, ou même son sabordage, qui profiterait à Churchill en diminuant les menaces potentielles contre les Iles. Tout au contraire, le maintien de cette force intacte, sa neutralisation en Europe sont de nature à renforcer le camp des pacifistes dans les deux démocraties anglo-saxonnes, puisque la paix générale aurait pour conséquence le retour de la flotte au pouvoir du gouvernement français et l’arrêt de toute menace de mainmise allemande sur elle.

Il en ressort que la France, même si elle ne reçoit pas en ces jours d’assurances occultes, peut se présenter aux négociations avec le Reich en bonne position pour obtenir l’arrêt des combats à un prix « raisonnable ». Le fait même que l’Angleterre proclame des dispositions jusqu’auboutistes lui est une aide puissante, car il offre une échappatoire. En tout état de cause, rien n’autorise qui que ce soit à fonder son action sur la certitude que les conditions allemandes seront impitoyables. Reynaud, qui n’est pas un imbécile, sent bien, si même il le ne le sait pas, que ces conditions allemandes vont être modérées. S’il suggère Pétain pour son successeur, ce n’est pas parce qu’il escompte son échec sur ce point. Cela, c’est la justification a posteriori, conçue en pleine guerre alors que l’Angleterre tient et que le comportement du maréchal n’incite guère à se vanter d’avoir été son parrain. Alors, quelle peut donc être la vraie raison, et de la démission, et de la suggestion faite à Lebrun du nom de Pétain ?

C’est ici qu’il faut revenir à la déclaration d’union. Comment a-t-elle bien pu apparaître à Reynaud ? Comme la dernière chance de Churchill. La brusquerie de la décision britannique, l’enthousiasme même de De Gaulle au téléphone ont fait subodorer à Reynaud ce qu’il avait déjà pressenti le 26 mai, cela même que Daladier disait avant Munich au dîner de l’ambassade : « Tiens, ils ne sont pas plus braves que nous ! » Les Anglais sont aux abois, la confusion est la même à Londres et à Bordeaux. Si on en est à tout faire dépendre d’une déclaration d’union improvisée en quelques heures, c’est qu’on ne sait plus soi-même comment éviter la capitulation. L’Angleterre propose l’union pour se sauver elle-même, elle a peur de l’armistice français : Pétain aurait exprimé cela au conseil, en disant que cette union serait pour la France « un mariage avec un cadavre81 ». Tout montre que Reynaud ne pense pas différemment.

La seule chose dont il puisse raisonnablement attendre qu’elle mette un terme rapide à la carrière de Pétain en relançant la sienne, c’est la démission de Churchill et l’émergence d’un gouvernement Halifax, qui sonnerait le glas de l’armistice séparé, mettrait à l’ordre du jour la paix générale et, rendant inutile l’intérim d’un grand vieillard, lui donnerait, en définitive, raison contre ceux qui ont cédé un peu trop tôt.

Une telle reconstruction encourt un reproche, dont son architecte est le premier conscient : elle méconnaît la part de la fatigue physique, nerveuse, morale et politique, qui a semblé suffisante pendant plusieurs générations pour expliquer la démission de Reynaud. Il aurait tout simplement rendu son tablier, se serait mis sur la touche, aurait laissé faire, une fois usées toutes ses capacités de réaction, ce qu’il s’efforçait d’empêcher depuis des semaines. Mais ici je demanderai l’assistance de Freud, décédé à Londres au début de notre période. Non point, qu’on se rassure, pour scruter l’inconscient reynaldien, mais simplement pour remarquer, à la suite de ses écrits sur le lapsus, que la fatigue ne saurait tenir lieu d’explication, en matière de choix. Bien au contraire, relâchant les censures, elle aide à la manifestation des tendances profondes. Il n’y a nul besoin, pour admettre le calcul ci-dessus, de concevoir un Reynaud en pleine forme, dominant de très haut la situation. Il suffit de l’imaginer :

-  acceptant au téléphone un projet d’union qui lui paraît généreux ou ingénieux, à moins qu’il ne dise oui par principe, comme il l’a fait si souvent en des temps plus calmes, quitte à réfléchir et manœuvrer ensuite ;

-  s’apercevant, peut-être avec l’aide de Villelume, que cette peu applicable proposition témoigne surtout d’un immense désarroi gaullo-churchillien et présente pour lui, s’il la défend dans le contexte bordelais, un grand danger d’isolement ;

-  laissant ensuite percevoir, devant le conseil, le peu d’estime qu’il a pour ce texte - et point fâché de tempérer par là sa réputation d’anglophilie.

Toutes ces réactions sont primaires, instinctives, ne supposent pas une débauche d’analyse et un esprit frais. Il faut à peine plus d’énergie cérébrale pour entrevoir que le rejet d’une proposition farfelue mais capitale, qu’il a défendue avec enthousiasme, va coûter politiquement très cher à Churchill. Car, fait peu remarqué, Reynaud ignore que le projet d’union n’émane pas du premier ministre. Nous le savons par Leca et par Villelume. Le premier interprète la proposition d’union comme un « durcissement » anglais, par rapport aux télégrammes autorisant sous condition l’armistice, et ne semble pas avoir compris le rôle majeur qu’y a joué de Gaulle avant de l’apprendre de sa bouche, dans la soirée ; le second est encore plus explicite :

J’étais après dîner dans le bureau de Paul Reynaud lorsqu’arrive le général de Gaulle, revenu tout à l’heure de Londres en avion. Il nous fait l’historique des événements de la matinée. À notre grande stupeur, nous apprenons que le fameux projet n’est pas d’origine anglaise. C’est lui-même qui l’a conçu, en coopération avec Jean Monnet, président du comité d’achat français à Londres, personnage des plus suspects dont Arago avait vainement essayé, il y a quelques mois, d’empêcher la nomination. Et de Gaulle ajoute avec fierté que ce n’est pas sans peine qu’il est arrivé à faire adopter son plan par Churchill82 !

Voilà un point sur lequel la fatigue, et les conditions de travail du gouvernement, après deux déménagements en six jours, fournissent une explication essentielle : ni le président, ni ses conseillers, n’ont eu la présence d’esprit de s’interroger sur la genèse du projet d’union, alors qu’en des temps plus normaux ils auraient su, par Campbell et par Corbin, ou au moins par Spears et par Monnet, que le cabinet l’avait rejeté la veille et que seuls les Français l’avaient relancé ce jour-là. Et si on ne s’interroge pas davantage, c’est parce que cette idée parachutée, qu’il faudrait appliquer sur l’heure, sent son Churchill à mille kilomètres ! C’est la suite logique de Royal Marine et de tous les conseils incongrus que Winston a prodigués depuis le début de la bataille. Reynaud a nécessairement envisagé, au moins comme une éventualité, l’hypothèse que le sec rejet, par la partie française, d’une proposition marquée du sceau du premier ministre et présentée par lui comme urgentissime, allait porter le coup de grâce à l’homme des Dardanelles, de Trondheim et de Saint-Valéry.

L’Angleterre à l’heure de Pétain

Ce soir-là justement, « les Chamberlain dînent avec les Halifax » (Colville), au 11 Downing street, résidence des premiers. On ne sait ce qu’ils se disent mais on sait que Chamberlain, écrivant à sa sœur, fait là-dessus des mystères parce qu’il lui semble « dangereux d’écrire quoi que ce soit de la situation83 ». L’atmosphère de conspiration est renforcée par le fait que Churchill est en partance pour Concarneau, avec Attlee et Sinclair, jusqu’à ce qu’un contrordre motivé par la démission de Reynaud les rattrape de justesse, à 21 h 30. Sans doute les deux vieux complices, divergents depuis plus d’un an, songent à enterrer la hache de guerre entre eux d’abord, avec les Allemands ensuite, pour purger le pays de l’aventurisme churchillien, et pensent qu’ils sont toujours à même de faire dévier dans ce sens l’union avec la France vaincue. Mais Chamberlain est pris au piège des mesures qu’il a lui-même suggérées, en mai, contre la « cinquième colonne », et craint même d’être arrêté en vertu d’elles si ses propos de table sont découverts par quelque censeur postal. Point commun amusant, ce soir-là, avec de Gaulle !

Halifax, en tout cas, se sent assez assuré pour commencer dès le lendemain un nouveau chapitre des tentatives de paix par la filière suédoise. C’est Butler qui est chargé de la transmission. Il rencontre Prytz dans l’après-midi au ministère, quelques heures après le discours où Pétain invite ses compatriotes à « cesser le combat ». L’ambassadeur adresse le soir à son gouvernement un compte rendu qui a été, jusqu’en 1991, une des pièces les mieux gardées du dossier de la seconde guerre mondiale, même si des journaux suédois et anglais en ont vite deviné la teneur.

Le lieu de la rencontre n’est pas innocent : tous deux hommes d’affaires et mondains, les interlocuteurs ne manquaient pas d’endroits plus discrets. Mais on n’en est plus là. De nouveau, Halifax se découvre. Cadogan lui-même est informé puisque la comparaison de son journal imprimé avec le manuscrit, faite par John Costello, montre ce soir-là un cas de censure, tout à fait exceptionnel : le livre omet la phrase « H[alifax] est allé voir P[remier Ministre] au sujet de 684 ». À lui seul, l’usage d’un code montre que le sujet est brûlant. Halifax, donc, ne procède pas comme le 25 mai, il informe Churchill de ses démarches.

Les courts extraits cités par Costello montrent sans doute possible qu’il s’agissait de paix : « L’attitude officielle de la Grande-Bretagne s’en tient, pour le moment, à affirmer que la guerre doit se poursuivre » mais Butler a assuré qu’« aucune occasion de recherche d’une paix de compromis ne sera négligée si les conditions proposées sont raisonnables », ajoutant qu’on ne s’en laisserait pas conter, à cet égard, par les « jusqu’auboutistes ». Prytz lui-même, faisant état de contacts avec d’autres membres du gouvernement, écrit que « on s’attend à ce que, si la perspective de négociations se présente, autour du 28 juin, Halifax prenne la succession de Churchill. » Autre point fondamental, et plus inattendu : « L’Union soviétique jouerait un rôle plus important que les États-Unis au cas où des négociations seraient engagées85. » Ainsi, même les contacts avec Moscou, effectivement intensifiés au cours de cette période par les intermédiaires de Maisky et de Cripps, ne doivent pas être mis trop vite sur le compte d’une recherche de nouveaux concours pour prolonger la guerre. Halifax pro-soviétique, s’alliant avec le diable pour évincer Churchill au moment même où Staline étrangle les États baltes ? Là aussi après tout il ne fait que prolonger son jeu de la guerre de Finlande, lorsqu’il intriguait pour qu’on n’envoyât pas au petit pays un secours qui risquait de compliquer les rapports de l’Angleterre avec l’Allemagne. D’autre part, il faut toujours se souvenir que l’appeasement n’est pas une démission devant l’Allemagne mais une tentative d’endiguer ses progrès. À cet égard, le renforcement soviétique dans la zone séparant l’Allemagne de l’URSS est doublement profitable : il exaspère Hitler et rend urgente pour lui la paix occidentale, tout en accroissant les chances soviétiques de tenir longtemps en échec une attaque allemande.

Il faut revenir un instant sur l’ouvrage de John Charmley. Il reprend à l’usage de notre temps la thèse des appeasers de toutes nationalités suivant laquelle l’Occident aurait dû consacrer tous ses efforts à vaincre l’hitlérisme indirectement, par l’effet d’un choc germano-soviétique présumé fatal aux deux parties. On s’attendrait donc à ce qu’il présente une réhabilitation de Halifax, courageux champion de ces idées malgré sa prudence de langage, par exemple lorsque le 26 mai il dit devant le cabinet que l’Angleterre ne peut plus « infliger à l’Allemagne une défaite totale » et doit se contenter de sauvegarder son indépendance : traduction diplomatique de l’expression « mains libres à l’est ». Mais l’attente du lecteur est déçue : le secrétaire d’État aux Affaires étrangères est présenté par Charmley comme un brave benêt, un agneau sans tache victime de sa naïveté devant la mauvaise foi de Churchill, et de sa moindre éloquence. Sa conversation avec Bastianini est résumée sans commentaire et, comme elle n’est pas mise en rapport avec la séance où le cabinet lui avait donné un mandat tout autre, son caractère d’insurrection contre Churchill est estompé. Celui-ci a bien un rival prêt à prendre sa place mais il s’agit de Lloyd George. Sur l’entretien Butler-Prytz l’auteur joue les Ponce Pilate. Y a-t-il eu « initiative de paix soutenue par le Foreign Office » ? La chose « n’est pas claire » mais « une initiative aussi hardie ne serait pas dans le caractère de Halifax86 ». Voilà qui surprend : pour surcharger Dahlerus de missions secrètes, le secrétaire d’État aurait constamment forcé sa nature timorée ? Mais Charmley nous frustre de la démonstration : il ne fait pas la moindre allusion à l’homme d’affaires, ni à d’autres contacts du Foreign Office avec la Suède que celui du 17 juin. Quant au nom de Göring, il n’apparaît pas avant la page 526 et l’année 1943.

Ce 17 juin, veille de « l’heure la plus belle », est donc encore un candidat possible au concours de « l’heure la plus noire ». La malchance s’en mêle puisqu’une bombe allemande fait exploser devant Saint-Nazaire le paquebot Lancastria, bourré de soldats anglais. Les trois mille victimes sont purement et simplement dissimulées par la censure. « Les journaux ont suffisamment de catastrophes à se mettre sous la dent, du moins pour aujourd’hui », décide le premier ministre d’après ses propres mémoires87. Le cabinet de guerre aussi. L’observateur qui étudierait l’histoire au fur et à mesure et qui n’aurait sur les contemporains d’autre supériorité que de connaître les entretiens les plus secrets, se demanderait bien comment, cette fois, Churchill va s’en sortir.


1 Papiers secrets..., op. cit., p. 315-316.

2 In Reynaud, La France..., op. cit., p. 309.

3 The great Contemporaries, Clemenceau, op. cit., p. 264-265.

4 Cité par Reynaud, La France..., op. cit., p. 304-311.

5 Op. cit., p. 162-185.

6 Papiers secrets..., op. cit., p. 316.

7 L’appel, op. cit., t.1, p. 70.

8 Évelyne Demey, Paul Reynaud, mon père, Plon, 1980, p. 68.

9 La France..., op. cit., t.2, p. 264.

10 Papiers secrets..., op. cit., p. 316.

11 Op. cit., p. 72.

12 L’appel, op. cit., p. 58.

13 La France..., op. cit., t.2, p. 324.

14 Neuf mois au gouvernement, op. cit., p. 163, à la date du 13 juin.

15 Op. cit., p. 181-182.

16 La France..., op. cit., p. 319.

17 L’appel, op. cit., p. 57.

18 Lacouture, op. cit., p. 335.

19 Spears, op. cit., t.2, p. 252.

20 La chute..., op. cit., p. 192.

21 Cab 65/7 (n° 165), p. 295.

22 Papiers secrets..., op. cit., p. 431.

23 Lettres, notes et carnets, op. cit., t.2, p. 477-478.

24 L’appel, op. cit., p. 76.

25 Op. cit., p. 180.

26 SHAT, 27N5, dossier 2.

27 Rapport Brooke, London Gazette, 22 mai 1946, cité par Reynaud, La France..., op. cit., t.2, p. 398.

28 Cab 65/13 (n° 166), 14 juin, 12 h 30, p. 305.

29 Op. cit., p. 182.

30 In Reynaud, La France..., t.2, op. cit., p. 399.

31 La chute..., op. cit., p. 202.

32 Cab 65/7 (n° 167), 15 juin, 10 h 00, p. 305.

33 Alanbrooke, L’espoir change de camp, tr. fr. Plon, 1959, p. XXI.

34 Ibid., p. XIV-XV.

35 Ibid., p. 103-104.

36 Ibid., p. 115.

37 Ibid., p. 129.

38 Ibid., p. 112.

39 Cité par Martin Gilbert, op. cit., t.6, p. 358.

40 Op. cit., p. 165-191.

41 Cab 99/3, 14 juin, cité par Costello, op. cit., p. 392.

42 The Complete Correspondence, op. cit., t.1, p. 47.

43 Denise Artaud, op. cit., p. 100.

44 Ma croisade pour l’Angleterre, Perrin, 1992. Les Mémoires de sa mère contenaientdéjà des informations sur ce voyage : Comtesse Longworth Chambrun, Sans jeter l’ancre, Plon, 1953, p. 199-200.

45 Cité par Costello, op. cit., p. 398.

46 La France..., op. cit., p. 400.

47 Cab 65/13, p. 308-311.

48 Papiers secrets..., op. cit., p. 328-339.

49 La chute..., op. cit., p. 196.

50 Jean Monnet, Mémoires, Fayard, 1976, p. 20-30.

51 Op. cit., p. 299.

52 Par David Margesson dans la journée du 14 : Monnet, op. cit., p. 21.

53 Cf. Bell, « Prologue de Mers el-Kébir », RHDGM, n° 33, janvier 1959.

54 La chute..., op. cit., p. 186.

55 Ibid., p. 187.

56 La France..., op. cit., p. 347.

57 La chute..., op. cit., p. 193.

58 Papiers Le Luc, cités par Coutau-Bégarie et Huan, op. cit., p. 235.

59 Cinq mois tragiques..., op. cit., p. 36.

60 The Complete Correspondence, op. cit., t.1, p. 50.

61 Ibid., p. 52.

62 L’appel, op. cit., p. 61.

63 Cité par Benoist-Méchin, Soixante jours qui ébranlèrent l’Occident, Albin Michel, 1957, t.2, p. 234.

64 Cab 65/7 (n° 168), 16 juin, 10 h 15, p. 313.

65 Cab 65/13 (n° 168), p. 313-318.

66 Arch. Prem. 3/468, cité par Costello, op. cit., p. 399.

67 The Complete Correspondence, op. cit., p. 54.

68 Jean Monnet, op. cit., p. 25.

69 Cab 65/7 (n° 170), 17 juin, 11 h 30.

70 Lacouture, op. cit., p. 341.

71 Mémoires..., op. cit., p. 83.

72 Colville, op. cit., p. 194.

73 Op. cit., p. 428.

74 AN, 76 AP/22.

75 Textes dans Churchill, La chute..., op. cit., p. 217-218.

76 Cf. Chautemps, Cahiers secrets de l’armistice, p. 161.

77 La France..., op. cit., p. 363.

78 Pétain et Chautemps.

79 Paul Reynaud, mon père, op. cit., p. 81.

80 Cf. Simonnot, Le secret..., op. cit., p. 227-228.

81 Propos cités par Lacouture, op. cit., p. 342.

82 Leca, op. cit., p. 235 et Villelume, op. cit., p. 429.

83 Costello, op. cit., p. 428.

84 Op. cit., p. 629.

85 Ibid., p. 408.

86 Charmley, op. cit., p. 423.

87 La chute..., op. cit., p. 203.

Epilogue

[ Accueil ] [ Retour à l'article ]


Deprecated: Function ereg() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 37

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/inc-stats.php3 on line 55

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_meta.php3 on line 58

Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /home2/fbonnus/public_html/delpla.org/ecrire/inc_version.php3 on line 531