Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Lun Oct 03, 2022 1:52 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2695 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148 ... 180  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 4:14 pm 
Hors ligne

Inscription: Ven Fév 23, 2007 4:56 pm
Messages: 256
Localisation: Région Parisienne
Cher Kimono55, ce n'est pas très gentil de se moquer avec cette ironie du travail de notre hôte. Vous citez deux exemples déjà amplement commentés.

La demande du 16 juillet est, bien évidemment, totalement inacceptable. C'est bien trop tôt: Vichy ne sait pas encore que la guerre va durer aussi longtemps et espère la chute de l'Angleterre du jour au lendemain, afin de régulariser sa situation. La demande est rejetée. Les Allemands n'insistent pas...

A Montoire, Pétain ne monte pas sur ses grands chevaux à l'offre vague d'Hitler d'une communauté contre l'Angleterre, comme vous l'indiquez. Offre similaire à celle que le Fuhrer a faite la veille au Caudillo. Mais le Maréchal confirme les propositions de Laval sur l'entrée en guerre éventuelle de la France. Laval avance ensuite ses pions, insinuant que la déclaration de guerre n'est pas possible sans réunir le parlement, mais que l'on peut pousser les Anglais à bout et l'obtenir de leur part. Moyennant "mesure et prudence" (où j'entends fort "moyennant des concessions Allemandes")

Voir : http://pages.livresdeguerre.net/pages/s ... 300&np=951

La suite "militaire", je l'ai donnée plus haut: quelques concessions Allemandes, bien insuffisantes pour que Vichy puisse même assurer la défense de son Empire. Aucune aide militaire à l'Espagne, pourtant absolument nécessaire si Hitler veut l'entrée en guerre de Franco. La "communauté" a vécu...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 5:03 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
François Delpla a écrit:
Cette lettre est adressée par Stülpnagel à Huntziger (et non Weygand) le 15 (et non le 16) juillet 40. C'est le 16 que le général l'apporte personnellement à Vichy, où le gouvernement en délibère en tremblant, et y répond, sous la signature de Pétain, le surlendemain, non point par un sec refus, mais en disant que de telles demandes, excédant la convention d'armistice, supposent une renégociation de celle-ci.

Non ! La lettre en question est bien adressée au général Weygand qui a rang de ministre et par l'intermédiaire du général Huntzinger qui est le chef de la délégation de Wiesbaden le 16. Voir à ce sujet les "Mémoires" de Weygand.

L'important, sur lequel Aron ni Jean n'insistent, c'est que Hitler n'y a plus jamais fait aucune allusion.

Il n'y a plus fait allusion ce qui démontre que la réponse qu'il avait eu était suffisamment ferme pour qu'il n'y revienne pas. Comme celle de Franco d'ailleurs...

Or ce type, lorsqu'il voulait vraiment quelque chose, n'aimait pas attendre ! Ce qui prouve :

-qu'il ne s'est pas départi en 1940, sinon dans le secret de ce seul texte et au seul usage de Vichy, de son souci de ménager l'Angleterre en n'avançant aucune revendication sur l'empire colonial français;

Ménager l'Angleterre, en 1940 ? Mais il ne songeait qu'à lui faire la guerre jusqu'à sa défaite ! Il le dit à plusieurs reprises, et même à Montoire ! Aucunbe revendication sur l'empire colonial ? Mais il ne songeait qu'à débarquer en AFN et à vérouiller Gibraltar. A part ça, aucune revendication...-

-qu'il cherchait là seulement un moyen de contrôle sur Vichy, tremblant de lui désobéir, avide de renégocier l'armistice sans se le voir accorder jamais, se croyant néanmoins héroïque et utile pour "sauver ce qui pouvait l'être" et enfin convainquant de cela les Français naïfs, jusqu'à nos jours, témoins deux participants de ce forum.


Naïfs ? Oh que non ! L'armistice a été un pîège pour Hitler. Et il s'en rendra vite compte. Je le dis, et je le répète: Hitler n'a rien obtenu de solide à Montoire. Rien ! Vichy non plus, si ce n'est que le statu quo de l'armistice... Pour gagner du temps ! Car Pétain avait compris qu'il lui fallait gagner du temps. Comme en 1917, il attendait les Américains !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 5:19 pm 
Hors ligne

Inscription: Ven Fév 23, 2007 4:56 pm
Messages: 256
Localisation: Région Parisienne
Citation:
Je le dis, et je le répète: Hitler n'a rien obtenu de solide à Montoire. Rien ! Vichy non plus, si ce n'est que le statu quo de l'armistice...


Là dessus, tout le monde semble d'accord...

Citation:
Pour gagner du temps ! Car Pétain avait compris qu'il lui fallait gagner du temps. Comme en 1917, il attendait les Américains !


Pour leur tirer dessus dès qu'ils débarquent? :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 5:22 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
Thierry Decool a écrit:
Cher Kimono55, ce n'est pas très gentil de se moquer avec cette ironie du travail de notre hôte. Vous citez deux exemples déjà amplement commentés.

La demande du 16 juillet est, bien évidemment, totalement inacceptable. C'est bien trop tôt: Vichy ne sait pas encore que la guerre va durer aussi longtemps et espère la chute de l'Angleterre du jour au lendemain, afin de régulariser sa situation. La demande est rejetée. Les Allemands n'insistent pas...

Non ! Vichy "n'espère pas la chute de l'Angleterre" ! Il y a la mission de Louis Rougier pour le prouver. Sa stratégie: gagner du temps. le temps que l'Angleterre refasse une armée valable. le temps que les USA déclarent la guerre à Hitler et eux-aussi, arrivent avec une armée puissante. En juillet 40, rien n'est encore sur. Il faut donc amadouer le Führer qui est tout puissant, avec l'URSS comme allié potentiel.

A Montoire, Pétain ne monte pas sur ses grands chevaux à l'offre vague d'Hitler d'une communauté contre l'Angleterre, comme vous l'indiquez. Offre similaire à celle que le Fuhrer a faite la veille au Caudillo. Mais le Maréchal confirme les propositions de Laval sur l'entrée en guerre éventuelle de la France.

Non ! Il n'est pas d'accord avec Laval sur ce point là et celà aboutira au 13 décembre. Je l'ai dit, à la demande formelle d'engagement militaire de la France, Pétain pose des conditions... inacceptables pour Hitler qui n'a pas confiance. Il le sait que celui-ci refusera. Donc il n'y a aucun risque à dire: "oui, d'accord, mais..."

Laval avance ensuite ses pions, insinuant que la déclaration de guerre n'est pas possible sans réunir le parlement, mais que l'on peut pousser les Anglais à bout et l'obtenir de leur part. Moyennant "mesure et prudence" (où j'entends fort "moyennant des concessions Allemandes")

C'est bien ce que nous disons; les Français ne sont pas d'accord, mais il faut faire patienter les Allemands qui ne l'oublions pas sont encore tout puissant et la "polonisation" de la France est un risque redoutable. Il n'y a pas de Mme Soleil/Delpla au gouvernement !
Faisons de l'histoire sans présager de l'avenir que nous ne connaissons pas en juillet 1940 !


Voir : http://pages.livresdeguerre.net/pages/s ... 300&np=951

La suite "militaire", je l'ai donnée plus haut: quelques concessions Allemandes, bien insuffisantes pour que Vichy puisse même assurer la défense de son Empire. Aucune aide militaire à l'Espagne, pourtant absolument nécessaire si Hitler veut l'entrée en guerre de Franco. La "communauté" a vécu...


Grace à qui ? A Franco d'une part, qui averti par Pétain (les deux hommes se connaissent et ont de bonnes relations) va refuser de s'associer à Hitler, malgré les promesses alléchantes sur le Maroc et une partie de l'Algérie, et à Pétain d'autre part ! Les Alliés le reconnaitront.
Pour la défense de son Empire, la France va se débrouiller seule, avec des chefs comme Weygand, Juin, Boisson... Sans avoir besoin de l'aide allemande !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 7:25 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
Quand Hitler, après avoir fait la sourde oreille,

-entame des conversations d'état-major sur le sujet avec Vichy et les fait traîner en longueur pendant cinq semaines puis les rompt par une crise du 13 décembre entièrement ourdie par lui (retour inopiné des cendres de l'Aiglon avec présence obligatoire du maréchal à Paris, approuvée par Laval et inacceptable pour ce qui reste de l'orgueil du maréchal, surtout après la stérilité de sa reptation de Montoire),

-ne fait pas, dans propres ses conférences d'état-major aujourd'hui bien connues, le moindre projet de ce genre ni la moindre entorse réelle à l'exclusivité soviétique dans ses projets d'agression,

sa volonté de reprendre le Tchad aux anglo-gaullistes est sûre et certaine :lol: !!!



Comprenne qui pourra.
Hitler fait la sourde oreille mais il entame des conférences d'état-major pour aider les Français à reprendre le Tchad et il devient d'une fureur démoniaque quand il apprend que ces Français ont changé de politique à cet égard.
Et que vient faire l'exclusivité soviétique (c'est quoi d'ailleurs ?) là dedans ?
Moi plus rien comprendre. Au secours ! J'ai l'impression de devenir fou.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 9:39 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6778
on est prié de se pointer avec un QI normal.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mar Mai 17, 2011 9:52 pm 
Hors ligne

Inscription: Lun Aoû 24, 2009 12:10 am
Messages: 271
@ Boisbouvier
Au temps ( sic ! ) pour moi.
Ce n'est pas en février 41 mais en décembre 40, le 25 exactement, que Darlan a rencontré Hitler à La Ferrière sur Epte à 40 km de Beauvais.
Or, ça ne s'est pas bien passé du tout.
Hitler était dans un état de fureur "démoniaque".
Pas besoin d'archives !

La delegation française qu' accompagnait Abetz arriva prés de Beauvais avec plus d'une heure de retard , ce qui eut le don d'irriter Hitler
L'eviction de Laval , et le peu de succés du retour des cendres de l' Aiglon , etait un autre sujet d'irritation ...........Darlan remercia d'abord le Fuhrer , au nom du maréchal pour son geste et lui donna l'assurance que l'eviction momentanée de Laval etait motivée par des raisons gouvernementales internes et ne mettait pas en cause la politique de collaboration convenue ,à laquelle le maréchal attachait le plus grand prix .....aprés ses habituelles tirades sur la responsabilité de la France , sa générosité , et son désir sincère de collaboration , .le ton d' Hitler se radoucira suffisament pour que Darlan prenne congé avec un sentiment de satisfaction
( suivant les ecrits de Darlan , Paul Stehlin et l'interprète Schmidt )
On est loin de "la fureur démoniaque " !
@ Kimono
Comme d'hab' , notre ami avance n'importe quoi , au mepris de l' histoire et des sources
Non ! La lettre en question est bien adressée au général Weygand qui a rang de ministre et par l'intermédiaire du général Huntzinger qui est le chef de la délégation de Wiesbaden le 16. Voir à ce sujet les "Mémoires" de Weygand.
Le 15 juillet 1940 Stulpnagel ecrit à Huntziger , au sujet des revendications allemandes , et c'est Huntziger qui transmet la lettre à Weygand
Il s'agit là d'un ballon d'essai , et non d'une demande pressante ni d'un ultimatum , pour tester la bonne volonté française ... Hitler n'insistera pas , et quand la necessité s'imposera , il n'aura nul besoin d'un accord de Vichy ( invasion de la ZNO, par exemple )

Ménager l'Angleterre, en 1940 ? Mais il ne songeait qu'à lui faire la guerre jusqu'à sa défaite ! Il le dit à plusieurs reprises, et même à Montoire ! Aucunbe revendication sur l'empire colonial ? Mais il ne songeait qu'à débarquer en AFN et à vérouiller Gibraltar. A part ça, aucune revendication...

-Jusqu'a fin 40 , Hitler espère amener l' Angleterre à resipiscence avec l'espoir d'un traité de paix !
_ Hitler ne manifeste aucune revendication coloniale , et il temperera même les velleités du Duce et de Franco ......pour le moment
- Hitler caressera bien l'idée de verrouiller Gibraltar , mais les atermoiements de Franco l'en dissuaderont , il ne songera jamais à debarquer en AFN ( Vichy y joue les chiens de garde ) , il n'en avait pas les moyens et il avait déja Barbarossa en tête !

L'armistice a été un pîège pour Hitler. Et il s'en rendra vite compte. Je le dis, et je le répète: Hitler n'a rien obtenu de solide à Montoire. Rien ! Vichy non plus, si ce n'est que le statu quo de l'armistice... Pour gagner du temps ! Car Pétain avait compris qu'il lui fallait gagner du temps. Comme en 1917, il attendait les Américains !
-L'armistice n'a pas été un piège , il a neutralisé la France à son profit
- C'est Petain qui sollicite la rencontre de Montoire avec Hitler , et non l'inverse , surtout pour faire allegeance et presenter humblement ses requêtes !
-En octobre 40 , Petain n'a rien à attendre de Roosevelt , en pleine campagne electorale et qui a promis à son peuple de se tenir à l'ecart du conflit !
Et comme le rappelle Thierry , quand les Americains debarqueront en AFN , il essaiera "vaillamment" de les repousser ......, pour respecter l'armistice !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 4:50 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6778
Jean, infiniment moins noyeur de poisson que Michel, l'est quand même quand il pinaille sur la destination de la lettre de Stülpnagel, publiée en annexe du premier des cinq volumes de documents de la délégation française à Wiesbaden : elle est logiquement adressée à Huntizger, son homologue français. Si Weygand se trompe ou tire la couverture à lui dans ses mémoires en se disant destinataire, tant pis pour son livre qui n'est déjà pas d'une fiabilité absolue mais ment en général, ou truque, sur des objets plus importants.

Pour y venir, justement, une petite nuance aux saines mises au point de Léon : Hitler ne cesse pas fin 1940 de ménager l'Angleterre, il le fait jusqu'à la veille de son suicide, suivant des modalités diverses induites par le déroulement de la guerre. Dans cette forme bien particulière des rapports humains, celui qui veut la paix est bien obligé de cogner, tout est dans le dosage des coups et la porte de sortie qu'on laisse à l'adversaire.

Barbarossa est décidé, et obtient l'exclusivité dans les projets d'attaque, en juillet 40 (directives orales de Hitler aux généraux rapportées par le très fiable journal de Halder). Cela signifie une chose : on n'attaquera pas ailleurs, sauf a minima en cas de besoin extrême, et sauf si cela permet de déployer des troupes contre l'URSS (cas des Balkans en mars-avril 41).

Un effort suprême pour la paix avec l'Angleterre est fait en mai, avec des coups de boutoir et des intrigues destinés à faire chuter Churchill et l'envoi à tous risques de Hess pour hâter le processus.

Je suis donc d'accord sur un seul point avec Michel et peut-être Jean, concernant le 13 décembre : le renvoi de Laval, provoqué par l'affaire du retour des cendres (donc par Hitler) l'est en raison de l'avancement des projets contre le Tchad... parce que Hitler n'en veut surtout pas, mais ne veut pas non plus qu'on sache que c'est lui qui stoppe le processus : voilà pourquoi Napoléon 2 ne repose pas en paix dans sa crypte viennoise.

Mais dites-moi, nous sommes en train de voir Hitler comme un stratège ? eh oui. C'est l'image archaïque (et également induite par lui-même) du gosse mal élevé fonçant sur tout ce qui lui fait envie qui a paralysé la recherche pendant un bon demi-siècle, fait prendre au sérieux les projets contre Gibraltar etc.

De ce point de vue, Paxton et Robert Aron méritent le même Purgatoire !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 7:55 am 
Hors ligne

Inscription: Mar Sep 23, 2008 12:11 pm
Messages: 4749
Citation:
L'armistice n'a pas été un piège , il a neutralisé la France à son profit


L'armistice a été un piège, certes, mais pas pour la France, pour Hitler.
Il le dit à Bormann en février 45. Ses propos ont été consignés dans les Bunkergespräche :
"Notre plus grosse faute fut l'armistice. Nous n'aurions jamais dû suivre Abetz qui nous a trompés." (Eberhard Jäckel : "La France dans l’Europe de Hitler")
Göring dit aussi à Nuremberg qu'après la défaite de la France il eût fallu poursuivre la guerre en Afrique.
L'armistice a sauvé plus que la France : le monde.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 8:05 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6778
Je vais te poser une question simple : qu'est-ce qui a le plus nui à Hitler, de l'arrivée au pouvoir de Churchill le 10 mai 1940 et de celle de Pétain le 16 juin suivant ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 8:51 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
François Delpla a écrit:
Je vais te poser une question simple : qu'est-ce qui a le plus nui à Hitler, de l'arrivée au pouvoir de Churchill le 10 mai 1940 et de celle de Pétain le 16 juin suivant ?


Tu appelles ça une question simple ?
Moi je vais te répondre. En 1945, on peut dire que, effectivement, Churchill aura été le véritable vainqueur d'Hitler. Mais pas le 10 mai, ni le 16 juin 1940. Parceque l'Histoire ne se comprend pas "à postériori" !
Le 10 mai 1940, la plus grande défaite de tous les temps attend Anglais et Français qui ont déclaré la guerre à Hitler pour Dantzig (Ils auraient pu aussi la déclarer à l'URSS, alliée de Hitler) !
Ce qui nuit à Hitler c'est qu'il y ait un vieux maréchal français qui, alors que toutes ses armées sont défaites et que le pouvoir politique français part en déliquescence, arrête son offensive avant qu'elle n'ait atteint les rives de la Méditerranée. Un vieux maréchal français qui met sa Flotte à l'abri, sauvegarde son Empire et surtout l'AFN qui sera la plateforme d'assaut pour la libération future de la France. Celà personne ne le sait encore, mais seul le vieux maréchal y croit, lui, avec son vieux général qu'il envoie à Alger... Ces deux vieillards, stratégiquement, ont commencé la défaite d'Hitler. Voilà la réponse, François !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 9:08 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6778
eh bien une fois de plus notre débat se révèle utile !

Tu viens de nous faire un concentré de pétainisme, des plus pédagogiques. Un éloge du bandeau sur les yeux. C'est effectivement la seule façon de défendre ton vieux maréchal et ton vieux général, que de dire qu'en se fiant aux apparences ils pouvaient se targuer d'avoir arrêté une armée en marche, en sauvant d'elle le sud de la France ou même, pourquoi pas, en faisant bon marché des problèmes logistiques, les colonies françaises d'Afrique. Churchill ? hors sujet, on ne pouvait prévoir sa réussite, donc on devait ne la point prévoir, et arrêter l'incendie uniquement avec les moyens du bord : interdiction de faire des traites sur l'avenir.

Merci encore !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 9:15 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
François Delpla a écrit:
Jean, infiniment moins noyeur de poisson que Michel, l'est quand même quand il pinaille sur la destination de la lettre de Stülpnagel, publiée en annexe du premier des cinq volumes de documents de la délégation française à Wiesbaden : elle est logiquement adressée à Huntizger, son homologue français. Si Weygand se trompe ou tire la couverture à lui dans ses mémoires en se disant destinataire, tant pis pour son livre qui n'est déjà pas d'une fiabilité absolue mais ment en général, ou truque, sur des objets plus importants.

Non ! La lettre est bien destinée au gouvernement français et le canal, c'est Wiesbaden ! Weygand est ministre de la guerre, c'est donc à lui qu'est destinée la lettre de Hitler. Quel intérêt aurait-il a écrire un tel ultimatum, car c'est bien un ultimatum à un simple général français ?

Pour y venir, justement, une petite nuance aux saines mises au point de Léon : Hitler ne cesse pas fin 1940 de ménager l'Angleterre, il le fait jusqu'à la veille de son suicide, suivant des modalités diverses induites par le déroulement de la guerre.


Où est-ce que tu as vu ça ? Le premier projet de Hitler après la campagne de France, c'est d'en terminer avec le seul ennemi qu'il lui reste: l'Angleterre ! Après l'échec de la bataille d'Angleterre, prémices à un futur débarquement, après l'échec de Hendaye et de Montoire, il va changer de stratégie en essayant de jouer l'Angleterre contre les soviets. Hitler au summum de sa gloire ne veut ménager personne. Ni les Anglais, ni les Français, comme il n'a pas ménagé les Polonais ou les Tchèques

Dans cette forme bien particulière des rapports humains, celui qui veut la paix est bien obligé de cogner, tout est dans le dosage des coups et la porte de sortie qu'on laisse à l'adversaire.

Barbarossa est décidé, et obtient l'exclusivité dans les projets d'attaque, en juillet 40 (directives orales de Hitler aux généraux rapportées par le très fiable journal de Halder). Cela signifie une chose : on n'attaquera pas ailleurs, sauf a minima en cas de besoin extrême, et sauf si cela permet de déployer des troupes contre l'URSS (cas des Balkans en mars-avril 41).

Un effort suprême pour la paix avec l'Angleterre est fait en mai, avec des coups de boutoir et des intrigues destinés à faire chuter Churchill et l'envoi à tous risques de Hess pour hâter le processus.

Je suis donc d'accord sur un seul point avec Michel et peut-être Jean, concernant le 13 décembre : le renvoi de Laval, provoqué par l'affaire du retour des cendres (donc par Hitler) l'est en raison de l'avancement des projets contre le Tchad... parce que Hitler n'en veut surtout pas, mais ne veut pas non plus qu'on sache que c'est lui qui stoppe le processus : voilà pourquoi Napoléon 2 ne repose pas en paix dans sa crypte viennoise.

Le "retour des cendres" a été suggéré par Benoist-Méchin par Abetz interposé. Ce n'est pas une initiative d'Hitler, mais une "idée" de rapprochement franco-allemand. Le Maréchal va tout faire râter. Cérémonie lamentable !

Mais dites-moi, nous sommes en train de voir Hitler comme un stratège ? eh oui. C'est l'image archaïque (et également induite par lui-même) du gosse mal élevé fonçant sur tout ce qui lui fait envie qui a paralysé la recherche pendant un bon demi-siècle, fait prendre au sérieux les projets contre Gibraltar etc.

Hitler avait un solide Etat-Major qui lui présentait différentes stratégies. Mais c'est lui qui avait le dernier mot. A ses généraux qui foncent dans la motte de beurre française, certains de n'avoir plus rien devant eux, il ordonne de s'arrêter. Il répond favorablement à la demande d'armistice française, laissant échapper la flotte des ports de l'Atlantique et arrêtant encore ses généraux là où ils sont arrivés au jour de l'armistice (les faisant même reculer en certains endroits!) Pourtant, c'est vrai, en s'emparant de Gibraltar, il faisait de la Méditerranée un espace stratégique italo-allemand. Erreur ! C'est ce qui provoquera d'ailleurs la colère de Rommel, et sa défaite.

De ce point de vue, Paxton et Robert Aron méritent le même Purgatoire !


Oh que non ! On est prié de ne pas mélanger les torchons et les serviettes !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 9:24 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 17, 2009 6:55 am
Messages: 941
Localisation: Basse vallée du Rhône
François Delpla a écrit:
eh bien une fois de plus notre débat se révèle utile !

Tu viens de nous faire un concentré de pétainisme, des plus pédagogiques. Un éloge du bandeau sur les yeux. C'est effectivement la seule façon de défendre ton vieux maréchal et ton vieux général, que de dire qu'en se fiant aux apparences ils pouvaient se targuer d'avoir arrêté une armée en marche, en sauvant d'elle le sud de la France ou même, pourquoi pas, en faisant bon marché des problèmes logistiques, les colonies françaises d'Afrique. Churchill ? hors sujet, on ne pouvait prévoir sa réussite, donc on devait ne la point prévoir, et arrêter l'incendie uniquement avec les moyens du bord : interdiction de faire des traites sur l'avenir.

Merci encore !



Il ne s'agit pas d'un "concentré de pétainisme", mais tout simplement de comprendre dans quelle situation on se trouvait en juin 1940, justement sans "tirer des traites sur l'avenir", qu'on ne connaissait pas ! Bien malin celui qui aurait pu dire:
- Que les Allemands allaient accepter les conditions d'armistice.
- Que les Anglais, s'alliant aux Américains allaient mettre en oeuvre la reconquête.
- Que les Allemands iraient s'enfoncer dans le territoire russe sans espoir de revenir.

Tu l'as dit: il fallait d'abord arrêter l'incendie et avec les moyens du bord. Le seul moyen: l'armistice (à conditions qu'il soit accepté tel qu'on le demandait !)
Encore une fois, François Delpla, on ne fait pas de l'Histoire à postériori !

_________________
"Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger !" Charles de Gaulle


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Mai 18, 2011 9:45 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6778
kimono55 a écrit:

Où est-ce que tu as vu ça ? Le premier projet de Hitler après la campagne de France, c'est d'en terminer avec le seul ennemi qu'il lui reste: l'Angleterre ! Après l'échec de la bataille d'Angleterre, prémices à un futur débarquement, après l'échec de Hendaye et de Montoire, il va changer de stratégie en essayant de jouer l'Angleterre contre les soviets. Hitler au summum de sa gloire ne veut ménager personne. Ni les Anglais, ni les Français, comme il n'a pas ménagé les Polonais ou les Tchèques

Là encore, tu montres un classicisme révélateur.

Tu es prisonnier de la vision d'un Hitler "bloqué à l'ouest par la bataille d'Angleterre et le refus de Franco de l'aider à prendre Gibraltar", deux mythes largement démolis par l'historiographie des vingt dernières années, de même que tu ne tiens aucun compte du journal de Halder sur la date de la décision de Barbarossa. Tu as l'air de la confondre avec la date de la directive (18 décembre), alors qu'elle est incontestablement prise en juillet, au lendemain et dans le choc opératoire de Mers el-Kébir.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2695 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148 ... 180  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla