Le Forum de François Delpla

Nous sommes le Lun Sep 16, 2019 1:10 pm

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Sam Mai 02, 2009 5:52 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
Bonjour à tous


Je voudrais essayer de ramasser et si possible de relancer les nombreux débats sur Vichy, parfois parasités par des monologues fermés, qui ont eu cours ces derniers mois sur le forum.

L’histoire du régime de Vichy, en France, est scandée par la « révolution paxtonienne », c’est-à-dire par la parution de l’ouvrage de l’historien américain Robert Paxton La France de Vichy, en 1972. Globalement parlant, à l’image d’un Pétain veule et lâche, mais croyant faire ce qu’il pouvait pour préserver les intérêts français, s’est substituée celle d’un régime résolument pro-allemand, autoritaire et anti-républicain, se précipitant dans les bras du vainqueur provisoire sans que celui-ci ait rien demandé. Les recherches récentes, depuis une vingtaine d’années, sont en train de faire évoluer ce tableau. On insiste davantage sur l’existence de plusieurs clans à Vichy, et sur les changements induits par l’évolution de la guerre. D’où l’intérêt de se concentrer sur quelques personnages :

-Pétain, Laval, Darlan et Weygand suffisent pour donner une vue d’ensemble des milieux dirigeants ;

-les autres choix possibles pour la France sont incarnés par de Gaulle, Moulin et Frenay –ou, à un autre niveau, le couple Aubrac (une minorité d'historiens français et étrangers s'étant dressés contre la calomnie qui les a frappés en 1997 alors que la corporation restait globalement frileuse sinon dubitative) ;

-les influences étrangères sont aussi à prendre en considération : il convient de présenter les attentes de Hitler et les actes de son principal représentant dans la place, Abetz, ainsi que le jeu des représentants SS, principalement Knochen et Brunner, et de leurs patrons directs Heydrich et Eichmann. Il importe aussi de mettre en scène les menaces et les promesses de Churchill et de Roosevelt (importante ambassade de l’amiral Leahy, très proche du président), l’un et l’autre écoutés sinon obéis.

Auteur de l’étude la plus fouillée (et de loin) sur la poignée de main de Montoire (octobre 1940), je dis qu’il est temps de faire connaître tout aussi largement celle de Paris entre Heydrich et Bousquet (mai 42) car il est fâcheux que la rafle du Vel d’Hiv en juillet suivant soit aussi connue alors que cette préface, médiatisée à l’époque sous couvert de « coordination des polices », l’est aussi peu. C’est sous son éclairage (et celui, 5 mois plus tôt, de la conférence de Wannsee qui a fait l’objet de plusieurs ouvrages vers 2000, et, encore plus tôt, de l’ordre hitlérien de la Solution finale éclairé par les travaux contemporains d’Edouard Husson et le livre d’Arno Kersten et Emmanuel Amara Le dernier des justes , préfacé par votre serviteur en collaboration avec ledit Husson http://www.delpla.org/article.php3?id_article=400 ).

L’avancée la plus intéressante est sans doute la prise au sérieux, depuis quelques années, d’un vichysme résistant, véritablement anti-allemand. Il a eu son heure de gloire, il ne faudrait pas l’oublier, au lendemain même de la guerre car alors le triomphe des idées résistantes fut éphémère, et la défense du Maréchal leva, notamment au début de la guerre froide, d’importants bataillons. Il suffit de rappeler les noms de Robert Aron (chantre de la théorie de l’épée gaulliste et du bouclier pétainiste… d’un antigaullisme peu franc mais massif !) et surtout de Louis-Dominique Girard, auteur d’un pittoresque Montoire, Verdun diplomatique. La vedette du jour était Louis Rougier, un intellectuel non négligeable qui avait fait la navette entre Pétain et Churchill dans l’automne 40 avec un crochet par Weygand. Le général Gaston Schmitt remit les pendules à l’heure, croyait-on, avec un ouvrage de 1957 pulvérisant certains mensonges (bien réels) de Rougier et les résistants se rendormirent sur leurs deux oreilles en pensant que ce n’était qu’une mouche du coche qui s'agitait à titre privé et n’avait rien obtenu.

Ce genre de manichéisme est en voie de dépassement. Il y eut réellement un Vichy résistant… mais Vichy était un bien mauvais endroit pour cela ! Son histoire est celle d’une impuissance, dont la clé, encore assez mal dégagée, est la vigilance de Hitler. On peut donc aujourd’hui esquisser la chronologie suivante :

-juillet-octobre 40 : accablement planétaire devant le triomphe de Hitler dans la bataille de France, scepticisme admiratif ou non devant l’obstination de Churchill, tentatives de séduire le vainqueur (surtout après Mers el-Kébir et Dakar) pour adoucir les conditions d’occupation et le traité de paix jugé imminent, culminant à Montoire ;

-novembre 40-février 41 : installation dans la guerre et tentative d’un rééquilibrage au profit des Anglo-Saxons, actions médiatrices de Rougier et du Canadien Dupuy, éviction de Laval chargé –déjà- de tous les péchés, crise au long cours aboutissant à l’arrivée au pouvoir de Darlan ;

-février 41-avril 42 : rechute de Darlan dans la collaboration (sa visite à Hitler en mai), éviction de Weygand (arrachée à Pétain par Darlan, sous couvert de pressions allemandes -un point encore quasi-inconnu alors que Coutau-Bégarie et Huan l'ont clairement établi dès 1989 dans leur biographie de l'amiral, sans y insister il est vrai), organisation du pillage économique, ultime coup de collier de Darlan pour obtenir une entrée en guerre sur la pointe des pieds aux côtés de l'Axe par le biais d'une coopération en Afrique -un conseil officieux des ministres le 11 janvier 42 donne le feu vert de Vichy, la non réponse allemande tranche la question ; brochant sur le tout, le procès de Riom tourne en eau de boudin car il avait pour but d'immoler Mandel et Reynaud sur l'autel de cette coopération ;

-avril-novembre 42 : retour de Laval, mise en place de la Solution finale, affermissement de la Résistance métropolitaine ;

-novembre 42-août 44 : occupation de la zone sud, emprise croissante de l’Allemagne et de la Milice, rafles pour le STO et développement (à ne pas surestimer) des maquis, famine et terreur, imprécations de Pétain contre les bombardements alliés… ;

-août 44-mai 45 : exil minable de Sigmaringen.


Références complémentaires : ouvrages récents de Laurent Joly, Tal Bruttmann, Barbara Lambauer, Simon Kitson, Richard Weisberg, Philippe Burrin, Robert Belot, Bénédicte Vergez-Chaignon, et F. Delpla sur Mandel ; conférence de Pierre Laborie http://clioweb.free.fr/enjeux/laborie.htm ; persistance du vichysme de grand-papa chez Michel Boisbouvier avec une préface distanciée de François-Georges Dreyfus, Pétain / Trahison ou sacrifice ? -un titre résumant à merveille le fonctionnement binaire de l'auteur. La révolution paxtonienne fait ici l'objet d'une contre-révolution toutes voiles dehors, et non d'un dépassement intégrant ses apports.


Dernière édition par François Delpla le Lun Mai 04, 2009 12:25 pm, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Sam Mai 02, 2009 9:34 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Juil 01, 2006 10:49 am
Messages: 1380
Localisation: Francais de Bangkok
Bonjour,
Citation:
-juillet-octobre 40 : accablement planétaire devant le triomphe de Hitler dans la bataille de France

Et l'Armistice, c'est hors sujet ici ?

Image

Citation:
Voici le second tome de Jacques Belle, consacré aux possibilités offertes à la Frances de continuer le combat contre l'Allemagne à partir de l'Empire en 1940. Comme à son habitude, l'auteur nous offre une étude minutieuse et détaillée des éléments politiques et militaires tournant autour du concept du livre, basé sur les réalités historiques et la synthèse d'un grand nombre d'archives.

La lecture de cet ouvrage est fortement conseillée à tous ceux qui s’interrogent sur cette question, car c'est une étude moderne et complète, apportant toutes les bases incontournables et nécessaires pour se faire une opinion. Cette question, nous l'avons d'ailleurs vu dans les pages de notre forum, fait encore couler beaucoup d'encre de nos jours et reste un sujet particulièrement controversé.

Ecrit dans un style limpide et abordable, le texte s'accompagne de nombreuses cartes, de tableaux et de documents d'archives. L'auteur propose en outre une liste d'autres livres sur le sujet permettant aux passionnés d'approfondir encore la question, bien qu'a mon sens, les conclusions soient bien difficiles à remettre en cause.

Un ouvrage remarquable, très structuré et donnant au lecteur tous les éléments utiles à la compréhension de la situation.

_________________
Cordialement
Daniel
-------------
Meine Ehre heißt Schrift
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Mai 02, 2009 10:52 am 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
je t'en supplie,Daniel, ne donne pas l'exemple du mélange des sujets ! Concentrons-nous ici sur la question générale du régime de Vichy et de ses capacités de "résistance".


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Mai 04, 2009 12:00 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Il y a un point que me fait tiquer : "mai 42 (...)mise en place de la solution finale". On pourrait croire en lisant cela que Vichy accède à la politique d'anéantissement des juifs.

Il ne me semble pas que Vichy sache en 1942 quel est le sort qui attend les juifs déportés en Allemagne.

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Mai 04, 2009 12:28 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
cher Bruno, je vous rappelle que pour moi Hitler mène le jeu ! Cette "mise en place de la SF" dans la France de Vichy implique que le crime (d'une déportation vers des lieux de mise à mort lente ou rapide) s'y commette, non que ses auxiliaires de nationalité française en soient tous pleinement conscients.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Mai 05, 2009 11:16 am 
Hors ligne

Inscription: Ven Fév 23, 2007 4:56 pm
Messages: 256
Localisation: Région Parisienne
L'expression de "résistance" de Vichy à Hitler me parait un peu forte.

Ne peut-on plutôt parler de tentative de rééquilibrage, de la recherche d'une neutralité utopique, d'une hypothétique voie médiane entre Alliés et Allemands?

Déçu par le peu d'écho de ses avances à Montoire, le Maréchal ne cherche-t-il pas un statu quo avec les Anglo-saxons, faute de pouvoir leur déclarer la guerre et replacer la France dans le Nouvel Ordre Mondial?

Plus que de "résistance", ne s'agit-il pas, plus prosaïquement, d'une position de repli cherchant à ménager la chèvre et le chou?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Mai 09, 2009 11:00 am 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Hier soir sur France 3, une émission sur la Russie de Staline. La méfiance de ce dernier envers les Alliés tient au fait qu'il aurait souhaité l'ouverture du second front en France dès juin 1942.

Il y avait un potentiel de résistance en zone libre et celle-ci constituait une magnifique "tête de pont" pour un débarquement allié. Du reste, si on additionne les forces débarquées en AFN le 8 novembre 1942 à l'armée d'armistice, il me semble que c'était jouable...

Quel a donc été le calcul des Alliés pour ne pas examiner cette hypothèse ? :roll:

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Mai 10, 2009 5:57 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
Roy-Henry a écrit:
Hier soir sur France 3, une émission sur la Russie de Staline. La méfiance de ce dernier envers les Alliés tient au fait qu'il aurait souhaité l'ouverture du second front en France dès juin 1942.

Il y avait un potentiel de résistance en zone libre et celle-ci constituait une magnifique "tête de pont" pour un débarquement allié. Du reste, si on additionne les forces débarquées en AFN le 8 novembre 1942 à l'armée d'armistice, il me semble que c'était jouable...

Quel a donc été le calcul des Alliés pour ne pas examiner cette hypothèse ? :roll:


Ils l'ont certainement examinée, ne serait-ce que parce que leur protégé Giraud ne jurait que par un débarquement simultané en Afrique et en zone sud. Je n'ai pas de réponses précises sur leurs raisons mais je suppose qu'ils ont senti qu'ils ne faisaient pas encore le poids, militairement, et qu'il n'y avait pas grand-chose à attendre de l'armée d'armistice. La capacité de Vichy à garder un secret n'a pas non plus dû leur apparaître sommitale !

Question à creuser en tout cas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Dim Mai 31, 2009 9:29 pm 
Hors ligne

Inscription: Ven Fév 23, 2007 4:56 pm
Messages: 256
Localisation: Région Parisienne
Il me semble que Dupuy et Leahy n'étaient pas non plus convaincus de la volonté de Vichy de rejoindre les Alliés. Et c'est un euphémisme...

D'autre part, il ne suffit pas de coller des fusils dans les mains de jeunes gens pour en faire une armée. Il faut un matériel considérable et du temps pour former une troupe. Pour résumer, l'aide Française ne pouvait jouer qu'à la marge dans le succès d'opérations militaires en 42, en Europe continentale. Le poids de la bataille aurait reposé sur les anglo-saxons. Dont l'un (les USA) a d'ailleurs montré des limitations évidentes lors du débarquement en AFN, comme à Kassérine.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Mar Juin 02, 2009 1:08 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Les 100 000 hommes de l'armée d'armistice avaient tous combattu en mai-juin 1940. On ne peut donc pas parler d'hommes inexpérimentés. Les 8 Di de Vichy devaient former 16 DIL supplémentaires, soit 24 DIL au total. Chacune d'entre-elles devait comporter 1/3 d'engagés, 1/3 de rappelés et 1/3 de jeunes issus des chantiers de jeunesse. Chaque division devait disposer d'un groupe de 75 mm et d'une batterie antichars de 47 mm (pièces camouflées en juillet 40). Elles étaient toutes conçues comme des divisions motorisées. Les généraux de Vichy avaient quand même tenus compte des leçons de la défaite. De Lattre avait été un des grands inspirateurs de ce renouveau, soutenu par le général Héring.

Imaginez ce qu'elles auraient pu faire si elles avaient été équipées du bazooka. 3000 de ces armes étaient disponibles à l'été 1942. Cela dit, Vichy ne concevait pas de résister sans le concours d'une trentaine de divisions alliées et sans celui de leurs aviations. C'est sans doute là que résidait le problème. A l'été 42, les alliés n'envisageaient probablement pas de risquer 30 divisions en France...

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Mar Juin 02, 2009 1:31 pm 
Hors ligne
Administrateur - Site Admin

Inscription: Sam Juil 01, 2006 7:20 am
Messages: 6775
Je rappellerai un simple fait : Laval, revenu au pouvoir en avril 1942, prend comme ministre de la Guerre un général ultra-collaborateur, Bridoux. Les Alliés n'ont pas besoin d'un dessin pour comprendre que cela interdit de rêver à la moindre cohésion de l'armée d'armistice s'ils débarquent en zone "libre" et si les Allemands vont à leur rencontre. Ils savent d'avance qu'une résistance s'organisera au mieux au niveau des commandants de région tels que de Lattre et que la diffusion des bazookas et autres joujoux s'en trouvera très aléatoire.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Mar Juin 02, 2009 3:02 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
C'est tout à fait exact. Mais Bridoux ne bénéficiait pas de la confiance des grands chefs, à commencer par de Lattre. Peut-être cela a-t-il pu peser dans la balance. Reste à savoir exactement ce que Giraud et Pétain se sont dits durant l'été 42. Giraud n'a pas témoigné au procès Pétain, ce qui est fort regrettable. Y'avait-il des faits à cacher soigneusement ?

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Mar Juin 02, 2009 3:20 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
Ajoutons au dossier cette curieuse lettre citée dans la biographie de De Lattre par Bernard Destremau (p.240-241):

lettre du général Olléris - de l'état-major - à de Lattre (extraits) :
Le commandant de la 16 div. militaire reçoit une lettre assez surprenante, nous sommes en juin 1942, qu'il convient de citer(...) :

"Mon Général,

Je profite du passage de Couêt à Vichy, pour lui confier cette lettre dont le caractère est extrêmement secret.
Le 3e Bureau poursuit depuis longtemps l'étude des dispositions à prendre pour réoccuper Paris, dans le cas où les forces allemandes seraient amenées à évacuer la France.
Mais aucune décision n'avait pu être prise jusqu'ici, tant au point de vue du futur gouverneur de Paris, qu'au sujet de la désignation du général chargé de l'opération; car cette opération, menée avec les trois quarts des troupes existant actuellement ne peut être menée que par un seul chef. Le choix de ce chef conditionne le résultat de l'opération, donc le sort de la France.
J'ai pu enfin faire prendre une décision aux termes de laquelle vous êtes désigné pour assurer le commandement de l'armée chargée de l'opération sur Paris.
Il s'agit maintenant de vous trouver un chef d'état-major et, à votre prochain voyage à Vichy, d'étudier avec vous les solutions envisagées.(...)"

J'ai cherché le nom du général Olléris, sans rien trouver... Ne s'agirait-il pas plutôt du général Olry ? En tout cas, ceci tend à prouver qu'à Vichy, certains chefs n'avaient pas renoncé à rejoindre les Alliés...

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Mar Juin 02, 2009 3:29 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Juil 02, 2006 10:41 pm
Messages: 800
erratum : il y a bien un général Olléris, cité dans l'ouvrage d'Angelo Tasca sur l'armée de Vichy... La lettre à de Lattre y est également mentionnée.

_________________
"L'Histoire est un mensonge que personne ne conteste." Napoléon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le point sur Vichy en 2009
MessagePosté: Mar Juin 02, 2009 10:18 pm 
Hors ligne

Inscription: Jeu Avr 30, 2009 5:25 pm
Messages: 267
Localisation: environs de Perpignan
Pourquoi le gouvernement de Vichy n'a t-il pas déclaré la guerre à la Grande-Bretagne après le drame de Mers-El-Kébir? Etait-ce de l'impuissance ou déjà une forme larvée de résistance?

_________________
Bezsonov


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Hebergement sur serveurs toobeziers.com ® - © François Delpla