Derniers articles http://www.delpla.org Derniers articles (C) 2005-2009 PHPBoost fr PHPBoost Chronologie du Troisième Reich http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-73+chronologie-du-troisieme-reich.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-73+chronologie-du-troisieme-reich.php Cette chronologie est parue pour la première fois en 2006, dans mon livre<em> Nuremberg face à l'Histoire</em><br /> <br /> <br /> <br /> REPÈRES CHRONOLOGIQUES<br /> ET FONCTIONS DES ACCUSÉS<br /> <br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1919</span></strong><br /> <br /> Début de l&#8217;année Fondation du DAP (Deutsche Arbeiterpartei, ou<br /> parti des travailleurs allemands).<br /> <br /> 28 juin Traité de Versailles, consacrant la défaite de l&#8217;Allemagne<br /> dans la Première Guerre mondiale.<br /> <br /> Automne Adolf Hitler, né en 1889, écrit son premier texte<br /> antisémite puis adhère au DAP.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1920</span></strong><br /> <br /> Février Présentation du programme du DAP qui devient<br /> le NSDAP par adjonction du qualificatif « National-<br /> sozialistische » (national-socialiste), couramment<br /> abrégé en « nazi ».<br /> <br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1921</span></strong><br /> <br /> 29 juillet Hitler prend le contrôle absolu du NSDAP et se<br /> fait appeler « Führer ».<br /> <br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1922</span></strong><br /> <br /> Début de l&#8217;année Adhésion au NSDAP d&#8217;un célèbre pilote de<br /> chasse, Hermann Göring, que Hitler charge<br /> bientôt de développer les SA (Sturmabteilungen<br /> ou Sections d&#8217;assaut), milice paramilitaire du parti.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1923</span></strong><br /> <br /> Novembre Dissolution du NSDAP après une tentative de<br /> putsch ; Hitler emprisonné.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1924</span></strong><br /> <br /> Rédaction de <em>Mein Kampf </em>par Hitler, avec la collaboration<br /> de Rudolf Hess.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1925</span></strong><br /> <br /> Février « Refondation » du NSDAP par Hitler (condamné<br /> l&#8217;année précédente à cinq ans de prison et libéré<br /> au bout d&#8217;un an), assisté de Hess.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1929</span></strong><br /> <br /> Heinrich Himmler nommé à la tête des SS<br /> (Schutzstaffeln ou escadrons de protection), une<br /> branche des SA chargée de la garde personnelle<br /> du Führer.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1930</span></strong><br /> <br /> Septembre Première poussée électorale des nazis (18 % des<br /> voix et 107 députés au Reichstag).<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1931</span></strong><br /> <br /> Septembre Baldur von Schirach nommé chef des Jeunesses<br /> hitlériennes.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1932</span></strong><br /> <br /> Avril Hitler obtient 37 % des voix au second tour de<br /> l&#8217;élection présidentielle (le maréchal von Hindenburg<br /> est réélu avec 53 %).<br /> <br /> 29 juillet 230 nazis élus au Reichstag (37 % des voix), que<br /> préside désormais Göring.<br /> <br /> 6 novembre Léger recul nazi aux élections législatives (34 %<br /> des voix, 197 députés).<br /> <br /> Décembre Démission de Gregor Strasser, deuxième personnage<br /> du parti nazi, remplacé par Rudolf Hess (qui<br /> le dirigera, en tant que « lieutenant du Führer », jusqu&#8217;en<br /> 1941).<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1933</span></strong><br /> <br /> Déc. 1932-janvier 1933 Palabres dans les milieux politiques, financiers et militaires en vue de la formation d&#8217;un gouvernement<br /> incluant les nazis, représentés dans les négociations,<br /> outre Hitler, par Göring et Joachim von<br /> Ribbentrop. Parmi les négociateurs et intermédiaires<br /> non nazis figurent Franz von Papen et<br /> Hjalmar Schacht, ancien président de la Reichsbank<br /> (1923-1930).<br /> <br /> 30 janvier Hitler nommé chancelier d&#8217;Allemagne par Hindenburg<br /> ; Franz von Papen vice-chancelier ;<br /> Konstantin von Neurath ministre des Affaires<br /> étrangères ; Göring ministre sans portefeuille et<br /> ministre de l&#8217;Intérieur en Prusse ; Wilhelm Frick<br /> ministre de l&#8217;Intérieur du Reich.<br /> <br /> 28 février Décret suspendant toutes les libertés, au lendemain<br /> de l&#8217;incendie du Reichstag (mesure reconduite<br /> sous diverses formes jusqu&#8217;en 1945).<br /> <br /> Mars Goebbels nommé ministre de la Propagande ;<br /> Hans Fritzsche occupera dans ce ministère<br /> diverses fonctions jusqu&#8217;à la fin du régime.<br /> <br /> 2 mai Dissolution des syndicats et confiscation de<br /> leurs biens au profit d&#8217;un « Front du travail »<br /> dirigé par Robert Ley.<br /> <br /> Juillet Interdiction de tous les partis à l&#8217;exception du<br /> NSDAP.<br /> <br /> 14 octobre L&#8217;Allemagne quitte la Société des Nations.<br /> <br /> Fin de l&#8217;année Début de la coopération entre Hitler et l&#8217;architecte<br /> Albert Speer.<br /> <br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1934</span></strong><br /> <br /> 30 juin-2 juillet Massacre dit de la « nuit des Longs couteaux ».<br /> <br /> 25 juillet Assassinat du chancelier autrichien Dollfuss par<br /> des nazis viennois. Franz von Papen, démissionnaire de la vice-chancellerie<br /> au début du mois, accepte l&#8217;ambassade<br /> de Vienne au lendemain de la mort de<br /> Dollfuss.<br /> <br /> Août Hjalmar Schacht (redevenu président de la<br /> Reichsbank en 1933) nommé ministre de l&#8217;Économie<br /> ; mort de Hindenburg. Hitler, cumulant<br /> les fonctions de chef du gouvernement et de<br /> chef de l&#8217;État, se fait appeler « Führer » de l&#8217;Allemagne.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1935</span></strong><br /> <br /> Mars Annonce par le gouvernement allemand de la<br /> restauration d&#8217;une armée de l&#8217;Air (Luftwaffe) et<br /> du rétablissement du service militaire (deux transgressions<br /> majeures du traité de Versailles).<br /> <br /> 18 juin Accord naval anglo-allemand signé à Londres (le<br /> signataire allemand est Joachim von Ribbentrop)<br /> permettant la restauration d&#8217;une marine de guerre<br /> allemande équivalant à 35 % au plus des forces<br /> navales britanniques.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1936</span></strong><br /> <br /> 7 mars Remilitarisation dite « de la Rhénanie » (en fait, de<br /> la zone bordière du Rhin que le traité de Versailles<br /> prescrivait à l&#8217;Allemagne de démilitariser).<br /> <br /> Août Ribbentrop nommé ambassadeur à Londres.<br /> <br /> Octobre Göring nommé directeur d&#8217;un « plan de quatre<br /> ans » pour stimuler l&#8217;économie en faisant une large<br /> part à l&#8217;armement.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1938</span></strong><br /> <br /> Février Démission forcée des généraux von Blomberg<br /> (ministre de la Guerre) et von Fritsch (chef de l&#8217;armée<br /> de Terre) ; Hitler se nomme commandant en<br /> chef de la Wehrmacht et nomme le général Wilhelm<br /> Keitel (qui a pour adjoint le colonel Alfred<br /> Jodl) à la tête de son état-major, baptisé OKW<br /> (Oberkommando der Wehrmacht) ; Schacht remplacé<br /> au ministère de l&#8217;Économie par Walter<br /> Funk, Neurath à celui des Affaires étrangères par<br /> Ribbentrop.<br /> <br /> Mars Absorption de l&#8217;Autriche (Anschluss) avec la<br /> coopération d&#8217;Arthur Seyss-Inquart, figure de<br /> proue des nazis autrichiens.<br /> <br /> 30 septembre Accords de Munich livrant la région tchécoslovaque<br /> des Sudètes à Hitler (autres signataires : Édouard<br /> Daladier pour la France, Neville Chamberlain pour<br /> l&#8217;Angleterre, Benito Mussolini pour l&#8217;Italie).<br /> <br /> 9 novembre « Nuit de Cristal » (arrestations massives de Juifs à<br /> travers toute l&#8217;Allemagne, dégâts envers les synagogues<br /> et les magasins tenus par des Juifs).<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1939</span></strong><br /> <br /> Février Schacht, remplacé à la tête de la Reichsbank par<br /> Walter Funk, devient ministre sans portefeuille (et<br /> le restera jusqu&#8217;en 1943).<br /> <br /> 15 mars Invasion de la Tchécoslovaquie par l&#8217;Allemagne<br /> en violation des accords de Munich ; Konstantin<br /> von Neurath nommé à Prague, avec le titre<br /> de « protecteur de Bohême-Moravie ».<br /> <br /> 30 mars Garantie par la Grande-Bretagne des frontières<br /> polonaises.<br /> <br /> 23 août Pacte germano-soviétique de non-agression<br /> (avec des clauses secrètes prévoyant un partage<br /> des pays de la région en « zones d&#8217;influence »),<br /> signé à Moscou par Ribbentrop.<br /> <br /> 1er septembre Attaque allemande contre la Pologne.<br /> 3 septembre Déclaration de guerre de la Grande-Bretagne,<br /> puis de la France, à l&#8217;Allemagne.<br /> <br /> 17 septembre Entrée des troupes soviétiques en Pologne<br /> après la destruction par l&#8217;Allemagne de l&#8217;essentiel<br /> des forces armées de ce pays.<br /> <br /> Octobre Hans Frank nommé à la tête de l&#8217;administration<br /> allemande dans la plus grande partie de la<br /> Pologne occupée, baptisée « Gouvernement<br /> général », avec Seyss-Inquart pour adjoint.<br /> <br /> 30 nov. 1939-12 mars 1940 Guerre soviéto-finlandaise.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1940</span></strong><br /> <br /> Mars-avril Exécution par les services secrets soviétiques<br /> d&#8217;une grande proportion des officiers faits prisonniers<br /> en Pologne (massacre dit « de Katyn »).<br /> <br /> 10 avril Invasion par l&#8217;Allemagne du Danemark et de la<br /> Norvège.<br /> <br /> 10 mai Invasion par l&#8217;Allemagne du Luxembourg, de<br /> la Belgique et de la Hollande ; Seyss-Inquart<br /> nommé commissaire du Reich dans ce dernier<br /> pays.<br /> <br /> 10 mai-25 juin Campagne de France, conclue par un armistice<br /> séparé ; la Grande-Bretagne reste le seul grand<br /> pays en guerre contre l&#8217;Allemagne.<br /> <br /> 10 juin Entrée en guerre de l&#8217;Italie contre la France et<br /> l&#8217;Angleterre.<br /> <br /> Août Baldur von Schirach nommé gouverneur de<br /> l&#8217;Autriche.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1941</span></strong><br /> <br /> 10 mai Arrestation de Hess en Écosse après un vol solitaire<br /> ; Martin Bormann lui succède.<br /> <br /> 22 juin Attaque de l&#8217;URSS par l&#8217;Allemagne.<br /> <br /> 11 décembre Déclaration de guerre de l&#8217;Allemagne aux États-<br /> Unis, trois jours après l&#8217;attaque du Japon à Pearl<br /> Harbor.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1942</span></strong><br /> <br /> 20 janvier Conférence de responsables SS et gouvernementaux<br /> à Wannsee pour préparer le meurtre des Juifs<br /> européens.<br /> <br /> Février Speer nommé ministre de l&#8217;Armement et chef de<br /> l&#8217;organisation Todt (travaux publics).<br /> <br /> 27 mars Fritz Sauckel (chef du parti nazi en Thuringe<br /> depuis 1925) nommé commissaire à la maind&#8217;oeuvre<br /> étrangère.<br /> <br /> Novembre Invasion de l&#8217;Afrique du Nord française par des<br /> troupes anglo-américaines.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1943</span></strong><br /> <br /> 30 janvier L&#8217;amiral Erich Raeder, commandant en chef de la<br /> flotte allemande depuis le début du régime, remplacé<br /> par l&#8217;amiral Karl Dönitz, jusque là chef de la<br /> flotte sous-marine.<br /> <br /> 2 février Victoire soviétique à Stalingrad (capitulation du<br /> Feldmarschall Paulus).<br /> <br /> 13 avril La radio allemande annonce la découverte des<br /> corps de milliers d&#8217;officiers polonais dans la région<br /> de Katyn (Biélorussie) et attribue leur exécution<br /> au gouvernement soviétique.<br /> <br /> Août Konstantin von Neurath remplacé à Prague<br /> comme « protecteur » par Wilhelm Frick.<br /> Novembre Conférence interalliée de Téhéran.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1944</span></strong><br /> <br /> Juin-septembre Libération de l&#8217;essentiel du territoire français.<br /> <br /> 20 juillet Attentat et coup d&#8217;État manqués contre Hitler.<br /> <br /> Décembre Contre-attaque allemande dans les Ardennes.<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;">1945</span></strong><br /> <br /> Février Conférence interalliée de Yalta.<br /> <br /> 23 avril Destitution de Göring par Hitler.<br /> <br /> 30 avril Suicide de Hitler ; Dönitz accepte sa succession,<br /> dévolue par testament.<br /> <br /> 2 mai Disparition de Bormann (son décès sera établi<br /> beaucoup plus tard).<br /> <br /> 3 mai Accord interallié à San Francisco sur le jugement<br /> des « criminels de guerre » allemands par<br /> un tribunal militaire international.<br /> <br /> 17 juillet-1er août Conférence de Potsdam entre Staline, Truman<br /> et Churchill (puis Attlee). Wed, 18 Feb 2015 15:42:01 +0100 Pourquoi un bonus ? http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-31+pourquoi-un-bonus.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-31+pourquoi-un-bonus.php Des passages ont dû être retirés pour maintenir l'ouvrage dans la limite du million de signes, ou à peu près. <br /> <br /> <br /> Voici pour commencer un<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Fragment de conclusion</span></strong><br /> <br /> Le souhait principal de l&#8217;auteur est donc que son livre soit rapidement obsolète, si possible en partie par l&#8217;effet de ses propres travaux. Mais que le lecteur se rassure : il a en main, à défaut d&#8217;un éclairage définitif sur les années 1933-1945, un tableau des principales trouvailles faites à leur sujet jusqu&#8217;en 2014.<br /> <br /> <br /> =================================================== Mon, 06 Oct 2014 18:40:01 +0200 Généralités sur Hitler et son pouvoir http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-34+generalites-sur-hitler-et-son-pouvoir.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-34+generalites-sur-hitler-et-son-pouvoir.php <strong><span style="text-decoration: underline;">Sur le fétichisme des dates</span></strong><br /> <br /> <br /> [Le 9 novembre est, dans le calendrier nazi, la date la plus importante car elle est celle des grands règlements de comptes entre l'Allemagne et la "Juiverie"]<br /> <br /> Un événement survenu au début de la guerre dans la Pologne occupée combine plusieurs caractéristiques : dans le village polonais d&#8217;Ostrow se produit, le 9 novembre 1939, un incendie ravageur. Les SS présents dans la région en attribuent la responsabilité à la population juive et, le 11, la massacrent entièrement, femmes et enfants compris. Il y a là à la fois un écho de l&#8217;incendie du Reichstag, ce crime attribué aux communistes (intimement associés aux Juifs dans l&#8217;imaginaire hitlérien) qui avait permis l&#8217;instauration de la dictature, et une préfiguration de la Shoah. L&#8217;importance fondatrice de l&#8217;épisode tient au fait que Himmler en parle à Hitler et obtient son approbation, même s&#8217;il est difficile d&#8217;apprécier la part de la préméditation et celle de l&#8217;opportunisme .<br /> <br /> L&#8217;anniversaire de la prise du pouvoir, le 30 janvier, outre l&#8217;adoption fréquente de lois importantes et le remaniement des équipes dirigeantes (ainsi, en 1943, sont nommés ce jour-là le successeur de Heydrich, Kaltenbrunner, et celui de Raeder, Dönitz), est régulièrement marqué par un grand discours radiodiffusé du dictateur à la nation, prononcé le plus souvent devant le Reichstag, comme pour mieux manifester son emprise sur les citoyens que cette instance est censée représenter. C&#8217;est ainsi que, le 30 janvier 1937, il énonce une de ses phrases les plus célèbres et les plus fausses &#8211;à moins qu&#8217;on la lise d&#8217;une certaine façon, auquel cas elle prend un singulier relief prophétique : « L&#8217;ère des surprises est close : notre but ultime est la paix ! ». Après tout, il reconnaissait ainsi avoir mitonné jusque là des surprises ; il allait désormais appliquer beaucoup plus la politique annoncée dans<em> Mein Kampf</em>, fondant sur l&#8217;Autriche et la Tchécoslovaquie en 1938 après avoir accumulé doucement des nuages, en 1937, au-dessus de ces pays ; et la paix était bien son but non pas prochain mais ultime, pourvu qu&#8217;il ait préalablement redessiné le paysage par quelques offensives. <br /> Cependant, deux exceptions intriguent : le 30 janvier 1935 il ne se passe rien du tout, et en 1943, bien qu&#8217;il s&#8217;agisse du dixième anniversaire, Hitler laisse Goebbels haranguer une foule nazie au Palais des sports de Berlin, lui-même se contentant d&#8217;un court message lu en son absence, tandis que Göring cause sur les antennes. Cette dernière exception est compréhensible, puisque l&#8217;annonce de la défaite de Stalingrad est imminente ; Hitler fait d&#8217;ailleurs du 30 janvier lui-même dans sa communication, un synonyme du mot « victoire » :<br /> <em>Plus la guerre dure, plus cette idée [l&#8217;idée national-socialiste] unira notre peuple, lui donnera la foi et augmentera ses réussites. Cette idée inspirera à chacun l&#8217;accomplissement de son devoir. Elle détruira quiconque tentera de s&#8217;y dérober. Elle mènera ce combat jusqu&#8217;à l&#8217;obtention d&#8217;un résultat clair, d&#8217;un nouveau 30 janvier, c&#8217;est-à-dire d&#8217;une victoire sans ambiguïté.</em><br /> Quant à la carence de discours et de festivités en 1935, qui n&#8217;a point été remarquée et encore moins expliquée, il faut peut-être l&#8217;attribuer aux événements de Sarre qui seront étudiés au prochain chapitre. Le plébiscite permettant la récupération du territoire a eu lieu le 13 janvier, le retour de la Sarre au Reich est officiellement prévu pour le 1er mars et Hitler, en s&#8217;abstenant d&#8217;organiser des festivités publiques pour l&#8217;anniversaire de son régime, écarte le risque de donner en spectacle, notamment à Sarrebrück, une fureur nationaliste qu&#8217;il entend encore garder sous le boisseau .<br /> <br /> Cette traque des dates-clés peut permettre de cerner l&#8217;importance de personnages de l&#8217;ombre sur lesquels on sait peu de choses et qui n&#8217;ont pas encore inspiré de biographes. C&#8217;est par exemple le cas de Philipp Bouhler (1899-1945), un Bavarois discret, venu aux avant-postes du parti par le biais de ses publications dans le sillage de Max Amann et chargé de mettre sur pied, à partir du 17 novembre 1934, la chancellerie du Führer. Ce bureau va s&#8217;occuper à la fois des publications nazies, des affaires privées de Hitler, de son courrier, des recours en grâce et, dès le début de la guerre, du massacre des handicapés, puis de celui des Juifs. Voilà donc un très proche collaborateur de Hitler, aux fonctions parentes à la fois de celles de Hess et de Himmler &#8211;et capable, donc, d&#8217;assurer des liaisons entre le Führer et les services de ces deux dirigeants. Or il est intégré dans la SS, sans se mêler beaucoup, semble-t-il, à ses activités propres, mais à un grade d&#8217;emblée élevé. Il devient colonel SS (Standartenführer) lors de son entrée dans le mouvement, le 20 avril 1933 (jour de l&#8217;anniversaire du Führer) et général (Obergruppenführer) le 30 janvier 1936 .<br /> <br /> On peut déduire de ces exemples que l'au-delà dans lequel Hitler croit, et auquel il se réfère souvent, n&#8217;est autre que celui dont ses succès sont censés démontrer l&#8217;existence. Cependant, les techniques prédictives utilisées par les sorciers depuis la nuit des temps sont bonnes à prendre sans doute, de temps à autre, lorsqu&#8217;elles vont dans le sens de ses convictions. Quitte à dauber, quand ce n'est pas le cas, sur le charlatanisme des praticiens et la crédulité des foules. <br /> <br /> Cette attention aux dates a aussi une utilité pratique, qui rappelle celle du calendrier révolutionnaire français. Ce dernier tendait à déshabituer le peuple des rythmes traditionnels du christianisme, en remplaçant la semaine par la décade, les saints du calendrier par des objets utiles, etc. Hitler, qui ménage le christianisme, procède de façon plus insinuante, en dessinant peu à peu un calendrier nazi en surimpression sur celui de l&#8217;Eglise . Himmler suit le mouvement, en concertation probable avec son chef : on le voit ainsi, toujours en 1938, ritualiser une réunion de dirigeants SS (les HSSPF) qui se tenait depuis cinq ans le 8 novembre (sans doute pour des raisons pratiques, tout le monde ayant affaire à Munich ce jour-là), en disant qu&#8217;il en ira toujours ainsi. Ou organiser au début de chaque année une « journée de la police allemande » (qui finira par durer une semaine !), depuis 1934, à des dates variables, mais qui gravitent autour de l&#8217;anniversaire de la prise du pouvoir. Cependant, des coïncidences inaperçues et uniques, comme celle des deux 15 janvier de Lippe [important scrutin en 1933, grand discours un an plus tard], ou des deux 6 novembre de 1932 et 1933[un creux de vague électoral utilisé un an plus tard pour conjurer la peur d'un résultat médiocre au premier plébiscite de la dictature], en attendant la fixation de l&#8217;agression contre l&#8217;URSS (le 22 juin 1941) au jour anniversaire du triomphe sur la France, montrent que Hitler, en son for intérieur, utilise les dates heureuses de l&#8217;histoire de son mouvement comme de fastes présages, et considère les malheureuses comme des défis à relever.<br /> <br /> Il finira par décréter une répression générale contre les astrologues après le vol de Hess vers l&#8217;Ecosse (le 10 mai 1941&#8230; premier anniversaire de l&#8217;offensive triomphale contre la France). Voilà qui démontre, outre son peu d&#8217;estime pour la corporation, sa volonté d&#8217;accréditer l&#8217;idée que ce départ avait été décidé sur un coup de folie, fâcheusement encouragé par des prédictions optimistes. Sans doute aussi, puisque l&#8217;échec de Hess à signer la paix avec l&#8217;Angleterre signifiait que, en attaquant l&#8217;URSS le mois suivant, l&#8217;Allemagne allait prendre l&#8217;énorme risque d&#8217;une guerre sur deux fronts, Hitler éprouvait-il le besoin de mieux contrôler l&#8217;opinion, en empêchant les mages de prédire à leur guise.<br /> <br /> <br /> =======================================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Quand le journal de Goebbels montre qu'il n'est pas dans le secret de son dieu</span></strong><br /> <br /> (entrée du 23 juin 1933)<br /> <br /> [le 30 janvier 1933, lorsqu'il a exigé la dissolution du Reichstag, Hitler s'est engagé à conserver tous ses ministres quel que soit le résultat des élections]<br /> <br /> <br /> Hitler avait violé une première fois son engagement de ne rien changer à la composition du gouvernement après les élections en y faisant entrer Goebbels le 13 mars. A présent, il manipule ce ministre pour créer des effets de surprise. Racontant une soirée passée chez Blomberg avec Papen et Schacht, qui revient de Londres, Goebbels écrit en effet : « Hugenberg, avec sa sortie sur les colonies, a commis une faute lourde. Hitler le garde encore. C&#8217;est trop d&#8217;égards. Il se sent encore lié par son engagement du 30 janvier. » Or Hugenberg est débarqué quelques jours plus tard en raison de cette même « faute lourde » : voilà un bel exemple d&#8217;ignorance, par Goebbels, des intentions de son chef et de ses procédés.<br /> <br /> <br /> ===================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Un cas étrange et mal éclairci</span></strong><br /> <br /> <br /> En ce qui concerne les violations de l&#8217;accord du 30 janvier, il faut aussi relever le cas étrange de Günther Gereke (1893-1970), issu du DNVP, commissaire à la création d&#8217;emplois dans les gouvernements Papen et Schleicher, avec rang de ministre, et maintenu par Hitler. Il est arrêté le 23 mars 1933 (et sa fonction supprimée) pour détournement de fonds. Rapidement libéré, il tente après la guerre de faire carrière sous Adenauer mais leur entente a toujours été exécrable et il va offrir ses services à la RDA, qui les utilise jusqu&#8217;à son décès.<br /> <br /> <br /> ===================================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">La discrétion relative de Himmler en 1933</span></strong><br /> <br /> Une confirmation peut en être trouvée dans deux lettres à première vue contradictoires, écrites le même jour (le 23 octobre 1933) par Himmler à deux éditeurs, l&#8217;un munichois et l&#8217;autre berlinois. Le premier lui avait demandé de participer à un manuel d&#8217;éducation nazie ; il refuse, en invoquant à la fois le manque de temps et un souci de discrétion : il ne veut pas « se mettre personnellement en avant plus que ne l&#8217;exige le service du peuple et de la patrie ». Le second, en revanche, qui avait publié une brochure sur le récent congrès de Nuremberg, se voit reprocher de ne pas y mettre suffisamment les SS en valeur : un « corps qui travaille à l&#8217;édification du Troisième Reich avec une telle abnégation » doit avoir dans ce genre d&#8217;ouvrage « la place qui lui revient » . Ainsi, le nom du chef SS doit encore, sinon rester dans l&#8217;ombre, du moins ne pas apparaître comme celui d&#8217;un des principaux éducateurs de la nation ; cependant, au sein du parti et dans une brochure décrivant son congrès, il convient de mettre en avant les SS.<br /> <br /> <br /> ================================================================================== Mon, 06 Oct 2014 16:04:01 +0200 Origines et prise du pouvoir http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-32+origines-et-prise-du-pouvoir.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-32+origines-et-prise-du-pouvoir.php <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> L'étranger responsable du nazisme... dans une large mesure</span></strong><br /> <br /> <br /> C&#8217;est d&#8217;ailleurs par la politique extérieure qu&#8217;il convient de commencer, pour rappeler que les grandes puissances n&#8217;étaient nullement tenues de supporter sans réagir que l&#8217;une d&#8217;entre elles fût dirigée par un fou raciste, pourfendeur à la fois de la démocratie et des traités qui avaient conclu, quatorze ans plus tôt, un affrontement mondial. En d&#8217;autres termes, la prise du pouvoir avait à être ratifiée par l&#8217;approbation, au moins tacite, des principaux gouvernements de la planète, et Hitler en était plus que tout autre conscient. <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ========================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Premiers pas d'une politique extérieure d'apparence pacifique : une remarque lumineuse de Gerhard Weinberg</span></strong><br /> <br /> <br /> Comme l&#8217;a remarqué un spécialiste de la politique extérieure nazie, la diplomatie allemande, dans les années précédant la venue au pouvoir de Hitler, s&#8217;était querellée avec les pays voisins qui abritaient des minorités germaniques « en visant des gains immédiats mais limités », tandis que Hitler s&#8217;attache à « faire baisser les tensions pour l&#8217;heure et le futur immédiat » en vue de « préparer le terrain pour une tentative ultérieure de vastes conquêtes » . <br /> <br /> <br /> Cf. Weinberg (Gerhard), <em>The Foreign Policy of Hitler's Germany: Diplomatic Revolution in Europe, 1933&#8211;36</em>, Chicago, University of Chicago Press, 1970, p. 86. <br /> <br /> (Un ouvrage dont la traduction française avec un demi-siècle de retard vaudrait mieux que son éternelle absence ! Ainsi que celle du suivant, sur la marche à la guerre : <em>The Foreign Policy of Hitler's Germany: Starting World War II, 1937-1939</em>, Chicago, University of Chicago Press, 1980).<br /> <br /> <br /> ========================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Westerplatte ou le fantasme d'une guerre préventive contre le nazisme</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> Il reste à dissiper un fantasme qui a été pris au sérieux par quelques historiens, notamment en Pologne : celui d&#8217;une « guerre préventive » que le maréchal Pilsudski aurait proposé en vain à la France d&#8217;entreprendre avec lui. Si on néglige les témoignages indirects et postérieurs, le seul fait tangible est de proportions plus modestes. On l&#8217;appelle l&#8217;incident de la Westerplatte. Il y avait sur la presqu&#8217;île ainsi nommée, à l&#8217;entrée du port de Dantzig, une petite garnison polonaise, avec l&#8217;accord de la SDN qui gérait la « ville libre » depuis le traité de Versailles* . Le 3 mars, craignant sans doute qu&#8217;une victoire nazie aux élections du surlendemain ne suscite, à Dantzig, une effervescence dangereuse pour ses ressortissants, la Pologne annonça un renforcement, bien modique, de ses effectifs : la garnison passait de 88 hommes à 200. La SDN protesta contre cette mesure, mise en application le 6, on en débattit à Genève et sous la pression de toutes les grandes puissances alors membres de la Société (c&#8217;est-à-dire toutes sauf les Etats-Unis et l&#8217;URSS), la Pologne accepta, le 16, de retirer son renfort** . En somme, chacun avait manifesté sa résolution et on était resté très en-deçà, dans quelque capitale que ce fût, d&#8217;une velléité de « guerre préventive ». <br /> <br /> <br /> ____________________________<br /> <br /> * C&#8217;est la solution bâtarde qu&#8217;avaient trouvée les congressistes pour donner au nouvel Etat polonais un accès à la mer : un corridor, prélevé sur le territoire de la Prusse et intégré au territoire polonais, menait à Gdynia, un village de pêcheurs de la banlieue est de Dantzig où la Pologne construisit un port qui devint rapidement le pôle principal de son commerce extérieur.<br /> ** cf. Weinberg (Gerhard), op. cit., p. 59-60.<br /> <br /> <br /> <br /> =================================================================== Mon, 06 Oct 2014 16:03:01 +0200 Mise au pas de l'Allemagne (1933-1934) http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-33+mise-au-pas-de-l-allemagne-1933-1934.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-33+mise-au-pas-de-l-allemagne-1933-1934.php <strong><span style="text-decoration: underline;">La préméditation des agressions</span></strong><br /> <br /> [Hitler, à peine nommé chancelier, discourt devant les principaux chefs militaires et leur annonce à mots couverts un programme de conquêtes]<br /> <br /> Il convient, en anticipant exceptionnellement sur le récit des événements, de comparer ce discours, adressé par Hitler aux chefs militaires quatre jours après sa prise de fonction, avec le langage du 5 novembre 1937, tenu à la chancellerie du Reich devant les ministres des Affaires étrangères et de la Guerre ainsi que les chefs des trois armes (soit Neurath, Blomberg, Fritsch , Raeder et Göring). Les projets agités à cette occasion sont connus par le fameux « protocole Hossbach », document-vedette du procès de Nuremberg où il servit à étayer l&#8217;accusation de complot contre la paix. Hitler met alors en avant le « problème de l&#8217;espace ». Prétendant le peuple allemand à l&#8217;étroit, il passe en revue toutes les solutions qui pourraient lui permettre de respirer plus à l&#8217;aise, à commencer par la diminution de la population par des mesures de stérilisation ! Celle-ci écartée, reste l&#8217;extension de l&#8217;espace, qui devrait prendre « de une à trois générations ». Auparavant, il examine les solutions purement économiques dans le cadre de l&#8217;espace tel qu&#8217;il est : soit l&#8217;autarcie, soit la conquête pacifique de marchés d&#8217;exportation. Il détaille longuement les insuffisances de la première, puis les inconvénients de la dépendance créée par la seconde. De ces prémisses il déduit la nécessité de faire la guerre et développe trois scénarios possibles, dont celui d&#8217;un conflit mondial&#8230; dans la période 1943-45. Il y aurait auparavant, tout au plus, des guerres locales que l&#8217;Allemagne aurait toutes chances de gagner. Cependant, l&#8217;espace ne serait recherché qu&#8217;aux dépens des pays slaves, à l&#8217;exclusion de l&#8217;Europe de l&#8217;Ouest et de l&#8217;outre-mer.<br /> La comparaison des deux discours, séparés par quatre années bien remplies, donne une idée saisissante de la fixité des idées et de la constance des procédés hitlériens.<br /> <br /> ==============================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Avant l'incendie du Reichstag : la presse et les rumeurs d'une subversion communiste<br /> </span></strong><br /> <br /> La presse allemande fait grand cas d&#8217;une mutinerie qui a éclaté le 5 février, et s&#8217;est terminée le 10, à bord du navire de guerre hollandais <em>Seven Provencen</em>, basé à Java. Alors que ce genre de fait quitte d&#8217;ordinaire les journaux peu après sa conclusion, on voit encore la presse nazie s&#8217;étendre sur celui-là peu avant l&#8217;incendie du Reichstag. Ainsi la <em>Freiburger Zeitung</em> rappelle l&#8217;affaire assez longuement le 23 février, en reprenant des déclarations du commandant de la flotte hollandaise dans les Indes néerlandaises. Après le récit des faits, une conclusion politique est attribuée à l&#8217;amiral : « La question de savoir si et dans quelle mesure des influences communistes ou révolutionnaires ont joué un rôle dans les incidents survenus dans la marine hollandaise ne peut encore être tranchée avec sûreté. Mais il apparaît clairement que, dans une grande partie du personnel européen ou indigène, l&#8217;esprit militaire s&#8217;est affaibli."<br /> <br /> <br /> =========================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Feu et nazisme</span></strong><br /> <br /> Une occurrence du verbe « incendier » dans <em>Mein Kampf </em>est, si l&#8217;on ose dire, éclairante : les ouvriers gagnés au marxisme dans l&#8217;Allemagne bismarckienne, écrit Hitler , se sentaient « membres d'un grand dragon dont l'haleine brûlante devait incendier un jour ce monde bourgeois tant détesté ». Les flammes sorties de cette gueule mythique ne constituent certes pas un argument classique d&#8217;historien. Cependant, la rareté des documents sur les instructions de Hitler oblige le chercheur, soit à déclarer forfait, soit à faire lui-même feu de tout bois &#8211;ou plutôt, ici, bois de tout feu : si l&#8217;on tient à expliquer les actes de ce pourfendeur de Juifs, qui se fait fort de retourner contre l&#8217;adversaire ses méthodes, ce dragon prend une place de choix dans un faisceau d&#8217;indices.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ============================================================================= <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">A propos des bûchers de livres du 10 mai 1933</span></strong><br /> (ordonnés par une circulaire de l'association des étudiants nazis)<br /> <br /> <br /> Là encore, le régime nazi s&#8217;inscrit à sa façon dans l&#8217;histoire allemande. Deux vers du poète Heinrich Heine, d&#8217;origine juive : « Là où on brûle des livres, on finira par brûler des hommes » font partie du bagage de tout Allemand un peu dégrossi. Cependant, une crémation d&#8217;ouvrages imprimés avait eu lieu le 18 octobre 1817 dans un contexte bien différent : des étudiants à la fois nationalistes et libéraux entendaient, à Wartburg, protester contre la censure de la presse, imposée dans tout l&#8217;espace allemand sous l&#8217;influence du chancelier autrichien Metternich, et avaient brûlé des livres, notamment français, accusés d&#8217;imposer au pays des valeurs étrangères &#8211;par exemple, le code Napoléon. La circulaire précitée se réfère en toutes lettres à ce précédent de la Wartburgfest. Elle enjoint d&#8217;effectuer<br /> <br /> <em><br /> l&#8217;acte de crémation comme la conclusion d&#8217;une collecte d&#8217;environ quatre semaines, le 10 mai 1933, dans les villes universitaires (et là seulement &#8211;parallèle avec la fête historique de Wartburg). </em><br /> <br /> Quant à la phrase de Heine, extraite d&#8217;un poème postérieur (1823) et portant sur la destruction du Coran après la prise de Grenade en 1492 , elle n&#8217;avait pas un rapport évident avec le bûcher de Wartburg, sur lequel il s&#8217;était exprimé dans un texte moins connu, en y voyant surtout une démonstration de passéisme et de sottise . On voit donc ici le régime nazi mélanger un fait historique et une citation célèbre, pour suggérer que la purification par le feu remplit de terreur les empoisonneurs juifs.<br /> <br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>Après la mort de Hindenburg : une interview de Hitler par Ward Price</strong></span><br /> <br /> <br /> Au demeurant, Hitler prend la précaution de ne pas exclure complètement la perspective du remplacement de Hindenburg par un président élu au suffrage universel. C&#8217;est ainsi qu&#8217;il répond le 5 août 1934 à un journaliste anglais complaisant, Ward Price : "Cela durera jusqu&#8217;à ce qu&#8217;une nouvelle consultation nationale mette fin aux fonctions du gouvernement actuel". Le nazisme continue de mêler le souci des formes légales à celui d&#8217;apparaître comme provisoire, comme un régime d&#8217;exception chargé de résoudre une situation de crise.<br /> <br /> <br /> ===============================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Un discours électoral de Rudolf Hess</span></strong><br /> <br /> <br /> dans la campagne plébiscitaire suivant la mort de Hindenburg et le cumul par Hitler des fonctions de chef de l'Etat et de chancelier :<br /> <em><br /> Nous votons Adolf Hitler<br /> <br /> Parce qu&#8217;il est l&#8217;homme qui, à partir de ses expériences de soldat du front, a développé une vision du monde sur laquelle se fonde tout ce qui arrive en Allemagne.<br /> Parce que ses quinze années de combat contre un monde hostile sont un modèle de force et de courage.<br /> Parce qu&#8217;il agit toujours au bon moment, se montrant par là, dans son rôle de chef, un héros.<br /> Parce qu&#8217;il ne fait rien pour lui-même, mais tout pour l&#8217;Allemagne et pour l&#8217;avenir de son peuple.<br /> Parce qu&#8217;il nous a donné à tous une foi nouvelle en l&#8217;Allemagne.<br /> Parce qu&#8217;il a donné à nos vies un nouveau sens en nous montrant pourquoi les Allemands sont sur la terre.<br /> Parce qu&#8217;il est l&#8217;instrument de la volonté d&#8217;un grand peuple. <br /> En somme, parce qu&#8217;il est un vrai Führer !</em><br /> <br /> ======================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">La grande proximité de Heydrich et de Canaris</span></strong><br /> <br /> [les deux hommes étaient proches depuis le début des années vingt]<br /> <br /> Il serait surprenant que Canaris n&#8217;ait pas profité d&#8217;un telle relation pour se faire remarquer par Hitler et l&#8217;assurer de sa fidélité aux idéaux nazis. Si le terme de sous-marin, en usage dans les milieux militaires et politiques pour désigner quelqu&#8217;un qui n&#8217;a pas l&#8217;air d&#8217;être ce qu&#8217;il est, mérite d&#8217;être appliqué dans un cas, c&#8217;est bien celui-là. Et si, poursuivant la métaphore, on cherche le périscope qui pouvait, à un &#339;il exercé, révéler la présence du submersible, la situation immobilière des ménages Heydrich et Canaris fait parfaitement l&#8217;affaire.<br /> <br /> [ils ont habité par deux fois des domiciles voisins et ont fait semblant de s'en rendre compte en se rencontrant dans la rue; source : mémoires de Lina Heydrich, 1976]<br /> <br /> Canaris était, sinon à proprement parler un agent du SD, du moins un ferme partisan de Hitler, résolu à jouer avec lui dans une guerre la chance de l&#8217;Allemagne, en tirant parti de sa position, comme de son incognito, pour surveiller les forces armées. Il ne se contentait pas de repérer les mouvements de résistance en formation, il les manipulait comme un policier chevronné. Et il se faisait passer lui-même pour un opposant ou du moins un sceptique : angoissé par des initiatives de Hitler qu&#8217;il aurait jugées imprudentes, il se serait efforcé de les canaliser dans des voies raisonnables.<br /> <br /> Toujours selon Lina, le ménage Canaris avait rencontré une dernière fois le couple Heydrich à Prague, une semaine avant l&#8217;attentat qui devait être fatal à son mari. Soit vers le 20 mai 1942. Or la dernière démarche importante du chef du SD avait été un séjour d&#8217;une semaine à Paris, du 5 au 11 mai, pour jeter les bases de la Solution finale dans ce pays, conformément aux dispositions arrêtées à Wannsee le 20 janvier précédent. S&#8217;il y avait une question complexe, nécessitant une soigneuse répartition des rôles entre le SD et l&#8217;Abwehr, c&#8217;était bien la conduite à tenir vis-à-vis de la France, le plus riche et le plus dangereux des pays occupés, à plus forte raison lorsque le massacre des Juifs vint compliquer encore l&#8217;équation : le fait que Heydrich et Canaris se soient rencontrés peu après ce voyage est l&#8217;indice d&#8217;une coordination étroite entre leurs services, tout autant que le choix, deux fois de suite, de domiciles voisins dans la capitale du Reich.<br /> <br /> <br /> ========================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">1934 : campagne en Sarre</span></strong><br /> <br /> <br /> Hitler continue, dans cette affaire, de souffler le chaud et le froid, comme il l&#8217;a fait pour parvenir au pouvoir, puis lors de ses premiers pas en politique extérieure.<br /> <br /> Ses ruses rappellent celles qui lui avaient permis de prendre le pouvoir. Confiant l&#8217;affaire à Goebbels et comptant sur Papen, dont l&#8217;épouse est sarroise, pour accorder les violons avec le Vatican, il a fait en sorte, au deuxième semestre de 1934, que le parti nazi et ses croix gammées n&#8217;apparaissent qu&#8217;au milieu d&#8217;un ensemble appelé Deutsche Front, dont les meetings étaient saturés de symboles allemands et de drapeaux noir-blanc-rouge : on y parlait plus de l&#8217;Allemagne éternelle que de son gouvernement du moment. Goebbels fit passer un souffle nationaliste sur la moindre kermesse et la plus locale rencontre sportive, avec la complicité fréquente du clergé. Tout en intimidant les militants adverses par la violence des SA, Berlin maintint celle-ci dans d&#8217;étroites limites, en sorte que la population, mobilisée de façon croissante dans des manifestations nationalistes, n&#8217;ait pas l&#8217;impression de voter pour une dictature terroriste &#8211;la nuit des Longs couteaux jouant, ici comme ailleurs, un rôle plutôt rassurant, par la foudre qui en Allemagne avait frappé des agitateurs nazis censés défier l&#8217;autorité de l&#8217;Etat .<br /> <br /> <br /> Références : Cahn (Jean-Paul), « La préparation du référendum du 13 janvier 1935 en Sarre », in Krebs (Gilbert) et Schneilin (Gérard), <em>Etat et société en Allemagne sous le Troisième Reich</em>, Asnières, Publications de l&#8217;Institut allemand, 1997 et Mourin (Maxime), « Le Saint-Siège et la Sarre », in <em>Politique étrangère</em>, n° 4, 1956. Mon, 06 Oct 2014 15:01:01 +0200 La consolidation (1935-1937) http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-36+la-consolidation-1935-1937.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-36+la-consolidation-1935-1937.php <strong><span style="text-decoration: underline;">Laval, en 1935, ne donne pas si facilement l'aval de la France </span></strong><br /> <br /> <br /> En ce temps où il n'est pas encore leur valet, un homme déploie une énergie débordante pour mettre les Allemands en échec : Pierre Laval, dont on a longtemps opposé à tort la « complaisance » à la « vigilance » de son prédécesseur Barthou (tué à Marseille d&#8217;une balle perdue lors de l&#8217;assassinat du roi de Yougoslavie par des Croates, le 9 octobre 1934). Au premier semestre de 1935, il va tenter un encerclement diplomatique de l'Allemagne, et va presque réussir.<br /> <br /> Le 23 mars, en route vers Berlin, les deux ministres anglais ont conféré à Paris non seulement avec Laval, mais avec le chef de la diplomatie italienne, Fulvio Suvich. Ils ont convenu d'une rencontre au sommet des trois pays, à Stresa. Déjà Laval s'était rendu à Rome du 4 au 6 janvier et avait aplani avec Mussolini tous les différends franco-italiens. <br /> <br /> Le sommet anglo-franco-italien de Stresa se déroule du 11 au 14 avril, dans un palais des îles Borromées. La déclaration finale est un peu vague, la proposition mussolinienne d'en appeler au conseil de la SDN contre la conscription allemande, soutenue par la France, ayant été repoussée par les Britanniques. Néanmoins elle condamne l'Allemagne pour cette décision « unilatérale ». Et par elle-même, la réunion de trois puissances « locarniennes » pour dire du mal de la quatrième n'est pas, pour la politique du chancelier allemand, un succès. D'autant plus que finalement les trois pays font ce qu'ils se sont refusés à annoncer : tous trois votent au conseil de la SDN, le 16 avril, en présence de Laval, une résolution, présentée par la France, condamnant l'Allemagne dans des termes plus sévères que le texte de Stresa. Un comité est chargé d'étudier des sanctions économiques et financières qui seraient, dans l'avenir, imposées à tout Etat, membre ou non de la société, qui « menacerait la paix en répudiant unilatéralement ses obligations internationales* ».<br /> <br /> En mai, c'est vers Moscou que Laval dirige ses regards et ses pas. Le 2, il signe à Paris, avec l'ambassadeur soviétique Vladimir Potemkine, un traité d'alliance négocié depuis des mois, après quoi il est reçu en grande pompe par Staline, du 13 au 15 mai. Il a l'occasion de s'en expliquer, deux jours plus tard... avec Göring. Non qu'il se soit précipité en Allemagne &#8212; pays qu'il n'aime guère et, après une brève visite à Brüning en 1931, ne foulera plus avant l'invasion allemande de la zone sud française, en 1942. Mais c'est que Pilsudski vient de mourir et que les deux hommes représentent aux obsèques leurs pays respectifs, alors rivaux dans le c&#339;ur de la Pologne &#8212; la France ayant également délégué le maréchal Pétain. Une curieuse anticipation de certains conciliabules des années 40... mais rien ne laisse alors prévoir que ces personnes pourraient avoir un jour des rapports de collaboration, au sens que prendra ce terme un peu plus tard.<br /> <br /> Göring s'enquiert des finalités du pacte franco-soviétique. Laval le présente comme une réplique aux déclarations gallophobes qui ont cours en Allemagne, et au réarmement de ce pays, mais adoucit la pilule en se déclarant partisan d'un rapprochement franco-allemand et en avançant que l'alliance franco-soviétique hâte « indirectement » ce moment, puisque elle fait retomber l'inquiétude de l'opinion française. Une manière subtile d'indiquer que l'Allemagne aurait tout intérêt à revenir causer dans le cadre de la SDN.<br /> <br /> <br /> <br /> ___________<br /> * Cf. François-Poncet (André), <em>Souvenirs d'une ambassade à Berlin</em>, Paris, Flammarion, 1946, p. 235.<br /> <br /> ==========================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Discours pacifiste du 21 mai 1935 : une confession de William Shirer</span></strong><br /> <br /> <br /> Une preuve de la portée du discours de Hitler sur l&#8217;opinion internationale nous est fournie par William Shirer, un journaliste américain d&#8217;un antinazisme insoupçonnable, depuis son arrivée en Allemagne au lendemain des Longs couteaux jusqu&#8217;à son départ, le 5 décembre 1940. Il s&#8217;est laissé bercer par les phrases pacifistes et a l&#8217;honnêteté de le reconnaître beaucoup plus tard dans ses mémoires, en retrouvant une note qui le ravale à sa grande honte au rang des journalistes anglais, auxiliaires de leur gouvernement appeaser : <br /> <br /> <em>Ma propre naïveté devant les desseins de Hitler, même après 9 mois dans le IIIème Reich, était plus grande que je ne le pensais. J&#8217;ai eu l&#8217;occasion de m&#8217;en rendre compte récemment en retrouvant une longue note (...) datée du lendemain soir. Elle prouve que je m&#8217;étais laissé terriblement prendre, autant que le [i]Times</em> de Londres .[/i]<br /> <br /> <br /> Source : Shirer (William), <em>The Nightmare Years</em>, 1930-1940, Boston, Little Brown, 1984, tr. fr. <em>Les années de cauchemar</em>, Paris, Plon, 1985, p. 89.<br /> <br /> <br /> <br /> ==================================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Après les lois racistes de Nuremberg</span></strong><br /> <br /> <br /> Une photo prise le 13 juin 1936 a récemment mis en lumière la désaffection d&#8217;un ouvrier allemand envers le régime, en raison probablement de cette législation. Ce jour-là était lancé à Hambourg, en présence de Hitler, un navire de guerre baptisé du nom de Horst Wessel* . Dans une forêt de saluts nazis, un homme reste les bras croisés. Le cliché était connu, mais l&#8217;homme non, jusqu&#8217;à ce qu&#8217;il soit identifié par sa fille, Irene Eckler, en 1991. La publication de l&#8217;image sur les réseaux sociaux en 2011, à l&#8217;occasion de la catastrophe de Fukushima, pour symboliser le « pouvoir de dire non », a brusquement rendu célèbre et la photo, et la famille. L&#8217;homme, né en 1910, s&#8217;appelait August Landmesser, avait été membre du parti nazi et avait voulu épouser en août 1935, donc avant que la loi ne l&#8217;interdise, une femme d&#8217;origine juive ; l&#8217;autorisation lui avait été refusée et le couple avait néanmoins cohabité, donnant naissance à deux filles, en octobre 1935 et en août 1937.<br /> August ne fut pas, semble-t-il, inquiété pour avoir refusé d&#8217;honorer Hitler d&#8217;un salut. Ses ennuis commencèrent en 1937, vraisemblablement parce que le couple refusait de se séparer. Tous deux furent arrêtés en 1938, la femme décéda en 1942 au camp de Ravensbrück** et Hans, libéré en 1941 et incorporé en 1944 dans un bataillon disciplinaire, fut porté disparu sur le front. Leurs filles furent élevées séparément, l&#8217;une par ses grands-parents « aryens », l&#8217;autre dans un orphelinat.<br /> <br /> ____________<br /> *Horst Wessel (1907-1930), membre des SA, est la plus célèbre victime nazie des échauffourées précédant la prise du pouvoir. Il sert d&#8217;icône sous le Troisième Reich, notamment par le biais d&#8217;un hymne joué presque aussi souvent que l&#8217;hymne national, le Horst Wessel Lied, alias Die Fahne hoch, dont il a écrit les paroles en 1927. Cf. Siemens (Daniel), <em>Horst Wessel. Tod und Verklärung eines Nationalsozialisten</em>, Munich, Siedler, 2009.<br /> ** Du moins d&#8217;après une notification de la direction du camp aux services sociaux de Hambourg : Irene Eckler, auteur d&#8217;un livre sur la famille, estime probable qu&#8217;elle ait été gazée au centre d&#8217;extermination de Bernburg, près de Dessau, comme la plupart des Juives alors internées à Ravensbrück : cf. Eckler (Irene),<em> Die Vormundschaftsakte 1935-1958. Verfolgung einer Familie wegen "Rassenschande</em>, Schwetzingen, Horneburg, 1996, p. 100-102.<br /> <br /> <br /> ===================================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Du côté des psychanalystes</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> La psychanalyse est pourtant la « discipline juive » par excellence. Son fondateur, Sigmund Freud, fait partie de ces Juifs assimilés que Hitler considère comme les chevaux de Troie des ennemis de l&#8217;Allemagne, dans ses deux capitales historiques qui plus est, puisque le mouvement, parti de Vienne, n&#8217;a pas alors de centre plus actif que Berlin. Les Juifs, pense Hitler, paralysent la nation allemande en la droguant de préoccupations et de tentations sexuelles, et Freud met la notion de « sexualité » au c&#339;ur de son explication des troubles psychiques. Parmi ses disciples, nombreux sont les Juifs. De plus, Hitler, en tant que fou, est placé objectivement devant le choix, soit de se soigner en s&#8217;allongeant sur un divan, soit de cultiver son état en repoussant avec frayeur tout traitement.<br /> <br /> Cependant, ces haines et ces peurs ne débouchent pas sur un rejet d&#8217;ensemble des apports psychanalytiques mais sur une demi-mesure. Comme bien des entreprises, celle-là va être « aryanisée ». Freud, il est vrai, a deux disciples hérétiques qui ont fait école de leur côté, Alfred Adler (1870-1937) et Carl Gustav Jung (1875-1961) : tous deux ont rompu avec les vues de Freud sur la sexualité. Si Adler est juif et exerce de plus en plus aux Etats-Unis (où il s&#8217;installe, quittant Vienne, en 1934), Jung est « aryen » et disponible. <br /> Un homme joue un rôle clé dans l&#8217;adaptation au nazisme d&#8217;un certain nombre de concepts analytiques, dont celui d&#8217;inconscient : Matthias Göring, cousin du ministre et psychothérapeute adlérien. Il a déjà, dans les années 1920, ajouté aux recettes d&#8217;Adler l&#8217;exaltation, chez le patient, de la fibre patriotique allemande, et il adhère au parti nazi en 1933. Il ne faut pas voir ce psychiatre de cinquante-cinq ans comme le sévère orchestrateur d&#8217;une mise au pas de la santé mentale : c&#8217;est au contraire un père ou un grand-père tranquille, que sa barbe fait surnommer le « père Noël ». Il arrondit les angles, et son autorité lui vient surtout de son nom. Il fonde le 15 septembre la Société médicale allemande pour la psychothérapie (Deutsche allgemeine ärztliche Gesellschaft für Psychotherapie ou DAÄGP). Il crée en 1936 l'Institut allemand de recherche en psychologie et de psychothérapie (Deutsches Institut für psychologische Forschung und Psychotherapie), connu sous le nom d'« Institut Göring », et le dirige jusqu&#8217;en 1945. Jung en est, jusqu&#8217;en 1940, le président.<br /> <br /> Et Freud ? Ses adversaires n&#8217;ont jamais désarmé et certains l&#8217;ont accusé d&#8217;avoir eu des faiblesses pour les dictatures fasciste et nazie* . Sur ses sentiments personnels, sa correspondance est claire et univoque : il voit le nazisme comme un dangereux recul de la civilisation et l&#8217;analyse ainsi, en tirant parti de ses travaux récents sur la « psychologie collective ». Mais sa conduite publique n&#8217;est pas tout à fait à l&#8216;avenant. Il laisse Max Eitingon (1881-1943), fondateur en 1920, à Berlin, de la première « clinique psychanalytique », puis, en 1925, de la commission internationale d&#8217;enseignement de la psychanalyse (qu&#8217;il devait diriger jusqu&#8217;à sa mort), chercher un terrain d&#8217;entente avec les nouvelles autorités allemandes.<br /> <br /> Il semble que le nazi dont dépendaient les décisions dans ce domaine ait été Martin Staemmler (1890-1974), un médecin qui s&#8217;était jeté à corps perdu dans l&#8217;aventure nazie dès 1931, cumulant cette année-là l&#8217;adhésion au parti, le titre d&#8217;orateur de ce parti et la fondation, avec d&#8217;autres, de son association médicale, le NS-Ärztebund** . Il devint rapidement expert dans la division de politique raciale (Rassenpolitische Abteilung ou RPA) de la Maison brune et commit dès 1933 un manuel d&#8217;enseignement du racisme à l&#8217;école, largement diffusé. L&#8217;antisémitisme tint une grande place dans ses publications jusqu&#8217;en 1945 (il écrivit en 1933 un autre best-seller, La santé raciale dans l&#8217;Etat du peuple*** et co-dirigea la revue Volk und Rasse) et ses vues sur la nocivité des Juifs devaient probablement beaucoup à la lecture de Mein Kampf. Il fit comme beaucoup de cadres nazis une belle carrière universitaire, exerçant à partir de 1938 la fonction de recteur à Breslau. Le sens de son action vis-à-vis de la psychanalyse, et de son soutien à l&#8217;institut Göring, est éclairé par ces lignes figurant en 1933 dans un article intitulé « Le judaïsme dans la médecine » :<br /> <br /> <em>La psychanalyse freudienne constitue un exemple typique de la dysharmonie interne de la vie de l'âme entre Juifs et Allemands. [...] Et lorsqu'on va encore plus loin et que l'on fait entrer dans la sphère sexuelle chaque mouvement de l'esprit et chaque inconduite de l'enfant [...], lorsque [...] l'être humain n'est plus rien d'autre qu'un organe sexuel autour duquel le corps végète, alors nous devons avoir le courage de refuser ces interprétations de l'âme allemande et de dire à ces Messieurs de l'entourage de Freud qu'ils n'ont qu'à faire leurs expérimentations psychologiques sur un matériel humain qui appartienne à leur race »**** .</em><br /> <br /> Ici aussi, le nazisme ne se contente pas de brûler ce qui l&#8217;a précédé en exaltant la nation ou la race. Il assume sa vocation de diriger un Etat moderne et complexe, gouvernant une population habituée à un haut niveau de vie et de soins. Elle continuera de disposer de cabinets psychiatriques et de traitements d&#8217;apparence psychanalytiques, dans lesquels on insufflera discrètement de l&#8217;idéologie. Autant il est erroné de prétendre qu&#8217;il y ait eu entre freudisme et nazisme la moindre alliance ou la moindre affinité, autant le second fit preuve non seulement de doigté mais d&#8217;une subtilité certaine, en tirant parti des ruptures de Freud avec Jung et même avec le « Juif » Adler.<br /> <br /> <br /> ____________________________<br /> <br /> * Cf. Onfray (Michel), <em>Le Crépuscule d&#8217;une idole</em>, Paris, Grasset, 2010.<br /> ** Cf. Harten (Hans-Christian), Neirich (Uwe), et Schwerendt (Matthias),<br /> <em>Rassenhygiene als Erziehungsideologie des Dritten Reichs<br /> Bio-bibliographisches Handbuch</em>, Oldenbourg, Akademie Verlag, 2006, p. 283-285 et Schäfer (Gereon), Döbber (Carola) et Groß (Dominik), « Martin Staemmler &#8211; Pathologe und Hochschullehrer im Dienst der nationalsozialistischen &#8222;Rassenpolitik" », in Kühl (Richard), Ohnhäuser (Tim) et Schäfer (Gereon) (éd.), <em>Verfolger und Verfolgte. Bilder ärztlichen Handelns im Nationalsozialismus</em>, Münster 2010, p. 69-86.<br /> *** <em> Rassenpflege im völkischen Staat</em>, Munich, Lehmann, 1933.<br /> **** Cité par Sokolowsky (Laura), <em>Freud et les Berlinois</em>, Presses Universitaires de Rennes, 2013, p. 205.<br /> <br /> <br /> <br /> ===============================================================================<br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> L'affaire Toukhatchevsky</span></strong><br /> <br /> <br /> L&#8217;exécution, le 12 juin 1937, du plus illustre militaire soviétique, le maréchal Toukhatchevski, suivie de celle de milliers d&#8217;autres officiers, sous l&#8217;accusation d&#8217;avoir préparé un coup d&#8217;Etat anticommuniste avec la complicité et au service de l&#8217;Allemagne nazie, a engendré de nombreuses spéculations. Elles furent favorisées par l&#8217;interférence, alléguée ou avérée, des gouvernements et des services secrets d&#8217;assez nombreux pays : outre la Russie, tant soviétique qu&#8217;émigrée, l&#8217;Allemagne était mêlée à l&#8217;affaire sous la double houlette de Canaris et de Heydrich, l&#8217;Angleterre et la France avaient récemment reçu la visite du maréchal soviétique et la Tchécoslovaquie du président Benès était censée avoir joué le rôle d&#8217;un informateur naïf du Kremlin, en se laissant intoxiquer par le Reich.<br /> <br /> Mikhail Toukhatchevski, un ancien officier du tsar dont le ralliement aux bolcheviks avait contribué à leur victoire dans la guerre civile, avait connu des collègues français, dont le futur général de Gaulle, lors d&#8217;une captivité en Allemagne, puis avait eu de nombreux contacts de service avec des collègues allemands, au temps de la coopération secrète issue des accords de Rapallo (1922). Staline, qui s&#8217;était lancé en 1935 dans une série de procès contre ses camarades dirigeants en les faisant inculper de trahison, avait commencé à mettre en cause l&#8217;armée le 24 janvier 1937, avec une déclaration de l&#8217;accusé Karl Radek lors d&#8217;un interrogatoire, en audience publique, par le procureur Vichynski. Ce genre de réplique, dans une mise en scène soigneusement réglée, pouvait préfigurer des poursuites futures. En l&#8217;occurrence, Radek n&#8217;avait accusé qu&#8217;un général, Vitovd Putna, un ancien collaborateur de Toukhatchevski devenu attaché militaire à Londres, tout en exonérant le maréchal (à la suite d&#8217;une question de Vichynski). Ce qui laissait le champ libre, soit à une mise en cause de Toukhatchevski grâce à de nouvelles informations que Radek aurait pu dissimuler ou ne pas connaître, soit à l&#8217;inculpation et à l&#8217;exécution de Putna et de quelques comparses, les autres officiers étant tenus pour suffisamment avertis qu&#8217;ils devaient redoubler de docilité.<br /> <br /> Toukhatchevski, arrêté le 22 mai 1937, est accusé à la fois de trahison au profit de l&#8217;Allemagne, et de conspiration en vue de renverser par un coup d&#8217;Etat militaire le régime soviétique. Des documents sont censés attester, notamment, de ses contacts secrets avec des généraux allemands. Ces pièces, forgées à Berlin sous l&#8217;égide de Heydrich, auraient transité, selon les uns, par Benès, et selon d&#8217;autres par le général Skobline, un officier russe blanc de Paris manipulé par les services soviétiques. A partir de là on trouve deux versions divergentes : selon l&#8217;une Staline a été abusé par une habile man&#339;uvre du SD, et selon l&#8217;autre c&#8217;est lui qui a tout manigancé et a roulé Heydrich dans la farine, en l&#8217;enrôlant dans une intrigue destinée à affermir son pouvoir.<br /> <br /> Dans les années 1990, l&#8217;ouverture des archives tchèques et celle, toute relative, des archives soviétiques, loin de dissiper le brouillard, l&#8217;ont épaissi. On n&#8217;a rien trouvé à Moscou qui corrobore la condamnation des généraux à partir de documents de provenance allemande. Benès est hors de cause et n&#8217;a transmis aucune pièce (bien qu&#8217;il ait déclaré l&#8217;avoir fait, à partir de 1944 : probablement en signe de bonne volonté à l&#8217;égard de l&#8217;URSS, sur le point d&#8217;occuper son pays). Le rôle de Skobline lui-même est mis en doute. On a remarqué que la contribution allemande à la fabrication de faux était surtout attestée par les mémoires d&#8217;un adjoint de Heydrich, Walter Schellenberg, écrits autour de 1950, et que celui-ci, désireux de se faire enrôler dans le camp occidental de la guerre froide, avait intérêt à se targuer d&#8217;un succès contre l&#8217;URSS.<br /> <br /> Mais ces considérations ne sont pas décisives. Une fois de plus, dans une affaire concernant la direction nazie, on tire un peu trop de conclusions d&#8217;une absence de documents, comme si les gouvernements de Berlin et de Moscou n&#8217;avaient pas cultivé l&#8217;art d&#8217;effacer les traces &#8211;ni eu, en l&#8217;occurrence, de fortes raisons de le faire : Hitler pour cacher son jeu et la continuité de ses desseins, Staline pour nier qu&#8217;il ait donné dans un piège nazi. Il reste, faute de pièces exposant noir sur blanc le déroulement des faits, à considérer la logique des situations.<br /> <br /> Hitler ne saurait se réjouir que Staline s&#8217;en prenne aux cadres civils du bolchevisme en épargnant ses forces armées. Il peut craindre que celles-ci, impressionnées par la détermination du régime, ne deviennent un instrument docile et redoutable : il importe de freiner leur croissance, à la fois pour les affronter, le moment venu, dans les meilleures conditions, et pour diminuer le poids de l&#8217;URSS sur la scène européenne au cours des années suivantes, celles où il compte liquider la puissance française. Une brouille entre Staline et son état-major servirait ses plans et sa stratégie, tels que nous pouvons les reconstituer. On voit mal d&#8217;autre part Schellenberg inventer quinze ans plus tard, sans fondement aucun, une man&#339;uvre compliquée. On le voit d&#8217;autant moins qu&#8217;il aurait défié un Staline au zénith de sa puissance et de sa réputation, en s&#8217;exposant à un démenti cuisant si les archives soviétiques recelaient des pièces démentant que le NKVD ait été l&#8217;objet de tentatives d&#8217;intoxication, ou prouvant qu&#8217;il les avait accueillies avec un scepticisme amusé.<br /> <br /> Si l&#8217;examen des documents tchécoslovaques démontre que Benès n&#8217;a rien dit sur Toukhatchevski à quelque émissaire soviétique que ce soit, ils confirment de la manière la plus nette que Berlin avait essayé de faire passer par Prague, à destination de Moscou, de faux renseignements sur une conspiration militaire contre Staline, à la mi-janvier 1937. On voit ici apparaître Albrecht Haushofer, un agent nazi de première importance dans les années 1933-1941 mais rarement présenté ainsi par l&#8217;historiographie, car demi-juif, futur résistant, tombé en disgrâce en mai 1941 après l&#8217;échec du vol de Hess et exécuté comme conspirateur au lendemain du 20 juillet 1944. Ainsi, il n&#8217;est jamais cité dans les études sur l'affaire Toukhatchevski. C'est pourtant lui que Hitler charge d'intoxiquer Benès, en 1936, comme l&#8217;a révélé en 1971 le duc de Hamilton dans son livre sur Rudolf Hess* . La partie allemande fait croire, en 1936, qu'elle recherche un accord de non-agression pour dix ans avec la Tchécoslovaquie, analogue à celui qu'elle a conclu avec la Pologne. Or brutalement, en janvier 1937, on annonce à Benès que les pourparlers sont suspendus par Hitler car il aurait une autre idée : une entente avec l'Armée rouge, laquelle serait sur le point de renverser Staline ! <br /> <br /> Ainsi, Benès a bien été le vecteur d&#8217;une tentative allemande d&#8217;intoxication, en janvier 1937. Son informateur, dont l&#8217;identité n&#8217;est pas claire dans les documents, pourrait avoir été le sidérurgiste Fritz Thyssen, ou encore un citoyen allemand nommé Trautmannsdorf** , à moins qu&#8217;ils aient tous les deux transmis le message. Mais, loin de dénoncer la conspiration à Staline, comme il devait s&#8217;en vanter à partir de 1944 (et d'abord devant Churchill, qui le relate dans ses mémoires en trouvant qu'il a bien fait), Benès s&#8217;est comporté comme s&#8217;il pensait que la manoeuvre allait réussir, et infléchir la politique russe dans un sens pro-allemand. Il n'a eu de cesse d'avertir la diplomatie soviétique que, quoi qu'il advienne, la Tchécoslovaquie resterait amie de Moscou. Cependant, l&#8217;historien Igor Lukes, auteur de la dernière étude sur la question, s'appuie sur la documentation venue au jour (grâce à lui pour une bonne part), sans paraître s'aviser qu'on a pu dissimuler des informations à Prague comme à Moscou, avant comme après la chute du régime communiste. En tout état de cause cette documentation confirme que le SD et son maître Hitler, au plus tard à la fin de 1936, ont cherché à faire croire au gouvernement soviétique, par Benès interposé, que son armée conspirait avec des généraux allemands.<br /> <br /> Mais c&#8217;est le versant russe qui semble le plus prometteur, à en juger par les poursuites contre les militaires. Entre le dialogue Vichynski-Radek du 24 janvier et l&#8217;arrestation de Toukhatchevski, le 22 mai, se déroule une instruction laborieuse, qui resserre progressivement un étau sur quelques personnalités militaires de haut rang. Soudain tout s&#8217;accélère : les arrestations de la fin mai sont suivies d&#8217;un procès de quelques heures après deux semaines d&#8217;instruction et le réquisitoire de Vichynski ne dure que vingt minutes. Voilà qui jure avec les us et coutumes judiciaires de Moscou en ces années où les instructions, loin d&#8217;être bâclées, pécheraient plutôt par excès de minutie : l&#8217;accusation accumule pendant d&#8217;interminables interrogatoires des pièces de puzzle, qu&#8217;elle assemble en de vastes fresques présentées à loisir au cours des audiences. Ici on semble avoir mis la charrue avant les b&#339;ufs : ce n&#8217;est qu&#8217;au lendemain du procès et des premières exécutions, dont celle du maréchal, qu&#8217;une atmosphère pestilentielle s&#8217;installe un peu partout dans les états-majors, où débarquent des commissaires politiques qui extorquent des aveux et bricolent des schémas de conspirations selon les méthodes habituelles. Chemin faisant, les précédents commissaires politiques sont tout autant épurés, et fusillés, que les généraux. Tout se passe comme si soudain Staline avait craint que son armée fût tout entière prête à se soulever contre lui, après avoir retourné les communistes chargés de la surveiller, et jugeait urgent de la reprendre en main en commençant, si on ose dire, par lui couper la tête. Une telle panique mérite explication. Et l&#8217;arrivée vers la mi-mai des documents allemands est, pour l&#8217;instant, la cause la plus plausible d&#8217;un tel emballement.<br /> <br /> <br /> <br /> _____________________<br /> <br /> * <em>Motive For A Mission : The Story Behind Hess's Flight to Britain</em>, Londres, Macmillan, 1971, tr. fr.<em> Histoire secrète de la mission Rudolf Hess</em>, Paris, Laffont, 1972, p. 63-70. Hamilton est le fils, devenu historien, du lord qui avait servi comme officier lors de la Seconde Guerre mondiale.<br /> <br /> ** un gentilhomme dont les rares mentions sur Internet ou dans des revues ne livrent même pas le prénom, qui apparaît seulement dans ce dossier, ne fait pas partie des cadres de la Wilhelmstrasse, agit en coordination étroite avec Haushofer et semble avoir été un homme de confiance, sinon un membre, du SD, agissant peut-être sous un nom d&#8217;emprunt. Il est mentionné notamment dans un article tchèque sur la politique de Benès : Snejdarek (Antonin), « La Tchécoslovaquie à la veille du traité de Munich », <em>Revue des études slaves</em>, vol. 52, 1979, p. 141-152. James Douglas-Hamilton (<em>op. cit</em>., p. 63-70) l&#8217;appelle « Graf von Trautsmannsdorf ». Mon, 06 Oct 2014 15:00:01 +0200 la marche à la guerre (1938-1939) http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-37+la-marche-a-la-guerre-1938-1939.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-37+la-marche-a-la-guerre-1938-1939.php <em><br /> Anschluss : l'oeuvre de Göring ?</em><br /> <br /> <br /> Le fait que Göring ait pris énergiquement les choses en main, à partir de l'annonce par Schuschnigg d'un plébiscite, a nourri l'idée que l'action du récent Feldmarschall aurait forcé le Führer à sortir de son « indécision ». Il ne faudrait pas le marteler comme une certitude tant que ce n'est qu'une hypothèse, difficile à prouver. On retiendra que, quel que soit celui qui stimule les autres, le trio formé par Hitler, Göring et Himmler, maître en opérations planifiées, ne se révèle guère moins efficace dans l'improvisation.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> =================================================<br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Cour effrénée au Royaume-Uni</span></strong><br /> <br /> Avant d&#8217;en venir à la crise tchèque, il convient de faire le point sur les menées du Reich en direction de l&#8217;opinion britannique. Elles passent notamment par la publication à Londres, en mai 1938, d&#8217;un livre intitulé [url=http://fascists.zxq.net/PDFs/GERMANY%20SPEAKS.pdf .]Germany speaks[/url]. La liste des collaborateurs est un véritable Who&#8217;s who des cadres alors en faveur, qui chacun présentent leur domaine. Ce qui ne veut pas dire que les absents de marque soient pour autant en disgrâce. Parmi les ténors du régime, en effet, on trouve les signatures de Ribbentrop, Frick et Ley, mais ni Göring, ni Goebbels, ni Hess, ni Funk ne signent une ligne &#8211;et Himmler aussi reste dans l&#8217;ombre, avec tous ses SS. En revanche, Schacht, qui n&#8217;est plus que président de la Reichsbank, disserte non sur les questions financières, mais sur l&#8217;économie, comme s&#8217;il en était toujours le ministre. Hitler, pour sa part, ne signe que quelques lignes introductives, prononcées le 11 janvier lors des traditionnels voeux au corps diplomatique :<br /> <br /> "L&#8217;Allemagne fait tous ses efforts pour réconcilier les intérêts sociaux apparemment rivaux qui menacent l&#8217;intégrité de toute nation et pour donner à son peuple le bonheur d&#8217;une communauté unie d&#8217;une façon fraternelle ; pour assister ceux qui sont dans le besoin et pour promouvoir tous les instincts bons et sains afin d&#8217;assurer le bien-être matériel et personnel du peuple conçu comme un tout.<br /> <br /> C&#8217;est dans le même esprit que celui qui guide nos actions intérieures que nous voulons mener nos relations étrangères.<br /> Nous croyons que les tâches que la Providence nous assigne à tous, si nous voulons continuer à cohabiter sur la terre en bonne entente, doivent être accomplies dans le même esprit ; nous voulons par conséquent coopérer sincèrement et en confiance avec toutes les nations et Etats qui partagent ces sentiments : et mettre ces dispositions en pratique par les efforts les plus sérieux."<br /> <br /> Voilà bien des paroles propres à leurrer un Chamberlain et un Halifax quant à la possibilité d&#8217;amener Hitler, par un savant mélange (et ces gens se croient savants) de réarmement et de concessions, à soutenir ses revendications par des moyens pacifiques. Quant à la préface très brève de Ribbentrop (propre à entretenir la réputation de désinvolte et de gaffeur qu&#8217;il a laissée à Londres), sa date surtout est intéressante : le 2 avril 1938, soit au lendemain de l&#8217;Anschluss. Le livre va sortir en mai : c&#8217;est bien une machine de guerre destinée à entretenir l&#8217;opinion anglaise, pendant la crise tchèque, dans l&#8217;illusion que le gouvernement de Berlin est désireux de s&#8217;entendre avec celui de Londres.<br /> <br /> On ne peut dans le cadre de cet ouvrage détailler les trésors de séduction que déploie cette &#339;uvre, jusqu&#8217;ici négligée par la recherche. On se contentera de tirer quelques enseignements du sommaire, et de commenter l&#8217;article conclusif. Après un chapitre de Frick sur « l&#8217;Etat unitaire », prétendant que le Reich ne fait que rattraper l&#8217;unification nationale qui avait eu lieu des siècles plus tôt en Angleterre comme en France, viennent deux chapitres sur la politique raciale, signés de ses deux spécialistes, respectivement au ministère de l&#8217;Intérieur (Arthur Gütt) et dans le parti (Walter Gross). L&#8217;un parle de la « politique de la population », l&#8217;autre de « la pensée raciale national-socialiste ». Puis Gürtner parle de la justice, Scholz-Klink des femmes, Rust de l&#8217;éducation, Todt des autoroutes etc. Plus intéressant, un article de Franz von Epp (1868-1946), qui a ajouté à ses fonctions de Statthalter en Bavière la présidence de la Ligue coloniale. Il plaide de façon convaincue pour la restitution au Reich de ses anciennes colonies africaines ; or c&#8217;est la seule revendication en matière d&#8217;« espace » qui se fasse jour dans tout le livre. Mais le plus intéressant est sans doute à la fin. Pour conclure sur « Les relations anglo-allemandes : ce qu&#8217;elles ont été, ce qu&#8217;elles doivent être », on est allé chercher Werner von Rheinbaben (1878-1975), un ancien secrétaire d&#8217;Etat de Stresemann qui a rejoint le NSDAP en 1937. Présentement chargé de missions informelles en tirant parti de ses anciens contacts (suivant ses propres mémoires, publiés en 1954), il écrit également beaucoup de livres sur la situation internationale en justifiant la politique nazie (il continuera pendant la guerre). Il résume ici non seulement des siècles de relations, mais le livre Germany speaks tout entier, dont il était peut-être le maître d&#8217;&#339;uvre. Après avoir présenté sous un jour irénique, année après année, la politique extérieure de Hitler, il reprend le thème d&#8217;une Allemagne enfin unitaire, rassemblée et homogène, qui peut et doit entrer en compétition amicale et pacifique avec l&#8217;Angleterre, sans qu&#8217;aucun des deux pays se mêle des affaires intérieures de l&#8217;autre. Il dit en passant que les deux peuples sont « racially-connected », puis en appelle ouvertement à un lâchage de la France par l&#8217;Angleterre. Certes sans laisser entendre que l&#8217;Allemagne compte fondre bientôt sur la première, mais en avouant qu&#8217;elle cherche à empiéter sur ses chasses gardées d&#8217;Europe orientale :<br /> <br /> <em>Jusqu&#8217;où va l&#8217;amitié de l&#8217;Angleterre pour la France en ce qui concerne tous les événements politiques et économiques au centre et au sud-est de l&#8217;Europe, où la France prétend avoir des intérêts spéciaux ? Est-ce que l&#8217;amitié anglo-française signifie que tous les pactes et toutes les alliances de la France avec divers pays d&#8217;Europe sont considérés par l&#8217;Angleterre comme l&#8217;engageant elle-même ? En un mot, quelles sont les vraies limites de ce qu&#8217;on entend encore aujourd&#8217;hui par « collectivisme » ?</em><br /> <br /> Ce diplomate de la vieille école, qui a mis quatre ans pour se convertir à l&#8217;hitlérisme, est un bon élève : il trouve le moyen en quelques lignes de traiter de collectivisme, pour ne pas dire de judaïsme, le respect des traités et la Société des nations, et pour prôner un directoire anglo-allemand sur les affaires de l&#8217;Europe et du monde. Au-delà du génie de faire dire les choses par un diplomate stressemannien qui, sous Weimar, tenait table ouverte à Genève, il y a une forme de sincérité, voire de candeur, dans cette réaffirmation du fondement racial de l&#8217;idéologie nazie, portant en filigrane transparent l&#8217;objectif d&#8217;une domination aryenne du monde pour un millier d&#8217;années. A côté de cette ambition historique, l&#8217;ouvrage vise un objectif de très court terme : faire en sorte que Londres laisse Berlin mettre la main sur les Sudètes et se sente, en limant les griffes de la France comme celles de la Tchécoslovaquie, des plus utiles à la cause de la paix.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ===============================================================================<br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> La crise Blomberg-Fritsch</span></strong><br /> <br /> <br /> La soixantaine venue, le ministre de la Guerre épouse le 12 janvier 1938 une personne de vingt-cinq ans nommée Margarethe Gruhn. La cérémonie se déroule en petit comité mais les témoins se nomment Hitler et Göring. Le général Keitel, son adjoint au ministère, dont le fils vient de se fiancer à une fille que Blomberg a eue d&#8217;un premier mariage (il est veuf depuis 1933), n&#8217;est même pas invité. La presse du lendemain annonce l&#8217;événement par un sobre entrefilet, en pages intérieures et sans publier de photo :<br /> <br /> <em>Mariage du ministre de la Guerre du Reich / Le ministre de la Guerre du Reich, le Generalfeldmarschall von Blomberg, s&#8217;est marié mercredi 12 janvier avec Mademoiselle Gruhn. <br /> Le Führer, chancelier du Reich, et le Generaloberst Göring, étaient témoins.</em><br /> <br /> Deux jours plus tard, une petite photo représentant les époux apparaît en haut de la première page des journaux, sur une seule colonne, le 15 janvier. Elle s&#8217;orne d&#8217;une légende insolite, surtout à une place ordinairement consacrée à des considérations politiques : on informe le peuple allemand que le couple « a passé à Leipzig les premiers jours de son récent mariage ». Le visage de la femme est à moitié masqué, ce qui n&#8217;empêche pas l&#8217;envoi anonyme au chef du service d&#8217;identification de la police de Berlin, le 24, d&#8217;une lettre comportant des photos d&#8217;un corps féminin sans voiles, censé ne faire qu&#8217;un avec celui de la mariée. L&#8217;enquête révèle que celle-ci est une ancienne prostituée, et que les photos ont été commercialisées.<br /> <br /> La police interroge Göring sur la ressemblance du sujet photographié et de l&#8217;épouse, qu&#8217;il est un des rares à connaître ; il confirme cette ressemblance et Hitler, prévenu par lui, le charge d&#8217;exiger que Blomberg annule son mariage, puis Goebbels l&#8217;entend dire sans rire, et note sans se poser de questions, qu&#8217;il s&#8217;agit de « la plus grave crise depuis l&#8217;affaire Röhm ». Hitler s&#8217;indigne que Blomberg refuse de rompre son union, tout en prétendant conserver son poste. Il finit par le convaincre de démissionner, et de partir à l&#8217;étranger pendant un an, en lui assurant une confortable retraite et en lui promettant de le rappeler à l&#8217;activité en cas de guerre (ce qu&#8217;il ne fera pas). D&#8217;après le témoignage fort crédible de Keitel, Hitler et Göring se déclaraient persuadés que Blomberg connaissait le passé de sa fiancée et s&#8217;était sournoisement servi d&#8217;eux pour se mettre à l&#8217;abri des commérages en leur faisant patronner son idylle . Ce discours est lui-même très suspect : on retrouve le Hitler prétendant que la Juiverie ourdit en permanence des complots et qu&#8217;il est de son devoir de la devancer par des manigances encore plus retorses.<br /> <br /> A peine la Wehrmacht privée de son chef, celui de la Heer (l&#8217;armée de terre) fait l&#8217;objet d&#8217;une attaque plus grossière encore. Le général von Fritsch est soudain accusé d&#8217;être homosexuel et, en tant que tel, victime depuis des années d&#8217;un maître-chanteur : il va de soi, si l&#8217;accusation est fondée, qu&#8217;on le relève immédiatement de ses fonctions. Ses dénégations indignées, d&#8216;autant plus probantes que le dossier concerne un homonyme imparfait (von Frisch) et beaucoup moins élevé en grade, n&#8217;y font rien et il est promptement remplacé par Walther von Brauchitsch, mais il obtient qu&#8217;une cour d&#8217;honneur, présidée par Göring, examine prochainement son cas. <br /> <br /> En attendant, c&#8217;est tout un mouvement gouvernemental qui est annoncé le 4 février. Le ministère de la Guerre est supprimé, comme l&#8217;avait été la présidence lors du décès de Hindenburg : Hitler en personne récupère la fonction, et le titre de commandant en chef de la Wehrmacht. Il sera assisté par un état-major léger, que dirige Keitel assisté du colonel Jodl, l&#8217;Oberkommando der Wehrmacht (OKW). Aux Affaires étrangères Ribbentrop remplace Neurath, cependant que Papen quitte l&#8217;ambassade de Vienne . Enfin la démission de Schacht est officiellement annoncée, ainsi que son remplacement par Walter Funk, en tant que ministre de l&#8217;Economie. <br /> <br /> Pendant la crise, la mobilisation continue. C&#8217;est le 28 janvier que se tue, dans une tentative de record, le pilote automobile Bernd Rosemeyer, et Hitler exploite l&#8217;événement comme s&#8217;il s&#8217;agissait d&#8217;une mort au combat. Les journaux font leur titre d&#8217;une déclaration de Himmler suivant laquelle « Sa vie s&#8217;appelait : attaquer, combattre, vaincre ! » puis publient le message de Hitler à la veuve, Elly Reibhorn, dont la dernière phrase n&#8217;est pas un modèle de tact : « Puisse la pensée qu&#8217;il est tombé dans une action pour le prestige allemand atténuer votre profonde douleur ». Le lendemain, un texte du pilote Rudolf Caracciola, auteur le même jour d&#8217;un record sur le même circuit, proclame : « C&#8217;est pour l&#8217;Allemagne que nous nous investissons aujourd&#8217;hui dans le combat pour la vitesse maximale avec nos voitures de course allemandes. » Les obsèques, célébrées à Berlin le 1er février, sont accaparées par les SS et, si aucun grand dignitaire nazi n&#8217;est présent, sans doute parce que la crise politique approche de son terme, la presse signale les couronnes envoyées par Hitler, Göring et Himmler.<br /> <br /> Quant à l'affaire Fritsch, son règlement va connaître une progression savamment dosée. Le jugement d'acquittement du tribunal présidé par Göring tombe le 18 mars. Fritsch une fois blanchi, va-t-on pour autant lui rendre son commandement ? D'après Raeder, l&#8217;intéressé ne veut pas en entendre parler, et interdit à son ami amiral d'intervenir dans ce sens . Finalement, le 13 juin, Hitler, discourant devant les généraux sur l'aérodrome de Barth, reconnaît une « tragique erreur » mais regrette de ne pouvoir la réparer, car il ne peut ni demander au général de lui faire à nouveau confiance, ni se déjuger devant la nation. Fritsch est nommé en surnombre le 15 juillet à l'état-major d'un régiment, et décédera à son poste pendant la campagne de Pologne.<br /> <br /> <br /> <br /> ===========================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Goebbels et le cinéma</span></strong><br /> <br /> Quant à la surveillance du contenu des films, voici une anecdote révélatrice, portant sur <em>Jugend</em> (Jeunesse), un long métrage de Harlan projeté dans les salles en 1938. Le scénario, dû à Thea von Harbou, était inspiré d&#8217;une pièce de Max Halbe. Annchen, une enfant naturelle élevée dans un presbytère par le frère de sa mère disparue, curé de l&#8217;endroit, est amoureuse de Hans mais surveillée par un vicaire jaloux. Ce dernier, après qu&#8217;elle a passé une nuit avec Hans, lui fait croire qu&#8217;elle a hérité des tares de sa luxurieuse mère, qu&#8217;elle est enceinte et qu&#8217;elle ira en enfer si elle ne passe pas le reste de sa vie à expier dans un couvent, ce qui la conduit au suicide. Lors de la veillée mortuaire, le vieux curé s&#8217;en prend vivement à son vicaire, en l&#8217;accusant d&#8217;avoir manqué à la charité. Goebbels accorde avec enthousiasme un visa de sortie, puis convoque Harlan deux jours plus tard. Hess, dit-il, a montré le film à Hitler, et il s&#8217;en est suivi une injonction de modifier le dénouement : l&#8217;image du catholicisme, certes écornée par l&#8217;odieux vicaire, était sauvée par le charitable curé et cette fin aurait un « révoltant effet publicitaire en faveur du catholicisme », estimait le Führer d&#8217;après son ministre de la Propagande. Goebbels, tout en pestant contre la délation de Hess, avait imposé une réécriture de la scène, probablement de sa propre plume. Les deux prêtres se lançaient dans une querelle ridicule sur l&#8217;infaillibilité du pape. Lors de la projection de la nouvelle version, Max Halbe avait rassuré Harlan « mort de honte » en lui disant que le texte était absurde mais passerait inaperçu* . <br /> L&#8217;épisode ne nous informe pas seulement sur la prise en main du cinéma et la propension de Hitler à intervenir de la façon la plus autoritaire, après avoir laissé à Goebbels une autonomie apparente. Il nous parle aussi de l&#8217;étau que le dictateur resserre sur le catholicisme : sans égards excessifs pour l&#8217;amour-propre de son ministre, il lui fait soudain comprendre que les ménagements envers le clergé sont précaires et révocables. Il est vrai que les rapports germano-vaticans passent par une période de grande tension, qui va connaître son paroxysme après le surgissement, le 10 mars 1937, de l&#8217;encyclique <em>Mit brennender Sorge</em> (cf.<em> infra</em>).<br /> <br /> <br /> _______________<br /> *Source : mémoires de Veit Harlan, p. 90-92. Le journal de Goebbels confirme l&#8217;épisode, mais diverge quant à son dénouement : le ministre et son entourage, après deux projections, sont unanimement enthousiastes (entrées du 31 décembre 1937 et du 2 janvier 1938), puis (entrée du 4 mars) il fait état d&#8217;un débat dans la direction nazie, Göring étant favorable, Hess hostile et « la vérité entre les deux ». Hitler n&#8217;est pas nommé ! Goebbels donne son aval à la nouvelle fin en la trouvant « très bonne » (entrée du 14 mars). Une belle démonstration de son opportunisme, des pudeurs de son journal et de son intempérance de langage : il s&#8217;était laissé aller à critiquer Hess et à déplorer son influence sur Hitler devant un Allemand célèbre qui n&#8217;était pas membre du parti !<br /> <br /> <br /> ========================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Konrad Lorenz : un joyau dans le butin de l'Anschluss</span></strong><br /> <br /> <br /> Sa spécialité, l&#8217;étude du comportement des animaux en liberté (l&#8217;éthologie) dont il est l&#8217;un des pionniers, et son sujet de prédilection pendant toute sa carrière, les us et coutumes des oies cendrées, conduisent Konrad Lorenz jusqu&#8217;au prix Nobel de physiologie et de médecine en 1973, en compagnie de deux confrères non nazis, l&#8217;Allemand Karl von Frisch et le Hollandais Nicolas Tinbergen (le second étant même un résistant, détenu un certain temps pour avoir protesté contre le sort des Juifs néerlandais). Ils forment un groupe solidaire et le prix ne fait pas trop scandale, le passé politique de Lorenz (qui, sujet autrichien, avait adhéré au parti nazi dès le lendemain de l&#8217;Anschluss) n&#8217;étant rappelé que par quelques savants opposés scientifiquement à ses découvertes, et pouvant à bon droit passer pour des jaloux. Pourtant, Lorenz a été ardemment nazi. Des articles en témoignent et aussi, plus gravement, une fonction de psychiatre militaire. Elle l&#8217;avait amené à coopérer, à partir de 1942, à un groupe de travail qui étudiait la population du Wartheland pour en sélectionner les éléments germanisables, dans le cadre de la peu scientifique université que les SS avaient fondée en 1941 à Posen. Mais ce lièvre ne fut pas levé avant la mort, en 1989, de Lorenz, qui n&#8217;eut jamais à se défendre que de ses articles* . On lui en reprochait notamment un, daté de 1940, qui s&#8217;intitulait « Désordres causés par la domestication du comportement spécifique à l'espèce » (Durch Domestikation verursachte Störungen arteigenen Verhaltens). Or la stigmatisation de la vie urbaine, rebaptisée « domestication », qui marque toute son oeuvre avant, pendant et après le nazisme et qui n&#8217;a rien de pénalement répréhensible, figurait dans le titre et il en profitait pour faire oublier le plus possible les passages racistes de ce texte et de beaucoup d&#8217;autres, ainsi dans une déclaration de 1976 : <br /> <em><br /> L'essai de 1940 voulait démontrer aux nazis que la domestication était beaucoup plus dangereuse que n'importe quel prétendu mélange de races. Je crois toujours que la domestication menace l'humanité ; c'est un très grand danger. Et si je peux réparer, rétrospectivement, l'incroyable stupidité d'avoir tenté de le démontrer aux nazis, c'est en répétant cette même vérité dans une société totalement différente mais qui l'apprécie encore moins** . </em> <br /> <br /> La seule stupidité qu&#8217;il s&#8217;attribue est d&#8217;avoir espéré convertir les nazis à ses idées : c&#8217;est un peu court ! Il eût été plus près de la vérité en reconnaissant qu&#8217;il avait été fasciné et satellisé par ce régime et son chef, quitte à faire observer qu&#8217;il avait suffisamment de personnalité pour tracer préalablement son chemin, et le reprendre ensuite.<br /> L&#8217;exemple de Lorenz est emblématique de la disparition du nazisme, c&#8217;est le cas de le dire, corps et biens.<br /> <br /> <br /> <br /> ___________________<br /> <br /> * Cf. Deichmann (Ute),<em> Biologisten unter Hitler : Vertreibung, Karrieren, Forschung</em>, Francfort/Main, Campus, 1992, tr. ang. <em>Biologists under Hitler</em>, Harvard University Press, 1996, p. 193-195.<br /> ** Cité par Nisbett (Alec), <em>Konrad Lorenz</em>, Londres, Dent, 1976 , ch. 4.<br /> <br /> <br /> ==========================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Sur la conférence d'Evian</span></strong> (6-16 juillet 1938)<br /> <br /> <br /> <br /> Il n&#8217;est pas pertinent d&#8217;accuser d&#8217;insensibilité et de manque de solidarité les pays étrangers qui se refusaient à assouplir les conditions d&#8217;asile, et qui allèrent jusqu&#8217;à le manifester ensemble dans une conférence, tenue à Evian du 6 au 16 juillet 1938. Ce qui était en jeu, c&#8217;était le droit de la première puissance européenne à remettre en cause le pacte qui permettait à cette minorité de survivre à égalité de droits et de devoirs dans l&#8217;ensemble des pays développés. Elle allait de pair avec les progrès de la forme démocratique du gouvernement et ceux, encore balbutiants, du droit international. Que chaque pays ait le droit, au nom de sa souveraineté, de régresser vers un régime autoritaire est fâcheux, mais moins que son contraire, le « droit d&#8217;ingérence », une impasse inventée à la fin du XXème siècle et qui n&#8217;a abouti qu&#8217;à détruire un certain nombre d&#8217;Etats (l&#8217;Irak, la Somalie, l&#8217;Afghanistan et la Libye), sous prétexte d&#8217;y « établir la démocratie ». En revanche, le droit d&#8217;expulsion d&#8217;une partie de la population par une dictature, suivant des critères dits de race, concerne au premier chef les autres pays, et la communauté internationale est fondée, sur ce chapitre, à pratiquer la plus grande intolérance : ce sont donc moins les maigres résultats de la conférence d&#8217;Evian &#8211;des conditions d&#8217;immigration légèrement assouplies par une poignée d&#8217;Etats- qui posent question, que sa tenue même. Plutôt que de se demander ce qu&#8217;il convenait de faire des expulsés, ce sont les sanctions à adopter contre l&#8217;expulseur qui auraient pu et dû, si on voulait causer de droit, être à l&#8217;ordre du jour. La conférence d&#8217;Evian est donc bien, pour cette raison et non pour quelque autre, l&#8217;un des principaux encouragements prodigués au nazisme par le concert des nations.<br /> <br /> <br /> ===================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Mise en scène d'une brouille entre Heydrich et son bras droit</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> Werner Best, l&#8217;un des principaux collaborateurs de Heydrich, passe pour s&#8217;être trouvé alors en désaccord avec lui à partir du début de 1939. Il aurait adopté, en quelque sorte, le positionnement, dans les phases antérieures, d&#8217;un Frick ou d&#8217;un Gürtner. Au lieu de garder au mouvement SS une large autonomie, il aurait jugé le moment venu de le dissoudre dans l&#8217;appareil d&#8217;Etat, pour nazifier celui-ci plus complètement et lui permettre de fonctionner selon des normes claires. Deux articles prônant l&#8217;exigence d&#8217;un haut niveau de diplômes pour les cadres du « corps de sécurité » l&#8217;auraient brouillé avec Heydrich, qui n&#8217;avait que son Abitur* .<br /> Or Best garde des fonctions éminentes, impliquant une bonne coordination avec Heydrich, et ne les quittera que pour des postes de haute responsabilité dans l&#8217;Europe occupée : en France d&#8217;abord, au début d&#8217;août 1940 , comme conseiller du commandement militaire dans toutes les questions d&#8217;administration civile, puis, en novembre 1942, au Danemark, un pays certes plus petit, mais dont Best dirigera l&#8217;ensemble des forces d&#8217;occupation avec le titre de commissaire du Reich. Voilà qui pourrait laisser supposer que la querelle était artificielle, et qu&#8217;en tout état de cause Best n&#8217;avait perdu ni l&#8217;estime ni la confiance de Hitler** . Au début de 1939, lorsque paraissent les articles, le Reich a intérêt à se présenter, plus que jamais, comme une foire d&#8217;empoigne ingouvernable ; en sus, il doit comme toujours rassurer les élites en Allemagne et dans le monde : l&#8217;exigence, pour ses cadres, de diplômes élevés peut y contribuer. Toujours est-il que, quand le RSHA finit par être créé presque un an avant l&#8217;envoi de Best à Paris, il est nommé à la tête d&#8217;une de ses sections principales, l&#8217;Amt I, chargée, qui plus est, du personnel. Loin d&#8217;être une rétrogradation ou un lot de consolation, ce travail consiste notamment à recruter les cadres des Einsatzgruppen, à surveiller leur rendement et à les remplacer s&#8217;il est insuffisant. Plus que jamais, Best apparaît comme l&#8217;un des principaux assistants de Heydrich pour les besognes répressives. <br /> <br /> <br /> <br /> ____________________<br /> <br /> * Cf. Herbert (Ulrich), <em>Best</em>,<em> op. cit</em>., p. 261-262.<br /> <br /> ** En fait, la seule trace d&#8217;une brouille entre Best et Heydrich se trouve dans une déclaration du 1er octobre 1959. Best a depuis peu affaire à la justice allemande (alors qu&#8217;il avait été jugé au Danemark après la guerre et libéré en 1950 en ayant purgé une peine de cinq ans de prison), ce qui pourrait expliquer qu&#8217;il se serve de Heydrich comme d&#8217;un repoussoir, en exagérant leurs désaccords. Il affirme que, lorsque Heydrich était venu passer une semaine à Paris en mai 1942 (juste avant son assassinat à Prague), il lui avait fait comprendre qu&#8217;il n&#8217;avait « ni oublié ni pardonné ». Cf. Herbert (Ulrich), <em>Best</em>, <em>op. cit.</em>, p. 231.<br /> =======================================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">« La fin de l&#8217;Allemagne »</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> <br /> « C&#8217;est la fin de l&#8217;Allemagne » : ce propos prophétique aurait été émis par Canaris devant Gisevius dans l&#8217;après-midi du 31 août 1939 (cf. Gisevius, Hans-Bernd,, <em>Bis zum bitteren Ende</em>, Zurich, tr. fr.<em> Jusqu'à la lie</em>, Lausanne, Payot, 1947, t. 2, p. 105.), au moment où l&#8217;ordre d&#8217;attaquer la Pologne à l&#8217;aube du 1er septembre, donné à l&#8217;armée allemande quelques jours plus tôt, était devenu irrévocable. La scène est suspecte, à un double titre. Non seulement le mémorialiste Gisevius est parfois fantaisiste, mais Canaris peut avoir fait semblant d&#8217;être hostile à la guerre. Cependant cette phrase, s&#8217;il est douteux que l&#8217;amiral l&#8217;ait prononcée en toute sincérité, procède d&#8217;un état d&#8217;esprit qui devait prévaloir largement, à travers l&#8217;Allemagne en général et ses cercles conservateurs en particulier. <br /> <br /> Nous en trouvons confirmation chez un autre mémorialiste, Nikolaus Sombart, qui, écrivant en 1984, avait certes pu connaître la phrase attribuée à Canaris, mais qui raconte avec beaucoup de précision ses souvenirs de son célèbre père, sexagénaire au moment de sa naissance. L&#8217;économiste et sociologue Werner Sombart, devant son fils qui vient de résumer avec entrain, le 1er septembre en fin d&#8217;après-midi, le discours martial du proviseur de son lycée, enlève ses lunettes. C&#8217;est toujours le signe, chez lui, d&#8217;une grande émotion. Il demande à Nikolaus s&#8217;il sait ce que signifie l&#8217;entrée des troupes allemandes en Pologne, puis répond lui-même : « La fin de l&#8217;Allemagne » . (Cf. Sombart, Nikolaus,<em> Jugend in Berlin</em>, Munich, Hanser, 1984, tr. fr. Paris, Quai Voltaire, 1992, p. 30)<br /> <br /> La prophétie était probablement fort commune dans ce milieu d&#8217;intellectuels conservateurs, comme dans beaucoup d&#8217;autres. Elle ne signifiait pas pour autant une prescience exacte de ce qui allait se passer, tout au contraire. Comme Carl Schmitt ou Martin Heidegger, Werner Sombart avait beaucoup espéré du nazisme, en tant que régime politique apte à concilier un culte modéré de la nation et des préoccupations sociales plus modérées encore. Il avait sans doute accueilli sans déplaisir la liquidation progressive et pacifique des clauses de Versailles. Dès lors, l&#8217;éclatement de la guerre devait lui apparaître comme la rupture d&#8217;une corde excessivement tendue, et le présage du châtiment d&#8217;un enfant qui avait trop longtemps joué avec le feu. Il n&#8217;avait nulle idée, du moins son fils n&#8217;en fait pas état, des atouts que Hitler avait forgés et de l&#8217;habileté, au moins égale à celle du temps de paix, qu&#8217;il allait déployer en les jouant, au début du conflit. Elle allait du reste provoquer, en quelque sorte, la fin de la France quelques années avant celle de l&#8217;Allemagne.<br /> <br /> Un ancien officier allemand exilé au Royaume-Uni, Wilhelm Necker, publie au début de la guerre un livre intitulé <em>L&#8217;Allemagne nazie ne peut pas gagner</em>. Il récidive plusieurs fois pendant la guerre, en adaptant son propos à la situation stratégique du jour&#8230; avec une exactitude certes croissante, au fur et à mesure que la supériorité matérielle du camp ennemi rend plus sûrs les pronostics (<em>Nazi Germany Can't Win / An exposure of Germany&#8217;s strategic aims and weaknesses</em>, Londres, Drummond, 1939; <em>This bewildering war</em>, Londres, Drummond, avril 1940; <em>Hitler's war machine and the invasion of Britain</em>, Londres, Drummond, 1941; <em>The German army of today</em>, Londres, Drummond, 1943) . En attendant, les antinazis eux-mêmes, en ce début de conflit, participent à l&#8217;assoupissement général : malgré le pacte germano-soviétique, Hitler semble avoir défié des ennemis beaucoup plus puissants que lui et il ne peut que lui en cuire. L&#8217;effet de surprise de l&#8217;attaque fulgurante et peu résistible des Panzer sur la Meuse en mai 1940 va être d&#8217;autant plus dévastateur, militairement et politiquement.<br /> <br /> <br /> =========================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Bill de Ropp et Kingsley Wood</span></strong><br /> <br /> <br /> Deux documents, saisis en 1945 et publiés dans un recueil de 1956, confirment que Hitler ne s&#8217;avance pas au hasard. Ce sont des rapports adressés à Hitler et signés de Rosenberg, en sa qualité de chef du bureau du parti nazi pour les affaires étrangères. Ils racontent deux entrevues du signataire, les 16 et 21 août 1939, avec un émissaire nommé William (ou Bill) de Ropp, né balte, germanophone accompli et devenu sujet britannique à la suite de son engagement dans l&#8217;armée anglaise pendant la Première Guerre. Il a été enrôlé dès 1933 par les services secrets du ministère de l&#8217;Air londonien pour sonder Rosenberg, et d&#8217;autres personnalités allemandes, sur les intentions militaires des nazis. <br /> <br /> Depuis 1938, le ministre de l&#8217;Air se nomme Kingsley Wood. C&#8217;est l&#8217;un des hommes politiques britanniques les plus capables et les plus proches de Chamberlain. De Ropp se présente alors (et sans doute sincèrement) comme un partisan de l&#8217;<em>appeasement</em> soucieux de faire « entendre raison » à la Pologne, et attribue la même position à son ministre. Il demande à Rosenberg, le 16, des preuves des atrocités alléguées par la presse allemande contre les minorités germanophones de Pologne, et Rosenberg lui en apporte le 21. Surtout, il dit qu&#8217;il va s&#8217;installer à Genève, et faire de cette cité, après Londres, sa « résidence secondaire », pour rester en contact avec l&#8217;Allemagne, même en cas de guerre. <br /> <br /> Rosenberg dénonce, et de Ropp ne dément pas, l&#8217;existence d&#8217;un « clan Churchill-Eden » (the Churchill and Eden group) qui régnerait pour l&#8217;instant sur l&#8217;esprit de Chamberlain ; l&#8217;émissaire va essayer de convaincre son gouvernement que les conditions ont changé depuis la garantie anglaise à la Pologne : fort de cette garantie, ce pays aurait adopté envers l&#8217;Allemagne une attitude tellement provocatrice qu&#8217;il ne pourrait précisément plus invoquer ladite garantie, qui ne vaut, selon la formule classique, que dans le cas d&#8217;une agression allemande « non provoquée ». Cet argument est introduit dans la discussion par Rosenberg (on peut remarquer le caractère très hitlérien de cette inversion des rôles, qui donne à penser que Rosenberg a été personnellement instruit par le Führer de ce qu&#8217;il devait dire à de Ropp), mais, dans la note qu&#8217;il rédige le 21 août, il informe Hitler que son interlocuteur accepte d&#8217;&#339;uvrer au retrait, par le gouvernement britannique, de sa garantie à la Pologne.<br /> <br /> Le choix, comme cible d&#8217;une telle man&#339;uvre, du ministère de l&#8217;Air est hautement significatif. C&#8217;est en effet un lieu commun, à l&#8217;époque, de prétendre que la prochaine guerre débutera par des bombardements aériens réciproques sur les grandes villes, avec des armes chimiques en particulier. Un théoricien militaire italien, Giulio Douhet (1869-1930), a écrit là-dessus des pages qui ont rencontré un grand succès d&#8217;édition . Lorsque la menace se précise, on évacue une partie de la population urbaine des deux camps et on distribue à ceux qui restent des masques à gaz, dont ils s&#8217;encombreront en vain pendant plusieurs semaines. S&#8217;assurer des dispositions pacifistes de l&#8217;aviation anglaise est donc vital pour Hitler et pour ses plans, consistant à se faire déclarer la guerre par Paris et Londres sans le moindre effet pratique, afin de conquérir tranquillement la Pologne, puis d&#8217;écraser la France, sans que l&#8217;Angleterre ait encore rien entrepris de sérieux contre l&#8217;Allemagne. <br /> <br /> De ce point de vue, les quelques phrases que Hitler glisse dans un discours aux généraux, le 22 août, sur la situation militaire de l&#8217;Angleterre dans le cas (qu&#8217;il dit improbable, mais possible) où elle déclarerait la guerre, sont intéressantes :<br /> <br /> <em>Elle a peu fait pour son armée de terre. Elle pourra envoyer au plus trois divisions sur le continent. Elle a fait un peu plus pour son aviation, mais ce n&#8217;est qu&#8217;un début. L&#8217;Angleterre est encore vulnérable dans les airs. Cela peut changer en l&#8217;espace de deux ou trois ans. En ce moment l&#8217;aviation britannique n&#8217;a que 130 000 hommes, la française 72 000 et la polonaise 15 000. L&#8217;Angleterre ne veut pas qu&#8217;un conflit éclate avant deux ou trois ans. </em><br /> <br /> L&#8217;orateur est tranquille, à juste titre : il a fait faire par Göring tellement de publicité pour la Luftwaffe, et lui a fait exécuter en Espagne des démonstrations si convaincantes, qu&#8217;il ne pense pas que les puissances occidentales osent larguer sur la Ruhr et les villes d&#8217;Allemagne de l&#8217;Ouest un déluge à la Douhet. Mais des contacts secrets ne sont pas superflus pour s&#8217;en assurer. Mon, 06 Oct 2014 14:59:01 +0200 Les triomphes de 1939-1940 http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-38+les-triomphes-de-1939-1940.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-38+les-triomphes-de-1939-1940.php <span style="text-decoration: underline;"><br /> <strong>Une entrée en guerre conforme à<em> Mein Kampf</em></strong></span><br /> <br /> <br /> Les accords de Munich avaient été présentés de tous côtés comme un miracle de la dernière chance. Hitler, en les piétinant par l'invasion du reste de la Tchécoslovaquie, à la mi-mars 39, et en menaçant dans le même temps la Pologne, induit sciemment la garantie anglaise des frontières de ce pays, endossée aussitôt par la France. <br /> <br /> Celui qui cherche l'occasion d'une guerre contre celle-ci pour rayer sa puissance de la carte et obtenir que l'Angleterre ne conserve que l'Allemagne comme allié possible, et contre les Russes, et contre les peuples coloniaux, n'a plus qu'à choisir le moment d'assommer la Pologne, et à le préparer par d'interminables simulacres de négociations et d'hésitations, en sorte que personne d&#8217;autre que lui ne soit prêt au combat. <br /> <br /> Cette hésitation apparente aura aussi le mérite de faire croire que la simple déclaration de guerre franco-anglaise est pour lui une terrible punition, de nature à ébranler son pouvoir, et que le pacte germano-soviétique était, comme la nuit des Longs couteaux, le geste désespéré d&#8217;un homme acculé à trahir sa propre idéologie : non seulement cela va inciter médiocrement l&#8217;ennemi à subir les pertes humaines et matérielles d&#8217;une guerre autre que « drôle », puisque l&#8217;adversaire, présumé en grande difficulté du simple fait de la déclaration de guerre, est censé tomber à terme comme un fruit mûr, mais <em>on va se mettre à craindre la défaite de Hitler beaucoup plus que sa victoire</em>. <br /> <br /> Puisque celle-ci paraît hautement improbable, c&#8217;est la perspective de sa déroute qui inquiète : on craint que le pays, déçu du nazisme, ne se jette par désespoir dans les bras du communisme et ne convertisse le pacte germano-soviétique en une redoutable alliance contre l&#8217;Occident. Dans cette optique, Hitler devient en quelque sorte le moindre mal. C&#8217;est un dirigeant qu&#8217;on connaît et qu&#8217;on croit dominer, tandis que son renversement ressusciterait l&#8217;Allemagne vaincue et instable des années vingt *. Si maintenant on considère la situation du point de vue de Hitler, cette perplexité dans laquelle il a plongé les Alliés lui permet d&#8217;espérer raisonnablement qu&#8217;il va écraser la Pologne avant même que des combats sérieux aient commencé à l&#8217;ouest. Ce qui advient.<br /> <br /> <br /> * Cf. Crémieux-Brilhac (Jean-Louis), <em>Les Français de l&#8217;an Quarante</em>, Paris, Gallimard, 1990, t. 1 La guerre oui ou non ?, II/9 et III/7.<br /> <br /> ===================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Le dilemme de l'historien du nazisme</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> [à propos des premières atrocités commises en Pologne]<br /> <br /> <br /> Comme souvent avec le nazisme, on en est réduit à éclairer l&#8217;avant par l&#8217;après. Ce procédé, hérétique quand on étudie quelque autre régime, se justifie dans le cas d&#8217;un pouvoir qui joint à l&#8217;obsession du secret le recours à des ruses répétitives, et que les urgences militaires contraignent à dévoiler sa brutalité de plus en plus crûment. Ainsi, au premier semestre de 1941, lors de la préparation de l&#8217;attaque contre l&#8217;URSS, les généraux seront clairement incités à maltraiter les populations civiles, sans que rien ne donne à penser que, dans l&#8217;intervalle, le régime nazi soit devenu plus cruel ou plus antislave. Simplement, les forces armées, après un an et demi d&#8217;exactions en Pologne, avaient le doigt et même le bras dans l&#8217;engrenage, et n&#8217;avaient presque plus besoin d&#8217;euphémismes. Pour l&#8217;instant, le chef nazi enseigne la cruauté aux militaires de manière oblique et allusive, sous les dehors d&#8217;un appel au combat de facture presque classique.<br /> <br /> Dans d&#8217;autres cas, cependant, l&#8217;historien peut éclairer l&#8217;après par l&#8217;avant : pendant les premières semaines de l&#8217;occupation de la Pologne, Hitler paye de sa personne pour orchestrer une violence croissante contre les Polonais et les Juifs. Ce sera beaucoup moins le cas un an et demi plus tard, lors de l&#8217;invasion de l&#8217;URSS. Pour cerner son influence sur les consignes de massacre lors de l&#8217;entrée en URSS et la « Solution finale » qui les couronnera à la fin de 1941, la séquence polonaise est éloquente, comme l&#8217;a montré Edouard Husson* . Le chef a bel et bien donné le branle, il peut ensuite se tenir en retrait, ce qui ne veut nullement dire qu&#8217;il n&#8217;est pour rien dans les décisions ou qu&#8217;il s&#8217;en désintéresse. Elles ne portent pas sa marque de moins en moins, mais de plus en plus.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> _______________________<br /> <br /> * <em>Op. cit</em>., ch. 4. <br /> <br /> ====================================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">L'arrêt devant Dunkerque et ses suites</span></strong><br /> <br /> <br /> Il lui reste à envahir la France : en la contraignant, si Churchill persiste dans son obstination guerrière, à un armistice séparé, Hitler peut espérer et espère, comme en témoignent tous ses faits et gestes en juin 1940, qu&#8217;un « assagissement » britannique suivra de près la réduction de l&#8217;Angleterre à ses seules forces, incapables de libérer l&#8217;Europe. L&#8217;écrasement de la France est si vite mené à bien, entre le 6 juin et l&#8217;armistice, que Hitler, visiblement, l&#8217;avait envisagé depuis un certain temps comme une éventualité sérieuse. La pause de Dunkerque a donc joué le rôle d&#8217;une répétition générale -un peu comme Munich, tour de chauffe en 1938, par rapport à une offensive prévue en 1939 et en Pologne... Cependant Hitler excluait totalement la guerre en 1938 alors qu&#8217;en mai 1940 il a, par son arrêt devant Dunkerque, bel et bien cherché à conclure la paix, tant l&#8217;irruption inattendue de Churchill avait de quoi le dérouter et l&#8217;angoisser.<br /> <br /> <br /> ===============================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>Radio-Humanité : esquisse d&#8217;un bilan</strong></span><br /> <br /> « Unsere Geheimsender » -nos émetteurs clandestins : Goebbels est ravi, le 6 juin 1940, de consigner dans son journal les félicitations de son chef pour la besogne des radios pirates, qui auraient été très efficaces pour miner les défenses de la France. Cette vantardise a été ridiculisée par des études d&#8217;impact, démontrant le peu d&#8217;audience de ces stations , dont la principale, Radio-Humanité, se présentait comme la voix clandestine du parti communiste français, émettant depuis le sol national. Elle avait déversé sa propagande anticapitaliste grossière et violente entre la fin de 1939 et l&#8217;entrée en vigueur de l&#8217;armistice, le 25 juin 1940. Il existait également une station baptisée « Voix de la paix », d&#8217;inspiration pacifiste et, en conséquence, au ton plus paisible. Elle n&#8217;était pas plus écoutée. Cependant, l&#8217;efficacité peut se nicher ailleurs que dans le taux d&#8217;écoute. <br /> <br /> C&#8217;est en effet une des tâches des services de renseignements militaires dans cette guerre que d&#8217;écouter assidûment les émissions ennemies. C&#8217;est d&#8217;ailleurs ce qui donnerait au public français d&#8217;aujourd&#8217;hui, si la propagande gaullienne daignait prendre au bout de trois quarts de siècle une retraite bien méritée pour laisser la place aux historiens, la meilleure approximation de ce que le Général a dit le 18 juin 1940, grâce à la préservation d&#8217;une archive des services d&#8217;écoute helvétiques&#8230; en allemand* ! En raison de ces transcriptions, dont des synthèses partaient tous les jours vers la hiérarchie militaire et civile, ce qui était perdu en impact sur les foules, entravées qui plus est par des brouillages dans leurs éventuelles velléités d&#8217;écoute, pouvait être compensé par une influence sur les élites et les décideurs. Hitler et Goebbels excellaient dans cet art. Ils avaient su s&#8217;attirer la collaboration d&#8217;Ernst Torgler, commanditaire putatif de l&#8217;incendie du Reichstag, pour inciter dans le langage approprié les ouvriers français mobilisés à retourner leurs armes contre leurs officiers. <br /> <br /> Aucun probablement n&#8217;avait obéi à la consigne ; en revanche, leur hiérarchie civile et militaire, en moyenne très « loin du peuple » et craintive devant lui, avait pu redouter, à cette lecture, une tentative nazie pour appuyer sur la classe ouvrière française une politique de collaboration et, le désastre militaire s&#8217;avérant sans remède, ne voir d&#8217;autre issue qu&#8217;une surenchère dans la servilité. C&#8217;est ainsi que, dès la fin de mai 1940, on surprend Reynaud, dans <a href="http://delpla.org/article.php3?id_article=458">un document connu seulement en 2010</a>, en train de souhaiter une paix rapide par crainte d&#8217;un soulèvement populaire. Il marche sur les traces du Thiers de 1870 face à un ennemi qui, hélas, ne veut pas comme Bismarck unifier l&#8217;Allemagne en la dressant contre un adversaire commun, et rabaisser au passage le caquet des Français, mais effacer sans recours la puissance du pays et plonger ses habitants dans un désespoir sans remède.<br /> <br /> Plus contaminé encore par la propagande hitlérienne semble le langage de Weygand lorsque devant le conseil des ministres, réuni le 12 juin dans un château de la Loire, il annonce avec le plus grand sérieux l&#8217;installation du dirigeant communiste Maurice Thorez à l&#8217;Elysée, dans un Paris déserté deux jours plus tôt par les pouvoirs publics. Le sang-froid railleur de Georges Mandel, ministre de l&#8217;Intérieur et principal adversaire, parmi les présents, d&#8217;un abandon de la lutte, coupe aussitôt les ailes du canard par un coup de fil au préfet de police, qui indique que tout est calme. Mais on doit peut-être aujourd&#8217;hui laver Weygand d&#8217;une accusation de manipulation, brandie par des historiens favorables à la Résistance tandis que les pétainistes avancent que le très honnête Weygand avait certainement été abusé par un subalterne et qu&#8217;il n&#8217;y avait là aucun complot. Reste, comme le lui assène aussitôt Mandel, qu&#8217;il aurait dû vérifier l&#8217;information. Or si le vieux briscard avait commis cette faute de débutant, c&#8217;est peut-être tout simplement parce que Hitler lui avait, par ses émissions radiophoniques comme par toutes sortes de postures depuis la fin des années vingt, fait croire que son régime n&#8217;était qu&#8217;une variété de bolchevisme et allait tout naturellement se servir des « salopards en casquette », stigmatisés dans ces termes par la presse que lisait l'état-major, pour assurer sa prise sur la France.<br /> <br /> Quant à Mandel, cet ancien bras droit de Clemenceau devenu l&#8217;une des personnalités saillantes de la droite française est la cible privilégiée de Radio-Humanité, beaucoup plus que Reynaud. Ce qui produit une nouvelle performance hitlérienne, connue depuis peu : faire s&#8217;exprimer dans les mêmes termes des marxistes et des conservateurs. Les communistes parisiens, au tout début de l&#8217;occupation, vont adopter une attitude qui va être ensuite, pendant toute la période, celle de Pétain et de ses ministres : en disant du mal de Mandel, ou en le persécutant, on croit pouvoir adoucir Hitler, qui doit bien s&#8217;en amuser et, en tout cas, ne donne pas suite** . Mais il garde un &#339;il sur le parangon de la Juiverie française et, le moment venu, exercera sa vengeance, tout en se servant de ce meurtre, et de la menace d&#8217;en perpétrer d&#8217;autres, pour maintenir jusqu&#8217;au bout son autorité sur Pétain.<br /> <br /> <br /> _____________________________<br /> * Le texte connu correspond, en gros, à une version authentique mais antérieure à l&#8217;émission, la censure anglaise ayant entretemps raboté beaucoup d&#8217;angles, surtout dans les premières phrases, pour ménager la chèvre et le chou car Halifax avait imposé à Churchill de sévères limites dans la dénonciation du gouvernement Pétain. De Gaulle, peu soucieux d&#8217;attirer l&#8217;attention sur un dossier parfaitement plaidable, mais complexe et capable, dans les années 1960, d&#8217;envenimer des rapports déjà difficiles avec le Royaume-Uni, avait préféré, de 1940 à sa mort, la facilité de présenter comme prononcé au micro le texte qu&#8217;on l&#8217;avait obligé à jeter à la corbeille. Quitte à laisser quelques voix pétainistes impuissantes hurler à la supercherie et dénoncer un de Gaulle moins antipétainiste, au départ, que ce qu&#8217;il avait laissé entendre depuis. Mais ces personnes ne pouvaient guère, non plus, ouvrir le dossier en grand, tant il est accablant pour leur idole. Cf., du même auteur, <em>L&#8217;Appel du 18 juin 1940</em>, Paris, Grasset, 2000. Quant au fait que le document des archives suisses soit en allemand, il tient sans doute tout bonnement à ce que le fonctionnaire de service était un Suisse alémanique, soucieux de rendre compte du contenu plutôt que de la lettre de ce qu&#8217;il entendait.<br /> <br /> ** Du côté du Parti communiste français, il s&#8217;agit de la tentative de faire reparaître légalement l&#8217;<em>Humanité</em>, par une humble démarche auprès d&#8217;Otto Abetz. L&#8217;argumentaire préparé par Maurice Tréand comporte une sortie contre « le Juif Mandel ». Cf. Pennetier (Claude) et Besse (Jean-Pierre), <em>Juin 40, la négociation secrète</em>, Paris, L&#8217;Atelier, 2006. Sur les tentatives de Vichy d&#8217;amadouer Berlin en persécutant Mandel, cf., du même auteur, <em>Qui a tué Georges Mandel ?</em>, Paris, l&#8217;Archipel, 2008. Sur la commandite hitlérienne de son assassinat longtemps attribué à la Milice, cf. la dernière mise au point de Berlière (Jean-Marc) et Le Goarant (François), <em>Liaisons dangereuses : miliciens, truands et résistants (été 1944)</em>, Paris, Perrin, 2013.<br /> <br /> ========================================================== Mon, 06 Oct 2014 14:58:01 +0200 Les soubresauts de 1941-1942 http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-39+les-soubresauts-de-1941-1942.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-39+les-soubresauts-de-1941-1942.php ===================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Préhistoire idéologique du génocide</span></strong><br /> <br /> Parmi des milliers d&#8217;analyses qui font découler le judéocide nazi d&#8217;une histoire plus générale, retenons celle-ci, qu&#8217;un fin lettré a proposée en 2005 :<br /> <br /> <em>Phase 1 (Maupassant) : « Ces Juifs (sépharades), on pourrait bien en exterminer quelques milliers »<br /> Phase 2 (Dostoïevski) : « Les Juifs (ashkenazes), s&#8217;ils étaient la majorité, il se pourrait bien qu&#8217;ils exterminent les Russes » -ou version Schreber : « Les Allemands, peuple élu, pourraient être exterminés »<br /> Phase 3 (Hitler) « Ces Hébreux, on aurait dû en gazer quelque douze mille »<br /> Phase 4 (Blüher) : « Les Juifs (ashkenazes et sépharades) vont être exterminés »<br /> Phase 5 : Hitler nommé chancelier* .</em><br /> <br /> Il ne s&#8217;agit pas ici de l&#8217;antisémitisme en général, longtemps charrié par des auteurs chrétiens puis par des publicistes plus ou moins socialistes et sans attache religieuse comme Fourier (1772-1837), Proudhon (1809-1865) ou Toussenel (1803-1885), mais de la mutation de la haine des Juifs en une visée exterminatrice. Il y aurait donc une accumulation de violence idéologique, rencontrant tout-à-coup, par l&#8217;accession des nazis au pouvoir (à laquelle elle a contribué), des conditions favorables à son application.<br /> <br /> Le même auteur remarque que les mémoires du magistrat psychotique Daniel Paul Schreber (1842-1911), publiés en 1903 et longuement disséqués par Freud (dans <em>Cinq psychanalyses</em>, en 1909) puis par Lacan, contiennent de terribles imprécations contre les Juifs qui n&#8217;ont été relevées ni par l&#8217;un, ni par l&#8217;autre. D&#8217;où l&#8217;idée que « Pour une part, le &#8216;mystère nazi&#8217; a son secret dans l&#8217;histoire du transfert de la psychose paranoïaque à la Schreber vers une foule. »<br /> <br /> Le point de départ, donc, se trouverait à peu près au même moment chez deux romanciers, Guy de Maupassant et Fedor Dostoievski. De la part du premier, dans un article de 1881, et du second dans son <em> Journal d&#8217;un écrivain</em>, publié en 1877. Mais, comme l&#8217;avait déjà relevé Walter Benjamin, le poète Charles Baudelaire avait écrit vers 1860 dans son journal intime, publié en 1887 sous le titre <em>Mon c&#339;ur mis à nu</em> , une phrase prémonitoire. Les paragraphes antérieurs en éclairent les motivations. La critique de la presse, en particulier, et l&#8217;attribution aux Juifs d&#8217;une lourde responsabilité dans les insanités des journaux, préfigurent <em>Mein Kampf</em>. Il est possible également que le poète, l&#8217;un des premiers wagnériens français, ait été influencé par l&#8217;antisémitisme du compositeur que Hitler devait tant admirer :<br /> <br /> <em>Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n'importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité, de bonté, de charité, et les affirmations les plus effrontées, relatives au progrès et à la civilisation. Tout journal, de la première ligne à la dernière, n'est qu'un tissu d'horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d'atrocité universelle.<br /> Et c'est de ce dégoûtant apéritif que l'homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l'homme.<br /> Je ne comprends pas qu'une main puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût. <br /> *<br /> * *<br /> La force de l'amulette démontrée par la philosophie. Les sols percés, les talismans, les souvenirs de chacun. Traité de dynamique morale. De la vertu des sacrements.<br /> Dès mon enfance, tendance à la mysticité. Mes conversations avec Dieu. <br /> *<br /> * *<br /> De l'Obsession, de la Possession, de la Prière et de la Foi. Dynamique morale de Jésus.<br /> Renan trouve ridicule que Jésus croie à la toute-puissance, même matérielle, de la Prière et de la Foi. Les sacrements sont des moyens de cette dynamique.<br /> De l'infamie de l'imprimerie, grand obstacle au développement du Beau.<br /> [i]Belle conspiration à organiser pour l'extermination de la race juive</em>. [souligné par FD]<br /> Les juifs<em> Bibliothécaires</em> et témoins de la<em> Rédemption</em>. [/i]<br /> <br /> Hans Blüher (1888-1955) est un idéologue de la « révolution conservatrice », monarchiste et proche de Guillaume II (il a visité le souverain exilé en Hollande). Les tirages de ses livres étaient, sous Weimar, fort élevés, mais les nazis l&#8217;ont interdit de publication à partir de 1934. Ce qui lui vaut d&#8217;être considéré comme un précurseur intellectuel du génocide, c&#8217;est un ouvrage sur les Juifs paru en 1922 sous un titre évocateur, <em>Secessio judaica</em>. Il y plaide contre l&#8217;assimilation, considérant les Juifs comme un corps étranger qui a intérêt lui-même à le rester, et prônant avec éloquence leur regroupement dans un Etat . On voit que Blüher, qui a pour le sionisme les yeux de Chimène, ne prône pas clairement le massacre des Juifs mais seulement leur mise à l&#8217;écart. Son discours n&#8217;en est pas moins prémonitoire : il prédit que les Juifs seront tués en Europe&#8230; à l&#8217;exception de l&#8217;Allemagne. « Verser le sang » serait trop vulgaire. Il l&#8217;écrit encore à l&#8217;ex-empereur dans une longue lettre du 11 août 1929.<br /> Ces considérations ne manquent pas d&#8217;intérêt, pour expliquer comment un certain nombre de subalternes, à divers niveaux, ont pu se laisser enrôler comme tueurs** . Mais il y manque assurément le repérage de la personnalité de Hitler et de ce qu&#8217;elle a apporté de spécifique : l&#8217;idée d&#8217;une lutte mondiale et finale de la race juive contre la race aryenne, avec une première manche remportée par les Juifs en 1918, et une revanche à préparer puis à entreprendre de toute urgence. Le meurtre des Juifs allait y remplir un certain nombre de fonctions.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ____________________________<br /> <br /> * Cf. Evard (Jean-Luc), <em>Signes et insignes de la catastrophe</em>, Paris, Editions de l&#8217;Eclat, 2005, p. 157.<br /> ** Non seulement en Allemagne mais, par exemple, en France, où le courant maurrassien a, comme Blüher, pratiqué conjointement un antisémitisme modéré (par l&#8217;admission des Juifs convertis dans la communauté nationale) et radical (par le refus d&#8217;admettre les Juifs dans les emplois publics) avant de se scinder, en quelque sorte au pied du mur, quand l&#8217;Occupation eut mis chacun en demeure de choisir : une partie seulement des ex-maurrassiens deviennent « ingénieurs de la ségrégation et de la déportation ». Cf. Evard (Jean-Luc), <em>op. cit</em>., p. 221.<br /> <br /> <br /> ================================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Le sauvetage d&#8217;un « Juif »</span></strong> (printemps 1941)<br /> <br /> En cette veillée d&#8217;armes, une décision concernant le pionnier mondial de la biologie cellulaire Otto Warburg (1883-1970) montre l&#8217;aptitude du nazisme à faire des exceptions à ses propres règles et l&#8217;ambiguïté de ses motivations en pareil cas. L&#8217;intéressé, lauréat du prix Nobel de médecine deux ans avant la nomination de Hitler à la chancellerie, porte un nom juif, illustré, qui plus est, par une dynastie de banquiers, et le fait que la branche de la famille dont il est issu se soit convertie au protestantisme n&#8217;est pas, pour Hitler, une circonstance atténuante. Quant à son ascendance maternelle « aryenne », elle n&#8217;empêche pas la société Kaiser Wilhelm de l&#8217;exclure au printemps 1941. C&#8217;est alors que, selon son propre témoignage à la décharge de Viktor Brack, un accusé du « procès des médecins », établi sous serment en 1947, sa carrière fut relancée, et sa vie sauvée, par une intervention de l&#8217;entourage immédiat de Hitler :<br /> <br /> <em>L&#8217;Institut de physiologie cellulaire, que je dirigeais depuis sa fondation, avait été construit, aménagé et en partie financé par la fondation Rockefeller. Cela m&#8217;a permis, bien que je sois demi-juif, de conserver ma place jusqu&#8217;en 1941. J&#8217;ai alors été exclu de la Kaiser Wilhelm Gesellschaft. Le directeur de la chancellerie du Führer, qui était à l&#8217;époque Philipp Bouhler, apprit mon licenciement. Il chargea son adjoint, Viktor Brack, de revoir mon cas. En quelques semaines, Viktor Brack obtint que mon licenciement soit annulé. Il me sauva vraisemblablement la vie en le faisant. Mais il sauva aussi, pour la science, un institut de recherche mondialement connu et poursuivant exclusivement des objectifs pacifiques. Le 21 juin 1941, Brack m&#8217;a dit : « Je ne l&#8217;ai pas fait pour vous ni pour l&#8217;Allemagne, mais pour le monde. » Si on se souvient qu&#8217;à l&#8217;époque où Brack agissait ainsi la haine raciale et la psychose de guerre avaient atteint leur point culminant en Allemagne, on sera forcé d&#8217;admirer le courage avec lequel, en l&#8217;occurrence, Brack contribua à la victoire de la tolérance et du travail pacifique de la science en s&#8217;opposant aux principes fondamentaux du national-socialisme .</em><br /> <br /> Il y a là un peu de naïveté feinte : Warburg donne lui-même au lecteur tous les éléments pour comprendre que Brack, qui dans la même période polissait son « plan-famine », était ici un simple exécutant et qu&#8217;il lui attribue, pour lui procurer une circonstance atténuante, un mérite qui revient à Bouhler. Mais doit-on faire de ce dernier l&#8217;auteur unique ou principal de cette décision ? Et faudrait-il voir en Bouhler, cadre supérieur du crime nazi, suicidé sans phrase, au cyanure, dès son arrestation le 19 mai 1945, un humaniste qui aurait fait son possible pour tempérer l&#8217;agressivité de Hitler ? Si aucun document ne l&#8217;établit nommément, la logique hiérarchique y supplée : ayant à décider, sans urgence, du destin d&#8217;un savant de cette envergure, on voit mal le chef de la chancellerie du Führer s&#8217;abstenir de soumettre le cas à son maître. <br /> <br /> Les motivations de Hitler sont à rechercher dans trois directions : d&#8217;une part il ne lui déplaît sans doute pas, après avoir défini des règles draconiennes, de faire des exceptions pour brouiller les pistes et laisser croire que les Juifs peuvent encore être sauvés, s&#8217;ils sont très dociles ou encore si l&#8217;étranger s&#8217;intéresse à leur sort ; d&#8217;autre part, les principaux résultats des travaux de Warburg concernent la recherche contre le cancer, à laquelle Hitler a des raisons personnelles de s&#8217;intéresser &#8211;la maladie a emporté sa mère, et il compare volontiers, dans le délire qui fonde toute son action, les Juifs au cancer ; enfin, il se montre, une fois de plus, soucieux de limiter les effets de la persécution antisémite sur le fonctionnement de l&#8217;Etat* . Il est à même de comprendre que les progrès de la biologie cellulaire engendrent des applications médicales qui vont profiter d&#8217;abord, s&#8217;ils ont lieu en Allemagne, au « sang aryen ». C&#8217;est ainsi que, trois ans plus tard, la fulgurante persécution des Juifs hongrois par Adolf Eichmann aura soin d&#8217;épargner le corps médical, dans lequel les Juifs occupent un tel pourcentage que l&#8217;occupant allemand lui-même a besoin de leurs services, sans parler de la nécessité politique de ménager les Magyars non juifs en ne les privant pas brutalement de soins . Quant à l&#8217;idée hitlérienne que l&#8217;humanité est en proie au « cancer juif », elle pourrait expliquer l&#8217;affirmation de Bouhler que le savant est préservé non seulement pour l&#8217;Allemagne, mais « pour le monde ». Car c&#8217;est peut-être Hitler lui-même qui avait inspiré cette formule au chef de sa chancellerie personnelle. En tout cas il s&#8217;agissait d&#8217;un « monde » dominé par la « race aryenne », qui saurait bien, après la victoire sur la Juiverie, attirer sur elle-même le bénéfice principal des progrès médicaux. <br /> <br /> <br /> _________________________________<br /> <br /> * Il a d&#8217;autre part laissé parfois entendre qu&#8217;il craignait le cancer pour lui-même, mais il est impossible de savoir avec quel degré de sincérité, puisqu&#8217;il invoquait la perspective de sa propre mort et le caractère irremplaçable de sa providentielle personne pour justifier des décisions militaires ou génocidaires.<br /> <br /> <br /> =============================================================== Mon, 06 Oct 2014 14:56:01 +0200 La chute (1943-1945) http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-40+la-chute-1943-1945.php http://www.delpla.org/site/articles/articles-19-40+la-chute-1943-1945.php =========================================================<br /> <br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><strong>La nazification de la Wehrmacht et ses limites</strong></span><br /> <br /> Un épisode de 1944, révélé depuis peu, en dit long sur l&#8217;ampleur et l&#8217;importance des dissimulations nazies au cours de cette guerre et, par voie de conséquence, sur la fécondité potentielle des efforts des historiens quand ils entreprennent de percer à jour ces secrets. Le livre de Henrik Eberle Briefe an Hitler, paru en 2007 (Publié à Bergisch Gladbach par les éditions Lübbe; pour le document cité et les conditions de sa diffusion, cf. p. 420-421) , présente la correspondance du Führer entre 1930 et 1945, traitée par le secrétariat de Hess puis celui de Bormann. Ces documents découverts à Moscou nous apprennent que, lorsqu'en 1943 les Soviétiques retournent un général prisonnier, Walther von Seydlitz-Kurzbach (1888-1976), et lui dictent un appel à déposer les armes, Hitler fait tirer à deux cents exemplaires une circulaire aux plus hauts gradés. Datée du 16 avril 1944, elle plaide que Seydlitz a été formé trop tard au national-socialisme, et que les officiers destinataires doivent redoubler d&#8217;efforts pour diffuser cette idéologie. Chaque exemplaire est adressé par porteur, lu par le messager puis détruit. Seul subsiste, providentiellement, l&#8217;original, qui nous permet aujourd'hui, après des décennies, de connaître cette démarche. <br /> <br /> Elle trahit les limites de la nazification du corps des officiers : l&#8217;armée reste officiellement un repaire de réactionnaires et le nazisme montre jusqu&#8217;au bout sa différence avec le stalinisme, en s&#8217;abstenant de contrôler les généraux par des commissaires politiques. Ceux qui finissent par être créés à la même époque* sont essentiellement des prédicateurs et au plus des mouchards ; ils n&#8217;ont pas vocation à peser sur les décisions militaires et restent, de surcroît, peu nombreux ; mais le régime n&#8217;est pas avare d&#8217;interventions ponctuelles pour répandre la bonne parole dans les oreilles des généraux, et les inciter à la répandre. En grand secret.<br /> <br /> <br /> <br /> ______________________<br /> * La fonction de <em>Nationalsozialistischer Führungsoffizier</em> (NSFO), instituée le 22 décembre 1943, consiste à enseigner l&#8217;idéologie nazie aux soldats dans le cadre d&#8217;exposés et de discussions. Désignés par l&#8217;armée elle-même, ils doivent être confirmés dans leurs fonctions par une commission que préside un civil, Wilhelm Ruder, sous l&#8217;égide de Martin Bormann. De surcroît, 2% de ces personnels exerçaient à plein temps et 98% en sus d&#8217;autres tâches d&#8217;officiers. Les NSFO de plein exercice n&#8217;ont guère dépassé le millier d'unités, chiffre atteint vers la fin de 1944, soit une goutte d&#8217;eau parmi les 10 millions d&#8217;hommes alors sous les drapeaux. Cf. Kunz (Andreas) : <em>Wehrmacht und Niederlage. Die bewaffnete Macht in der Endphase der nationalsozialistischen Herrschaft 1944&#8211;1945</em>. Schriftenreihe des Militärgeschichtlichen Forschungsamtes, vol. 64, Munich, 2005, p. 240-248.<br /> <br /> <br /> ===================================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">La persécution des Italiens</span></strong> (1943-1945)<br /> <br /> Le débarquement de Sicile, bientôt suivi de la chute de Mussolini, a de l'autre côté des Alpes une conséquence anecdotique, qui aura des répercussions symboliques importantes en France dans les années 1940 puis dans les années 1990 : le départ temporaire de Lyon, pour une mission en Italie, du chef de la répression allemande contre les résistants, Klaus Barbie. Son absence facilite les menées de Lucie Aubrac pour faire évader son époux le 21 octobre, à la rage impuissante de Helmut Knochen. Les cadres les plus efficaces du nazisme ne peuvent être au four et au moulin, et doivent se concentrer sur les points importants. Cela va faciliter, à un autre niveau, les conspirations contre Hitler, stimulées aussi, bien entendu, par les défaites. Tandis que le dictateur, dont la folie obère toujours l&#8217;habileté, se saisit avidement des Juifs que des configurations politiques nouvelles offrent à ses coups, en Italie, dans la zone sud française et un peu plus tard en Hongrie puis en Slovaquie.<br /> <br /> Le Duce se laisse renverser sans résistance par son propre « grand conseil fasciste », le 25 juillet, à la veille de son soixantième anniversaire et à l&#8217;issue d&#8217;un vote bêtement démocratique. Le roi Victor-Emanuel III nomme à sa place le maréchal Badoglio, qui tente de rassurer l&#8217;Allemagne en proclamant que cela ne change rien à l&#8217;alliance et se condamne, du même coup, à supporter que le Reich prenne complètement en main la défense du pays. Les rapports du nazisme et du Vatican entrent dans une phase tragi-comique, Berlin agitant la menace d&#8217;enlever Pie XII et se gardant de la mettre à exécution. Les couvents romains sont bourrés de Juifs comme vont l&#8217;être, l&#8217;année suivante, certaines ambassades de Budapest &#8211;car le Reich respecte encore les usages diplomatiques. D&#8217;où de vaines disputes, de 1945 à nos jours, sur le rôle salvateur ou non du catholicisme italien et vatican alors que c&#8217;est Hitler qui commande, et dose au plus juste ses concessions. Il a parfaitement compris qu&#8217;on ne pouvait dominer l&#8217;Italie en s&#8217;attaquant bille en tête à sa religion, ô combien, majoritaire. Comme toujours, la « question juive » interfère avec beaucoup d&#8217;autres. Toute appréciation des torts et des mérites doit elle-même s&#8217;élever jusqu&#8217;à une vision d&#8217;ensemble du tableau, et des priorités induites par le souci d&#8217;écraser le nazisme.<br /> Tout autant que de ménager le clergé, il importe, du point de vue allemand, de requinquer le fascisme. <br /> <br /> C&#8217;est aussi l&#8217;affaire du SD et de son bras armé, les commandos spéciaux que met au point depuis avril 1943, avec la bénédiction personnelle du Führer, le SS Otto Skorzeny. Celui-ci est tout bonnement reçu le 26 juillet à la conférence d&#8217;état-major de la Wehrmacht, et chargé de mettre la main sur Mussolini, que Badoglio est en train de faire arrêter et mettre au secret. S&#8217;ouvre alors un jeu de piste, l&#8217;illustre captif étant promené de prison en prison pour finir dans un hôtel du Gran Sasso que Skorzeny investit avec des planeurs le 12 septembre. L&#8217;opération est à la fois politique et publicitaire. On réinstalle un régime fasciste dans la partie de l&#8217;Italie que les Alliés n&#8217;occupent pas encore (ils ont débarqué en Calabre le 3 septembre, jour d&#8217;un armistice secret avec Badoglio, rendu public le 8, puis à Salerne le 9). La capitale de la nouvelle « République sociale italienne » déserte Rome, trop exposée, et s&#8217;installe à Salo, au bord du lac de Garde, où Mussolini est plus facile à protéger comme à surveiller. Pendant ce temps, les films et les photos de l&#8217;évasion &#8211;faite en avion alors qu&#8217;il existait un téléphérique, moins photogénique- font le tour de l&#8217;Europe occupée et ravivent la foi des Allemands dans le Führer et la dictature.<br /> <br /> Quant aux Italiens, dont le territoire va faire l&#8217;objet d&#8217;une lutte acharnée jusqu&#8217;aux derniers jours de la guerre, ils sont à présent en butte à l&#8217;hostilité viscérale, non seulement des nazis, mais d&#8217;une bonne partie de la population allemande, dont Hitler et Goebbels n&#8217;ont aucune peine à ranimer les rancunes de la Première Guerre mondiale consécutives au « lâchage » de 1915 (le pays, allié du bloc germano-autrichien avant 1914, restant neutre puis entrant en guerre aux côtés de l&#8217;Entente). A partir du moment où Badoglio fait la paix avec les Alliés (avant de déclarer la guerre à l&#8217;Allemagne, le 13 octobre), l&#8217;armée italienne est désarmée par l&#8217;allemande, avec force crimes de guerre dans les cas (rares) de résistance et dans quelques autres, et 650 000 hommes se retrouvent parqués en Allemagne, comme prisonniers de guerre et travailleurs forcés. Ils sont traités presque aussi mal que les prisonniers soviétiques (qui, après l&#8217;extermination par la famine de 1941-42, ont été mis au travail mais restent dangereusement sous-alimentés). <br /> <br /> (Cela dit, les Italiens n&#8217;ont guère plus à se louer des Alliés et notamment des Français, dont bon nombre d&#8217;officiers semblent avoir eu le souci de faire leur faire payer aussi une « trahison », celle de juin 1940. Le corps expéditionnaire commandé par le général Juin comprend une forte proportion de soldats nord-africains ; pour récompenser, en particulier, les goumiers marocains de leur contribution à la dure et brillante victoire de Monte Cassino (qui ouvre la route de Rome en mai 1944), on les avait laissés impunément prélever un tribut sexuel dans les campagnes italiennes, et le commandement américain avait fermé les yeux* .)<br /> <br /> Les personnalités de haut rang ne sont pas épargnées, témoin le sort de Mafalda, fille du roi d&#8217;Italie et épouse du prince allemand Philippe de Hesse. Se trouvant à Sofia en septembre 1943, elle est traîtreusement arrêtée après une convocation à l&#8217;ambassade d&#8217;Allemagne, et internée au camp de Buchenwald (dans le quartier des personnes importantes cependant, formé non de baraquements surpeuplés mais de villas relativement confortables ; on la fait cohabiter avec un ménage socialiste allemand, les Breitscheid). Blessée dans un bombardement, elle est mal soignée et meurt le 27 août 1944. <br /> <br /> Le sort de Ciano est moins enviable encore : le SS Karl Wolff, qui gouverne en fait la république de Salo, oblige (sur l&#8217;ordre de Hitler très vraisemblablement) Mussolini à organiser le procès de ses adversaires du 25 juillet et à condamner à mort son propre gendre, père de trois de ses petits-enfants. Ciano est fusillé le 11 janvier 1944 avec quatre autres hiérarques fascistes. Etant, d&#8217;un point de vue nazi, des traîtres, les Italiens sont désormais parents des Juifs et méritent un sort voisin. <br /> <br /> Le pire crime peut-être, le plus typiquement nazi en tout cas, consiste dans le sabotage des installations d&#8217;assainissement des marais Pontins, au sud de Rome. La conquête de ces terres incultes était la grande fierté du régime fasciste et voilà que, sous prétexte de retarder l&#8217;ennemi, la Wehrmacht les remet sous les eaux. Pire, deux médecins nazis, Erich Martini (1880-1960) et Ernst Rodenwaldt (1878-1965), envoyés par l&#8217;Ahnenerbe, non contents de présider aux opérations de destruction des pompes en donnant des ordres à la Wehrmacht (une preuve de la montée en puissance de Himmler), font en sorte que prolifère une race de moustiques apte à transmettre la malaria, et poussent le raffinement jusqu&#8217;à escamoter les stocks de quinine : de mille cas par an, le nombre des malades monte, officiellement, à une cinquantaine de mille en 1944 et 1945, dans une région peuplée de 250 000 habitants. <br /> <br /> Il s&#8217;agit d&#8217;un cas de guerre biologique, unique en Europe. Il ne peut se comparer qu&#8217;à certaines exactions japonaises en Chine** . Avancée depuis les années 1990 par l&#8217;historien de la médecine Franck Snowden, la thèse de la guerre biologique a été contestée en 2010 par un spécialiste des armes biologiques, Erhard Geissler*** . Il plaide que Martini et Rodenwaldt étaient là pour soigner leurs compatriotes, qu&#8217;aucun ordre de guerre biologique n&#8217;a été retrouvé et qu&#8217;au contraire Hitler avait expressément interdit l&#8217;usage des moyens de ce genre. A quoi on peut objecter qu'il ne conteste pas la disparition des médicaments, que les médecins profondément engagés dans la SS (ce qui était le cas s&#8217;ils faisaient partie de l&#8217;Ahnenerbe) avaient pour habitude de soigner les Allemands tout en négligeant ou en détériorant la santé des autres peuples et que l&#8217;affaire était, à tous les niveaux, discrète. Ce que Hitler voulait éviter, c&#8217;était un brusque et ostensible déploiement d&#8217;armes chimiques ou biologiques, qui aurait entraîné des représailles de même nature.<br /> <br /> _________________________<br /> <br /> * Cf. Baris (Tommaso), <em>Tra due fuochi. Esperienza e memoria della guerra lungo la linea Gustav</em>, Rome, Laterza, 2003, et « Le corps expéditionnaire français en Italie.<br /> Violences des « libérateurs » durant l&#8217;été 1944 », <em>Vingtième siècle </em>,1/2007, p. 47-61.<br /> ** Cf. Evans (Richard), <em>op. cit.</em>, t. 3, p. 552-563 et Snowden (Frank), <em>The Conquest of Malaria: Italy, 1900-1962</em>, New Haven, Yale University Press, 2006. <br /> *** Par un article intitulé « Deutsche biologische Kriegsführung in Italien? Nicht nur reine Spekulation, sondern Verdrehung der Tatsachen », dans la revue<em> Wehrmedizinische Monatsschrift</em>, vol. 54, n° 4, 2010, pages 131-137.<br /> <br /> <br /> ======================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> La Shoah sans utilité militaire, vraiment ?</span></strong><br /> <br /> [à propos d'un article de John Kenneth Galbraith qui, intoxiqué par Speer, prétend que l'Allemagne a gaspillé ses ressources et aurait dû être beaucoup plus difficile à vaincre ]<br /> <br /> Même le judéocide, qui semble le plus mériter ce diagnostic, outre qu&#8217;il portait sur un faible pourcentage de la main-d&#8217;oeuvre disponible et ne mobilisait pas de gros moyens matériels, s&#8217;est avéré d&#8217;une efficacité certaine pour donner à la population une conscience collective et, surtout, pour maintenir jusqu&#8217;au bout, sous l&#8217;effet de la peur des représailles, son unité. <br /> <br /> <br /> ===================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Sur le "Cercle de Kreisau"</span></strong><br /> <br /> <br /> Le comte Helmuth James von Moltke possède un domaine nommé Kreisau, en Basse-Silésie, et le groupe, essentiellement composé de nobles, s&#8217;y réunit en tout trois fois, en 1942-43 &#8211;la plupart des réunions ayant lieu à Berlin. Une lettre de Moltke à Peter Yorck von Wartenburg, le 17 juin 1940, peut être considérée comme l&#8217;acte de naissance du cercle. En ce jour de triomphe sur la France, il se donne pour vocation de réfléchir à la manière dont, en dix ans, la société allemande pourrait renouer avec le droit et les libertés. Fortement influencé par le christianisme et soucieux de voir l&#8217;Allemagne renouer avec ses « valeurs », il associe à ses réflexions des ecclésiastiques comme le cardinal-évêque de Berlin, Konrad von Preysing, et le jeune jésuite Alfred Delp. En 1941-42, plusieurs notables sociaux-démocrates, dont l&#8217;ancien député Julius Leber, rejoignent le cercle et influencent ses analyses. On voit apparaître aussi des diplomates comme Werner von Haeften et Adam von Trott zu Solz. Ce cercle est l&#8217;un des creusets où s&#8217;élabore l&#8217;idée d&#8217;un coup d&#8217;Etat et où mûrit l&#8217;idée qu&#8217;il doit commencer par l&#8217;élimination physique du dictateur.<br /> <br /> <br /> ===================================================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Himmler et l'attentat contre Hitler du 20 juillet 1944</span></strong><br /> <br /> <br /> <br /> Que savait Himmler sur les préparatifs du 20 juillet, et pourquoi n&#8217;a-t-il pas sévi plus tôt ? La question est souvent soulevée. Beaucoup d&#8217;auteurs glosent sur sa rencontre avec le ministre prussien Johannes Popitz, survenue le 26 août 1943, le jour même de sa prise de fonction au ministère de l&#8217;Intérieur du Reich. Du côté des résistants, l&#8217;entrevue est surtout connue par le journal de Hassell, qui note le 30 (Geissler est le nom de code qu&#8217;il donne à Popitz tandis qu&#8217;il appelle Himmler « C. ») :<br /> <br /> <em>Geissler raconte de façon intéressante sa conversation avec C., qui certes n&#8217;a pas vidé son sac, mais s&#8217;est cependant montré très ouvert. G. a, semble-t-il, très bien man&#339;uvré. Il n&#8217;a pas mentionné mon nom et il a bien fait. J&#8217;ai suggéré une rencontre entre C. et moi-même au premier adjoint [Karl Wolff]. Toute cette liaison est un pis-aller et ne saurait être conçue que comme une solution intermédiaire, mais tout ce qui aujourd&#8217;hui peut écarter la pire des catastrophes est juste.</em><br /> <br /> La résistance &#8211;ou du moins Hassell, un de ses membres les plus informés et les plus influents- apparaît désireuse d&#8217;attirer à elle le chef SS, pour gagner du temps : on sera toujours à même d&#8217;empêcher les SS de nuire, une fois qu&#8217;on aura décapité leur parti et son idéologie. Visiblement, Himmler joue le jeu. Mais est-ce bien celui de la résistance&#8230; et est-ce bien le sien ? Sa démarche converge en tout cas avec celle de <a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=568">Zech-Nenntwich au même moment à Londres</a>, quand il présente Fegelein comme le chef d&#8217;une fraction antinazie chez les SS, tout en n&#8217;excluant pas que Himmler soit aussi pour les Anglais un instrument utilisable. Cependant, la démarche de Popitz auprès de Himmler reste prudente, de même que celle de Hassell vis-à-vis de Wolff : leurs confidences ne sont pas de celles qui permettent à une police de suivre pas à pas une conspiration. Enfin, lorsqu&#8217;on fait de cette entrevue la preuve d&#8217;une manigance de Himmler avec la résistance contre Hitler ou au moins à son insu, on oublie que le chef SS en avait parlé de lui-même, le 3 août, devant les Reichsleiter et les Gauleiter, en spécifiant qu&#8217;il avait reçu le conspirateur avec l&#8217;accord préalable de Hitler. Ce discours himmlérien, destiné à offrir aux cadres nazis une version plausible des rapports entre le Führer et la Résistance, a été publié en 1953 dans un des premiers numéros des <em>Vierteljhahrshefte für Zeitgeschichte</em>* . Il n&#8217;est pas trop tard pour le lire de près :<br /> <em><br /> <br /> Un original, un ministre d&#8217;Etat Popitz, chercha pendant plusieurs mois à prendre contact avec moi. Il me fit dire par un intermédiaire qu&#8217;il souhaitait vivement me parler. Nous avons fait parler une fois cet intermédiaire, et lui avons fait raconter, et il a raconté à peu près ceci : certes il était nécessaire de mettre fin à la guerre, il fallait en venir à une paix avec l&#8217;Angleterre &#8211;exactement les idées d&#8217;aujourd&#8217;hui- et certainement la condition préalable serait que le Führer s&#8217;en aille, qu&#8217;il soit en quelque sorte mis à la retraite dans une fonction de président honorifique, et son groupe pensait clairement que cela n&#8217;allait pas à l&#8217;encontre des SS, car il espérait que je serais un Allemand compréhensif et responsable &#8211;seulement pour l&#8217;Allemagne bien sûr, pour l&#8217;amour du ciel qu&#8217;on n&#8217;aille pas voir là des préoccupations égoïstes- même si je ne participais pas.<br /> Quand j&#8217;entendis cela pour la première fois, j&#8217;allai tout de suite voir le Führer et lui dis : Je fais tout de suite son affaire au drôle, quelle insolence de me soumettre, à moi, une telle idée ! </em><br /> <br /> A en croire ce récit, il y a eu d&#8217;abord une approche prudente des deux côtés &#8211;on ne sait si l&#8217;intermédiaire, à ce stade, donne le nom de Popitz et il est probable que non : dans le cas contraire, il n&#8217;y aurait pas besoin d&#8217;un intermédiaire. Himmler, choqué par ce qu&#8217;il entend, veut tuer cet émissaire et en prévient Hitler, tout en lui racontant la conversation par le menu.<br /> <br /> <em>Le Führer rit et dit : Non, vous n&#8217;allez pas lui faire son affaire, mais écouter, le laisser venir, c&#8217;est intéressant, et s&#8217;il se découvre dès la première entrevue, là vous pouvez le faire arrêter tout de suite. Je dis : je dois avoir plein pouvoir de le laisser courir, que je décide ou non de l&#8217;arrêter tout de suite dans mon bureau. Il y a naturellement une vague redoutable, et des problèmes ici et là. Il y avait encore d&#8217;autres gens dans le coup. Un qui regardait du côté de l&#8217;Eglise catholique, un autre qui était et est encore en Suisse, et un autre, un esprit éminent, que nous avons déjà arrêté. Et un homme du ministère des Affaires étrangères qui est déjà condamné à mort, l&#8217;ambassadeur Kiep. Il était aussi dans cette affaire. Nous étions là absolument au c&#339;ur de l&#8217;affaire.<br /> Il y avait encore le colonel-général Halder. Il nous fallait avoir pour toutes les affaires des noms de code. Nous avons donné à l&#8217;ensemble celui de « Baroque », tant tout cela était baroque. Halder fut « Réserviste », puisqu&#8217;il se tenait en réserve pour prendre la tête de l&#8217;armée allemande. Beaucoup attendaient cela.</em><br /> <br /> Ici, Himmler révèle qu&#8217;il avait, à la veille de sa rencontre avec Popitz, repéré un certain nombre de gens. Mais pas tout à fait les bonnes personnes ! Il jette en pâture le nom du diplomate Otto Kiep (1886-1944), ancien consul à New-York et proche du cercle de Kreisau ; le catholique est peut-être l&#8217;évêque Preysing, et l&#8217;individu qui conspire depuis la Suisse, sans doute, Gisevius : l&#8217;un arrêté (dès le 16 janvier 1944 ; Kiep va effectivement être exécuté, le 26 août), l&#8217;autre intouchable, le troisième hors d&#8217;atteinte. Il n&#8217;en va pas de même du « réserviste » Halder&#8230; dont la survie, après que le chef des SS en a parlé sur ce ton, est plus que surprenante. Sans doute, de dossiers en interrogatoires, la Gestapo a-t-elle trouvé qu&#8217;il avait beaucoup râlé contre Hitler, un peu conspiré surtout à l&#8217;automne 1939, et point du tout agi en 1944. Beaucoup l&#8217;attendaient mais il a déçu&#8230; une fois de plus. Cette sortie de Himmler nous donne une piste : sans doute a-t-il cru lui-même que le général à surveiller était Halder (nous allons voir qu&#8217;il le dit quasiment en ces termes un peu plus tard), et a-t-il négligé Fromm dont Stauffenberg, par ailleurs, n&#8217;est devenu chef c&#8217;état-major que le 1er juillet.<br /> <br /> <em>Le premier entretien avec Popitz est, avec le recul, très intéressant. C&#8217;était ma première action de ministre de l&#8217;Intérieur, plutôt spéciale. Nous avons ensuite enregistré la conversation, pour qu&#8217;elle soit fixée. Il vint me voir au ministère. Mais il ne se livra pas autant que je l&#8217;aurais espéré. Il voulait avoir très vite une autre conversation. Mais pour moi l&#8217;affaire n&#8217;était pas encore assez mûre. J&#8217;ai fait mon rapport au Führer et lui ai dit : ce n&#8217;est pas encore mûr, là nous n&#8217;attrapons que quelques comparses, Popitz est à la lisière, il participe, mais les plus importants sont tout à fait ailleurs, dans un cercle derrière Monsieur Halder.<br /> J&#8217;ai ensuite fait revenir au moins une fois l&#8217;intermédiaire. Depuis le temps, depuis trois-quarts d&#8217;année, Popitz paraît tellement pâle . Quand on le voyait il était blanc comme un linge, la mauvaise conscience incarnée. Il m&#8217;adressa des télégrammes, fit téléphoner, fit demander ce qu&#8217;il en était du dr X, ce qui se passait, et je faisais des réponses de sphinx, de sorte qu&#8217;il ne savait jamais si ça se passait comme ci ou comme ça, avec mon accord ou contre ma volonté. Je me disais : le gaillard est trop lâche pour s&#8217;enfuir, et pour le moment il ne fera rien, car il a trop peur. Cela s&#8217;est avéré exact.<br /> Monsieur Halder, nous ne l&#8217;avons pas non plus arrêté, mais tenu à l&#8217;&#339;il. <br /> </em><br /> <br /> Himmler explique ensuite qu&#8217;il n&#8217;avait pas assez de renseignements sur les officiers pour procéder à des arrestations, bien qu&#8217;il ait compris que Hoepner était dangereux.<br /> <br /> Contrairement à ce que laisse supposer la rencontre, finalement unique, entre le chef SS et un membre de la résistance effectivement marginal, il est strictement impossible que Himmler n'ait pas parlé à Hitler d'un projet d'attentat contre lui s&#8217;il en avait eu vent précisément, et pas davantage qu'il ait résolu la question en se disant : "S'il vit c'est que la Providence le veut et s'il meurt, c&#8217;est à moi de jouer". Tant qu'il vit, Himmler lui rend compte et vient aux ordres. Il faut croire que tous deux pensent, comme au bon vieux temps de l'Abwehr, que les conspirateurs sont pusillanimes et encore assez loin de passer à l'acte. Ce qui est loin d'être entièrement faux, mais a une conséquence qui manque de leur être fatale... et qui finit par leur profiter : Stauffenberg, impatienté devant les hésitations de ses complices, et craignant que la conspiration soit empêchée d&#8217;aboutir par des infiltrations et des arrestations, se résout à cumuler le rôle de poseur de bombe et celui de chef du putsch consécutif. Cela aide la bombe à passer inaperçue... et le chef à se faire prendre quand il déclenche trop tard le putsch.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ______________________<br /> <br /> Cf. &#8220;Die Rede Himmlers vor den Gauleitern am 3. August 1944&#8221;, <em>Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte</em>, 4, 1953, p. 375-766.<br /> <br /> <br /> ============================================================================================== Mon, 06 Oct 2014 14:55:01 +0200