Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Lun Déc 10, 2018 1:51 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 131 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 5, 6, 7, 8, 9
Auteur Message
MessagePosté: Ven Fév 10, 2012 10:05 am 
Hors ligne

Inscription: Ven Fév 23, 2007 4:56 pm
Messages: 256
Localisation: Région Parisienne
Pour l'aviation (un peu rapidement, car je n'ai pas mes sources ici), le réarmement commence avant le FP. L'industrie aéronautique est littéralement submergée par l'argent débloqué par l'Etat.

Tout cela parce qu'en fait "d'industrie aéronautique" on a une floppée "d'artisans", bien incapables de passer d'un seul coup de la fabrication de 4 biplans entoilés à 400 monoplans métalliques à hautes performances. Rajouter à cela un retard technique important, dans le domaine des revêtements travaillants, l'aérodynamique...

Pour la motorisation, on a la même problématique: l'Etat va choisir les moteurs à développer, ceux à abandonner.

La nationalisation en 1936 de la fabrication va permettre de concentrer les moyens de production, les bureaux d'études, toujours privés, commençant à proposer des modèles performants.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam Fév 11, 2012 4:26 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Oct 31, 2010 10:02 pm
Messages: 321
Localisation: Muret
Bonjour. En approfondissant le dossier Pétain, voici deux ou trois points que j'ai trouvé: en 1931 il prend la retraite de vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre (il est remplacé par Weygand... ), mais le 09 février 1931, pour ne pas rester inactif à la retraite, il est nommé Inspecteur Général de la Défense Aérienne du Territoire. Donc, on est assuré qu'il connaissait les problèmes de l'aéronautique militaire de l'époque, sans oublier combien un maréchal de l'Armée de Terre à du géner le développement de la naissante Armée de l'Air. Qu'il puisse prétendre, au dernier moment que les déficiences de notre aviation sont inombrables relève, à mon avis, de l'intoxication politique, pour cacher son incurie à un moment donné tout en rejetant sa faute sur les autres (procédé dont il usera plus tard, quand il sera au pouvoir)
Deux citations qui me paraissent éclairer le personnage: à l'occasion de la visite que lui rend le président de la République sur le front, le 22 mars 1917, il lui explique que la coordination de tous les rouages gouvernementaux n'est possible que grace à une dictature exercée par l'Etat Major. "Mais, lui répond Poincaré, la Contitution, qu'est-ce que vous en faites?
_La Constitution, oh je m'en fous!"
Et c'était le maréchal qu'on trouvait le plus "républicain" le 21 janvier 1920 pour le nommer vice-président du Conseil Supérieur de la Guerre à la place de Foch ou de Lyautey (évidemment, les autres étaient carrément royalistes!!!)
Et maintenant la cerise du 07 mars 1934 devant la commission du Sénat, à propos des fortifications des Ardennes: "La forêt des Ardennes est imprenable, avec des aménagements spéciaux. Il s'agit d'une zone de destruction; il faut protéger les lisières du côté de l'ennemi en y installant des blockaus. Ce front n'a pas de profondeur; l'ennemi ne pourra s'y engager. S'il s'y engage, on le pincera à la sortie des forêts. Donc ce secteur n'est pas dangereux." Que voilà de la belle clairvoyance!!!
Thierry Decool a écrit:
Pour la motorisation, on a la même problématique: l'Etat va choisir les moteurs à développer, ceux à abandonner.

Les motoristes n'étant pas nationnalisés, il n'en restait que deux importants pour fournir les appareils de combat: Hispano-Suiza dont la principale production était des moteurs en ligne, dont il n'arrivait pas à développer la puissance au delà de 1000 ou 1100 chevaux (il me semble bien que c'est 1000) pour des raisons que j'ignore, mais ils travaillaient sur le type Z et ne parviendront à un résultat qu'après la guerre ( il faut savoir que la variante soviétique de chez Klimov aura les développement requis...) Puis nous avions Gnome-Rhone spécialisé sur les moteurs en étoile, qui n'avait pratiquement pas de recherche, et qui fonctionnait sur quelques extrapolations de moteurs anciens ( le moteur de 1500 chevaux ne sortira que quand les allemands tiendront les pays, vous avez dit bizarre?) Par contre ces motoristes faisaient tout ce qu'ils pouvaient dans les hautes sphères pour éviter toute importation de moteurs américains ou anglais (et ils y réussirent parfaitement!!!)
Pour les commandes d'avions, il est vrai qu'un certain nombres (et un nombre certain) ont été passée au début des années 30, mais l'état artisanal de l'outil a fait qu'elles ne furent livrées que dans la deuxième moitié de ces années, les appareils étaient déjà obsolètes. Ceci étant, les nationalisations ne furent pas une panacée, parce qu'arrivant trop tard (et non à cause des 40 heures :mrgreen: ), P. Cot en était conscient, qui dès 1937 s'est mis à tout faire pour que soient ressérés les liens industriels et militaires avec l'URSS, mais c'est une autre histoire torpillée par Daladier dont je pense qu'il faudrait étudier le basculement et la trajectoire. (un autre domaine pour notre hôte? :wink: ) Amitiés. Bernard


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Fév 12, 2012 2:41 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Daniel Laurent a écrit:
François Delpla a écrit:
Churchill et de Gaulle, en particulier, font toute confiance à Blum, une fois qu'il a remis les usines en marche, pour leur faire produire des armes.

Bruno, copie a revoir !
:mrgreen:


Non, pas du tout. :wink:

Je sais les budgets qui ont été votés. Mais pas en octobre 36, bien plus tard, en fait. Les 1ère mesures financières, si j'en crois Crémieux-Brilhac, datent de janvier 1937. C'est aussi une manière de relancer l'économie, à la Roosevelt...

Quant à de Gaulle, il obtient de voir Blum qui le renvoie vers Daladier entre 2 coups de téléphone. Car, déjà, Daladier ne peut pas "sentir" de Gaulle. Il me semble que c'est par le truchement de Paul-Boncour que le général obtient ce rendez-vous qui, d'ailleurs, ne servira à rien.

Donc, entre juin 36 et janvier 1937, il n'y a rien de concret.

Ce que tout le monde omet de signaler ou ne réalise pas, c'est que Blum n'a pas besoin de réarmer pour rentrer dans le chou du funeste dictateur. Ce qui était possible en mars 1936 l'est toujours en octobre. En six mois, Hitler a sans doute mis les bouchées doubles, mais il n'a encore que quelques centaines de tankettes du type Pz I ou II. Son aviation est sur le point de sortir d'usine, mais elle n'est pas encore capable de s'en prendre à la France.

Son armée n'a pas encore touché les nouvelles pièces de 75, ni les mitrailleuses MG 34 en nombre suffisant. Bref, la Rhur est à trois jours de marche. Mais Blum ne fera rien, comme on le sait. Sauf démarrer le réarmement avec un temps de retard, ce qui était bien le moins.

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Fév 12, 2012 3:30 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6769
Il sied donc de se désolidariser très fermement de Serge Dassault http://www.delpla.org/article.php?id_article=121

... et de notre inénarrable Boisbouvier !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Fév 12, 2012 5:35 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Serge Dassault n'est pas un historien, mais répète ce qu'il a entendu.

Blum n'est pas coupable de ne pas avoir réarmé. Il est coupable de ne pas avoir agi !
Il le pouvait, en juin, juillet, août, septembre, octobre 1936...

Il n'a rien fait. Il n'a même pas insisté -sinon pour la forme et mollement- auprès de la SDN, pour exiger le respect des accords de Locarno. Et l'automne venu, les feuilles sont tombées, comme les belles paroles : autant en emporte le vent !

Il était prisonnier de ses promesses...

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Fév 12, 2012 9:24 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Oct 31, 2010 10:02 pm
Messages: 321
Localisation: Muret
Roy-Henry a écrit:
Blum n'est pas coupable de ne pas avoir réarmé. Il est coupable de ne pas avoir agi !
Il le pouvait, en juin, juillet, août, septembre, octobre 1936...

Bonsoir. Comment le pouvait-il, alors que toute une partie de la chambre l'empèche de réagir au coup d'état de Franco, qui est au moins aussi grave pour la France? En outre il me semble que pour réagir, le gouvernement français avait besoin de l'appui de la Grande Bretagne, qui s'y opposait tellement que Churchill en était réduit à demander que le gouvernement de sa gracieuse majesté intervienne auprès de la SDN. Or la ligne de conduite de la France était de ne pas paraitre pour fauteur de guerre tant au devant du peuple français que du reste des nations. De surcroit, l'Etat Major freinait des deux pieds et se refusait à étudier toute action offensive contre l'Allemagne. Il est sur que Blum penchait du côté où il allait tomber, et il n'a pas fallut grand chose pour l'aider à chuter (je me pose toujours la question de savoir pourquoi il a démissionné sans être mis en minorité???). Je crois que reprocher à Blum de ne pas avoir agi militairement dans les deux cas consiste à reporter le problème qui réside en: pouvait-il agir en regard de la situation politique de la France à ce moment là (il ne faut pas regarder qu'à la chambre des députés, mais à tous les intervenants ), quel était l'objectif réel du président du conseil , dans quelles limites de manoeuvre (n'oublions pas qu'avant de présenter son ministére, il du passer son "grand oral" devant le conseil d'administration de la Banque de France, et que tout le monde à été piégé par les grèves-occupations de juin 1936). Je pense qu'il ne faut pas regarder l'affaire simplement sur le plan de la stricte possibilité militaire au point de vue du matériel, mais sur le plan géopolitique et géostratégique comme on dit maintenant. Il est certain qu'une intervention "musclée" contre l'Allemagne aurait certainnement changé pas mal de choses, mais je pense que Hitler n'a pas agi à la légère, mais avec de solides connaissances de la politique française fournies par qui de droit, et avec des assurances du côté britanniques. Je ressent ce coup comme le premier de la série destiné à briser les alliances antiallemandes, et AH est arrivé à ses fins pour le premier acte. Amitiés. Bernard


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim Fév 12, 2012 11:06 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Barbu a écrit:
Roy-Henry a écrit:
Blum n'est pas coupable de ne pas avoir réarmé. Il est coupable de ne pas avoir agi !
Il le pouvait, en juin, juillet, août, septembre, octobre 1936...

Bonsoir. Comment le pouvait-il, alors que toute une partie de la chambre l'empèche de réagir au coup d'état de Franco, qui est au moins aussi grave pour la France?


Le parti radical ne veut pas d'aventure en Espagne. Principe de non-ingérence dans les affaires internes d'un état. Le cas allemand est différent : Hitler a violé un traité qui met à bas toutes les garanties du traité de Versailles. C'est une agression contre la France. Le coup d'état de la junte militaire espagnole est dirigée contre la république espagnole, pas contre la France.

Citation:
En outre il me semble que pour réagir, le gouvernement français avait besoin de l'appui de la Grande Bretagne, qui s'y opposait tellement que Churchill en était réduit à demander que le gouvernement de sa gracieuse majesté intervienne auprès de la SDN.


Non. La France pouvait se passer de la Grande-Bretagne. Elle n'avait pas besoin de l'or de la City pour mener une opération chirurgicale. Cette excuse ne tient pas.

Citation:
Or la ligne de conduite de la France était de ne pas paraitre pour fauteur de guerre tant au devant du peuple français que du reste des nations.


En l'occurence, le fauteur de guerre, c'était Hitler. Mais évidemment, après s'être fait élire sur un programme pacifiste, il était difficile de risquer de passer pour le boute-feu. Qu'en aurait pensé le PCF (donc Staline) ?

Citation:
De surcroit, l'Etat Major freinait des deux pieds et se refusait à étudier toute action offensive contre l'Allemagne.


Bonne occasion de se débarrasser de Gamelin. Blum avait peur de Franchet d'Esperay : c'est pourtant lui qu'il aurait fallu écouter...

Citation:
Il est sur que Blum penchait du côté où il allait tomber, et il n'a pas fallut grand chose pour l'aider à chuter (je me pose toujours la question de savoir pourquoi il a démissionné sans être mis en minorité???).


Là, on est en juin 1937. L'occasion était passée. C'est le Sénat qui a mis Blum en minorité. Il aurait pu se maintenir, mais ça n'était pas l'usage "républicain".

Citation:
Je crois que reprocher à Blum de ne pas avoir agi militairement dans les deux cas consiste à reporter le problème qui réside en: pouvait-il agir en regard de la situation politique de la France à ce moment là (il ne faut pas regarder qu'à la chambre des députés, mais à tous les intervenants ), quel était l'objectif réel du président du conseil , dans quelles limites de manoeuvre (n'oublions pas qu'avant de présenter son ministére, il du passer son "grand oral" devant le conseil d'administration de la Banque de France, et que tout le monde à été piégé par les grèves-occupations de juin 1936).


Le cas espagnol était plus délicat, moins facile à justifier. En tout cas, les livraisons d'armes auraient pu être plus nombreuses. Mais, l'affaire de la Rhénanie était plus importante. Elle méritait une intervention musclée. Il faut ajouter que Blum devait compter avec une majorité pacifiste au sein de la SFIO : à peu près les mêmes qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain !

Citation:
Je pense qu'il ne faut pas regarder l'affaire simplement sur le plan de la stricte possibilité militaire au point de vue du matériel, mais sur le plan géopolitique et géostratégique comme on dit maintenant.


Justement, sur le plan géopolitique et surtout, géostratégique, c'était l'occasion ou jamais !

Citation:
Il est certain qu'une intervention "musclée" contre l'Allemagne aurait certainnement changé pas mal de choses, mais je pense que Hitler n'a pas agi à la légère, mais avec de solides connaissances de la politique française fournies par qui de droit, et avec des assurances du côté britanniques.


En effet, il savait les radicaux inféodés à la "nurse anglaise" et les socialistes, majoritairement pacifistes. Blum a donc agi en pleine conformité idéologique avec les membres de son parti. Il n'a pas sû s'élever au rang d'un homme d'Etat !

Citation:
Je ressent ce coup comme le premier de la série destiné à briser les alliances antiallemandes, et AH est arrivé à ses fins pour le premier acte.


Bien sûr, Hitler disposait d'un quasi-feu vert des Anglais. Il ne s'est pas privé de l'exploiter. Pour le coup, Pétain n'y est pour rien et Blum s'est mal conduit, comme la plupart des socialistes avec lui...

En ayant renoncé à contrer Hitler, Blum laissait entrevoir sa démission face à Franco !

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Fév 13, 2012 4:25 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6769
Si on cherche les responsabilités, il faudrait regarder tout d'abord quels gouvernement ont fait prendre le pli.

-1933, absence de réaction au gouvernement Hitler, sa mue rapide en dictature de parti unique et sa désertion de la SDN : gouvernement Daladier;

-1935, service militaire et aviation de guerre en Allemagne : gouvernement Flandin ; accord naval anglo-allemand : gouvernement Laval;

-mars 1936, remilitarisation de la Rhénanie : gouvernement Sarraut.

Blum hérite d'un sacré passif ! De faiblesse devant l'Allemagne mais aussi l'Angleterre. Peu à voir avec la présence du mot "paix" dans le programme électoral. En outre, ce n'est pas "paix à n'importe quel prix" -un programme que commencent à ruminer des minoritaires socialistes... et pas mal de gens de droite.

D'autre part, attention sur l'attitude soviétique : elle passe plutôt alors pour "belliciste"; Blum et surtout Daladier se méfient d'un PCF qui voudrait les entraîner dans "une guerre qui ne profite qu'à l'URSS".


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Fév 13, 2012 4:49 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Justement, Blum aurait pu s'appuyer sur le PCF. Et sonder (au moins) Staline. Si je ne me trompe, le dossier "Rhénanie" est définitivement fermé en novembre. Blum a d'autres soucis. Bien entendu, il n'a jamais sérieusement songé à réagir contre Hitler. Sur le plan extérieur, il se préoccupe essentiellement de la situation en Espagne. Mais là, comme pour la Rhénanie, il s'aligne sur l'Angleterre. Les radicaux sont satisfaits, mais pas les communistes.

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Mer Fév 15, 2012 3:55 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Mince, alors... Quand Boisbouvier n'est plus là, y'a plus personne ! :roll:

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun Fév 20, 2012 10:11 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6769
Roy-Henry a écrit:
Mince, alors... Quand Boisbouvier n'est plus là, y'a plus personne ! :roll:



Chacun ses rythmes !

Où va-t-on où si de mon côté je commence à pester d'être le seul à entretenir le feu sous les pieds des censeurs de Passion-Histoire :evil: http://www.empereurperdu.com/forum/phpB ... 946#p46883 ?

Plus j'y réfléchis et plus je pense que l'habileté manoeuvrière de Hitler rend compte de bien des lâchetés et des aveuglements apparents.

Songerait-on un seconde à dire d'un judoka en train d'être déséquilibré que c'est un beau parleur qui n'agit pas ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 131 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 5, 6, 7, 8, 9

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla