Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Sam Aoû 08, 2020 9:15 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Sam Juin 21, 2014 2:15 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Je présume que tu vas me dire que ma grand'mère n'était pas aussi coupable que Heidegger car, si elle soutenait Mussolini, Heidegger, lui, soutenait Hitler et que Hitler était raciste et antisémite ce que Mussolini n'était pas.
Ce n'est pas faux.
Mais le racisme et l'antisémitisme d'Hitler passèrent au second plan par rapport à son antibolchevisme pendant cette période de l'entre-deux-guerres et le malheur fit que le parti fasciste allemand fut justement raciste et antisémite alors qu'il eût pu ne pas l'être plus que ne le fut le parti fasciste italien.
Or, c'est encore un effet de lecture rétrospective qui nous mène quand nous reprochons à Heidegger d'avoir soutenu Hitler en 1933 bien qu'il fût raciste. Comment aurait-il pu prévoir que cet antisémitisme prendrait toute la place ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Juin 22, 2014 7:49 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Le Bolchevisme fit plus peur en Europe en 1930 que ne le fit le communisme en 1950.
En Amérique ce fut l'inverse.
Malgré des scores électoraux impressionnants en Italie, en France et en Tchécoslovaquie le communisme des années 50 et 60 avait perdu de sa superbe par rapport à la période de l'avant-guerre. Il était beaucoup moins arrogant.
Était-ce parce qu'il s'était allié au nazisme au début de la guerre et qu'un certain remord lui en restait ? Ou parce que la puissance américaine veillait silencieusement à empêcher ses frasques comme à Berlin en 47 ou en Corée en 53 ?
Quand on reproche leur fascisme à des gens comme Heidegger on se doit de prendre cette peur en compte. En 1930 l'Amérique n'aurait pas levé le petit doigt pour nous protéger d'un nouvel âge des ténèbres dû au bolchevo-communisme.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Juin 22, 2014 9:25 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6777
sottise

Heidegger vers 1930-34 témoigne bien plus de sa nostalgie de la grandeur de l'Allemagne que d'une crainte quelconque de la voir submergée par l'est ou minée de l'intérieur par des ouvriers au couteau entre les dents.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Juin 22, 2014 6:42 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Peut-être. Pourtant cette grandeur de l'Allemagne n'avait pas été entamée par le traité de Versailles si l'on excepte l'Alsace-Lorraine rendue à la France à qui elle avait été dérobée cinquante ans plus tôt. Voulait-il la reprendre ?
Heidegger a quitté le parti nazi après la nuit des longs couteaux de juin 34. Il a dit qu'il s'était trompé. Probablement a-t-il compris que l'assassinat des opposants n'est pas digne en effet d'un grand pays comme l'Allemagne.
Or, des gens comme Sartre et Beauvoir n'eurent pas tant de scrupules. Ils furent pendant trente ans des compagnons de route de Staline malgré tous ses crimes.
Qui le leur reproche ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Juin 22, 2014 10:18 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Je profite de cette occasion pour remarquer que ma grand'mère fut habitée par un sens politique très supérieur à celui de Heidegger.
Elle a compris avant lui qu'un homme aussi vulgaire que Hitler ne pouvait apporter que du malheur.
Contrairement à lui elle n'a pas attendu la nuit des longs couteaux pour s'en méfier.
Elle avait beau savoir que Lénine était aussi dangereux puisqu'il avait dit : "Les opposants, je les colle au mur", elle n'a pas été séduite un seul instant par ce sale bonhomme.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 4:14 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6777
Retour à la case "départ"

boisbouvier a écrit:
Citation:
Comment débloquer une bonne fois les études sur le nazisme ?


J'ai la réponse : en renonçant à l'anachronisme.


Boisbouverie typique (mais tu vas changer désormais, tu le promets ?) : tu zappes la suite, qui traite le sujet, pour ramener ta devise "éviter l'anachronisme" (à laquelle tu es à peu près aussi fidèle que don Juan à Elvire).

Or la suite démontrait précisément l'inverse de ce que tu crois, et viens de redire : que Heidegger avait attendu les Longs couteaux pour revenir de son nazisme -ils ne lui ont fait ni chaud ni froid... ce qui en dit long sur son adhésion.

Relis donc mon premier post et, au choix

-démens-le avec des arguments;

-écris des choses qui soient compatibles avec lui.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 7:15 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
que Heidegger avait attendu les Longs couteaux pour revenir de son nazisme -ils ne lui ont fait ni chaud ni froid... ce qui en dit long sur son adhésion.


C'est pourtant ce que dit Wikipedia.
Or, c'est important car beaucoup d'allemands furent au contraire reconnaissants à Hitler de cette action pour la raison donnée par Gisevius : une action antirévolutionnaire donnée au sein d' un pouvoir révolutionnaire comparable à celle du premier Consul en 1799. Car si Heidegger n'a néanmoins pas accepté cette action... ça le rapproche de ma grand'mère. Il n'est pas tombé - pas trop longtemps du moins- dans le piège de la raison d'état. Celle qui autorise l'homme politique à se comporter comme un gangster.


Dernière édition par boisbouvier le Lun Juin 23, 2014 7:22 am, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 7:20 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
Boisbouverie typique (mais tu vas changer désormais, tu le promets ?) : tu zappes la suite, qui traite le sujet, pour ramener ta devise "éviter l'anachronisme" (à laquelle tu es à peu près aussi fidèle que don Juan à Elvire).


Tu es injuste.
Je suis au contraire très fidèle à cette devise qui est en effet ma marque propre.
Promets moi, toi, que tu vas illico donner un seul cas où je lui aurais été infidèle.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 7:37 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Wikipedia :


En 1945, Heidegger proposa une explication de son attitude :

« Je croyais que Hitler, après avoir pris en 1933 la responsabilité de l’ensemble du peuple, oserait se dégager du Parti et de sa doctrine, et que le tout se rencontrerait sur le terrain d’une rénovation et d’un rassemblement en vue d’une responsabilité de l’Occident. Cette conviction fut une erreur que je reconnus à partir des événements du 30 juin 1934. J’étais bien intervenu en 1933 pour dire oui au national et au social (et non pas au nationalisme) et non aux fondements intellectuels et métaphysiques sur lesquels reposait le biologisme de la doctrine du Parti, parce que le social et le national, tels que je les voyais, n’étaient pas essentiellement liés à une idéologie biologiste et raciste17. »


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 8:44 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6777
il s'agit d'une explication honorable et proprette, proposée par l'ex-nazi lui-même !

voilà ce qui s'appelle être bon public.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 8:50 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
et que le tout se rencontrerait sur le terrain d’une rénovation et d’un rassemblement en vue d’une responsabilité de l’Occident


Dit donc Heidegger. Or, cette phrase est importante car elle indique suffisamment que Heidegger eut alors peur du bolchevisme considéré comme "asiatique". Même s'il ne le dit pas nommément c'est bien pour lutter contre le bolchevisme qu'il choisit Hitler en 33.
Ma grand' mère fut sans doute attirée par Mussolini pour la même raison. Comment la démocratie parlementaire pourrait elle résister à une démagogie si puissante alors qu'elle-même reposait sur le principe de la volonté populaire ?
Le bouleversement conceptuel introduit par le Bolchevisme en Europe et dans le monde à partir de 1917 fut d'une ampleur inégalée. Beaucoup de gens s'y impliquèrent comme Jouvenel, Duverger, Benoist-Méchin, Brasillach, Déat, Doriot, Fernandez, Jamet, Rebattet, Cousteau, Azéma...pour ne parler que de la France.
Car tous les pays d'Europe eurent des partis fascistes à cette époque.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 8:53 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
il s'agit d'une explication honorable et proprette, proposée par l'ex-nazi lui-même !


Tu penses bien que je m'attendais à cette réponse.
Malheureusement pour elle, c'est un fait que Heidegger a démissionné du parti en 34.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 9:59 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6777
et moi je m'attendais à tout sauf à cela !

de qui le tiens-tu ?

Et même si c'était vrai, puisque la nuit des LC tombe au beau milieu de l'année, il faudrait connaître la date précise de la démission pour supputer s'il peut y avoir un lien de cause à effet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 10:05 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
et moi je m'attendais à tout sauf à cela !

de qui le tiens-tu ?


De Wikipedia.
Curieusement, je n'arrive plus à m'y introduire. Essaie, toi.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Juin 23, 2014 10:15 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Finalement, si. J'ai pu. Voici ce qu'on lit :



Heidegger et le nazisme[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Heidegger et le nazisme.

Adhérent du parti nazi en 1933, il s’est retiré au bout de quelques mois de toute action politique. L'implication de Heidegger sous le troisième Reich et l'influence des théories nazies sur sa pensée font l'objet d'interrogations et de débats nombreux et polémiques, particulièrement en France. D'un côté il y aurait 11:

les apologistes: Hannah Arendt, Walter Biemel, Otto Pöggeler, Jan Patočka, Jacques Derrida, Jean Beaufret, Jean-Michel Palmier, Marcel Conche, Jean-Luc Nancy, Julian Young, Silvio Vietta, François Fédier, Pascal David
de l'autre ses détracteurs: Jürgen Habermas, Theodor W. Adorno, Hans Jonas, Karl Löwith, Víctor Farías, Pierre Bourdieu, Maurice Blanchot, Emmanuel Levinas, Richard Rorty, Luc Ferry, Alain Renaut, Emmanuel Faye


Il me semble que ce que dit ce texte est compatible avec ce que Heidegger a dit de ses options politiques en 45. Il est vrai qu'il n'a pas littéralement "démissionné" du parti (comment l'aurait-il pu sans être aussitôt chassé de son poste ?) mais s'il a cessé d'y exercer des fonctions politiques alors qu'il l'avait fait avant il faut bien qu'il y ait eu une raison.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla