Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Mer Avr 01, 2020 8:38 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 112 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Sam Mar 04, 2017 4:09 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Généralement on retient de la politique étrangère de Hitler son extrême brutalité, les multiples agressions (Autriche, Tchecoslovaquie, Pologne...) en omettant que systématiquement cela s'accompagne d'actions diplomatiques visant à manipuler les adversaires comme les alliés, y compris son propre appareil politique et militaire. Il en résulte une multitude de plans, d'objectifs, de paroles rapportées en apparence contradictoires mais qui traduisent comment Hitler adapte en permanence son discours en fonction de son interlocuteur et de l'évolution de la situation.
Des documents laissent à penser qu'Initialement Hitler espérait une campagne rapide à l'Ouest avec une victoire sur la France et conclure la paix avec l'Angleterre pour attaquer dès 1940 l'URSS de façon limitée, en s'emparant de l'Ukraine et du Caucase, pour leurs ressources économiques. N'ayant pu obtenir la paix à l'Ouest il retarda son attaque de l'URSS mais choisit une offensive générale pour décourager les USA d'apporter leur soutien à l'Angleterre et amener cette dernière à signer la paix. Les projets et la préparation du débarquement en Angleterre n'auraient servis qu'à intimider ses adversaires et manipuler le commandement militaire allemand. L'entrée en guerre du Japon était également une carte maitresse pour Hitler, cependant les Japonais n'entendaient pas se laisser manipuler et comptaient agir au moment et en fonction de leurs propres intérêts


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam Mar 04, 2017 7:12 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
Je n'ai qu'un point de divergence.

Après la victoire sur la France et la paix générale qui l'aurait suivie si Chamberlain avait gouverné dix jours de plus (du moins le prudent et habile conquérant avait de bonnes raisons de le supposer), rien ne dit qu'il se serait précipité sur l'URSS dès 1940 pour lui arracher la Biélorusse et l'Ukraine -ce qui se déduit de vos propos lorsque vous écrivez qu'il a retardé son attaque.

Je le vois au contraire reprendre ses poses pacifistes en disant que l'insolence polonaise soutenue par les Juifs de Paris et de Londres l'avait contraint à une démonstration militaire. Il aurait fait une pause pour consolider sa situation et rendormir la méfiance, après quoi il pouvait faire monter des crises avec Staline en le mettant dans son tort. Il disposait pour cela de plusieurs années, si on considère qu'il avait commencé la guerre à 50 ans en arguant qu'à 60 il serait trop vieux.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Mar 05, 2017 5:03 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Il est probable que les plans d'attaque de l'URSS en 1940 n'ont été que théoriques mais les préparatifs pour Barbarossa qui ont commencé dès juillet 1940 ont pu faire croire à l'iminence de l'attaque. Plusieurs renseignements en ce sens ont été reccueillis, notamment deux qui me paraissent intéressantes:
-dans une note du NKVD du 6 juin 1940 informant d'une tentative de paix séparée avec la France pour pouvoir attaquer l'URSS la même année.
- le 7 aout 1940 l'Envoyé de l'Angleterre en URSS Cripps qui tente de serapprocher des Soviétiques informe Molotov que le Gouvernement Anglais a refusé une offre de paix allemande nonpas qu'elle était innaceptable mais au motif que son but réel était suspect, probablement pour mener une offensive "dans une autre direction avant la survenue de l'hiver".

ci dessous les traductions issues des documents soviétiques déclassifiés:

DOCUMENT N°1
Information en provenance de Sofia de Dergachev sur les tentatives de l'Allemagne pour conclure une paix séparée avec la France pour pouvoir attaquer l'URSS
06.06.1940
TRES SECRET IMPORTANCE PARTICULIERE
URGENT
Au Commandant du 5eme Bureau
Le 5 juin une source a porté à notre connaissance le plan des allemands issu de sources sûres, qui est le suivant:
L'Allemagne s'efforce de conclure une paix séparée avec la France par l'intermédiaire des Italiens et pour cela les menaces par la voie de la guerre doivent conduire à la paix. Après la conclusion de la Paix l'Allemagne dans un très proche avenir (pas plus d'un ou deux mois) mettra son Armée en ordre pour attaquer par surprise, en commun avec l'Italie et le Japon, l'URSS de façon à anéantir le communisme et imposer le fascisme. Allemands et Italiens mènent de toutes leurs forces une "propagande sousterraine". L'idée est que l'URSS n'a pas le droit d'influer sur les Balkans qui sont réservés à l'Allemagne et l'Italie. La source garantit la véracité de ces informations et demande de les transmettre à notre gouvernement
Publié par les IZVESTIYA CC PCURSS 1990 N°3 p.220


DOCUMENT N°2
Conversation du Commissaire du Peuple aux Affaires étrangères de L'URSS V. M. MOLOTOV avec l'Ambassadeur de Grande-Bretagne en URSS, R. S. CRIPPS.
07.08.1940
CRIPPS a déclaré être en possession d'information confidentielles de son gouvernement comme quoi ces derniers temps Hitler avait transmis de manière non-officielle au gouvernement britannique une proposition de paix. Le gouvernement a rejeté ces propositions au vu que leur but ne paraissait pas clair et contraire à la teneur des discussions. Le gouvernement britannique est amené à penser qu'il s'agit de tentatives pour avoir les mains libres à l'Ouest afin d'entreprendre une attaque dans une autre direction avant la survenue de l'hiver.
Ensuite Cripps a ajouté, que de son point de vue personnel, le gouvernement considère qu'il s'agit de quelque chose de grande valeur et particulièrement important pour le gouvernement soviétique.Le gouvernement soviétique sera en mesure de résoudre les questions de politiques étrangères et de ses relations internationales. Aucun gouvernement ne devrait ignorer une telle proposition représentant une telle valeur.
Puis Cripps a déclaré qu'il est bien connu en Grande-Bretagne qu'il y a eu un Pacte à quatre avec la Grande-Bretagne, l'Italie, l'Allemagne et la France mais sans l'Union Soviétique. Cette politique appartient au passé et ne correspond plus à la politique de notre gouvernement. La véritable politique du Gouvernement actuel vise à un rapprochement avec l'URSS. En observant l'aspect politique qui permette des négociations commerciales, on ne peut pas dire que l'Union Soviétique adopte une attitude conciliante. Cela pourrait conduire à ce qu'en Angleterre gagne le courant évoqué plus haut qui [ne veut pas] d'un rapprochement avec l'URSS.
Cripps a ensuite parlé de la politique de l'Union Soviétique qui joue un rôle tout à fait important dans la politique du gouvernement anglais. La politique de l'Union Soviétique est un facteur majeur pour la politique étrangère de tous les pays. Le gouvernement anglais se préoccuppe grandement de sa relation avec l'Union Soviétique. Cripps a dit comptendre, et le gouvernement anglais comprend également, qu'actuellement l'Union Soviétique se tient à une politique de neutralité. Cependant dans les faits la neutralité n'est souhaitée que par un seul côté alors que l'autre partie est favorable à ce soit mis un terme à cette neutralité.On ne peut appeler cela une stricte neutralité.
Etant toujours partisan de bonnes relations de l'Angleterre avec l'URSS, Cripps a déclaré que son gouvernement partageait entièrement son point de vue, mais que le partage désiquilibré de la bienveillance pouvait conduire à rendre impossible une amélioration des relations entre l'URSS et l'Angleterre. C'est pour cela que Cripps a demandé si le Gouvernement Anglais pouvait espérer quelques pas significatifs dans la direction du développement et de l'amélioration des relations entre les deux pays. Cripps a ajouté qu'il n'avait pas d'information sur le futur de cette question, notamment le maintien d'un rapprochement entre les pays, mais il a fait remarquer que si rien n'était entrepris pour un rapprochement cela provoquerait de la déception en Angleterre.
Cripps ensuite est passé aux questions des négociations commerciales qui apparaît tout à fait d'actualité et intérêssant beaucoup de monde en Angleterre. Le Gouvernement Anglais est vraiment intérêssé par la position du Gouvernement Soviétique pour résoudre les questions du domaine de la politique étrangère et du commerce et a besoin de commaîte le point de vue du Gouvernement Soviétique s'il souhaite toujours poursuivre les discussions commerciales. oncernant le déroulement des négociations commerciales Cripps a dit que Londres avait fait un pas pour résoudre la question des négociations commerciales et qu'il avait été déigné pour cela comme Envoyé en URSS. Trois jours après son arrivée il avait présenté une proposition du Gouvernement Anglais, le Camarade Mikoyan avait promis d'y répondre mais au bout de huit semaines il n'y avait eu ni réponse ni explication du du Gouvernement Soviétique pour expliquer sa position concernant les négociations commerciales.Il faut bien voir qu'il est impossible de déterminer si le Gouvernement Soviétique souhaite poursuivre ces négociations.Tant que cette question n'est pas résolue le Gouvernement Britannique est dans l'impossibilité d'étudier la question de l'exportation de ses matières premières.
Cripps a souhaité entendre une déclaration franche concernant les négocations commerciales comme la conduite de ces négociations. Bien entendu cela n'a de sens que si on parvient à un résultat. Si le Gouvernement Soviétique juge qu'il faut retarder de quelques mois l'étude de cette question il faut faire une décl aration dès à présent pour que Cripps en informe le Gouvernement Anglais. Là dessus Cripps a clos ses déclarations sur ces deux sujets.
Le Camarade Molotov a déclaré à Cripps qu'en ce qui concerne les relations de l'URSS avec la Grande-Bretagne et l'Allemagne le Camarade Staline s'était exprimé de façon claire. Le Camarade Molotov a ensuité déclaré que de son point de vue la politique de neutralité de l'Union Soviétique n'était pas sur le même plan avec l'Allemagne et l'Angleterre. L'allemagne et l'URSS ont un pacte de non-agression qui compte beaucoup pour l'URSS. L'ANgleterre et l'URSS n'ont pas un tel pacte. On ne peut que constater qu'il y a une différence entre les relations de l'URSS avec l'Angleterre et avec l'Allemagne.
Cripps a interrompu le Camarade Molotov pour lui demander s'il lui était possible de signer avec l'Angleterre un Pacte identique à celui signé avec l'Allemagne. Le Camarade Molotov a répondu qu'il ne faisait que constater la situation. La question ne se posait pas de la façon dont l'avait fait Cripps. Si les négociations qu'avait mené l'URSS l'année dernière n'avaitent pas donné les résultats escomptés, ce n'était pas l'Union Soviétique qui était fautive. Pour parler de nos relations avec l'Allemagne il fallait remarquer qu'en lien avec la signature l'année dernière d'un Pacte de Non-Agression l'Union Soviétique avait pu s'entendre avec l'Allemagne sur des questions de politique étrangère comme par exemple les intérêts de l'Union Soviétique dans l'Ouest de l'Ukraine et de la Bielorussie.s
.Le Camarade Molotov a déclaré qu'il ne s'agissait pas que d'un papier entre l'URSS et l'Allemagne mais qu'ils avaient pu expérimenter que la conclusion de ce pacte avait permis de résoudre de nombreuses questions. Ce Pacte défend les intérêts de l'URSS par le biais d'accords appropriés.Il ne faut pas fermer les yeux, il n'existent pas de tels arrangements entre l'URSS et l'Angleterre. En ce qui concerne les relations commerciales le Camarade Molotov a déclaré que le Camarade Staline les avait évoqué la dernière fois. L'Union Soviétique a signé des accords commerciaux très significatifs avec l'Allemagne. Come il l'a été exprimé la dernière fois l'Union Soviétique reçoit d'Allemagne des véhicules, de l'armement et en retour exporte diverses matières premières en Allemagne qui lui sont nécessaires pour son économie. La résolution de ces questions sont d'un intérêt vital satisfont les deux parties.
Il en va tout autrement dans la relation entre l'Union Soviétique et l'Angleterre. Il y a beaucoup de cas où les commandes passées ne sont pas honorées. Si l'on regarde bien ces faits dans la situation actuelle, la différence dans les relations de l'Union Soviétique avec l'Angleterre et l'Allemagne sont évidentes. Cependant le Camarade Molotov a dit que l'on peut reconnaître, et le gouvernement soviétique le reconnaît, qu'il est possible de parvenir à une amélioration des relations commerciales entre l'Union Soviétique et l'Angleterre comme l'a dit lui^même Cripps. il faut démarrer des négociations commerciales. Le Gouvernement Soviétique a parfaitement compris [le sens de] la nomination de Cripps comme Envoyé à Moscou. L'attitude du Gouvernement Soviétique envers des négociations commerciales sont toujours pareilles bien que les faits montrent que les relations Soviéto-Allemandes sont beaucoup plus positives que les relations Soviéto-Anglaises. La situation géographique joue également un grand rôle vu que l'Allemagne et l'Union Soviétique partagent une frontière commune.tandis qu'il y a un obstacle insurmontable entre l'Angleterre et l'Union Soviétique. Autrement le Camarade Molotov a soulevé le fait que l'Angleterre bloque l'or des pays baltes nuit aux intérêts de l'Union Soviétique, ce qui ne favorise pas le développement des relations entre les deux pays dans la bonne direction.
Le Camarade Molotov a félicité Cripps pour son intervention et le contenu de son intervention. En ce qui concerne les perspectives de développement futur des relations entre les pays, ilne pense pas que quoique ce soitpuisse intervenir qui mènetà la rupture du Pacte entre l'Allemagne et l'Union Soviétique.
En ce qui concerne les relations économiques entre pays que Mr Cripps a évoqué, cette question pourrait connaître un développement favorable si l'Angleterre faisait preuve de bienveillance de son côté. La question se résoudra pardes intérêts mutuels, tant pour l'Union Soviétique, que pour l'Angleterre. Cripps a éxprimé que rien ne pourra être fait pour l'amélioration des relations si une réponse n'est pas faite dans les huit semaines. Le Camarade Molotov a répondu qu'au lieu de cela il pourrait y avaoir une surprise du côté de l'Angleterre comme par exemple l'affaire de l'or des pays baltes. .Cripps a déclaré qu'en raison de l'absence de réponse au bout d'unelongue période leGouvernement Anglais avait pensé que le Gouvernement Soviétique ne souhaitait pas une amélioration des relations mais sans tenir compte de cela, l'Angleterre pouvait améliorer les relations entre l'Angleterre et l'URSS.
Cripps a éxprimé sa satisfaction des déclarations du Camarade Molotov et a demandé s'il pouvait transmettre au Gouvernement Anglais si l'on pouvait espérer que du côté de l'URSS il y avait le souhait de reprendre dans un avenir prôche les négociations. En cequi concerne l'affaire de l'or Cripps a fait remarquer qu'à ce qu'il en sait, cette question est traitée par Mayskiy à Londres et qu'il serait bien que le Camarade Molotov donne des instructions à Mayskiy se montrer plus actif. Cripps a tenté de présenter la situation que s'il y avait un geste de bonne volonté de la par du Gouvernement Soviétique cela permettrait de résoudre plus rapidement la question de l'or balte pour laquelle Mayskiy mène des négociations à Londres.
Le Camarade Molotov a exprimé qu'il était impossible de lier ces deux questions présentées de cette manière, ce qui serait une offense dedevoir faire des concessions pour la faute d'un autre.
En conclusion de la conversation Cripps a déclaré s'être beaucoup occupé ces derniers temps de la question de l'attitude turque et qu'il viendrait très prochainement informer le Camarade Molotov.
Conversation retranscripte par POTRUBACH
REFERENCES ARCHIVES AVP RF F.06 Op. 2 P 11 D 109 Ll 21a- 21j
dactylographiée, authentifiée


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Mar 05, 2017 7:31 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
merci pour ces documents.

Ils prouvent que, peu après la mise en place du gouvernement Churchill, l'Angleterre fait la cour à l'URSS en espérant qu'elle craigne d'être la prochaine victime d'un Hitler triomphant à l'ouest. Pour cela, il est bon qu'elle redoute un retournement allemand quasi-immédiat contre elle; les sources mystérieuses évoquées dans le premier doc ont l'air d'être au courant que Hitler cherche une paix rapide au moyen de conditions généreuses et d'une menace de taper plus fort si elles ne sont pas acceptées. Difficile de savoir qui en conclut à une prochaine attaque contre l'URSS, en tout cas ce n'est pas une preuve que les Allemands y songent.

Dans la conversation du 7 août entre Cripps et Molotov, on assiste à une tentative très prudente de l'Anglais de faire mesurer à Staline l'intérêt d'une assurance anglaise contre une agression nazie, sans que celle-ci soit présentée comme imminente.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Mar 06, 2017 4:19 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Le premier document a ceci d'intéressant, c'est qu'il a été écrit à une date où la plupart des chefs militaires et des diplomates allemands ignorent tout des manœuvres diplomatiques d'Hitler et de ses véritables intentions. Début juin 1940 ils sont persuadés que Hitler ne veut qu'une chose, la victoire totale sur la France et l'Angleterre. Hitler n'a pas confiance en la volonté des militaires et des diplomates de le suivre aveuglément et il doit les manipuler pour présenter ses futurs décisions comme des choix inéluctables au vu du contexte.
Le deuxième document montre que l'Angleterre essaie d'ouvrir les yeux aux Soviétiques sur les dangers du Pacte Germano-Soviétique qui les isole des Alliés mais surtout il les alerte également sur la situation précaire du Gouvernement Britannique en les pressant de faire un geste au risque de voir les partisans de la paix avec l'Allemagne s'imposer et donner définitivement l'avantage à Hitler en Europe.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Mar 06, 2017 2:02 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
le bloa a écrit:
Le premier document a ceci d'intéressant, c'est qu'il a été écrit à une date où la plupart des chefs militaires et des diplomates allemands ignorent tout des manœuvres diplomatiques d'Hitler et de ses véritables intentions. Début juin 1940 ils sont persuadés que Hitler ne veut qu'une chose, la victoire totale sur la France et l'Angleterre. Hitler n'a pas confiance en la volonté des militaires et des diplomates de le suivre aveuglément et il doit les manipuler pour présenter ses futurs décisions comme des choix inéluctables au vu du contexte.


nous sommes d'accord. J'ajouterai que Hitler a intérêt à ce que des rumeurs alimentent l'espoir d'un traitement bénin de la France malgré sa défaite, sous condition qu'elle se rende.



le bloa a écrit:
Le deuxième document montre que l'Angleterre essaie d'ouvrir les yeux aux Soviétiques sur les dangers du Pacte Germano-Soviétique qui les isole des Alliés mais surtout il les alerte également sur la situation précaire du Gouvernement Britannique en les pressant de faire un geste au risque de voir les partisans de la paix avec l'Allemagne s'imposer et donner définitivement l'avantage à Hitler en Europe.



Effectivement, il est intéressant de voir que Cripps suggère que les appeasers n'ont pas dit leur dernier mot et risquent de renverser Churchill. Dans quelle mesure a-t-il convenu avec ce dernier de tenir un tel langage ? Question pour l'instant sans réponse.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mar 07, 2017 3:22 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Il est probable que Cripps ait été the right man in the the right place. Il a probablement été soigneusement choisit pour cette mission où un autre aurait pu saborder intentionnellement le rapprochement entre les deux pays. Il ne fallait pas non plus qu'il cède trop par excès de naiveté ce qui n'aurait pas incité les Soviétiques à s'investir dans une coopération sur le long terme. Il me semble avoir lu dans d'autres message que Cripps fasse part de ses positions "personnelles" pour signifier aux Soviétiques qu'il y a une "rupture" avec les gouvernements anglais précédents.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mar 07, 2017 3:26 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Note de [l'agent] "Zakhar" de Berlinà l'appreil central du renseignement extérieur NKVD SSSR accompagné d'une déclaration de [l'agent] "Litseist" [le Lycéen]
23 janvier 1941
Des informations ont été collectées au cours d'une conversation avec le journaliste Klaus que dès le début du mois de juin 1940 a été préparée une intervention des allemands en Russie. Seulement les évennements ont été suspendus en raison de l'intervention du Fuhrer qui a confié la tache au Ministère des Affaires Etrangères de créer un un climat de détente dans les relations internationales. Il en résulte que ce n'est pas Ribbentrop qui est à la barre de la politique étrangère de l'Allemagne mais le ReichKanzler. Cette dernière [l'intervention] n'est qu'un instrument pour masquer l'heure et les outils de l'agression. L'officier Blau dans une conversation avec [l'agent] "Litseist" a déclaré que le Grand Commandement était le véritable centre de commandement de l'Allemagne. L'OKW est prêt à toute éventualité et les militaires ne se préoccupent encore moins des principes de politique étrangère de Ribbentrop. Une guerre va bientôt se produire contre la Yougoslavie. Cela pourrait tendre les relations de l'Allemagne avec la Roumanie, la Hongrie et la Bulgarie. On est parvenu à un accord avec la Turquie. On en parle ouvertement au Club à Berlin.
Il va très bientôt se passer des évennements en Bulgarie. L'Armée bulgare va renverser le Tsar et prendre le Pouvoir. Cela va conduire à une tension des relations avec la Russie. Mais en fin de compte la Russie ne fera rien. Quest ce que l'Allemagne va offrir à la Russie pour son soutien Qu'est ce qu'elle acceptera de son côté? On pourrait offrir aux Russes la côté sur les Balkans si la tension monte à nouveau.
REFERENCES ARCHIVES: Archives Centrales du FSB/ FEDERATION DE RUSSIE

cet autre document du NKVD évoque également l'idée d'une attaque précoce de l'URSS par l'Allemagne même s'il n'existe pas de pruve probante de sa réelle préparation. Mais surtout il montre que Hitler ne reste pas à piétiner devant l'Angleterre et déploie tous ses efforts pour parvenir à ses fins.
La source de l'information est Berliiges Orestes, un correspondant de presse Lithuanien en poste à Berlin et opérant pour le compte de "l'Orchestre Rouge"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mar 08, 2017 8:29 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
Encore un document très intéressant, mais que révèle-t-il ?

Non pas l'envie de Hitler de sauter sur l'URSS dès 1940 comme Napoléon bondissant vers Ulm et Austerlitz depuis le camp de Boulogne dans l'automne 1805, mais la mise en circulation, par lui vraisemblablement, d'un bruit dans ce sens. Motif vraisemblable : aider les conservateurs britanniques à se défaire de Churchill (et accessoirement ceux de France à signer l'armistice) par l'annonce d'un retour aux fondamentaux de Mein Kampf.

Au passage, voici, si Hitler est bien ici à la manoeuvre, une nouvelle et précieuse illustration d'un procédé courant, le fait de distribuer des rôles à ses lieutenants pour faire croire que son régime est tiraillé entre des tendances rivales : ici ce serait Ribbentrop qui resterait attaché à sa politique pro-soviétique de l'année précédente, tandis que l'OKW serait pressé de déchirer le pacte g-s.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu Mar 09, 2017 6:41 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Les Allemands ont concentré des troupes aux frontières russes de juillet 1940 jusqu'à la veille du conflit en juin 1941, ce qui rend peu probable qu'une intervention aurait pu être organisée avant l'automne 40même si l'Armée Rouge était plus faible à ce moment là qu'en 1941. Une intervention limitée à une partie de l'Ukraine aurait pu réussir militairement mais aurait annihilé du Pacte de Non-Agression Ribbentrop- Moloto tout en conservant la menace russe.
A propos de Napoléon, est-ce qu'il n'y a pas une certaine admiration de Hitler pour Napoléon, une envie de le surpasser, réussir là où il a échoué (en Russie) et aussi de provoquer la Providence dans la bataille par des manœuvres inédites? Bien entendu, Hitler ne peut pas avouer avoir un Français pour modèle.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Jeu Mar 09, 2017 2:53 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
le bloa a écrit:
Bien entendu, Hitler ne peut pas avouer avoir un Français pour modèle.

mais si ! il urge que vous lisiez les Propos. Celui du 31 mars 42 montre exactement le contraire. Il était formidable, et la Révolution française aussi... à condition qu'il en prît le contrôle, et c'est en régressant au niveau des aristocrates qu'il a tout gâché :

Citation:
C’est une grave erreur de vouloir changer quelque chose à la
désignation du chef de l’État quand elle est liée à la forme de l’État.
Ce fut, en dehors de l’interférence entre son sens de la famille et les
affaires politiques, la plus grande erreur de Napoléon, d’avoir eu le
mauvais goût d’abandonner le titre de Premier consul pour se faire
appeler empereur. Car c’est sous le titre de Premier consul que la
Révolution, qui faisait trembler le monde, l’avait hissé au sommet
du pouvoir, lui le général républicain, au détriment du Directoire,
ce club de brasserie. En renonçant à ce titre et en se faisant appeler
empereur, il a renié les Jacobins, ses anciens compagnons de lutte,
et perdu leur appui, et s’est aliéné, chez lui et à l’étranger, d’innombrables
partisans qui voyaient en lui l’incarnation du renouveau
spirituel apporté par la Révolution française. Pour mesurer pleinement
l’effet de cette mesure, il n’y a qu’à se représenter l’effet qu’il
produirait sur les Munichois et, au vrai, sur le monde entier, s’il allait
se promener en calèche dorée dans les rues de Munich en se faisant
appeler « Kaiser ».
Par là, par cette faute de goût, Napoléon n’a même pas gagné
quelque chose. Car les vieilles monarchies l’ont évidemment traité
comme un parvenu. La seule chose qu’il ait obtenue c’est la fille
Habsbourg qu’on lui a refilée et dont l’apparition a blessé profondément,
une fois pour toutes, l’orgueil national des Français. Car
la belle Joséphine, qui dut céder la place devant la fille Habsbourg,
était alors pour les Français un modèle en tant que républicaine
fanatique et en outre c’était la femme qui s’était élevée avec lui
jusqu’à la plus haute marche de l’État.
60 Propos intimes et politiques COMMENTAIRES 61
La commotion que l’adoption du titre d’empereur par Napoléon
produisit en Europe est illustrée on ne peut mieux par le fait que
Beethoven, qui lui avait dédié une symphonie, la déchira et la foula
aux pieds en criant : « Ce n’est pas une apparition, ce n’est qu’un
homme1 ! »
Tout le tragique du destin de Napoléon est de ne pas avoir senti
qu’en prenant ce titre et en instituant une cour et un cérémonial
impériaux il s’abaissait au rang de dégénérés et se dotait d’une cage
remplie de singes. Je considérerais comme un non-sens qu’on me
propose un titre de duc et me mette ainsi au rang de tous les malades
mentaux porteurs de ce titre.
Quant à la protection accordée à sa parenté, elle témoigne aussi
d’une incroyable faiblesse humaine. Quand on parvient à une position
comme la sienne, on doit s’affranchir des sentiments familiaux.
Au lieu de cela, il a placé ses frères et soeurs dans des postes
dominants et les y a laissés même quand ils avaient donné depuis
longtemps la preuve de leur inaptitude. Seul le sentiment corse de
la famille, égal à celui des Écossais, permet d’expliquer cette inconséquence
qui, en lieu et place de la seule solution possible qui était
de se débarrasser de tous ces parents d’une incompétence évidente,
l’amena à écrire tous les mois à ses frères et soeurs des instructions
détaillées sur ce qu’ils devaient faire et ne pas faire, et à croire qu’il
pouvait compenser leurs capacités défaillantes en leur promettant
de l’argent, ou en leur coupant les vivres.
Dès qu’il manifesta ce sens de la famille, une rupture se produisit
dans sa vie. Car le népotisme est la plus puissante des protections
qu’on puisse concevoir : la protection du Moi. Partout où il se manifeste
dans la vie des États – les monarchies en offrent le meilleur
exemple – la faiblesse et le déclin s’ensuivent. Car son apparition
signe la fin du principe de l’effort.


quant à vouloir le surpasser en Russie, certes il en est fier début 42 quand il constate qu'il a résisté à l'hiver, mais il sourit déjà un peu jaune. Déjà Napoléon a été en quelque sorte contraint de tenter d'abattre l'empire russe faute de pouvoir atteindre l'Angleterre autrement et c'est par une paix immédiate sur le front de l'ouest en mai 40 que Hitler a essayé de le surpasser.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven Mar 10, 2017 3:15 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Une citation représentative de sa capacité de distanciation entre le lui et le sujet qui lui permet de prendre des décisions sans état d'âme mais aussi de s'adapter en permanence à la situation. D'où des revirements et des changements de positions permanents, seul le but à atteindre demeure. Il n'a pas de préfèrence quant à la méthode, qu'elle soit politique ou militaire.

Le Document suivant indique bien qu'il intègre toutes les possibilités d'action pour lui comme de réaction pour la partie adverse. C'est ce qui le rend particulièrement redoutable. Il a anticipé la possibilité de la "drôle de guerre" avec une déclaration de guerre sans action effective des Français et des Anglais qui lui a laissé l'initiative de choisir le moment quand attaquer la France. DOCUMENT 4:
Note du Chef de la 5eme Direction du Commandement Politico-Militaire de l'URSS accompagné de la traduction d'un document d'un agent concernant les plans d'agression de l'ALLEMAGNE.
17.05.1939
N° 472376SS
COPIE
Je transmets la traduction d'un document sur les plans futurs d'agression de l'Allemagne évalués par le représent nt du Département EST de la Chancelerie de Ribbentropp, Kleist. L'essentiel des éléments de situation ont été transmis au 5eme Bureau de la RKKA (Armée Rouge) sous le N°472348 du 09.05.39.
Pièce jointe: Traduction sur six feuillets
Au Commissaire du Peuple Adjoint en charge de la défense de l'URSS
Chef du 5eme Bureau
héro de l'Union Soviétique PROSKUROV
Plans futurs d'agression de l'Allemagne Fasciste évalués par le collaborateur du Ministère des Affaires Etrangères Kleist.
Le 02.05.39 le Docteur Kleist, un proche collaborateur du Ministre des Affaires Etrangères du Reich et membre du Cabinet Ribbentrop s'est arrêté à Varsovie. Au cours d'une de ses conversations Kleist a fait le tableau suivant de la situation politique:
"Selon les propres déclarations qu'a fait Hitler à Ribbentrop au cours d'une convrsation l'Allemagne vit à l'heure actuelle une étape de son absolu renforcement militaire à l'Est qui, sans aucun doute dans ls représentation idéologique doit être atteint par n'importe quel moyen. L'impitoyable nettoyage de l'Est sera précédé par "l'étape occidentale" qui doit se terminer par la défaite française et anglaise, que cela soit par la voie politique ou militaire.Ce n'est que après que l'on pourra passer à la réalisation de la déstruction de l'Union Soviétique.
A l'heure actuelle nous nous trouvons au stade du renforcement militaire à l'Est. Devant nous il y a la Pologne.Déjà les mesures prises en mars par l'Allemagne étaient dirigées contre la Pologne: Création du Protectorat de Bohême-Moravie, renversement du gouvernement Slovaque, réunification de la région de Memel. Vers février il a déclaré que ce n'était pas possible de réussir par la voie de l'arrangement avec la Pologne.Aussi a t'il décidé de mettre à genoux la Pologne par la force.
Le petit cercle de personnes de confiance autour d'Hitler sait bien que les dernières propositions seront refusées par la Pologne.Hitler et Ribbentrop sont convaincus que la Pologne pour des raisons de politique intérieure et extérieure ne peut accepter les exigences allemandes. C'est pour cette raison que l'Allemagne a inséré une clause d'inviolabilité des frontières pour 25 ans. Les calculs allemands se sont révélés justes. Grâce au refus polonais nous avons les mains libres pour agir contre elle.Si la Pologne n'accepte pas les propositions allemandes et ne capitule pas dans les prochaines semaines, ce que l'on peut supposer, elle sera renversée par une offensive militaire.L'Etat-Major Général Polonais estime que des actions militaires ne commenceront qu'à l'automne après les récoltes. Nous espèrons surprendre la Pologne et remporter une victoire rapide.La résistance de l'Armée Polonaise doit être brisée en 8/ 14 jours.L'attaque doit être menée simultanément depuis la forntière orientale de l'Allemagne, la Slovaquie, les Carpathes ukrainiennes, et la Prusse Orientale.L'attaque doit être menée de façon féroce et doit conduire selon l'Etat-Major Général allemand conduire à un succès stupéfiant.Les poches de résistance qui subsisteront probablement en petite quantité dans le pays doivent être écrasées férocement de la même manière, mais ce sera une petie guerre insignifiante.
La préparation de l'Allemagne contre la Pologne est décalée à juillet/ aout. Les mesures militaires seront entreprises juste avant l'invasion. Elles doivent être entreprises de façon complète en observant le plus grand secret.La propagande commence tout juste à être mise en oeuvre.Actuellement on constitue le matériel pour l'attaque de propagande contre la Pologne. La première partie du plan est constituée des thèmes suivants:
Avec le slogan "La Pologne est le deuxième Etat-Mosaique" on va stigmatiser la politique nationaliste dangereuse et terroriste de la Pologne.
Avec le slogan "La Pologne est l'Etat de la Réaction et du Déclassement" on va étaler la pauvreté de la paysannerie polonaise, l'arriération culturelle du pays, l'économie féodale du pays et les populations affamée de Pologne.
.Avec le slogan "Les parasites au Pouvoir" on représentera la décomposition des dirigeants de la Pologne, la corruption des dirigeants polonais, leur décadence et leur isolement en tant que classe de larges pans de la population..
D'autres thèmes du même genre seront élaborés et développés dans des thèses et publiés en temps opportun dans la presse. L'objectif de cette campagne est d'influer sur l'opinion publique la plus large et la population en utilisant les oppositions de classes. Qui va jouer le rôle de Benes? Pour l'instant ce n'est pas clair. Rydz-Smigly ne convient pas pour ce rôle.
La préparation de l'invasion par la propagande prendra environ deux mois. L'idéal c'est que ce conflit ne soit pas provoqué par l'Allemagne. Actuellement nous étudions à Berlin la possibilité d'impliquer l'Ukraine. Voloshyn et Revay ont accepté l'idée de la reconnaissance officielle d'une large autonomie des Carpathes ukrainiennes au sein d'un Etat Hongrois. De cette façon nous gagnerions la confiance des masses ukrainiennes de la Galicie Orientale et renforcerions la capacité militaire des ukrainiens qui ne vaut rien.Il n'y a pas besoin d'un travail particulier des cercles dirigeants ukrainiens. Les derniers évènnements ne donnent pas à douter de leur fidélité à Berlin. Avec une préparation de ce genre nous pourrons ensuite donner le signal de la Révolte à l'Ukraine Occidentale. Nous pourrions faire parvenir de grandes quantités d' armes et de munitions depuis la Slovaquie et les Carpathes ukrainiennes ainsi que les organisations de Sich ukrainiens qui auront été préparées. Des liens tellement étroits ont été établis entre Lvov et Berlin qu'il n'y a pas à douter du soulèvement des masses ukrainiennes. En créant de la sorte de telles poches d'insécurité en Ukraine cela donnera la possibilité à l'Allemagne de s'ingérer de façon tout à fait importante. Ce projet risque d'attirer un seul danger sur l'Allemagne, la possibilité d'une réaction de l'Union Soviétique.Nous voulons parvenir à obtenir la neutralité de l'Union Soviétique au cas où il y aurait un conflit. Mais il me semble que la création d'une Ukraine indépendante en Galicie Orientale appelera une intervention de l'Union Soviétique. Mais si dans un avenir proche nous sommes persuadés du contraire le facteur ukrainien nous mènera à l'action.
Nous sommes d'avis que le conflit avec la Pologne peut être localisé. L'Angleterre et la France ne sont pas prêtes comme auparavant à se ranger aux côtés de la Pologne. Si nous brisons dans un temps très court la résistance principale en Pologne, cela se terminera par une démonstration de force de la Marine Anglaise et la France fourbira ses armes derrière sa Ligne Maginot. Si au contraire une guerre européenne en lien avec l'intervention en Pologne apparaîtra comme un fait tangeible qui fera savoir que la frappe de l'Allemagne sur la Pologne a été utilisée par les Gouvernements Occidentaux pour faire la guerre à l'Allemagne, que la guerre préventive contre l'Allemagne étaitune chose décidée [d'avance]. Dans un tel cas Hitler est prêt à se lancer dans des discussions, dans tous les cas nous ne cèderons pas à la provocation en temps inoportun. Nous garderons pour nous le choix du moment et de l'action A l'heure actuelle nous ne sommes pas décidés à nous impliquer dans une guerre européenne en raison de notre manque de préparation et une situation internationale défavorable. cependant dans trois ou quatre mois nous serons complètement prêts. Le Commandement allemand est persuadé de sa victoire, le moment sera choisi en fonction de l'Aviation. Selon les calculs des experts militaires tous les ports anglais peuvent être détruits en six heures. La seule démonstration des capacités de la Luftwaffe qu'il y ait eu, c'était à Guernica pendant la guerre civile espagnole. Le succès a été total, la ville rasée. La conquête de la France et de l'Angleterre ne paraît pas une affaire difficile. L'Amérique ne se pressera pas d'intervenir à temps et l'Union Soviétique restera neutre.
Actuellement à Berlin nous nous intéressons beaucoup au Sud-Est pour pouvoir frapper la Pologne. Nous devons nous rapprocher plus près de la Roumanie.Gafencu a répandu de bonnes paroles à Berlin tandis qu'à Londres et Paris il mène une politique anti-allemande. Ce qui fait que nous n'atteignons pas nos objectifs. Il faut faire pression directement sue Bucarest. Nous voulons liquider définitivement la Slovaquie indépendante en la réunissant à la Hongrie. Sans cela elle paraît inutile, ses dirigeants incapables et le peuple au plus haut point peu fiable. En donnant la Slovaquie à la Hongrie nous établiront un protectorat allemand sur la Hongrie et nous pourrons avancer nos troupes jusqu'aux frontières de la Roumanie. La Roumanie capitulera.
Nous comptons obtenir ce résultat d'une autre manière dans les pays baltes. Là il n'y a pas besoin d'employer la force ou la menace. Nous allons mener des discussions économiques avec la Lituanie en employant la loyauté et la courtoisie. De cette façon nous obtiendrons la neutralité des pays baltes.et leur séparation de l'Union Soviétique.La neutralité des Baltes nous est aussi utile que celle de la Belgique et de la Hollande. Nous pourrons toujours à un moment ou un autre quand cela nous conviendra la violer mais grâce aux pactes de non-agressions nous échapperons à une intervention automatique de l'Union Soviétique.
L'intervention contre la Pologne se produira en juillet ou en aout. Si les Polonais provoquent une guerre préventive avant cela, on règlera l'affaire autrement. Est-ce que nous répondrons à cette provocation par une intervention résolue, cela dépendra de la décision du Fuhrer et de son estimation de la situation internationale. Dans tous les cas ce serait désagréable si les Polonais nous forçaient à l'heure actuelle à la guerre alors que la situation internationale ne nous est pas favorable et notre préparation pour la guerre pas encore achevée".
Authentification, l'adjoint de la première section du 5eme Bureau de la RKKA (Armée Rouge°)
Ingénieur Militaire de 1er rang PANFILOV
annotation de Staline sur l'exemplaire: Dis[cuter] avec Prosk[urov] Qui [est] la source
REFERENCES ARCHIVES: ARCHIVES CENTRALES MINISTERE DE LA DEFENSE FEDERATION DE RUSSIE F. 23 Op9157. D. 2 L. 173-179


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven Mar 10, 2017 4:15 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
Voilà qui sera intéressant à comparer avec les mémoires de Kleist.

Il se répand dans des oreilles que sans doute il devine prosoviétiques, à Varsovie le 2 mai.

Attention : nous sommes avant le pacte g-s, et même avant le remplacement de Litvinov par Molotov, survenu le 3. Hitler lance ses filets pour obtenir un pacte et Staline commence à se montrer intéressé ou du moins curieux des conditions proposées.

Il y a bien des chances que Kleist, proche de Ribbentrop, lui-même perroquet de Hitler, ait reçu mission d'affoler les Soviétiques, de leur donner un sentiment d'urgence, accentuant celui qu'ils éprouvaient déjà devant la dégradation des rapports germano-polonais (et qui explique ledit changement de ministre).

Tout son discours tend à faire croire qu'il est prêt à fondre sur la Pologne et à contrôler d'une manière ou d'une autre l'ensemble qui formera après guerre les démocraties populaires, plus une moitié d'Ukraine. C'est le sens que j'accorderais à la prédiction d'une drôle de guerre : malgré l'absence de pacte germano-soviétique Hitler se sent prêt pour écraser la Pologne car Paris et Londres déclareront la guerre certes mais sans beaucoup la faire.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam Mar 11, 2017 7:53 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Fév 28, 2017 3:16 pm
Messages: 47
Il est évident que la plupart des militaires n'ont aucune idée de ce que Hitler trame dans leur dos derrière les opérations militaires, mais dans quelle mesure les proches collaborateurs de Hitler et ceux qui travaillent pour eux sont complices ou le jouet de ses manipulations. Il est bien connu qu'il n'y a rien de mieux pour propager une rumeur qu'une personne qui répète en toute bonne foi des bruits. Si Goering est le comparse de Hitler, ce n'est pas l'image que l'on a de Ribbentrop à la fin de la guerre. A votre avis a-t'il été manipulé de bout en bout ou complice à un moment? Autrement quel est votre avis sur Goebbels? Lui-même écrivant "pour l'Histoire" ses écrits en général ne doivent pas être lu au premier degré, alors toute évocation de Hitler...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Mar 12, 2017 5:35 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6776
Goebbels m'évoque le chien Rantanplan d'une BD célèbre, Ribbentrop un peu moins -je suis en train de le découvrir et de le réévaluer en rédigeant mon prochain livre, Hitler et Pétain.

La valeur documentaire du journal de Goebbels, en ce qui concerne Hitler, altérée par son souci d'écrire pour l'histoire ? Je n'ai jamais rien lu de convaincant à ce sujet. En revanche, l'image convenue d'un Ribbbentrop sot et incompétent tient pour une grande part à son système de défense à Nuremberg, des plus communs : moi, je suis un brave type qui n'a fréquenté Hitler que pour essayer de l'humaniser. Oui, il me semble qu'il a effectué certaines manoeuvres, sur l'ordre de son chef, en sachant par lui qu'elles étaient frauduleuses. Je pense parvenir à le démontrer.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 112 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla