Visite guidée . prof . TV . Invectives . Editos . Bio/chro/info . FDlivres . Articles/docs . Débats . Dialogue avec les oeuvres . Lettres . Forum .
Abonnement
Rechercher
Plan
Accueil
Contact
Liens

 

Auteurs invités

Pour débattre de chacun de ces articles, un fil est ouvert sur le forum du site.
  • Nocivité du CNU - Un article de Fabrice Bouthillon paru dans Commentaire (n° 146, été 2014)

    Le Comité national des universités (CNU) est l’héritier lointain du Comité consultatif de l’enseignement public que Jules Simon créa le 25 mars 1873 pour le consulter sur les questions « relatives à l’avancement des membres du corps enseignant ». Le décret du 11 mai 1880 le réforma et le rendit compétent sur « les augmentations de traitement », et ainsi de suite jusqu’à nos jours. Quand on sépara les ordres d’enseignement, il devint le Comité consultatif des universités (CCU), puis l’actuel CNU fit son apparition. (...)

    Lire la suite

  • Mouvements occidentaux pro-nazis et antisémites. 1920-1945 - Des crimes commis sans pression allemande

    Un article de Marc-André Charguéraud
    article précédent
    Dans les Etats démocratiques, les partis fascistes ont eu un rôle important dans ce qu’un historien appelle « la rage antijuive » (1) . Pendant l’entre-deux-guerres, presque dans tous les pays de l’Europe occidentale existe un parti fasciste antisémite qui se réclame du national-socialisme. Ils sont certes minoritaires, mais chacun connaît le danger de minorités bien organisées et déterminées, capables de déstabiliser un régime. Pour nombre d’entre eux, le parti (...)

    Lire la suite

  • Un banquier juif croit possible un compromis avec Hitler. 1932-1938. - un article de Marc-André Charguéraud

    Le 31 mai 1938, Max Warburg abandonne la direction de sa banque à deux successeurs nommés par les nazis. Quatre mois plus tard, forcé de vendre la première banque privée d’Allemagne, il quitte l’Allemagne pour toujours. Sa banque est évaluée par les experts de la Cité de Londres à RM 40 000 000 sur lesquels, par le jeu de minoritaires, d’impôts, de confiscations et de taux de change aberrants, les nazis ne lui laissent que RM 155 000.[1]
    Pourquoi un homme très informé, patron d’un établissement vieux de 140 ans, (...)

    Lire la suite

  • Ces Juifs que la Gestapo n’arrête pas. - Printemps 1944 - Un article de Mard-André Charguéraud

    30 000 Juifs vivent alors à Paris, recensés et portant l’étoile jaune.
    Le 20 juin 1944, quelques semaines avant la Libération, une descente de la Gestapo dans les bureaux du Consistoire central des Israélites de France, rue Boissac à Lyon, est un échec. Par le plus grand des hasards, aucun membre du Consistoire ne s’y trouve et la police allemande repart bredouille. Les dirigeants du Consistoire décident alors de se cacher et de tenir leurs réunions dans la clandestinité.[1] Jusqu’alors le Consistoire tenait (...)

    Lire la suite

  • L’antijudaïsme coupable de Pie XI et de Pie XII (1937-1965) - Un article de Marc-André Charguéraud

    Les « silences » de Pie XII pendant la Shoah ont été dénoncés sans relâche dans de multiples livres et articles. Ils ont fait l’objet d’un film et d’une pièce de théâtre, tous les deux ouverts à la controverse (1). On relève bien deux allusions de Pie XII aux exactions nazies, celle de son message de Noël 1942 et l’autre en juin 1943 devant le Sacré Collège. « Ni l’une ni l’autre ne sont des dénonciations solennelles que la conscience universelle reproche au pape de ne pas avoir prononcées contre le IIIème Reich », (...)

    Lire la suite

  • Appels au secours. 1936-1945. - Cris de désespoir et accusations des Juifs d’Europe

    un article de Marc-André Charguéraud
    Les Juifs d’Europe désespérés appellent au secours les Alliés et leurs frères du monde libre. Les citations qui suivent sont d’autant plus poignantes qu’elles proviennent de leaders juifs sur le terrain, eux-mêmes victimes des nazis. Plus que les commentaires écrits depuis, elles reflètent directement ce que les contemporains ont vécu et ressenti.
    *** 3 juillet 1936 : Hitler est depuis trois ans et demi au pouvoir, et ses (...)

    Lire la suite

  • Les limites que le pacifisme a dépassées - Un article de Marc-André Charguéraud

    Le pacifisme porte sa part de responsabilité dans le génocide.
    « Le jour du boycott a été le jour de la plus grande lâcheté. Sans cette lâcheté, tout ce qui suivit ne serait pas arrivé », écrit après la guerre le Rabbin Léo Baeck, président de la communauté juive d’Allemagne.[1] Il se réfère au boycott de tous les magasins et entreprises juives le 1er avril 1933. Il pense qu’une intervention des puissances occidentales aurait changé le destin des Juifs d’Europe. Le Rabbin Stephen Wise, (...)

    Lire la suite

  • Rafle du Vel d’Hiv : Laval pouvait refuser sa complicité. - Un article de Marc-André Charguéraud

    En septembre 1942 et en juillet 1943, Laval refuse de coopérer et des rafles massives sont annulées par les Allemands
    Dans Paris occupé, au cours de la rafle du « Vel d’hiv » les 16 et 17 juillet 1942, 12 884 Juifs étrangers sont arrêtés à Paris par la police sur l’ordre du gouvernement de Vichy dirigé par Pierre Laval. Ils sont remis aux Allemands qui les déportent vers la mort. Pire, si c’est possible, pendant le mois d’août 1942, Vichy déporte 10 500 Juifs de la zone libre vers la (...)

    Lire la suite

  • Le refoulement odieux des Juifs par les démocraties occidentales. 1938-1939 - un article de Marc-André Charguéraud

    A la suite de l’occupation de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie, et de la nuit de cristal, l’immense pogrom dévastateur et meurtrier organisé par le régime nazi, les persécutions contre les Juifs dans le Reich s’intensifient dramatiquement. L’exode des Juifs à la recherche d’un refuge à l’étranger atteint un niveau encore jamais vu. Pleinement conscient de l’urgence d’intervenir dans ce drame juif, Roosevelt organise en juillet 1938 une conférence à Evian destinée à faciliter l’émigration d’Allemagne et (...)

    Lire la suite

  • Le monde commet une erreur désastreuse -1933 - le dernier article de Marc-André Charguéraud (juin 2012)

    article précédent
    « Le jour du boycott a été le jour de la plus grande lâcheté. Sans cette lâcheté, tout ce qui suivit ne serait pas arrivé », écrit après la guerre Léo Baeck . Le rabbin se réfère au boycott des magasins et des affaires juives organisé par les nazis le 1er avril 1933. Il dénonce la passivité et le soutien à Hitler de la population allemande et des dirigeants étrangers pendant les six mois qui ont suivi sa nomination comme Chancelier du Reich, le 31 janvier 1933.
    11 millions de protestants, soit près de (...)

    Lire la suite

  • 52 000 survivants sont internés à Chypre. - 1946-1949

    (Cet article est extrait de “50 idées reçues sur la Shoah » un livre de Marc-André Charguéraud qui paraîtra en avril 2012.)
    Pendant les trois années qui ont suivi la fin de la guerre, 70 000 Juifs survivants de la Shoah embarquent sur 65 bateaux à destination de la Palestine . Environ la moitié vient des camps temporaires de « Personnes déplacées » établis par les Alliés en Allemagne pour les personnes qui ne peuvent rentrer chez elles. Les autres ont dû fuir les persécutions et (...)

    Lire la suite

  • La Bulgarie a sauvé tous ses Juifs ! 1940-1944 - Une réalité ou une idée reçue ?

    pour en débattre
    Pour certains historiens, le sauvetage des Juifs bulgares doit être considéré comme un sujet de fierté nationale. Dès 1966, Hannah Arendt donne le signal en écrivant à propos de la Bulgarie : « Pas un seul Juif n’a été déporté, aucun n’est mort de cause autre que naturelle » (1) . Tzvetan Todorov, directeur de recherche au CNRS, de s’exclamer en 1999 « Comment expliquer (...) ce merveilleux accomplissement du bien ? » (2)
    Il est exact qu’aucun des 50 000 Juifs résidant dans la Bulgarie des (...)

    Lire la suite

  • Le sauvetage des Juifs devra attendre la victoire. 1942-1945. - article de Marc-André Charguéraud (décembre 2011)

    site de l’auteur
    forum de l’article
    Les Nations Unies ont attendu que près de 4 000 000 de Juifs aient été assassinés par les nazis pour intervenir le 17 décembre 1942 . Dans une déclaration tardive les Nations Unies dénoncent les autorités allemandes qui « mettent en pratique la menace mainte fois répétée par Hitler de détruire le peuple juif ». Le texte chiffre les victimes à « des centaines de milliers d’innocents, hommes, femmes et enfants » . Même si certains continuent à douter de l’information, le monde (...)

    Lire la suite

  • Sauvez les enfants ! - Juillet-août 1944 Un désastre pour 250 enfants en France, un triomphe pour 600 en Belgique

    A la fin du printemps 1944, de 350 à 500 enfants juifs se trouvent dans les onze centres de la région parisienne de l’Union Générale des Israélites de France (UGIF) , 600 dans les sept homes dirigés par l’Association des Juifs en Belgique (AJB). Entre le 21 et le 25 juillet, 250 enfants des centres de l’UGIF sont arrêtés par la Gestapo. 200 sont déportés et périssent. En Belgique aucune arrestation, les 600 enfants sont sauvés. Ce qui est un désastre pour les Français se révèle comme un grand succès pour les Belges. (...)

    Lire la suite

  • Conférences sur les réfugiés, une politique spectacle. (1938 et 1943) -

    Des gesticulations politiques pour calmer une opinion publique choquée par les persécutions puis le massacre des Juifs.
    pour en débattre
    autre article du même auteur
    Fin 1937, 130 000 Juifs allemands ont quitté le Reich. Ils sont encore près de 500 000 dépouillés de tous leurs droits qui cherchent à fuir. Déjà le 27 décembre 1935, James McDonald, Haut Commissaire aux réfugiés venant d’Allemagne, alerte le monde : « Le programme du gouvernement allemand est conçu pour réduire les non-aryens à la misère (...) de (...)

    Lire la suite

---------------------
Tous droits réservés © Copyright 2004 F. Delpla
Site
sous Spip - TZR-Créations