François DELPLA

Livre d'or

Par François
Delpla

Merci, Lovermind !

Laissons le passé, sinon pour constater ce qu'il nous enseigne. En l'occurrence, Hitler est un objet chaud, que la plupart n'abo [Suite...]

Livre d'or

 
Rss Valls valse et valsera
Valls valse et valsera


La France est en proie depuis près d'un an à un phénomène étrange : la cohabitation au sommet de l'Etat d'un président et d'un premier ministre aux personnalités et aux orientations différentes. Le phénomène n'est certes pas inconnu sous la Cinquième République, il est même assez récurrent (en dehors des périodes de "cohabitation" qui surviennent lorsque le président perd sa majorité parlementaire) et a pris de l'ampleur à l'époque où Sarkozy s'impatientait de la tutelle de Chirac. Mais justement il n'avait jamais accédé à Matignon où le président conservait, avec Raffarin puis Villepin, un partenaire respectueux.

Valls apparaît comme un Sarkozy aux dents encore plus longues et à l'arrivisme plus impatient, sans la fragilité et les maladresses qui donnaient malgré tout parfois à son devancier un air vaguement humain. Il pratique une escalade verbale et gestuelle quasiment quotidienne. Pour nous en tenir aux derniers jours :

-lundi 16 : apparition de l'expression "islamo-fascisme" (que Bush junior avait été le premier homme politique à employer, en 2006) pour désigner la nébuleuse djihadiste actuelle;

-mardi 17 : utilisation frauduleuse de la marée humaine du 11 janvier (en réaction aux attentats des jours précédents) pour en appeler à l'union nationale autour de sa politicienne et dérisoire "loi Macron"; utilisation contre sa propre majorité de l'article 49-3, une disposition antidémocratique dont Sarkozy lui-même avait, par une modification constitutionnelle, limité l'usage;

-mercredi 18 : justifications très aggravantes par lui-même et divers porte-parole de ce recours au 49-3. «Je ne pouvais pas prendre le moindre risque sur le vote de ce texte parce que se sont conjugués immobilisme, conservatisme, irresponsabilité, infantilisme» (Manuel Valls, 15h 12). Il ne faudrait pas jouer un projet de loi important "à la roulette russe" (Michel Sapin, 20h), "considérable gâchis pour de simples postures" (Michèle Delaunay, députée socialiste, ancienne ministre, sur Twitter).

Ainsi, le vote est assimilé à la roulette, et l'opinion d'autrui fustigée par le chef du gouvernement avec des accents de père fouettard, quand elle n'est pas traitée de "posture". Faut-il rappeler que la loi Macron se présente comme l'une de ces "réformes" réclamées par l'Union européenne en échange d'un nouveau délai accordé à la France pour ramener son déficit public à 3% du PIB ? On ne saurait être plus "postural" !

Ce tableau peut être complété par un coup d'oeil au comportement de Valls et de sa suite sur le "terrain", lors de sa récente visite à Marseille. L'investissement du lycée Victor Hugo par ces voyous des beaux quartiers parisiens a été vigoureusement dénoncée par l'équipe éducative, proviseur excepté http://www.liberation.fr/societe/2015/02/17/des-profs-de-marseille-ecoeures-par-la-mascarade-d-une-visite-ministerielle_1204436 . L'exaction la plus emblématique fut l'arrachage, par les visiteurs, de caricatures d'élèves illustrant la liberté d'expression, pour afficher un imprimé officiel : la charte de la laïcité !

D'une façon générale, les idéologues du libéralisme, qui ne faisaient pas partie au XIXème siècle des promoteurs de la démocratie mais s'étaient à peu près résignés, après 1945, à prôner le respect des verdicts électoraux, sont en train d'en revenir devant les complications du monde d'après guerre froide. Il semble que Manuel Valls soit à l'avant-garde de cette évolution. Son aversion envers la démocratie éclate un peu plus chaque jour.

Mais il est possible que Syriza et Tsipras commencent à troubler son sommeil.


Montigny, le 19 février 2015



PS.- Extrait d'une interview de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, dans le Figaro du 29 janvier :

" Comment l’Europe démocratique doit-elle traiter un pays qui décide
démocratiquement de sortir du rang ?


Il ne peut pas y avoir de choix démocratique contre les traités européens. (gras FD) On ne
peut pas sortir de l’euro sans sortir de l’Union européenne. À l’inverse, pour
revenir, il faudrait que les 28 parlements nationaux soient d’accord, avec traité
d’adhésion et ratifications idoines. C’est une pure spéculation. Le débat sur la
sortie de la Grèce de la monnaie commune est un faux débat. Vous dénoncez
régulièrement le populisme, à droite comme à gauche."

Le populisme, nouveau nom de la démocratie : la boucle est bouclée.
Rappel : en 2005, après le rejet du traité constitutionnel par les électeurs hollandais et français, Juncker avait mis fin à cette série noire (pour lui et pour tant d'autres) en faussant le référendum luxembourgeois par l'annonce de sa démission de premier ministre (populaire à l'époque) en cas de votre négatif.

(mis en ligne le 5 mars 2015)

PS 2 (24 mars) à propos des élections départementales


Suivant le rite établi, le rideau se lève le dimanche soir à 20h et les médias livrent le "résultat" sous la forme des projections des instituts de sondage à partir des résultats des bureaux de votre qui ont fermé à 18h :

UMP-UDI-Modem : 29,2 (IFOP) à 38,5 % (Ipsos)...en réalité : 29

FN : 23 (Ipsos) à 26,3 % (IFOP).............................en réalité : 25

PS et alliés : 21,4 (IFOP) à 27 % (Ipsos).................en réalité : 21

Front de gauche : 5,8 (IFOP) à 7,5 % (Ipsos)

EELV : 1,3 (IFOP) à 2 % (Ipsos)


Valls prend la parole à 20h 10 (tous records battus) avec un discours très écrit, fondé sur les chiffres de l'IPSOS (qui gonflent le score du PS au détriment de tous les autres partis, sauf la droite classique). Il s'agit de faire entrer dans la tête des gens plusieurs légendes : bonne tenue du PS, absence de désaveu de sa politique, efficacité de la part personnelle prise par Valls à la campagne (participation à des meetings, dénonciation solennelle du Front national), gonflement jusqu'aux limites de l'absurde du score de la droite classique, laminage de la gauche non socialiste.
L'individu qui méprise le suffrage universel veut tout-à-coup faire croire qu'il le maîtrise !


Les mésaventures d'un "droit de réponse" d'Ipsos : http://blogs.mediapart.fr/blog/francois-delpla/230315/un-ahurissant-discours-de-valls



édito précédent
 
 
Note: Aucune note
(0 note)
Ecrit par: François Delpla, Le: 19/02/15