François DELPLA

Livre d'or

Par François
Delpla

Merci, Lovermind !

Laissons le passé, sinon pour constater ce qu'il nous enseigne. En l'occurrence, Hitler est un objet chaud, que la plupart n'abo [Suite...]

Livre d'or

 
Rss Facebouquineries 2
SUR LES ORIGINES DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

François Licoppe


24/6/2019

Hitler et le système monétaire

C'est bien pourquoi Hitler nomma Schacht à la tête de la Reichsbank, banque nationale publique, qui finança la reconstruction de l'Allemagne faisant disparaître les 7 millions de chômeurs que ce pays comptait et ce en 3 ans.

Eh oui, il existe des systèmes monétaires qui sont favorables au peuple et d'autres pas. Hitler choisit parmi les premiers. Les autres pays lui firent la guerre à cause de cela. Qu'on ne vienne pas me dire que les Anglais et les Français en avaient quelque chose à foutre des polaks.

=========================================================

François Delpla

Couper le nazisme en tranches, c'est lire l'heure sur un réveil démonté.

A l'arrivée cela donne, dans les cas extrêmes, de superbes inversions, comme cette guerre voulue par la France et l'Angleterre pour tordre le cou à un système qui dévalorisait l'or.

Je ne suis pas moi-même très éloigné de penser qu'elles n'avaient "rien à foutre de la Pologne" (qui le leur rendait bien) mais je n'ai garde d'oublier que le très belliciste Hitler menait le jeu et avait par de savantes manoeuvres, s'étendant sur des années, induit ces trois pays à se retrouver en conflit avec le sien, dans les pires conditions pour eux et les meilleures pour lui.

========================================================

François Licoppe
L'Allemagne contrairement à la vulgate était peu armée en 1937


François Licoppe
François Licoppe Les premiers à bombarder furent les Anglais

========================================================

François Delpla

Pour suivre la politique française de Hitler, il faut d'abord avoir à l'esprit le schéma tracé dans Mein Kampf : assommer ce pays par un coup militaire décisif, puis conquérir l'Est européen, avec la bénédiction (enthousiaste ou résignée) des Anglais, enrôlés pour dominer de conserve, grâce à la supériorité "aryenne" des "deux grands peuples germaniques", les races inférieures pendant mille ans.

L'objectif n'est pas abandonné une seule seconde... mais différé, et noyé sous des discours lénifiants. Tout est mené de pair sans se faire repérer, car seul le chef sait que ses entreprises convergeront à point nommé vers une guerre rapidement victorieuse, en 1939-40 (une échéance probablement fixée assez tôt).

Rien n'est prêt en 1937 ? Cela fait justement partie de la ruse.


==========================================================
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
==========================================================


 
 
Note: Aucune note
(0 note)
Ecrit par: François Delpla, Le: 24/06/19