Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Mer Nov 25, 2020 11:34 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Qui est responsable de l'OAS ?
MessagePosté: Ven Juin 12, 2009 2:23 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
La réponse est évidente: De Gaulle et lui seul !

Bien sur on va tout de suite s'esclaffer en disant que "la colère me fait délirer"... Après 47 ans, non. Ou alors je serais depuis longtemps dans un asile psychiatrique.
Non. Et il est facile de le démontrer.

De Gaulle après avoir affirmé devant les officiers de l'armée française, devant les musulmans francophiles, devant les pieds noirs, devant les caméras et micros du monde entier, qu'il ne traiterait jamais avec "le terrorisme FLN", que "lui vivant, jamais le drapeau FLN ne flotterait sur Alger"... en arrive à désigner ce même FLN -qui n'a pas changé- d'interlocuteur valable et pire de "seul" interlocuteur valable !
Les élus des départements français d'Algérie ? Les anciens combattants (c'est le plus important "parti" des Français d'Algérie) ? Les personnalités représentatives de la société algérienne ? Les autres partis autonomistes (comme le MNA) ? Non. Seul le GPRA, donc le FLN, sera consulté et on ne négociera qu'avec lui, quoi ? L'indépendance de l'Algérie ! Car c'est bien de celà dont il s'agit, et non pas des conditions d'une rédition.

Le FLN qui s'impose par la terreur la plus abjecte depuis 1954, est donc désigné comme seul négociateur représentant de tous les Algériens !

En 1961, quelle est donc l'idée qui s'impose à tous les exclus ?

Que pour être entendu par De Gaulle, il faut aussi se servir du terrorisme ! CQFD !

Ah oui ! Ces exclus sont des gens... civilisés ! En l'occurence, ils ne devraient pas agir comme les... sauvages d'en face (avec qui on discute...) Justement. Comme ils sont "civilisés", ils n'égorgent pas, ils ne tuent pas les nouveaux-nés en leur fracassant le crâne contre les murs... ils tuent UN commissaire de police dans l'exercice de ses fonctions ! Les voyous !

Alors Delpla ? Alors Laurent ? On commence à comprendre ?

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven Juin 12, 2009 4:03 pm 
Hors ligne

Inscription: Ven Fév 23, 2007 4:56 pm
Messages: 256
Localisation: Région Parisienne
Ce que vous dites est parfaitement exact, et je n'ai pas vu ici quiconque le nier.

Je pense que tous seront d'accord sur la différence entre la gravité (l'atrocité) des actes commis par certains Algériens, couverts par le FLN, et l'OAS.

Néanmoins, le problème a été résumé justement ailleurs: que pouvait faire De Gaulle?

- il n'était pas possible d'éviter de négocier avec le FLN. Quand on veut faire la paix, on est obligé d'écraser son adversaire, ou de discuter avec lui. Quelque soit son comportement, ses idées ou tout autre jugement que l'on puisse faire. Faute de pouvoir l'écraser, le Général choisit la seconde solution.

- avec une radicalisation comme celle créée par la guerre d'Algérie, toute solution, vue du côté Français, ne peut être que mauvaise. Si le FLN peut être contenu ou réduit militairement à court terme, il ne peut être vaincu à moyen terme: la guerre est perdue, pour la France.

- une boutade: faute de solution militaire, le Général demande un armistice.

Cela laisse des questions: De Gaulle pouvait-il obtenir mieux? A-t-il "trahi" en promettant l'AF? Que sais-je encore...

C'est sur ces questions que vos commentaires sont intéressants.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven Juin 12, 2009 7:08 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
Thierry Decool a écrit:
Ce que vous dites est parfaitement exact, et je n'ai pas vu ici quiconque le nier.

Je pense que tous seront d'accord sur la différence entre la gravité (l'atrocité) des actes commis par certains Algériens, couverts par le FLN, et l'OAS.

Néanmoins, le problème a été résumé justement ailleurs: que pouvait faire De Gaulle?

- il n'était pas possible d'éviter de négocier avec le FLN. Quand on veut faire la paix, on est obligé d'écraser son adversaire, ou de discuter avec lui. Quelque soit son comportement, ses idées ou tout autre jugement que l'on puisse faire. Faute de pouvoir l'écraser, le Général choisit la seconde solution.

Cher ami, en 1959, le "Plan Challe" en avait pratiquement terminé avec le FLN et les "commandos de chasse" achevaient d'exploser les dernières katibas. Le nombre de ralliement était important et l'affaire Si Sallah a démontré que les willayas de l'intérieur étaient prêtes à accepter la "Paix des Braves". C'était là qu'il fallait "discuter" ! En engageant parallèlement les réformes attendues. De Gaulle, en chosissant le "GPRA" qui se trouvait à ce moment là complètement déconnecté de la rébellion intérieure, a tout flanqué en l'air !

- avec une radicalisation comme celle créée par la guerre d'Algérie, toute solution, vue du côté Français, ne peut être que mauvaise. Si le FLN peut être contenu ou réduit militairement à court terme, il ne peut être vaincu à moyen terme: la guerre est perdue, pour la France.

Non ! C'est mal connaître les réalités du terrain et le type de conflit. Les Algériens font confiance aux officiers français et à l'armée française, parcequ'ils les protègent des "égorgeurs" et des "racketteurs" du FLN, et qu'ils sont pour eux les garants d'un changement radical dans les rapports franco-algériens locaux. La rébellion ayant perdu ses raisons d'être, la population est prête à suivre la France !

- une boutade: faute de solution militaire, le Général demande un armistice.

Cela laisse des questions: De Gaulle pouvait-il obtenir mieux? A-t-il "trahi" en promettant l'AF? Que sais-je encore...

Il ne voulait pas obtenir mieux ! Dès son arrivée au pouvoir il était décidé à se débarasser du "boulet algérien", et quelqu'en soit le prix ! C'est ce qui change la donne !

C'est sur ces questions que vos commentaires sont intéressants.

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Juil 28, 2009 7:53 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
J'ai dit que LE responsable de l'OAS ne pouvait être que De Gaulle Charles lui-même.
Mais je voudrai aussi parler de cette "affaire Kempski" qui permit le limogeage du général Massu, dernier "pilier" du 13 mai 1958 à Alger. Mais pas seulement celà; il est le vainqueur de la "Bataille d'Alger", le symbole incarné de cette Algérie française "nouvelle". A ce titre il est devenu l'ennemi désigné du parti communiste français et des progressistes, l'homme de "La torture".
Le 18 janvier 1960, le général Massu accorde une interview -lui qui n'en accorde jamais- à un journaliste allemand du nom de Kempski dont il n'a jamais entendu parler et qu'il ne connait pas. Mais le général Challe, Commandant en Chef, lui a recommandé de le recevoir. Comment n'aurait-il pas confiance ?
Il apparait que Kempski a lui-même été introduit auprès de Challe par un "haut personnage" du Quai d'Orsay. Pour qui sait que De Gaulle Charles ne pardonne pas certaines erreurs, il est évident que ce "haut personnage" savait que son initiative ne lui vaudrait pas les foudres du Monocrate de l'Elysée.
Kempski, ancien parachutiste de l'Afrika Korps est aux gages d'un certain Friedman* qui entretient des rapports excellents avec Moscou (basé en RDA) mais aussi avec les USA. C'est d'ailleurs un des tous premiers personnages de l'Ambassade Américaine à Paris qui l'a présenté à un officier français de haut rang "proche" du Ministère des Affaire étrangères, lequel officier l'a même amené dans son avion à Alger pour y rencontrer Massu...
Qui aurait l'esprit assez mal fait pour voir dans tout celà l'ombre d'une provocation ?
C'est pourtant cette interview "diabolique"** qui va servir de prétexte au rappel de Massu dès le lendemain de sa parution. On ne craint pas dans les officines gaullistes d'utiliser les services des Allemands (de l'est) pour faire échec aux nationaux français qu'on qualifie par ailleurs d'hitlériens !
Dès le 22 janvier l'atmosphère est tendue. Que prépare le gouvernement ? Il faut saisir à Alger l'Aurore et Paris-Jour. Trente-six reporters (qui n'ont pas la chance de Kempski) qui ont demandé leur autorisation de gagner l'Algérie se voient refuser l'embarquement.
Le 23, le Bachaga Boualam, Vice-Président de l'Assemblée Nationale remet au Délégué Général Paul Delouvrier, au nom des parlementaires de l'Algérie, un texte de protestation contre la politique illégale et illégitime du gouvernement. Il prévient que la foule veut manifester à Alger. Delouvrier répond qu'il s'y opposera et qu'au besoin il donnera l'ordre de tirer...

* Président Directeur du Süddeutsche Zeitung

** qui parait, chose étonnante à l'époque, dès le lendemain et est reprise immédiatement par la presse métropolitaine. Massu déclarant avec son franc-parler qu'il n'est plus d'accord avec la politique de De Gaulle Charles...

Source: Paul Ribeaud, "Barricades pour un drapeau". Ed La Table Ronde. 1960.

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Juil 28, 2009 10:05 am 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Evidemment, de Gaulle est responsable de l'apparition de l'OAS. Plus exactement, sa politique en est la cause. Mais il me semble que les chefs de l'OAS ont été quelque peu naïfs. Dans un premier temps, ils ont crû pouvoir contraindre de Gaulle à abandonner ses objectifs, tout comme Challe l'a essayé lors du putsch. C'était mal connaître de Gaulle.

Dès le début, ils devaient éliminer de Gaulle. C'était la seule solution. Ils ont tardé à choisir cette voie et s'y sont mal pris. Bien entendu, l'attentat du Petit-Clamard était inutile et même dangereux. On aurait compris qu'il soit organisé durant l'année 1960. Après, cela n'avait plus de sens...

Qui aurait été élu à sa place en 1960 ? Pinay, sans-doute. Enfin, on ne refait pas l'histoire...

Je tiens à préciser que je n'approuve nullement la volonté d'éliminer de Gaulle formulée par certains. Mais je constate que c'était dans la logique des partisans de l'Algérie Française. Et j'observe qu'ils s'y sont pris trop tard et bien mal...

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Juil 28, 2009 3:12 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
Là je suis tout à fait d'accord avec toi ! Le combat pour l'Algérie française, c'était à Paris qu'il fallait le gagner, pas à Alger. Et au besoin en "éliminant" De Gaulle Charles.
Même Bastien-Thiry ne voulait pas le tuer. N'oublions pas que l'objectif des conjurés du Petit-Clamart était d'enlever le général et de s'en servir comme d'un otage. Puisque l'indépendance de l'Algérie était consommée. Jean Bastien-Thiry avait d'ailleurs recommandé qu'on lui enlève ses bretelles pour l'empêcher de s'enfuir...

Maintenant, et avec le recul, on se rend bien compte que tuer De Gaulle Charles n'aurait pas été une bonne solution. C'eut été une solution désespérée qui aurait dressé les Français définitivement contre les partisans de l'AF ! Mais, il est incontestable que pour nous, c'était l'homme à abattre ! A défaut, on aurait pu lui faire subir ce qu'il a fait subir à Philippe Pétain... Au moins ça !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Juil 28, 2009 10:44 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
kimono55 a écrit:
Maintenant, et avec le recul, on se rend bien compte que tuer De Gaulle Charles n'aurait pas été une bonne solution. C'eut été une solution désespérée qui aurait dressé les Français définitivement contre les partisans de l'AF ! Mais, il est incontestable que pour nous, c'était l'homme à abattre ! A défaut, on aurait pu lui faire subir ce qu'il a fait subir à Philippe Pétain... Au moins ça !


Mais alors, c'est reconnaître que le combat pour l'AF était vain ! Il était donc inutile de l'entamer... C'est un drôle d'aveu, Kimono... Même si je vous félicite pour l'avoir exprimé.

Moi, je me demande si de Gaulle n'était pas un fin lecteur de Charles de Foucauld...

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Juil 29, 2009 8:47 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
Roy-Henry a écrit:
kimono55 a écrit:
Maintenant, et avec le recul, on se rend bien compte que tuer De Gaulle Charles n'aurait pas été une bonne solution. C'eut été une solution désespérée qui aurait dressé les Français définitivement contre les partisans de l'AF ! Mais, il est incontestable que pour nous, c'était l'homme à abattre ! A défaut, on aurait pu lui faire subir ce qu'il a fait subir à Philippe Pétain... Au moins ça !


Mais alors, c'est reconnaître que le combat pour l'AF était vain ! Il était donc inutile de l'entamer... C'est un drôle d'aveu, Kimono... Même si je vous félicite pour l'avoir exprimé.

Moi, je me demande si de Gaulle n'était pas un fin lecteur de Charles de Foucauld...


Attention ! Nous sommes dans les derniers mois de l'Algérie française ! Pour nous (enfin pour les gens qui se battaient encore) l'Algérie française, De Gaulle l'avait mise à mal dès septembre 1959 avec son discours sur l'autodétermination. Nous pensions donc que renverser De Gaulle et son gouvernement pourrait encore sauver les meubles.
Pour ma part, j'ai pensé, après l'effondrement du putsch, que nous devions surtout empêcher le FLN de s'emparer de notre pays, l'Algérie. Qu'il nous appartenait, autant qu'aux "indigènes". Nous y avions nos racines, nos raisons de vivre. Donc le combat "pour l'Algérie française" avait changé d'âme. Il n'était plus le combat pour l'Algérie "province, région, de France", mais pour une Algérie calquée sur le modèle français, quelque soit son statut.
C'est là qu'on voit qu'écrire l'histoire "à postériori" est une mauvaise façon d'écrire l'histoire. Ce que nous pensions en 58, en 60 ou en 62, bien sur que ce n'est plus ce que nous pouvons en penser en 2009 !
Lorsqu'on voit l'état de l'Algérie aujourd'hui... Quel gâchis !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Aoû 02, 2009 10:05 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Le Maréchal Juin, le 2 juillet 1962, aurait déclaré :

"Que les Français, en grande majorité, aient par référendum, confirmé, approuvé l'abandon de l'Algérie, ce morceau de la France, trahie et livrée à l'ennemi, qu'ils aient été ainsi complices du pillage, de la ruine et du massacre des Français d'Algérie, de leurs familles, de nos frères musulmans, de nos anciens soldats qui avaient une confiance totale en nous et ont été torturés, égorgés dans des conditions abominables, sans que rien n'ait été fait pour les protéger : cela je ne le pardonnerai jamais à mes compatriotes. La France est en état de péché mortel. Elle connaîtra un jour le châtiment."

Quelqu'un aurait-il une référence certaine ?

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Aoû 03, 2009 12:31 pm 
Hors ligne

Inscription: Jeu Avr 30, 2009 5:25 pm
Messages: 267
Localisation: environs de Perpignan
Le dernier texte du Maréchal Juin aurait paru dans le n°1 d'Avril (la date aurait pu être mieux choisie) 1962 dans le revue Le Spectacle du Monde .
Je chercherai mais je crois que ma collection de cette revue commence en 1963...

_________________
Bezsonov


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Aoû 03, 2009 12:33 pm 
Hors ligne

Inscription: Jeu Avr 30, 2009 5:25 pm
Messages: 267
Localisation: environs de Perpignan
Pardon, son dernier texte écrit date du 1/04/1962 et votre déclaration est postérieure.

_________________
Bezsonov


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Aoû 04, 2009 9:03 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
Il s'agit peut-être de la parution tardive de cette déclaration. Mais je l'ai bien lue ! Et je peux donc confirmer qu'il s'agit bien d'une déclaration du Maréchal qui est décédé le 27 janvier 1967 au Val de Grâce.

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla