Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Mer Oct 16, 2019 1:44 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: La crise du 13 décembre
MessagePosté: Lun Jan 22, 2007 5:55 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
En application et au lendemain de la loi du 3 septembre 1940 autorisant l'internement administratif, Mandel et Reynaud sont d'abord détenus au château de Chazeron avec le général Gamelin et un groupe de dirigeants politiques de la Troisième République. Puis Gamelin, Léon Blum et Edouard Daladier sont transférés à la prison de Bourrassol, près de Riom, en vue de leur comparution devant la cour de justice créée dans cette ville. Cette séparation géographique, accompagnant une disjonction judiciaire, est l'un des points les plus intéressants, et les moins souvent examinés, de cette affaire. Pourquoi donc Reynaud et Mandel ne sont-ils pas déférés devant cette cour et pourquoi leur traitement carcéral, parfois commun avec celui de Daladier, Blum, et Gamelin, est-il souvent distinct ?

Je traiterai ce point en m'appuyant sur les acquis de mon livre Montoire... qui a l'an passé soufflé ses dix bougies. J'y démontrais que la logique principale du comportement de Vichy, au cours des premiers mois, était de séduire l'Allemagne avant tout en ayant l'air d'imiter son régime intérieur et en essayant d'obtenir, en retour, des avantages. D'où une certaine lenteur et une certaine prudence, dictées par le fait que Hitler lui-même se hâte lentement de répondre aux avances. Car Vichy a un sens, limité mais réel, de l'intérêt et de l'honneur nationaux.

Juger et condamner lourdement un Blum, un Daladier et un Gamelin, cela peut passer pour une opération de politique intérieure, et patriotique de surcroît : on ne se couche pas devant l'Allemagne, bien au contraire, on "redresse" la France à toutes fins utiles, en désavouant un régime et des gouvernements censés l'avoir mal préparée à la guerre, en laissant amollir les vertus de la race dans des loisirs démésurés et des congés scandaleusement payés. S'en prendre à Reynaud et à Mandel, au contraire, c'est stigmatiser une partie de la droite qui n'a rien eu à voir avec le Front populaire et qui a stigmatisé les 40 heures arrachées par les grévistes de 1936, sous le nom de "semaine des deux dimanches" (Reynaud, ministre des Finances, automne 1938), mais que les événements ont poussée aux avant-postes en raison du danger nazi et de sa vigilance à son égard. Ils avaient été, en communion parfois étroite avec un député-Cassandre d'outre-Manche nommé Winston Churchill, les fers de lance d'un esprit dit "belliciste", plus qu'un Daladier ou un Blum qui semblaient entravés par le pacifisme fréquent de leurs troupes.

S'en prendre à eux, donc, ce sera pour plus tard, quand l'Allemagne aura donné des signes tangibles de son intérêt pour une politique de collaboration avec Vichy. Cependant ils sont internés : que Hitler sache donc que nous sommes prêts à les juger... sous certaines conditions. Car leur procès serait celui du bellicisme : non point donc celui d'une préparation molle ou déficiente de la guerre, mais celui de la guerre elle-même, du soutien à la Pologne et du respect de la parole donnée aux différentes victimes des agressions hitlériennes. Autant Vichy peut, dans l'accablement planétaire encore immense en cet automne 1940, prétendre accuser par patriotisme les dirigeants de la gauche d'avant guerre, autant l'ouverture d'une instruction contre les "bellicistes" de droite vaudrait contrition nationale pour la guerre elle-même : Monsieur Hitler, veuillez croire en notre regret profond de vous avoir agressé alors que vous étiez si bon !

A ce saut Vichy est prêt... mais éprouve le besoin impératif d'un encouragement. C'est le sens des propos de Pétain et de Laval, parfaitement en phase sur ce point, lors de la conversation de Montoire (24 octobre) : la déclaration de guerre est hautement regrettée, dès la première tirade du vieux maréchal. Et il propose, pour preuve de sa bonne volonté, une action militaire contre l'AEF, passée à de Gaulle en juillet.

Hitler fait la sourde oreille... mais va cependant, au cours des semaines suivantes, ouvrir des conversations d'état-major sur la reconquête du Tchad. Mais tandis que Pétain, le 30 octobre, présente les résultats de la rencontre de Montoire en déclarant solennellement qu'il entre dans la voie de la collaboration, et en glissant au détour d'une phrase que la France va "réduire les dissidences de ses colonies", Hitler souffle le froid en expulsant de Moselle 100 000 Français qui refusent de se laisser germaniser... comme si à Montoire Pétain avait accepté d'aller très au-delà des clauses de l'armistice en renonçant à l'Alsace-Lorraine et en permettant d'ores et déjà au Reich d'en disposer. Vichy se resoud alors à émettre (le 14 novembre) l'un de ses très rares communiqués désapprouvant une initiative allemande. Mais le torchon brûle, depuis le 7 environ, entre Pétain et Laval. Le maréchal se rend compte qu'il a été joué, tandis que son ministre prétend qu'on n'a pas encore mis le Reich assez en confiance et qu'il faut foncer dans la voie des concessions.

C'est quand les conversations sur la reconquête du Tchad semblent prendre un tour décisif, le 10 décembre, que les ministres les plus opposés à Laval, Peyrouton (Intérieur) en tête, convainquent le maréchal qu'il doit absolument se séparer de lui. Ce qu'il fait le 13 décembre, dans des circonstances qu'on peut trouver guignolesques mais qui sur le moment revêtent une certaine intensité dramatique : en vertu de l'armistice, rien ne protège militairement la zone sud, dite "libre", et le renvoi ostensible d'un ministre favorable à l'occupant peut faire penser avec quelque vraisemblance que cette zone va être, comme l'autre et d'un instant à l'autre, occupée.

Hitler et son ambassadeur Abetz font traîner les choses et se répandent en conversations. Le 31 décembre, cependant, branle-bas de combat.
Charles Courrier, le commissaire de police chargé en septembre par Peyrouton de la garde des internés, et qui les gardait dans un hôtel de
Pellevoisin (Indre), reçoit un ordre de départ immédiat. Un seul livre en a jusqu'ici témoigné : les mémoires de Vincent Auriol, grand notable socialiste qui avait été le ministre des Finances de Blum, avant d'être en 1946 le premier président de la Quatrième République. Que dit Auriol ? Que Courrier annonce à Mandel, à Reynaud et aux autres internés (dont Marx Dormoy et Marcel Dassault) que la destination du cortège de 15 tractions qui se met en route peu après minuit est... Alger, après un embarquement à Marseille. Puis qu'on s'arrête à Aubenas et que Peyrouton donne l'ordre d'y rester... d'où un internement, qui va durer plus d'un an, des seuls Reynaud et Mandel, à Vals-les-Bains, la station la plus proche disposant des capacités hôtelières requises.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Lun Juin 21, 2010 7:56 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Je vois que tu confirmes à la fois Vincent Auriol et F-G Dreyfus.
Si les internés de Pellevoisin, en route vers Alger via Marseille, s'arrêtent à Vals-les-Bains le 2 janvier sur un ordre de Peyrouton, c'est bien qu'il s'est passé quelque chose entre deux.
Or, ce quelque chose, c'est la démarche de Leahy auprès du Maréchal.
"N'attirez pas les Allemands en Afrique. Les Anglais ne sont pas assez forts pour vous aider efficacement à la défendre. Défendez plutôt l'armistice."
Telle fut la teneur du message de Roosevelt à Pétain via Leahy.
Ce n'est pas moi qui le dis : c'est Vincent Auriol !
Vas-tu venir à résipiscence sur ce point au moins ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Lun Juin 21, 2010 8:16 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
Je me mets en grève : t'ayant remis en mains propres mon livre sur Mandel il y a bientôt deux ans, je discuterai de ce point, qui y est longuement développé, quand tu auras eu la "résipiscence" de le lire.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Lun Juin 21, 2010 5:42 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
J'ai lu ton livre et je n'y ai pas vu ( ou l'aurais-je oublié ?) que tu mentionnais la réserve de Roosevelt via Leahy sur le départ du gouvernement en AFN.
Remarque, ça ne m'étonne pas, puisque cette réserve dédouane par trop les partisans de l'armistice.
Rends-toi compte : Roosevelt était pour.
Quel patatras pour ses pourfendeurs habitués de l'écriture de l'histoire à l'envers.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Mar Juin 22, 2010 6:59 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Ma question est : oui ou non, Vincent Auriol mentionne-t-il dans ses Mémoires le message de Roosevelt à Pétain via Leahy de ne pas constituer de gouvernement en AFN ?
Ton silence prolongé, s'il se prolongeait encore, ne pourrait être interprété autrement que comme une venue à résipiscence.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Mer Juin 23, 2010 6:30 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
On se cite mal !

boisbouvier a écrit:
Telle fut la teneur du message de Roosevelt à Pétain via Leahy.
Ce n'est pas moi qui le dis : c'est Vincent Auriol !
Vas-tu venir à résipiscence sur ce point au moins ?


devient
boisbouvier a écrit:
Ma question est : oui ou non, Vincent Auriol mentionne-t-il dans ses Mémoires le message de Roosevelt à Pétain via Leahy de ne pas constituer de gouvernement en AFN ?


cette fois, la réponse ne vas pas prendre trop de mon temps : non !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Mer Juin 23, 2010 9:04 am 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
boisbouvier a écrit:
Ma question est : oui ou non, Vincent Auriol mentionne-t-il dans ses Mémoires le message de Roosevelt à Pétain via Leahy de ne pas constituer de gouvernement en AFN ?


Pas lu les mémoires de Vincent Auriol. Pour autant, je n'ai jamais entendu parler d'une éventuelle constitution d'un gouvernement d'union nationale en AFN. Et encore moins du message de Leahy...

Pourrait-on avoir la citation et la référence exacte ?

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Mer Juin 23, 2010 5:04 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
La meilleure preuve que l'info ne peut être dans les mémoires d'Auriol gît dans ceux de Leahy, qui datent son arrivée à Vichy...

... du 5 janvier 1941 ! :lol: :D :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Jeu Juin 24, 2010 4:15 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Que dit Auriol exactement ? Je finirai bien par le savoir.
Quant à l'arrivée de Leahy à Vichy, elle est effectivement légèrement postérieure à l'arrêt des limousines à Vals, mais pas à la faculté qu'avait Roosevelt de prévenir Pétain par l'intermédiaire d'un chargé d'affaires comme Tuck, lui-même en rapport avec Leahy.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La crise du 13 d?cembre
MessagePosté: Jeu Juin 24, 2010 4:25 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
boisbouvier a écrit:
Que dit Auriol exactement ? Je finirai bien par le savoir.
Quant à l'arrivée de Leahy à Vichy, elle est effectivement légèrement postérieure à l'arrêt des limousines à Vals, mais pas à la faculté qu'avait Roosevelt de prévenir Pétain par l'intermédiaire d'un chargé d'affaires comme Tuck, lui-même en rapport avec Leahy.


ta puissance démonstrative devient de jour en jour plus impressionnante !

flagrant délit de refus de faire de l'histoire : tu ne démontres rien... sinon que ce que tu as besoin, idéologiquement, de croire, n'est pas absolument impossible.

Au fait, que voudrais-tu qu'il dise, Auriol ? C'est un prisonnier politique de ton auguste maréchal, et tu voudrais qu'il ait un fil direct avec FDR ?!!!

Dans sa position il pourrait tout au plus relater un bruit, et la démonstration de son bien-fondé incomberait toujours au sieur Boisbouvier.

Alors, fini les doigts de pied en éventail, pense à tes laborieux ancêtres et

au boulot !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla