François DELPLA

Livre d'or

Par pratclif

Bonjour
Je m'intéresse au cours de l'histoire et à la façon de parvenir aux commandes, façon Hitler.
La traduction de mon combat par Genoud, mérite [Suite...]

Livre d'or

 

Ce qui reste à découvrir sur le nazisme

  EN LIBRAIRIE LE 15 NOVEMBRE 2018 Exe Couv_Hitler_Petain-1.pdf



Une recension de ce film... en tous sens historique !






Editorial


Un mauvais livre sur Hitler pourrait bien faire progresser la recherche

Le Hitler de Johann Chapoutot et Christian Ingrao, paru le 18 septembre aux éditions du Seuil, se présente comme "la biographie qui vous fera oublier Hitler", autrement dit comme une courte dissertation sur le nazisme, avec des allusions sporadiques à son fondateur et conducteur. Averti sur ce site depuis quelques années qu'il faisait fausse route en jugeant que ce leader n'était pas "central" et en prenant parti, de ce fait, contre la réédition de Mein Kampf, Chapoutot récidive et s'enferre, en recrutant Ingrao qui pourtant ne l'avait pas assisté dans ce combat d'arrière-garde.

Les nombreuses erreurs factuelles qui émaillent cette oeuvrette, relevées (en partie) par le Monde des livres le jour de sa parution, ne doivent pas jouer le rôle de l'arbre qui masque la forêt : c'est bien la conception générale du propos qui pèche avant tout. A force de voir dans le nazisme, au lieu de la lubie d'un fou très doué pour la politique, un "précipité" d'idées à l'oeuvre dans la civilisation occidentale, on met en cause indûment l'Allemagne et son histoire, on se fait peur avec les résurgences actuelles de telles idées qui n'ont précisément pas de Hitler pour les catalyser, et on s'éloigne des solutions à mettre en oeuvre pour les combattre.

L'unique biographe français de Hitler, qui aspire fortement à n'être que le premier, pensait, à l'annonce de cette parution, être enfin rejoint par des "pointures". Il constate à son grand regret que ce livre n'est une biographie que dans les vantardises de l'éditeur -non suivi, sur ce point, par les auteurs, qui renvoient pour l'exercice à Kershaw, Ullrich et Longerich... qu'ils ont peu lus. Ils déclarent faire, par rapport à leur personnage et aux études parues sur lui, un "pas de côté". On ne le leur fait pas dire !

Ce ratage, signé par deux chercheurs qui ont publié de bonnes analyses sur certains pans du régime nazi, démontre par l'absurde l'importance de connaître intimement son fondateur pour comprendre ce régime unique dans l'histoire.


Frémainville, le 10 octobre 2018

édito précédent
un fil du forum de Bruno Roy-Henry intitulé "Le débat sur mon travail"

webmaster Le: 25/03/15