Derniers articles http://www.delpla.org Derniers articles (C) 2005-2009 PHPBoost fr PHPBoost Des perles contre l’histoire http://www.delpla.org/site/articles/articles-9-2+des-perles-contre-l-histoire.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-9-2+des-perles-contre-l-histoire.php <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="color:red;"><span style="font-size: 15px;">Rubrique ouverte à tous les vents de l&#8217;exagération pieuse, à tous les piments qui corsent les hagiographies et à tous les exorcismes des imprécateurs</span><br /> </span></span></strong><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.delpla.org/forum/viewforum.php?f=16&amp;sid=2c76eb60d50efa2af3f24e69bb008e9d">pour débattre</a> des sujets ici abordés<br /> <br /> <a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=446">perles plus anciennes</a><br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Plus courtisan, tumeur !</strong></span></span><br /> <br /> "Macron a entièrement raison sur le fond, c'est la France qui va mal "<br /> <br /> d'un prof de philo nommé Alain Demerguerian, pendant la crise des "Gilets jaunes"<br /> <br /> (mis en ligne le 3 décembre 2018)<br /> <br /> <br /> <br /> ==========================================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Méfiez-vous des soixante-huitard.e.s ! </strong></span></span><br /> <br /> <br /> De Laurence Hansen-Løve, qui avait pourtant, comme moi, vingt ans... (dans une discussion <a href="https://www.facebook.com/laurence.hansenlove/posts/10156882850269214?comment_id=10156882883829214">sur son mur facebook</a> ) :<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Thomas Muntzer</span> "Soyons réaliste, demandons l'impossible !" enfin mis en marche ! Célébration / hommage de mai 68 voulu par Micron.<br /> <span style="text-decoration: underline;">Laurence Hansen-Løve</span> Le pouvoir d'achat, en mai 68?<br /> <span style="text-decoration: underline;">François Delpla</span> C'est vrai quoi, à la fin : les accords de Grenelle n'ont augmenté le SMIG que de 30 %.<br /> <br /> On a beau avoir vécu une époque, on peut être tributaire de l'image convenue qui en subsiste (la phrase de Laurence H-L vise à opposer les idéaux soixante-huitards au vil matérialisme des présents "gilets jaunes").<br /> <br /> (mis en ligne le 27 novembre 2018)<br /> <br /> <br /> <br /> ================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">A propos du mouvement des gilets jaunes, d'un macronien décomplexé </strong></span></span><br /> <br /> <br /> <a href="https://www.facebook.com/619194213/posts/10156868428809214/?comment_id=10156868586084214">sur Facebook </a><br /> <br /> "Je crois que le sujet est beaucoup moins un déficit de communication du gouvernement, qu'un déficit de disposition à écouter de la part des oppositions."<br /> <br /> (mis en ligne le 20 novembre 2018)<br /> <br /> ===============================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;"> Sans titre </strong></span></span><br /> <br /> France Info, octobre 2018 :<br /> <br /> A la suite d'un glissement de terrain, la prison avait dû fermer ses portes.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 9 novembre 2018)<br /> <br /> <br /> ======================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Arithmétique : le niveau baisse </strong></span></span><br /> <br /> de <a href="https://fr.gatestoneinstitute.org/11524/france-terrorisme-antisemitisme-musulman">Guy Millière</a> :<br /> <br /> <em>Ilan Halimi a été enlevé en janvier 2006 (...)<br /> Ils ont été jugés à huis clos. Leur chef, Youssouf Fofana, a craché sa bile contre les Juifs et crié avec véhémence le nom d'Allah pendant tout le procès, si bien que la cour n'a pu cacher qu'il était un antisémite musulman. Il a été condamné à la prison « à vie » - ce qui en France signifie 18 à 20 ans d'incarcération. S'il n'avait pas agressé ses gardes pendant son emprisonnement, il aurait déjà été libéré.</em><br /> <br /> (mis en ligne le 10 décembre 2017)<br /> <br /> ========================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;"> Ce que les médias vous cachent ! </strong></span></span><br /> <br /> <a href="http://peupledefrance.com/2017/08/le-fascisme-de-gauche-gagne-du-terrain.html">http://peupledefrance.com/2017/08/le-fascisme-de-gauche-gagne-du-terrain.html</a><br /> <br /> <br /> Le programme du parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) reprend tous les points du programme proposé par Karl Marx et Friedrich Engels dans le «&#8239;Manifeste du parti communiste&#8239;».<br /> <br /> (mis en ligne le 12/10/2017)<br /> ===================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Qui recrute pour les djihadistes ?</strong></span><br /> <br /> <br /> Pour la députée Danièle Obono, un agent de la RATP qui refuse de conduire un bus après une femme n'est pas forcément radicalisé<br /> <a href="http://www.atlantico.fr/decryptage/daniele-obono-france-insoumise-pense-sans-doute-que-deux-femmes-tuees-marseille-ont-ete-assassinees-misogyne-radicalise-3181626.html#Jkhu0Y6FUWSYcQ47.99">http://www.atlantico.fr/decryptage/daniele-obono-france-insoumise-pense-sans-doute-que-deux-femmes-tuees-marseille-ont-ete-assassinees-misogyne-radicalise-3181626.html#Jkhu0Y6FUWSYcQ47.99</a><br /> <br /> avertissement : ce titre, qui pourrait être une louange, est un reproche !<br /> <br /> (mis en ligne le 3octobre 2017)<br /> ==================================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Achille a son Patrocle</span></strong></span><br /> <br /> <br /> de Chistophe Castaner, porte-parole de l'apprenti-président :<br /> <br /> "J&#8217;assume cette dimension amoureuse. Mon niveau d&#8217;exigence envers moi-même est tel que si je dois avoir un chef, je dois avoir de l&#8217;admiration pour lui. Et Emmanuel est fascinant. Tout l&#8217;est chez lui : son parcours, son intelligence sa vivacité, sa puissance physique même (&#8230;.)<br /> Aujourd&#8217;hui, lorsque l&#8217;on me pose des questions auxquelles je n&#8217;ai pas de réponse gouvernementale, je m&#8217;en tire parce que je sais comment il réagirait. Et je ne me suis pas souvent planté. "<br /> (déclaration au Point, 29/9)<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 1er octobre 2017)<br /> <br /> <br /> ====================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Une des rares sorties amusantes contre Mélenchon</span></strong></span><br /> <br /> <a href="http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2017/09/18/melenchon-ne-veut-voir-que-sa-seule-tete-a-gauche,2176462.php">Dans la<em> République des Pyrénées</em></a><br /> <br /> De Jean-Michel Helvig , à propos de l'absence du leader de la France insoumise à la fête de l'Humanité (il tenait meeting à la Réunion) : <br /> <br /> "un Jean-Luc Mélenchon pas mécontent de constater que l&#8217;on a plus parlé de sa défection que s&#8217;il avait été présent."<br /> <br /> Encore eût-il fallu qu'il n'envoyât, à La Courneuve, que son hologramme !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 20 septembre 2017)<br /> <br /> <br /> ======================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Heidegger innocente victime de sa date de naissance</span></strong></span><br /> <br /> «&#8201;Cela ne l&#8217;honore pas, mais Heidegger a été victime de sa puissante propagande et de son propre aveuglement au sujet de la révolution dont l&#8217;Occident aurait besoin. Il faut tenir compte de cette situation de détresse quand on condamne aujourd&#8217;hui Heidegger depuis le confort de nos écrans d&#8217;ordinateur grâce auxquels nous avons commodément accès à plusieurs sources d&#8217;information. Heidegger n&#8217;avait pas ce privilège.&#8201;»<br /> (de Jean Grondin, professeur de philo à l'université de Montréal, <em>Le Devoir</em>, 4 février 2017)<br /> <br /> (mis en ligne le 10 septembre 2017)<br /> <br /> <br /> <br /> ==========================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">La loi Gayssot à toutes les sauces</span></strong></span><br /> <br /> <em><br /> En 1990, une loi rédigée par un député communiste, Jean-Claude Gayssot, a été adoptée. Elle stipulait que « toute discrimination fondée sur l'appartenance ethnique, la nationalité, la race ou la religion est interdite ». </em><br /> <br /> nous apprend Guy Millière le 14 mars 2017 <a href="https://fr.gatestoneinstitute.org/10057/france-spirale-mort">sur le site du Gatestone Institute</a>. Or cette citation est un simple rappel de la loi du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme. La seule originalité du texte dit "Gayssot" réside dans l'adjonction d'un paragraphe réprimant le négationnisme, formulé de telle sorte qu'il ne s'applique qu'à la négation des génocides nazis et n'a été appliqué qu'à celle de la Shoah :<br /> <br /> "Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l&#8217;article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l&#8217;article 23, l&#8217;existence d&#8217;un ou plusieurs crimes contre l&#8217;humanité tels qu&#8217;ils sont définis par l&#8217;article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l&#8217;accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d&#8217;une organisation déclarée criminelle en application de l&#8217;article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale." <br /> <br /> Cela n'empêche pas Millière d'écrire : <br /> <br /> <em>Depuis lors, la loi a été utilisée pour criminaliser toute critique de la délinquance arabe et africaine, toute question sur l'immigration venue du monde musulman, toute analyse négative de l'islam. De nombreux auteurs ont été condamnés à une amende, et la plupart des livres « politiquement incorrects » sur ces sujets ont disparu des librairies.</em><br /> <br /> (mis en ligne le 15 mars 2017)<br /> <br /> ================================================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Pour ces imprécateurs, une hirondelle fait moult printemps !</span></strong></span><br /> <br /> Lu sur <a href="http://ripostelaique.com/une-petite-annonce-qui-demontre-lislamisation-et-la-chariatisation-de-la-france.html">Riposte laïque</a> le 1er novembre 2016 :<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Une </span></strong><em>petite annonce dans « Le Bon Coin » qui démontre l&#8217;islamisation et la chariatisation de la France<br /> Publié le 18 août 2012 - par Djamila Gérard - Pas de commentaires - 184 227 vues</em><br /> <br /> Le texte de l'annonce : "vends licence n°4 pour boisson alcoolisée; motif : clientèle à majorité musulmane ".<br /> <br /> <br /> effectivement cela se passe de commentaires !<br /> <br /> <br /> Digne de remarque est cependant la date : le site remonte en lien à la Une un billet vieux de quatre ans. La chariatisation ne doit pas être galopante !<br /> <br /> (mis en ligne le 1er novembre 2016)<br /> <br /> ================================================================================================<br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Lévy danse ? ah, mal gammé !</span></strong></span><br /> <br /> <br /> " Le djihadisme, l'islamisme radical, c'est bien le dernier avatar du nazisme. Vous connaissez l'histoire. Le nazisme, dans les années vingt et trente du siècle dernier, a été une révolution planétaire. Il y a donc eu, dans le monde arabe comme ailleurs, une forme de nazisme née avec les Frères musulmans. Or, en 1945, il y a eu le fantasme d'un nazisme qui n'aurait été qu'européen et aurait miraculeusement épargné le monde arabao-musulman. Eh bien, Al-Quaida hier Daesh aujourd'hui, c'est ça ! C'est le retour du refoulé !" (BHL, JDD, 22 mai)<br /> <br /> Bernard, tu te moques de ton ancien condisciple !<br /> Tu savais bien pourtant que tu avais erré sur cette question. Je te l'avais dit en perlifiant tes propos le 12 septembre 2012 (cf. ci-après) et le le <a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=446">2 décembre 2007</a><br /> <br /> Certes tu as gagné sur moi une bataille, celle de la "visibilité". Ce n'est pas une raison suffisante pour croire qu'il soit prudent de mépriser mes avis.<br /> <br /> (mis en ligne le 1er juin 2016)<br /> <br /> <br /> =================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">2016 : grand débat sur le sort à réserver à <em>Mein Kampf</em></span></strong></span><br /> <br /> CE LIVRE DOIT ETRE BRULE UN POINT C EST TOUT<br /> <br /> écrit une commentatrice qui signe "meller danielle" sur le <a href="http://www.europe-israel.org/2016/05/prouesse-chaine-arte-qui-diffuse-un-documentaire-sur-mein-kampf-sans-jamais-dire-que-cest-un-best-seller-dans-les-pays-arabes/comment-page-1/#comment-433462">site d'Europe-Israël</a><br /> <br /> En voilà, une bûcheuse !<br /> <br /> (mis en ligne le 10 mai 2016)<br /> ______________________________________________________________________________________<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 15px;"><br /> Forme et fond, degré zéro</span></span></strong><br /> <br /> <br /> Dans <a href="http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Chantage-au-roi-du-Maroc-la-DGSE-dement-avoir-transmis-aux-journalistes-un-rapport-sur-Mohammed-VI-749133">l'édition en ligne</a> du<em> Journal du dimanche</em>, sous un article ayant trait au duel entre le pouvoir marocain et les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet, arbitré par l'Etat français en faveur de son homologue maghrébin :<br /> <br /> <em>Par christianeG<br /> Posté le 02/09/2015 à 10h37 <br /> <br /> ah les medias socialistes,tous honnêtes surtout sur au monde mediapart et compagnie !il est temps d'amoindrir les pouvoirs de cette caste,comment? terminer les subventions,boycott de leurs journeaux ! même chose pour l'emprise du grand orient! il faut nettoyer la france de tous ces gens! </em><br /> <br /> Quand des conservateurs illettrés répudient l'orthographe, la syntaxe et jusqu'à la majuscule du mot France, on peut vraiment dire que tout fout le camp !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 4 septembre 2015)<br /> ------------------------------------------------------------------------<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;"><span style="text-decoration: underline;">Pour Jean-Marie Cavada, Aube Dorée fait partie du gouvernement Tsipras !</span></span></strong><br /> <br /> <br /> France-Inter, mardi 7 juillet, émission "le téléphone sonne"<br /> <br /> Ancien ténor de l'audiovisuel public, présentement député européen du parti de François Bayrou, ce citoyen laisse son cerveau dériver au gré de l'intoxication ambiante.<br /> La classe politique et la grande majorité des médias d'Europe, acharnés à rechercher la chute du gouvernement Tsipras depuis sa formation en janvier dernier, ont toujours fait grand cas de l'alliance de Syriza, qui avait manqué de deux sièges la majorité absolue, avec un petit parti souverainiste de droite. Maints commentaires en font une alliance sur un pied d'égalité, une "union des extrêmes", etc.<br /> Débattant avec trois autres personnes, dont un membre de Syriza, Cavada affirme avec assurance que le gouvernement grec comprend des membres du parti "Aube dorée" (ouvertement néo-nazi, compromis dans des affaires criminelles et en perte de vitesse aux dernières élections). Aussitôt démenti, il "retire cela"... sans pouvoir faire oublier le dévoilement furtif de sa confusion mentale.<br /> <br /> <a href="http://www.franceinter.fr/emission-telephone-sonne-europe-grece-apres-le-referendum-et-maintenant">http://www.franceinter.fr/emission-telephone-sonne-europe-grece-apres-le-referendum-et-maintenant</a><br /> <br /> (mis en ligne le 10 juillet 2015)<br /> <br /> <br /> ___________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 11px;">Bonnet d'âne à partager entre Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez</span></span></strong><br /> <br /> <br /> dans le <em>Monde</em> daté du 3 mai, ils cosignent une assez lourde leçon d'histoire. Las, ils utilisent l'expression "<em>s'en</em> rappeler".<br /> <br /> <br /> <br /> Il faudra <em>se le</em> souvenir si un jour on songe à l'un ou à l'autre pour le ministère de l'Education <strong>nationale</strong> !<br /> <br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 4 mai 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> ________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 13px;">La quintessence du négationnisme</span></span></strong><br /> <br /> <a href="http://passouline.blog.lemonde.fr/2009/01/05/la-bibliotheque-ideale-dadolf-hitler/">http://passouline.blog.lemonde.fr/2009/01/05/la-bibliotheque-ideale-dadolf-hitler/</a><br /> Sur le blog de Pierre Assouline :<br /> <br /> <br /> <em><br /> Je ne pense pas qu&#8217;Hitler ait été un &#8216;grand&#8217; lecteur. Un petit collectionneur de livres, tout au plus.<br /> Rédigé par : hortensia | le 05 janvier 2009 à 22:18</em> | |<br /> <br /> Derniers mots d'une discussion<a href="http://www.livredepoche.com/biographie-timothy-ryback-2333"> sur le livre</a> de Timothy Ryback, tirant parti (mieux vaut tard que jamais) des volumes saisis par les Américains dans les demeures du dictateur, censé jusque là avoir puisé sa "culture d'autodidacte" dans des "brochures".<br /> <br /> Cachez ces annotations que je ne saurais voir !<br /> <br /> (mis en ligne le 19 avril 2015)<br /> <br /> ======================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 13px;">France-Inter et l'accélération de l'histoire</span></span></strong><br /> <br /> <br /> au journal de 13 h, le 21 mars 2015 :<br /> <br /> <em>La marée du siècle est un phénomène qui se produit tous les 18 ans.</em><br /> <br /> (mis en ligne le 22 mars)<br /> <br /> =============================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 12px;"><br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Voudrait-on renforcer Poutine...</span></strong></span><br /> <br /> <br /> ... par des reproches faciles à réfuter ?<br /> <br /> <a href="http://www.mediapart.fr/journal/international/040215/mediapart-et-lukraine-quelques-mises-au-point?onglet=full">Sur Mediapart</a><br /> <br /> <em>En suscitant, au terme d'un référendum truqué, le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, le Kremlin a ainsi pris l'initiative de remettre en cause ce qui construit le système de paix et de sécurité en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale : l'intangibilité des frontières.</em><br /> <br /> (François Bonnet, 4 février 2015, article « Mediapart et l&#8217;Ukraine : quelques mises au point »)<br /> <br /> Une vision très unilatérale du retour de la Crimée à la Russie en mars 2014, et une étrange analyse de l&#8217;histoire européenne depuis 1945 en général et 1991 en particulier, les frontières européennes ayant fait alors plus que bouger, bien avant l&#8217;arrivée de Poutine au pouvoir.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 7 février 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> ==============================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 12px;">Le bourreau peut-il être un témoin fiable de la victime ?</span></span></strong><br /> <br /> <br /> <em>« Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset ? Je vous prédis, moi, que vous aurez l&#8217;Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ».</em><br /> Ces propos qu'on retrouve sur divers sites favorables à l'OAS et qui connaissent une nouvelle floraison depuis les attentats de Paris (le plus souvent sous la plume de José Castano; <a href="http://www.europe-israel.org/2015/01/islam-le-sombre-avenir/">exemple</a> ) auraient été tenus par le dirigeant nationaliste algérien Larbi Ben M'hidi aux parachutistes français qui l'arrêtaient lors de la bataille d'Alger (1957), de torturante mémoire. <br /> On n'a plus eu aucune nouvelle de Ben M'hidi avant mai 2001, dans un livre où le général Aussaresses indiquait qu'il avait présidé à sa pendaison maquillée en suicide, quelques jours après son arrestation.<br /> <br /> <br /> <br /> <a href="https://www.youtube.com/watch?v=ByOPi5I8cBA">Les aveux de Paul Aussaresses</a><br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 29 janvier 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> =========================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Attentats de janvier 2015 : où mène la passion anti-taubirale</span></strong><br /> <br /> <br /> <em>s'il avait purgé la totalité de cette peine, la jeune policière et les victimes juives de l'Hyper Cacher seraient encore en vie.<br /> <br /> Et saviez-vous que, pour Christiane Taubira, ces remises de peine sont encore insuffisamment généreuses ? </em><br /> <br /> Tel est, à propos du quintuple meurtrier des 8 et 9 janvier Amedy Coulibaly, condamné en décembre 2014 mais laissé en liberté, le jugement d'<a href="http://e.institutpourlajustice.org/a/?F=p8hxt3nm8dnf8p8qz4zks9j9q3l6vchkqpjhmsw4np4eftyc6lxyv9a-5734951">une officine pour qui la prison résout tout</a>.<br /> <br /> Redoublant de finesse, cette littérature se fait mathématique, additionne aux victimes de Coulibaly celles de Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche et Chérif Kouachi, soit 28 au total, tranche que tous auraient dû être sous les verrous au moment de leurs attaques et conclut que "si notre système pénal fonctionnait normalement, toutes les victimes de ces terroristes seraient encore en vie aujourd'hui ".<br /> <br /> Voilà qui est très rassurant : nous avons affaire à des tireurs isolés et non à une armée... à moins que cette armée ait disposé en tout et pour tout de cinq soldats.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 26 janvier 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ===========================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Eric : des Verhaeghe pour se faire battre !</span></strong><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.eric-verhaeghe.fr/charlie-hebdo-allah-met-fin-70-ans-dinsouciance-francaise/">Sur son blog</a>, un énarque nommé Eric Verhaeghe fait la leçon au trio qui vient d'ensanglanter la France :<br /> <br /> <em>Moi, je suis arrivé en France en 1986, c&#8217;est-à-dire pas très longtemps avant leur naissance. Je suis fils d&#8217;ouvrier, dans ma famille, il n&#8217;y avait pratiquement pas de livre (sic), les bibliothèques étaient indigentes, les infrastructures publiques quasi-inexistantes, mais on savait que, pour en sortir (sic), il fallait bosser. Quand je suis arrivé à Paris, j&#8217;ai été scotché (sic) par le nombre de bibliothèques publiques, de terrains de sport, de musées gratuits.<br /> <br /> Qu&#8217;un gamin à Paris ose expliquer qu&#8217;on ne fait rien pour lui, c&#8217;est évidemment une aberration, un mensonge. </em><strong>Les Coulibaly, les Kouachi, ont disposé dans leur enfance de tout ce qu&#8217;il fallait pour s&#8217;en sortir</strong> (souligné par FD)<em>. La seule chose qui leur a manquée (sic), c&#8217;est le courage d&#8217;y arriver, et le travail qui va avec. Je ne suis en aucune manière responsable de leur échec, ni de leur folie. La seule faute leur incombe à eux (sic).<br /> <br /> Il y en a marre (sic) de tous ces discours où les fauteurs de trouble (sic) sont systématiquement exonérés de leur responsabilité.</em><br /> <br /> Cependant sa propre biographie, sur son propre site, permet de nuancer le caractère prolétarien de son parcours et l'indigence culturelle, tout comme l'exotisme, de son milieu d'origine :<br /> <br /> <em>Je suis né le 9 décembre 1968, à Liège, en Belgique. (...)<br /> Je fais mes études secondaires à Liège, à l&#8217;athénée Charles-Rogier, où j&#8217;apprends le latin et le grec. L&#8217;athénée (minuscules, sic) est installé rue Charles Magnette.<br /> En 1986, j&#8217;arrive à Paris, pour faire une hypokhâgne au lycée Henri-IV. J&#8217;y fais aussi une khâgne.<br /> </em><br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 14 janvier 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ========================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Le total obsédé du totalitarisme récidive</span></strong><br /> <br /> <br /> <em><br /> François Hollande n&#8217;a jamais été à la hauteur de la moindre situation. Son élection en 2012 a été le fruit des erreurs multiples commises par Nicolas Sarkozy, mais aussi celui d&#8217;une campagne de presse d&#8217;une férocité sans précédents menée contre celui-ci : la presse française, et plus généralement, les médias, sont les gardiens du « politiquement correct », donc du totalitarisme doucereux qui règne sur ce pays.</em><br /> <br /> (s) <a href="http://sentinellededieu.com/2014/12/28/mille-soldats-deployes-en-france-contre-la-maladie-mentale-qui-fait-crier-allahou-akbar/">Guy Millière</a><br /> <br /> <br /> Inculte, grossier, myope, adepte de l'incantation, parjure, agité, stérile, prévaricateur, égolâtre et jamais responsable de rien, Sarkozy était en 2012 le plus mauvais président qu'ait connu la Cinquième. Mais attention : il ne fallait pas le dire trop crûment, pour lui permettre d'être réélu. <br /> <br /> Toute autre conduite était totalitaire !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 28 décembre 2014)<br /> <br /> <br /> (voir ci-après la perle du 8 mai 2013 : le totalitarisme était alors partiel, à présent le voilà doucereux)<br /> <br /> <br /> ======================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">L'homme pressé</span></strong><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/10/14/31003-20141014ARTFIG00155-guilluy-tribalat-zemmour-cachez-ces-intellectuels-que-je-ne-saurais-voir.php">Du<em> Figaro</em> </a><br /> <br /> <em>Machin est journaliste et écrivain. Son <strong>prochain</strong> livre</em> Dupont, Tartempion, la France et Moi <em><strong>vient de</strong> paraître chez Prems Editions.</em><br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 25 octobre 2014)<br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Epitaphe pour Christophe de Margerie</span></strong><br /> <br /> Dans le concert d'éloges surgi après la mort accidentelle du PDG de Total, on entend dire qu'il avait "gravi tous les échelons de l'entreprise". Par exemple sur France Inter dans le journal de 7h et France-Culture dans celui de 8.<br /> <br /> Encore un effort, messieurs-dames : ajoutez la touche de vécu qui rendra plus frappant votre propos, en nous rappelant le nom du pétrolier pourri où ce fils de prolétaire avait débuté comme matelot sous-payé !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 21 octobre 2014)<br /> <br /> <br /> <br /> ----------------------------------------------------------------------------------------<br /> ----------------------------------------------------------------------------------------<br /> <br /> <strong>A propos de la grève des masochistes pilotes d'Air France</strong><br /> <br /> <em><br /> Les pilotes jouissent d'une mauvaise réputation</em><br /> <br /> (du spécialiste aéronautique de <em>France Info</em>, le 29 septembre en milieu de journée)<br /> <br /> (mis en ligne le 2 octobre 2014)<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><br /> L&#8217;ignorance crasse d&#8217;Alain Finkielkraut sur le nazisme</strong><br /> <br /> Du plus prolifique de nos pères Hamptoire <a href="http://www.lenouveleconomiste.fr/alain-finkielkraut-il-ny-a-pas-de-nation-sans-preference-nationale-20733">http://www.lenouveleconomiste.fr/alain-finkielkraut-il-ny-a-pas-de-nation-sans-preference-nationale-20733</a> :<br /> <br /> "Le geste inaugural de la Seconde Guerre mondiale fut, on semble l&#8217;avoir oublié, les troupes de la Wehrmacht repoussant dans un grand éclat de rire les barrières séparant l&#8217;Allemagne de la Pologne, car cette guerre était une guerre impériale contre les nations européennes, <em>au mépris des frontières</em> et, par-delà des frontières géographiques et historiques, <em>au mépris de toute limite</em>. Hitler, c&#8217;est l&#8217;hubris totalitaire. La démesure." (souligné par moi)<br /> <br /> Le nazisme se déployait en fait dans une double limite :<br /> <br /> - celle de la race, qui lui imposait, dans son rêve de domination mondiale, au moins un partenariat "aryen" obligatoire, celui de la Grande-Bretagne ;<br /> <br /> - celle du réalisme géopolitique, qui jouait dans le même sens : il fallait rassurer Londres en n&#8217;ayant strictement aucune ambition maritime ou coloniale, et en ne cherchant une expansion que là où la Grande-Bretagne n&#8217;avait encore dirigé ni ses vues ni ses pas : le monde slave.<br /> <br /> La sauvagerie contre la Pologne, aboutissant à maltraiter sa population plus encore que celle de l&#8217;URSS, était donc bien au premier chef une question de "frontière".<br /> <br /> Par ailleurs, cette agression était un coup de billard à trois bandes contre la France. Mais cette réalité reste à mettre en lumière et ne relève pas spécialement de l&#8217;ignorance de "Finkie".<br /> <br /> NB.- "fut les troupes" : est-ce très académique ?<br /> <br /> (mis en ligne le 19 septembre 2014)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Encore !</strong><br /> <br /> De Marc Nacht sur <em>Causeu</em>r le 13/8/2014, à Renaud Girard du <em>Figaro</em> qui désapprouve l&#8217;inscription du Hamas palestinien sur la liste des organisations terroristes établie par l&#8217;Union européenne :<br /> <em><br /> Votre argument est simple : le Hamas a été élu démocratiquement. On pourrait vous rétorquer : le parti nazi n&#8217;avait-il été, lui aussi, élu « démocratiquement » ?</em><br /> <br /> Rappel : le NSDAP, avant d&#8217;arriver au pouvoir, n&#8217;a jamais dépassé le chiffre, énorme mais éloigné de la majorité, de 37% des voix. Hitler lui&#8212;même avait obtenu ce score lors de la seule élection à laquelle il s&#8217;était présenté, la présidentielle de 1932, et il avait été battu.<br /> <br /> (mis en ligne le 12 septembre 2014)<br /> <br /> (voir ci-après la perle du 19 mai 2010)<br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><br /> La nouvelle bataille de Fontenoy</strong><br /> <br /> <br /> semble à première vue plus aisée que celle qu&#8217;a gagnée Maurice de Saxe le 11 mai 1745, et devrait réclamer moins d&#8217;efforts qu&#8217;une traversée du Pacifique à la rame.<br /> <br /> Maud Fontenoy vient en effet de déclarer sur France Inter :<br /> <br /> "Je me bats pour qu&#8217;écologie rime avec économie."<br /> <br /> (mis en ligne le 13 février 2014)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Jean-Paul Brighelli inculte... pas seulement sur les cultes</strong><br /> <br /> Ce pédagogue peu avare d&#8217;éloges pour les institutions scolaires d&#8217;antan n&#8217;en a peut-être pas été un usager toujours très concentré :<br /> <em><br /> C&#8217;est tout à la gloire de la France, justement, que de refuser l&#8217;inscription de la religion, telle qu&#8217;elle se pratique dans nombre de pays - y compris en Europe - et telle qu&#8217;elle se pratiquait sous Pétain.</em><br /> <br /> (Sur <em>Causeur</em>, le 10 février 2014)<br /> <br /> A copier cent fois avant de revenir en cours : l&#8217;agnostique maréchal n&#8217;a point fait inscrire sur les papiers d&#8217;identité la moindre croyance, mais l&#8217;appartenance supposée à une prétendue race, en grosses lettres rouges.<br /> <br /> (mis en ligne le 11 février)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Seux fait encore des siennes</strong><br /> <br /> (voir plus loin, perle du 6 juillet 2012)<br /> <br /> Aujourd&#8217;hui, après l&#8217;annonce de l&#8217;inculpation du PDG d&#8217;Orange pour "escroquerie en bande organisée", le chef de la bande ne pouvant être que Nicolas Sarkozy, le chroniqueur économique de France Inter s&#8217;interroge sur la possibilité qu&#8217;il conserve son poste.<br /> <br /> Il est en effet inquiété pour une affaire antérieure à sa prise de fonction : le fait d&#8217;avoir, en tant que chef de cabinet du ministre des Finances Christine Lagarde, favorisé le versement indû par l&#8217;Etat, en 2008, d&#8217;une somme colossale à Bernard Tapie. La décision, comme chacun en convient à mots plus ou moins couverts, ne pouvait émaner que du chef de l&#8217;Etat, mais Sarkozy et Tapie n&#8217;étaient pas spécialement proches et le mobile du cadeau reste obscur.<br /> <br /> "Pas de mobile, pas de délit", tranche le chroniqueur.<br /> <br /> Il n&#8217;y a plus qu&#8217;à se calfeutrer chez soi pour éviter d&#8217;être la victime d&#8217;un individu tirant sur les passants en étant assuré de l'impunité, du moins si les ceusses qui le jugent sont des Seux.<br /> <br /> (mis en ligne le 13 juin 2013)<br /> <br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>La quintessence de la confusion</strong><br /> <br /> (de DoM P, sur le blog de Franck Boizard)<br /> <br /> Lénine et Hitler ont beaucoup en commun, à commencer par Marx et l&#8217;extermination de masse.<br /> <br /> Si Lénine a donné, dans certaines circonstances, des ordres impitoyables, il est facile de constater que Hitler n&#8217;a pu trouver la moindre leçon d&#8217;extermination chez Marx, en qui, de surcroît, il voyait l&#8217;une des principales incarnations de la "peste juive" dans l&#8217;histoire.<br /> <br /> (mis en ligne le 23 mai 2013)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Un ruminant dans son pré</strong><br /> <br /> Sommes-nous dans une société pré-totalitaire ? Oui, il m&#8217;arrive souvent de penser que nous sommes dans une société pré-totalitaire.<br /> <br /> (de Guy Millière, le 8 mai 2013)<br /> <br /> Il existe bien, en comptabilité, des totaux partiels. Mais une société peut-elle être partiellement totalitaire ?<br /> <br /> Elle peut, plus modestement, être en proie à une folle escalade verbale.<br /> <br /> (mis en ligne le le 8 mai 2013)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Netanyahou, autiste et fier de l&#8217;être</strong><br /> <br /> Le premier ministre israélien se targue de son manque d&#8217;intérêt pour le film The Gatekeepers, qui fait courir et causer ses administrés :<br /> <br /> <em>Les télés et les radios, nomination aux Oscars oblige, finissent par en parler et surtout font réagir les politiques. À droite, c&#8217;est glacial et unanime : un film "orienté", "tendancieux". À la présidence du Conseil, Benyamin Netanyahou laisse son porte-parole déclarer : "Le Premier ministre n&#8217;a pas vu le film et il n&#8217;a pas l&#8217;intention de le voir." Au lendemain de la cérémonie des Oscars, la droite fait des gorges chaudes du fait que Dror Moreh, le réalisateur du film, est reparti les mains vides. "Nous ne verserons pas une larme", dit-on en coeur... Quelques jours plus tard, Limor Livnat, la ministre de la Culture, met le feu aux poudres. Après avoir dénoncé "ces films qui salissent l&#8217;image d&#8217;Israël", elle appelle les réalisateurs à s&#8217;autocensurer.</em><br /> <br /> (extrait d&#8217;un article de la correspondante du<em> Point </em>à Jérusalem, Danièle Kriegel, mis en ligne le 7 mars 2013)<br /> <br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Révisionnisme poutinien</strong><br /> <br /> <em>Mais l&#8217;essentiel, c&#8217;est que sans les atermoiements dans l&#8217;ouverture du deuxième front, les pertes soviétiques et alliées, surtout en Europe occupée, auraient été de 10 à 12 millions de personnes moins élevées. Auschwitz n&#8217;aurait pas existé, car il n&#8217;a commencé à fonctionner à plein régime qu&#8217;en quarante-quatre...<br /> <br /> Viktor Litovkine est un journaliste russe reconnu, spécialisé dans les questions militaires, collaborateur de la[i] Revue Militaire Russe</em>.[/i]<br /> <br /> Ainsi se terminait, en 2005, une interview de Valentin Faline par Viktor Litovkine, intitulée « La Seconde Guerre mondiale aurait pu prendre fin en 1943 ».<br /> <br /> Le mauvais génie de l&#8217;Occident, superficiellement antinazi et profondément antisoviétique, est censé être Winston Churchill qui, effectivement, avait parfois (et avec mesure) bercé Staline de bonnes paroles sur un "second front" avant qu&#8217;il ne se réalisât en Normandie, en 1944. Mais il l&#8217;avait différé avec réalisme (et en luttant contre l&#8217;irréalisme novice des Etats-Unis), pour ne pas offrir à Hitler un succès facile qui, lui, eût fortement prolongé la guerre.<br /> <br /> Enrôler Auschwitz dans le raisonnement en situant le début de son "plein régime" en 1944 constitue un record, et de désinformation, et de stupidité dans cet exercice.<br /> <br /> (mis en ligne le 11 février 2013)<br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Gérard Depardieu : l'argent fait le bonheur... à une condition !</strong> <br />   <br /> "Il a apprécié depuis un mois, de par les contacts qu'il a eus, les commerces de proximité, les bouchers, les ptits restos, les ptits bistrots, le garage où il pourra réparer son scooter, enfin bref il a trouvé un esprit de convivialité qui lui a plu tout de suite. Un esprit généreux, un esprit ouvert, un esprit tolérant, je pense que c'est ce qu'il recherchait en sortant de la ville." <br />   <br /> Propos [tenus à la RTBF-&gt;http://www.rtl.be/info/votreregion/hainaut/964984/depardieu-a-nechin-la-joie-du-bourgmestre-en-video] par Daniel Senesael, bourgmestre d'Estaimpuis, commune belge jouxtant la France où l'acteur vient d'élire domicile. <br />   <br /> Il n'y a probablement entre Paris et la frontière belge que des commerces de grande surface et des estaminets démesurés. <br />   <br /> Et peut-être accessoirement des agents du fisc à l'esprit intolérant et fermé. <br />   <br />   <br /> PS.- "La ville", nouveau surnom de la France ? <br />   <br /> (mis en ligne le 11 décembre 2012) <br />   <br /> ______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>Négationnisme d'extrême gauche </strong> <br />   <br />   <br /> En ces temps d'aiguisement de tous les sectarismes, le site [Mecanopolis-&gt;http://www.mecanopolis.org/?p=26410] se met à prédire la destruction de l'Etat d'Israël dans des termes carrément himmlériens : <br />   <br /> « <br /> (...) Les Nazis (1933-1945) &#339;uvraient systématiquement à l'éradication des communistes (toutes nationalités confondues), des tziganes-Roms (sans nationalité), des slaves, des marginaux et aussi des gens de religion juive et de leurs descendants même devenus non pratiquants. <br />   <br /> La réécriture de l'historiographie de la Seconde Guerre mondiale au cours de la guerre froide (1954-1989) - États-Unis contre Union Soviétique ­- amènera la quasi disparition des premières victimes des livres d'histoire et leur remplacement par un nombre sacré - exactement 6 millions - lesquels petit à petit deviendront un peuple, puis une nation et enfin une «race», unique martyr au dire de l'hagiographie sioniste imposée par le maelstrom médiatique. Impasse totale par la suite sur les communistes, les handicapés, les tsiganes et les résistants pourtant {{tout autant incarcérés et exécutés dans ces camps de la mort ! [/b] » <br />   <br /> Robert Bibeau, chargé par ce site de cet article, officie ordinairement dans un [organe canadien francophone-&gt;http://www.robertbibeau.ca/palestine3.html] "marxiste-léniniste". La pudibonderie d'une partie de cette mouvance serait-elle en rapport avec l'omission, dans ses énumérations rituelles des victimes du nazisme censées avoir enduré les mêmes traitement que les Juifs, des homosexuels ? <br />   <br /> Les premiers "éradiqués" sont censés avoir été les communistes. Cela ne tient pas debout. Hitler tenait trop, en Allemagne, à leur "sang aryen", il en tua quelques centaines, en emprisonna quelques milliers, presque tous de façon temporaire, et enrôla les autres dans ses entreprises, la résistance organisée étant ô combien méritante, mais infime. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 28 octobre 2012) <br />   <br />   <br /> _______________________ <br /> ________________________ <br />   <br />   <br /> <strong>Une perle au front </strong> <br />   <br /> {(...) ce problème de fond qu'est la dégradation de l'insécurité} <br />   <br /> C'est de Bruno Gollnisch, non seulement [sur son blog-&gt;http://www.gollnisch.com/wp-content/uploads/2012/10/2012-10-01-motion-d-ordre-bruno-gollnisch-page-2.jpg], mais dans une lettre, ce jour, à son président de conseil régional ! <br />   <br /> Tant que la sécurité monte en grade, où est le problème ? <br />   <br /> Mais on pourrait bien finir par dégrader la note du professeur d'université, pour charabia et négligence. <br />   <br /> (mis en ligne le 1er octobre 2012) <br />   <br /> _______________ <br /> ________________ <br />   <br /> <strong>Un athéisme relatif </strong> <br />   <br />   <br /> Dans le débat souvent très bas sur les caricatures islamophobes de {Charlie-Hebdo}, on peut lire ceci [sur le blog-&gt;http://philippetorreton.wordpress.com/2012/09/19/de-lislamophobie-vous-dites/#comment-689] de Philippe Torreton : <br />   <br /> {Un jour peut être on prouvera que Dieu n'existe pas. Ce jour là beaucoup de personnes seront sauvées.} <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 23 septembre 2012) <br />   <br /> ____________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>L'inconscient collectif des élus ennuyés </strong> <br />   <br />   <br /> "C'est une question à ne pas éluder à la légère" <br />   <br /> (le maire d'une petite commune de l'Ouest de la France, sur France Inter au début de cette semaine) <br />   <br /> (mis en ligne le 20 septembre 2012) <br />   <br />   <br /> _________________ <br /> __________________ <br />   <br />   <br /> <strong>BHL métaphysicien </strong> <br />   <br /> { {l'increvable mouvement des Frères musulmans créé en 1928, en Egypte, dans la foulée de l'hitlérisme naissant} } <br />   <br /> [contexte-&gt;http://www.europe-israel.org/2011/05/%C2%AB%E2%80%89ah%E2%80%89-les-cons%E2%80%89%C2%BB-sur-un-munich-palestinien/] <br />   <br /> Mais non, Bernard ! <br />   <br /> En 1928, le nazisme convalescent n'a strictement aucune influence hors d'Allemagne. La phrase est donc archi-fausse, sauf à supposer quelque occulte transmission par des voies sataniques. <br />   <br /> (mis en ligne le 12 septembre 2012) <br />   <br />   <br />   <br /> ________________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Dominique Seux pédagogue </strong> <br />   <br />   <br /> Le journaliste des {Echos} et échotier du libéralisme sur France-Inter raillait, mardi 3 juillet, l'administration Hollande d'éviter avec soin le mot "rigueur", comme l'avait fait celle de Sarkozy. <br />   <br /> Sans doute pour mieux se faire comprendre, il donnait un exemple vivant : lui-même, évitant avec le même soin le mot "austérité" ! <br />   <br /> [note à l'usage d'une postérité heureuse à qui ces querelles de langage ne rappellent rien : en l'an 2012 ap. JC, dans bien des contrées, une très large majorité de publicistes, tout en se prétendant censurée par une très large majorité de mécréants, faisait de la baisse des revenus du plus grand nombre l'alpha et l'oméga des "lois de l'économie", résumées par le mot "rigueur" employé de préférence à celui d'"austérité", pourtant bien plus pertinent pour résumer leur doctrine.] <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 6 juillet 2012) <br />   <br /> ____________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>On se console comme on peut </strong> <br /> <br />   <br /> " C''est pourquoi la gauche a perdu le peuple. " <br />   <br /> Telle était la conclusion d'un article de la campagne électorale (Chantal Delsol, {Valeurs actuelles},19/01/2012), intégralement repris [sur un blog de droite-&gt;http://www.gerard-brazon.com/] , au {lendemain} de l'élection présidentielle de 2012. <br />   <br />   <br /> Mieux encore : l'article se voulait un portrait en pied de la génération "68", coupable... d'indifférence aux faits ! <br />   <br /> (mis en ligne le 29 mai 2012) <br />   <br /> ________________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>Perle de campagne </strong> <br />   <br />   <br /> Pas besoin de chercher très longtemps, en ces temps présidentiels, les huîtres affligées dont les larmes ont formé de précieuses concrétions. <br />   <br /> Fidèle à ma devise de railler plutôt les grandes puissances que les petites, je m'en prendrai au simplisme d'un des orateurs les plus lettrés de la campagne, professeur de littérature japonaise dans une université de Lyon. <br />   <br /> Au terme d'un [article sur Mohamed Merah-&gt;http://www.gollnisch.com/2012/03/31/bruno-gollnisch-affaire-merah-la-question-qui-nest-pas-posee/?utm_medium=email&amp;utm_campaign=Billet+dhumeur+-+Affaire+Merah++la+question+qui+nest+pas+pose&amp;utm_content=Billet+dhumeur+-+Affaire+Merah++la+question+qui+nest+pas+pose+CID_12ede423684e59e1044febbda5ac34e7&amp;utm_source=Campaign+Monitor&amp;utm_term=Blog+de+Bruno+Gollnisch] englobant dans la même réprobation ses sept meurtres et l'argent que son éducation aurait coûté à la France, Bruno Gollnisch écrit : <br />   <br /> {Cet article me vaudra, c'est sûr, comme d'habitude, des accusations de dureté de c&#339;ur, d'incitation à la haine, de récupération politique, et tout le bazar habituel de la rhétorique des bien-pensant <br /> [{sic}; ne lirait-il même pas Bernanos ?]. Je m'en contrefiche. Comme l'écrivait Chateaubriand, il est des temps où il faut être économe de son mépris, à cause du grand nombre de nécessiteux. Je réserve ma compassion aux victimes (...).} <br />   <br /> Un peu bancal, cela ! Le signataire est-il économe de sa compassion, ou réserve-t-il son mépris aux victimes ? <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 31 mars 2012) <br />   <br /> {dernière minute (et premier avril, sans poisson) : j'ai déposé ce matin à 6h 45 un commentaire sur le blog de Gollnisch, dans le sens ci-dessus; il n'y avait alors aucun commentaire; une ou deux heures plus tard, apparition de dix commentaires tous plus élogieux les uns que les autres et, au milieu, mention du mien comme étant "en attente de modération". <br />   <br /> A 14h 49, le nombre des éloges a doublé, et la mention de mon oeuvre a disparu. <br />   <br /> Tout est rentré dans l'ordre au sein du bazar habituel de la rhétorique ! <br />   <br /> [suite du feuilleton-&gt;http://blogs.mediapart.fr/blog/francois-delpla/010412/une-splendide-gollnischerie]} <br /> ____________ <br /> _____________ <br />   <br />   <br /> <strong>Un démythificateur professionnel en plein mythe </strong> <br />   <br /> {Pour parler comme Churchill, les Occidentaux ont fortement contribué à « tuer le mauvais cochon ». } <br />   <br /> de Pierre-André Taguieff [sur Causeur-&gt;http://www.causeur.fr/la-verite-du-pretendu-%C2%AB-printemps-arabe-%C2%BB-est-dure-a-reconnaitre,16409], à propos des lendemains qui déchantent du "printemps arabe", marqués par une poussée islamiste au Maghreb et au Machrek. <br />   <br /> Churchill appelé en renfort pour justifier un regret nostalgique de Ben Ali, Moubarak et Kadhafi ! <br />   <br /> Rappel : "nous avons tué le mauvais cochon" est un propos rapporté, mal situé dans le temps, sans aucun répondant écrit et, {last but not least}, linguistiquement peu anglais, destiné à faire croire pendant la guerre froide que son auteur regrettait d'avoir choisi de concentrer son effort militaire contre Hitler, plutôt que contre Staline. <br />   <br /> [Une mise au point-&gt;http://viennanet.info/polemics/churchill] <br />   <br /> (mis en ligne le 24 mars 2012) <br /> _____________________ <br /> _____________________ <br />   <br />   <br /> <strong>D'un journaliste haineux </strong> <br />   <br /> {Un dictateur syrien qui annonce, sans aucun complexe, que si une seule balle étrangère est tirée dans son pays, il balancera des missiles sur Tel Aviv dans la demi-heure qui suivra. <br />   <br /> Je ne suis pas un va-t-en-guerre, mais moi je le mets au défi. <br /> Voilà une bonne stratégie à mettre au point avec Messieurs Sarkozy, Obama et Blair qui sont si choqués par les massacres commis par Bachar el Assad. Que les forces de l'Otan tirent un ou deux missiles sur la résidence du boucher, on verra si celui-ci met sa menace à exécution. Si oui, alors les Occidentaux aideront Israël qui ripostera et on en finira avec Assad. Vous pensez que je rêve ? Vous avez raison. <br />   <br /> La seule chose qui soit certaine dans cette hypothèse, c'est qu'en moins de 5 minutes, vraiment moins croyez-moi, Israël transformerait le palais présidentiel, et Assad lui-même, en un tas de cendres.} <br />   <br /> Marc Femsohn, {Guisen}, 6 octobre 2011 <br />   <br /> La haine transforme les hommes en robots... au point de recycler un discours avec deux premiers ministres britanniques de retard ! <br />   <br /> Et on frémit à l'idée de ce que dirait et ferait ce Marc s'il était un va-t-en-guerre ! <br />   <br /> (mis en ligne le 7 octobre 20011) <br />   <br /> ______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>La présomption d'innocence et ses délires </strong> <br />   <br /> La déclaration des droits de l'homme de 1789 a édicté que la puissance publique ne devait plus prêter main-forte aux rumeurs infamantes, en précisant que seul un tribunal avait le droit de décider de la culpabilité de quelqu'un. <br />   <br /> Cette règle souvent oubliée a été outrageusement violée par un prince un matin de Noël : Michel Poniatowski, ministre de l'Intérieur de son vieil ami Giscard d'Estaing, a convoqué le 24 décembre 1976 une conférence de presse quelques heures après l'assassinat sur les Champs-Elysées de leur camarade de parti Jean de Broglie, pour expliquer que tout était éclairci, en nommant à la fois l'assassin et ses commanditaires. <br />   <br /> Depuis le scandale causé par cette affaire, tout journaliste se croit en devoir de donner du "présumé" aux auteurs des délits les plus flagrants. <br />   <br /> Mais tous les records sont battus depuis quelques jours : à l'occasion du procès de Jacques Chirac, les médias usent et abusent de l'expression "les emplois présumés fictifs de la ville de Paris"... alors que les salaires versés au nom desdits emplois ont été remboursés par le parti UMP à ladite municipalité ! <br />   <br /> Peut-être devrait-on suggérer à Jean-François Copé, secrétaire général de ce parti, d'exiger avec tous les accents de la vertu outragée, au nom de la présomption d'innocence, le remboursement du remboursement ? <br />   <br /> (mis en ligne le 9 septembre 2011) <br />   <br />   <br /> _____________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Le moyen âge comme si vous y étiez </strong> <br />   <br /> Sous le subtil pseudonyme "La bonne blague", à propos de la recension par Marie Ranquet d'un ouvrage anglo-saxon relatif aux Croisades, sur [nonfiction.fr-&gt;http://www.nonfiction.fr/article-4808-les_croisades_vues_par_un_historien.htm] : <br />   <br />   <br />   <br /> {Je me permets de lui rappeler que 99% des travaux sur les croisades soutiennent la thèse des méchants croisés contre les bons musulmans.} <br />   <br />   <br />   <br /> Le pourcentage parle de lui-même ! <br />   <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 9 juillet 2011) <br />   <br /> ____________ <br />   <br />   <br /> (après l'exécution de Ben Laden) <br />   <br />   <br /> <strong>Quand [Philippe Bilger-&gt;http://www.marianne2.fr/Mort-de-Ben-Laden-Justice-est-faite_a205766.html] piétine les fondements du droit </strong> <br />   <br /> {Justice vient d'être faite au sens où, au-delà de l'officiel, il y a des événements et des issues qui satisfont pleinement ce que l'être humain, quoi qu'on en ait, attend : que l'horreur et les tragédies suscités par la folie et la fureur d'un homme ne demeurent pas impunis.} <br />   <br /> Il n'est déjà pas très intelligent d'approuver les réactions primaires de la foule, même si on peut, et doit, les comprendre. <br />   <br /> Mais le faire au nom du droit, alors qu'il est bafoué et qu'on est un expert de cette discipline, chargé comme tel de fonctions importantes, voilà qui appelle seulement deux commentaires. <br />   <br /> L'un, évangélique : "Si le sel s'affadit, avec quoi va-t-on le saler ?" (Matthieu, 5, 12) <br />   <br /> L'autre, historique : qui donc avait cru devoir se fendre de plusieurs articles pour justifier la parole de Hitler selon laquelle, lors des meurtres de la nuit des Longs couteaux (30 juin 1934) il était "le Juge suprême du peuple allemand" ? <br />   <br /> Un juriste universitaire qui fit une belle carrière avant, pendant et après le nazisme : Carl Schmitt. <br />   <br /> Mais peut-être l'avocat général de la cour d'appel de Paris veut-il dire qu'un procès de Ben Laden aurait infailliblement conduit à son acquittement ? C'est en tout cas la seule interprétation possible de l'allégation selon laquelle sa fureur aurait pu demeurer impunie. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 8 mai 2011) <br />   <br /> ________________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>De Bilger encore (et de bien d'autres) </strong> <br />   <br />   <br /> "... l'impossibilité d'un procès qui aurait été dans tous les cas lourd de toutes sortes de menaces." <br />   <br /> Parce que Al Qaïda serait plus capable de faire des attentats pour délivrer son chef que pour le venger ?!!! <br />   <br /> A cette aune, il aurait fallu que les Anciens n'aient pas la folle imprudence d'inventer la prison, ni le tribunal, et laissent les pratiques de vendetta se pérenniser. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 8 mai 2011) <br />   <br /> ______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>Où mène la phobie de la phobie </strong> <br />   <br /> [Dans un débat-&gt;http://www.lepoint.fr/debats/nouvelle-archive-de-vichy-ce-que-les-internautes-en-disent-08-10-2010-1246554_34.php?commentaire_list] du {Point} sur un brouillon du statut des Juifs, le seul disponible à ce jour, annoté par Pétain et exhumé par Serge Karsfeld. Un internaute ayant mis en cause le futur maréchal dans la prolongation de la Première Guerre mondiale, un "Bouboul" (on ne le lui fait pas dire, mais "Boumboum" irait mieux encore) : <br />   <br /> Bouboul <br />   <br />   <br />   <br /> vendredi 15 octobre | 15:03 <br />   <br /> { <br /> Je sais bien que l'américanophobie est dans les gènes de bien de nos concitoyens, mais de là à dire que "grâce aux Américains on pouvait continuer la boucherie", c'en est trop. Beaucoup trop. C'est justement l'arrivée des Américains qui a permis de terminer cette horrible boucherie. Les Allemands le savaient très bien qui ont signé une paix blanche avec les Bolcheviques à Brest Litovsk pour pouvoir utiliser toutes leurs troupes à l'ouest. Sans les "Doughboys", leur matériel, leur armement la guerre était perdue pour la France.} <br />   <br /> Hé non, les renforts humains furent bien, en 1918, américains, mais leur matériel était français : sans être anti, on peut remarquer que l'oncle Sam n'est pas sorti de la cuisse de Jupiter... tout armé ! <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 19 octobre 2010) <br />   <br /> ____________ <br /> ____________ <br />   <br />   <br /> <strong> <br /> Un Juif socialiste à Vichy ? </strong> <br />   <br /> [ <br /> Sur Causeur-&gt;http://www.causeur.fr/sarkozy-c%E2%80%99est-pas-petain,7440?show=comments#comment-202001], à propos des comparaisons Sarkozy-Pétain <br />   <br />   <br /> {Roba dit : <br />   <br /> 27 septembre 2010 à 9:17 <br />   <br /> Il serait bon de rappeler que tous les propos et slogans (comme &#8216;Travail,...') repris par l'auteur et attribués au Maréchal Philippe Pétain, chef de l'Etat français, sont en fait le pur produit de la plume de son &#8220;nègre&#8221;, l'excellent Emmanuel Berl, juif de gauche, écrivain et pacifiste. Et accessoirement, époux de la chanteuse Mireille. Rendons à César... <br />   <br /> Un juif socialiste à Vichy!!!!} <br />   <br /> Berl (qui n'était pas socialiste) a participé à la rédaction des tout premiers discours de Pétain à Bordeaux, en {juin} 1940, et n'a jamais, de près ou de loin, été son conseiller à Vichy. Si le rapprochement Pétain-Sarkozy est discutable, il y a encore moins de raisons de confondre Emmanuel Berl et Henri Guaino ! <br />   <br /> Mais cet amalgame est bien de notre temps : les jeux d'étiquettes remplacent l'ouverture des flacons. <br />   <br />   <br /> __________________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br /> <strong>Quand Bruno Gollnisch sème ses toxines </strong> <br />   <br />   <br /> La journaliste Elisabeth Lévy, patronne du mensuel <em>Causeur</em> et du site d'échanges du même nom, ne dit pas que des inepties (cf. plus loin, à propos d'une librairie pro-palestinienne). <br />   <br /> Pourquoi faut-il, [dans un article-&gt;http://www.causeur.fr/le-devoir-du-sol,7278?show=comments] contre les anathèmes sarkozyens de l'été 2010 à l'égard des étrangers (passés, présents et futurs !), qu'elle relaye sans examen cette "information" : la législation du Front populaire était allée plus loin dans le retrait de la nationalité aux délinquants fraîchement naturalisés ! <br />   <br /> L'affirmation vient en droite ligne [d'une interview-&gt;http://www.fdesouche.com/132451-le-front-populaire-prevoit-la-decheance-de-la-nationalite-en-1938] du dirigeant du Front national, le 25 août. <br />   <br /> La réalité : [un décret-loi-&gt;http://pages.livresdeguerre.net/pages/sujet.php?id=docddp&amp;su=103&amp;np=780] du 12 novembre 1938, date à laquelle un gouvernement Daladier, comprenant des ministres de droite, tourne le dos au Front populaire, tout en cherchant des compromis avec le nazisme (nous sommes entre les accords de Munich du 30 septembre et la visite à Paris de Ribbentrop, pour signer un traité d'amitié, en excluant les ministres "juifs" Zay et Mandel des réceptions, le 6 décembre -en passant par la répression démesurée d'une grève de 24 heures, le 30 novembre). <br />   <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 8 septembre 2010) <br />   <br />   <br />   <br />   <br />   <br />   <br /> _______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Hitler visait la domination mondiale : encore cette vieille lune ! </strong> <br />   <br /> Yoram Hazony, du Shalem Center de Jérusalem, est un jeune politologue israélien. <br />   <br /> Dans un essai intitulé {Israel Through European Eyes} (« Israël vu par les Européens »), il affirme que les gens de gauche (auxquels il ne semble pas porter une affection sans bornes) ont récemment inventé un "nouveau paradigme" inspiré de Kant, la disparition de l'Etat-nation. Son propos est ainsi résumé par Daniel Pipes le 17 août 2010, dans la [National Review online-&gt;http://fr.danielpipes.org/8779/emmanuel-kant-contre-israel] : <br />   <br /> {Est-il besoin de faire remarquer qu'il est faux d'attribuer les horreurs nazies à l'État-Nation ? Les nazis, qui voulaient mettre fin aux États-Nations, rêvaient, à l'instar de Kant, d'un État Universel.} <br />   <br /> Le nazisme poursuivit au contraire avec une remarquable constance le projet non pas d'une planète, mais d'une Europe allemande (partageant le pouvoir mondial avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Japon), et c'est bien pour cela : <br />   <br /> 1) qu'il a failli réussir; <br /> 2) qu'il a été en mesure de se livrer à un gigantesque massacre des Juifs de cet espace. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 1er septembre 2010) <br />   <br />   <br /> _________________ <br /> __________________ <br /> . <br />   <br /> <strong>"Hitler démocratiquement élu" : un internaute s'obstine ! </strong> <br />   <br />   <br />   <br /> L'une des missions les plus salubres de l'historien du nazisme est, à mon sens, de combattre ce préjugé encore aujourd'hui très commun. Il a en effet la triple et fâcheuse conséquence de masquer : <br />   <br /> -les engagements fallacieux par lesquels ce chef d'un parti raciste et violent a obtenu, le 30 janvier 1933 sa désignation comme chancelier, et les tricheries quotidiennes au terme desquelles il a installé sa dictature personnelle, à dater du 28 février; <br />   <br /> -la légèreté des classes dirigeantes allemandes, qui se croyaient en position de contenir et de contrôler ce minoritaire dont la nomination n'était en rien obligatoire; <br />   <br /> -celle de la communauté internationale, parfaitement fondée, selon les règles en vigueur notamment depuis la création de la Société des nations, à ne pas se laver les mains de ce processus. <br />   <br /> Or [sur mon propre forum-&gt;http://www.delpla.org/forum/viewtopic.php?f=3&amp;t=241&amp;p=5020#p5020] un internaute relaps (il avait reconnu que Hitler avait été nommé, puis avait recommencé à écrire comme si de rien n'était qu'il avait été élu) vient de déclarer : <br />   <br /> {Oser me reprocher d'avoir dit que le chef d'un parti qui comptait plusieurs centaines de députés avait été élu dénote un esprit fâcheusement procédurier ou fâcheusement... universitaire.} <br />   <br />   <br />   <br /> Eh bien, vive l'audace, et vive l'université ! <br />   <br /> Mais nous n'irons pas jusqu'à la procédure, du moins de mon fait. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 19 mai 2010) <br />   <br />   <br /> ______________________ <br /> ______________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Magazine {L'Histoire} : perseverare diabolicum ! </strong> <br />   <br />   <br /> Dans un [dossier-&gt;http://www.delpla.org/article.php3?id_article=441] assez médiocre sur la défaite française de 1940, votre serviteur avait relevé [publiquement-&gt;http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=59&amp;t=23814&amp;p=327270#p327270] une faute étonnante : la chronologie, qui datait à juste titre du <br /> 3 septembre 1939 la déclaration de guerre de la France, la situait fâcheusement avant celle de l'Angleterre, qui pour sa part aurait attendu jusqu'au 4. <br />   <br /> Le numéro suivant comporte un rectificatif renouvelant la principale erreur ! Car il admet que les deux déclarations ont eu lieu le même jour, tout en répétant que celle de l'Angleterre était postérieure (alors qu'elle datait de 11 h, et la française de 17h). <br />   <br /> Or cet écart a un sens politique important : déjà fort tardif par rapport à l'agression nazie contre la Pologne (le 1er septembre à l'aube) à laquelle il était censé répliquer, ce geste avait été encore plus laborieux à obtenir de Paris que de Londres, ce qui, tout en reflétant l'alignement de la France sur l'Angleterre pendant les années 30, n'était pas sans préfigurer la scission de juin 1940 entre les deux pays. <br />   <br /> (mis en ligne le 3 mai 2010) <br />   <br />   <br />   <br /> ______________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br /> <strong>Est-ce l'effet Sarkozy (Jean) ? </strong> <br />   <br /> Lu sur un billet du festival "Chorus", organisé par le conseil général des Hauts-de-Seine, début avril 2010 : <br />   <br /> "Ce billet ne sera ni repris ni échangé, même en cas de perte ou de vol." <br />   <br /> (mis en ligne le 13 avril) <br />   <br /> __________________ <br /> ____________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Quand Yannick Haenel fictionne </strong> <br />   <br /> Extrait [du sottisier de son roman-&gt;http://www.delpla.org/article.php3?id_article=435] {Jan Karski} (Gallimard, septembre 2009, prix FNAC puis Interallié) : <br />   <br /> {Lorsqu'on incrimine la passivité des Polonais face à l'extermination, on oublie que la Pologne était occupée par les nazis et les staliniens.} (p. 181) <br />   <br /> Dans la polémique subséquente (éclose seulement début 2010 grâce à Annette Wieviorka), on entend beaucoup (trop) dire qu'il y aurait des malentendus "de génération" entre le quadragénaire Haenel et certains de ses aînés. <br />   <br /> Il est de fait que les plus obtus des auteurs nés avant 1960 n'ont pas encore, à ma connaissance, assimilé Staline à Hitler au point de les croire tous deux en Pologne à l'époque de la Solution finale ! <br />   <br /> (alors que l'occupation conjointe dure de septembre 1939 à juin 1941 et que la Solution finale démarre à la fin de cette année, tout le territoire ci-devant polonais étant aux mains du Reich) <br />   <br /> (mis en ligne le 25 février 2010) <br />   <br />   <br /> _________________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Sophie Marceau, biologiste du futur </strong> <br />   <br /> interviewée par {Télé-magazine} (n° 2832) à propos du film {Lol} qui la campe en mère d'une adolescente : <br />   <br /> "- Le petit oiseau éprouve le besoin de s'affranchir et de couper le cordon." <br />   <br /> Il avait peut-être un fil à la patte ! <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 14 février 2010) <br />   <br /> note du 20 mai : tapez la phrase sur Google, vous la verrez apparaître des dizaines de fois... preuve qu'elle n'avait pas été improvisée au hasard d'une rencontre avec un journaliste mais mûrement pesée par le service de promotion. C'est encore plus drôle ! <br />   <br /> _____________________ <br /> _______________________ <br />   <br />   <br /> <strong>et encore un pavé de l'ours ! </strong> <br />   <br /> Sur Causeur.fr, en réponse à Jérôme Leroy qui rappelait les tortures subies par certains militants communistes pendant la guerre d'Algérie : <br />   <br /> {Têtuniçois dit : <br />   <br /> 28 août 2009 à 19:13 <br />   <br /> En Algérie on ne torturait pas les communistes qui n'avaient rien fait . On torturait les communistes qui aidaient le FLN a poser des bombes contre les Européens .} <br />   <br /> (mis en ligne le 29 août 2009) <br />   <br /> ______________ <br /> ____________ <br />   <br />   <br /> <strong>Puissants cryptogames </strong> <br />   <br />   <br />   <br /> De Pierre-André Taguieff [cité par-&gt;http://www.idee-jour.fr/Pierre-Andre-Taguieff-s-invite.html] Emmanuel Lemieux : <br />   <br /> {Comme les champignons après la pluie, les illusions mortelles, à peine habillées de neuf, renaissent après les catastrophes qu'elles ont provoquées.} <br />   <br /> S'ils font la pluie, espérons que les champignons fassent aussi le beau temps ! <br />   <br /> (mis en ligne le 28 août 2009) <br />   <br /> __________ <br /> ___________ <br />   <br />   <br /> [perles plus anciennes-&gt;http://www.delpla.org/article.php3?id_article=446] Mon, 03 Dec 2018 19:34:01 +0100 Facebouquineries http://www.delpla.org/site/articles/articles-10-130+facebouquineries.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-10-130+facebouquineries.php <img src="http://www.delpla.org/site/upload/histoire_de_la_collaboration.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> <br /> <br /> <a href="https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/permalink/1314021065411177/">https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/permalink/1314021065411177/</a><br /> <br /> <br /> <strong><em><span style="text-decoration: underline;">A propos de l'Histoire de la collaboration</span></em></strong><br /> <br /> un livre de François Broche et Jean-François Muracciole (Tallandier, 2017), p. 104 à 107<br /> <br /> <br /> Ce livre récent, universitaire, à bien des égards excellent, souffre d'une insertion totalement défectueuse de son objet dans l'histoire du nazisme et de sa guerre.<br /> <br /> La propagande churchillienne de guerre, et d'après guerre, avait un besoin vital que la bataille d'Angleterre en eût été vraiment une, c'est-à-dire une tentative repoussée de débarquement. Il fallait donc que Hitler ait oublié le ba ba de son racisme, qui le poussait à éviter toute querelle irrémédiable avec le Royaume-Uni.<br /> <br /> A la propagande anglaise susdite aurait donc dû faire obstacle, du moins à partir de 1947(date de la mise à la disposition des tribunaux de Nuremberg du journal du général Halder, chef d'état-major de l'armée de terre allemande), la révélation de la décision hitlérienne d'attaquer l'URSS en 1941, signifiée le 31 juillet 40 aux chefs de la Wehrmacht après une quinzaine consacrée à y préparer leurs esprits. En affinant un peu l'analyse, on se serait rendu compte dès ce moment qu'il s'agissait d'une conséquence directe de l'attaque anglaise de Mers el-Kébir (3 juillet) ou plutôt de son accueil favorable, le lendemain, et par les Commune et par les Etats-Unis. Voilà qui confortait la position de Churchill et le maintien par lui de l'état de guerre, alors que sa chute, et la paix, étaient jusque là attendus par Berlin comme un fruit naturel de l'armistice franco-allemand.<br /> <br /> Les pages citées commettent l'exploit de dire à la fois les deux choses : tout d'abord que Hitler est repoussé à l'automne dans le ciel de Londres, et que l'opération qui sera nommée "Barbarossa" le 18 décembre était déjà décidée en juillet. La so called Battle of England était donc à la fois une vraie offensive et une diversion !<br /> <br /> C'est ce qu'on appelle, depuis un certain rabbin de Nazareth, "mettre du vin nouveau dans de vieilles outres".<br /> <br /> De même, les rencontres d'Hendaye et de Montoire ne devraient plus du tout, en aucune façon, être regardées comme des tentatives infructueuses d'obtenir ceci ou cela de Pétain ou de Franco, mais comme des diversions fort réussies, tendant à faire croire (à l'Angleterre, à l'Amérique et à la Russie principalement) que Hitler comptait s'emparer prochainement de Gibraltar et verrouiller la Méditerranée. Il fallait donc, côté anglo-saxon, être très gentil avec lui pour éviter qu'il ne fasse un malheur et, côté soviétique, l'être aussi, pour le pousser au crime.<br /> <br /> Bref, c'était un très méchant raciste, mais ni un idiot, ni un improvisateur.<br /> <br /> ==================================================================<br /> <br /> <a href="https://www.facebook.com/notes/issn-international-society-for-the-study-of-nazism/franco-27-mai-1944/1405427979603818/">https://www.facebook.com/notes/issn-international-society-for-the-study-of-nazism/franco-27-mai-1944/1405427979603818/</a><br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><br /> FRANCO, 27 MAI 1944</strong></span><br /> <br /> François Delpla·Lundi 14 mai 2018<br /> Le 24 mai, aux Communes, Churchill dit du bien de Franco alors qu&#8217;il en avait encore dit du mal dix jours avant. Le Caudillo, tout excité, triomphe devant François Pietri, l&#8217;ambassadeur de Vichy, persuadé non seulement que son régime va pouvoir survivre à la guerre, mais qu&#8217;il a une carte à jouer avec Pétain, celle d&#8217;un regroupement occidental contre Staline, englobant l&#8217;Allemagne sans dénazification aucune.<br /> <br /> Souce : Archives nationales, Pierrefitte, cote 415 AP/3 (papiers du cabinet du maréchal)<br /> <br /> ==============================================================<br /> <br /> https://www.facebook.com/notes/issn-international-society-for-the-study-of-nazism/hitler-joueur-rus%C3%A9-il-ne-suffit-pas-de-le-reconna%C3%AEtre-il-faut-en-tirer-les-cons%C3%A9/1454402284706387/<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><br /> HITLER JOUEUR RUSÉ : IL NE SUFFIT PAS DE LE RECONNAÎTRE, IL FAUT EN TIRER LES CONSÉQUENCES !</strong></span><br /> <br /> LU SUR UN FORUM <a href="http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=49&amp;t=40863&amp;p=551491&amp;sid=1dbbbfd43af7e4a3edef767e54b63166#p551491">http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=49&amp;t=40863&amp;p=551491&amp;sid=1dbbbfd43af7e4a3edef767e54b63166#p551491</a> :<br /> &#8220;A part Staline et Hitler eux-mêmes, il n'y a que peu de gens qui savent que la Pologne se fera envahir par les troupes allemandes en septembre. Franco et Mussolini n'ont probablement pas été tenus au courant.&#8221;<br /> <br /> Réponse :<br /> <br /> A elle seule cette phrase résume toute l'incompréhension du nazisme à laquelle je m'efforce avec d'autres, depuis quelques décennies, de remédier.<br /> Hitler est un joueur retors et secret, y compris vis-à-vis de la plupart de ses intimes (il a peut-être un complice par coup, souvent Göring, de plus en plus Himmler, parfois Hess...) : de sa décision irrévocable de fondre sur la Pologne le 1er septembre 1939 il n'y a <br /> 1) aucun document pour attester et <br /> 2) aucune raison de penser <br /> qu'il ait prévenu Staline plus que Franco.<br /> Précisions sur demande.<br /> <br /> ==============================================================<br /> <br /> https://www.facebook.com/notes/issn-international-society-for-the-study-of-nazism/pour-en-finir-avec-p%C3%A9tain-sauveur-de-juifs/1359879170825366/<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><br /> Pour en finir avec Pétain &#8220;sauveur de Juifs&#8221;</strong></span><br /> <br /> <br /> François Delpla·Jeudi 15 mars 2018<br /> Une façon riche et intéressante de poser le problème à partir des errements d&#8217;Eric Zemmour en passant par ceux de Robert Paxton <a href="https://blogs.mediapart.fr/berjac/blog/181114/petain-t-il-sauve-les-juifs">https://blogs.mediapart.fr/berjac/blog/181114/petain-t-il-sauve-les-juifs</a><br /> <br /> Un argument apparemment massue : en Belgique, l&#8217;écart entre le pourcentage des Juifs nationaux et celui des Juifs étrangers anéantis est beaucoup plus faible.<br /> <br /> Une réponse : il urge -mieux vaut tard que jamais, beaucoup mieux- de rapporter cette question à la politique d'ensemble du Reich (c'est-à-dire avant tout de son chef) dans le pays concerné, en fonction de son but -gagner la guerre en l'occurrence.<br /> Car les Juifs, ils seront toujours là pour se faire marginaliser, affamer, ghettoïser et si possible trucider -trop longtemps certes dans l'idéal, mais Hitler vit dans le réel (mâtiné de quelques énormes erreurs idéologiques),<br /> tandis que l'occasion historique de faire accéder l'Allemagne au club des grands (jusque vers 42) <br /> ou au moins de s'en tirer par une paix blanche et antisoviétique (à partir de 42), <br /> ne se reproduira pas de sitôt.<br /> La comparaison avec la Belgique serait mieux fondée si le roi Albert (1875-1934), bien plus jeune que Pétain (né en 1856), n'était pas décédé dans la cinquantaine et avait affronté bravement l'occupation à la tête de ses sujets. Car le jeune Léopold ne pouvait pas, après l&#8217;armistice du 28 mai 1940, continuer à se dire chef d&#8217;Etat et était obligé de se présenter en prisonnier de guerre, parce que son gouvernement s&#8217;était divisé au sujet de ce même armistice et, majoritairement replié en France, refusait de rentrer. Mais il va de soi qu&#8217;Albert aurait eu une tout autre autorité pour imposer une capitulation nationale au nom du réalisme, bref, pour se conduire comme un Pétain d&#8217;outre-Quiévrain.<br /> Ainsi, c'est "le généralissime vainqueur de la guerre précédente" qui aurait (toujours dans ma comparaison) servi de marionnette au presque vainqueur de la suivante, signé un armistice et donné dans les panneaux qu'on lui tendait, par exemple celui de sauver les meubles et, partiellement, les compatriotes en laissant tomber, complètement, les métèques et autres "envahisseurs crasseux venus de l'est manger notre pain". <br /> <br /> Moralité : il faut cesser de sous-estimer Hitler, soit sa cruauté, soit son habileté, soit -cas le plus fréquent- les deux. Expert à tirer parti des circonstances, il joue, pour expliquer les différences de traitement entre les territoires occupés, un rôle qu&#8217;on aurait tort d&#8217;oublier au profit des mérites des dirigeants autochtones, ou de leurs turpitudes.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong>Sur l'incendie du Reichstag</strong></span><br /> (31 octobre 2018, sur mon "mur")<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">François Delpla</span> L'étude du nazisme peut aider à mieux cerner la notion de complot et à comprendre qu'elle est, comme la langue d'Esope, porteuse du plus grand bien comme du plus grand mal.<br /> (...)<br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Xavier Affre</span> Sauf que dans les derniers travaux d'historiens sérieux, rien ne prouve que les nazis soient responsables de cet incendie. Par contre l'utilisation qu'en font Hitler et les nazis est indéniable.<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">François Delpla</span> " les derniers travaux d'historiens sérieux" : références ?<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Xavier Affre</span> De mémoire les deniers travaux de chapoutot et les bio d'Hitler...<br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">François Delpla</span> <br /> <br /> Chapoutot, que j'approuve et défends quand il le mérite, n'a jamais travaillé sur l'incendie du R, pas plus d'ailleurs que sur quelque aspect que ce soit de l'histoire politique du Troisième Reich.<br /> <br /> Les bios d'Hitler ? D'abord, même remarque : c'est un travail tellement ample et généraliste (croyez-en un connaisseur) qu'il est très souvent de seconde main, le biographe ne pouvant approfondir lui-même tous les sujets. Il a certes l'avantage d'une vision globale de la carrière du dictateur et de sa logique, si logique il y a, ce qui permet d'étayer certaines conclusions mais ne remplace pas un examen détaillé des pièces de chaque dossier. <br /> <br /> Ensuite, vous les avez mal lues, ces biographies... et elles évoluent doucement vers la thèse du complot nazi : si Kershaw (1999) tranche, sans démonstration aucune, pour la thèse "van der Lubbe acteur unique", Ullrich (2013) est moins catégorique et Longerich (2015) carrément sceptique. Il écrit :<br /> <br /> "La deuxième thèse, que l'incendie Reichstag doit être attribué à l'action solitaire de l'ouvrier hollandais de 24 ans Marinus van der Lubbe, a longtemps dominé la recherche. Sa faiblesse majeure est le fait que la crémation et la destruction du grand bâtiment par un acteur unique est difficilement concevable. La troisième thèse, d'après laquelle il s'agissait d'un complot national-socialiste, peut-être dirigé par Göring, apparaît certes plausible au regard des mesures de persécution qui s'ensuivirent, mais n'est pas soutenue par une abondance de preuves."<br /> <br /> Donc, mon affirmation catégorique de 1999 a plutôt le vent en poupe, <a href="https://journals.openedition.org/lectures/23453">témoin cette recension</a> de la traduction française du livre d'Ullrich due à David Noël :<br /> <br /> "nous privilégions plutôt la thèse de l&#8217;historien français François Delpla7, qui met en évidence un faisceau d&#8217;indices tendant à démontrer la responsabilité d&#8217;Hitler et de Goering dans l&#8217;incendie du Reichstag."<br /> _____________________________________<br /> <br /> 7 François Delpla, <em>Hitler</em>, Paris, Éditions Grasset, 1999.<br /> <br /> =====================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Quand Hitler dénégrifiait la France au pas de course</span></strong> </span><br /> <br /> <br /> <img src="http://www.delpla.org/site/upload/image_1356394_galleryv9_kkua_1356394.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> Mardi 6 novembre 2018<br /> Quoi qu&#8217;on en dise, il y a souvent du bon dans la Fabrique de l&#8217;histoire, l&#8217;émission de France Culture qui offre le meilleur débouché médiatique aux travaux des historiens français et de quelques autres. Ainsi elle m&#8217;a fait connaître aujourd&#8217;hui le jeune thésard rémois Cheikh Sakho, auteur d&#8217;un article sur les pérégrinations et les avatars du monument &#8220;Aux héros de l&#8217;armée noire&#8221; <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_aux_h%C3%A9ros_de_l%27Arm%C3%A9e_noire">https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_aux_h%C3%A9ros_de_l%27Arm%C3%A9e_noire</a> , récemment paru au sein d&#8217;un recueil des éditions Vendémiaire sur les troupes coloniales de l&#8217;armée française lors de la Première Guerre mondiale.<br /> <img src="http://www.delpla.org/site/upload/xcombattantsprisonniers1916_jpg_pagespeed_ic_kh_namkroj.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> <br /> Cette sculpture érigée à Reims en 1924 a été prestement démontée en 1940 par l&#8217;occupant nazi, tout comme par exemple le monument dédié au général Mangin (chantre de la &#8220;force noire&#8221<img src="http://www.delpla.org/site/images/smileys/clindoeil.gif" alt=";)" class="smiley" />, inauguré en 1932 non loin des Invalides et foudroyé par un ordre hitlérien lors de la visite à Paris du triomphateur provisoire le dimanche 23 juin 1940, puis découpé au chalumeau dès le jeudi suivant, le socle étant ensuite détruit à la dynamite.<br /> <br /> Ce que l&#8217;auteur du livre Hitler et Pétain, à paraître mercredi prochain, découvre aujourd&#8217;hui grâce à Cheikh Sakho, c&#8217;est que le Führer est tout autant à l&#8217;origine de l&#8217;éradication du monument rémois. Sakho a en effet retrouvé un télégramme sans équivoque de Himmler, daté du 2 juillet et cité par l&#8217;édition électronique du Spiegel dans les termes suivants :<br /> "In Reims steht ein Denkmal, von dem ich 2 Photographien beilege", telegraphierte Heinrich Himmler, Reichsführer-SS, am 2. Juli 1940 aus dem Sonderzug "Heinrich" nach Berlin. "Der Führer hat gestern genehmigt, dass die Bronce-Gruppe nach Deutschland überführt wird. Der Sockel soll gesprengt werden." (&#8220;Il y a à Reims une statue dont je joins deux photos (...). Le Führer a a donné hier son accord pour le transfert en Allemagne du groupe de bronze. Il faudra faire sauter le socle.&#8221;<br /> Voilà qui illustre et enrichit l&#8217;une des principales thèses de mon livre, suivant laquelle la guerre-éclair militaire s&#8217;inscrit dans un projet global sur la France, consistant à la châtrer de ses composantes et accointances extra-européennes (dont les &#8220;juives&#8221;, bien entendu), afin d&#8217;en faire une sorte d&#8217;eunuque aryen docile sur un continent germanisé.<br /> <br /> ==============================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Un complément de mon livre sur Hitler et Pétain, dès avant sa sortie</span></strong> </span><br /> <br /> Quoi qu&#8217;on en dise, il y a souvent du bon dans la Fabrique de l&#8217;histoire, l&#8217;émission de France Culture qui offre le meilleur débouché médiatique aux travaux des historiens français et de quelques autres. Ainsi elle m&#8217;a fait connaître aujourd&#8217;hui le jeune thésard rémois Cheikh Sakho, auteur d&#8217;un article sur les pérégrinations et les avatars du monument &#8220;Aux héros de l&#8217;armée noire&#8221; <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_aux_h%C3%A9ros_de_l%27Arm%C3%A9e_noire">https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_aux_h%C3%A9ros_de_l%27Arm%C3%A9e_noire</a> , récemment paru au sein d&#8217;un recueil des éditions Vendémiaire sur les troupes coloniales de l&#8217;armée française lors de la Première Guerre mondiale. <br /> <br /> Cette sculpture érigée à Reims en 1924 a été prestement démontée en 1940 par l&#8217;occupant nazi, tout comme par exemple le monument dédié au général Mangin (chantre de la &#8220;force noire&#8221<img src="http://www.delpla.org/site/images/smileys/clindoeil.gif" alt=";)" class="smiley" />, inauguré en 1932 non loin des Invalides et foudroyé par un ordre hitlérien lors de la visite à Paris du triomphateur provisoire le dimanche 23 juin 1940, puis découpé au chalumeau dès le jeudi suivant, le socle étant ensuite détruit à la dynamite.<br /> <br /> Ce que l&#8217;auteur du livre Hitler et Pétain, à paraître mercredi prochain, découvre aujourd&#8217;hui grâce à Cheikh Sakho, c&#8217;est que le Führer est tout autant à l&#8217;origine de l&#8217;éradication du monument rémois. Sakho a en effet retrouvé un télégramme sans équivoque de Himmler, daté du 2 juillet et cité par l&#8217;édition électronique du Spiegel dans les termes suivants :<br /> "In Reims steht ein Denkmal, von dem ich 2 Photographien beilege", telegraphierte Heinrich Himmler, Reichsführer-SS, am 2. Juli 1940 aus dem Sonderzug "Heinrich" nach Berlin. "Der Führer hat gestern genehmigt, dass die Bronce-Gruppe nach Deutschland überführt wird. Der Sockel soll gesprengt werden." (&#8220;Il y a à Reims une statue dont je joins deux photos (...). Le Führer a a donné hier son accord pour le transfert en Allemagne du groupe de bronze. Il faudra faire sauter le socle.&#8221;<br /> Voilà qui illustre et enrichit l&#8217;une des principales thèses de mon livre, suivant laquelle la guerre-éclair militaire s&#8217;inscrit dans un projet global sur la France, consistant à la châtrer de ses composantes et accointances extra-européennes (dont les &#8220;juives&#8221;, bien entendu), afin d&#8217;en faire une sorte d&#8217;eunuque aryen docile sur un continent germanisé.<br /> <br /> ===========================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Une lettre de Heydrich à Ribbentrop sur Vichy</span></strong> </span><br /> <br /> <a href="https://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1971_num_18_2_2153">https://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1971_num_18_2_2153</a><br /> <br /> Jean-Marie Musy était un conseiller fédéral suisse, en poste de 1920 à 1934, faisant les yeux doux aux nazis après ce mandat et jusqu'en 1945, lorsqu'à l'instar du Suédois Bernadotte il se commit avec Himmler sous prétexte de sauver des Juifs et, en fait, pour favoriser des contacts antisoviétiques germano-américains.<br /> J'aurais peut-être cité cette lettre dans mon Hitler et Pétain (à paraître le 15 novembre) si je l'avais connue avant ce jour. La connaissance du régime de Vichy que m&#8217;a donnée ce travail me permet de trancher bien des incertitudes exprimées par l&#8217;historien Daniel Bourgeois. Il va de soi que Musy a fait état, lors de son voyage à Berlin, d'un nouveau séjour à Vichy après celui de la première quinzaine de novembre, séjour au cours duquel il a conversé avec Pétain et Darlan ensemble : ainsi faut-il interpréter à mon avis l'expression "lors de l'entretien" à la charnière des pages 306 et 307. S'il ne mentionne guère Laval, ce n'est certes pas faute de savoir qu'il a été renvoyé. Et puisqu'il parle autant de Darlan, c'est qu'il est au courant de l'ascension de ce dernier après la chute de Laval. En revanche, il n'y a pas le moindre signe, dans cette prose de Heydrich, d'un projet à court terme de relance de la collaboration en Afrique et là-dessus l'historien suisse extrapole, à partir des souhaits personnels de Musy.<br /> Daniel Bourgeois omet de commenter un point important du document : le souci des nazis, et des SS en particulier, de mettre la main sur des documents prouvant une influence franc-maçonne dans le déclenchement de la guerre.<br /> <br /> ===============================================================================<br /> <br /> <br /> <img src="http://www.delpla.org/site/upload/46163170_1142581325918694_4783797456900980736_n.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> <br /> <br /> Une discussion s'engage le 12 novembre 2018<a href="https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1142581322585361&amp;set=a.139253329584837&amp;type=3&amp;theater&amp;ifg=1"> sur le mur de Michel Caillouët</a><br /> <br /> Ma conclusion :<br /> <br /> <em>Toutes les discussions en cours sur Facebook, à ma connaissance, sous-estiment gravement l'intelligence de Hitler et son talent manipulateur, visible entre mille autres signes dans la manière dont il a pressé le citron Strasser. </em><br /> <br /> Mais surtout, <a href="https://www.snopes.com/fact-check/hitler-nazis-capitalist-system/?fbclid=IwAR3b8764koo_FPFmpLkOBV3uln1yqo5b5clLSxwCaIM7nuUUBsFMmtmXfr4">il s'agit d'un faux</a> !<br /> <br /> =================================================================================<br /> <br /> Tue, 13 Nov 2018 11:47:01 +0100 Lettres d'information 2018 http://www.delpla.org/site/articles/articles-7-128+lettres-d-information-2018.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-7-128+lettres-d-information-2018.php Lettres antérieures <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-7-119+lettres-d-information-2017.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-7-119+lettres-d-information-2017.php</a><br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> <br /> En finir avec la lecture au premier degré d&#8217;un brouillon de statut des Juifs (et toute lecture sans distance critique)</span></strong><br /> <br /> <br /> n° 126<br /> 9 novembre 2018<br /> <br /> Chers abonnés,<br /> <br /> <br /> Voici donc, selon toute vraisemblance, la dernière lettre que vous recevrez avant l&#8217;anniversaire du premier armistice de Rethondes et la parution, le jeudi 29 novembre, du premier livre sur les rapports entre Hitler et Pétain. Elle est rédigée avec un &#339;il surpris et accablé sur les efforts d&#8217;un président pour articuler un discours cohérent sur l&#8217;événement centenaire et les leçons à en tirer, tant pour sortir l&#8217;Europe d&#8217;une nouvelle crise que pour sauvegarder la paix dans le monde.<br /> <br /> Un livre intitulé Hitler et Pétain se heurte à une méfiance, qui peut aller jusqu&#8217; à un refus de lecture, de la part de maints spécialistes, appartenant à des courants très divers mais partageant le préjugé que la discipline historique a rompu définitivement, au XXème siècle, avec l&#8217;explication des décisions politiques par la volonté des dirigeants. Par bonheur, la polémique en cours met en lumière un contraste très pédagogique : la différence entre un dictateur allemand dont les lubies produisent des effets immenses, pas toujours faciles à cerner, et son tardif émule français qui, si ses idées et ses talents ont souvent favorisé, ou parfois handicapé, sa carrière, a néanmoins joué, à chaque étape, des rôles attendus, qu&#8217;aucun mystère après coup ne nimbe.<br /> <br /> Considérons l&#8217;un des premiers appels radiophoniques du général de Gaulle, celui du 26 juin 1940, en soulignant ses derniers mots : <br /> « On vous a fait croire, Monsieur le Maréchal, que cet armistice, demandé à des soldats par le grand soldat que vous êtes, serait honorable pour la France. Je pense que maintenant vous êtes fixé. Cet armistice est déshonorant. Les deux tiers du territoire livrés à l'occupation de l'ennemi et de quel ennemi ! Notre armée démobilisée. Nos officiers et nos soldats prisonniers maintenus en captivité. Notre flotte, nos avions, nos chars, nos armes, à livrer intacts, pour que l'adversaire puisse s'en servir contre nos propres Alliés. La Patrie, le Gouvernement, vous-même, réduits à la servitude. Ah ! pour obtenir et pour accepter un pareil acte d'asservissement, on n'avait pas besoin de vous, Monsieur le Maréchal, on n'avait pas besoin du vainqueur de Verdun; N&#8217;IMPORTE QUI AURAIT SUFFI. »<br /> <br /> Il ne manquait pas, en effet, de Français résignés qui se seraient fait un devoir de signer un armistice dans la rédaction duquel leur personnalité n&#8217;aurait pas eu la moindre part, pas plus que n&#8217;en a eu celle de Pétain. Car il s&#8217;agissait d&#8217;un texte hitlérien, c&#8217;est à dire soit rédigé entièrement par Hitler -comme on sait depuis peu que Mein Kampf l&#8217;avait été-, soit écrit selon ses directives et relu de près par lui. Car il couronnait non seulement une bataille qu&#8217;il avait planifiée et dirigée à la tête d&#8217;un groupe de généraux mis au pas, mais une vingtaine d&#8217;années de spéculations et d&#8217;actions politiques tendant à faire appel du verdict de 1918, au détriment de la France principalement, avant que ne vienne le tour de la Russie.<br /> <br /> Si donc la personne de Pétain, en l&#8217;affaire, compte peu, elle est en revanche une aubaine pour l&#8217;Allemagne dans la période suivante, où il s&#8217;agit de faire avaler aux Français les pilules de plus en plus amères des conséquences de ce texte. Il n&#8217;en va pas du tout de même de la personne de Hitler. Entre 1871 et 1914, il avait fallu plus de deux générations pour que la France osât tenter une revanche. Pour faire mûrir en deux décennies un événement analogue après un désastre plus complet encore, il avait fallu que l&#8217;Allemagne fût dirigée par un mage inspiré, volontaire, tendu vers ce but et apte à le cacher, comme à mettre, au moins un peu, l&#8217;adversaire dans son tort en créant chez ses compatriotes le sentiment d&#8217;un encerclement, voire d&#8217;une agression.<br /> <br /> Le maréchal déchu et frappé d&#8217;indignité nationale en 1945 supporte à juste titre l&#8217;opprobre d&#8217;avoir été à la tête du pays lors de cette signature, et d&#8217;en avoir assumé les conséquences par des décisions, comme dirait l&#8217;actuel président, funestes, mais il subit, depuis la Libération et plus encore depuis quarante-huit heures, au moment où ces lignes sont écrites, un certain nombre d&#8217;avanies inutiles et injustes.<br /> <br /> On en fait à tort un responsable majeur de la défaite, puis un exécutant zélé des ordres criminels de l&#8217;occupant. Dans les deux cas, il n&#8217;était qu&#8217;un parmi bien d&#8217;autres, et non le plus puissant. Dans une république, le pouvoir n&#8217;est pas militaire mais civil, au moins en temps de paix. Dans une situation d&#8217;occupation, l&#8217;ennemi est le maître... et en l&#8217;occurrence, comme dit de Gaulle, quel ennemi ! De 1933 à 1940, c&#8217;est l&#8217;ensemble des élites françaises qui omet de lire Mein Kampf ou tout au moins de prendre la mesure des menaces, on ne peut plus précises, du grand pays voisin contre le leur. Ensuite, la défaite acceptée amène le pouvoir fantoche de Vichy à des &#8220;choix funestes&#8221; dans une recherche quotidienne du moindre mal, sous la pression d&#8217;un ennemi qui multiplie les chantages tout en faisant miroiter une &#8220;collaboration&#8221; qui allégerait son joug, mais qu&#8217;il dérobe sans cesse. <br /> <br /> Un bon symbole des avanies indûment subies par Pétain réside dans le brouillon de statut des Juifs annoté de sa main, théâtralement produit par Serge Klarsfeld le 3 octobre 2010. Le fait que le crayon du maréchal ait aggravé certaines mesures de la version dactylographiée qui lui était soumise le fait passer depuis lors, et notamment ces derniers jours, pour un élément moteur de la politique antisémite de Vichy, voire le plus impitoyable de la bande. <br /> <br /> Or rien d&#8217;autre dans sa carrière n&#8217;étaye un jugement aussi extrême et c&#8217;est une règle bien connue des historiens qu&#8217;un document unique est à manier avec précaution. J&#8217;en propose dans mon livre à paraître une interprétation contextualisée, qui débouche sur d&#8217;autres conclusions. <br /> <br /> Le dernier psychodrame en date du macronisme, après le scandale soulevé chez les connaisseurs par une étrange anti-biographie de Hitler qui fait l&#8217;objet de mon dernier éditorial, est de nature à faire progresser la conscience que certains individus sont plus influents que d&#8217;autres sur le cours de l&#8217;histoire. <br /> <br /> Autant la marge d&#8217;initiative de Pétain a été surestimée, autant le poids personnel de Hitler a été exagérément minoré. Il le reste encore sous bien des plumes. <br /> <br /> <br /> Frémainville, le 9 novembre 2018<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> PS.- Mon livre, dont la couverture et sa quatrième ornent la page d&#8217;accueil du site, sera en librairie jeudi 29 novembre. Les impatients peuvent me commander des « bonnes feuilles » sur les sujets qui les intéressent, je les satisferai au cours du week-end.<br /> <br /> PS 2.- Parmi les nouveautés du site, quelques nouvelles perles <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=9&amp;id=2">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=9&amp;id=2</a> , un article d&#8217;André Charguéraud sur le boycott des commerces juifs le 1er avril 1933 <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-23-140+boycotts-et-contreboycotts-echecs-et-appels.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-23-140+boycotts-et-contreboycotts-echecs-et-appels.php</a> , et un nouveau florilège de mes contributions sur le « mur » d&#8217;ISSN <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=10&amp;id=130">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=10&amp;id=130</a> .<br /> <br /> Si le message s&#8217;affiche mal, retrouvez-le ici <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128</a> .<br /> <br /> <br /> =======================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> n° 125<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Hitler et Pétain sur les rails</span></strong><br /> <br /> <br /> 13 août 2018<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Chers abonnés,<br /> <br /> <br /> Vous êtes restés sans nouvelles depuis un certain temps mais jamais loin de mon coeur... à l'ouvrage.<br /> <br /> Mon dernier livre, rédigé depuis cinq ans (avec une interruption pour l'édition des Propos intimes et politiques, qu'il ne faut plus dire "de table") mais mûri depuis vingt-cinq (dans la foulée de Churchill et les Français, 1993) a été remis à l'éditeur et devrait sortir à la mi-novembre. Des ajustements sont possibles encore pendant quelques semaines et tous vos avis seront les bienvenus.<br /> <br /> Ce Hitler et Pétain est avant tout une nouvelle synthèse sur Vichy, qui manquait après les avancées remarquables de la recherche post-paxtonienne, depuis 1995 or so. Ma connaissance à peu près égale de la France en guerre et de Hitler, traduite par un volume de publications similaire sur les deux sujets, me faisait en quelque sorte un devoir d'ajouter aux avancées en question une étude du regard et du rôle du conquérant allemand, qui n'existait nulle part. Une fois de plus, le pilotage hitlérien se révèle comme un mixte de recettes stéréotypées et de man&#339;uvres complexes et les énigmes s&#8217;éclairent l&#8217;une l&#8217;autre, pour peu qu&#8217;on pense à les rapprocher. Je n&#8217;en dis pas plus ici pour vous mettre l&#8217;eau à la bouche, et vous inciter à me demander des précisions.<br /> <br /> Ma participation aux débats internautiques s'est ralentie en conséquence, tout en poursuivant sur Facebook son bonhomme de chemin. J'ai rapatrié sur le site quelques amorces de discussions que j'avais introduites <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-10-130+facebouquineries.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-10-130+facebouquineries.php</a> .<br /> <br /> J'ai aussi commencé à rapatrier sur le nouveau site les éditoriaux de l'ancien commencés au début du siècle, qui offrent à la fois le journal d'une recherche d'historien et un miroir promené le long du chemin de l'actualité <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-133+editos-anciens-1.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-133+editos-anciens-1.php</a> . Justement, le dernier éditorial http:/www.delpla.org entremêle les considérations sur les plus récents déboires présidentiels et le signalement de la dérive de plus en plus sidérante des discours officiels sur la rafle du Vel d'hiv.<br /> <br /> Sur un sujet connexe, un nouvel article de mon invité Marc-André Charguéraud pose la question de l&#8217;attitude de Pie XII devant la rafle romaine d&#8217;octobre 1943 et le dédouane&#8230; après s&#8217;être fait l&#8217;avocat du Diable <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=6&amp;id=137">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=6&amp;id=137</a> (là encore, il conviendrait de poser la question : « et Hitler ? que veut-il obtenir au juste, et dans quelle exacte mesure est-il contrarié par le résultat ? »).<br /> <br /> Bon surf et bonne fin d&#8217;été !<br /> <br /> Frémainville, le 13 août 2018<br /> <br /> <br /> ========================================================================<br /> <br /> <br /> n° 124 <br /> 21 février 2018<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Des propos qui n'étaient pas de table sont désormais en poche !</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> Chers abonnés, <br /> <br /> De même que la parole du président Macron devait être rare et tend à devenir pluriquotidienne, de même l'éloignement de la mort de Hitler le place chaque jour un peu plus au coeur de l'actualité. Ce mois-ci, la Pologne inspire un nouvel éditorial http;//www.delpla.org , qui entend dépasser le scandale des lois historiques liberticides, portant sur les années de guerre, pour mettre l'accent sur la cécité et la complaisance des dirigeants des années trente, beaucoup plus importantes et beaucoup plus méconnues, sans épargner ceux de la France qui disposaient de moyens de pression et se sont gardés d'en user. A ce sujet, je publie sur le site un article déjà paru dans Histomag sur les ruse nazies d'avant guerre <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-9-132+les-ruses-nazies-d-avant-guerre-1933-1939.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-9-132+les-ruses-nazies-d-avant-guerre-1933-1939.php</a> .<br /> <br /> La parution en anglais des mémoires de Brunhilde Pomsel, morte à 106 ans après avoir témoigné à 103, est l'occasion d'une recension montrant qu'elle n'était pas la "secrétaire de Goebbels" et n'avait aucun secret d'Etat à dévoiler, mais avait mené une vie d'Allemande ordinaire sous le nazisme, dont elle éprouvait sur le tard le besoin de cracher les serpents.<br /> <br /> Les échanges sur Facebook <a href="https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/continuent">https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/continuent</a> de filer bon train et de me donner l'occasion d'un florilège <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=10&amp;id=130">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=10&amp;id=130</a> .<br /> <br /> Mais l'événement du jour est la parution en poche des Propos de Hitler, anciennement et inexactement dits "de table", qu'on peut désormais conseiller sans modération à qui veut comprendre le mécanisme de cette si spéciale dictature.<br /> <br /> Bon vagabondage !<br /> <br /> <br /> <br /> PS.- si le message s'affiche mal, retrouvez-le sur le site <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128</a> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ===================================================================================<br /> n° 123<br /> <br /> 11 janvier 2018<br /> <br /> <br /> <br /> Chers abonnés,<br /> <br /> <br /> <br /> Juste deux mots aujourd'hui.<br /> <br /> <br /> Un éditorial sur les pamphlets antisémites de Céline vient d'être mis en ligne <a href="http://www/delpla.org">http://www/delpla.org</a><br /> <br /> <br /> Ma recension sur la réédition munichoise de <em>Mein Kampf</em> a été publiée par le site de l'IFRA <a href="https://journals.openedition.org/ifha/8992">https://journals.openedition.org/ifha/8992</a><br /> <br /> Pour une discussion sur Facebook / ISSN <a href="https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/">https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/</a><br /> <br /> <br /> Quant au film sur Churchill en mai 1940, les critiques témoignent dans leur grande majorité d'une incompréhension totale de l'enjeu historiographique. Cependant, cette recension <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-11-127+darkest-hour-churchill-en-mai-1940.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-11-127+darkest-hour-churchill-en-mai-1940.php</a> fait boule de neige sur la Toile. N'hésitez pas à la rouler encore et encore !<br /> <br /> <br /> <br /> Bonne lecture, bons débats !<br /> <br /> fdelpla<br /> <br /> <br /> Si le message s'affiche mal, retrouvez-le sur le site <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128</a> .<br /> <br /> ====================================================================<br /> n° 122<br /> <br /> 4 janvier 2018<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><span style="text-decoration: underline;">Churchill, Darkest Hour : du cinéma, mais pas seulement ! </span></span><br /> <br /> <br /> Chers abonnés,<br /> <br /> <br /> Belle année à tous, y compris ceux qui m'ont honoré de voeux circulaires et qui en trouveront ici la réciproque.<br /> <br /> Dans le n° 121, je vous rendais compte de ma réaction aux romans sur le nazisme primés cet automne par deux jurys littéraires et non des moindres. Ce texte, légèrement remanié, est paru depuis dans la revue Commentaire <a href="https://www.commentaire.fr/boutique/achat-d-articles/prix-litteraires-quand-renaudot-surclasse-goncourt-12414">https://www.commentaire.fr/boutique/achat-d-articles/prix-litteraires-quand-renaudot-surclasse-goncourt-12414</a> .<br /> <br /> La tragi-comique année politique qui vient de s'écouler a encore enfanté quelques perles <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-9-2+des-perles-contre-l-histoire.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-9-2+des-perles-contre-l-histoire.php</a> .<br /> <br /> Mais l'actualité la plus intéressante est bien ce film sur Churchill, sorti hier. De même que je vois dans le nazisme un sujet vierge, et ce, chaque jour un peu plus, de même je pense qu'on peut dire que, d'une certaine façon, ce film est le premier qui prenne Churchill pour objet... et parle réellement de lui.<br /> <br /> J'ai mis en ligne mes premières impressions <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles-11-127+darkest-hour-churchill-en-mai-1940.php">http://www.delpla.org/site/articles/articles-11-127+darkest-hour-churchill-en-mai-1940.php</a> et j'en débats sur Facebook <a href="https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/?multi_permalinks=1308929742586976&amp;notif_id=1515082493861436&amp;notif_t=feedback_reaction_generic">https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/?multi_permalinks=1308929742586976&amp;notif_id=1515082493861436&amp;notif_t=feedback_reaction_generic</a><br /> <br /> Il y a quelques années, je signalais qu'une bande dessinée avait fait progresser l'histoire, à propos de Joinovici. C'est aussi le cas du roman de Guez sur Mengele primé par les Renaudot. Il en va de même avec ce film, mais dans un sens un peu différent : les créateurs n'ont pas mené une recherche originale, mais ils ont pris à bras le corps des réalités mises au jour depuis des décennies par quelques pionniers qui, comme des hirondelles en automne, n'ont pas eu l'heur de faire le printemps.<br /> <br /> Que peut-on bien dire d'important sur Churchill quand on omet le nom de Halifax ? C'est ce que semblent se dire les auteurs. Winston serait en effet resté un sympathique marginal de la politique britannique, doublé d'un chroniqueur à la plume acérée, s'il n'avait point déblayé son chemin de ce rival pour gagner le droit d'affronter son véritable adversaire, dans un moment où le sort du monde pouvait basculer dans des sens divers, certains cauchemardesques. Cependant, le film n'est pas entièrement équitable envers Halifax, ni même envers Churchill, présenté à tort comme prêt à céder et plus à tort encore comme sauvé au dernier moment du désespoir par d'aimables passagers du métro londonien.<br /> <br /> Une chape énorme de préjugés, contaminant par exemple un ouvrage de 1995 de RAC Parker qui se voulait à la gloire de Churchill et minorait jusqu'à l'absurde son différend avec Halifax <a href="https://www.delpla.org/article.php3?id_article=389">https://www.delpla.org/article.php3?id_article=389</a> , est en passe d'être dissoute par cette oeuvre magnifique. Il est d'autant plus important que les historiens fassent leur travail pour départager la réalité et la fiction. Outre le site et la page ISSN de Facebook, j'ai tenté d'y contribuer lors d'une interview parue dans un hors-série de grande qualité de Paris-Match <a href="http://www.parismatch.com/Culture/Medias/Winston-Churchill-le-stratege-un-hors-serie-exceptionnel-1424267">http://www.parismatch.com/Culture/Medias/Winston-Churchill-le-stratege-un-hors-serie-exceptionnel-1424267</a> , dirigé par Jean-Marc Vidal.<br /> <br /> Bonnes lectures, donc, et bonne séance !<br /> <br /> Frémainville, le 4 janvier 2018<br /> <br /> <br /> Si le message s'affiche mal, retrouvez-le sur le site <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128">http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=7&amp;id=128</a> . Fri, 09 Nov 2018 19:46:01 +0100 Boycotts et Contreboycotts : Echecs et appels au calme http://www.delpla.org/site/articles/articles-23-140+boycotts-et-contreboycotts-echecs-et-appels-au-calme.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-23-140+boycotts-et-contreboycotts-echecs-et-appels-au-calme.php Boycotts et Contreboycotts : Echecs et appels au calme<br /> <br /> Le boycott eut lieu le 1er avril 1933. Dans toute l&#8217;Allemagne, les magasins et les sociétés juives furent désignés à la vindicte populaire par d&#8217;énormes J U D E, peints sur les vitrines et sur les murs. Prévenus d&#8217;avance, de nombreux magasins avaient baissé leur rideau de fer. A l&#8217;entrée des commerces restés ouverts, des SA patrouillaient pour dissuader les clients qui bravaient l&#8217;interdit. Des vitrines volèrent en éclats, des commerçants furent molestés. C&#8217;est l&#8217;ampleur et la visibilité sans précédent du mouvement qui impressionna aussi bien les Allemands que les étrangers.<br /> <br /> Paul-Joseph Goebbels, ministre de la propagande et de l&#8217;information du troisième Reich explique dans son journal les raisons de ce boycott : « Une propagande étrangère atroce nous cause énormément de soucis. Les nombreux Juifs qui ont émigré d&#8217;Allemagne excitent tous les pays contre nous ... Nous ne réussirons à mettre fin à la calomnie étrangère que si nous attaquons les gens qui en sont à l&#8217;origine ou au moins en sont les bénéficiaires, c&#8217;est-à-dire les Juifs vivant en Allemagne... C&#8217;est pourquoi nous devons lancer un boycott d&#8217;importance contre toutes les affaires juives en Allemagne. Les Juifs étrangers y regarderont à deux fois si leurs frères de race sont frappés dans le dos. »[1]<br /> <br /> Si pendant les premiers mois de 1933, il n&#8217;y eut pratiquement pas de Juifs internés en tant que Juifs, ils n&#8217;en furent pas moins les victimes de pogromes locaux. Les SA organisèrent une série de boycotts contre les professions libérales et les commerces juifs. Plus grave, des professionnels juifs en vue furent battus à mort : vengeances ou actes gratuits ? Cette flambée de violences antisémites fut condamnée et engendra de vives réactions en Amérique. La principale manifestation contre ces persécutions fut un rassemblement de masse le 27 mars 1933 au Madison Square Garden à New York organisé par Stephen Wise, le président de l&#8217;American Jewish Congress. Simultanément des associations d&#8217;anciens combattants juifs appelèrent au boycott des produits importés d&#8217;Allemagne.<br /> <br /> On aurait pu croire que les Juifs allemands maltraités auraient été satisfaits des soutiens apportés par leurs coreligionnaires américains. Il n&#8217;en fut rien. Des Juifs allemands au plus haut niveau sont intervenus, craignant que le boycott américain des produits allemands ne se retournât contre eux, Eric Warburg, de la banque Warburg, qui envoya le 29 mars un câble urgent à son cousin Felix, président de l&#8217;Américan Jewish Joint Distribution Committee à New York, disant que « le boycott allemand prendrait place le premier avril si les informations d&#8217;atrocités et la propagande hostile dans la presse étrangère et les meetings de masse (...) ne cessent pas immédiatement . Félix lut ce câble au président de l&#8217;American Jewish Committee, Cyrus Adler, et le groupe publia une circulaire dans laquelle il rejetait tout boycott des produits allemands et qualifiait d&#8217;irresponsables ceux qui soutenaient de tels boycotts. » [2] Ces termes d&#8217;irresponsables visent les membres de l&#8217;association juive concurrente, qui a organisé la manifestation du Madison Square Garden : l&#8217;American Jewish Congress. On mesure là la profondeur du fossé qui sépare les deux groupes. Au moment où leur aide deviendra au fil des ans de plus en plus indispensable, cette division fratricide affaiblira de façon dramatique les possibilités d&#8217;intervention de la plus grande communauté juive mondiale. Une dissension que l&#8217;on retrouvera entre ces Juifs étrangers qui veulent intervenir et faire pression sur le gouvernement du Reich et les Juifs allemands qui désirent calmer le jeu et cherchent à s&#8217;entendre avec le pouvoir nazi.<br /> <br /> De son côté, Goering intervint en convoquant les quatre organisations juives les plus représentatives pour leur demander de faire pression sur leurs coreligionnaires américains afin que cessent ces manifestations. Il brandit la menace de sanctions et de boycotts dont les Juifs allemands seraient les victimes. De nombreux télégrammes furent envoyés d&#8217;Allemagne en Amérique et dans le monde. Celui de la communauté juive de Berlin à l&#8217;American Jewish Committee fournit un bon exemple : « D&#8217;après les récits des journaux, une campagne de propagande se poursuit outre-mer contre l&#8217;Allemagne qui serait coupable d&#8217;atrocités et de boycotts. Elle est apparemment le fait d&#8217;organisations juives. En tant qu&#8217;Allemands et que Juifs, nous devons élever à ce sujet une protestation solennelle. La diffusion de fausses nouvelles ne peut en effet qu&#8217;avoir des effets néfastes, car elle ternit la réputation de l&#8217;Allemagne, notre terre natale, et met en danger les relations des Juifs allemands avec leurs concitoyens. Veuillez faire en sorte, et de manière urgente, que s&#8217;arrête toute propagande sur les atrocités et le boycottage. » [3]<br /> <br /> Hitler avait espéré par un boycott prolongé pousser les Juifs à la ruine, au désespoir et à leur fuite d&#8217;un pays qui leur refusait les moyens les plus élémentaires de vivre. Ce but est bien exprimé par le journal Niedersachsischer Beobachter du 1er avril 1933. « Le boycott actuel est purement défensif et de nature économique. Il n&#8217;est pas dirigé contre les personnes juives. Le mouvement national-socialiste est persuadé que cette action ramènera le judaïsme mondial à la raison... » [4] Le boycott du 1er avril fut un échec, reconnu comme tel par les nazis eux- mêmes. « Le 17 avril, Curt Menzel, un juriste nazi, souligna dans une conférence à la ligue nationale socialiste des juristes à Hambourg que pour beaucoup de nazis l&#8217;apathie du public fut évidente pendant le boycott (...). La réponse du public était loin d&#8217;être satisfaisante (...). Dans certaines villes, il y eut une résistance active, avec des clients essayant délibérément d&#8217;acheter dans des magasins boycottés. » [5] Il faut également constater que lorsque des manifestations antijuives surviennent dans la rue, une partie de la population allemande réagit négativement aux brutalités. Or il n&#8217;en est rien lorsqu&#8217;il s&#8217;agit de mesures administratives. Ce que l&#8217;on voit, l&#8217;image, engendre des réactions infiniment plus puissantes qu&#8217;une directive ou qu&#8217;une loi qui restent abstraites au moment de leur publication.<br /> <br /> Ce n&#8217;est pas seulement parce qu&#8217;il avait échoué que le boycott fut interrompu. Dès le départ, sous la double pression du Président Hindenburg et des ministres conservateurs, Hitler décida à regret de le limiter à la journée. Hindenburg pour des raisons politiques, les ministres pour tenir compte de contraintes économiques. « Ceux-ci, avec à leur tête le baron Constantin von Neurath, Ministre des affaires étrangères, mirent en avant les résultats négatifs qu&#8217;aurait sur l&#8217;économie allemande une guerre avec la juiverie internationale. » [6] Les Juifs de downtown New York, ceux de l&#8217;American Jewish Congress, les Sionistes avaient donc eu raison sur ceux de uptown de l&#8217;American Jewish Committee, plus conservateurs. Ils avaient tenu tête à Hitler en manifestant pour le boycott des importations allemandes. Avec les nazis la fermeté payait. Elle ne fut malheureusement que trop rarement utilisée, et les conséquences de cette parcimonie sont connues.<br /> <br /> « Le boycott apprit aux nazis une leçon essentielle : résoudre le problème juif et le problème économique en même temps était impossible tant que des progrès économiques visibles n&#8217;auraient pas été faits... Les investissements et les prêts étrangers dépendaient de la confiance dans la politique économique de l&#8217;Allemagne... Chaque mesure qui minerait cette confiance ne ferait que renforcer les problèmes que Hitler devait résoudre... » [7] Tel fut le raisonnement de la plupart des hommes d&#8217;affaires juifs à la tête de grandes sociétés. Les nazis avaient besoin d&#8217;eux sur le plan national et surtout international. Ils ne craignaient rien. Ils eurent raison, jusqu&#8217;au jour où Hitler décida qu&#8217;ils avaient tort.<br /> <br /> <br /> [1] Journal de Paul-Joseph Goebbels du 24 mars 1933 cité par Herbert A. Strauss - Op. Cit. p. 66.<br /> [2] CHERNOW, Ron, The Warburgs, Random House, New York 1993, p. 373.<br /> [3] DAWIDOWIZ, Lucy, La Guerre contre les Juifs, 1933-1945, Hachette, Paris 1975. Télégramme envoyé le 30 mars 1933 par communauté juive de Berlin à l&#8217;American Jewish Committee, p. 95.<br /> [4] STRAUSS Herbert, Op.Cit. Niedersachsischer Beobachter daté du 1er avril, p.70.<br /> [5] SCHLEUNES, Karl A. The Twisted Road to Auchwitz, Nazi Policy toward German Jews, 1933,1939, University of Illinois Press, Urbana 1970. Conférence de Curt Menzel, juriste nazi, le 17 avril 1933, p.88.<br /> [6] CHALK, Frank, (direction) The History and Sociology of Genocide, Analysis and Case Studies, Yale University Press, New Haven 1990, p. 345.<br /> [7] SCHLEUNES Karl A, Op. Cit. p. 89.<br /> <br /> Copyright Marc-André Charguéraud. Genève. 2018. Reproduction autorisée sous réserve de mention de la source. Wed, 07 Nov 2018 13:42:31 +0100 INGRAO, CHAPOUTOT ET HITLER (commentaires sur l'introduction) http://www.delpla.org/site/articles/articles-11-139+ingrao-chapoutot-et-hitler-commentaires-sur-l-introduction.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-11-139+ingrao-chapoutot-et-hitler-commentaires-sur-l-introduction.php <img src="http://www.delpla.org/site/upload/41fqpmepstl_sx325_bo1_204_203_200.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> <br /> <br /> Si l'éditeur présente ce livre comme une biographie, les auteurs sont à la fois plus modestes et plus ambitieux : ils entendent faire, par rapport au genre, un "pas de côté". Renvoyant à Kershaw, Ullrich ou Longerich les amateurs "de plus amples informations", ils ne prétendent certes pas en donner de brèves, mais présenter leur personnage comme un "condensat" ou un "catalyseur". <br /> <br /> La première image semble inappropriée : pour<br /> qu'on dansât <br /> sur cette musique, encore faudrait-il que ce qui est à l'entour du personnage soit gazeux, et lui un concentré des principes de ce gaz, autrement dit une réalité exceptionnellement puissante. La catalyse semble plus proche de ce que les auteurs veulent dire : Hitler, dans la gare parisienne du Nord, ferait plutôt partie des "gens qui ne sont rien" (d'après celui qui présida la France de 2017 à une date encore inconnue) que des fortes personnalités. Ce quidam sans qualités catalyserait donc des "forces émanant de la vertigineuse mutation" du début du XXème siècle, qui "se précipitent" (on a sans doute voulu écrire "précipitent") dans sa vie.<br /> <br /> Cette vie exerce un effet en retour. Ah ? faut-il comprendre que la personnalité de Hitler est plus qu'un catalyseur et qu'elle donne au précipité quelque originalité de forme ou de couleur ? Las, un certain nombre de traits censés résumer le nazisme et qui lui sont, de fait, essentiels (militantisme frénétique, appétit -plutôt qu'espérance- impérial, conquête européenne, guerre et génocide,<br /> ne résultent pas de son initiative, pas plus qu'il n'en dirige l'exécution.<br /> Ces réalités viennent "se mêler" à son destin ! C'est qu'il ne faudrait pas donner dans une "lecture personnaliste" de l'histoire (étrange détournement de l'adjectif forgé par Emmanuel Mounier). <br /> <br /> Une autre idée juste, le rôle de "matrice" de la Première Guerre mondiale, tant pour Hitler que pour le monde, dérape aussitôt dans l'erreur : cette guerre serait, pour lui du moins, un "horizon indépassable" car il serait resté un "Autrichien provincial installé à Munich". Voici le germe, ou l'effet, du catastrophique chapitre sur la bataille de France, gagnée malgré Hitler car il serait resté "au pas du fantassin". <br /> <br /> Avant un dernier paragraphe qui prône de jargonienne façon une histoire "internaliste" (antihèse de l'histoire personnaliste ?), les auteurs livrent une autre clé, qui explique en revanche ce qu'ils disent de plus juste et de plus neuf (et de plus "personnaliste" !). Ils empruntent à l'anthropologue Pierre Clastres (1934-1977) la notion d'être-pour-la-guerre et échappent ainsi à l'idée commune, dont Kershaw n'est pas indemne, qu'en 1939 il espérait qu'on lui passerait sa conquête de la Pologne comme celle de la Tchécoslovaquie. <br /> <br /> Mais on voit mal le rapport entre le concept clastrien, portant sur les sociétés sans écriture censées être toutes des "êtres-pour-la-guerre" et l'option belliciste inhérente au nazisme <br /> <br /> et, dans l'Europe de ce temps-là, à lui seul. Tue, 16 Oct 2018 16:51:01 +0200 ]Du traitement de Benalla à celui de l’histoire, un même professionnalisme présidentiel http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-138+du-traitement-de-benalla-a-celui-de-l-histoire-un-meme-professionnalisme-presidentiel.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-138+du-traitement-de-benalla-a-celui-de-l-histoire-un-meme-professionnalisme-presidentiel.php <span style="font-size: 18px;"><strong>Du traitement de Benalla à celui de l&#8217;histoire, un même professionnalisme présidentiel</strong></span><br /> <br /> <br /> Je ne me rappelle plus exactement quand j&#8217;ai commencé à surnommer « Micron » le jeune politicien dont François Hollande avait fait un secrétaire adjoint de l&#8217;Elysée puis un ministre de l&#8217;Economie, avant qu&#8217;il parte courir sa chance en solitaire, avec le succès provisoire que l&#8217;on sait. Mais aujourd&#8217;hui il serait plutôt digne du sobriquet « Nano ».<br /> <br /> Si, par sa vulgarité de langage et de manières, il fait penser plutôt à Sarkozy qu&#8217;à son successeur (un Sarkozy au demeurant admiratif : « Macron, c&#8217;est moi en mieux ! », propos rapporté par le Canard enchaîné en juin 2017 et non démenti à cette heure) , il surpasse ces deux devanciers dans l&#8217;impuissance à poser comme à résoudre les problèmes du pays. A cet égard, le traitement des remous soulevés par le comportement de son gorille, le 1er mai dernier, au Jardin des plantes puis à la Contrescarpe, ne fait que prolonger une démonstration commencée dès sa prise de fonction. <br /> <br /> Il a commencé par ne rien faire en comptant sur la complaisance des médias puis, quand le Monde, le 18 juillet, s&#8217;en est départi et a « sorti » l&#8217;affaire, il a laissé ses lieutenants s&#8217;en débrouiller pendant une semaine avant de s&#8217;expliquer, non devant les Français, mais devant un parterre de courtisans, à charge pour eux de filmer et de diffuser la scène. En disant « Je suis le seul responsable&#8230; qu&#8217;ils viennent le chercher ! », il rappelait Sarkozy défiant un manifestant de venir s&#8217;expliquer à poings nus. En ajoutant « Benalla n&#8217;est pas mon amant » il trahissait sinon des m&#339;urs privées qui n&#8217;ont rien à voir en l&#8217;affaire, du moins une sensibilité exacerbée aux bruits qui courent sur ce sujet. <br /> <br /> En ajoutant trois jours plus tard « J'ai dit ce que j'avais à dire, c'est-à-dire que je crois que c'est une tempête dans un verre d'eau », il renouait avec le mépris du peuple dont il avait déjà fait preuve à propos des ouvrières illettrées, des gens qui ne sont rien et de ceux qui feraient bien de chercher un job « au lieu de foutre le bordel ». <br /> <br /> Ce qu&#8217;on peut lui accorder, tout de même, c&#8217;est que l&#8217;affaire est moins une affaire d&#8217;Etat en raison des bizarreries, structurelles ou individuelles, de la protection du président qu&#8217;en raison de sa propre désinvolture.<br /> <br /> <br /> Elle n&#8217;est pas moindre quand il traite de questions historiques, révélant un amateurisme auquel son entourage pourrait remédier en partie, s&#8217;il était lui-même sélectionné selon des critères professionnels et incité au travail. Un exemple appelé à se renouveler tous les 16 ou 17 juillet en fait foi : celui du discours accompagnant la commémoration de la rafle du Vél d&#8216;hiv. Exercice obligé des débuts de mandat depuis la prestation de Chirac en 1995, il se traduit par un effacement progressif de la commandite allemande au « profit » d&#8217;un antisémitisme made in France. Hollande avait franchi un seuil d&#8217;absurdité en 2012, non seulement en la taisant (un comportement inauguré par Sarkozy en 2007), mais en soulignant que « pas un Allemand » n&#8217;avait participé à la rafle des Juifs étrangers franciliens parqués au vélodrome dans des conditions dantesques. Macron a repris exactement la même idée en 2017. Cette année, il a laissé la besogne à son premier ministre, et Edouard Philippe a atteint dans la contrition nationale inappropriée un nouveau sommet, en prétendant que Vichy avait « devancé les ordres ».<br /> Certes il existe un antisémitisme français, illustré au XIXème siècle par les noms de Fourier, de Proudhon, de Toussenel et de Drumont, avant que Maurras et les siens prennent le relais pour un demi-siècle. Certes, cet antisémitisme a offert à la Shoah un terrain favorable. Mais ni plus ni moins que le vieil antijudaïsme chrétien, dans ses déclinaisons catholique ou protestante. L&#8217;hitlérisme est passé par toutes ces portes d&#8217;entrée pour caser sa propre marchandise, de nature tout à fait différente. Le racisme ordinaire a besoin de cibles vivantes, et ne tue qu&#8217;épisodiquement. Le christianisme même est rivé à sa source juive, ne serait-ce que pour exalter ses précieuses innovations. Le nazisme est le premier racisme systématiquement éradicateur, au nom d&#8217;une théorie suivant laquelle « le Juif » est un cancer de l&#8217;humanité en phase terminale, mais encore opérable. C&#8217;est cela qui est à l&#8217;oeuvre le 16 juillet 1942, après que Heydrich et Oberg ont pris en main Laval et Bousquet.<br /> <br /> Pour l&#8217;instant, la réaction des historiens n&#8217;est pas à la hauteur de leurs devoirs.<br /> <br /> Frémainville, le 13 août 2018 Thu, 11 Oct 2018 20:58:38 +0200 Pie XII et les 10 000 Juifs déportés de Rome.- Octobre 1944 http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-137+pie-xii-et-les-10-000-juifs-deportes-de-rome-octobre-1944.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-137+pie-xii-et-les-10-000-juifs-deportes-de-rome-octobre-1944.php Un nouvel article de Marc-André Charguéraud<br /> <br /> <br /> <br /> Le 16 octobre 1943 à 5 heures du matin, les policiers allemands munis de listes de noms et d&#8217;adresses ratissent méthodiquement les logements des Juifs romains.[1] Ils exécutent l&#8217;ordre donné le 25 septembre par Heinrich Himmler, chef de la Gestapo à Berlin, à Herbert Kappler, chef de la police allemande à Rome. « Tous les Juifs (de Rome) quels que soient leur nationalité, âge, sexe ou statut social doivent être transférés en Allemagne et liquidés. » [2] 1 007 Juifs sont arrêtés et déportés vers la mort. [3] Un nombre toujours trop élevé, mais qui heureusement ne dépasse pas 10% de la population concernée. [4] Le jour même à 14 heures la rafle est suspendue. [5] C&#8217;est un échec pour les Allemands. Les Juifs romains ont été alertés et ont déserté leur domicile.<br /> <br /> Les arrestations romaines se sont produites plus d&#8217;un an après les grandes rafles de France, de Belgique et de Hollande. L&#8217;information a eu le temps de circuler, diminuant l&#8217;effet de surprise. Les signaux d&#8217;alerte se sont multipliés. Le 29 septembre, une descente de la police allemande dans les bureaux de la Communauté juive aboutit à la saisie de listes de noms et d&#8217;adresses. [6] La police revient le 14 octobre et emporte des camions de livres de la bibliothèque médiévale de la Synagogue. Le 10 octobre les responsables de l&#8217;Union Nationale des Communautés Juives Italiennes jugent la situation alarmante et ferment leurs bureaux.<br /> <br /> Les dirigeants juifs disparaissent et entrent en clandestinité. Israël Zolli, le chef rabbin de Rome, dès le 18 septembre. Au début octobre, c&#8217;est le tour de Renzo Lévi et Settimio Sorani, les directeurs de Delasem, l&#8217;organisation italienne de secours juif. Dante Almansi, le président de l&#8217;Union des Communautés Juives Italiennes et Ugo Foà, le président de la Communauté juive de Rome n&#8217;ont pas été arrêtés lors de la rafle. Ils avaient quitté leur domicile en temps utile.<br /> <br /> Après la guerre Sorani témoigne : « A la mi 1943, j&#8217;en savais autant qu&#8217;aujourd&#8217;hui, tout. » Zoli et Sorani ont supplié Almansi et Foà de mettre en garde les membres de la communauté juive. [7] Ils n&#8217;ont rien fait, déterminés, disent-ils, à éviter de provoquer les nazis en fermant la synagogue et en faisant disparaître les Juifs. [8] Peut-on alors reprocher au Pape de ne pas avoir informé ces dirigeants juifs de ce qu&#8217;il aurait pu savoir de l&#8217;imminence d&#8217;une rafle ? [9]<br /> <br /> Plus grave, Pie XII n&#8217;est pas intervenu auprès des autorités allemandes pour leur demander de sursoir à la déportation des 1 007 Juifs arrêtés. Les « interventions » dont il est souvent fait état ne sont pas à la hauteur du drame. Celle du Cardinal Maglione, secrétaire d&#8217;Etat du Vatican auprès de Ernst von Weizsäcker, ambassadeur d&#8217;Allemagne auprès du Saint-Siège, est plus un appel sans suite qu&#8217;une protestation. A la question de Weizsäcker qui demande : « Que ferait le Saint-Siège si les choses devaient continuer ? » Maglione répond par la phrase souvent citée : « Le Saint-Siège ne voudrait pas être mis dans l&#8217;obligation de dire une parole de désapprobation ». Une prise de position timorée et sans aucune conséquence pratique, car Maglione demande à l&#8217;ambassadeur allemand de ne pas en faire état ! [10]<br /> <br /> On a également souvent cité la lettre que Mgr. Hudal, recteur de l&#8217;Eglise catholique allemande à Rome, a envoyée en fin de soirée le 16 octobre au général Rainer Stahel, commandant allemand de Rome. Elle se termine par un appel : « Je vous prie instamment de donner l&#8217;ordre de mettre fin immédiatement à ces arrestations&#8230;. Sinon je crains que le Pape ne prenne publiquement position contre elles...»[11] Une menace sans grande portée d&#8217;un religieux subalterne qui demande un arrêt des arrestations déjà décidé quelques heures plus tôt. Cet arrêt fait suite à une rafle qui avait épuisé ses possibilités.<br /> <br /> Pie XII ne devait-il pas prendre une position offensive publiquement ? Condamner à l&#8217;avance toute arrestation de Juifs. Après la rafle, exiger immédiatement la libération des 1007 Juifs arrêtés et la cessation des arrestations. Weizsäcker explique les « silences » de Pie XII. Il confie à Gerhart Gumpert de l&#8217;ambassade d&#8217;Allemagne en Italie : « Toute protestation de la part du Pape aurait eu pour conséquence que les déportations auraient été exécutées de façon vraiment exhaustives. Je sais comment nos gens agissent dans ces cas. »[12]<br /> <br /> Albrecht von Kessel, un collaborateur de Weizsäcker, précise : « Une protestation incendiaire du Pape, non seulement n&#8217;aurait eu aucun succès pour arrêter la machine de destruction, mais elle aurait causé de très grands dommages supplémentaires aux milliers de Juifs cachés au Vatican et dans les monastères, couvents et institutions religieuses romaines. » [13] Il faut également tenir compte des milliers de non juifs, résistants, opposants politiques, déserteurs&#8230; qui se sont réfugiés sous la protection papale.<br /> <br /> Sachant que des protestations, non seulement n&#8217;auraient pas influencé la détermination nazie, mais auraient mis en péril des milliers de vies, Pie XII devait-il menacer et condamner les nazis au nom de la haute autorité morale que représente le catholicisme ? Le Pape a choisi de sauver plutôt que de dénoncer publiquement. Doit-on le lui reprocher ? Il est conscient que les Allemands savent que des maisons religieuses abritent des milliers de personnes recherchées et considérées par eux comme des criminels. Il faut donc rester prudent et ne pas provoquer de représailles dont les fugitifs seraient les premières victimes.<br /> <br /> La situation reste d&#8217;autant plus dangereuse que les revers de l&#8217;armée allemande peuvent conduire les SS à des massacres sauvages ou à l&#8217;intervention des néofascistes, comme ce sera le cas le 3 février 1944. Ce jour-là, la police fasciste viole la basilique Saint-Paul-hors-les-murs et arrête quatre-vingt-deux réfugiés dont vingt-neuf juifs. [14] Les réfugiés de trois autres édifices religieux à Rome font également l&#8217;objet d&#8217;arrestation et bien d&#8217;autres en province subissent le même sort.<br /> <br /> Des historiens affirment que ce sont les chefs des maisons religieuses qui, sans en informer leur hiérarchie, ont de leur propre initiative accueilli ces personnes en danger, minimisant ainsi le rôle du Pape. [15] C&#8217;est oublier le caractère autocratique de l&#8217;Eglise. On ne cache pas des centaines de personnes au Vatican même, des milliers dans des bâtiments religieux romains, sans que le Pape ne le sache et dans les faits ne l&#8217;approuve, même si aucune directive papale écrite dans ce sens n&#8217;a été retrouvée. [16]<br /> <br /> Dans Rome aux mains des nazis, il aurait été absurde pour l&#8217;institution et dangereux pour les réfugiés que le Pape demande par écrit que l&#8217;on cache des personnes considérées par l&#8217;occupant comme criminelles. Neuf juifs sur dix ont échappé aux nazis. Plus que jamais il était nécessaire d&#8217;accueillir ces milliers de « clandestins » et de prendre toutes les mesures pour éviter qu&#8217;ils ne tombent entre les mains de leurs tortionnaires.<br /> <br /> Ce sont ces « silences » de Pie XII qui ont permis aux religieux romains, en prenant des risques importants, de participer directement au sauvetage de pas loin de la moitié des Juifs de Rome en les cachant plus ou moins longtemps. Au moment de la libération de Rome, en juin 1944, l&#8217;aumônier juif de la cinquième armée américaine témoigne que « sans l&#8217;assistance vraiment substantielle et l&#8217;aide apportée aux Juifs par le Vatican et les autorités ecclésiastiques de Rome, des centaines de réfugiés et des milliers de réfugiés juifs auraient sans le moindre doute péri avant la libération de Rome ». [17]<br /> <br /> Le fameux avertissement de Gerhart Riegner, représentant du Congrès juif mondial à Genève, à Carl Burckhardt, vice-président du Comité international de la Croix-Rouge, s&#8217;applique à Pie XII pendant les mois de l&#8217;occupation allemande de Rome : « Je vous dis : ne rien faire et ne pas protester est inadmissible. Si vous ne protestez pas, vous devez agir. Si vous ne pouvez pas agir, vous devez protester. »[18] Pie XII a choisi dans le cas présent d&#8217;agir.[19]<br /> <br /> <br /> <br /> [1] Après la chute de Mussolini les 24 et 25juillet 1943, l&#8217;armée allemande envahit l&#8217;Italie.<br /> [2] ZUCOTTI Susan. The Italians and the Holocaust. Persecution, Rescue and Survival, Basic Books, New York, 1987, p. 101 et 103. 10 000 dont un peu moins de 2 000 étrangers.<br /> [3] GILBERT Martin, Never Again. A History of the Holocaust, Harpers Collins, Londres, 2001, p. 106. Seuls 15 reviendront.<br /> [4] Même au Danemark, toujours cité en exemple d&#8217;un sauvetage réussi, alors que l&#8217;information d&#8217;une rafle a été donnée par les Allemands eux-mêmes bien à l&#8217;avance, 6% de la population juive a été arrêtée.<br /> [5] ZUCOTTI, 2000, op. cit. p. 169.<br /> [6] A Rome les listes de Juifs italiens ont été établies en 1938 et tenues à jour. Les Allemands en disposent.<br /> [7] GASPARI Antonio. Gli ebrei salvati da Pio XII. Logos. Rome 2001, p. 34. La rafle aura duré de 5 heures à 14 heures.<br /> [8] ZUCOTTI, op. cit. p. 107.<br /> [9] ZUCCOTTI Susan, Under His Very Window. The Vatican and the Holocaust in Italy, Yale University Press, New Haven et Londres, 2000, p. 156. « Il est presque certain que ses conseillers sinon lui-même (le Pape) ont entendu des rumeurs plusieurs jours avant la rafle selon lesquelles les Juifs romains allaient être déportés ».<br /> [10] FABRE Henri, L&#8217;Eglise catholique face au fascisme et au nazisme, Editions EPO, Bruxelles, 1994, p.170.[11] Ibid. p. 171.<br /> [12]ZUCCOTTI 2000, op. cit. p.161.<br /> [13] VON KESSEL Albrecht. Der Papst und die Juden, in F. Raddatz, ed. Summa iniuri... Hambourg 1963, p. 169. ZUCCOTTI 2000, op. cit. p. 1817. ZUCCOTTI 1987, op. cit. p. 115. L&#8217;historienne note qu&#8217;avant les arrestations du 16 octobre, peu de Juifs romains se réfugièrent dans les maisons religieuses de Rome, mais que la situation fut différente pour les mille à deux mille Juifs étrangers réfugiés qui s&#8217;y sont rendus en masse avant la rafle.<br /> [14] NOBECOURT Jacques. Le Vicaire et l&#8217;histoire. Seuil, Paris 1964, p. 237.<br /> [15] Parmi eux Henri Fabre et Susan Zuccotti.<br /> [16] ZUCCOTTI 2000, op. cit. p. 192. Cite Francesco Motto qui a étudié les activités de secours de l&#8217;Istituto Pio XI. « Sans aucune directive écrite pendant cette période terrible, les catholiques de Rome étaient conscients qu&#8217;ils répondaient à la volonté du Saint Pontife en contribuant par tous les moyens au sauvetage du plus grand nombre possible de vies humaines et avant tout à celles des plus exposés, les Juifs. »<br /> [17] RYCHLAK Ronald, Hitler, the War and the Pope, Columbus, MS, 2000 p. 217. L&#8217;aumônier se fait l&#8217;écho de témoignages de Juifs romains qu&#8217;il a recueillis.<br /> [18] RIEGNER Gerhart, Ne jamais désespérer : soixante ans au service du peuple juif et des droits de l&#8217;homme, Editions du Cerf, Paris 1998, p. 204.<br /> [19] Dans de trop autres nombreux cas, ces « silences » se sont révélés injustifiables. Mon, 13 Aug 2018 08:51:20 +0200 Où va la Pologne ? Mais d'abord, d'où vient-elle ? http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-136+ou-va-la-pologne-mais-d-abord-d-ou-vient-elle.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-136+ou-va-la-pologne-mais-d-abord-d-ou-vient-elle.php .................<span style="font-size: 16px;"><strong> Où va la Pologne ? Mais d'abord, d'où vient-elle ? </strong></span><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=6&amp;id=131">édito précédent</a> <br /> <br /> <br /> En Pologne, l&#8217;histoire censurée ne l'est peut-être pas seulement de la façon grossière qui fait la une des médias et l&#8217;indignation des colloques <a href="https://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2017-1...">https://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2017-1...</a> . Censeurs et censés (sacrifier aux règles académiques) partagent joyeusement un même tabou.<br /> <br /> Selon un préjugé aussi ancien que vivace, Hitler aurait d&#8217;abord envisagé de conquérir son espace prétendument vital aux dépens de la seule URSS, non seulement en épargnant la Pologne, mais en se servant d&#8217;elle : il lui aurait réservé, après une victoire commune, une part des dépouilles soviétiques, par exemple en Ukraine. L&#8217;opinion publique de la Pologne post-soviétique, rarement contredite par les spécialistes, se plaît à penser que les dirigeants de l&#8217;époque, Pilsudski puis Beck, avaient vertueusement repoussé la tentation. En dédaignant, tel le Christ lors de sa retraite au désert, les présents que le démoniaque dictateur leur faisait miroiter, ils l&#8217;auraient obligé à modifier ses plans. Contraint de constater, au début de 1939, que la Pologne constituait, pour ses visées antisoviétiques, un obstacle qui ne se lèverait pas de lui-même, Hitler aurait décidé de lui passer sur le corps, provoquant une guerre imprévue et non voulue contre la France et l&#8217;Angleterre, qui s&#8217;étaient portées garantes de l&#8217;intégrité de ce pays[1].<br /> <br /> En réalité, Hitler semble n&#8217;avoir jamais dit à un Polonais quelconque qu&#8217;il aurait besoin de ses services contre la Russie. Il ne l&#8217;a fait que par personne interposée, laissant Göring tenir, vers 1935, ce discours aux dirigeants de Varsovie[2]. Lequel Göring incarne souvent, dans l&#8217;entourage de Hitler, une ligne anti-russe et pro-anglaise, le ministre des Affaires étrangères Ribbentrop tenant (à partir de 1938) un rôle inverse. C&#8217;est là un exemple, parmi beaucoup d&#8217;autres, de l&#8217;art hitlérien de montrer plusieurs visages simultanément, afin de dissimuler le plus longtemps possible des intentions d&#8217;attaque ou d&#8217;annexion. Ainsi engourdissait-il ses proies en entretenant l&#8217;image d&#8217;une Allemagne paralysée par ses divisions, et d&#8217;autant moins prête à bondir.<br /> <br /> Dans l&#8217;histoire des Etats comme dans celle des individus, les responsabilités doivent être mesurées à l&#8217;aune de la puissance. Ainsi, dans la situation ci-dessus décrite, la France, tout autant fascinée par le boa que la Pologne, tout aussi oublieuse de ses intérêts et nourrissant une toute semblable illusion d&#8217;être épargnée en détournant contre l&#8217;URSS la foudre éventuelle, est de surcroît coupable d&#8217;être la tutrice militaire et financière de la Pologne, ce qui lui donne des moyens de pression dont elle n&#8217;use à aucun moment. <br /> <br /> Egalement dupés par l&#8217;habileté hitlérienne, également cocufiés par le pacte germano-soviétique, les deux pays tardent autant, public et spécialistes confondus, à prendre conscience que le nazisme avait vocation à leur passer sur le corps et qu&#8217;aucune complaisance n&#8217;aurait pu l&#8217;en détourner.<br /> <br /> <br /> Frémainville, le 21 février 2018<br /> <br /> <br /> <br /> [1] Dans la communauté historienne, la figure de proue de cette école est Alexandra Viatteau.<br /> [2] Cf. Charles Bloch, Le Troisième Reich et le monde, 1986, rééd. Perrin 2015, p. 186. Mon, 13 Aug 2018 06:45:40 +0200 éditos anciens 3 http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-135+editos-anciens-3.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-135+editos-anciens-3.php <span style="font-size: 16px;"> <strong>Ce qui reste à dire sur Churchill<br /> <br /> <br /> </strong></span><br /> <br /> J&#8217;ai rarement eu l&#8217;impression que les événements publics et privés, nationaux et internationaux, matériels et intellectuels s&#8217;interpénétraient aussi brutalement.<br /> <br /> Ainsi règne dans l&#8217;édition française un curieux climat, qui doit sans doute beaucoup aux incertitudes de la situation internationale, et tient aussi probablement à la monopolisation de la distribution des livres en librairie par Lagardère à la suite de l&#8217;effondrement de l&#8217;empire Messier.<br /> <br /> J&#8217;ai fait la connaissance d&#8217;un petit éditeur, François-Xavier de Guibert, un homme de culture et de devoir, décidé à continuer sa besogne tant qu&#8217;il en a les moyens. Il a lu ma thèse, elle lui a plu, il la publie tout de suite.<br /> <br /> Dans le même temps, mon éditeur habituel renonce, au dernier moment, à Churchill et Hitler en abandonnant son investissement, qui n&#8217;était pas mince. Quand je cherche à obtenir des explications, il me revient, par des voies directes ou non, que mon travail fait l&#8217;objet de suspicions contradictoires et extravagantes -d&#8217;aucuns osent dire que je préfère Hitler à Churchill-, qu&#8217;une simple visite sur le présent site suffirait à balayer.<br /> <br /> Or j&#8217;étais justement en train de rédiger la conclusion du livre, que je vais ici résumer.<br /> <br /> Hitler avait finalement une bonne chance de sauver, sinon sa peau, du moins son régime. Je suis de plus en plus frappé par la superficialité de ceux qui limitent les mérites de Churchill à l&#8217;an 1940 (" his finest hour ") ou à sa capacité de donner le moral aux foules. Même si, entre 1941 et 1945, les moyens de la Grande-Bretagne déclinent régulièrement devant ceux des Etats-Unis et de l&#8217;URSS et si Winston peine de plus en plus à imposer ses vues, il garde le premier rôle dans la définition de la stratégie antinazie. Il voulait retarder encore le débarquement de Normandie ? Mais c&#8217;est bien lui qui l&#8217;a empêché de se produire plus tôt, ce qui aurait vraisemblablement conduit à une catastrophe en redonnant à Hitler une grande marge de man&#339;uvre. Surtout, il est à l&#8217;avant-garde pour imposer la capitulation sans conditions, une idée, à l&#8217;origine, rooseveltienne, dont il fait une loi contraignante. Toute faiblesse à cet égard aurait vu les élites allemandes s&#8217;engouffrer dans la brèche... et les nazis avec !<br /> <br /> Personne n&#8217;a encore pris la mesure du fait suivant : parmi les Allemands qui, à partir de 1943, envoient vers l&#8217;Occident des signaux, suivant lesquels ils sont prêts à lâcher Hitler en échange d&#8217;un retournement des alliances aux dépens de l&#8217;URSS, figurent en bonne place de hauts dignitaires SS. C&#8217;est que cette politique, consistant à regrouper les bourgeoisies contre le péril rouge et à contenir Staline dans ses frontières d&#8217;octobre 1939, voire moins, va dans le sens du nazisme. Entre autres, elle imposerait de passer l&#8217;éponge sur le génocide des Juifs, qu&#8217;on mettrait sur le compte des malheurs du temps. Car de deux choses l&#8217;une : ou bien l&#8217;Allemagne reste souveraine et elle ne saurait juger ses ressortissants, tant le nazisme a été habile à diluer les responsabilités, ou bien elle capitule sans conditions et les procès sont possibles.<br /> <br /> Quant aux bombardements de terreur sur les villes allemandes, dans lesquels Churchill porte une responsabilité qu&#8217;il est de bon ton de lui reprocher aujourd&#8217;hui, au moins jusqu&#8217;en février 1945, ils procèdent du même souci : les Allemands n&#8217;ont qu&#8217;à s&#8217;en remettre au bon vouloir des Alliés et si, avec quelque raison, ils préfèrent une domination occidentale à une domination soviétique, ils doivent d&#8217;abord prendre acte des gains que leur folie raciste a permis à Staline -et que Churchill, dans la négociation, s&#8217;efforce de limiter.<br /> <br /> A cet égard, il faut faire une grande place à deux aspects de la politique churchillienne qu&#8217;on a tendance, et sans doute de plus en plus, en nos temps superficiellement démocratiques, à juger sévèrement : le sauvetage de Franco (qui, fin 44, n&#8217;a presque plus d&#8217;amis lorsqu&#8217;à la stupéfaction mondiale Winston lui apporte son soutien) et l&#8217;écrasement de la résistance grecque. Ce sont des choses, en soi, horribles... mais moins que le nazisme, et indispensables pour le vaincre, du moins dans l&#8217;esprit de Churchill et avant d&#8217;en discuter il faudrait d&#8217;abord le comprendre.<br /> <br /> L&#8217;union des bourgeoisies, d&#8217;après lui, il ne faut absolument pas la faire contre Staline avant d&#8217;avoir vaincu Hitler ; en revanche, il faut, par ce qu&#8217;on appellerait dans le jargon actuel un " signal fort ", montrer qu&#8217;on lutte aussi contre l&#8217;extension du communisme et pour cela, au sein des pays que les Alliés occidentaux peuvent contrôler, favoriser les solutions les plus à droite possibles. Or les Américains n&#8217;y comprennent rien, et traînent les pieds. Quant au n° 2 de la politique anglaise, Anthony Eden, il est loin de partager spontanément les vues de son premier ministre.<br /> <br /> Churchill est donc, face au très subtil man&#339;uvrier que Hitler reste jusqu&#8217;au bout, celui qui, bien plus que n&#8217;importe lequel de ses compatriotes ou alliés, trace une voie moyenne qui permet de maintenir la cohésion d&#8217;une alliance au plus haut point fragile.<br /> <br /> En résumé, au seuil de cette nouvelle année, l&#8217;histoire est plus nécessaire que jamais, à tel point qu&#8217;elle risque, plus que jamais, d&#8217;être maquillée, édulcorée, enfermée, corsetée, ratatinée, violentée et embaumée.<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 5 janvier 2003<br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong>Eloge de la chronologie</strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> Je précise tout de suite que pour l&#8217;historien la chronologie est, comme la langue pour Esope, la meilleure et la pire des choses. Par exemple, si on veut établir l&#8217;évolution de la pensée d&#8217;un homme, deux citations contradictoires séparées par quelques années peuvent être trompeuses, tant l&#8217;être humain, engagé dans l&#8217;histoire et pressé par les circonstances, risque de se contredire, et même de nourrir simultanément deux conceptions opposées, dût-il ne mettre en avant que l&#8217;une d&#8217;entre elles. Ranger les données le long d&#8217;un axe chronologique ne saurait dispenser d&#8217;une connaissance intime, lentement élaborée, des objets d&#8217;étude.<br /> <br /> Mais si la chronologie peut induire en erreur, elle a des vertus sans pareilles dans la destruction des idées fausses, tout particulièrement lorsqu&#8217;elles procèdent d&#8217;une vision essentialiste de l&#8217;histoire. Le débat sur la guerre préparée par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne contre l&#8217;Irak au nom de l&#8217;essence maléfique du régime actuel de ce pays, indûment apparenté aux auteurs des attentats du 11 septembre, en offre de beaux exemples.<br /> <br /> Saddam Hussein a arrosé des villages kurdes avec des gaz mortels en 1988, à une époque où il entretenait des rapports cordiaux avec Paris comme avec Washington. Du coup, l&#8217;information est passée quasiment inaperçue. Aujourd&#8217;hui, cet acte fait partie des principales pièces du procès qu&#8217;on instruit contre lui... et on se garde bien d&#8217;en rappeler la date et le contexte. En conséquence, le public a tendance à situer l&#8217;événement trois ans plus tard, pendant la guerre du Golfe, voire au lendemain de celle-ci. Le rétablissement de la date a pour effet immmédiat de répartir plus équitablement les responsabilités entre grandes et petites puissances, ce qui est assurément une saine discipline dans la passe délicate que traversent les relations internationales.<br /> <br /> L&#8217;irrespect des fanatiques pour la chronologie s&#8217;est manifesté avec plus d&#8217;éclat encore dans un épisode qui a déclenché un scandale, à mon avis trop éphémère, dans la première semaine du mois de février dernier : la falsification commise par le gouvernement britannique, le 3 février, et répercutée le 5, devant le Conseil de sécurité de l&#8217;ONU, lors d&#8217;une séance où, à en croire leur président, les Etats-Unis devaient dévoiler les "preuves" qui justifiaient le recours à la guerre.<br /> <br /> Dans un rapport, Londres affirmait que Bagdad possédait des armes de destruction massive et les dissimulait aux inspecteurs des Nations unies. « Je voudrais attirer l&#8217;attention de mes collègues sur l&#8217;excellent dossier présenté par le Royaume-Uni, qui décrit en détail les activités de dissimulation irakiennes », avait déclaré le surlendemain Colin Powell devant l&#8217;instance suprême new-yorkaise. 10 des 19 pages du rapport britannique avaient été recopiées dans la thèse d&#8217;un étudiant californien, Ibrahim al-Marashi.<br /> <br /> « Nous avons tous des leçons à tirer » de cet incident, a reconnu le vendredi 7 un porte-parole de Downing Street, ajoutant qu&#8217; « il aurait dû être fait mention » de l&#8217;auteur de cette thèse. Les leçons à tirer me semblent un peu plus vastes. Nous nous trouvons devant un remarquable exemple de conditionnement de l&#8217;opinion par des dirigeants prêts à tout pour justifier une politique. Le travail plagié portait sur la fin de la guerre du Golfe et ne faisait état d&#8217;aucune information postérieure à 1991. Il s&#8217;agissait simplement des mesures banales que prennent volontiers les armées vaincues à la veille d&#8217;un armistice, consistant à dissimuler ou à "civiliser" le maximum d&#8217;objets et d&#8217;installations à usage militaire pour les faire échapper aux saisies et aux destructions du vainqueur. Tout le débat actuel portant sur les stocks que Saddam aurait pu reconstituer depuis le départ des inspecteurs en 1998, le rapport britannique n&#8217;est pas seulement un plagiat, mais un faux pur et simple. Et puisque la planète était conviée à entendre des preuves, la langue française possède une expression qui convient exactement à la situation : les dirigeants de Washington et de Londres se sont moqués du monde.<br /> <br /> Le procédé n&#8217;a strictement rien à envier au « bourrage de crâne » de la Première Guerre mondiale, ni aux plus funestes mensonges des dictatures qui l&#8217;ont suivie. La différence, qui n&#8217;est pas mince, réside dans la mobilisation de l&#8217;opinion publique. Mais la portée de l&#8217;événement sera bien différente, suivant que la guerre aura lieu ou pas, et, si elle a lieu, suivant les réactions de ladite opinion publique. Il est possible que Bush impose cette guerre, avec ou sans l&#8217;aval de l&#8217;ONU. Dès lors, de deux choses l&#8217;une : soit l&#8217;opinion se résigne (une éventualité d&#8217;autant plus probable que la guerre serait courte), oublie ses propres doutes et salue le « réalisme » ou l&#8217; « énergie » des vainqueurs ; dans ce cas, on n&#8217;est pas près d&#8217;entendre à nouveau parler du pillage de la thèse estudiantine ; les historiens redécouvriront cette manipulation en 2050 ou 2075 et écriront : "De nos jours on est plus sensible à la manière dont les gouvernants de l&#8217;époque ont conditionné l&#8217;opinion publique".<br /> <br /> Soit l&#8217;opinion continue d&#8217;être hostile et met de plus en plus en accusation les gouvernements soi-disant civilisés qui donnent l&#8217;exemple de la brutalité. Dans cette éventualité, et plus encore si la guerre n&#8217;a pas lieu, la gaffe de Blair et Powell pourrait prendre le statut d&#8217;un événement historique : la manipulation de trop, celle qui aura mis fin à la carrière de politiciens brillants à la morale approximative, et qui aura fait reprendre confiance aux intellectuels dans le pouvoir de leur fonction critique.<br /> <br /> Il y a maintenant une chance que Washington renonce à son agression... et se concentre enfin sur le terrorisme, sans oublier de s&#8217;attaquer à ses causes, de la paupérisation du Tiers-Monde (quand cessera-t-on de se ridiculiser aux yeux de la postérité en parlant de "pays en développement" à propos des très nombreuses nations qui vivent d&#8217;expédients ?) à l&#8217;humiliation quotidienne des Palestiniens. Mais il se peut aussi que la mobilisation retombe. Car il faut avoir conscience que la solution américaine, si primaire soit-elle, existe, et que ses adversaires, pour l&#8217;instant, prennent une posture purement négative. Une action véritable et résolue contre la guerre suppose qu&#8217;on reconstruise l&#8217;ONU depuis les fondations, en commençant par admettre un droit de veto allemand et japonais au Conseil de sécurité, tout en donnant à celui-ci des pouvoirs réels d&#8217;investigation et d&#8217;intervention. Il devient également urgent de protester contre la non-participation américaine au Tribunal pénal international et de rappeler à MM. Blair et Aznar que, si des crimes de guerre sont commis prochainement en Irak, n&#8217;importe quel juge pourra les faire arrêter dès qu&#8217;ils franchiront une frontière.<br /> <br /> A l&#8217;heure qu&#8217;il est (jeudi 13 mars, 7h GMT), j&#8217;ose encore être optimiste -c&#8217;est-à-dire penser non pas que Bush va renoncer à la guerre, mais qu&#8217;il peut encore reconsidérer sa décision. Ce qui fonde cet optimisme, c&#8217;est le constat que, parmi ses raisons de faire la guerre, une seule compte vraiment : le désir de faire acte d&#8217;autorité. Il a besoin non seulement d&#8217;un succès militaire, mais d&#8217;applaudissements. Sa détermination apparente se nourrit de l&#8217;espoir que les gouvernements hostiles à sa politique s&#8217;inclineront devant le fait accompli, et que les manifestants rentreront à la maison. Pour lui faire comprendre qu&#8217;il n&#8217;en sera rien, le rôle des historiens, rappelant sereinement les faits et empêchant avec vigilance toute entorse à la chronologie, peut être décisif.<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 12 mars 2003<br /> <br /> <br /> ==================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong>Nouvelles turbulences françaises</strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> Dans le précédent éditorial je déplorais la malhonnêteté de certains gouvernants étrangers. Aujourd&#8217;hui je suis pris d&#8217;un doute pénible : serait-il possible qu&#8217;en France elle ait suscité des jalousies ?<br /> <br /> Je me garderai bien de reprocher, comme le font certains de mes collègues de l&#8217;Education nationale, au ministre Luc Ferry d&#8217;avoir dépensé de l&#8217;argent, dont par ailleurs il dit manquer, pour imposer dans la bibliothèque de chaque professeur un livre exposant sa politique, et au premier ministre Jean-Pierre Raffarin d&#8217;avoir pareillement dilapidé les fonds publics pour faire part de la sienne à la masse du peuple, dans des encarts publicitaires couvrant des pages entières de quotidiens. S&#8217;il y a un reproche immérité, c&#8217;est bien celui-là.<br /> <br /> Ces personnes ont commencé à s&#8217;exprimer dans l&#8217;arène politique ou sur divers forums idéologiques dans la première moitié des années 1980. A l&#8217;époque, le néo-libéralisme de Mme Thatcher et de M. Reagan fascinait la droite française, et le programme de ce qui allait s&#8217;appeler la première cohabitation se forgeait dans un joyeux reniement du principe d&#8217;une forte impulsion de l&#8217;Etat en matière économique qui avait marqué le gaullisme, et auxquels les pouvoirs successifs n&#8217;avaient encore guère porté atteinte. En matière sociale, l&#8217;heure était à la critique acerbe du salaire minimum et on commençait à trouver insupportables les "prélèvements obligatoires". La régionalisation du système scolaire, non point pour favoriser la participation du citoyen aux décisions, mais pour offrir toute latitude d&#8217;échapper à quelque principe central que ce fût, se donnait libre cours dans les projets et la retraite " par répartition", qui empêche tout un chacun de capitaliser en vue de ses vieux jours, était présentée comme un carcan aussi insupportable qu&#8217;archaïque.<br /> <br /> Aujourd&#8217;hui, on nous clame que la décentralisation des personnels non enseignants de l&#8217;éducation est une fin, non un prélude, et que les coups portés à la retraite par répartition le sont pour son bien. Si nous doutons, nous sommes de tendres agneaux manipulés par de grands méchants loups appelés syndicats, et nous avons d&#8217;autant plus besoin des explications fournies par nos bergers, dût leur coût achever de nous priver des moyens matériels d&#8217;exercer correctement notre art.<br /> <br /> Reste un mystère : quand ces dirigeants se sont-ils convertis aux principes dont aujourd&#8217;hui ils se réclament ?<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 29 mai 2003<br /> <br /> =============================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong>Y a-t-il une histoire officielle ? <br /> </strong></span><br /> <br /> <br /> (à propos de l&#8217;anniversaire des arrestations de Caluire)<br /> <br /> <br /> Les découvertes, en histoire, peuvent rester longtemps sous le boisseau quand elles dérangent des puissances bien établies. Leurs auteurs sont alors tentés de dénoncer l&#8217;existence d&#8217;une histoire " officielle ". Telle n&#8217;est pas ma position.<br /> <br /> Il en va de ce concept comme de quelques autres, tels le " politiquement correct " ou la " langue de bois ". C&#8217;est toujours la politique des autres qu&#8217;on accuse ainsi, ou la langue du voisin. On est dans le registre de l&#8217;insulte, on n&#8217;argumente pas et le débat s&#8217;enlise.<br /> <br /> L&#8217;histoire est rarement édictée par un gouvernement, du moins dans les pays dits démocratiques. A cet égard, la mise en cause de MM. Bush et Blair au sujet de leur attaque contre l&#8217;Irak, en dépit de sa réussite militaire (d&#8217;ailleurs compromise ces jours-ci par les difficultés administratives), confirme les hypothèses les plus optimistes de mon avant-dernier éditorial : de larges secteurs de l&#8217;opinion anglaise et américaine exigent qu&#8217;on trouve dans ce pays des armes de destruction massive, ou qu&#8217;on avoue avoir menti à cet égard en truquant des preuves, et l&#8217;usage frauduleux de la thèse d&#8217;un étudiant californien continue d&#8217;être rappelé. Mais même dans les pays où sévit un parti unique, un grand nombre de faits sont présentés très différemment selon les auteurs car aucun pouvoir n&#8217;a jamais réglementé complètement la pensée.<br /> <br /> En ce qui concerne la France, on y trouve des groupements politiques ou intellectuels plus ou moins structurés et plus ou moins liés à des institutions d&#8217;Etat, en particulier universitaires. Il peut en résulter, en histoire comme en toute matière, de terribles conformismes ou de puissantes inerties. Il faut les combattre, dans l&#8217;intérêt de chacun, sans mettre en cause les personnes : il est beaucoup plus fécond de s&#8217;en prendre aux idées, et la discipline historique nous offre cet avantage de pouvoir rendre des affirmations instantanément caduques, par la production de faits qui les contredisent ou obligent à les nuancer.<br /> <br /> Si le concept d&#8217;histoire officielle n&#8217;a aucune utilité, il présente en revanche de grands dangers. Il amène à substituer au combat d&#8217;idées la lutte contre une hydre mythique. On a tôt fait de prêter aux censeurs présumés des méthodes conspiratrices... et d&#8217;en adopter soi-même, pour la bonne cause. Chacun connaît l&#8217;exemple de Robert Faurisson, qui met en doute la volonté génocidaire des nazis tout en se défendant d&#8217;être antisémite. Pour ma part, en traitant des calomnies de Vergès et de Chauvy contre le couple Aubrac, j&#8217;ai été amené à connaître quelques uns de ces " chercheurs indépendants " qui n&#8217;en veulent nullement à ces deux résistants et ne croient pas une seconde qu&#8217;ils aient trahi : ces braves gens réclament uniquement qu&#8217;on les laisse fouiller en paix des " zones d&#8217;ombre "... qu&#8217;ils ne se pressent pas d&#8217;éclairer. Car la lumière, précisément, leur fait peur. La dénonciation de l&#8217;histoire officielle est devenue leur fonds de commerce.<br /> <br /> La dignité de l&#8217;historien consiste à tout examiner, en matière de documents et d&#8217;hypothèses, que l&#8217;information émane d&#8217;un maître reconnu ou d&#8217;un pamphlet extrémiste. Il publie ensuite le résultat de son travail sans égard pour la susceptibilité de qui que ce soit.<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 19 juin 2003<br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong>Six mois plus tard</strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> La demi-année que j&#8217;ai laissée filer sans mettre à jour ce site a été bien remplie. Je me suis concentré sur les problèmes de tous ordres que m&#8217;a posés un nouveau type de travail : un livre illustré de vulgarisation historique. Cet album, intitulé La libération de la France, co-écrit et préfacé par Jacques Baumel, sera en librairie le 10 mars.<br /> <br /> Je n&#8217;avais pas encore travaillé sur cette période, mais sa compréhension requiert de nombreux rappels sur l&#8217;ensemble du nazisme et de la guerre, au sujet desquels j&#8217;ai pu résumer les acquis principaux de mes livres de recherche. De nombreux échanges avec des témoins ou des spécialistes m&#8217;ont permis d&#8217;affiner un certain nombre de ces acquis, notamment sur Hitler.<br /> <br /> C&#8217;était décidément une performance, de la part de cet individu, de prolonger autant une guerre si facile au début et qui tournait si mal. La dextérité avec laquelle il évacue la France, après avoir fait semblant de vouloir s&#8217;y maintenir, est pour beaucoup dans le fait que la guerre ne s&#8217;achève pas en 1944, comme le voulait cette affichette prestement apparue sur le territoire libéré, en septembre de cette année-là.<br /> <br /> On trouvera par ailleurs le texte d&#8217;un article sur la période, montrant que Churchill, loin d&#8217;être rassuré par la réussite du débarquement de Normandie, a connu un moment d&#8217;affolement au spectacle de la ténacité hitlérienne et envisagé de hâter l&#8217;agonie du Reich par le déclenchement de la guerre biologique.<br /> <br /> J&#8217;espère aussi, par cet album, contribuer à faire connaître certains travaux d&#8217;importance, comme le livre dirigé par Marc-Olivier Baruch sur l&#8217;épuration, la thèse de Claude d&#8217;Abzac sur l&#8217;armée de l&#8217;Air, ou encore un article déjà ancien mais fâcheusement ignoré de Roland Hautefeuille sur la menace des V2 contre la région parisienne à la fin de 1944.<br /> <br /> Ces derniers mois ont été aussi marqués par des remous qui rendent caduques certaines informations qu&#8217;on trouvait sur ce site. Quelques personnes qui aimaient, et le mot est faible, mon travail, se sont mises à le haïr, pour pouvoir s&#8217;élancer sur des chemins où je ne saurais les accompagner. Je n&#8217;en dirai pas plus, pour ne pas me répandre en considérations subalternes. Aucune objection sérieuse contre mes analyses n&#8217;a été produite dans les interventions malveillantes qui ont envahi quelques forums, et je suis le premier à le regretter. Rien qui me conduise à confesser que Hitler était un sot, les Aubrac des fanfarons ou l&#8217;appel du 18 juin un texte éclos d&#8217;un seul jet et diffusé tel quel par une BBC empressée.<br /> <br /> Quant à la France et au monde, ils vont un peu plus mal encore (malgré quelques signes contraires comme la belle lutte des psychanalystes contre la normalisation de la santé mentale proposée par le député Accoyer), avec l&#8217;aggravation de tous les symptômes d&#8217;un prétendu « choc des civilisations » qui ne procède que du refus de voir en face le sous-développement et de s&#8217;y attaquer dans le cadre de l&#8217;ONU. Les médias, sauf exception rarissime, se focalisent sur des phénomènes aussi secondaires que spectaculaires, de la chute de Saddam à l&#8217;ascension de Sarkozy.<br /> <br /> Aucune Troisième Guerre mondiale n&#8217;a commencé en septembre 2001. En revanche, notre époque, si elle persiste à ne pas mesurer les enjeux, risque de plus en plus d&#8217;être comparée, pour son insouciance, aux années précédant la Seconde.<br /> <br /> <br /> <br /> <a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=46">Les images</a><br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Affichette d&#8217;intérieur, septembre 1944. Dernière image de l&#8217;album La libération de la France (éditions de l&#8217;Archipel, mars 2004). Fonds CIRIP/Alain Gesgon.<br /> Sur la pierre tombale, la guerre est censée s&#8217;être arrêtée en 1944 ! <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> François Delpla, le 21 janvier 2004<br /> <br /> <br /> ======================================<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> Mensonge et politique : un couple en instance de divorce ?</strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Les principaux gouvernements de la planète sont mis en danger, ces jours-ci, par leurs propres manquements à l&#8217;honnêteté. Pour ne prendre que quatre exemples :<br /> <br /> - l&#8217;opinion publique aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, qui avait toléré la guerre contre l&#8217;Irak, supporte très mal qu&#8217;on n&#8217;y trouve pas d&#8217;armes de destruction massive : preuve qu&#8217;elle prend au sérieux la raison invoquée pour cette attaque contre un pays souverain et n&#8217;est pas disposée à admettre qu&#8217;elle n&#8217;ait été qu&#8217;un prétexte. Cette affaire menace pour l&#8217;instant la réélection de Bush (ou, pour mieux dire, son élection, si on se souvient que c&#8217;est par un vote partisan de la cour suprême qu&#8217;il avait obtenu les clés de la Maison-Blanche) et Blair ne surnage qu&#8217;en raison de la division sans précédent des deux grands partis britanniques : il s&#8217;appuie sur les vieux cyniques blasés, travaillistes aussi bien que conservateurs.<br /> <br /> - en France, il faut se souvenir qu&#8217;avant d&#8217;être un rival plébiscité de Le Pen, Chirac était couramment surnommé « Supermenteur » et que cela lui avait valu le score dérisoire de 19% (le plus mauvais chiffre d&#8217;un président sortant ayant été celui de Giscard d&#8217;Estaing en 1981, avec 28%) au premier tour de l&#8217;élection présidentielle, le 21 avril 2002. Il devait ce surnom à sa gestion cavalière des deniers de la ville de Paris, de 1977 à 1995, et aux artifices qu&#8217;il déployait pour se soustraire à la justice. Or voilà que son adjoint Juppé, demeuré son plus proche collaborateur, qui était jugé à sa place pour avoir payé huit employés du parti RPR sur les caisses de la mairie de la capitale, est condamné à une lourde peine d&#8217;inéligibilité. Il avait spécialement indisposé les magistrats par son système de défense, consistant à nier qu&#8216;il fût au courant de ses propres actes.<br /> <br /> - en Israël, la popularité de Sharon semble actuellement moins pâtir de l&#8217;inefficacité de ses mesures répressives que de la révélation d&#8217;une entorse faite à cette politique pour des raisons privées : le 30 janvier dernier, il avait fait libérer l&#8217;homme d&#8217;affaires Elhanan Tannenbaum, détenu au Liban par le Hezbollah, en échange de 429 prisonniers arabes dont environ 300 Palestiniens accusés de terrorisme, en cachant qu&#8217;il s&#8217;agissait de l&#8217;un de ses proches.<br /> <br /> Plus généralement, des « réformes » tendant à réduire les budgets sociaux et à détériorer les services publics sont en projet ou en chantier dans de très nombreux pays dont les gouvernants ne reconnaissent pas volontiers qu&#8217;il s&#8217;agit de réformes libérales, motivées à la fois par l&#8217;idéologie et par le souci de valoriser les capitaux de quelques uns : ils préfèrent, de beaucoup, invoquer la dénatalité et l&#8217;allongement de la durée de la vie. Le gouvernement français bat à cet égard des records de duplicité, comme il a été montré dans un précédent éditorial. Et c&#8217;est fort à propos qu&#8217;une pétition massivement signée l&#8217;accuse d&#8217;avoir entrepris une « guerre contre l&#8217;intelligence ». (la pétition) L&#8217;efficacité de cette démarche se mesure à la mauvaise foi de ceux qui la critiquent : loin d&#8217;essayer de nous convaincre que les ministres font une politique profitable au plus grand nombre et la présentent honnêtement, ils préfèrent reprocher aux signataires de la pétition de se prétendre intelligents. Autant accuser les antiracistes de se prendre pour des Noirs ou des Juifs !<br /> <br /> Les attaques qui visent depuis plusieurs mois la psychanalyse illustrent bien les efforts officiels pour décerveler les gens, et le mouvement dit « des psys » la résistance des intéressés. On avait pourtant dit et répété en haut lieu que les dispositions proposées par le député Accoyer, inspirées d&#8217;un rapport « Cléry-Melin », qui visaient à instaurer une évaluation des traitements de santé mentale, ne concernaient pas les traitements psychanalytiques. Or un récent rapport de l&#8217;INSERM conclut que les seules thérapies efficaces sont celles qu&#8217;on dit « cognitivo-comportementales ». Comme le résume Jacques-Alain Miller d&#8217;une manière hélas non caricaturale : « Ces thérapies favorisent le court terme. Comme la Bourse, elles sacrifient l&#8217;avenir pour embellir la réalité. Pis, ce sont des méthodes cruelles qui passent par l&#8217;exposition du sujet au trauma lui-même - par exemple en mettant un patient phobique des cafards devant des cafards. La première fois, il hurle, la deuxième fois un peu moins et, au bout de quelque temps, on considérera qu&#8217;il est guéri ! C&#8217;est du maquillage : les effets, s&#8217;ils existent, sont transitoires ou superficiels, quand ils ne se révèlent pas nocifs. » (lire l&#8217;ensemble de l&#8217;interview)<br /> <br /> Si la récente allergie de l&#8217;opinion publique au mensonge dans tous les pays cités est une agréable surprise, il s&#8217;en faut de beaucoup que la vérité suive un chemin de roses, témoin le triomphe, dans les librairies françaises, du livre De Gaulle mon père : s&#8217;il faut voir là, sans doute, une protestation contre la médiocrité des dirigeants de l&#8217;heure, les voies qu&#8217;elle emprunte ne mènent nulle part. La collaboration entre témoins et historiens trouve ici son degré zéro : l&#8217;héritier exhale son mépris pour l&#8217;ensemble de ceux qui connaissent les questions dont il parle, tout particulièrement la journée du 18 juin 1940 -que, précisément, il ne passait pas avec son père ! En d&#8217;autres termes, l&#8217;amiral Philippe de Gaulle est, dans la guerre contre l&#8217;intelligence, un corsaire marginal mais particulièrement obtus. Cependant, les réactions de la critique, même savante, sont à ce jour bien timorées, mis à part deux articles polis et fermes de Jean-Luc Barré dans Le Monde des Livres.<br /> <br /> A la lumière de ce contexte, l&#8217;historien du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale peut méditer sur la place du mensonge dans l&#8217;histoire contemporaine. Il a certes toujours joué un rôle dans la vie politique, et les masses ont été de temps immémorial affolées par des rumeurs sans fondement que des pouvoirs inspiraient ou, au moins, répercutaient avec complaisance. Mais les moyens de communication du XXème siècle ont à la fois augmenté le rôle de la désinformation -un mot d&#8217;ailleurs apparu en 1954- et fourni aux hommes les moyens de mettre en &#339;uvre des antidotes efficaces.<br /> <br /> La Première Guerre mondiale a joué ici, comme en bien d&#8217;autres domaines, le rôle d&#8217;un puissant accélérateur. Les faits sont tout d&#8217;un coup devenus moins importants que leur présentation. On sait bien qu&#8217;en 1914-18 les actes de barbarie ont été équitablement répartis entre les camps mais il fallait absolument qu&#8217;ils fussent allemands pour l&#8217;Entente, russes ou français pour les Allemands, etc. Et si les « Protocoles des Sages de Sion » sont un faux forgé par la police du tsar pour déconsidérer les Juifs, ou tel homme politique qu&#8217;on disait leur être inféodé, à la fin du XIXème siècle, ils n&#8217;ont pris leur essor planétaire qu&#8217;en 1919.<br /> <br /> De cette évolution Hitler fut à la fois le produit et l&#8217;agent. Dans les reproches qu&#8217;il fait aux Juifs la manipulation de l&#8217;information figure en bonne place, et il en conclut, de manière à la fois puérile et terrible, que tout est permis en la matière, parce que c&#8217;est l&#8217;adversaire qui a commencé. L&#8217;ennemi, c&#8217;est d&#8217;abord le menteur, et pour le vaincre il faut se faire menteur et demi : voilà ce qu&#8217;on lit en toute clarté dans Mein Kampf. Quant à l&#8217;usage communiste du mensonge, il prend forme un peu plus tard, lorsque Staline s&#8217;empare du parti et lui donne pour fonction première de produire une vérité officielle, en criminalisant arbitrairement des individus ou des groupes et en truquant allègrement les bilans. Cette vérité s&#8217;éloigne de plus en plus des faits, par une sorte de nécessité fonctionnelle : moins les lendemains chantent et plus il faut les mettre en musique, en inventant ou en grossissant des succès, et en dénonçant des « saboteurs » ou des « espions ». A l&#8217;inverse, chez Hitler, le mensonge est une composante originelle de la marche chaloupée vers le pouvoir entreprise à Noël 1924, lors de sa sortie de prison.<br /> <br /> Le mensonge stalinien débouche au premier semestre de 1941 sur la croyance désespérée que, si on se montrait lâche et pacifique, Hitler allait attaquer ailleurs ; c&#8217;est alors le courage des citoyens soviétiques, brutalement dégrisés de l&#8217;illusion que la guerre allait épargner leur pays, qui permet de sauver la situation et de rendre un peu de vraisemblance à l&#8217;idéologie suivant laquelle la « patrie des travailleurs », forte de sa « démocratie réelle », est l&#8217;ennemi le plus combatif et le plus conséquent de la « barbarie fasciste ». Si la terreur est beaucoup moins meurtrière sous les successeurs de Staline, le mensonge officiel reste une constante à laquelle seul un Gorbatchev s&#8217;attaquera sérieusement... et le fait que par là il provoque l&#8217;effondrement du régime est la meilleure démonstration que le mensonge avait fini par en devenir le ciment principal.<br /> <br /> Pendant ce temps, la CIA devenait à son tour un agent de désinformation universel, car elle éprouvait un besoin irrépressible de « communiser » ses adversaires, fussent-ils aussi peu violents que Martin Luther King, et de « démocratiser » ses amis, même s&#8217;ils s&#8217;appelaient Duvalier ou Franco, et même s&#8217;ils détenaient Mandela. Les Etats-Unis, après la fin de la guerre froide, n&#8217;entendaient pas s&#8217;arrêter en si bon chemin et rêvaient d&#8217;une « démocratisation » générale, dont le critère eût été moins le pouvoir du peuple que la prompte obéissance à leurs volontés. On lisait un peu partout, autour de l&#8217;an 2000, que grâce à leurs moyens d&#8217;espionnage ils pouvaient violer à leur guise tous les secrets et, en les divulguant lorsqu&#8217;ils le jugeaient utile, façonner l&#8217;information à leur convenance. Ceux qui s&#8217;alarmaient de cette évolution, aussi bien que ceux qui s&#8217;en accommodaient, ont été brutalement rappelés à la réalité par les attentats du 11 septembre. Annoncé par ses organisateurs en termes vagues, l&#8217;événement avait néanmoins pu se produire parce que ses modalités pratiques avaient entièrement dérouté les limiers suréquipés.<br /> <br /> L&#8217;humain résiste donc à la manipulation, pour le meilleur et pour le pire. Et l&#8217;histoire devient en grande partie l&#8217;histoire de cette manipulation, intelligente ou grossière, originale ou stéréotypée. D&#8217;où une grande question : les Bush, Powell, Blair, Chirac, Sharon et autres Berlusconi passeront-ils un jour pour des pionniers maladroits, qu&#8217;auront remplacés des dirigeants plus habiles à effacer les traces, ou pour des clowns ringards qui auront tardé à comprendre que le mensonge ne payait plus ? Les interrogations récentes sur le rôle social de l&#8217;historien trouvent là leur réponse la plus pertinente : de toutes les professions intellectuelles, la sienne est sans doute celle qui a le plus grand rôle à jouer pour favoriser une réponse démocratique, sans guillemets, à cette question.<br /> <br /> <br /> <br /> François Delpla, le 7 mars 2004<br /> <br /> PS.- APRES LES ATTENTATS DE MADRID (mis en ligne dans la matinée du 14 mars)<br /> <br /> L&#8217;histoire donne une certaine impression d&#8217;accélération... et les médias ont bien du mal à suivre.<br /> <br /> Ces attentats, survenus le 11 mars dans des trains de banlieue (200 morts, 1 400 blessés), ont été aussitôt attribués, avant toute enquête, à l&#8217;organisation séparatiste basque ETA par le ministre de l&#8217;Intérieur du gouvernement Aznar, Angel Acebes. Voilà qui aurait dû rendre extrêmement prudent le journaliste le moins chevronné. Or l&#8217;immense majorité des commentaires a complaisamment glosé sur cette piste, pendant toute la journée.<br /> <br /> Vendredi soir, une foule estimée au total à une dizaine de millions de personnes a manifesté dans les grandes villes espagnoles. Cependant, au fil des heures, on évoquait de plus en plus une autre piste, celle des réseaux "Ben Laden", dite encore Al Quaida. Et samedi soir, ce sont les bureaux madrilènes du Parti populaire qui étaient cernés par une foule certes bien moindre que celle de la veille, mais grondante, non plus contre les poseurs de bombes, mais contre le gouvernement, traité lui-même d&#8217;assassin. Elle était venue réclamer "la vérité" et traiter de menteur celui qui est à la fois, pour deux jours encore, le chef de ce parti et du gouvernement, José Maria Aznar. Ces manifestants mettaient en cause son soutien à la seconde guerre du Golfe : ils l&#8217;accusaient d&#8217;avoir attiré, par cette politique qu&#8217;avaient condamnée en février dernier des démonstrations gigantesques, la foudre islamiste sur son pays.<br /> <br /> Ce soir, en écoutant le résultat des élections législatives espagnoles, les hommes de bonne volonté auront, du moins je l&#8217;espère, un oeil pour rire et l&#8217;autre pour pleurer. Ils se réjouiront de la défaite du Parti populaire, que les sondages donnaient vainqueur et qui aura perdu des voix, de toute évidence, à cause de cette allergie au mensonge qui est une donnée nouvelle de la vie politique des grandes démocraties. Mais ils s&#8217;effraieront de la capacité des poseurs de bombes d&#8217;inverser à volonté le résultat d&#8217;une élection dans un pays développé.<br /> <br /> Un dernier mot : le mensonge d&#8217;Aznar contient lui-même un mensonge, rarement relevé jusqu&#8217;ici. Pour échapper, le temps d&#8217;une fin de campagne, ? un d ?bat sur sa politique moyen-orientale, il a préféré attribuer un gigantesque crime, commandité très probablement depuis l&#8217;étranger, à ses propres compatriotes... lors même qu&#8217;ils sont séparatistes : c&#8217;est lui-même qui, croyait-on savoir, les considère comme des compatriotes, contre leur gré. Curieuse méthode de séduction et d&#8217;intégration nationale !<br /> <br /> Sun, 12 Aug 2018 15:44:30 +0200 éditos anciens 2 http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-134+editos-anciens-2.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-134+editos-anciens-2.php <span style="font-size: 16px;"> <strong> 11 septembre 2001, Pearl Harbor... et Hiroshima </strong></span><br /> <br /> [url=http://www.delpla.org/site/articles/articles-6-133+editos-anciens-1.php]<br /> éditos plus anciens [/url]<br /> <br /> <br /> <br /> L&#8217;attaque subie par les centres vitaux des Etats-Unis a fait resurgir des images de la Seconde Guerre mondiale, d&#8217;une manière souvent approximative qui confirme l&#8217;utilité de la corporation historienne.<br /> <br /> Les Etats-Unis, surpris par leur propre vulnérabilité et par l&#8217;audace d&#8217;un ennemi qu&#8217;ils croyaient sinon inoffensif, du moins contrôlable, dénoncent l&#8217;infamie et jurent de riposter. Des Japonais peu sympathiques ont jadis fait les frais d&#8217;un sentiment similaire, ainsi que Hitler. Qui s&#8217;en plaindrait ? Mais l&#8217;affaire a broyé aussi des innocents, qu&#8217;aucune justification militaire ne permettait de tuer, tels les habitants d&#8217;Hiroshima. Témoin l&#8217;énorme mensonge du président Truman, si rarement relevé, suivant lequel Hiroshima était une base militaire et le tour des civils viendrait plus tard, si leur gouvernement ne cédait pas.<br /> <br /> Dans quelle mesure la traîtrise de Pearl Harbor a-t-elle pesé sur la décision d&#8217;Hiroshima ? Le président se serait-il permis d&#8217;appuyer sur ce bouton si les Japonais avaient commencé la guerre d&#8217;une manière plus classique, par une attaque contre les Philippines à laquelle beaucoup s&#8217;attendaient ? Faute de pouvoir répondre de manière décisive, transportons-nous dans le présent et dans le futur proche. L&#8217;attaque du Pentagone et du World Trade Center pourrait justifier demain une occupation par des forces écrasantes de l&#8217;Afghanistan, en prélude à une traque de ben Laden retransmise par les médias universels.<br /> <br /> Notons d&#8217;abord que cette comparaison permet de mesurer le changement des temps : en 1941 s&#8217;affrontaient de grandes puissances surarmées. Aujourd&#8217;hui nous n&#8217;avons affaire qu&#8217;à deux choses, l&#8217;une dérisoire, l&#8217;autre écrasante. D&#8217;un côté, les Etats-Unis affrontent des marionnettes façonnées par eux qui leur ont échappé, de l&#8217;autre c&#8217;est tout le problème de la cohabitation entre pays riches et pauvres qui est posé. Une fausse mondialisation s&#8217;achève, une vraie cherche à éclore.<br /> <br /> Si l&#8217;idée que les trois frappes de New-York et Washington marquent le début d&#8217;une " troisième guerre mondiale " est sans consistance, en revanche nous sommes bien au début de quelque chose : d&#8217;une prise de conscience de la solidarité de destin des bien nourris et des affamés. Deux scénarios sont donc possibles, et toutes leurs combinaisons : soit on jette par dessus bord toute idée de liberté et d&#8217;égalité, pour traiter ouvertement les pauvres comme de dangereux esclaves à qui il faut tenir la bride courte, soit on s&#8217;attaque enfin au sous-dévelopement et on se donne, sous l&#8217;égide de l&#8217;ONU et non d&#8217;un gouvernement étatique quelconque, des objectifs réalistes en la matière.<br /> <br /> Il est plus que probable qu&#8217;aucun choix clair ne sera fait prochainement, faute, notamment, d&#8217;hommes politiques capables d&#8217;ouvrir la voie.<br /> <br /> NOTE DU 5 FEVRIER 2010<br /> <br /> J&#8217;ai réexaminé la question d&#8217;Hiroshima lors de la rédaction de mon livre sur le procès de Nuremberg, qui m&#8217;a amené notamment à étudier de plus près la personnalité du ministre américain de la Guerre, Henry Stimson. J&#8217;en viens à présent à estimer que le largage de la bombe A sur Hiroshima avait hélas une justification militaire : l&#8217;état de guerre lui-même, au nom duquel on utilise toujours l&#8217;arme disponible la plus puissante (sauf dans le cas où on craint des représailles de même nature).<br /> <br /> La formulation ci-dessus était tributaire du préjugé suivant lequel une décision aussi lourde avait été précédée d&#8217;un débat. C&#8217;est pure légende : les savants calculs de pertes américaines avec et sans la bombe atomique, produits quelques semaines plus tard par le gouvernement américain, ne sont que justifications rétrospectives. Sur le moment, il n&#8217;y a eu aucun débat... sinon pour savoir si on allait heurter de plein fouet la fierté nationale japonaise en réduisant en cendres les trésors de Kyoto.<br /> <br /> <br /> <br /> le 9 octobre 2001 <br /> <br /> ==================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> Nouvelles françaises de l&#8217;étranger </strong></span><br /> <br /> <br /> Les séjours à l&#8217;étranger sont pour l&#8217;historien une hygiène, même s&#8217;ils ont pour but le travail d&#8217;archives ou de bibliothèque et si la fréquentation des gens ou des médias passe bien après. Une semaine à Londres, puis Oxford, m&#8217;a inspiré quelques réflexions à partir des devantures des librairies.<br /> <br /> Si l&#8217;inévitable Lothar Machtan qui, soucieux de démontrer que Hitler était homosexuel au moins dans sa jeunesse, prête ce penchant à presque tout son entourage masculin, est le plus mis en avant, on voit aussi en bonne place le Backing Hitler du Canadien Robert Gellately (Oxford University Press). C&#8217;est à ma connaissance le premier travail sur la vie interne du IIIème Reich qui rompe clairement avec la démarche fonctionnaliste, en montrant les nazis comme des manipulateurs. Il ne me semble pas qu&#8217;il place Hitler suffisamment au centre du processus -il est vrai qu&#8217;il étudie la manipulation dans ses effets (la coopération des masses à leur embrigadement) plus que dans ses auteurs. L&#8217;éventuelle traduction de cet ouvrage, et son délai, seront un bon test de l&#8217;appétit intellectuel de notre pays, gavé de Kershaw.<br /> <br /> Je n&#8217;allais pas aux archives pour éclaircir tel ou tel point, mais plutôt pour me plonger dans l&#8217;ambiance des états-majors de la seconde guerre mondiale, en vue de mon futur " Churchill et Hitler ". C&#8217;est souvent dans ces cas-là qu&#8217;on trouve les perles, et cela n&#8217;a pas manqué. J&#8217;ai ramené une description par Rudolf Hess de la vie à Berchtesgaden, écrite à sa mère en 1938, et surtout le chaînon manquant dans la série des appels du général de Gaulle, celui du 23 juin 1940. Je rappelle brièvement les acquis précédents, mis en lumière par Crémieux-Brilhac dans La France Libre et par moi-même dans L&#8217;appel du 18 juin 1940. Le matin du 23, ayant à prendre position sur l&#8217;armistice franco-allemand signé la veille, le cabinet de guerre britannique décide de rompre avec le gouvernement de Pétain et de reconnaître un " comité national " français, à former autour de De Gaulle. On décide que celui-ci parlera à la radio le soir et que son allocution sera suivie par un communiqué du gouvernement de Sa Majesté, soutenant sa démarche. Or le ministre des Affaires étrangères Halifax, qui le matin avait approuvé ces décisions, intervient brusquement en fin de soirée pour tout arrêter. Ni le discours, ni le communiqué ne seront dans les journaux, et on ne parlera plus avant longtemps de comité national. Le lendemain, Halifax se justifie devant le cabinet en disant que les décisions de la veille avaient déclenché une levée de boucliers dans la communauté française de Londres, et personne ne le blâme.<br /> <br /> Le texte de De Gaulle, comme on pouvait s&#8217;y attendre, dénie au gouvernement de Bordeaux, coupable d&#8217;avoir capitulé alors qu&#8217;il restait des moyens de combattre, toute espèce de légalité. Il précise que le comité national rendra compte de son action aux représentants du peuple " dès que les circonstances leur permettront de se réunir dans des conditions compatibles avec la liberté, la dignité et la sécurité ", ce qui est par avance un joli pied de nez à l&#8217;assemblée vichyssoise du 10 juillet, censée confirmer la légalité du pouvoir de Pétain. Le traitement historique de ce matériel va m&#8217;occuper pendant quelques semaines, en vue du numéro hors série d&#8217; Histoire de guerre sur Churchill que je prépare pour le 1er février, avec le concours des meilleurs spécialistes français. On reste rêveur devant le destin du monde si Churchill avait tenu bon. Soit il était suivi par ses ministres, Noguès, commandant en Afrique du Nord et jusque là très hésitant, rejoignait sans doute de Gaulle et le supplantait peut-être, et alors de deux choses l&#8217;une : soit l&#8217;empire colonial français suivait comme un seul homme, soit (surtout si on suppose que Darlan, maître de la flotte, restait fidèle à Pétain et et conservait son autorité sur ses amiraux) il s&#8217;y déroulait des combats fratricides, obligeant peut-être Hitler à s&#8217;en mêler, et à coup sûr les Américains, du moins dans les régions considérées comme vitales pour leur sécurité, telles les Antilles ou le Sénégal : la guerre pouvait être abrégée de beaucoup. Soit Churchill était désavoué par ses ministres et enfin renversé par Halifax, qui multipliait les coups de bélier depuis la fin de mai, et dont le désir de négocier avec l&#8217;Allemagne était tantôt avoué, tantôt transparent. Dans ce cas, Hitler était à peu près assuré de mourir... dans son lit.<br /> <br /> L&#8217;histoire est décidément une activité passionnante, quand on ne suppose pas que ce qui est arrivé devait nécessairement arriver.<br /> <br /> <br /> <br /> le 6 novembre 2001<br /> <br /> ================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> Pearl Harbor : légitime défense <br /> Un boomerang dans la figure de George W. Bush</strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> Il est regrettable que plusieurs pays, par exemple les Etats-Unis et Israël, justifient par l&#8217;expression " légitime défense " les actions meurtrières qu&#8217;ils s&#8217;autorisent actuellement contre des ressortissants d&#8217;autres nations. Si nul autre argument ne peut les en convaincre, peut-être celui-ci a-t-il une chance de porter : leurs propres ressortissants ont bien des chances de figurer en grand nombre parmi les victimes de cette rhétorique.<br /> <br /> J&#8217;en veux pour preuve un article de Michel Vié dans " L&#8217;Histoire " de décembre 2001, intitulé " Pearl Harbor : la responsabilité américaine ". Comme la plupart des articles qui fleurissent en ces temps commémoratifs, il ne prend pas en compte la totalité de l&#8217;échiquier mondial et réduit l&#8217;affaire à une brouille américano-nippone, avec tout de même quelques Anglais, Hollandais ou Vietnamiens dans un coin du tableau. Si l&#8217;attaque allemande contre l&#8217;URSS (22 juin 1941) est mise à contribution pour évoquer ce qui se passe en juillet, elle est oubliée ensuite et le récit des semaines précédant l&#8217;assaut japonais ne comporte pas un mot sur le choc germano-soviétique, parvenu à un point maximal de suspense non loin des tours du Kremlin. Or ces événements, qui obsèdent à juste titre la planète, hantent comme il se doit les décideurs, tant à Washington qu&#8217;à Tokyo, et contribuent fort, par contrecoup, au caractère d&#8217;abrupte surprise de l&#8217;événement hawaïen.<br /> <br /> Michel Vié nous la baille belle avec son Japon pacifiste, défensif, à des années-lumière de l&#8217;Allemagne, et dont les officiers ne développeraient que des " rhétoriques martiales à usage interne " afin d&#8217;obtenir des crédits. Les Etats-Unis, par un enchaînement où les rivalités bureaucratiques et les simples hasards ont leur place, ne l&#8217;auraient pas compris. Prenant l&#8217;occupation de l&#8217;Indochine du sud, en juillet, pour un prélude à d&#8217;autres avancées, alors que c&#8217;était, dit avec assurance l&#8217;auteur, une " fin en soi ", ils auraient apporté, avec leur embargo pétrolier, une " réponse disproportionnée ", qui poussait le Japon à la guerre : ne pas la faire eût exposé ses forces armées à la paralysie par manque de carburant, ce qui aurait signifié " la perte de son indépendance (...) et militairement de son honneur ". Tout cela pour conclure : " On ne peut nier que le Japon était en état de légitime défense ".<br /> <br /> Les implications d&#8217;une telle formule donnent le vertige. Légitime, l&#8217;agression d&#8217;une base endormie par la plus puissante armada de l&#8217;histoire, en réplique à un embargo ? A ce compte, qu&#8217;est-ce qui sera déclaré abusif ? Rappelons l&#8217;un des principes de base de la définition juridique : pour être légitime, " la défense doit être proportionnée à l&#8217;attaque ". Elle doit aussi se faire dans l&#8217;urgence, le comportement de l&#8217;adversaire ne laissant pas le temps d&#8217;explorer une autre voie que la violence. Ce qui n&#8217;est pas non plus précisément le cas d&#8217;un embargo pétrolier.<br /> <br /> Michel Vié, qui écrit après le 11 septembre, est-il contaminé par les discours de Bush ? Peu importe : celui-ci a incontestablement ouvert une vanne, par où tout et n&#8217;importe quoi peut s&#8217;engouffrer. Il n&#8217;est que temps d&#8217;y mettre le holà.<br /> <br /> En tant que professeur de lycée, je passe une partie de ma vie à convaincre des adolescents et de jeunes adultes que l&#8217;expression a un sens juridique précis et que, dès qu&#8217;on l&#8217;outrepasse, on tombe dans la barbarie, sans savoir quand et comment on pourra en sortir. Quand Bush ou Sharon justifient leurs massacres de civils entièrement étrangers à ce dont il s&#8217;agit, par leurs humeurs ou celles de leurs opinions publiques, on ne frôle pas les sommets de l&#8217;intelligence ou de la morale. Mais quand ils invoquent la légitime défense, ils abîment quelque chose de sacré, et si leur point de vue l&#8217;emportait c&#8217;en serait fait de la lueur d&#8217;espoir qui subiste, après un début calamiteux, de voir le XXIème siécle s&#8217;avérer moins meurtrier que le précédent.<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 8 décembre 2001<br /> <br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong>Hommage à Pierre Bourdieu </strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Jamais la mort ne m&#8217;a paru aussi prédatrice. Nous ravir à 71 ans un cerveau aussi informé et aussi inséré dans le monde c&#8217;est nous infliger une perte véritablement incommensurable.<br /> <br /> Si les hommages n&#8217;ont pas manqué, parfois inattendus (Chirac, Libération,...), il y a tout de même quelques sceptiques qui ont eu le courage de troubler la fête en ne reniant pas leurs anathèmes, et en prolongeant le concert de scepticisme qui, suivant un travers bien français, l&#8217;avait accompagné jusqu&#8217;au bout, entravant sa réception et sa compréhension dans son propre pays (la même chose était arrivée à Jacques Lacan et à son disciple Jacques-Alain Miller, qui curieusement sortent eux aussi du purgatoire depuis quelques semaines, grâce à un coup de sang et d&#8217;audace du second, préférant sans doute être reconnu vivant que mort).<br /> <br /> Alexandre Adler, qui avait aimé mon Hitler au point de le préfacer, s&#8217;est déchaîné contre Bourdieu samedi dernier lors de l&#8217;hebdomadaire " Rumeur du Monde " (12h 45 sur France-Culture). Tout en reconnaissant son envergure, il lui reproche d&#8217;être habité par le pessimisme et la " haine de soi ".<br /> <br /> Ces reproches prennent racine, sans doute, dans une divergence sur l&#8217;actuelle mondialisation. Adler la regarde avec un optimisme saint-simonien, comme un achèvement de la modernisation qui devrait engendrer par lui-même, ou peu s&#8217;en faut, des régulations profitables aux hommes. Or Bourdieu, qui s&#8217;était gardé de tout engagement politique par méfiance envers le stalinisme et ses séquelles, s&#8217;est dressé tout d&#8217;un coup, peu après la chute de l&#8217;empire soviétique, contre la mondialisation libérale, en refusant qu&#8217;on fasse table rase de deux siècles d&#8217;acquis du mouvement ouvrier et qu&#8217;on remette en cause les libertés syndicales, les garanties peu à peu obtenues quant à la sécurité du travail et à celle de l&#8217;emploi, les droits à l&#8217;éducation et à la santé, bref qu&#8217;on aligne les travailleurs des pays développés sur ceux du Tiers-Monde au lieu de faire l&#8217;inverse.<br /> <br /> Mais loin de regarder vers le passé, il a voulu se saisir du traité de Maastricht et du passage à l&#8217;euro, pour inciter les syndicats de toute l&#8217;Europe à se regrouper, et ce, non pour une défense frileuse des acquis, mais pour " construire le formidable édifice collectif digne, pour une fois, du concept galvaudé de projet de société " (Contre-feux 2, préface, janvier 2001). Je ne sais s&#8217;il avait raison. Mais s&#8217;il avait tort, il n&#8217;en est que plus difficile de le taxer de pessimisme !<br /> <br /> En fait de " haine de soi ", Bourdieu n&#8217;a cessé, depuis ses premiers articles sur les paysans de son Béarn natal jusqu&#8217;à La domination masculine, de réfléchir sur tous les milieux et toutes les conditions auxquels il appartenait. Comme un éternel enfant il n&#8217;avait de cesse de démonter des mécanismes, au sein desquels il était profondément inséré. Dernièrement, le grand savant s&#8217;était tourné vers l&#8217;étude de l&#8217;acte de connaître, entreprenant une réflexion générale sur les sciences. J&#8217;extrais de son dernier livre Science de la science et réflexivité (octobre 2001) ces lignes qui devraient " interpeller " tout historien :<br /> <br /> " (...) il doit se garder d&#8217;oublier aussi que si, comme n&#8217;importe quel autre savant, il s&#8217;efforce de contribuer à la construction du point de vue sans point de vue qu&#8217;est le point de vue de la science, il est, en tant qu&#8217;agent social, pris dans l&#8217;objet qu&#8217;il prend pour objet et qu&#8217;à ce titre il a un point de vue qui ne coïncide ni avec le point de vue des autres, ni avec le point de vue en survol et en surplomb de spectateur quasi-divin qu&#8217;il peut atteindre s&#8217;il accomplit les exigences du champ. "<br /> <br /> Les blocages actuels de l&#8217;étude du nazisme et de la seconde guerre mondiale, que je rapporte pour l&#8217;essentiel au refus de reconnaître Hitler comme un agent aussi habile et conscient que destructeur et inhumain, ont beaucoup à voir avec le refus des praticiens de distinguer en eux-mêmes l&#8217;" agent social " et le " spectateur quasi-divin ". On n&#8217;ose comprendre les ressorts profonds du nazisme, de peur de le faire aimer : on confond le temps de la connaissance et celui de l&#8217;engagement.<br /> <br /> Reste à lire Bourdieu, pour faire fleurir tous les champs !<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 31 janvier 2002<br /> <br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> A propos d&#8217;une soutenance </strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> Ce titre de docteur obtenu jeudi dernier en Sorbonne n&#8217;est pas seulement une enseigne propre à suggérer aux visiteurs de ce site qu&#8217;ils n&#8217;y perdront pas totalement leur temps. Il représente une étape dans la prise en compte de mon travail, en même temps que les trois heures de débat serré qui y ont préludé donnent une idée du chemin qui reste à parcourir, à la fois pour que les données que j&#8217;apporte soient admises... ou rejetées en connaissance de cause, et pour que je les élabore au mieux.<br /> <br /> Le mémoire par lequel j&#8217;ai présenté mes quatre livres (dont une première mouture, à télécharger ci-contre, donne une idée, et que j&#8217;enverrai par mél à ceux qui m&#8217;en feront la demande, en attendant sa prochaine édition) a été jugé trop factuel : il ne met pas assez mes résultats en rapport avec les ouvrages des dernières décennies sur les "processus de décision". Dans l&#8217;ensemble des travaux, l&#8217;opinion publique n&#8217;est pas assez présente, ni les mentalités. Il s&#8217;agit cependant d&#8217;un " véritable travail d&#8217;historien ", présentant un certain nombre de qualités : "amour des archives ", " refus des mythes ", " rigueur et finesse dans la confrontation des sources ", "étude simultanée des facteurs de décision dans les divers pays", " mise en valeur des personnages secondaires ", qualités d&#8217;écriture. Le fait que je remette en cause le travail des historiens précédents, que je ne sois pas "révérencieux", a été évoqué favorablement. De même on a apprécié que je mette en valeur Churchill et de Gaulle comme des "grands hommes " sans m&#8217;abstenir de les critiquer. A Jean-Marie Guillon estimant, sans m&#8217;en blâmer, que je réhabilite l&#8217;histoire événementielle, Robert Frank a opposé sa devise d&#8217;une " histoire non événementielle de l&#8217;événement ", sans dire que j&#8217;y dérogeais.<br /> <br /> Parfois le compliment se déploie à la limite du reproche, au point d&#8217;y verser subitement : " écrivain-historien ", j&#8217;aurais raison de me "placer dans la tête de l&#8217;acteur pour imaginer ses raisons" mais serais affecté d&#8217;une tendance répétitive à exagérer le rôle des complots et des manipulations, et au total mon "approche du processus de décision" serait excessivement psychologique. Elle serait également, trop souvent, "monofactorielle". Mon " goût pour le paradoxe " serait cause à la fois d&#8217;excellentes trouvailles et de faux pas. On serait " souvent grisé " mais on aurait " parfois la gueule de bois ".<br /> <br /> Parmi les principales questions que je traite, seules mes analyses sur le 18 juin ont reçu une adhésion sans mélange. Cette approbation tient peut-être en partie à la simplicité du cas (netteté du mensonge gaullien et de ses motivations politiques), au fait que le processus de remise en question a été entamé par d&#8217;autres (cf. Revue historique et archéologique du Maine, 1990) et à la caution d&#8217;un spécialiste reconnu, Jean-Louis Crémieux-Brilhac.<br /> <br /> Il y a plus de perplexité devant des trouvailles plus solitaires. Par exemple, si la mise en relief du rôle de Halifax en 1940, et de la nécessité où se trouvait Churchill de se débarrasser de lui pour agir, fait l&#8217;unanimité (" même si tout n&#8217;est pas inédit "), cette adhésion se tempère lorsqu&#8217;on aborde l&#8217;étude concrète des crises. J&#8217;aurais tort de voir dans Mers el-Kébir une simple " canonnade contre Halifax " (Churchill et les Français, p. 542) et mon analyse du Haltbefehl devant Dunkerque (qui doit pourtant beaucoup aux découvertes sur Halifax) reçoit un accueil mitigé, de même que la découverte que Pétain, à Montoire, propose une collaboration militaire pour la reconquête du Tchad. Toutefois, l&#8217;unanimité qui s&#8217;exprime sur le 18 juin ne se retrouve pas dans la désapprobation, sur aucun des points considérés.<br /> <br /> Acceptant les critiques sur les limites de mon travail, j&#8217;ai refusé celles qui portaient sur mes analyses et défendu celles-ci avec une certaine véhémence. Il semble qu&#8217;on m&#8217;en ait su gré.<br /> <br /> Je n&#8217;ai point fait de réponse générale au reproche de privilégier le complot et, plus généralement, les explications " monocausales ". Je voudrais en esquisser une ici et laisser le lecteur juge, au hasard de ses parcours sur le site. Il se trouve que dans cette période de mars à novembre 1940, il y a dans les milieux dirigeants des puissances en guerre deux comploteurs, qui poursuivent des objectifs précis sans les avouer à beaucoup de monde, Hitler et Halifax : je les prends à de nombreuses reprises en flagrant délit de dissimulation, vis-à-vis de leurs collaborateurs, d&#8217;informations essentielles. Quand je parle des autres dirigeants, je montre leurs hésitations, leurs troubles, la part d&#8217;impondérable qui oriente leurs actions. Au passage, je déjoue une belle quantité de théories du complot, qu&#8217;il s&#8217;agisse de celui qui aurait été noué entre Pétain et Weygand fin mai au sujet de l&#8217;armistice, ou de celui qui aurait uni Reynaud, Lebrun et Herriot pour ramener le premier nommé au pouvoir en cas d&#8217;échec de Pétain à conclure l&#8217;armistice.<br /> <br /> Quant à mon explication " monofactorielle " sur Mers -el-Kébir, je ne dis pas qu&#8217;il n&#8217;y ait qu&#8217;un facteur, mais qu&#8217;il est au commandement... et ce faisant je donne un rôle à l&#8217;opinion publique. En forçant ses amiraux à ce tir qui leur répugne, Churchill a en ligne de mire le défaitisme halifaxien et ne prend en compte les autres facteurs qu&#8217;en tant qu&#8217;ils concourent à rendre ce geste acceptable : personne ne pourra lui reprocher, en temps de guerre, une action qui soustrait des armes à une mainmise possible de l&#8217;ennemi et, s&#8217;agissant d&#8217;une flotte apte à traverser l&#8217;Atlantique, le président américain moins que tout autre. Mais s&#8217;il ne s&#8217;agissait que de sécurité maritime, l&#8217;absence d&#8217;urgence et l&#8217;inconvénient de s&#8217;aliéner la France feraient choisir des moyens plus doux et en tout cas plus progressifs.<br /> <br /> Le président du jury a dit en conclusion : " Si François Delpla n&#8217;existait pas, il faudrait l&#8217;inventer". Puisqu&#8217;il existe, surtout qu&#8217;on ne l&#8217;invente pas, mais qu&#8217;on le lise, qu&#8217;on lui réponde et que chacun polisse ses arguments !<br /> <br /> Note du 6 décembre 2006.- Le texte précédent peut évidemment fournir aux contradicteurs internautiques en peine d&#8217;arguments une mine... de mines. Surtout s&#8217;ils n&#8217;indiquent pas le lien qui permettrait de relativiser les critiques au moyen de leur contexte. La chose est arrivée en tout trois fois, à ma connaissance. Honte à eux, et basta. Qu&#8217;il me soit permis tout de même d&#8217;imaginer, à la lecture de la présente... leur mine.<br /> <br /> <br /> le 6 décembre 2006<br /> <br /> <br /> =================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> Le Pen, Jospin et les autres </strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> Un historien se doit de donner son point de vue, même s&#8217;il n&#8217;est pas spécialiste de la période la plus contemporaine, lorsque son pays est l&#8217;objet de l&#8217;attention universelle en raison de ses moeurs politiques originales, comme c&#8217;est le cas périodiquement de la France, depuis quelques siècles.<br /> <br /> Son histoire regorge de couples hauts en couleurs. Après avoir produit en même temps, ou à peu d&#8217;intervalle, la monarchie absolue et la philosophie des Lumières, les droits de l&#8217;homme et la terreur, la conscription et le code civil, le socialisme et le bonapartisme, la Commune et Boulanger, Maurras et le Front populaire, le pétainisme et le gaullisme, l&#8217;OAS et mai 68, allons-nous bientôt associer le repli identitaire matiné de nostalgie fasciste avec une conception rénovée de la démocratie ?<br /> <br /> On permettra tout d&#8217;abord à l&#8217;historien de rappeler quelques faits qui lui semblent trop négligés par les commentateurs :<br /> <br /> 1) Le Pen, au premier tour de l&#8217;élection présidentielle, n&#8217;a pas gagné de voix ou, s&#8217;il en a gagné, en a perdu tout autant.<br /> <br /> 2) Le règlement de cette élection est spécial et très discutable : l&#8217;ouverture d&#8217;un deuxième tour de la compétition aux deux seuls candidats arrivés en tête au premier est une entorse à la démocratie, heureusement très rare. Elle a été voulue par de Gaulle en 1962, sans que l&#8217;opposition de l&#8217;époque, tout occupée à contester le principe de l&#8217;élection du président au suffrage universel direct, accorde une attention suffisante à ses modalités. Sans cette clause, on parlerait à propos de Jospin d&#8217;une "performance très médiocre" et non d&#8217;une déroute.<br /> <br /> 3) La catégorie sociale à laquelle j&#8217;appartiens, celle des enseignants, traditionnellement acquise au parti socialiste et très hostile au Front national, a boudé plus que de coutume le vote Jospin pour deux raisons principales :<br /> <br /> +le fait que les académies de Bordeaux et de Paris, regroupant environ le tiers de la profession, étaient en vacances (en raison de la mort, en mars 1974, du président Pompidou, amenant à fixer l&#8217;élection présidentielle à la fin d&#8217;avril, avec le risque qu&#8217;elle survienne pendant les vacances scolaires de Päques -ce qui ne s&#8217;était jusque là produit qu&#8217;en 1995). On peut certes, si on est en voyage, voter par procuration, mais la nécessité de faire deux démarches au lieu d&#8217;une induit une hausse automatique de l&#8217;abstention... et celle des enseignants suffit à rendre compte des 0,6% de voix séparant Jospin de Le Pen.<br /> <br /> +le fait que Jospin ait pris comme ministre de l&#8217;Education le très grossier Claude Allègre, exprimant dès sa prise de fonction une vive hostilité envers le corps enseignant et la réaffirmant, malgré quelques répits tactiques, jusqu&#8217;à ce qu&#8217;il soit chassé au bout de trois ans par des grèves et des manifestations d&#8217;ampleur croissante. Il est peut-être, dans l&#8217;histoire politique de la planète entière, le seul ministre qui ait insulté ses fonctionnaires d&#8217;un bout à l&#8217;autre de sa charge et cela laisse nécessairement des traces, d&#8217;autant plus nuisibles à Jospin qu&#8217;Allègre passait et passe encore pour l&#8217;un de ses plus proches amis.<br /> <br /> On voit que le rappel de ces données, s&#8217;il contribue à expliquer le résultat du scrutin, ne tend nullement à excuser sa principale victime. En tolérant un règlement qui gêne l&#8217;expression de la diversité des opinions au premier tour et un calendrier défavorable à l&#8217;exercice du droit de vote, le parti socialiste a fait une infidélité certaine à la démocratie (la droite qu&#8217;on appelait classique, et qu&#8217;on dit aujourd&#8217;hui républicaine, est responsable au même titre de cet état de choses, mais elle s&#8217;est accommodée du suffrage universel sans prétendre, et heureusement, l&#8217;avoir inventé). En nommant et en maintenant Allègre, Jospin a sans doute calculé que, les parents d&#8217;élèves étant plus nombreux que les enseignants, il était de bonne guerre électorale de faire croire que les échecs du système éducatif étaient dus à ses pédagogues... quitte à récupérer les voix de ceux-ci au second tour.<br /> <br /> Le même mépris de l&#8217;électorat, qui doit beaucoup sans doute à la formation des énarques et qui est largement commun aux gouvernants des deux bords, s&#8217;est révélé dans l&#8217;incapacité de Chirac et de Jospin à s&#8217;affirmer clairement de droite ou de gauche et dans leur propension à concentrer le débat, ou à le laisser se concentrer, sur des questions certes graves mais secondes, comme les scandales financiers où baigne Chirac, la dissimulation d&#8217;un passé militant sectaire et conspirateur de la part de Jospin, et bien sûr l&#8217;insécurité, dans la définition très étroite qu&#8217;on a donnée de ce mot.<br /> <br /> Il semble que l&#8217;électorat de Le Pen se soit largement renouvelé, ce qui n&#8217;est pas très rassurant pour le second tour. Des études montrent qu&#8217;il a progressé chez les jeunes, les ouvriers et les personnes âgées, ce qui veut dire qu&#8217;il a perdu des voix chez les actifs des couches moyennes et supérieures. Or, comme ceux-ci n&#8217;ont pas, en général, un penchant très prononcé pour Chirac, il est possible que, s&#8217;ils s&#8217;agacent de tous les soutiens de gauche que récolte le patron du RPR, un bon nombre se remettent à voter Le Pen, ou le fassent pour la première fois. Si la défaite de ce dernier reste probable et si elle est évidemment souhaitable, le résultat du 5 mai pourrait être beaucoup plus serré que les sondages, pour l&#8217;instant, ne l&#8217;indiquent. Et un score élevé donnerait à Le Pen d&#8217;amples moyens pour déstabiliser le prochain gouvernement, quel qu&#8217;il soit.<br /> <br /> Alors il faut, sans démagogie, mesurer à sa juste valeur la réaction massive des jeunes, en particulier des lycéens, à l&#8217;annonce de la présence de Le Pen au deuxième tour, et souhaiter qu&#8217;à leur exemple les aînés se mobilisent encore davantage... à condition que tout cela ne soit pas un feu de paille mais, dans la meilleure tradition politique du pays, le début d&#8217;un mouvement qui aide l&#8217;humanité à s&#8217;orienter dans les tribulations qui l&#8217;attendent. La dépolitisation des années 1980-90 est à la fois un phénomène français, enraciné dans la fameuse "déception" de 1983, lorsque le gouvernement de Mitterrand a tourné le dos à son programme économique pour reprendre celui de Raymond Barre, désavoué deux ans plus tôt par les électeurs, et un phénomène mondial, contemporain du triomphe apparent du libéralisme. Les jeunes qui clament leur soif de voter, les adultes qui regrettent leurs démissions de naguère sont-ils décidés à combattre frontalement la misère et le sous-développement, où qu&#8217;ils soient ? Si leur élan retombe, les partisans de l&#8217;exclusion, de quelque drapeau qu&#8217;ils s&#8217;affublent, ont encore de beaux jours devant eux.<br /> <br /> Quant aux modalités de la lutte, je voudrais, en utilisant ici plus précisément ma compétence d&#8217;historien, mettre en garde contre les rapprochements simplistes entre le passé et le présent. Unique biographe français de Hitler, et l&#8217;un des rares (avec l&#8217;Américain John Lukacs) à lui reconnaître un immense talent politique, j&#8217;ai pris depuis longtemps l&#8217;habitude (dont je fais état ici publiquement pour la première fois), de comparer sa personnalité avec celle de Le Pen. Les traits communs ne manquent pas. Le plus frappant est leur aptitude à se faire oublier, pour surgir en position de force lors des échéances importantes. Il ne me paraît pas impossible que le plus jeune ait passé beaucoup de temps à étudier les actes et les discours de l&#8217;aîné. Mais je déconseille vivement à ses adversaires de l&#8217;affirmer comme une certitude et d&#8217;orner le portrait de Le Pen, au propre ou au figuré, d&#8217;une moustache carrée ou d&#8217;une croix gammée. Reprochons-lui ce que nous pouvons prouver. Le "point de détail" et le "Durafour-crématoire", à la fin des années 80, montrent qu&#8217;à cette époque il avait au moins un penchant pour l&#8217;outrage antisémite et la négation des chambres à gaz. De même, son discours de 1996 sur l&#8217;inégalité des races peut à bon droit lui être reproché, à condition de le dater. Aujourd&#8217;hui il prend grand soin de s&#8217;entourer, au moins un peu, de Juifs, anciens déportés de préférence, mais aussi d&#8217;Arabes, de Noirs et de handicapés : autant d&#8217;entorses à l&#8217;éthique nazie que Hitler, si démagogue, opportuniste et manipulateur qu&#8217;il fût, ne se serait jamais autorisées, pas plus qu&#8217;il ne se serait dit "socialement de gauche" -un mot qu&#8217;il ne savait prononcer qu&#8217;avec le plus profond dégoût. Alors, acceptons que l&#8217;histoire ait avancé, que nos valeurs aient gagné en audience, et critiquons les gens de maintenant dans des termes de maintenant, sous peine de leur donner des auréoles de martyrs et des milliers de bulletins de vote.<br /> <br /> Evitons donc l&#8217;insulte pure et simple, surtout si elle est méritée, car alors pourquoi se priver d&#8217;argumenter ? Toute assimilation au Führer, à moins qu&#8217;il ne soit pris la main dans le sac, permet à Le Pen de hurler à l&#8217;injustice, mais aussi de plaider qu&#8217;on ne trouve rien à redire à ses propositions. Et il est bien vrai que son mot d&#8217;ordre central, la "préférence nationale", n&#8217;est pas très aisé à contester. Comment nier qu&#8217;un gouvernement doive avant tout se préoccuper de ses ressortissants ? Or c&#8217;est bien là qu&#8217;il faut porter le fer, en prônant un patriotisme ouvert sur l&#8217;avenir, en montrant que la communauté nationale se construit en s&#8217;enrichissant d&#8217;apports extérieurs et que refuser, par exemple, les allocations familiales aux enfants d&#8217;immigrés, ce serait travailler nous-mêmes à ce que cette main-d&#8217;oeuvre, que notre propre démographie rend utile et sans doute pour longtemps, soit plus exposée à l&#8217;échec scolaire et à la délinquance, voire à la prostitution.<br /> <br /> La démocratie a partie liée avec la fin des violences, physiques ou verbales, et de toutes les justices qu&#8217;on se fait soi-même. En bornant la critique du Front national à ce qu&#8217;il est, dit et fait vraiment, nous la rendrons beaucoup plus efficace.<br /> <br /> François Delpla, le 30 avril 2002<br /> <br /> <br /> ==================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> Le point sur mon travail </strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> La politique française ayant provisoirement renoncé à nous surprendre, je voudrais profiter de cette fin d&#8217;année universitaire pour dresser un bilan de mes recherches, et des débats qu&#8217;elles suscitent.<br /> <br /> La rédaction de Churchill et Hitler continue et je suis de plus en plus surpris par la fécondité de ce sujet, rencontré par hasard. Je ne mesurais pas à quel point ces deux hommes étaient, à partir de 1935 environ, obsédés l&#8217;un de l&#8217;autre, et à quel point l&#8217;intuition de John Lukacs sur leur Duel pouvait être prolongée vers l&#8217;amont et vers l&#8217;aval (puisque lui-même situe cet affrontement entre le 10 mai et le 31 juillet 1940). En résumant, aux fins de sanction universitaire, mon travail sur l&#8217;année 1940, j&#8217;ai pris également conscience que la résistance inattendue de Churchill à ses efforts pour rétablir la paix après l&#8217;écrasement de la France, induisait chez le Führer une terrible tentation. Il avait tout calculé pour que survienne, à la fin de mai, un traité par lequel les autres grandes puissances auraient reconnu à l&#8217;Allemagne ses conquêtes orientales (aux dépens de la Pologne et de la Tchécoslovaquie) en échange d&#8217;une évacuation des terres occupées vers l&#8217;ouest. On aurait alors été loin de l&#8217;" espace vital " revendiqué dans Mein Kampf, formé d&#8217;immenses terres slaves dont l&#8217;Ukraine devait être le fleuron. Il n&#8217;y aurait pas renoncé, sans doute, mais on le voit mal se lancer immédiatement dans une guerre contre l&#8217;URSS. La prudence lui aurait dicté d&#8217;attendre un peu, notamment à cause du pacte germano-soviétique, conclu pour dix ans en 1939 : le violer à ce moment eût fait craindre à la France, à l&#8217;Italie, à l&#8217;Angleterre et aux Etats-Unis que le traité mettant fin à la guerre à l&#8217;ouest ne soit lui-même qu&#8217;un chiffon de papier.<br /> <br /> L&#8217;obstination churchillienne serait donc, pour cet homme à la fois rationnel et mystique, un signe du destin. Elle ne doit pas lui sembler bien dangereuse, tant l&#8217;écart est alors immense entre les envolées oratoires du premier ministre sur la victoire future et ses moyens de la faire advenir. En revanche, une telle obstination lui permet de dénoncer, peut-être en toute sincérité, un encerclement " juif " de l&#8217;Allemagne, en faisant cette observation, au demeurant exacte, que Churchill compte sur le concours de l&#8217;Armée rouge. C&#8217;est le sens que je donne à la différence entre un mémorandum du général Jodl (son principal conseiller militaire) daté du 30 juin et un exposé de Hitler devant les principaux chefs militaires, le 13 juillet : le premier texte dit qu&#8217;il faut observer avec l&#8217;URSS un statu quo, c&#8217;est-à-dire cultiver de bons rapports, de manière à isoler et à écoeurer l&#8217;Angleterre ; d&#8217;après le second, il faut envisager de lui faire la guerre. Pendant cette quinzaine, Hitler a donc décidé de profiter de l&#8217;entêtement de Churchill pour mobiliser pleinement et prochainement son peuple contre " le Juif ", afin de réaliser dans toute sa cruauté la " guerre de races " censée donner au Reich " de mille ans " ses sanglantes fondations.<br /> <br /> J&#8217;ai exprimé cette idée dans ma thèse, l&#8217;ai développée dans un article d&#8217;Histoire de guerre de mai 2002 sur la bataille d&#8217;Angleterre et compte l&#8217;approfondir dans Churchill et Hitler.<br /> <br /> Une autre avancée, présentée dans le hors-série trimestriel d&#8217;Histoire de guerre intitulé " Stratèges et stratégie de Napoléon à Schwarzkopf ", porte sur la garantie anglaise à la Pologne (31 mars 1939) : loin de résulter, comme Kershaw l&#8217;écrit après bien d&#8217;autres, d&#8217;une erreur de calcul (Hitler n&#8217;ayant, d&#8217;après cette version, pas prévu l&#8217;indignation anglaise consécutive à son entrée à Prague en violation des accords de Munich), cette garantie a été induite par une série de man&#339;uvres hitlériennes, tant en direction de la Pologne que de l&#8217;Angleterre. Ce qu&#8217;il devait éviter à tout prix, c&#8217;était une garantie anglo-soviétique et il y est fort bien parvenu.<br /> <br /> Sur la mise en débat de mes thèses, les progrès sont plus lents. Le présent site me vaut de temps en temps un court message de félicitations, plus rarement l&#8217;ouverture d&#8217;une discussion et presque jamais un écho de débats sur le 18 juin, Montoire, Hitler, Aubrac, etc., montrant que mon apport a été soit intégré, soit réfuté de manière raisonnée. La soutenance de thèse (cf. édito d&#8217;avril) a certes été une étape importante, puisque quatre universitaires de renom se sont frottés à mes analyses et ont estimé qu&#8217;elles émanaient d&#8217;un " véritable historien " (on lira ci-contre le résumé de leurs appréciations, ainsi que mon exposé introductif).<br /> <br /> La revue Histoire de guerre suit son bonhomme de chemin : l&#8217;édition mensuelle, à laquelle je collabore environ une fois sur deux, et le supplément trimestriel, désormais intitulé Guerre et histoire, dans la direction duquel je prends une responsabilité croissante. Je ne suis guère invité dans les médias en ce moment, ce qui s&#8217;explique en partie par le fait que mon dernier livre date un peu et que je suis en pleine élaboration du prochain. Néanmoins, l&#8217;émission L&#8217;esprit public de Philippe Meyer, traditionnellement consacrée en juillet à des biographies de dirigeants de la Seconde Guerre mondiale, vient d&#8217;enregistrer un débat sur Hitler avec, autour du spirituel animateur, Max Gallo, Jean-Claude Casanova, Edouard Husson et moi-même. Il sera diffusé un dimanche non encore fixé, entre 11 et 12h.<br /> <br /> On voit encore parfois paraître, sur des sujets que j&#8217;ai abordés, des livres qui ignorent et mes analyses et les documents que j&#8217;ai mis au jour. Parmi les plus récents j&#8217;en citerai deux, Otto Abetz et les Français de Barbara Lambauer (Fayard, 2001) et De Gaulle d&#8217;Eric Roussel.(Gallimard, 2002). N&#8217;ayant pas encore une bonne connaissance du second, je me contenterai ici de regretter, pour l&#8217;auteur du premier et la qualité de son ouvrage, une présentation fautive de la rencontre de Montoire (pourtant centrale pour son propos) : chronologie flottante des semaines de préparation, attribution à Abetz d&#8217;un rôle excessif aux dépens de Hitler et surtout, concernant le texte de la conversation, adhésion à la version éculée de l&#8217;interprète Schmidt au détriment du document d&#8217;archives (cf . p. 209 : " Pétain &#8217;met en garde contre un traité trop dur pour la France&#8217; ", ce qui est une pure affabulation et jure avec la soumission constante du maréchal envers le Führer).<br /> <br /> La Seconde Guerre mondiale et le nazisme restent, malgré les millions de pages écrites, des objets historiques relativement neufs : que cette vérité soit un peu mieux connue, et de passionnants débats vont s&#8217;ouvrir.<br /> <br /> <br /> le 23 juin 2002<br /> <br /> <br /> <br /> =================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong> Les fleurs du mal </strong></span><br /> <br /> <br /> <br /> <br /> A peine l&#8217;encre du précédent éditorial sur la diffusion de mon travail était-elle sèche (si cette expression est de mise dans notre univers virtuel) que paraissait dans une revue importante un article intéressant dans lequel mon dernier livre était ainsi présenté :<br /> <br /> "Les péripéties de ce vol et de la préparation et diffusion du discours du 18 juin sont présentées de façon remarquable dans l&#8217;ouvrage de François Delpla L&#8217;appel du 18 juin 1940, Paris, Grasset, 2000 "<br /> <br /> Je ne donnerai pas ici la référence, pour ne pas mettre en cause publiquement un chercheur compétent et beaucoup moins critiquable que bien d&#8217;autres, qui ne citent jamais un de mes livres alors que leur propos souvent devrait les amener à prendre position sur leurs analyses. En revanche, je donnerai cette référence à ceux qui me la demanderont.<br /> <br /> L&#8217;article, qui porte en partie sur le sujet du livre (les deux premières semaines du mouvement gaulliste) défend l&#8217;action du général de Gaulle contre certaines calomnies. Je reproche seulement à ce plaidoyer son classicisme. Des mensonges antigaullistes y sont mis en lumière, mais on cherche en vain la plus petite allusion aux omissions, aux simplifications, aux embellissements et, il faut bien le dire, aux mensonges qui émaillent (fût-ce avec les meilleures justifications possibles), le récit de cette quinzaine dans les mémoires du général, ou dans ceux du premier ministre anglais.<br /> <br /> La vérité chemine certes doucement mais à ce train-là nos petits-enfants seront morts avant qu&#8217;elle ne touche au but. Par exemple, comme on ne peut plus entièrement passer sous silence les entraves que Halifax mettait à l&#8217;action de Churchill, on commence très timidement à admettre que l&#8217;horaire et le texte du premier appel radiodiffusé du général n&#8217;en sont pas sortis indemnes. Mais on ne dit pas clairement :<br /> <br /> 1) que de Gaulle a prononcé un texte dont les deux premières phrases sont carrément pétainistes ;<br /> <br /> 2) que Churchill, le 17 juin, a très mal accueilli l&#8217;idée de cet appel et qu&#8217;il a été lui-même très difficile à convaincre -certes en raison de l&#8217;obstruction de Halifax, mais il n&#8217;est pas indifférent de savoir qu&#8217;il y avait cédé, ni interdit de se demander s&#8217;il avait, ce jour-là, autant conscience que de Gaulle qu&#8217;en France métropolitaine la partie était jouée et qu&#8217;un appel à désobéir à Pétain, pour être peu conforme aux usages des diplomates, était la seule solution antinazie.<br /> <br /> Encore une fois, je préfère cet article à bien d&#8217;autres travaux qui ressassent de vieilles théories en ignorant des décennies de découvertes plus récentes. Mais incontestablement, ceux-ci sont plus logiques.<br /> <br /> <br /> François Delpla, le 27 septembre 2002<br /> <br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 16px;"> <strong><br /> </strong></span> Sun, 12 Aug 2018 15:19:45 +0200