Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Dim Oct 22, 2017 2:29 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: Jeu Mai 17, 2012 5:15 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6665
A propos du livre Canaris. Le maitre espion de Hitler. Editions Perrin, février 2012. Article du site : http://www.delpla.org/article.php3?id_article=530

L'auteur, Eric Kerjean est un jeune chercheur comme il faut en souhaiter beaucoup à chaque discipline.

Il partage un curieux point commun avec Hugh Trevor-Roper, Allan Bullock et Ian Kershaw, trois spécialistes non point petits-, mais grands-bretons, qui ont, en leur temps, fait progresser l'étude de Hitler : avoir commencé leur carrière en étudiant de tout autres objets à de tout autres époques. Pour Kerjean c'est de l'empire romain qu'il s'agit, et des origines du christianisme.

Cf. cette interview : http://www.paperblog.fr/5515255/eric-ke ... e-canaris/

L'accueil de ce premier livre d'un jeune auteur par les médias, y compris internautiques, tient trop souvent du bizuthage (et je rejoins là-dessus l'avis d'une revenante nommée Ségolène Royal, suivant lequel tout bizuthage est à proscrire !).

Cependant Franck Ferrand (dans son émission d'Europe 1 "Au coeur de l'histoire"), là encore, a eu le bon réflexe -sauf en invitant, pour donner la réplique à Kerjean, Fabrice d'Almeida, bon sociologue des milieux dirigeants allemands sous le Troisième Reich mais moins bon connaisseur de ses services de renseignement... dont pendant toute l'émission il ne s'est pas aventuré à causer. Il a cantonné le propos à un moralisme assez basique, se demandant si, "comme Stauffenberg", Canaris n'avait pas fait de la résistance un peu tard. On peut écouter cela ici : http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=20&t=31120 . Il eût été plus intéressant de faire débattre Kerjean avec l'un de nos spécialistes des services secrets, comme Olivier Forcade ou Sébastien Laurent.

Dans Historia http://www.historia.fr/web/nos-critique ... 2012-78327 , le spécialiste maison du renseignement, Rémi Kaufer, passe lui aussi le plus possible entre les gouttes :

Citation:
L'amiral-mystère


Eric Kerjean noircit le tableau, déjà très sombre, de l'amiral Canaris, le chef des renseignements militaires du IIIe Reich. Sans apporter de pièces définitives à sa démonstration.

Wilhelm Canaris (1887-1945) fut à coup sûr un personnage ambigu. Jeune officier de marine, il trempe dans l'assassinat de Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, les fondateurs du Parti communiste allemand. Plein d'enthousiasme pour le programme hitlérien de "renaissance allemande", ce nationaliste de choc rallie le nouveau régime au point d'être nommé chef des services secrets militaires, l'Abwehr. Décisif dans le soutien allemand à Franco (un épisode que Kerjean évoque à peine), Canaris entre ensuite en contact avec l'opposition antinazie dont il tolère la présence au sein-même de l'Abwehr. Arrêté à la suite du coup manqué contre Hitler du 20 juillet 1944, l'amiral sera assassiné en camp de concentration. Pour Kerjean, qui prend le contrepied des historiens allemands tels Heinz Höhne, Canaris n'aurait été qu'un agent nazi chargé d'espionner l'opposition. Une thèse renversante mais trop peu étayée pour emporter la conviction. Les liens de l'amiral avec les numéros 1 et 2 de la SS Heinrich Himmler et Reinhard Heydrich ? Bien connus, ils reposaient semble t-il beaucoup plus sur le chantage mutuel que sur une vulgaire subordination. Son rôle direct dans l'échec des attentats de 1944 contre Hitler ? Même surprenantes, quelques coïncidences ne suffisent pas à le prouver, sauf à instruire le dossier Canaris à charge seulement ce qui est un peu le cas ici. Un chef de l'Abwehr dont les activités de renseignement ne sont, paradoxe, presque jamais évoquées dans cette ébauche de biographie.


Mais le record absolu du rejet mal motivé est atteint par Pierre Jardin http://a-lire.info/canaris.html, dont on se demande s'il a vraiment lu l'ouvrage, pourtant assez court. Le site de critiques de livre "a-lire.info" se donne l'originalité de publier en même temps une autre recension non signée et en partie contradictoire (proche de la démarche agnostique de Kaufer : http://a-lire.info/kerjean_canaris.html) et, ayant reçu de moi une protestation, l'élégance de mettre un lien vers mon analyse.

Sur laquelle on trouvera un complément ici : http://www.empereurperdu.com/tribunehis ... 533#p11533

Kerjean nous donne là, avant tout, un grand livre sur Hitler... mais ne développe pas beaucoup cette dimension de son sujet. Nous pourrons donc y aider dans le présent fil.

Je partirai de cette affirmation-interrogation un rien dubitative de Kaufer
Citation:
Les liens de l'amiral avec les numéros 1 et 2 de la SS Heinrich Himmler et Reinhard Heydrich ? Bien connus, ils reposaient semble t-il beaucoup plus sur le chantage mutuel que sur une vulgaire subordination.


Quel virus pousse donc les critiques déconcertés, mais pressés par leur rédac-chef de remettre dix lignes pour une date-butoir, à prétendre que la nouveauté n'est pas si nouvelle ? Mieux vaudrait dans certains cas une diversion sur la culture des petits pois dans le Bas-Languedoc en 1750...

Kerjean dit précisément des choses totalement neuves sur un quatuor qu'il est le premier à repérer, formé de Hitler, Himmler, Heydrich et Canaris -à ceci près qu'il s'agit plutôt d'un trio, Himmler prenant le relais de Canaris après la mort de Heydrich. Et il a surtout le mérite de mettre en lumière le lien Heydrich-Canaris, en tirant parti pour la première fois d'une révélation discrètement mise sur le marché en 1976 (par les mémoires de la veuve, Lina Heydrich) : les deux hommes habitaient avant 1937 des appartements dans la même rue berlinoise, puis à partir de 1937 des pavillons voisins, dont les jardins étaient contigus ! De quoi transmettre par un circuit des plus courts les volontés de Hitler à Canaris, et les informations que celui-ci souhaitait communiquer à son chef d'armée et d'Etat, sans laisser de traces. De quoi aussi, bien sûr, organiser la coopération la plus étroite, sous le brouillard d'une rivalité affichée, entre l'Abwehr (service de renseignements commun à toutes les forces armées, offert brusquement à Canaris après une carrière dans des échelons très inférieurs, le 1er janvier 1935) et les SS, ou plus précisément le SD, fondé par Heydrich en 1931.

Les résistants d'aujourd'hui (à la nouveauté) reprochent à Kerjean de manquer de preuves... sans s'aviser qu'il prouve au moins avec éclat et sans discussion possible une chose : l'inexistence absolue de preuves de ce qu'ils avancent, eux (par exemple le fait que, selon Kaufer, les relations Abwehr-SD reposaient "beaucoup plus sur le chantage mutuel que sur une vulgaire subordination" -une subordination qui, selon Kerjean, n'avait précisément rien de vulgaire). Ils tombent à pieds joints dans ce péché contre l'esprit, déjà dénoncé dans l'Antiquité : prétendre que la nouveauté devrait être prouvée alors que la tradition pourrait s'en dispenser. Comme si, en toute science, chaque découverte ne remettait pas TOUT en jeu, et n'imposait pas, non certes de faire table rase, mais d'inspecter scrupuleusement le paysage, pour déterminer ce qui reste intact et ce qui doit être corrigé.

Si paradoxe il y a dans l'idée que Hitler contrôlait ses services de renseignement militaires en ayant placé à leur tête un homme très sûr, c'est très certainement "doxe" qui se trompe ! Car il serait cent fois plus paradoxal encore qu'un dictateur ayant négligé cette précaution ait tenu sous son joug, fût-ce brièvement, le continent européen.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu Jan 17, 2013 3:28 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6665
Un échange édifiant avec un historien sceptique et pugnace : http://www.amazon.fr/review/R33HMDPCBVO ... hisHelpful .


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu Jan 17, 2013 7:20 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Je voudrais bien répondre mais je crains d'offenser.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu Jan 17, 2013 7:33 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6665
début de lucidité ?

il convient de transformer l'essai, en apprenant à ne traiter que des points d'histoire; avec un peu d'entraînement, il ne te viendra même plus à l'esprit d'e traîner dans la boue les porteurs d'interprétations différentes.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla