François DELPLA

Livre d'or

Par Thierry Kron

Lisant vos commentaires sur la RdL et n'y comptant plus y avoir l'envie d'y commenter,
je signe votre livre d'or.
Toujours avec plaisir,
Thierry Kr [Suite...]

Livre d'or

 

Bienvenue sur le site de François Delpla

  écrivez-moi : contactarrobazdelpla.org

................................................................. Une ruse stalinienne en 1941 ?

................................................................. débats sur les écrits de Hitler


Une critique du documentaire de D8 sur Hitler par François Kersaudy

:
:
:
UNE REEDITION INDISPENSABLE


L'auteur interviewé dans Historia
file:///C:/Users/fd/AppData/Local/Temp/2016-01-26-1213@HISTORIA-1.pdf



EDITORIAL





......... "Mein Kampf" : un moment de vérité pour les historiens



édito précédent



Le bon sens le plus élémentaire commande qu'on se réjouisse de voir bientôt Mein Kampf en librairie en France dans une traduction convenable, ce qui n'a jamais été le cas.

Cependant, une lettre ouverte signée de quelques historiens dont un seul spécialiste du nazisme (Johann Chapoutot), datée du 29/10/2015, proclame :

"(...)

Un probable succès de librairie

(...) on voudrait ici souligner d’autres effets possibles de la parution en librairie d’un tel livre, chez un éditeur de premier plan, même accompagné d’un conséquent travail d’annotation et de contextualisation.

(...) il est peu probable qu’un appareil de notes même fourni dissuade quiconque souhaiterait se lancer dans une lecture complaisante de ce texte. Mais, à la différence des formes qui le rendent aujourd’hui accessible, en fichier PDF ou dans la rare et coûteuse version des Nouvelles Editions latines, il pourra exister un effet massif de diffusion de Mein Kampf du simple fait de sa visibilité nouvelle en librairie, légitimée en apparence par un éditeur majeur.

C’est pour cela qu’il paraît naïf de sous-estimer le probable succès de librairie, dans la France de 2015 ou 2016, d’un texte devenu icône aussi bien pour les authentiques nostalgiques du nazisme – et on sait hélas qu’il en existe – que pour d’autres, en mal de provocation, ou simplement pour les esprits confus, eux aussi nombreux, pouvant volontiers se nourrir d’antisémitisme et d’une histoire mal comprise. Si des milliers d’exemplaires des Décombres de Rebatet, texte infiniment moins célèbre que Mein Kampf , ont pu s’écouler lors de sa parution récente, dans une nouvelle édition pourtant on ne peut plus scientifiquement charpentée, comment ne pas craindre un raz-de-marée éditorial ?

(...)

Heureusement, une alternative existe, qui peut limiter les usages nauséabonds du livre, ne pas en faire un objet marchand, sans obérer le travail historique.

Publier une édition critique en ligne, gratuitement, nous semble être la meilleure solution, adaptée qui plus est aux modalités nouvelles du travail de recherche et d’enseignement.

(...) On peut ainsi imaginer des renvois au texte allemand, à des documents complémentaires, à d’autres sites de référence, à des éléments de contextualisation téléchargeables… Le tout sans la mise en vente ni la fétichisation de l’objet livre, trophée que bien des racistes se feront malheureusement un devoir de posséder. Sans devoir non plus consacrer les unes des journaux et des magazines, et de leurs pages littéraires, à un livre que la controverse de la réédition replace artificiellement au cœur des débats sur le nazisme, alors que les historiens savent désormais que la Shoah ne s’explique ni ne se résume par ces pages.

A nos yeux, les éditions Fayard s’honoreraient d’un tel choix."



Johann Chapoutot a fait oeuvre fort utile en 2012 avec son livre Le nazisme et l'Antiquité. Il a précisément remis les pendules à l'heure en montrant que Rosenberg et Himmler pouvaient bien délirer tout leur soul sur les anciens Germains, celui qui tenait le gouvernail mettait le cap sur la Grèce et sur Rome, et l'emportait. Mais lui-même, Chapoutot, a moins bien tenu son cap il y a un an dans La Loi du sang, parlant assez peu de Hitler et beaucoup plus d'une foule d'auteurs moins influents, sans voir tout ce qu'ils devaient à l'orientation que le caporal avait définie en 1919 et affinée, surtout, jusqu'en 1927-28, avant de passer aux travaux pratiques.



Le 26 octobre dans la Fabrique de l'Histoire, il s'explique : "se focaliser sur Mein Kampf constitue une forme de régression historique"; les 100 000 pages qu'il a dépouillées pour la Loi du sang , "voilà ce qu'il faut travailler" car elles comptent plus que les 700 de Mein Kampf. Mein Kampf, "je ne pense pas que ce soit central".

Rappelant qu'en 2010 il avait été favorable à une "réédition critique", il "avoue avoir changé d'avis, pour deux raisons" :

-il s'est beaucoup immergé dans la littérature nazie et personnellement "commence à en avoir marre";

-le contexte a changé : 2015 n'est pas 2010 et Jean-Luc Mélenchon a raison de dire qu'"éditer c'est diffuser".

Il conclut : "Un historien ça écrit des livres d'histoire, ça a autre chose à faire que de rééditer ce genre de truc."



Winston Churchill était un peu seul en juin 1940, en Angleterre et dans le monde, à penser qu'on pouvait encore résister militairement au nazisme. Il a ensuite généreusement fait cadeau de sa résolution au peuple et aux élites britanniques en prétendant qu'il n'avait pas été le lion, mais son rugissement.



Nous assistons ici, concernant Hitler, à un phénomène inverse : certains historiens proclament que le nazisme était le produit collectif de mille petites mains, que le livre du chef était marginal et que toute opinion contraire est une "régression historique".



Il est vrai que le mot "rugissement" s'applique assez bien cet individu. Mais de là à l'y réduire !



Frémainville, le 19 novembre 2015
un fil du forum de Bruno Roy-Henry intitulé "Le débat sur mon travail"

webmaster Le: 25/03/15