Derniers articles https://www.delpla.org Derniers articles (C) 2005-2009 PHPBoost fr PHPBoost Des perles contre l’histoire https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-2+des-perles-contre-l-histoire.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-2+des-perles-contre-l-histoire.php <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="color:red;"><span style="font-size: 15px;">Rubrique ouverte à tous les vents de l&#8217;exagération pieuse, à tous les piments qui corsent les hagiographies et à tous les exorcismes des imprécateurs</span><br /> </span></span></strong><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.delpla.org/forum/viewforum.php?f=16&amp;sid=2c76eb60d50efa2af3f24e69bb008e9d">pour débattre</a> des sujets ici abordés<br /> <br /> <a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=446">perles plus anciennes</a><br /> <br /> <br /> =============================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;"> Perle secrétée par une épidémie fatale au tourisme</strong></span></span><br /> <br /> Sur BFM-TV, 12h 35 :<br /> <br /> "L'hôtelier a fait une croix sur les vacances de Pâques"<br /> <br /> (mis en ligne le 8 avril 2020)<br /> <br /> ===============================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Un record de critique-boomerang </strong></span></span><br /> <br /> De Maurice Szafran dans<a href="https://www.challenges.fr/politique/les-troubles-ressorts-de-la-haine-anti-macron_694518?fbclid=IwAR1dSwX4TztXrngfN8WaFUpwXngQRxxSxt4JD9iSDNxnz-MZk1zbnh143m4"> Challenges</a>, à la mi-janvier 2020, à propos de la campagne présidentielle de 2017 et de deux reproches adressés au candidat Macron :<br /> <br /> "cette campagne suintait l&#8217;antisémitisme appliqué à un non-juif"<br /> <br /> Les deux reproches : celui de ne pas aimer la France, au profit l'ensemble européen et atlantiste; celui de n'avoir d'autre réussite professionnelle à son actif qu'un passage à la banque Rothschild.<br /> <br /> Qu'est-ce qui est le plus raciste ? Ces reproches, s'ils sont étayés d'arguments pertinents ? Ou le fait de voir là de l'antisémitisme ??!!<br /> <br /> (mis en ligne le 20 janvier 2020) <br /> <br /> =============================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Quand un FOG sème le brouillard... </strong></span></span><br /> <br /> en renversant le cours du temps :<br /> <br /> "des listes de juifs qui circulent sur Twitter, comme au temps du IIIe Reich"<br /> <br /> (éditorial de Franz-Olivier Giesbert dans le<em> Point</em>, 11 novembre)<br /> <br /> <a href="https://www.pressreader.com/france/le-point/20191114/281496458106595">https://www.pressreader.com/france/le-point/20191114/281496458106595</a><br /> <br /> (mis en ligne le 17 novembre 2019)<br /> <br /> ============================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Génie stratégique contre Gilets jaunes </strong></span></span><br /> <br /> France Inter, le 16 décembre, 7h 30 :<br /> <br /> "Pour désamorcer les inquiétudes, le ministère de l'Education accélère la mise en place des réformes."<br /> <br /> (mis en ligne le 25 décembre 2018)<br /> <br /> =============================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Plus courtisan, tumeur !</strong></span></span><br /> <br /> "Macron a entièrement raison sur le fond, c'est la France qui va mal "<br /> <br /> d'un prof de philo nommé Alain Dermerguerian, pendant la crise des "Gilets jaunes"<br /> <br /> (mis en ligne le 3 décembre 2018)<br /> <br /> <br /> <br /> ==========================================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Méfiez-vous des soixante-huitard.e.s ! </strong></span></span><br /> <br /> <br /> De Laurence Hansen-Løve, qui avait pourtant, comme moi, vingt ans... (dans une discussion <a href="https://www.facebook.com/laurence.hansenlove/posts/10156882850269214?comment_id=10156882883829214">sur son mur facebook</a> ) :<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;">Thomas Muntzer</span> "Soyons réaliste, demandons l'impossible !" enfin mis en marche ! Célébration / hommage de mai 68 voulu par Micron.<br /> <span style="text-decoration: underline;">Laurence Hansen-Løve</span> Le pouvoir d'achat, en mai 68?<br /> <span style="text-decoration: underline;">François Delpla</span> C'est vrai quoi, à la fin : les accords de Grenelle n'ont augmenté le SMIG que de 30 %.<br /> <br /> On a beau avoir vécu une époque, on peut être tributaire de l'image convenue qui en subsiste (la phrase de Laurence H-L vise à opposer les idéaux soixante-huitards au vil matérialisme des présents "gilets jaunes").<br /> <br /> (mis en ligne le 27 novembre 2018)<br /> <br /> <br /> <br /> ================================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">A propos du mouvement des gilets jaunes, d'un macronien décomplexé </strong></span></span><br /> <br /> <br /> <a href="https://www.facebook.com/619194213/posts/10156868428809214/?comment_id=10156868586084214">sur Facebook </a><br /> <br /> "Je crois que le sujet est beaucoup moins un déficit de communication du gouvernement, qu'un déficit de disposition à écouter de la part des oppositions."<br /> <br /> (mis en ligne le 20 novembre 2018)<br /> <br /> ===============================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;"> Sans titre </strong></span></span><br /> <br /> France Info, octobre 2018 :<br /> <br /> A la suite d'un glissement de terrain, la prison avait dû fermer ses portes.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 9 novembre 2018)<br /> <br /> <br /> ======================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Arithmétique : le niveau baisse </strong></span></span><br /> <br /> de <a href="https://fr.gatestoneinstitute.org/11524/france-terrorisme-antisemitisme-musulman">Guy Millière</a> :<br /> <br /> <em>Ilan Halimi a été enlevé en janvier 2006 (...)<br /> Ils ont été jugés à huis clos. Leur chef, Youssouf Fofana, a craché sa bile contre les Juifs et crié avec véhémence le nom d'Allah pendant tout le procès, si bien que la cour n'a pu cacher qu'il était un antisémite musulman. Il a été condamné à la prison « à vie » - ce qui en France signifie 18 à 20 ans d'incarcération. S'il n'avait pas agressé ses gardes pendant son emprisonnement, il aurait déjà été libéré.</em><br /> <br /> (mis en ligne le 10 décembre 2017)<br /> <br /> ========================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;"> Ce que les médias vous cachent ! </strong></span></span><br /> <br /> <a href="http://peupledefrance.com/2017/08/le-fascisme-de-gauche-gagne-du-terrain.html">http://peupledefrance.com/2017/08/le-fascisme-de-gauche-gagne-du-terrain.html</a><br /> <br /> <br /> "Le programme du parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) reprend tous les points du programme proposé par Karl Marx et Friedrich Engels dans le <em>Manifeste du parti communiste&#8239;</em>."<br /> <br /> (mis en ligne le 12/10/2017)<br /> ===================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Qui recrute pour les djihadistes ?</strong></span><br /> <br /> <br /> "Pour la députée Danièle Obono, un agent de la RATP qui refuse de conduire un bus après une femme n'est pas forcément radicalisé."<br /> <br /> <a href="http://www.atlantico.fr/decryptage/daniele-obono-france-insoumise-pense-sans-doute-que-deux-femmes-tuees-marseille-ont-ete-assassinees-misogyne-radicalise-3181626.html#Jkhu0Y6FUWSYcQ47.99">http://www.atlantico.fr/decryptage/daniele-obono-france-insoumise-pense-sans-doute-que-deux-femmes-tuees-marseille-ont-ete-assassinees-misogyne-radicalise-3181626.html#Jkhu0Y6FUWSYcQ47.99</a><br /> <br /> avertissement : ce titre, qui pourrait être une louange, est un reproche !<br /> <br /> (mis en ligne le 3octobre 2017)<br /> ==================================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Achille a son Patrocle</span></strong></span><br /> <br /> <br /> de Chistophe Castaner, porte-parole de l'apprenti-président :<br /> <br /> "J&#8217;assume cette dimension amoureuse. Mon niveau d&#8217;exigence envers moi-même est tel que si je dois avoir un chef, je dois avoir de l&#8217;admiration pour lui. Et Emmanuel est fascinant. Tout l&#8217;est chez lui : son parcours, son intelligence sa vivacité, sa puissance physique même (&#8230;.)<br /> Aujourd&#8217;hui, lorsque l&#8217;on me pose des questions auxquelles je n&#8217;ai pas de réponse gouvernementale, je m&#8217;en tire parce que je sais comment il réagirait. Et je ne me suis pas souvent planté. "<br /> (déclaration au<em> Point</em>, 29/9)<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 1er octobre 2017)<br /> <br /> <br /> ====================================================<br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Une des rares sorties amusantes contre Jean-Luc Mélenchon</span></strong></span><br /> <br /> <a href="http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2017/09/18/melenchon-ne-veut-voir-que-sa-seule-tete-a-gauche,2176462.php">Dans la<em> République des Pyrénées</em></a><br /> <br /> De Jean-Michel Helvig , à propos de l'absence du leader de la France insoumise à la fête de l'Humanité (il tenait meeting à la Réunion) : <br /> <br /> "un Jean-Luc Mélenchon pas mécontent de constater que l&#8217;on a plus parlé de sa défection que s&#8217;il avait été présent."<br /> <br /> Encore eût-il fallu qu'il n'envoyât, à La Courneuve, que son hologramme !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 20 septembre 2017)<br /> <br /> <br /> ======================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Heidegger innocente victime de sa date de naissance</span></strong></span><br /> <br /> «&#8201;Cela ne l&#8217;honore pas, mais Heidegger a été victime de sa puissante propagande et de son propre aveuglement au sujet de la révolution dont l&#8217;Occident aurait besoin. Il faut tenir compte de cette situation de détresse quand on condamne aujourd&#8217;hui Heidegger depuis le confort de nos écrans d&#8217;ordinateur grâce auxquels nous avons commodément accès à plusieurs sources d&#8217;information. Heidegger n&#8217;avait pas ce privilège.&#8201;»<br /> (de Jean Grondin, professeur de philo à l'université de Montréal, <em>Le Devoir</em>, 4 février 2017)<br /> <br /> (mis en ligne le 10 septembre 2017)<br /> <br /> <br /> <br /> ==========================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">La loi Gayssot à toutes les sauces</span></strong></span><br /> <br /> <em><br /> En 1990, une loi rédigée par un député communiste, Jean-Claude Gayssot, a été adoptée. Elle stipulait que « toute discrimination fondée sur l'appartenance ethnique, la nationalité, la race ou la religion est interdite ». </em><br /> <br /> nous apprend Guy Millière le 14 mars 2017 <a href="https://fr.gatestoneinstitute.org/10057/france-spirale-mort">sur le site du Gatestone Institute</a>. Or cette citation est un simple rappel de la loi du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme. La seule originalité du texte dit "Gayssot" réside dans l'adjonction d'un paragraphe réprimant le négationnisme, formulé de telle sorte qu'il ne s'applique qu'à la négation des génocides nazis - il n'a été appliqué qu'à celle de la Shoah :<br /> <br /> "Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l&#8217;article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l&#8217;article 23, l&#8217;existence d&#8217;un ou plusieurs crimes contre l&#8217;humanité tels qu&#8217;ils sont définis par l&#8217;article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l&#8217;accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d&#8217;une organisation déclarée criminelle en application de l&#8217;article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale." <br /> <br /> Cela n'empêche pas Millière d'écrire : <br /> <br /> <em>Depuis lors, la loi a été utilisée pour criminaliser toute critique de la délinquance arabe et africaine, toute question sur l'immigration venue du monde musulman, toute analyse négative de l'islam. De nombreux auteurs ont été condamnés à une amende, et la plupart des livres « politiquement incorrects » sur ces sujets ont disparu des librairies.</em><br /> <br /> (mis en ligne le 15 mars 2017)<br /> <br /> ================================================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Pour ces imprécateurs, une hirondelle fait moult printemps !</span></strong></span><br /> <br /> Lu sur <a href="http://ripostelaique.com/une-petite-annonce-qui-demontre-lislamisation-et-la-chariatisation-de-la-france.html">Riposte laïque</a> le 1er novembre 2016 :<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Une </span></strong><em>petite annonce dans « Le Bon Coin » qui démontre l&#8217;islamisation et la chariatisation de la France<br /> Publié le 18 août 2012 - par Djamila Gérard - Pas de commentaires - 184 227 vues</em><br /> <br /> Le texte de l'annonce : "vends licence n°4 pour boisson alcoolisée; motif : clientèle à majorité musulmane ".<br /> <br /> <br /> effectivement cela se passe de commentaires !<br /> <br /> <br /> Digne de remarque est cependant la date : le site remonte en lien à la Une un billet vieux de quatre ans. La chariatisation ne doit pas être galopante !<br /> <br /> (mis en ligne le 1er novembre 2016)<br /> <br /> ================================================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">Lévy danse ? ah, mal gammé !</span></strong></span><br /> <br /> <br /> " Le djihadisme, l'islamisme radical, c'est bien le dernier avatar du nazisme. Vous connaissez l'histoire. Le nazisme, dans les années vingt et trente du siècle dernier, a été une révolution planétaire. Il y a donc eu, dans le monde arabe comme ailleurs, une forme de nazisme née avec les Frères musulmans. Or, en 1945, il y a eu le fantasme d'un nazisme qui n'aurait été qu'européen et aurait miraculeusement épargné le monde arabao-musulman. Eh bien, Al-Quaida hier Daesh aujourd'hui, c'est ça ! C'est le retour du refoulé !" (BHL, JDD, 22 mai)<br /> <br /> Bernard, tu te moques de ton ancien condisciple !<br /> Tu savais bien pourtant que tu avais erré sur cette question. Je te l'avais dit en perlifiant tes propos le 12 septembre 2012 (cf. ci-après) et le <a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=446">2 décembre 2007</a><br /> <br /> Certes tu as gagné sur moi une bataille, celle de la "visibilité". Ce n'est pas une raison suffisante pour croire qu'il soit prudent de mépriser mes avis.<br /> <br /> (mis en ligne le 1er juin 2016)<br /> <br /> <br /> =================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 15px;"><strong><span style="text-decoration: underline;">2016 : grand débat sur le sort à réserver à <em>Mein Kampf</em></span></strong></span><br /> <br /> CE LIVRE DOIT ETRE BRULE UN POINT C EST TOUT<br /> <br /> écrit une commentatrice qui signe "meller danielle" sur le <a href="http://www.europe-israel.org/2016/05/prouesse-chaine-arte-qui-diffuse-un-documentaire-sur-mein-kampf-sans-jamais-dire-que-cest-un-best-seller-dans-les-pays-arabes/comment-page-1/#comment-433462">site d'Europe-Israël</a><br /> <br /> En voilà, une bûcheuse !<br /> <br /> (mis en ligne le 10 mai 2016)<br /> <br /> =============================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 15px;"><br /> Forme et fond, degré zéro</span></span></strong><br /> <br /> <br /> Dans <a href="http://www.lejdd.fr/Societe/Faits-divers/Chantage-au-roi-du-Maroc-la-DGSE-dement-avoir-transmis-aux-journalistes-un-rapport-sur-Mohammed-VI-749133">l'édition en ligne</a> du<em> Journal du dimanche</em>, sous un article ayant trait au duel entre le pouvoir marocain et les journalistes Eric Laurent et Catherine Graciet, arbitré par l'Etat français en faveur de son homologue maghrébin :<br /> <br /> <em>Par christianeG<br /> Posté le 02/09/2015 à 10h37 <br /> <br /> "ah les medias socialistes,tous honnêtes surtout sur au monde mediapart et compagnie !il est temps d'amoindrir les pouvoirs de cette caste,comment? terminer les subventions,boycott de leurs journeaux ! même chose pour l'emprise du grand orient! il faut nettoyer la france de tous ces gens! "</em><br /> <br /> Quand des conservateurs illettrés répudient l'orthographe, la syntaxe et jusqu'à la majuscule du mot France, on peut vraiment dire que tout fout le camp !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 4 septembre 2015)<br /> <br /> =============================================================<br /> <br /> <strong><span style="font-size: 15px;"><span style="text-decoration: underline;">Pour Jean-Marie Cavada, Aube Dorée fait partie du gouvernement Tsipras !</span></span></strong><br /> <br /> <br /> France-Inter, mardi 7 juillet, émission "le téléphone sonne"<br /> <br /> Ancien ténor de l'audiovisuel public, présentement député européen du parti de François Bayrou, ce citoyen laisse son cerveau dériver au gré de l'intoxication ambiante.<br /> La classe politique et la grande majorité des médias d'Europe, acharnés à rechercher la chute du gouvernement Tsipras depuis sa formation en janvier dernier, ont toujours fait grand cas de l'alliance de Syriza, qui avait manqué de deux sièges la majorité absolue, avec un petit parti souverainiste de droite. Maints commentaires en font une alliance sur un pied d'égalité, une "union des extrêmes", etc.<br /> Débattant avec trois autres personnes, dont un membre de Syriza, Cavada affirme avec assurance que le gouvernement grec comprend des membres du parti "Aube dorée" (ouvertement néo-nazi, compromis dans des affaires criminelles et en perte de vitesse aux dernières élections). Aussitôt démenti, il "retire cela"... sans pouvoir faire oublier le dévoilement furtif de sa confusion mentale.<br /> <br /> <a href="http://www.franceinter.fr/emission-telephone-sonne-europe-grece-apres-le-referendum-et-maintenant">http://www.franceinter.fr/emission-telephone-sonne-europe-grece-apres-le-referendum-et-maintenant</a><br /> <br /> (mis en ligne le 10 juillet 2015)<br /> <br /> <br /> =============================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 11px;">Bonnet d'âne à partager entre Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez</span></span></strong><br /> <br /> <br /> dans le <em>Monde</em> daté du 3 mai, ils cosignent une assez lourde leçon d'histoire. Las, ils utilisent l'expression "<em>s'en</em> rappeler".<br /> <br /> <br /> <br /> Il faudra <em>se le</em> souvenir si un jour on songe à l'un ou à l'autre pour le ministère de l'Education <strong>nationale</strong> !<br /> <br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 4 mai 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> =============================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 13px;">La quintessence du négationnisme</span></span></strong><br /> <br /> <a href="http://passouline.blog.lemonde.fr/2009/01/05/la-bibliotheque-ideale-dadolf-hitler/">http://passouline.blog.lemonde.fr/2009/01/05/la-bibliotheque-ideale-dadolf-hitler/</a><br /> Sur le blog de Pierre Assouline :<br /> <br /> <br /> <em><br /> Je ne pense pas qu&#8217;Hitler ait été un &#8216;grand&#8217; lecteur. Un petit collectionneur de livres, tout au plus.<br /> Rédigé par : hortensia | le 05 janvier 2009 à 22:18</em> | |<br /> <br /> Derniers mots d'une discussion<a href="http://www.livredepoche.com/biographie-timothy-ryback-2333"> sur le livre</a> de Timothy Ryback, tirant parti (mieux vaut tard que jamais) des volumes saisis par les Américains dans les demeures du dictateur, censé jusque là avoir puisé sa "culture d'autodidacte" dans des "brochures".<br /> <br /> Cachez ces annotations que je ne saurais voir !<br /> <br /> (mis en ligne le 19 avril 2015)<br /> <br /> ======================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 13px;">France-Inter et l'accélération de l'histoire</span></span></strong><br /> <br /> <br /> au journal de 13 h, le 21 mars 2015 :<br /> <br /> <em>La marée du siècle est un phénomène qui se produit tous les 18 ans.</em><br /> <br /> (mis en ligne le 22 mars)<br /> <br /> =============================================================================<br /> <br /> <span style="font-size: 12px;"><br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Voudrait-on renforcer Poutine...</span></strong></span><br /> <br /> <br /> ... par des reproches faciles à réfuter ?<br /> <br /> <a href="http://www.mediapart.fr/journal/international/040215/mediapart-et-lukraine-quelques-mises-au-point?onglet=full">Sur Mediapart</a><br /> <br /> <em>En suscitant, au terme d'un référendum truqué, le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, le Kremlin a ainsi pris l'initiative de remettre en cause ce qui construit le système de paix et de sécurité en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale : l'intangibilité des frontières.</em><br /> <br /> (François Bonnet, 4 février 2015, article « Mediapart et l&#8217;Ukraine : quelques mises au point »)<br /> <br /> Une vision très unilatérale du retour de la Crimée à la Russie en mars 2014, et une étrange analyse de l&#8217;histoire européenne depuis 1945 en général et 1991 en particulier, les frontières européennes ayant fait alors plus que bouger, bien avant l&#8217;arrivée de Poutine au pouvoir.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 7 février 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> ==============================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><span style="font-size: 12px;">Le bourreau peut-il être un témoin fiable de la victime ?</span></span></strong><br /> <br /> <br /> <em>« Vous voulez la France de Dunkerque à Tamanrasset ? Je vous prédis, moi, que vous aurez l&#8217;Algérie de Tamanrasset à Dunkerque ».</em><br /> Ces propos qu'on retrouve sur divers sites favorables à l'OAS et qui connaissent une nouvelle floraison depuis les attentats de Paris (le plus souvent sous la plume de José Castano; <a href="http://www.europe-israel.org/2015/01/islam-le-sombre-avenir/">exemple</a> ) auraient été tenus par le dirigeant nationaliste algérien Larbi Ben M'hidi aux parachutistes français qui l'arrêtaient lors de la bataille d'Alger (1957), de torturante mémoire. <br /> On n'a plus eu aucune nouvelle de Ben M'hidi avant mai 2001, dans un livre où le général Aussaresses indiquait qu'il avait présidé à sa pendaison maquillée en suicide, quelques jours après son arrestation.<br /> <br /> <br /> <br /> <a href="https://www.youtube.com/watch?v=ByOPi5I8cBA">Les aveux de Paul Aussaresses</a><br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 29 janvier 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> =========================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Attentats de janvier 2015 : où mène la passion anti-taubirale</span></strong><br /> <br /> <br /> <em>s'il avait purgé la totalité de cette peine, la jeune policière et les victimes juives de l'Hyper Cacher seraient encore en vie.<br /> <br /> Et saviez-vous que, pour Christiane Taubira, ces remises de peine sont encore insuffisamment généreuses ? </em><br /> <br /> Tel est, à propos du quintuple meurtrier des 8 et 9 janvier Amedy Coulibaly, condamné en décembre 2014 mais laissé en liberté, le jugement d'<a href="http://e.institutpourlajustice.org/a/?F=p8hxt3nm8dnf8p8qz4zks9j9q3l6vchkqpjhmsw4np4eftyc6lxyv9a-5734951">une officine pour qui la prison résout tout</a>.<br /> <br /> Redoublant de finesse, cette littérature se fait mathématique, additionne aux victimes de Coulibaly celles de Mohamed Merah, Mehdi Nemmouche et Chérif Kouachi, soit 28 au total, tranche que tous auraient dû être sous les verrous au moment de leurs attaques et conclut que "si notre système pénal fonctionnait normalement, toutes les victimes de ces terroristes seraient encore en vie aujourd'hui ".<br /> <br /> Voilà qui est très rassurant : nous avons affaire à des tireurs isolés et non à une armée... à moins que cette armée ait disposé en tout et pour tout de cinq soldats.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 26 janvier 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ===========================================================================<br /> <br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Eric : des Verhaeghe pour se faire battre !</span></strong><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.eric-verhaeghe.fr/charlie-hebdo-allah-met-fin-70-ans-dinsouciance-francaise/">Sur son blog</a>, un énarque nommé Eric Verhaeghe fait la leçon au trio qui vient d'ensanglanter la France :<br /> <br /> <em>Moi, je suis arrivé en France en 1986, c&#8217;est-à-dire pas très longtemps avant leur naissance. Je suis fils d&#8217;ouvrier, dans ma famille, il n&#8217;y avait pratiquement pas de livre (sic), les bibliothèques étaient indigentes, les infrastructures publiques quasi-inexistantes, mais on savait que, pour en sortir (sic), il fallait bosser. Quand je suis arrivé à Paris, j&#8217;ai été scotché (sic) par le nombre de bibliothèques publiques, de terrains de sport, de musées gratuits.<br /> <br /> Qu&#8217;un gamin à Paris ose expliquer qu&#8217;on ne fait rien pour lui, c&#8217;est évidemment une aberration, un mensonge. </em><strong>Les Coulibaly, les Kouachi, ont disposé dans leur enfance de tout ce qu&#8217;il fallait pour s&#8217;en sortir</strong> (souligné par FD)<em>. La seule chose qui leur a manquée (sic), c&#8217;est le courage d&#8217;y arriver, et le travail qui va avec. Je ne suis en aucune manière responsable de leur échec, ni de leur folie. La seule faute leur incombe à eux (sic).<br /> <br /> Il y en a marre (sic) de tous ces discours où les fauteurs de trouble (sic) sont systématiquement exonérés de leur responsabilité.</em><br /> <br /> Cependant sa propre biographie, sur son propre site, permet de nuancer le caractère prolétarien de son parcours et l'indigence culturelle, tout comme l'exotisme, de son milieu d'origine :<br /> <br /> <em>Je suis né le 9 décembre 1968, à Liège, en Belgique. (...)<br /> Je fais mes études secondaires à Liège, à l&#8217;athénée Charles-Rogier, où j&#8217;apprends le latin et le grec. L&#8217;athénée (minuscules, sic) est installé rue Charles Magnette.<br /> En 1986, j&#8217;arrive à Paris, pour faire une hypokhâgne au lycée Henri-IV. J&#8217;y fais aussi une khâgne.<br /> </em><br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 14 janvier 2015)<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> ========================================================================<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Le total obsédé du totalitarisme récidive</span></strong><br /> <br /> <br /> <em><br /> François Hollande n&#8217;a jamais été à la hauteur de la moindre situation. Son élection en 2012 a été le fruit des erreurs multiples commises par Nicolas Sarkozy, mais aussi celui d&#8217;une campagne de presse d&#8217;une férocité sans précédents menée contre celui-ci : la presse française, et plus généralement, les médias, sont les gardiens du « politiquement correct », donc du totalitarisme doucereux qui règne sur ce pays.</em><br /> <br /> (s) <a href="http://sentinellededieu.com/2014/12/28/mille-soldats-deployes-en-france-contre-la-maladie-mentale-qui-fait-crier-allahou-akbar/">Guy Millière</a><br /> <br /> <br /> Inculte, grossier, myope, adepte de l'incantation, parjure, agité, stérile, prévaricateur, égolâtre et jamais responsable de rien, Sarkozy était en 2012 le plus mauvais président qu'ait connu la Cinquième. Mais attention : il ne fallait pas le dire trop crûment, pour lui permettre d'être réélu. <br /> <br /> Toute autre conduite était totalitaire !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 28 décembre 2014)<br /> <br /> <br /> (voir ci-après la perle du 8 mai 2013 : le totalitarisme était alors partiel, à présent le voilà doucereux)<br /> <br /> <br /> ======================================================================<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">L'homme pressé</span></strong><br /> <br /> <br /> <a href="http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/10/14/31003-20141014ARTFIG00155-guilluy-tribalat-zemmour-cachez-ces-intellectuels-que-je-ne-saurais-voir.php">Du<em> Figaro</em> </a><br /> <br /> <em>Machin est journaliste et écrivain. Son <strong>prochain</strong> livre</em> Dupont, Tartempion, la France et Moi <em><strong>vient de</strong> paraître chez Prems Editions.</em><br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 25 octobre 2014)<br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;"><br /> Epitaphe pour Christophe de Margerie</span></strong><br /> <br /> Dans le concert d'éloges surgi après la mort accidentelle du PDG de Total, on entend dire qu'il avait "gravi tous les échelons de l'entreprise". Par exemple sur France Inter dans le journal de 7h et France-Culture dans celui de 8.<br /> <br /> Encore un effort, messieurs-dames : ajoutez la touche de vécu qui rendra plus frappant votre propos, en nous rappelant le nom du pétrolier pourri où ce fils de prolétaire avait débuté comme matelot sous-payé !<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 21 octobre 2014)<br /> <br /> <br /> <br /> ----------------------------------------------------------------------------------------<br /> ----------------------------------------------------------------------------------------<br /> <br /> <strong>A propos de la grève des masochistes pilotes d'Air France</strong><br /> <br /> <em><br /> Les pilotes jouissent d'une mauvaise réputation</em><br /> <br /> (du spécialiste aéronautique de <em>France Info</em>, le 29 septembre en milieu de journée)<br /> <br /> (mis en ligne le 2 octobre 2014)<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><br /> L&#8217;ignorance crasse d&#8217;Alain Finkielkraut sur le nazisme</strong><br /> <br /> Du plus prolifique de nos pères Hamptoire <a href="http://www.lenouveleconomiste.fr/alain-finkielkraut-il-ny-a-pas-de-nation-sans-preference-nationale-20733">http://www.lenouveleconomiste.fr/alain-finkielkraut-il-ny-a-pas-de-nation-sans-preference-nationale-20733</a> :<br /> <br /> "Le geste inaugural de la Seconde Guerre mondiale fut, on semble l&#8217;avoir oublié, les troupes de la Wehrmacht repoussant dans un grand éclat de rire les barrières séparant l&#8217;Allemagne de la Pologne, car cette guerre était une guerre impériale contre les nations européennes, <em>au mépris des frontières</em> et, par-delà des frontières géographiques et historiques, <em>au mépris de toute limite</em>. Hitler, c&#8217;est l&#8217;hubris totalitaire. La démesure." (souligné par moi)<br /> <br /> Le nazisme se déployait en fait dans une double limite :<br /> <br /> - celle de la race, qui lui imposait, dans son rêve de domination mondiale, au moins un partenariat "aryen" obligatoire, celui de la Grande-Bretagne ;<br /> <br /> - celle du réalisme géopolitique, qui jouait dans le même sens : il fallait rassurer Londres en n&#8217;ayant strictement aucune ambition maritime ou coloniale, et en ne cherchant une expansion que là où la Grande-Bretagne n&#8217;avait encore dirigé ni ses vues ni ses pas : le monde slave.<br /> <br /> La sauvagerie contre la Pologne, aboutissant à maltraiter sa population plus encore que celle de l&#8217;URSS, était donc bien au premier chef une question de "frontière".<br /> <br /> Par ailleurs, cette agression était un coup de billard à trois bandes contre la France. Mais cette réalité reste à mettre en lumière et ne relève pas spécialement de l&#8217;ignorance de "Finkie".<br /> <br /> NB.- "fut les troupes" : est-ce très académique ?<br /> <br /> (mis en ligne le 19 septembre 2014)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Encore !</strong><br /> <br /> De Marc Nacht sur <em>Causeu</em>r le 13/8/2014, à Renaud Girard du <em>Figaro</em> qui désapprouve l&#8217;inscription du Hamas palestinien sur la liste des organisations terroristes établie par l&#8217;Union européenne :<br /> <em><br /> Votre argument est simple : le Hamas a été élu démocratiquement. On pourrait vous rétorquer : le parti nazi n&#8217;avait-il été, lui aussi, élu « démocratiquement » ?</em><br /> <br /> Rappel : le NSDAP, avant d&#8217;arriver au pouvoir, n&#8217;a jamais dépassé le chiffre, énorme mais éloigné de la majorité, de 37% des voix. Hitler lui&#8212;même avait obtenu ce score lors de la seule élection à laquelle il s&#8217;était présenté, la présidentielle de 1932, et il avait été battu.<br /> <br /> (mis en ligne le 12 septembre 2014)<br /> <br /> (voir ci-après la perle du 19 mai 2010)<br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><br /> La nouvelle bataille de Fontenoy</strong><br /> <br /> <br /> semble à première vue plus aisée que celle qu&#8217;a gagnée Maurice de Saxe le 11 mai 1745, et devrait réclamer moins d&#8217;efforts qu&#8217;une traversée du Pacifique à la rame.<br /> <br /> Maud Fontenoy vient en effet de déclarer sur France Inter :<br /> <br /> "Je me bats pour qu&#8217;écologie rime avec économie."<br /> <br /> (mis en ligne le 13 février 2014)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Jean-Paul Brighelli inculte... pas seulement sur les cultes</strong><br /> <br /> Ce pédagogue peu avare d&#8217;éloges pour les institutions scolaires d&#8217;antan n&#8217;en a peut-être pas été un usager toujours très concentré :<br /> <em><br /> C&#8217;est tout à la gloire de la France, justement, que de refuser l&#8217;inscription de la religion, telle qu&#8217;elle se pratique dans nombre de pays - y compris en Europe - et telle qu&#8217;elle se pratiquait sous Pétain.</em><br /> <br /> (Sur <em>Causeur</em>, le 10 février 2014)<br /> <br /> A copier cent fois avant de revenir en cours : l&#8217;agnostique maréchal n&#8217;a point fait inscrire sur les papiers d&#8217;identité la moindre croyance, mais l&#8217;appartenance supposée à une prétendue race, en grosses lettres rouges.<br /> <br /> (mis en ligne le 11 février)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Seux fait encore des siennes</strong><br /> <br /> (voir plus loin, perle du 6 juillet 2012)<br /> <br /> Aujourd&#8217;hui, après l&#8217;annonce de l&#8217;inculpation du PDG d&#8217;Orange pour "escroquerie en bande organisée", le chef de la bande ne pouvant être que Nicolas Sarkozy, le chroniqueur économique de France Inter s&#8217;interroge sur la possibilité qu&#8217;il conserve son poste.<br /> <br /> Il est en effet inquiété pour une affaire antérieure à sa prise de fonction : le fait d&#8217;avoir, en tant que chef de cabinet du ministre des Finances Christine Lagarde, favorisé le versement indû par l&#8217;Etat, en 2008, d&#8217;une somme colossale à Bernard Tapie. La décision, comme chacun en convient à mots plus ou moins couverts, ne pouvait émaner que du chef de l&#8217;Etat, mais Sarkozy et Tapie n&#8217;étaient pas spécialement proches et le mobile du cadeau reste obscur.<br /> <br /> "Pas de mobile, pas de délit", tranche le chroniqueur.<br /> <br /> Il n&#8217;y a plus qu&#8217;à se calfeutrer chez soi pour éviter d&#8217;être la victime d&#8217;un individu tirant sur les passants en étant assuré de l'impunité, du moins si les ceusses qui le jugent sont des Seux.<br /> <br /> (mis en ligne le 13 juin 2013)<br /> <br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>La quintessence de la confusion</strong><br /> <br /> (de DoM P, sur le blog de Franck Boizard)<br /> <br /> Lénine et Hitler ont beaucoup en commun, à commencer par Marx et l&#8217;extermination de masse.<br /> <br /> Si Lénine a donné, dans certaines circonstances, des ordres impitoyables, il est facile de constater que Hitler n&#8217;a pu trouver la moindre leçon d&#8217;extermination chez Marx, en qui, de surcroît, il voyait l&#8217;une des principales incarnations de la "peste juive" dans l&#8217;histoire.<br /> <br /> (mis en ligne le 23 mai 2013)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Un ruminant dans son pré</strong><br /> <br /> Sommes-nous dans une société pré-totalitaire ? Oui, il m&#8217;arrive souvent de penser que nous sommes dans une société pré-totalitaire.<br /> <br /> (de Guy Millière, le 8 mai 2013)<br /> <br /> Il existe bien, en comptabilité, des totaux partiels. Mais une société peut-elle être partiellement totalitaire ?<br /> <br /> Elle peut, plus modestement, être en proie à une folle escalade verbale.<br /> <br /> (mis en ligne le le 8 mai 2013)<br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Netanyahou, autiste et fier de l&#8217;être</strong><br /> <br /> Le premier ministre israélien se targue de son manque d&#8217;intérêt pour le film The Gatekeepers, qui fait courir et causer ses administrés :<br /> <br /> <em>Les télés et les radios, nomination aux Oscars oblige, finissent par en parler et surtout font réagir les politiques. À droite, c&#8217;est glacial et unanime : un film "orienté", "tendancieux". À la présidence du Conseil, Benyamin Netanyahou laisse son porte-parole déclarer : "Le Premier ministre n&#8217;a pas vu le film et il n&#8217;a pas l&#8217;intention de le voir." Au lendemain de la cérémonie des Oscars, la droite fait des gorges chaudes du fait que Dror Moreh, le réalisateur du film, est reparti les mains vides. "Nous ne verserons pas une larme", dit-on en coeur... Quelques jours plus tard, Limor Livnat, la ministre de la Culture, met le feu aux poudres. Après avoir dénoncé "ces films qui salissent l&#8217;image d&#8217;Israël", elle appelle les réalisateurs à s&#8217;autocensurer.</em><br /> <br /> (extrait d&#8217;un article de la correspondante du<em> Point </em>à Jérusalem, Danièle Kriegel, mis en ligne le 7 mars 2013)<br /> <br /> <br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Révisionnisme poutinien</strong><br /> <br /> <em>Mais l&#8217;essentiel, c&#8217;est que sans les atermoiements dans l&#8217;ouverture du deuxième front, les pertes soviétiques et alliées, surtout en Europe occupée, auraient été de 10 à 12 millions de personnes moins élevées. Auschwitz n&#8217;aurait pas existé, car il n&#8217;a commencé à fonctionner à plein régime qu&#8217;en quarante-quatre...<br /> <br /> Viktor Litovkine est un journaliste russe reconnu, spécialisé dans les questions militaires, collaborateur de la[i] Revue Militaire Russe</em>.[/i]<br /> <br /> Ainsi se terminait, en 2005, une interview de Valentin Faline par Viktor Litovkine, intitulée « La Seconde Guerre mondiale aurait pu prendre fin en 1943 ».<br /> <br /> Le mauvais génie de l&#8217;Occident, superficiellement antinazi et profondément antisoviétique, est censé être Winston Churchill qui, effectivement, avait parfois (et avec mesure) bercé Staline de bonnes paroles sur un "second front" avant qu&#8217;il ne se réalisât en Normandie, en 1944. Mais il l&#8217;avait différé avec réalisme (et en luttant contre l&#8217;irréalisme novice des Etats-Unis), pour ne pas offrir à Hitler un succès facile qui, lui, eût fortement prolongé la guerre.<br /> <br /> Enrôler Auschwitz dans le raisonnement en situant le début de son "plein régime" en 1944 constitue un record, et de désinformation, et de stupidité dans cet exercice.<br /> <br /> (mis en ligne le 11 février 2013)<br /> <br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong>Gérard Depardieu : l'argent fait le bonheur... à une condition !</strong> <br />   <br /> "Il a apprécié depuis un mois, de par les contacts qu'il a eus, les commerces de proximité, les bouchers, les ptits restos, les ptits bistrots, le garage où il pourra réparer son scooter, enfin bref il a trouvé un esprit de convivialité qui lui a plu tout de suite. Un esprit généreux, un esprit ouvert, un esprit tolérant, je pense que c'est ce qu'il recherchait en sortant de la ville." <br />   <br /> Propos [tenus à la RTBF-&gt;http://www.rtl.be/info/votreregion/hainaut/964984/depardieu-a-nechin-la-joie-du-bourgmestre-en-video] par Daniel Senesael, bourgmestre d'Estaimpuis, commune belge jouxtant la France où l'acteur vient d'élire domicile. <br />   <br /> Il n'y a probablement entre Paris et la frontière belge que des commerces de grande surface et des estaminets démesurés. <br />   <br /> Et peut-être accessoirement des agents du fisc à l'esprit intolérant et fermé. <br />   <br />   <br /> PS.- "La ville", nouveau surnom de la France ? <br />   <br /> (mis en ligne le 11 décembre 2012) <br />   <br /> ______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>Négationnisme d'extrême gauche </strong> <br />   <br />   <br /> En ces temps d'aiguisement de tous les sectarismes, le site [Mecanopolis-&gt;http://www.mecanopolis.org/?p=26410] se met à prédire la destruction de l'Etat d'Israël dans des termes carrément himmlériens : <br />   <br /> « <br /> (...) Les Nazis (1933-1945) &#339;uvraient systématiquement à l'éradication des communistes (toutes nationalités confondues), des tziganes-Roms (sans nationalité), des slaves, des marginaux et aussi des gens de religion juive et de leurs descendants même devenus non pratiquants. <br />   <br /> La réécriture de l'historiographie de la Seconde Guerre mondiale au cours de la guerre froide (1954-1989) - États-Unis contre Union Soviétique ­- amènera la quasi disparition des premières victimes des livres d'histoire et leur remplacement par un nombre sacré - exactement 6 millions - lesquels petit à petit deviendront un peuple, puis une nation et enfin une «race», unique martyr au dire de l'hagiographie sioniste imposée par le maelstrom médiatique. Impasse totale par la suite sur les communistes, les handicapés, les tsiganes et les résistants pourtant {{tout autant incarcérés et exécutés dans ces camps de la mort ! [/b] » <br />   <br /> Robert Bibeau, chargé par ce site de cet article, officie ordinairement dans un [organe canadien francophone-&gt;http://www.robertbibeau.ca/palestine3.html] "marxiste-léniniste". La pudibonderie d'une partie de cette mouvance serait-elle en rapport avec l'omission, dans ses énumérations rituelles des victimes du nazisme censées avoir enduré les mêmes traitement que les Juifs, des homosexuels ? <br />   <br /> Les premiers "éradiqués" sont censés avoir été les communistes. Cela ne tient pas debout. Hitler tenait trop, en Allemagne, à leur "sang aryen", il en tua quelques centaines, en emprisonna quelques milliers, presque tous de façon temporaire, et enrôla les autres dans ses entreprises, la résistance organisée étant ô combien méritante, mais infime. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 28 octobre 2012) <br />   <br />   <br /> _______________________ <br /> ________________________ <br />   <br />   <br /> <strong>Une perle au front </strong> <br />   <br /> {(...) ce problème de fond qu'est la dégradation de l'insécurité} <br />   <br /> C'est de Bruno Gollnisch, non seulement [sur son blog-&gt;http://www.gollnisch.com/wp-content/uploads/2012/10/2012-10-01-motion-d-ordre-bruno-gollnisch-page-2.jpg], mais dans une lettre, ce jour, à son président de conseil régional ! <br />   <br /> Tant que la sécurité monte en grade, où est le problème ? <br />   <br /> Mais on pourrait bien finir par dégrader la note du professeur d'université, pour charabia et négligence. <br />   <br /> (mis en ligne le 1er octobre 2012) <br />   <br /> _______________ <br /> ________________ <br />   <br /> <strong>Un athéisme relatif </strong> <br />   <br />   <br /> Dans le débat souvent très bas sur les caricatures islamophobes de {Charlie-Hebdo}, on peut lire ceci [sur le blog-&gt;http://philippetorreton.wordpress.com/2012/09/19/de-lislamophobie-vous-dites/#comment-689] de Philippe Torreton : <br />   <br /> {Un jour peut être on prouvera que Dieu n'existe pas. Ce jour là beaucoup de personnes seront sauvées.} <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 23 septembre 2012) <br />   <br /> ____________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>L'inconscient collectif des élus ennuyés </strong> <br />   <br />   <br /> "C'est une question à ne pas éluder à la légère" <br />   <br /> (le maire d'une petite commune de l'Ouest de la France, sur France Inter au début de cette semaine) <br />   <br /> (mis en ligne le 20 septembre 2012) <br />   <br />   <br /> _________________ <br /> __________________ <br />   <br />   <br /> <strong>BHL métaphysicien </strong> <br />   <br /> { {l'increvable mouvement des Frères musulmans créé en 1928, en Egypte, dans la foulée de l'hitlérisme naissant} } <br />   <br /> [contexte-&gt;http://www.europe-israel.org/2011/05/%C2%AB%E2%80%89ah%E2%80%89-les-cons%E2%80%89%C2%BB-sur-un-munich-palestinien/] <br />   <br /> Mais non, Bernard ! <br />   <br /> En 1928, le nazisme convalescent n'a strictement aucune influence hors d'Allemagne. La phrase est donc archi-fausse, sauf à supposer quelque occulte transmission par des voies sataniques. <br />   <br /> (mis en ligne le 12 septembre 2012) <br />   <br />   <br />   <br /> ________________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Dominique Seux pédagogue </strong> <br />   <br />   <br /> Le journaliste des {Echos} et échotier du libéralisme sur France-Inter raillait, mardi 3 juillet, l'administration Hollande d'éviter avec soin le mot "rigueur", comme l'avait fait celle de Sarkozy. <br />   <br /> Sans doute pour mieux se faire comprendre, il donnait un exemple vivant : lui-même, évitant avec le même soin le mot "austérité" ! <br />   <br /> [note à l'usage d'une postérité heureuse à qui ces querelles de langage ne rappellent rien : en l'an 2012 ap. JC, dans bien des contrées, une très large majorité de publicistes, tout en se prétendant censurée par une très large majorité de mécréants, faisait de la baisse des revenus du plus grand nombre l'alpha et l'oméga des "lois de l'économie", résumées par le mot "rigueur" employé de préférence à celui d'"austérité", pourtant bien plus pertinent pour résumer leur doctrine.] <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 6 juillet 2012) <br />   <br /> ____________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>On se console comme on peut </strong> <br /> <br />   <br /> " C''est pourquoi la gauche a perdu le peuple. " <br />   <br /> Telle était la conclusion d'un article de la campagne électorale (Chantal Delsol, {Valeurs actuelles},19/01/2012), intégralement repris [sur un blog de droite-&gt;http://www.gerard-brazon.com/] , au {lendemain} de l'élection présidentielle de 2012. <br />   <br />   <br /> Mieux encore : l'article se voulait un portrait en pied de la génération "68", coupable... d'indifférence aux faits ! <br />   <br /> (mis en ligne le 29 mai 2012) <br />   <br /> ________________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>Perle de campagne </strong> <br />   <br />   <br /> Pas besoin de chercher très longtemps, en ces temps présidentiels, les huîtres affligées dont les larmes ont formé de précieuses concrétions. <br />   <br /> Fidèle à ma devise de railler plutôt les grandes puissances que les petites, je m'en prendrai au simplisme d'un des orateurs les plus lettrés de la campagne, professeur de littérature japonaise dans une université de Lyon. <br />   <br /> Au terme d'un [article sur Mohamed Merah-&gt;http://www.gollnisch.com/2012/03/31/bruno-gollnisch-affaire-merah-la-question-qui-nest-pas-posee/?utm_medium=email&amp;utm_campaign=Billet+dhumeur+-+Affaire+Merah++la+question+qui+nest+pas+pose&amp;utm_content=Billet+dhumeur+-+Affaire+Merah++la+question+qui+nest+pas+pose+CID_12ede423684e59e1044febbda5ac34e7&amp;utm_source=Campaign+Monitor&amp;utm_term=Blog+de+Bruno+Gollnisch] englobant dans la même réprobation ses sept meurtres et l'argent que son éducation aurait coûté à la France, Bruno Gollnisch écrit : <br />   <br /> {Cet article me vaudra, c'est sûr, comme d'habitude, des accusations de dureté de c&#339;ur, d'incitation à la haine, de récupération politique, et tout le bazar habituel de la rhétorique des bien-pensant <br /> [{sic}; ne lirait-il même pas Bernanos ?]. Je m'en contrefiche. Comme l'écrivait Chateaubriand, il est des temps où il faut être économe de son mépris, à cause du grand nombre de nécessiteux. Je réserve ma compassion aux victimes (...).} <br />   <br /> Un peu bancal, cela ! Le signataire est-il économe de sa compassion, ou réserve-t-il son mépris aux victimes ? <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 31 mars 2012) <br />   <br /> {dernière minute (et premier avril, sans poisson) : j'ai déposé ce matin à 6h 45 un commentaire sur le blog de Gollnisch, dans le sens ci-dessus; il n'y avait alors aucun commentaire; une ou deux heures plus tard, apparition de dix commentaires tous plus élogieux les uns que les autres et, au milieu, mention du mien comme étant "en attente de modération". <br />   <br /> A 14h 49, le nombre des éloges a doublé, et la mention de mon oeuvre a disparu. <br />   <br /> Tout est rentré dans l'ordre au sein du bazar habituel de la rhétorique ! <br />   <br /> [suite du feuilleton-&gt;http://blogs.mediapart.fr/blog/francois-delpla/010412/une-splendide-gollnischerie]} <br /> ____________ <br /> _____________ <br />   <br />   <br /> <strong>Un démythificateur professionnel en plein mythe </strong> <br />   <br /> {Pour parler comme Churchill, les Occidentaux ont fortement contribué à « tuer le mauvais cochon ». } <br />   <br /> de Pierre-André Taguieff [sur Causeur-&gt;http://www.causeur.fr/la-verite-du-pretendu-%C2%AB-printemps-arabe-%C2%BB-est-dure-a-reconnaitre,16409], à propos des lendemains qui déchantent du "printemps arabe", marqués par une poussée islamiste au Maghreb et au Machrek. <br />   <br /> Churchill appelé en renfort pour justifier un regret nostalgique de Ben Ali, Moubarak et Kadhafi ! <br />   <br /> Rappel : "nous avons tué le mauvais cochon" est un propos rapporté, mal situé dans le temps, sans aucun répondant écrit et, {last but not least}, linguistiquement peu anglais, destiné à faire croire pendant la guerre froide que son auteur regrettait d'avoir choisi de concentrer son effort militaire contre Hitler, plutôt que contre Staline. <br />   <br /> [Une mise au point-&gt;http://viennanet.info/polemics/churchill] <br />   <br /> (mis en ligne le 24 mars 2012) <br /> _____________________ <br /> _____________________ <br />   <br />   <br /> <strong>D'un journaliste haineux </strong> <br />   <br /> {Un dictateur syrien qui annonce, sans aucun complexe, que si une seule balle étrangère est tirée dans son pays, il balancera des missiles sur Tel Aviv dans la demi-heure qui suivra. <br />   <br /> Je ne suis pas un va-t-en-guerre, mais moi je le mets au défi. <br /> Voilà une bonne stratégie à mettre au point avec Messieurs Sarkozy, Obama et Blair qui sont si choqués par les massacres commis par Bachar el Assad. Que les forces de l'Otan tirent un ou deux missiles sur la résidence du boucher, on verra si celui-ci met sa menace à exécution. Si oui, alors les Occidentaux aideront Israël qui ripostera et on en finira avec Assad. Vous pensez que je rêve ? Vous avez raison. <br />   <br /> La seule chose qui soit certaine dans cette hypothèse, c'est qu'en moins de 5 minutes, vraiment moins croyez-moi, Israël transformerait le palais présidentiel, et Assad lui-même, en un tas de cendres.} <br />   <br /> Marc Femsohn, {Guisen}, 6 octobre 2011 <br />   <br /> La haine transforme les hommes en robots... au point de recycler un discours avec deux premiers ministres britanniques de retard ! <br />   <br /> Et on frémit à l'idée de ce que dirait et ferait ce Marc s'il était un va-t-en-guerre ! <br />   <br /> (mis en ligne le 7 octobre 20011) <br />   <br /> ______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>La présomption d'innocence et ses délires </strong> <br />   <br /> La déclaration des droits de l'homme de 1789 a édicté que la puissance publique ne devait plus prêter main-forte aux rumeurs infamantes, en précisant que seul un tribunal avait le droit de décider de la culpabilité de quelqu'un. <br />   <br /> Cette règle souvent oubliée a été outrageusement violée par un prince un matin de Noël : Michel Poniatowski, ministre de l'Intérieur de son vieil ami Giscard d'Estaing, a convoqué le 24 décembre 1976 une conférence de presse quelques heures après l'assassinat sur les Champs-Elysées de leur camarade de parti Jean de Broglie, pour expliquer que tout était éclairci, en nommant à la fois l'assassin et ses commanditaires. <br />   <br /> Depuis le scandale causé par cette affaire, tout journaliste se croit en devoir de donner du "présumé" aux auteurs des délits les plus flagrants. <br />   <br /> Mais tous les records sont battus depuis quelques jours : à l'occasion du procès de Jacques Chirac, les médias usent et abusent de l'expression "les emplois présumés fictifs de la ville de Paris"... alors que les salaires versés au nom desdits emplois ont été remboursés par le parti UMP à ladite municipalité ! <br />   <br /> Peut-être devrait-on suggérer à Jean-François Copé, secrétaire général de ce parti, d'exiger avec tous les accents de la vertu outragée, au nom de la présomption d'innocence, le remboursement du remboursement ? <br />   <br /> (mis en ligne le 9 septembre 2011) <br />   <br />   <br /> _____________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Le moyen âge comme si vous y étiez </strong> <br />   <br /> Sous le subtil pseudonyme "La bonne blague", à propos de la recension par Marie Ranquet d'un ouvrage anglo-saxon relatif aux Croisades, sur [nonfiction.fr-&gt;http://www.nonfiction.fr/article-4808-les_croisades_vues_par_un_historien.htm] : <br />   <br />   <br />   <br /> {Je me permets de lui rappeler que 99% des travaux sur les croisades soutiennent la thèse des méchants croisés contre les bons musulmans.} <br />   <br />   <br />   <br /> Le pourcentage parle de lui-même ! <br />   <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 9 juillet 2011) <br />   <br /> ____________ <br />   <br />   <br /> (après l'exécution de Ben Laden) <br />   <br />   <br /> <strong>Quand [Philippe Bilger-&gt;http://www.marianne2.fr/Mort-de-Ben-Laden-Justice-est-faite_a205766.html] piétine les fondements du droit </strong> <br />   <br /> {Justice vient d'être faite au sens où, au-delà de l'officiel, il y a des événements et des issues qui satisfont pleinement ce que l'être humain, quoi qu'on en ait, attend : que l'horreur et les tragédies suscités par la folie et la fureur d'un homme ne demeurent pas impunis.} <br />   <br /> Il n'est déjà pas très intelligent d'approuver les réactions primaires de la foule, même si on peut, et doit, les comprendre. <br />   <br /> Mais le faire au nom du droit, alors qu'il est bafoué et qu'on est un expert de cette discipline, chargé comme tel de fonctions importantes, voilà qui appelle seulement deux commentaires. <br />   <br /> L'un, évangélique : "Si le sel s'affadit, avec quoi va-t-on le saler ?" (Matthieu, 5, 12) <br />   <br /> L'autre, historique : qui donc avait cru devoir se fendre de plusieurs articles pour justifier la parole de Hitler selon laquelle, lors des meurtres de la nuit des Longs couteaux (30 juin 1934) il était "le Juge suprême du peuple allemand" ? <br />   <br /> Un juriste universitaire qui fit une belle carrière avant, pendant et après le nazisme : Carl Schmitt. <br />   <br /> Mais peut-être l'avocat général de la cour d'appel de Paris veut-il dire qu'un procès de Ben Laden aurait infailliblement conduit à son acquittement ? C'est en tout cas la seule interprétation possible de l'allégation selon laquelle sa fureur aurait pu demeurer impunie. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 8 mai 2011) <br />   <br /> ________________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>De Bilger encore (et de bien d'autres) </strong> <br />   <br />   <br /> "... l'impossibilité d'un procès qui aurait été dans tous les cas lourd de toutes sortes de menaces." <br />   <br /> Parce que Al Qaïda serait plus capable de faire des attentats pour délivrer son chef que pour le venger ?!!! <br />   <br /> A cette aune, il aurait fallu que les Anciens n'aient pas la folle imprudence d'inventer la prison, ni le tribunal, et laissent les pratiques de vendetta se pérenniser. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 8 mai 2011) <br />   <br /> ______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br /> <strong>Où mène la phobie de la phobie </strong> <br />   <br /> [Dans un débat-&gt;http://www.lepoint.fr/debats/nouvelle-archive-de-vichy-ce-que-les-internautes-en-disent-08-10-2010-1246554_34.php?commentaire_list] du {Point} sur un brouillon du statut des Juifs, le seul disponible à ce jour, annoté par Pétain et exhumé par Serge Karsfeld. Un internaute ayant mis en cause le futur maréchal dans la prolongation de la Première Guerre mondiale, un "Bouboul" (on ne le lui fait pas dire, mais "Boumboum" irait mieux encore) : <br />   <br /> Bouboul <br />   <br />   <br />   <br /> vendredi 15 octobre | 15:03 <br />   <br /> { <br /> Je sais bien que l'américanophobie est dans les gènes de bien de nos concitoyens, mais de là à dire que "grâce aux Américains on pouvait continuer la boucherie", c'en est trop. Beaucoup trop. C'est justement l'arrivée des Américains qui a permis de terminer cette horrible boucherie. Les Allemands le savaient très bien qui ont signé une paix blanche avec les Bolcheviques à Brest Litovsk pour pouvoir utiliser toutes leurs troupes à l'ouest. Sans les "Doughboys", leur matériel, leur armement la guerre était perdue pour la France.} <br />   <br /> Hé non, les renforts humains furent bien, en 1918, américains, mais leur matériel était français : sans être anti, on peut remarquer que l'oncle Sam n'est pas sorti de la cuisse de Jupiter... tout armé ! <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 19 octobre 2010) <br />   <br /> ____________ <br /> ____________ <br />   <br />   <br /> <strong> <br /> Un Juif socialiste à Vichy ? </strong> <br />   <br /> [ <br /> Sur Causeur-&gt;http://www.causeur.fr/sarkozy-c%E2%80%99est-pas-petain,7440?show=comments#comment-202001], à propos des comparaisons Sarkozy-Pétain <br />   <br />   <br /> {Roba dit : <br />   <br /> 27 septembre 2010 à 9:17 <br />   <br /> Il serait bon de rappeler que tous les propos et slogans (comme &#8216;Travail,...') repris par l'auteur et attribués au Maréchal Philippe Pétain, chef de l'Etat français, sont en fait le pur produit de la plume de son &#8220;nègre&#8221;, l'excellent Emmanuel Berl, juif de gauche, écrivain et pacifiste. Et accessoirement, époux de la chanteuse Mireille. Rendons à César... <br />   <br /> Un juif socialiste à Vichy!!!!} <br />   <br /> Berl (qui n'était pas socialiste) a participé à la rédaction des tout premiers discours de Pétain à Bordeaux, en {juin} 1940, et n'a jamais, de près ou de loin, été son conseiller à Vichy. Si le rapprochement Pétain-Sarkozy est discutable, il y a encore moins de raisons de confondre Emmanuel Berl et Henri Guaino ! <br />   <br /> Mais cet amalgame est bien de notre temps : les jeux d'étiquettes remplacent l'ouverture des flacons. <br />   <br />   <br /> __________________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br /> <strong>Quand Bruno Gollnisch sème ses toxines </strong> <br />   <br />   <br /> La journaliste Elisabeth Lévy, patronne du mensuel <em>Causeur</em> et du site d'échanges du même nom, ne dit pas que des inepties (cf. plus loin, à propos d'une librairie pro-palestinienne). <br />   <br /> Pourquoi faut-il, [dans un article-&gt;http://www.causeur.fr/le-devoir-du-sol,7278?show=comments] contre les anathèmes sarkozyens de l'été 2010 à l'égard des étrangers (passés, présents et futurs !), qu'elle relaye sans examen cette "information" : la législation du Front populaire était allée plus loin dans le retrait de la nationalité aux délinquants fraîchement naturalisés ! <br />   <br /> L'affirmation vient en droite ligne [d'une interview-&gt;http://www.fdesouche.com/132451-le-front-populaire-prevoit-la-decheance-de-la-nationalite-en-1938] du dirigeant du Front national, le 25 août. <br />   <br /> La réalité : [un décret-loi-&gt;http://pages.livresdeguerre.net/pages/sujet.php?id=docddp&amp;su=103&amp;np=780] du 12 novembre 1938, date à laquelle un gouvernement Daladier, comprenant des ministres de droite, tourne le dos au Front populaire, tout en cherchant des compromis avec le nazisme (nous sommes entre les accords de Munich du 30 septembre et la visite à Paris de Ribbentrop, pour signer un traité d'amitié, en excluant les ministres "juifs" Zay et Mandel des réceptions, le 6 décembre -en passant par la répression démesurée d'une grève de 24 heures, le 30 novembre). <br />   <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 8 septembre 2010) <br />   <br />   <br />   <br />   <br />   <br />   <br /> _______________ <br /> _______________ <br />   <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Hitler visait la domination mondiale : encore cette vieille lune ! </strong> <br />   <br /> Yoram Hazony, du Shalem Center de Jérusalem, est un jeune politologue israélien. <br />   <br /> Dans un essai intitulé {Israel Through European Eyes} (« Israël vu par les Européens »), il affirme que les gens de gauche (auxquels il ne semble pas porter une affection sans bornes) ont récemment inventé un "nouveau paradigme" inspiré de Kant, la disparition de l'Etat-nation. Son propos est ainsi résumé par Daniel Pipes le 17 août 2010, dans la [National Review online-&gt;http://fr.danielpipes.org/8779/emmanuel-kant-contre-israel] : <br />   <br /> {Est-il besoin de faire remarquer qu'il est faux d'attribuer les horreurs nazies à l'État-Nation ? Les nazis, qui voulaient mettre fin aux États-Nations, rêvaient, à l'instar de Kant, d'un État Universel.} <br />   <br /> Le nazisme poursuivit au contraire avec une remarquable constance le projet non pas d'une planète, mais d'une Europe allemande (partageant le pouvoir mondial avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et le Japon), et c'est bien pour cela : <br />   <br /> 1) qu'il a failli réussir; <br /> 2) qu'il a été en mesure de se livrer à un gigantesque massacre des Juifs de cet espace. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 1er septembre 2010) <br />   <br />   <br /> _________________ <br /> __________________ <br /> . <br />   <br /> <strong>"Hitler démocratiquement élu" : un internaute s'obstine ! </strong> <br />   <br />   <br />   <br /> L'une des missions les plus salubres de l'historien du nazisme est, à mon sens, de combattre ce préjugé encore aujourd'hui très commun. Il a en effet la triple et fâcheuse conséquence de masquer : <br />   <br /> -les engagements fallacieux par lesquels ce chef d'un parti raciste et violent a obtenu, le 30 janvier 1933 sa désignation comme chancelier, et les tricheries quotidiennes au terme desquelles il a installé sa dictature personnelle, à dater du 28 février; <br />   <br /> -la légèreté des classes dirigeantes allemandes, qui se croyaient en position de contenir et de contrôler ce minoritaire dont la nomination n'était en rien obligatoire; <br />   <br /> -celle de la communauté internationale, parfaitement fondée, selon les règles en vigueur notamment depuis la création de la Société des nations, à ne pas se laver les mains de ce processus. <br />   <br /> Or [sur mon propre forum-&gt;http://www.delpla.org/forum/viewtopic.php?f=3&amp;t=241&amp;p=5020#p5020] un internaute relaps (il avait reconnu que Hitler avait été nommé, puis avait recommencé à écrire comme si de rien n'était qu'il avait été élu) vient de déclarer : <br />   <br /> {Oser me reprocher d'avoir dit que le chef d'un parti qui comptait plusieurs centaines de députés avait été élu dénote un esprit fâcheusement procédurier ou fâcheusement... universitaire.} <br />   <br />   <br />   <br /> Eh bien, vive l'audace, et vive l'université ! <br />   <br /> Mais nous n'irons pas jusqu'à la procédure, du moins de mon fait. <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 19 mai 2010) <br />   <br />   <br /> ______________________ <br /> ______________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Magazine {L'Histoire} : perseverare diabolicum ! </strong> <br />   <br />   <br /> Dans un [dossier-&gt;http://www.delpla.org/article.php3?id_article=441] assez médiocre sur la défaite française de 1940, votre serviteur avait relevé [publiquement-&gt;http://www.passion-histoire.net/viewtopic.php?f=59&amp;t=23814&amp;p=327270#p327270] une faute étonnante : la chronologie, qui datait à juste titre du <br /> 3 septembre 1939 la déclaration de guerre de la France, la situait fâcheusement avant celle de l'Angleterre, qui pour sa part aurait attendu jusqu'au 4. <br />   <br /> Le numéro suivant comporte un rectificatif renouvelant la principale erreur ! Car il admet que les deux déclarations ont eu lieu le même jour, tout en répétant que celle de l'Angleterre était postérieure (alors qu'elle datait de 11 h, et la française de 17h). <br />   <br /> Or cet écart a un sens politique important : déjà fort tardif par rapport à l'agression nazie contre la Pologne (le 1er septembre à l'aube) à laquelle il était censé répliquer, ce geste avait été encore plus laborieux à obtenir de Paris que de Londres, ce qui, tout en reflétant l'alignement de la France sur l'Angleterre pendant les années 30, n'était pas sans préfigurer la scission de juin 1940 entre les deux pays. <br />   <br /> (mis en ligne le 3 mai 2010) <br />   <br />   <br />   <br /> ______________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br /> <strong>Est-ce l'effet Sarkozy (Jean) ? </strong> <br />   <br /> Lu sur un billet du festival "Chorus", organisé par le conseil général des Hauts-de-Seine, début avril 2010 : <br />   <br /> "Ce billet ne sera ni repris ni échangé, même en cas de perte ou de vol." <br />   <br /> (mis en ligne le 13 avril) <br />   <br /> __________________ <br /> ____________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Quand Yannick Haenel fictionne </strong> <br />   <br /> Extrait [du sottisier de son roman-&gt;http://www.delpla.org/article.php3?id_article=435] {Jan Karski} (Gallimard, septembre 2009, prix FNAC puis Interallié) : <br />   <br /> {Lorsqu'on incrimine la passivité des Polonais face à l'extermination, on oublie que la Pologne était occupée par les nazis et les staliniens.} (p. 181) <br />   <br /> Dans la polémique subséquente (éclose seulement début 2010 grâce à Annette Wieviorka), on entend beaucoup (trop) dire qu'il y aurait des malentendus "de génération" entre le quadragénaire Haenel et certains de ses aînés. <br />   <br /> Il est de fait que les plus obtus des auteurs nés avant 1960 n'ont pas encore, à ma connaissance, assimilé Staline à Hitler au point de les croire tous deux en Pologne à l'époque de la Solution finale ! <br />   <br /> (alors que l'occupation conjointe dure de septembre 1939 à juin 1941 et que la Solution finale démarre à la fin de cette année, tout le territoire ci-devant polonais étant aux mains du Reich) <br />   <br /> (mis en ligne le 25 février 2010) <br />   <br />   <br /> _________________ <br /> _________________ <br />   <br />   <br />   <br /> <strong>Sophie Marceau, biologiste du futur </strong> <br />   <br /> interviewée par {Télé-magazine} (n° 2832) à propos du film {Lol} qui la campe en mère d'une adolescente : <br />   <br /> "- Le petit oiseau éprouve le besoin de s'affranchir et de couper le cordon." <br />   <br /> Il avait peut-être un fil à la patte ! <br />   <br />   <br /> (mis en ligne le 14 février 2010) <br />   <br /> note du 20 mai : tapez la phrase sur Google, vous la verrez apparaître des dizaines de fois... preuve qu'elle n'avait pas été improvisée au hasard d'une rencontre avec un journaliste mais mûrement pesée par le service de promotion. C'est encore plus drôle ! <br />   <br /> _____________________ <br /> _______________________ <br />   <br />   <br /> <strong>et encore un pavé de l'ours ! </strong> <br />   <br /> Sur Causeur.fr, en réponse à Jérôme Leroy qui rappelait les tortures subies par certains militants communistes pendant la guerre d'Algérie : <br />   <br /> {Têtuniçois dit : <br />   <br /> 28 août 2009 à 19:13 <br />   <br /> En Algérie on ne torturait pas les communistes qui n'avaient rien fait . On torturait les communistes qui aidaient le FLN a poser des bombes contre les Européens .} <br />   <br /> (mis en ligne le 29 août 2009) <br />   <br /> ______________ <br /> ____________ <br />   <br />   <br /> <strong>Puissants cryptogames </strong> <br />   <br />   <br />   <br /> De Pierre-André Taguieff [cité par-&gt;http://www.idee-jour.fr/Pierre-Andre-Taguieff-s-invite.html] Emmanuel Lemieux : <br />   <br /> {Comme les champignons après la pluie, les illusions mortelles, à peine habillées de neuf, renaissent après les catastrophes qu'elles ont provoquées.} <br />   <br /> S'ils font la pluie, espérons que les champignons fassent aussi le beau temps ! <br />   <br /> (mis en ligne le 28 août 2009) <br />   <br /> __________ <br /> ___________ <br />   <br />   <br /> [perles plus anciennes-&gt;http://www.delpla.org/article.php3?id_article=446] Wed, 08 Apr 2020 19:34:01 +0200 Les ruses nazies d’avant-guerre (1933-1939) https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-132+les-ruses-nazies-d-avant-guerre-1933-1939.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-132+les-ruses-nazies-d-avant-guerre-1933-1939.php <span style="font-size: 16px;"><strong> Les ruses nazies d&#8217;avant-guerre (1933-1939) /Des manipulations initiales à la crise finale </strong></span><br /> <br /> (article paru primitivement dans <a href="https://www.39-45.org/histomag/hm93.pdf">Histomag n° 93</a> )<br /> <br /> <span style="text-decoration: underline;"><br /> 1) <strong>Les premiers leurres</strong></span><br /> <br /> « Alors, c&#8217;est la guerre ? ». Les simples citoyens, dans le monde entier, se sont souvent posé la question depuis 1933, à l&#8217;occasion de la venue de Hitler au pouvoir puis d&#8217;un certain nombre de ses initiatives. Au point que, quand le loup finit par pointer son museau, on ne l&#8217;attendait plus tout à fait. Témoin l&#8217;éditorial du Figaro du 19 août 1939, intitulé « Croquemitaine se dégonflera » et signé d&#8217;un certain Paul Claudel. D&#8217;ailleurs le conflit devait mettre du temps à se déclencher vraiment : « drôle de guerre », dira-t-on bientôt. Cet article vise à dégager les mécanismes de la drôle de paix qui l&#8217;avait précédée.<br /> <br /> Lorsque Hitler arrive au pouvoir, il est connu comme le chef d&#8217;un parti violent et l&#8217;auteur d&#8217;un livre-manifeste plus violent encore, contenant des menaces précises contre l&#8217;URSS, la Pologne et la France, assorties d&#8217;imprécations à l&#8217;égard des les dirigeants allemands qui avaient reconnu la défaite de 1918 et signé, l&#8217;année suivante, le traité de Versailles. Oui mais&#8230; Son gouvernement ne ressemble guère à celui que son livre annonçait. Ses partisans sont très minoritaires et tous les portefeuilles, sauf l&#8217;Intérieur, sont tenus par des conservateurs âgés, souvent ministres dans les cabinets précédents. La continuité paraît l&#8217;emporter sur le changement, et le vin nouveau de l&#8217;impétueux nazisme être noyé sous des trombes d&#8217;eau. Bénite, qui plus est : le très catholique Franz von Papen, vice-chancelier, émerge comme le vrai patron et le respectable baron von Neurath se porte, en toute sincérité, garant de la continuité de la politique étrangère. Quant à l&#8217;armée, qui passait pour ruminer un coup d&#8217;Etat, voilà qu&#8217;elle renonce à tout rôle politique sous la conduite, en lieu et place d&#8217;un général politicien nommé Kurt von Schleicher, d&#8217;un nouveau chef, lui aussi un conservateur d&#8217;âge mûr, le ministre de la Guerre Werner von Blomberg.<br /> <br /> Deux imprévus, encadrant le mois de février, vont changer la donne du tout au tout. Le 1er, Hitler arrache au maréchal-président von Hindenburg la dissolution du Reichstag, ce qui décuple l&#8217;importance et les moyens d&#8217;action du ministre nazi de l&#8217;Intérieur, tant au plan du Reich (Frick) qu&#8217;à celui de la Prusse (Göring). Surtout, le 27, un incendie criminel ravage la salle des séances dudit Reichstag et Göring en tire prétexte pour mettre les dirigeants communistes en prison, cependant que Hitler obtient de Hindenburg et de Papen médusés un décret suspendant toutes les libertés. Un décret provisoire, bien sûr, le temps d&#8217;écraser le « complot ». Il sera prolongé sous diverses formes jusqu&#8217;en 1945. La dictature a jeté le masque sans qu&#8217;on ait eu le temps de la voir venir et encore moins de s&#8217;interroger sur sa politique extérieure, jusque là placide.<br /> <br /> Elle l&#8217;était encore à l&#8217;aube du 14 octobre suivant. C&#8217;est alors que, sous un prétexte léger, Hitler claque la porte de la Société des Nations tout en soumettant cette décision au corps électoral. Il obtient par là un premier succès dans son ambition la plus chère : la conversion du peuple allemand en une Volksgemeinschaft, une communauté nationale. Certes elle n&#8217;intègre pas encore tous les « Aryens » et ne s&#8217;est pas complètement lavée de son impureté juive, mais tout cela est en bonne voie et la période choisie pour le référendum le souligne : c&#8217;est celle du quinzième anniversaire de la défaite de 1918 et du dixième d&#8217;une tentative prématurée et avortée de revanche, celle du putsch de Munich, brutalement interrompu quand la police avait tiré sur un cortège nazi. Les 8 et 9 novembre deviennent, à partir de 1933, une fête nationale ritualisée avec discours de Hitler le 8 au soir dans la brasserie où tout avait commencé, et cérémonie funèbre le 9 devant les tombeaux des martyrs. Comme les scrutins ont lieu le dimanche et que le référendum est organisé le 12, l&#8217;intervalle est marqué le 11, anniversaire du « honteux » armistice, par un rassemblement des professeurs d&#8217;université à Leipzig, qui confère au nazisme une aura de scientificité et une apparence d&#8217;adhésion des élites. Le discours le plus célèbre est, à juste titre, celui de Martin Heidegger, recteur de l&#8217;université de Fribourg depuis mars et adhérent notoire du parti nazi depuis mai. Doctement il explique que la sortie de la SDN, loin de signifier la guerre, est le plus sûr chemin vers la fraternité des peuples :<br /> <br /> « Notre volonté de responsabilité populaire veut que chaque peuple trouve et conserve la grandeur et la vérité de son destin. Cette volonté est la plus haute garantie de la paix entre les peuples, car elle se relie elle-même à la loi fondamentale de l&#8217;attention courageuse et de l&#8217;honneur absolu. Cette volonté, le Führer l&#8217;a pleinement éveillée dans tout le peuple. »<br /> <br /> Un débat binaire sur Heidegger, qui se réveille périodiquement depuis les années 1960 et bat son plein de nos jours après la découverte d&#8217;écrits clairement antisémites[1], voudrait qu&#8217;il ait été nazi soit par accident, soit par la pente naturelle de sa philosophie. Il faudrait d&#8217;abord se demander ce que c&#8217;est qu&#8217;être nazi. Ce n&#8217;est pas être l&#8217;inspirateur du régime, à moins de s&#8217;appeler Adolf Hitler. C&#8217;est, dans tous les autres cas, être un suiveur, quelqu&#8217;un qui se prête plus ou moins consciemment et docilement aux impulsions de celui qui dirige en autocrate le mouvement et le pays.<br /> <br /> Voici donc l&#8217;Allemagne sortie par surprise de la SDN et son peuple apparemment uni dans ce choix &#8211;le score de 98% au référendum étant tempéré par celui de l&#8217;élection du Reichstag, après une nouvelle dissolution, sur une liste unique qui ne recueille « que » 90%. Relevons ici une fois pour toutes, dans le cadre de cet article, la différence fondamentale entre le doigté nazi et la lourdeur stalinienne qui, à la même époque, se met en place et ne sait voir en tout citoyen votant contre le gouvernement qu&#8217;un ennemi irréductible du peuple, à traquer comme tel.<br /> <br /> Un « alors c&#8217;est la guerre ? » pourrait suivre, à l&#8217;étranger, ce scrutin. D&#8217;autant qu&#8217;à la même époque se tient le procès des prétendus incendiaires du Reichstag et qu&#8217;il semble accentuer l&#8217;isolement du Reich. Ainsi les trois communistes bulgares qui figurent parmi les accusés, dont le futur président Dimitrov, sont acquittés faute de preuves sans être pour autant libérés : le bruit court de leur prochain assassinat, qui mettrait l&#8217;Allemagne au ban des nations civilisées ou se voulant telles. Mais soudain, coup de théâtre : le 26 janvier 1934, l&#8217;Allemagne signe un pacte de non-agression avec la Pologne &#8211;son ennemi le plus évident et, pouvait-on penser, le plus immédiat. C&#8217;est aussi le pays qui la sépare de l&#8217;URSS, qu&#8217;ainsi elle ne peut plus attaquer. La sortie de la SDN semble déboucher, comme sous l&#8217;inspiration du professeur Heidegger, sur la coexistence harmonieuse d&#8217;identités nationales ! Et le racisme antislave, poutre maîtresse de Mein Kampf avec l&#8217;anticommunisme et l&#8217;antisémitisme, semble frappé d&#8217;obsolescence.<br /> <br /> 2)<strong><span style="text-decoration: underline;"> Les manipulations ultimes</span></strong><br /> <br /> Mais j&#8217;arrive en vue de la limite du nombre de signes imposée par Vincent, et il est déjà presque temps de conclure. Je traverse donc d&#8217;un bond les années suivantes, et retombe sur mes pieds dans la crise finale de 1939[2]. Elle est symétrique et inverse : une rupture progressive avec la Pologne s&#8217;accompagne brusquement d&#8217;un pacte avec l&#8217;URSS. En vertu d&#8217;une clause secrète, qui ne le restera pas longtemps, la croisade anti-slave destinée à « assurer au peuple allemand son espace vital » s&#8217;arrêtera au beau milieu du territoire polonais, toutes les contrées situées plus à l&#8217;est étant laissées en pâture au ci-devant diable soviétique, apparemment pour longtemps. C&#8217;est un affrontement avec l&#8217;Ouest franco-britannique qui semble se dessiner alors que depuis 1933 le Reich faisait la cour à l&#8217;Angleterre tout en ignorant la France&#8230; mais en jurant que les passages antifrançais de Mein Kampf étaient le fruit d&#8217;une ancienne colère, oubliée depuis des lustres, et en proclamant que la question de la Sarre, réglée en 1935, marquait la fin de tout contentieux territorial avec Paris.<br /> <br /> Quelle impression Hitler cherche-t-il alors à donner ? Celle d&#8217;un pacifiste, encore et toujours. Il ne revendique que Dantzig et son corridor, vieilles terres allemandes arrachées à la chair de la patrie en 1919 pour donner un débouché maritime au nouvel Etat polonais. Or il a déclaré à ses généraux le 11 avril qu&#8217;il les lancerait contre la Pologne le 1er septembre, à moins que ce pays lui ait cédé Dantzig et le corridor[3]. On peut remarquer ici une contradiction : il devrait suffire d&#8217;occuper ce territoire, frontalier et de faible étendue, et d&#8217;attendre de pied ferme une tentative de reconquête. Pourquoi s&#8217;en prendre à l&#8217;ensemble de la Pologne&#8230; sinon dans une logique tout autre, celle de l&#8217;espace vital et du Drang nach Osten ? Les généraux, rompus à la pédagogie nazie, peuvent aisément le comprendre mais ce n&#8217;est pas dit. Ils restent libres de croire que la guerre n&#8217;aura pas lieu, ou aura des objectifs très limités. Le camouflage nazi, c&#8217;est aussi cela : l&#8217;intoxication des ministres et des dirigeants, civils et militaires.<br /> <br /> Avant de signer le pacte germano-soviétique, le 23 août, Hitler prend une précaution remarquable : il fait au ministre anglais Halifax, par le truchement du diplomate suisse Carl Burckhardt, commissaire de la SDN à Dantzig, la déclaration suivante :<br /> <br /> Tout ce que j&#8217;entreprends est dirigé contre la Russie et si l&#8217;Occident est trop bête ou aveugle pour le comprendre, je serai forcé de m&#8217;entendre avec les Russes pour battre l&#8217;Occident et ensuite, après l&#8217;avoir vaincu, de me tourner contre les Soviétiques avec toutes mes forces rassemblées[4].<br /> <br /> L&#8217;auteur de cette déclaration capitale va donc ensuite négocier au pas de course son pacte avec Staline, puis avancer la date de l&#8217;offensive contre la Pologne (primitivement prévue le 1er septembre) au 26, puis adresser un contrordre à la nouvelle, le 25, de l&#8217;abstention italienne et d&#8217;un traité anglo-polonais, puis rétablir la date du 1er et s&#8217;y tenir. Pendant la dernière semaine, il a amusé la galerie par des amorces de négociations avec la Pologne (il fait même courir le bruit qu&#8217;il se contenterait d&#8217;un couloir ferroviaire et routier à travers le corridor !), tout son comportement montrant qu&#8217;il voulait bel et bien la guerre, et qu&#8217;il savait parfaitement que tout « règlement de la question de Dantzig par les armes » lui vaudrait une déclaration de guerre franco-britannique.<br /> <br /> Aujourd&#8217;hui encore, un grand nombre d&#8217;historiens écrivent que Hitler espérait que les démocraties occidentales molliraient au dernier moment, comme à l&#8217;époque de Munich, bref qu&#8217;il avait encore « de la marge » avant de les fâcher sérieusement. C&#8217;est tout à fait exclu car il les avait triplement et sciemment exaspérées, par l&#8217;occupation de la Tchécoslovaquie le 15 mars 1939 en violation des accords de Munich, puis par le pacte germano-soviétique, enfin par une agression contre toute la Pologne au lieu d&#8217;avancer uniquement sur Dantzig.<br /> <br /> S&#8217;il voulait se faire déclarer la guerre par la France et l&#8217;Angleterre, c&#8217;était pour écraser la première. Il devrait le faire vite, pour provoquer le retrait anglais de la guerre et pouvoir, enfin, se tourner vers l&#8217;est. C&#8217;est ce mode d&#8217;emploi qu&#8217;il donne à Londres, et seulement à Londres, par l&#8217;intermédiaire de Burckhardt. Mais il le fait à sa manière : il se fait fort de « battre l&#8217;Occident », c&#8217;est-à-dire la France et l&#8217;Angleterre ensemble. Ainsi le message ne sera pas pris au sérieux et ne gênera pas l&#8217;entrée en guerre. Mais un rendez-vous est pris pour la chute de la France. L&#8217;Angleterre aura pu constater pendant toute la drôle de guerre et encore pendant les combats en France que l&#8217;Allemagne la ménageait, ne la bombardait pas, ne gênait guère sa marine etc. Ainsi rassurée elle devrait, devant des conditions « généreuses », se résigner à la perte de son allié français et mettre fin à une guerre sans espoir.<br /> <br /> C&#8217;est ainsi qu&#8217;Adolf Hitler, après avoir révélé ses intentions dans Mein Kampf, est parvenu à les masquer et à faire croire qu&#8217;il improvisait en permanence, sous l&#8217;effet de ses nerfs et des tiraillements de son entourage. Et c&#8217;est ainsi qu&#8217;il entre en guerre au moment choisi par lui contre des adversaires mal préparés qui, de surcroît, vont s&#8217;imaginer que l&#8217;Allemagne ne l&#8217;est pas mieux, n&#8217;a pas de plans et va se trouver en mauvaise posture du seul fait de leur déclaration de guerre.<br /> <br /> [1] Cf. Trawny (Peter), Heidegger et l&#8217;antisémitisme, Paris, Seuil, 2014.<br /> <br /> [2] À titre de préface, et de lien avec le forum <a href="http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=42&amp;t=40654&amp;p=522061#p522061">http://www.39-45.org/viewtopic.php?f=42&amp;t=40654&amp;p=522061#p522061</a> dont ce magazine est le prolongement, un mot sur la crise de Munich en septembre 1938. Le journal de l&#8217;Américain William Shirer, et son livre sur le Troisième Reich paru vingt ans plus tard, apportent une grande lumière sur un bruit qui courait au sujet de Hitler : il se serait mis, devant la conduite du président tchécoslovaque Benès, dans de tels états de colère qu&#8217;il aurait mordu les tapis. Or l&#8217;origine de ce bruit est très précisément localisable et datable : ce sont des journalistes nazis qui à Godesberg, le 21 septembre au soir, se sont mis à traiter devant Shirer le Führer de « Teppichfresser » (bouffeur de tapis) et un rédacteur en chef soi-disant antinazi qui lui a expliqué ce terme. Le lendemain, dans la salle à manger de leur commun hôtel, Hitler en personne est passé deux fois devant Shirer en faisant montre d&#8217;un grand état de nervosité. Le coup, qui a bien l&#8217;air d&#8217;avoir été monté par quelque équipe occulte, était fort utile pour suggérer que Hitler ne faisait pas monter avec maîtrise une tension pour se faire attribuer les Sudètes sans guerre, mais était dépassé par la situation et avait grand besoin d&#8217;être calmé par la sagesse de Chamberlain.<br /> <br /> [3] Cf. Hubatsch (Walther), Hitlers Weisungen für die Kriegsführung 1939&#8209;1945<br /> <br /> (Directives d&#8217;Hitler pour la conduite de la guerre), Francfort-sur-le-Main, Bernard &amp;<br /> <br /> Graefe, 1962, p. 19&#8209;22.<br /> <br /> [4] Ce propos est tenu à la fin d&#8217;une longue conversation Hitler-Burckhardt, le 11 août. Le Suisse en fait un compte rendu oral détaillé, le 13, à des représentants diplomatiques de la France et de l&#8217;Angleterre, en omettant cette « dernière et surprenante communication du chancelier ». Il donne de cette omission, dans ses mémoires, la raison suivante, cousue de fil blanc : « Elle semblait aussi irréelle qu&#8217;une hallucination. » Ce qui ne l&#8217;a pas empêché d&#8217;avoir « quelques jours plus tard l&#8217;occasion de transmettre ce surprenant propos à lord Halifax directement ». Cf. Burckhardt (Carl), Ma mission à Dantzig, Paris, Fayard, 1961, p. 388&#8209;389. Wed, 21 Feb 2018 19:12:01 +0100 1940 / Ce qu’on commence à savoir et ce qui reste à découvrir https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-120+1940-ce-qu-on-commence-a-savoir-et-ce-qui-reste-a-decouvrir.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-120+1940-ce-qu-on-commence-a-savoir-et-ce-qui-reste-a-decouvrir.php Article paru en 2011 dans les Cahiers de la <em>Revue Défense Nationale</em> 1<br /> <br /> 1940<br /> Ce qu&#8217;on commence à savoir<br /> et ce qui reste à découvrir<br /> <br /> <br /> <br /> Le surgissement, en 1990 , des papiers du<br /> général Doumenc (édités en 1992), le troisième personnage de l&#8217;armée française en<br /> 1940 et l&#8217;élément le plus dynamique des états-majors de Gamelin,<br /> Georges et Weygand, a modifié en profondeur notre approche du<br /> désastre. À la vision répandue d&#8217;un pays décadent il convenait de substituer,<br /> et à la vision gaullienne (une défaite purement militaire, due<br /> au passéisme des généraux) d&#8217;ajouter, la prise de conscience d&#8217;un<br /> coup allemand excellent et peu résistible. Comme le dit Doumenc<br /> dans un texte intitulé <em>Pièce écrite au moment de l&#8217;armistice</em> :<br /> <br /> « nos adversaires, qui avaient pour eux tous les avantages de<br /> l&#8217;offensive, on su en tirer grand parti. Leur manoeuvre fondée sur la<br /> réussite d&#8217;une attaque centrale qu&#8217;ont menée de bout en bout leurs<br /> corps cuirassés et motorisés, a bénéficié d&#8217;une rapidité et d&#8217;une perfection<br /> d&#8217;exécution dont il faut reconnaître tout le mérite ».<br /> <br /> Encore Doumenc ne semble-t-il pas avoir compris ce que vingt<br /> années de recherches et de confrontations ont permis de mieux cerner<br /> : outre l&#8217;excellence de la manoeuvre sur le terrain, l&#8217;Allemagne<br /> avait tout fait pour attirer les armées adverses dans le piège belge. En<br /> apparaissant depuis 1938 comme un amateur de proies modestes,<br /> contre qui il devenait urgent d&#8217;engager la « bataille des neutres » ; en<br /> organisant ou en tolérant des fuites selon lesquelles une attaque aurait<br /> lieu le 10 mai contre le futur « Benelux », et lui seul.<br /> Un contre-feu, il est vrai, s&#8217;est allumé en 1995 avec la publication<br /> d&#8217;un livre redoutablement soigné et bien présenté, celui de<br /> Karl-Heinz Frieser, Blitzkrieg-Legende (dont la bibliographie s&#8217;arrête<br /> en 1991). Il postulait qu&#8217;il n&#8217;y avait pas plus de pilote dans l&#8217;avion<br /> allemand que dans le français ! Et que la décision s&#8217;était faite à l&#8217;avant<br /> dans le hasard des rencontres, l&#8217;esprit d&#8217;initiative des commandants<br /> d&#8217;unités blindées allemandes l&#8217;emportant sur les hésitations de leurs<br /> vis-à-vis français, incapables d&#8217;agir sans directives.<br /> Tout un antinazisme primaire, dont Frieser incarne en quelque<br /> sorte le chant du cygne, veut que Hitler ait été un chef brouillon et<br /> inculte, propulsé à son poste par son don d&#8217;orateur populiste et<br /> dépourvu de tout autre talent. Toute réussite sous ses ordres serait due<br /> à des subalternes civils ou militaires, de Speer en Riefenstahl, de<br /> Goebbels en Heydrich, de Manstein en Guderian.<br /> La vérité est à l&#8217;opposé. Il y avait bien un chef aux qualités,<br /> avant tout, de stratège. Dans l&#8217;art de la surprise, Hitler battait même<br /> des records, grâce à un ingrédient inédit : la sous-estimation, savamment<br /> orchestrée, des qualités du chef. Bonaparte ou Clausewitz<br /> auraient été sidérés de voir un dirigeant civil et militaire s&#8217;ingénier à<br /> passer pour un autodidacte vociférant, et ne jamais rien démentir<br /> quand les médias du monde entier déclaraient, en toute fausseté, qu&#8217;il<br /> avait commencé sa carrière comme peintre en bâtiment. Ses intentions<br /> mêmes, telles qu&#8217;il les avait affichées, concouraient à sa réussite, tant<br /> par leur rassurante démesure que par la cruauté inhumaine des moyens<br /> annoncés. Tout cela semblait issu d&#8217;une autre planète, et appelé à se<br /> briser comme verre au contact des réalités de celle-ci. C&#8217;est d&#8217;ailleurs<br /> ce qui se produisit, mais : 1) après douze ans d&#8217;une carrière propice à<br /> d&#8217;énormes dégâts, parfaitement évitables si on avait discerné ce qui<br /> précède ; 2) en passant par divers moments de triomphe dont un en<br /> particulier, la victoire sur la France, faillit stabiliser durablement les<br /> gains de l&#8217;entreprise.<br /> On sait qu&#8217;alors Winston Churchill a opposé un verrou et que<br /> celui-ci a tenu, permettant de rassembler enfin la coalition nécessaire<br /> face aux ambitions et aux moyens, mesurés plus justement, de<br /> l&#8217;Allemagne nazie. Mais ce qu&#8217;on mesure toujours mal, c&#8217;est le caractère<br /> miraculeux de ce dernier obstacle. Ce terme, dira-t-on, n&#8217;est pas<br /> scientifique ? Mais les savants eux-mêmes parlent d&#8217;un « miracle de<br /> la Marne », qui aurait empêché en septembre 1914 la France de subir<br /> un désastre de même ampleur qu&#8217;en 1940. Or la présence de Churchill<br /> au sommet du pouvoir britannique au bon moment, et sa capacité de<br /> se maintenir en selle dans le cataclysme, sont au moins aussi étonnantes<br /> que la réussite de la contre-attaque française sur un affluent de<br /> la Seine, un quart de siècle plus tôt.<br /> Churchill devait compter, au sein même de son gouvernement,<br /> avec un collaborateur des plus rétifs, le ministre des Affaires étrangères<br /> Edward Halifax. En deux moments décisifs, le 25 mai et le 17<br /> juin, il saisit deux ambassadeurs étrangers, l&#8217;italien puis le suédois,<br /> d&#8217;un message à destination de Berlin, disant que si les exigences allemandes<br /> sont raisonnables, le gouvernement anglais ne s&#8217;obstinera pas.<br /> Toute la marge de manoeuvre de Churchill est là : il va clamant qu&#8217;un<br /> Hitler ne peut qu&#8217;abuser d&#8217;une telle victoire, et Halifax n&#8217;arrive pas à<br /> en avoir le coeur net &#8211;Hitler lui-même n&#8217;osant se fier à lui et lui adresser<br /> directement des propositions « généreuses », de peur que Churchill<br /> n&#8217;emporte le morceau en daubant sur cet aveu de faiblesse.<br /> Ces manigances sont venues au jour lentement, dans les années<br /> 60-70, et n&#8217;ont pas encore infligé la révision qu&#8217;ils méritent aux<br /> mémoires de Churchill, suivant lesquels son cabinet unanime s&#8217;était<br /> cabré devant le défi, et n&#8217;avait jamais été effleuré par l&#8217;idée d&#8217;une<br /> paix de compromis. À tel point que David Cameron a radicalement<br /> innové le 18 juin 2010 lorsque, répondant à Londres au discours commémoratif<br /> de Nicolas Sarkozy, il a révélé que son arrière-grand-oncle,<br /> le ministre de l&#8217;Information Duff Cooper, avait été le plus ferme soutien<br /> du général de Gaulle en la même ville soixante-dix ans plus tôt,<br /> devant un cabinet fort divisé à son sujet.<br /> La solitude de Churchill dans son choix de résistance (Cooper<br /> étant effectivement son ministre le plus résolu), peut être mesurée par<br /> l&#8217;absence d&#8217;encouragement des « deux Grands » qu&#8217;il va réussir à<br /> mobiliser pour obtenir le triomphe de 1945. Le fait que Staline se soit<br /> laissé passer au cou la corde du pacte germano-soviétique, et soit par<br /> là condamné à attendre que le bourreau veuille bien s&#8217;occuper de lui,<br /> est assez connu. Mais beaucoup moins le silence glaçant de Roosevelt.<br /> On sait qu&#8217;il avait entamé avec Churchill, dès le début de la<br /> guerre, une correspondance personnelle (mais connue des autres<br /> membres du cabinet de guerre britannique). Or elle s&#8217;interrompt complètement,<br /> côté américain, du 15 juin au 13 août, soit lors du zénith<br /> apparent de Hitler, au moment où la France capitule.<br /> Voilà qui peut contribuer à expliquer le rapport des forces, dans<br /> l&#8217;Hexagone, entre les partisans de Pétain et la poignée des premiers<br /> gaullistes. De Gaulle, par delà toutes leurs différences, est bien sur la<br /> même longueur d&#8217;ondes que Churchill, Cooper et peu d&#8217;autres dirigeants<br /> sur la planète : ils mesurent ce que signifierait pour leur patrie le<br /> fait de signer quoi que ce soit avec une telle dictature, pareillement<br /> triomphante. Pour la France, un anéantissement définitif. Pour la<br /> Grande-Bretagne, une compromission reniant toute son histoire. Ils en<br /> viennent à prendre une position mystique : le cauchemar doit se dissiper<br /> si nous tenons bon&#8230; et s&#8217;il ne se dissipe pas, autant mourir. Mais le<br /> froid réaliste Halifax n&#8217;est pas plus séduit par la mystique gaullienne<br /> que par la foi churchillienne &#8211; or c&#8217;est lui qui est aux commandes, puisqu&#8217;il<br /> s&#8217;agit d&#8217;une affaire étrangère. Il rembarre Duff Cooper vers midi<br /> trente, lors d&#8217;une réunion de cabinet à laquelle Churchill n&#8217;assiste pas, et<br /> fait décider que de Gaulle ne parlera pas à la BBC. Mais Cooper, faisant<br /> équipe avec de Gaulle et le député conservateur Edward Spears, revient<br /> à la charge dans l&#8217;après-midi et la soirée. Finalement, le Général pourra<br /> parler mais son discours a été gravement altéré. D&#8217;où une bataille autour<br /> de la publication de ce texte&#8230; dont la version définitive date du début<br /> d&#8217;août ! Et la tendance des gaullistes à lui substituer une fameuse affiche,<br /> qui seule dit à Pétain leur façon de penser (le rejet radical, et de son<br /> armistice, et de son gouvernement), et apparaît elle-même en août.<br /> Mais la journée du 18 juin, en matière de relations anglogaullistes,<br /> n&#8217;est nullement décisive. Pour commencer, de Gaulle est<br /> privé de micro jusqu&#8217;au 22&#8230; et réduit à inventer plus tard de toutes<br /> pièces un discours radiodiffusé du 19 ! Le 22, son allocution est une<br /> réponse aux conditions d&#8217;armistice de Hitler et un avertissement à Pétain<br /> que, s&#8217;il les accepte, tout est fini entre Londres et lui. En conséquence,<br /> lorsque la nouvelle de la signature de l&#8217;armistice parvient en Angleterre<br /> quelques heures plus tard, la rupture avec Bordeaux, et la reconnaissance<br /> d&#8217;un comité national que de Gaulle est chargé de constituer, sont<br /> décidées par le cabinet britannique&#8230; puis sabotées par Halifax.<br /> Voilà les remous que provoque l&#8217;écrasement sous les Panzer<br /> de la « meilleure armée du monde »&#8230; et que le triomphe, cinq ans<br /> plus tard, d&#8217;une « force mécanique supérieure », essentiellement américano-<br /> soviétique, permettra d&#8217;oublier pour le repos des âmes de Staline,<br /> Roosevelt et Halifax, celles de Pétain et de Laval portant tout le<br /> péché&#8230; et en France les pétainistes, par une réaction en chaîne, noircissant<br /> eux-mêmes Laval.<br /> Les variantes de l&#8217;appel du 18 juin sont connues, en gros,<br /> depuis 1990, grâce aux travaux d&#8217;une équipe d&#8217;érudits de la Sarthe.<br /> Mais seul l&#8217;anniversaire de 2010 a permis l&#8217;ouverture d&#8217;un vaste débat<br /> sur les enjeux de 1940, qui à présent ne devrait plus s&#8217;interrompre (2).<br /> <br /> <br /> =========================<br /> <br /> (1) Les indiscrétions bien connues du colonel Oster, adjoint de l&#8217;amiral Canaris à la tête de<br /> l&#8217;Abwehr, sont en train d&#8217;être reconsidérées à la lumière d&#8217;une étude critique de l&#8217;attitude<br /> « résistante » de Canaris (Éric Kerjean, « L&#8217;amiral Canaris : antinazi ? » in Histomag&#8217;44, septembre-<br /> octobre 2010 n° 67).<br /> (2) Pour aller plus loin : un historien américain d&#8217;origine hongroise, John Lukacs, a exprimé dès<br /> 1976 des vues pionnières sur le talent de Hitler et le verrou churchillien. Son dernier livre, qui<br /> résume tout son travail, The Legacy of the Second World War (Yale University Press, mars<br /> 2010), paraîtra en français au début de l&#8217;an prochain. Sat, 01 Jul 2017 19:04:52 +0200 De curieuses révélations de 1934 sur le Reichstag et les Longs couteaux https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-109+de-curieuses-revelations-de-1934-sur-le-reichstag-et-les-longs-couteaux.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-109+de-curieuses-revelations-de-1934-sur-le-reichstag-et-les-longs-couteaux.php (document découvert par Michel Bergès)<br /> <br /> <br /> Article paru le 25 juillet 1934 dans<em> L'Impartial</em>, un quotidien de La Chaux-de-Fonds<br /> <br /> <span style="font-size: 17px;"><strong>L'incendie du Reichstag avait<br /> été préparé par les nazis<br /> L'un des auteurs s'est réfugié en Suisse</strong></span><br /> <br /> <br /> BALE, 25 &#8212; La «Deutsche Freiheit» , paraissant<br /> à Sarrebruck , publie une lettre ouverte au<br /> président Hindenburg dans laquelle un certain<br /> Ernest Kruse, de la S. A., dont il porte le No<br /> 134,522, relate longuement son odyssée jusqu 'au<br /> moment où il put gagner la Suisse.<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Les causes de la « révolution»<br /> du 30 juin</span></strong><br /> <br /> Kruse avait été valet de chambre de Roehm ,<br /> dont il connaissait les passions anormales , mais<br /> qui fut néanmoins pour lui un bon maître. Au<br /> moment de l'arrestation de son chef à Wiessel ,<br /> Kruse se trouvait à Munich et dès qu'il eut appris<br /> ce qui était arrivé, il prit la fuite, se cachant<br /> chez des amis ou dans des fermes retirées,<br /> voyageant de nuit jusqu 'au moment où il<br /> put gagner la frontière suisse, le 18 j uillet au<br /> soir.<br /> Son intimité avec Roehm permit à Ernest<br /> Kruse d'avoir connaissance des faits qui précédèrent<br /> le 30 juin. Roehm et les autres chefs<br /> de la S. A. fusillés par la suite, avaient tenté<br /> l'impossible pour empêcher la dissolution des<br /> troupes d'assaut et avaient, à cet effet, fait de<br /> pressantes démarches auprès d'Hitler, auquel<br /> ils avaient demandé une réponse sans équivoque<br /> jusqu'au ler juillet à midi. Entre temps,<br /> ils s'abouchèrent avec des milieux militaires,<br /> pour s'allier à eux, cas échéant, et imposer leur<br /> volonté. Le général Schleicher les éconduisit<br /> catégoriquement<br /> On sait quelle fut la réponse du Fiihrer la<br /> veille même du j our où il aurait dû se décider<br /> dans un sens ou dans l'autre.<br /> Chaque homme de la S. A. sait pertinemment<br /> que si les chefs fusillés ou assassinés d'autre<br /> façon avaient voulu fomenter une révolte , ils<br /> n'auraient pas été couchés cette nuit-là. Cependant,<br /> aj oute Kruse , depuis cette hécatombe<br /> de chefs, les armes des hommes de la S. A.<br /> sont prêtes et ils n'attendent qu'une occasion<br /> où Hitler, Goering et Goebbels seront moins<br /> bien gardés , pour leur faire subir le sort qu'ils<br /> ont réservé à leurs anciens camarades.<br /> Kruse affirme avoir sur lui des documents<br /> importants concernant ces événements et se<br /> propose de les faire parvenir au gouvernement<br /> anglai s, auquel il demandera en même temps<br /> aide et protection , car en Suisse il ne se sent<br /> pas encore à l'abri des espions et des meurtriers<br /> envoyés par le gouvernement allemand ,<br /> intéressé à se débarrasser sans retard de ce<br /> témoin trop gênant.<br /> Comment l'incendie du Reichstag fut<br /> organisé par les nazis<br /> Puis Kruse en vient à l'incendie du Reichstag,<br /> auquel il participa et voici comment :<br /> Le 10 février 1933, Roehm, Heines et Ernst<br /> réunirent un groupe de dix hommes de confiance,<br /> au nombre desquels se trouvait Kruse. On y<br /> étudia en détail le plan incendiaire et chacun<br /> fut questionné pour savoir s'il était d'accord<br /> d'y participer. Tous furent assermentés, juran t<br /> de garder le silence le plus complet. Ils devaient<br /> recevoir, plus tard, de nouveaux ordres. Un<br /> ses»., Lobike, refusa et fut emmené. On ne le revit<br /> plus... et chacun sut ce que cela signifiait.<br /> Van der Lubbe était de la bande. Comme c'était<br /> un fantasque, toujour s désireux de se mettre en<br /> évidence, il fut chargé de j ouer le rôle d'incendiaire<br /> individuel, qui pénétrerait par escalade<br /> dans le Reichstag et mettrait le feu dans les locaux<br /> secondaires avec des torches qu'on lui préparerait.<br /> Les autres conjur és devaient, exactement<br /> à la même heure, mettre le feu à la grande<br /> salle des séances avec une matière inflammable.<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Deux répétitions</span></strong><br /> <br /> Les acteurs firent, de nuit, deux répétitions<br /> générales, passant par le souterrain qui reliait<br /> le Reichstag au Palais présidentiel et revenant<br /> au galop aussitôt le simulacre achevé.<br /> Voici les noms de ceux qui participèrent à cet<br /> acte criminel : Heines et Ernst, chefs d'un<br /> groupe de cinq hommes chacun, puis Brahm,<br /> Stettmann, Nagel, Sirop, Kummelsbach, Dieriger,<br /> Bratschke, Lehmann, Schmitz et Kruse.<br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Goering et Goebbels à l'oeuvre</span></strong><br /> <br /> Dans la nuit du 27 février, ces hommes furent<br /> réunis par Goering dans les caves du palais<br /> présidentiel et l'avis vint que Van der Lubbe<br /> avait déj à pénétré au Reichstag. Chacun reçut<br /> un cornet de célophane contenant une poudre<br /> légère et avec cela un rouleau de cellulolde en<br /> longues bandes. Les cornets furent déposés selon<br /> le plan préparé, en divers endroits, et reliés<br /> par les bandes de cellulolde. Le tout se reliait<br /> à l'entrée du souterrain, où avaient pris position<br /> Ernst et Roehm. Roehm donna alors l'ordre de<br /> mettre le feu qui gagna rapidement tout l'édifice.<br /> Chaque fois que le serpent de feu gagnait<br /> un cornet de poudre, il se produisait une sourde<br /> détonation et tout s'embrasait aussitôt. L'oeuvre<br /> de dévastation était accomplie.<br /> Van der Lubbe avait reçu la promesse qu'après<br /> avoir été incarcéré plusieurs mois, on le<br /> laisserait partir pour l'Amérique avec beaucoup<br /> d'argent. On sait quelle fut sa fin-<br /> Que va penser l'opinion publique ?<br /> Il serait curieux de connaître les documents<br /> dont Kruse se dit détenteur. S'ils parvienneni<br /> au gouvernement britannique, celui-ci consentira-<br /> t-il à les publier ?<br /> Mais, en attendant, que pense l'opinion mondiale<br /> du procès intenté à Dimitroff et ses deux<br /> compatriotes, ainsi qu'au communiste Torgler.<br /> martyrisé dans sa prison ?<br /> <br /> <br /> Commentaires : <br /> <br /> - la source initiale n'est pas le journal suisse mais un feuille sarroise, <em>Deutsche Freiheit</em> . Il faudrait retrouver l'article. Ce périodique est sobrement présenté par Wikipédia : "deutsche Zeitschrift, erschienen 1933&#8211;1935 in Saarbrücken". Il s'agit d'un organe socialiste créé par le SPD sarrois sous l'égide de son leader Max Braun peu après la prise du pouvoir par les nazis pour préparer le plébiscite de janvier 35.<br /> <br /> - ces "révélations" sont adressées à Hindenburg, auquel il reste une semaine à vivre : jusqu'au bout le maréchal-président est présenté comme un recours, capable de mettre fin à tout moment au régime nazi, et au décès duquel il est permis d'espérer une foire d'empoigne où les conservateurs pourraient emporter la décision. Bref, on crée ici l'illusion que Hitler ne fait pas encore ce qu'il veut... et pourrait avoir dangereusement miné sa position par les assassinats de ses longs couteaux, pour peu que des courageux informent correctement le président.<br /> <br /> - la narration de l'incendie est truffée d'invraisemblances (notamment par rapport à l'économie de moyens qui est de règle dans les manipulations nazies) : exécutants mis dans le coup ensemble quinze jours avant, meurtre du SA qui refuse de jurer le secret, van der Lubbe SA et présent à Berlin dès le 10 février (il arrive le 18), mise à feu par cordons de celluloïd depuis l'entrée du fameux souterrain sous le commandement de deux chefs SA qui ne semblent pas avoir peur de se faire prendre la main dans le sac alors que des députés communistes, dont Torgler, sont censés d'après la version officielle être encore dans les murs, etc.<br /> <br /> En<strong> conclusion provisoire</strong>, ces prétendues révélations ont tout d'un savant montage, destiné à créer dans la communauté internationale de faux espoirs de se débarrasser du nazisme sans guerre ni mobilisation diplomatique sérieuse, cependant que les crimes et malversations prêtés au régime ne sauraient lui nuire, tant elles fourmillent de fausses pistes, d'invraisemblances et de contre-vérités. La publication sans méfiance de cette lettre par un journal de gauche en dit long sur le besoin de soutiens et d'arguments qu'éprouvaient les antinazis sarrois, qui avaient constitué un front commun englobant les catholiques antinazis et les communistes.<br /> <br /> Il est intéressant de rapprocher ce document d'un propos de Hitler, le 1er juillet 1942, sur l'ambassadeur de France à Berlin André François-Poncet. Il était ravi de l'avoir roulé dans la farine en lui faisant prendre au sérieux la rumeur d'une brouille mortelle entre l'armée et les SA :<br /> <br /> "Le vieux principe politique suivant lequel il ne faut pas détromper<br /> les représentants étrangers qui se font des idées fausses qui peuvent<br /> nous servir, je l&#8217;ai moi-même appliqué avec succès. Lorsque après la<br /> prise du pouvoir j&#8217;ai commencé à m&#8217;occuper du réarmement, je devais<br /> toujours compter avec des contre-mesures des puissances occidentales.<br /> La fable de divergences de vues entre mes SA et la Reichswehr<br /> est venue, dans cette situation critique, à mon aide. L&#8217;ambassadeur de<br /> France François-Poncet, qui habituellement ne s&#8217;en laissait pas conter<br /> dans l&#8217;appréciation de la situation, a gobé ce bruit d&#8217;une façon typiquement<br /> française et plus on lui en racontait, plus dans ses rapports<br /> il assurait à Paris qu&#8217;une intervention militaire française ne serait pas<br /> nécessaire car les tensions entre les SA et la Reichswehr culmineraient<br /> d&#8217;une manière ou d&#8217;une autre en une lutte à mort.<br /> Quand le putsch de Röhm fut passé, le gouvernement de Paris se<br /> représenta la situation comme si les Allemands avaient commencé<br /> à se taper réciproquement sur la tête comme au Moyen Âge, et<br /> comme si la France pouvait de nouveau en profiter pour tirer les<br /> marrons du feu. C&#8217;est ainsi que le putsch de Röhm a encore rendu<br /> de grands services et a retenu la France, et au-delà d&#8217;elle aussi l&#8217;Angleterre,<br /> de prendre des mesures militaires pendant si longtemps que<br /> pour une attaque de ces pays, en raison des progrès du réarmement<br /> allemand, il était trop tard."<br /> <br /> L'article du journal suisse s'intègre parfaitement dans ce processus. Notamment ce passage : "Cependant,<br /> ajoute Kruse , depuis cette hécatombe<br /> de chefs, les armes des hommes de la S. A.<br /> sont prêtes et ils n'attendent qu'une occasion<br /> où Hitler, Goering et Goebbels seront moins<br /> bien gardés , pour leur faire subir le sort qu'ils<br /> ont réservé à leurs anciens camarades."<br /> <br /> Parmi les sujets non encore pris en charge par l'historiographie figure celui des bruits laissant entendre que Hitler pourrait être assassiné... et de la part que l'intéressé lui-même, et son SD, prenaient dans leur mise en circulation.<br /> <br /> <br /> (mis en ligne le 13 décembre 2016 en début d'après-midi)<br /> <br /> <br /> ==============================================================================<br /> <br /> Le débat s'engage <a href="https://www.facebook.com/groups/StudyOfNS/">sur ISSN </a>à l'initiative de Jean-Louis Vullierme, qui a de son côté trouvé d'autres articles, dont <a href="https://lookaside.fbsbx.com/file/93634938.pdf?token=AWweIhg3cM0nXNoY7vyBp4wGxDd3DhzPHw7Jb4dUe08wbNOVRB6x6KGoZzKIgIDPwLtEXFDYEV1aQbHdUfbNQDtwS5O-VWECGqgSH_O0GepoFB-ZMyGuLbK2NMHnL7g1v65cr3Aou08mQezXUlz23Xnxo8OWkLjFcSrhabrSqvDxUPzVknG2rrn7gxs3pTvSykg">un dans le New-York Times</a> qui, dès le 23 juillet 1934, donne l'essentiel de l'information, et<a href="https://criminocorpus.org/media/filer_public/9d/86/9d86fb4a-32a8-40d4-92be-dc8a2b4f94ef/bilipo_police-magazine_1934_0193.pdf"> un autre</a> dans <em>Police Magazine</em>, le concurrent de [url]<em>Détective</em>[/url], le 5 août. Tue, 13 Dec 2016 11:45:01 +0100 L'article de Churchill sur Hitler dans Strand Magazine (novembre 1935) https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-84+l-article-de-churchill-sur-hitler-dans-strand-magazine-novembre-1935.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-84+l-article-de-churchill-sur-hitler-dans-strand-magazine-novembre-1935.php Extrait de <em>Churchill et Hitler </em>(Paris, Le Rocher, 2012, rééd. poche Tempus 2013)<br /> <br /> <br /> C&#8217;est dans l&#8217;été de 1935 que Churchill écrit son article sur Hitler, qu&#8217;il reprendra avec des variantes significatives, mais sans en altérer l&#8217;économie, dans son recueil sur Les grands contemporains en 1937. Il est de bon ton aujourd&#8217;hui de lui reprocher ce texte où, dès l&#8217;exorde, des louanges nuancent un jugement sévère. Or, s&#8217;il n&#8217;est guère équitable d&#8217;isoler celles-là en taisant celui-ci, il l&#8217;est moins encore de ne pas remarquer que les louanges portent essentiellement sur un hypothétique avenir, tandis que les actes passés sont stigmatisés. A une exception près : Churchill tire son chapeau devant le courage du lutteur surgi du peuple qui a relevé le défi de la défaite quand tous s&#8217;inclinaient, et considère la rapidité du redressement obtenu comme « l&#8217;un des plus remarquables exploits dans l&#8217;histoire du monde ».<br /> C&#8217;est pour en faire aussitôt grief aux gouvernements qui ont laissé faire, créant à Versailles, par une mauvaise adéquation des frontières et des peuples (« a number of minor anomalies and racial injustices in the territorial arrangements ») et par l&#8217;humiliation des réparations, un ressentiment durable, tout en s&#8217;adonnant au désarmement. « J&#8217;ai toujours préconisé, rappelle l&#8217;auteur, que la réparation des griefs des vaincus précède le désarmement des vainqueurs ». L&#8217;Angleterre a, dans ce domaine, fait preuve d&#8217;une grande inconscience, notamment en négligeant son aviation, alors que dès le gouvernement Brüning (1930-1932), l&#8217;Allemagne développait ses armements et se donnait les moyens de posséder une grande force aérienne. On voit que cet article sur Hitler contient une grande parenthèse sur Churchill, qui se poursuit par l&#8217;évocation de ses « avertissements répétés », en 1931-32, au gouvernement Macdonald qui prétendait convaincre la France de désarmer.<br /> Revenant à son sujet, il commet un paragraphe en apparence très laudateur&#8230; jusqu&#8217;à la chute, exclusivement :<br /> <br /> <em>Pendant que toutes ces formidables transformations se produisaient en Europe, le caporal Hitler menait son long et pénible combat pour le pouvoir en Allemagne. L&#8217;histoire de cette lutte ne peut être lue sans admiration pour le courage, la détermination et la force personnelle qui l&#8217;ont rendu capable de concurrencer, défier et vaincre, ou se concilier, toutes les autorités et toutes les résistances qui lui barraient le passage. Lui-même et les bataillons sans cesse croissants qui marchaient avec lui ont montré d&#8217;évidence, par leur ardeur patriotique et leur amour de leur pays, qu&#8217;il n&#8217;est rien qu&#8217;ils ne feront ou n&#8217;oseront, qu&#8217;ils ne reculeront devant aucun sacrifice de vie, d&#8217;intégrité ou de liberté, que ce soit pour le subir ou pour l&#8217;infliger à leurs opposants.</em><br /> <br /> Ainsi, l&#8217;esprit de sacrifice des nazis n&#8217;a d&#8217;égal que leur capacité de sacrifier autrui : rien ne montre mieux que cette dernière phrase à quel point l&#8217;admiration que Churchill voue, en connaisseur, à la pugnacité de Hitler, ne s&#8217;accompagne d&#8217;aucune illusion sur la possibilité de l&#8217;amadouer par des paroles. S&#8217;il rend hommage à l&#8217;ennemi, ce langage ne présage pas moins que le combat sera sans merci. <br /> Churchill décrit ensuite l&#8217;effort d&#8217;armement de l&#8217;Allemagne hitlérienne, tout en répétant que le gouvernement Brüning en avait jeté les bases, et attribue entièrement le recul du chômage à l&#8217;élan économique ainsi créé. Mais la préparation de la guerre ne se cantonne pas à des productions matérielles, puisqu&#8217;elle mobilise aussi « les écoles, les collèges et presque les nurseries ». Concluant cette analyse, il montre qu&#8217;il a désormais compris le rôle essentiel du Führer dans le processus :<br /> <br /> <em>Voilà où nous en sommes aujourd&#8217;hui, et la manière dont ont été renversés les rôles avec les vainqueurs complaisants, écervelés et aveugles mérite d&#8217;être reconnue comme un prodige dans l&#8217;histoire du monde, et un prodige inséparable des efforts et de l&#8217;élan vital d&#8217;un seul homme.</em><br /> <br /> Toutefois, la mention des « bataillons » qui partageraient la volonté de Hitler et sa détermination à user de tous les moyens contre les ennemis intérieurs et extérieurs indique que Churchill le voit essentiellement comme un guide, éveillant des sentiments tapis au c&#339;ur de beaucoup, et non comme un illuminé possédé d&#8217;obsessions toutes personnelles, et mettant ses compatriotes à leur service par des moyens souvent obliques. <br /> C&#8217;est encore le cas quand il indique que l&#8217;amour de l&#8217;Allemagne cohabite chez Hitler et ses partisans avec « d&#8217;intenses courants de haine », contre la France, contre d&#8217;autres pays désignés par une mystérieuse périphrase, requérant la connaissance de Mein Kampf (« il n&#8217;y a qu&#8217;à lire le livre de Herr Hitler Mein Kampf pour voir que la France n&#8217;est pas le seul pays étranger contre lequel la colère d&#8217;une Allemagne réarmée pourrait se tourner »), et surtout contre les Juifs. Churchill décrit par le menu leur persécution, et la condamne fermement. Il indique ensuite, non sans forcer le trait, qu&#8217;une « persécution semblable » frappe les « socialistes et communistes de toutes nuances » ainsi que « l&#8217;intelligentsia libérale », et que le territoire est semé de camps de concentration comme il l&#8217;est d&#8217;aérodromes et de terrains militaires, pour assurer « la domination irrésistible de l&#8217;Etat totalitaire ». Là encore il fait bon marché de la manipulation&#8230; et il ne craint pas de rejoindre le discours de la gauche, portée alors, dans le monde entier, à exagérer le caractère contraignant de la dictature allemande au détriment de ses aptitudes mobilisatrices.<br /> Après un mot sur la persécution des chrétiens semble s&#8217;amorcer une méditation conclusive sur l&#8217;homme qui « a forgé ces superbes outils et déchaîné ces maux effrayants ». L&#8217;auteur remarque que son abord privé est plutôt séduisant et se demande si le pouvoir l&#8217;adoucira. Mais soudain, il reparle de sa brutalité, en racontant la nuit des Longs couteaux . Le fait qu&#8217;un tel déchaînement ait été non seulement toléré mais que son auteur ait été acclamé « presque comme un dieu » par le pays « de Goethe et de Schiller, de Bach et de Beethoven, Heine, Leibniz, Kant et une centaine d&#8217;autres grands noms », doit inspirer à « ce qui reste de civilisation européenne » de la honte et aussi, « ce qui est d&#8217;une plus grande utilité pratique, de la crainte ».<br /> Voilà qui débouche sur une conclusion abrupte :<br /> <em><br /> Pouvons-nous vraiment croire qu&#8217;il soit possible de confier à une hiérarchie et à une société fondés sur de tels agissements la possession de la plus prodigieuse machine de guerre jamais conçue parmi les hommes ? Pouvons-nous croire que de tels pouvoirs soient capables de redonner au monde « la joie, la paix et la gloire de l&#8217;humanité » ? La réponse, si réponse il y a autre que la plus terrible, est contenue dans ce mystère appelé HITLER.</em><br /> <br /> Il est donc dangereux de s&#8217;appuyer sur ce texte pour estimer que la religion de Churchill n&#8217;est pas faite et qu&#8217;il hésite encore dans son diagnostic sur Hitler. C&#8217;est plutôt sur l&#8217;avenir qu&#8217;il balance. Il ne peut croire qu&#8217;on laissera encore longtemps l&#8217;Allemagne poursuivre ses préparatifs de guerre sans réagir et spécule que peut-être, si on devient enfin, à son égard, ferme et cohérent sans cesser d&#8217;être ouvert et généreux, Hitler sera assez réaliste, et assez patriote, pour man&#339;uvrer en recul. Mais en toute hypothèse la conduite à tenir est la même : un changement radical de cap, qui passe par un réarmement rapide et un positionnement diplomatique tout autre, faisant de l&#8217;union contre le danger allemand une priorité absolue. A cet égard, nous remarquerons que l&#8217;URSS est discrètement sollicitée, comme elle l&#8217;était dans le discours de novembre 1932 (cf. supra, p. OOO) : alors elle était englobée dans une périphrase (« et d&#8217;autres pays que je n&#8217;ai pas nommés »), ici elle se cache dans l&#8217;expression sur les « autres Etats contre lesquels la violence allemande pourrait se tourner ».<br /> <br /> Le fait que, parmi les qualités qu&#8217;il prête au personnage, il manque l&#8217;intelligence et que parmi ses méthodes il ne fasse guère de place à la manipulation, s&#8217;explique peut-être par le discours hitlérien lui-même &#8211;car désormais on peut considérer qu&#8217;il a lu <em>Mein Kampf</em>, et d&#8217;assez près : il a l&#8217;air de s&#8217;imaginer que ses succès résultent avant tout d&#8217;un patriotisme en phase avec celui qu&#8217;il a su réveiller chez son peuple, et d&#8217;une volonté acharnée. L&#8217;habileté, le double jeu, la capacité de faire durablement illusion sur ses intentions ne font pas partie de la panoplie ici dénoncée &#8211;même si les protestations de pacifisme que Hitler multiplie sont implicitement révoquées en doute. L&#8217;impression que dégage cette lecture est celle d&#8217;une Allemagne mise au pas et prête à bondir. Churchill est lui-même sur les rangs pour prendre le pouvoir dans les mois suivants, si un début d&#8217;expansion du Reich hors de ses frontières permet de sonner le tocsin et de balayer le pacifisme. La suite va le dérouter tout autant que ses collègues.<br /> (...)<br /> <br /> A partir des années 60 du siècle dernier, des historiens ont entrepris de réviser les idées acquises sur la Seconde Guerre et ses origines en répudiant les simplifications héroïsantes, dont Churchill avait été à la fois le bénéficiaire et l&#8217;un des principaux artisans. Les archives étaient censées, comme par métier, enfanter des interprétations plus prosaïques. C&#8217;est ainsi qu&#8217;en Allemagne le Reichstag s&#8217;était mis à brûler tout seul, à peine aidé par un frêle Hollandais titubant : les caractéristiques physiques des matériaux et la circulation des courants d&#8217;air suppléaient avantageusement, disait-on, à la volonté maléfique de la direction nazie .<br /> <br /> En Angleterre, les <em>appeasers</em> cessèrent, sous certaines plumes, d&#8217;être des méchants ou des sots, pour n&#8217;être plus que des gestionnaires en proie à des « contraintes ». Un universitaire respecté, AJP Taylor, donna le branle et initia un mouvement qualifié de « révisionniste » sans que le terme soit, à l&#8217;origine, péjoratif. Dans ses <em>Origines de la Seconde guerre mondiale</em>, en 1961, pour expliquer la non-inclusion de Churchill dans le cabinet Baldwin, il fait grand cas de la politique monétaire de Neville Chamberlain, alors ministre des Finances. D&#8217;après lui, c&#8217;était surtout pour limiter les dépenses d&#8217;armement que le gouvernement tenait leur plus chaud partisan à l&#8217;écart, et il « craignait encore plus d&#8217;offenser les principes économiques que de déplaire à Hitler ».<br /> <br /> Mais Taylor est aussi un pionnier dans la sous-estimation de Hitler, et minore volontiers son influence sur sa propre politique. Le temps est peut-être venu, au contraire, de marier les lumières dont l&#8217;historiographie a balisé le contexte politique, économique et social de ces affrontements avec le rôle qu&#8217;y jouaient les caractères, les ambitions et les calculs individuels. Ainsi, il faut faire toute sa place, dans la conjoncture de novembre 1935, au portrait précité de Hitler par Churchill, qui paraît au début du mois dans <em>Strand Magazine</em>. <br /> <br /> Si, de nos jours, certains le trouvent indulgent , les archives montrent que tel n&#8217;avait pas été l&#8217;avis du modèle et qu&#8217;il s&#8217;était arrangé pour le faire savoir &#8211;un fait assez rare dans les archives diplomatiques pour un objet aussi futile- à la fois par son ambassadeur à Londres et par l&#8217;ambassadeur anglais à Berlin. A Londres c&#8217;est un conseiller d&#8217;ambassade, le baron Marschall, qui « sans élever une protestation officielle » transmet au Foreign Office un exemplaire où de nombreux passages, qualifiés par lui d&#8217;« un peu forts de café » (rather strong), sont soulignés en rouge. A Berlin des fonctionnaires de la Wilhelmstrasse rapportent à sir Eric Phipps qu&#8217;une réflexion de Hitler les a décidés à « faire des représentations » au sujet de l&#8217;article :<br /> <br /> <em>Que deviendrait l&#8217;accord naval anglo-allemand si l&#8217;auteur de cet article venait à être ministre de la Marine ?</em><br /> <br /> Ralph Wigram, qui passe souvent et à juste titre pour le plus churchillien des diplomates britanniques de son temps, semble ici avoir cherché à préserver Winston de la vérité, puisque dans les papiers de ce dernier rien n&#8217;a trait à cet incident, et que le fonctionnaire écrit en marge du propos de Hitler :<br /> <br /> <em>Je ne sais exactement ce que cela signifie : mais si M. Churchill savait que Hitler a dit cela, il pourrait bien dire que ce n&#8217;est là qu&#8217;une nouvelle preuve de la nécessité d&#8217;être bien armés. Faute de quoi nous nous laisserions dicter par les Allemands la composition du gouvernement de ce pays.</em><br /> <br /> Ainsi, le premier jugement connu de Hitler sur Churchill concerne le plus long texte jamais écrit par le journaliste sur le dictateur mais ses amis comme ses ennemis semblent, d&#8217;un commun accord, avoir négligé de lui en parler. Les premiers sans doute pour lui éviter de se mettre un peu plus en porte-à-faux avec le cabinet, et les seconds pour dissimuler l&#8217;alignement de ce même cabinet sur un diktat étranger et nazi de surcroît. Néanmoins, lorsque beaucoup plus tard on se décida à braver l&#8217;interdit, c&#8217;est au poste précis que Hitler avait mentionné qu&#8217;on installa le proscrit, devenu premier lord de l&#8217;Amirauté au début de la Seconde Guerre comme il l&#8217;avait été lors de l&#8217;éclatement de la Première. Il est permis de se demander si Chamberlain qui, le 1er septembre 1939, avait fait miroiter à Churchill un poste de membre du cabinet de guerre sans portefeuille, lorsqu&#8217;il s&#8217;est finalement décidé à lui donner, le 3 septembre, en sus, la Marine, s&#8217;est souvenu de cet interdit et a voulu faire savoir par là à l&#8217;Allemagne qu&#8217;il était véritablement fâché. Thu, 12 Mar 2015 08:39:01 +0100 Une profession de foi nazie de l'amiral Darlan (juillet 1942) https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-82+une-profession-de-foi-nazie-de-l-amiral-darlan-juillet-1942.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-82+une-profession-de-foi-nazie-de-l-amiral-darlan-juillet-1942.php <a href="https://www.delpla.org/site/articles/articles.php?cat=11&amp;id=74"><span style="font-size: 15px;">Discussions autour de ce document</a></span><br /> <br /> <br /> pour une présentation plus agréable, avec les passages soulignés par l'auteur :<br /> <br /> <a href="https://www.delpla.org/site/upload/1_142_gg_2_shm_liasse_amiot_folio_588_a_649_hub.pdf">1 142 GG 2 SHM Liasse Amiot folio 588 à 649 - Hub.pdf</a><br /> <br /> <br /> Ce document, passé sous silence par Hervé Coutau-Bégarie et Claude Huan dans leur <em>Darlan </em>de 1989 et leur recueil <em>Lettres et notes de l'amiral Darlan</em> de 1992 a été découvert aux archives de Vincennes par Hubert Delpont et publié en annexe de son propre <em>Darlan</em>, en 1998 (Editions des Amis du Vieux Nérac, aujourd'hui Editions d'Albret). Il fait partie de la "liasse Amiot" comme la plupart de documents du recueil précité. Il est reproduit avec l'aimable autorisation d'Hubert Delpont.<br /> <br /> <br /> DOCUMENT inédit de la main de DARLAN :<br /> <br /> RÉFLEXIONS SUR LA SITUATION MORALE DE LA FRANCE AU 2° ANNIVERSAIRE DE LA CATASTROPHE ET DE LA RÉVOLUTION NATIONALE<br /> <br /> I<br /> Le peuple français ne comprend pas a)la nature, b) ni la soudaineté c) ni l'étendue la catastrophe survenue au printemps de 1940. <br /> Parce qu'il est ignorant de l'ensemble conjugué des causes a) internes, b) extérieures qui l'ont provoquée et d'où découle une première conclusion ;<br /> Son comportement à l'égard des problèmes intérieurs, la position qu'il a prise à l'égard des problèmes extérieurs résultent pour la plus large part &#8212; on peut le démontrer &#8212; de cette incompréhension générale ; <br /> Elle a donc créé une situation grosse de surprises qui peuvent être de nouveaux malheurs.<br /> II <br /> Les élites sont presque aussi fermées que la masse aux caractères spécifiques de la conflagration actuelle, qui est cependant et manifestement vue par les sommets de l'événement.<br /> 1°) Une reprise de la bataille pour l'hégémonie demeurée indécise.<br /> Elle pose donc à nouveau tous les problèmes politiques, militaires, économiques sociaux et spirituels qui furent tranchés par les armes de 14 à 18 et qui ne furent pas résolus par la paix de 1919.<br /> La lutte pour la prépondérance d'un peuple à l'apogée de sa force.<br /> La première a pris fin par les traités de Westphalie en 1648 ; la seconde par les traités d'Utrecht en 1713 ; la 3° par les traités de Vienne en 1715, la 4° a donné lieu aux traités complémentaires et solidaires de Versailles, Neuilly, Trianon, Sèvres et Lausanne qui n'ont été respectés par aucun des signataires, soit dans la lettre, soit dans l'esprit &#8212; pour des raisons précises et profondes qui auront une importance pour les négociateurs de la paix future ; la 5° guerre d'hégémonie, rompant le rythme séculaire des précédentes, a commencé 20 ans après cette fausse paix.<br /> 2°) Elle est dans les principes et dans les faits un ébranlement général et l'épreuve décisive du régime économique dont vit et qui porte le monde contemporain.<br /> Fondé sur la grande industrie et sur le capitalisme international ; constitué au cours du siècle écoulé ; procédant de 3 ou 4 découvertes et des inventions issues en progression géométrique de chacune d'elles ; servi par l'évolution brusque des techniques qui a rompu le rythme de lenteur millénaire dans l'engendrement empirique des outils ; alimenté par le déplacement à volonté de la matière transformable et transportable, ainsi que la main-d'&#339;uvre, résultat obtenu par l'élimination d'anciens obstacles : poids, distance, temps et sédentarité de l'homo faber ramené à l'état de chasseur de travail ; entraîné par la multiplication à l'infini des signes et moyens d'échanges, c'est un système inédit dans l'histoire ; il est grandiose et fragile.<br /> Dans ce court laps de temps, il a changé l'assiette du vieil ordre social et politique en donnant à la richesse mobilière la prépondérance sur la foncière. Il peut être figuré par une pyramide renversée, posée et pivotant sur sa pointe, son équilibre instable étant assuré par l'accélération du mouvement continu et régulier. <br /> Cette continuité et cette régularité étant tombées dans la dépendance croissante de l'industrie des armements, tout se passe comme si la destruction était devenue la condition de la production.<br /> Ce régime a résisté à la grande épreuve de la première guerre mondiale ; la préparation de celle-ci a abouti à l'autarcie, qui est sa condamnation préventive. C'est une très grave question sociale et politique de savoir si elle sera sans appel.<br /> 3°) Cette guerre est un vaste procès de liquidation des régimes politiques procédant du système de pensée et de croyance affectives qui a transformé la figure et la contexture de l'Europe depuis 150 ans, et auxquels le capitalisme libéral servait de support.<br /> 4°) Elle coïncide en outre &#8212; dans une relation de cause à effet qu'il faudrait préciser &#8212; avec la phase aiguë d'une révolution dans les fondements philosophiques et les assises sociales du pouvoir. <br /> Cette révolution est une des plus grosses d'inconnu qui aient eu lieu depuis que les peuples fondent et réforment des états, et qu'ils sont installés dans ce complexe de stabilité psychique et de sécurité matérielle qu'ils appellent civilisation.<br /> Car elle coïncide aussi &#8212; et encore dans une relation de cause à effet qu'il importe de déterminer &#8212; avec la désorientation consécutive au désencadrement résultant de l'accroissement extraordinaire de la population du globe, de l'Europe en particulier, au cours des 4 dernières générations <br /> Sous l'action de minorités actives, la révolution est déjà réalisée dans plusieurs pays par la conquête du pouvoir. <br /> Déjà faite dans les principes, les idées et les m&#339;urs d'une partie des éléments dynamiques d'autres pays qui continuent la tradition du changement dans l'ancien monde, elle tend aujourd'hui à se généraliser en passant de l'abstrait au concret par le moyen de la guerre, qui est la véritable accoucheuse des "mondes nouveaux" et qui s'y prend d'ordinaire à plusieurs fois.<br /> 5°) Cette révolution est un nouvel avatar du nombre. Elle procède d'une philosophie de l'homme et d'une conception de l'état qui est la négation absolue et la contradiction violente des principes qui posaient la « volonté générale » du peuple comme fondateur du pouvoir, comme base de l'autorité, comme source de la légitimité ; principes énoncés au XVIII° siècle, adoptés, adaptés, et expérimentés successivement depuis lors par la plupart des pays d'Europe et d'Amérique aux différents stades de leur évolution sociale et politique.<br /> C'est l'incarnation d'une forme nouvelle du gouvernement et de la multitude.<br /> Elle a les apparences extérieures du « bonapartisme » en tant qu'il fut un stratagème et un moyen, dans la 1° comme dans la 2° expérience, pour mettre fin à la révolution intérieure au prix de la guerre extérieure. Mais elle en diffère radicalement par les racines métaphysiques mêmes. L'homme révolutionnaire du XVIII° siècle et des 2 premiers tiers du XIX° siècle et l'homme révolutionnaire d'aujourd'hui ne se ressemblent que par l'ombre qu'ils projettent sur la terre qu'ils foulent.<br /> Malgré les apparences du plébiscite qui consiste à consulter le peuple qui ne sait pas, la révolution en cours a engagé une lutte sans merci contre toutes les variétés simples ou composites de gouvernement constitutionnel, représentatif et délibérant.<br /> Elle est d'abord une contre-révolution par rapport à la révolution française quant à la société et à l'état qui en procèdent, beaucoup plus que quant à certaines de ses origines intellectuelles, remarque capitale pour l'élaboration de la constitution future du nouvel État français. Elle est en même temps un saut brusque, un bond logique par dessus tous les régimes ou l'individu est « souverain », parce qu'ils sont incompatibles avec la fonction guerrière de l'État, mesure de sa réalité et de sa puissance ; elle est donc aussi une conclusion fournie par l'expérience d'une ère de grandes guerres.<br /> 6°) La classe, la race, le peuple, l'État sont érigées en collectivités absolues qui ne sont pas une addition d'individus distincts, encore moins de personnes autonomes, mais un total dont une masse sui generis, fondue en parti unique, est le noyau, et dont le « chef » n'est plus un « homme » mais « l'incarnation d'un peuple », le « dépositaire du pouvoir » en qui est transféré un absolutisme dont le germe métaphysique originel, la genèse idéologique et la concrétion politique sont d'une importance primordiale pour les architectes qui ont à reconstruire un État français en plein éboulis européen.<br /> Le fait avant-coureur de cette révolution, devenu culminant depuis la première guerre mondiale, c'est l'entrée sur la scène politique d'une certaine variété de « masses » qui se distinguent de toutes les espèces connues, masses inertes, masses mystiques, masses météorisées par l'éloquence aussi bien que les foules temporaires de tous les temps.<br /> Elle s'est formée d'abord au sein d'une classe dominée par l'incertitude du pain quotidien et par la peur du lendemain. <br /> Ces deux états d'âme sont caractéristiques et constitutifs du « prolétariat » c'est-à-dire de l'ensemble des hommes qui prennent conscience que leur existence n'est qu'une succession d'au jour le jour, d'une société dont l'ordre, avant d'être garanti par des lois, est fondé sur une gamme de certitudes individuelles de l'avenir et sur l'instinct collectif de la durée.<br /> L'élément de coagulation de cette masse c'est la peur, phénomène psychique qui naît de la sensation d'isolement. C'est la peur qui est à la base du grégarisme ; l'instinct de troupeau est congénital de l'instinct de défense collective contre les peurs individuelles.<br /> En Afrique Occidentale Française, quand les indigènes viennent payer l'impôt en nature, les buffles qu'ils amènent sont rassemblés dans un parc contenant jusqu'à 3000 têtes. Dès la première nuit, le lion saute par-dessus la barrière, bondit sur la croupe d'un animal et l'emporte. La même scène se répète plusieurs nuits de suite, puis tout larcin cesse. Ce ne sont pas les fauves qui sont repus, ce sont les bêtes arrivées éparses qui sont devenues troupeau et qui, la corne basse, attendent l'ennemi qui a pris peur à son tour.<br /> L'animal politique obéit aux mêmes instincts, l'esprit d'association procède de la même mécanique psychologique. Le besoin de protection est la pierre angulaire des États. <br /> La peur ramène la bête au troupeau, le loup à la bande, l'homme au groupe naturel, famille, clan, tribu, horde, nation, État et si le groupe est absent ou défaillant, à une « masse » artificielle ; car la peur s'atténue ou cesse dans l'individu à mesure qu'il sent que le danger est mis au fonds commun.<br /> C'est le levain de la peur qui est le premier ferment de la haine dont le processus de coagulation des éléments individuels sur le plan collectif ouvre de profondes perspectives sur l'état de guerre de sécession larvée dans lequel se trouve la société contemporaine.<br /> La vérité de cette notation psychologique pourrait être confirmée par le phénomène inverse, celui de la sécurité individuelle ou collective, réelle ou imaginaire. <br /> Assurée et prolongée au-delà d'une période de temps qu'on peut fixer à une vie d'homme ou à la durée de deux ou trois générations selon la composition et la densité des groupes, on peut observer dans une foule de cas qu'elle dégrade l'énergie des individus, disloque les familles, désarticule les communautés de tous ordres, dissout les nations elles-mêmes. Dans tous les cas, elle empêche la formation de ces « masses combatives » ou partis, susceptibles d'influer par l'ardeur et par le nombre sur le jeu naturel des forces antagonistes d'un pays.<br /> 7°) Une masse du même type s'est formée sur le plan de la nation, race ou volk, en réaction contre celle de la classe et en opposition avec elle, mais en lui prenant une partie de son programme et une partie de ses troupes.<br /> Métamorphosée en « parti unique » par la suppression ou l'absorption de tous les autres elle « totalise » les deux grands courants qui ont agité pendant les 2 dernières générations les éléments dynamiques des peuples européens : le nationalisme et le socialisme.<br /> Le national-socialisme les exprime et les condense dans une formule synthétique, plus compréhensive et plus claire que celle du fascisme et des autres succédanés du même mouvement. Le nationalisme a intégré les revendications sociales, et le socialisme s'est rechargé d'efficacité en adoptant les exigences et la dialectique nationalistes.<br /> Mais dans cet amalgame de vieilles doctrines expurgées, il s'est fait une opération importante, particulièrement digne de retenir l'attention de ceux qui ont qualité pour réfléchir aux conditions de la paix future et de l'ordre européen parce qu'elles échapperont à la règle commodes des « précédents ».<br /> Les problèmes intérieurs, insolubles par le dedans, ont été transformés en problèmes extérieurs à résoudre par le dehors. <br /> L'énergie dépensée dans les luttes de classes et de parti, l'incertitude individuelle du lendemain, la peur collective de l'avenir ont été jetées dans le creuset du ressentiment national contre les peuples riches, repus et satisfaits.<br /> L'esprit formé dans la classe la plus nombreuse et la plus dynamique c'est-à-dire additionnant la plus grande somme de désirs insatisfaits, l'esprit cristallisé sous l'influence de l'idéologie marxiste dont l'essence a été contagieuse parce qu'elle est une négation radicale du présent et une mystique du futur, l'esprit « prolétarien » en un mot est transposé sur le plan des relations internationales des états.<br /> La classe dirigeante qui représente la bourgeoisie au pouvoir depuis un siècle ne semble pas avoir compris de quelles nappes sous-jacentes le thème de la guerre des nations « pauvres » et révolution contre les nations « ploutocratiques » et conservatrices, c'est-à-dire nanties, tire son sens et sa force.<br /> Les chefs de ces « masses » formées pour des luttes intérieures et la conquête du pouvoir sont devenus des seigneurs de la guerre extérieure. Leur commune origine populaire et la nature identique de leur puissance reporte l'esprit aux temps obscurs de dynastes fondateurs d'États sur les ruines de la civilisation romaine, par delà tous les systèmes de sélection et d'élection et toutes les liturgies du sacre.<br /> Le jour, proche ou lointain mais probable, où l'épreuve du feu aura fondu dans le nationalisme les éléments différentiels du communisme, du fascisme et du nazisme et ramené « les chefs » à leur point de départ révolutionnaire, on verra peut-être des retournements et des rapprochements soudains.<br /> C'est une des perspectives de la 5° guerre d'hégémonie.<br /> III <br /> Le peuple français ne semble pas pressentir davantage les conséquences d'une défaite qui l'a réduit à merci, quel que soit le vainqueur, provisoire ou définitif.<br /> L'Axe peut lui appliquer purement et simplement les lois de la guerre, l'Italie pesant sur l'Allemagne pour réaliser toutes ses revendications territoriales contre la France, et l'Allemagne n'étant encore nullement informée du rôle précis que la France est capable et décidée à jouer dans l'Europe future, rôle et concours sans lesquels cependant il n'y aura que chaos ou révolte endémique pendant une longue période de temps.<br /> Le camp anglo-saxon peut considérer la capitulation de la France comme une « trahison » ayant entraîné un bouleversement mondial imprévu et inouï, et devant par suite être sanctionnée soit par une dure paix de compromis dont le vaincu responsable ferait les frais, soit par une « paix de compensation » qui ferait du démembrement de notre pays la base d'un nouvel équilibre mondial.<br /> Cependant, le peuple français peut mettre en ligne contre cette imputation probable une série d'arguments saisissants et irréfutables, tirés des origines immédiates de la guerre et connus seulement du petit nombre de ceux qui ont suivi les événements au jour le jour et qui ont la formation intellectuelle et politique requise pour réfléchir sur les faits afin de les expliquer.<br /> IV <br /> L'état moral du peuple français, résultant de l'ignorance et de l'incompréhension, doit retenir l'attention de ceux qui ont la responsabilité du pouvoir et qui pensent que le droit primordial d'une peuple est d'être gouverné.<br /> Il ne s'agit pas ici d'exposer les voies et moyens de l'éclairer tant sur les causes intérieures de la défaite que sur la nature de la guerre, ou sur les caractères de la Révolution dans lesquelles il est impliqué.<br /> Le pays témoigne d'une espèce d'aveuglement qui peut avoir un jour proche ou lointain des conséquences qui seront pour lui comparables à la surprise du printemps 1940, et peut-être plus redoutables parce que le miracle « du sauveur » ne peut pas se reproduire une seconde fois.<br /> Ce sauveur a obtenu un armistice qui a empêché l'occupation totale du territoire et induit à croire, par choc en retour de la peur, à une paix qui ne serait pas une destruction définitive et qui était peut-être prochaine. <br /> Il a surtout, en pleine panique et avant que le désespoir ne ruine les ultimes raisons de vivre et ne disloque la nation, rallumé l'espérance.<br /> Le phénomène affectif produit par ce « miracle » en est une prolongation si extraordinaire qu'elle équivaut, pour ainsi dire, à une seconde dérogation aux lois d'une telle catastrophe. <br /> Le peuple français qui donnait depuis plusieurs génération des signes de division et de désaffection à l'égard de ses souverains et gouvernants successifs avait besoin d'aimer quelqu'un d'un élan spontané pour retrouver l'unité psychique de ses époques de grandeur.<br /> C'est un malheur inouï, qui la lui a rendu en la personne du Maréchal, et cette expérience d'une valeur inestimable apparaît comme la condition primordiale pour espérer et opérer une renaissance nationale. <br /> Mais il faut prévoir que le gouvernement peut avoir à prendre un jour, des décisions capitales comportant, pour le salut commun, l'adhésion de la raison de la nation toute entière. <br /> En prévision de ce moment critique, il est utile de se demander si « le bon sens est toujours la chose la mieux partagée » au pays de Descartes, si « la puissance de bien juger et distinguer de vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme la raison est toujours égale en tous les hommes ».<br /> V <br /> Il importe en effet de se demander si le comportement actuel du peuple français est un état sain, normal, l'état d'un être collectif fort de ses réserves accumulées sûr de ses réflexes et de ses élans.<br /> Un fait significatif doit retenir notre attention : de septembre 1939 à juin 1940, pendant ces étranges mois de « la drôle de guerre », une partie notable des usagers de la radio, et la plus caractéristique de l'état mental de la nation a mis une passion sournoise et malicieuse à écouter le poste de Stuttgart. Depuis l'effondrement, l'immense majorité des oreilles nationales sont tendues vers la radio de Londres. Il ne donne pas là un signe de confiance en soi, ni dans ceux qui le gouvernent, ni dans sa force propre, ni dans la projection instinctive du présent dans l'avenir qui est jeu et certitude de vitalité.<br /> La confiance est un état de santé individuelle ou collective, une foi spontanée et subconsciente dans ses ressources physiques, intellectuelles et volitives, une communication permanente et assurée avec les sources secrètes et profondes de l'énergie et de la puissance. <br /> La perte de confiance est une maladie dont sont atteints les individus ou les groupes en voie de dissociation cérébrale ou de dessiccation psychique.<br /> VI Le peuple français dans ses couches profondes est en proie à une autre maladie bien connue des psychiatres qui l'ont observées chez les individus : le miraculisme.<br /> Elle affecte aussi les êtres collectifs, les familles, hordes, tribus, peuples ou nations sont atteints de ce mal à certaines périodes ; les documents abondent pour le diagnostiquer avec précision.<br /> Le miraculisme est un mécanisme de compensation, une satisfaction sur le plan imaginaire des désirs frustrés par la réalité. Il relève de la fonction fabulatrice de l'intelligence. Il correspond à un besoin épidemique de croire à quelque chose ou à quelqu'un, à l'attente de la brusque irruption d'une certitude ou d'un espoir nouveau.<br /> De cette définition résultant de l'observation clinique ou sociologique découle le remède. Le goût des fictions compensatrices qui s'alimente dans les régions obscures et alogiques de l'instinct et qui engendre le miraculisme se guérit par l'intervention des fonctions supérieures de l'esprit. <br /> La parole sacrée sur « la vérité qui libère » a aussi un sens médical qui concerne les nations...<br /> VII <br /> Si le peuple français ne prend pas une conscience claire, vive et résolue :<br /> a) des causes véridiques de la crise sans précédent dans laquelle il est entré à une date qu'il est possible d'établir et de prouver et dont la catastrophe est une première conclusion ;<br /> b) de l'évolution de sa position dans le conflit mondial ;<br /> c) des possibilités de transformer le désastre &#8212; où se conjuguent la débandade des armées, l'effondrement d'un régime et la démission subite de la nation &#8212; en une victoire politique relative ;<br /> d) des conditions intérieures et extérieures du succès de cette opération ;<br /> e) s'il ne fait pas sur lui-même une révolution qui recompose l'image ressemblante de sa grandeur, faite de tous les éléments de « puissance » qu'il possède et qu'on lui suppose encore parce qu'elle est fonction de sa structure économique, sociale, spirituelle et psychique, qui fut le prototype de la civilisation d'occident.<br /> f) s'il trompe les espérances que mettent de nouveau en lui ceux qui le croyaient déjà en décadence en 14, que sa victoire de 18 a étonnés, que son manquement envers les devoirs du vainqueur, envers lui-même et envers l'Europe a d'écus, mais qui, dans le désarroi universel, reconsidèrent la courbe de ses destinées.<br /> g) s'il ne change pas d'allure, s'il ne se dépouille pas de cette carapace de confection récente qui le recroqueville sur le présent, le coupe d'un grand passé toujours vivant en nappes sous-jacentes, le rend hagard en face de son propre avenir obturé depuis deux générations seulement, mais que, symptôme grave, la victoire de 1918, si riche de possibilités, qui sont du futur disponible, n'a pas rouvert.<br /> h) si, dans le délai qui lui a été accordé dans une guerre à mort et qui est une véritable dérogation aux lois de la catastrophe, sa raison virile ne s'exhausse pas, pour s'y fixer, à la hauteur symbolique représentée par le Maréchal aux yeux du monde entier, alors, les prophètes innombrables qui depuis deux ou trois générations annoncent son déclin pourront prédire à coup sûr sa perte.<br /> i) Car les peuples meurent, et ne meurent définitivement que de nullité politique. <br /> La perte du sens politique, ou paralysie des centres nerveux du corps social, est une maladie qui fait de l'atlas historique un cimetière d'États morts<br /> Tout au long de l'histoire, les peuples, à toutes les époques, ont été et sont les contemporains et les témoins, guetteurs ou indifférents, d'un État qui meurt. Que de Polognes, grandes ou petites, ont été ou seront conquises, disloquées et partagées soit temporairement soit définitivement.<br /> Les peuples qui font l'histoire sont des peuples en état de santé politique. La force militaire qui renverse, déplace, détruit est toujours au service d'une force politique qui pense et qui fonde. D'ailleurs, la conjonction du politique et du guerrier dans le même personnage est un fait à peu près constant et plein de signification dans l'histoire de la formation et de l'apogée des États. La division des deux fonctions est souvent l'annonce d'un déclin ou d'un changement dans la structure sociale et dans le caractère national.<br /> Cette maladie est consécutive à la disparition de la "classe gouvernante" au sens sociologique du terme. <br /> Sa composition diffère avec la nature des États. <br /> Sa fonction biologique est de penser l'avenir et de gouverner.<br /> Et gouverner ne veut pas dire administrer, encore moins expédier les affaires courantes. Ce qui devra être nécessairement démontré pour et par la reconstruction de l'État français. <br /> La disparition d'une classe gouvernante a trois causes principales :<br /> 1) la destruction systématique par un conquérant. Citons parmi cent autres, l'exemple de Jules César qui fit dans la plupart des cas mettre à mort les nobles ou la classe sénatoriale qui étaient l'incarnation du peuple d'une cité, ou l'embryon d'une âme nationale.<br /> 2) l'épuisement interne. La recharge d'énergie, d'expérience et de dons héréditaires ou acquis ne se fait plus, par suite d'une mauvaise circulation des élites, comparable, pour la vie des États, à la circulation du sang. <br /> L'ascension sociale de bas en haut, phénomène constant et particulièrement caractéristique de celle de la France, &#8212; n'aboutit qu'à la possession de la richesse ou à l'élévation aux fonctions publiques et ne produit plus de têtes politiques, pour des raisons précises et profondes dont l'examen importe pour créer, reconstruire un état, comme aussi bien pour remonter une pente de « décadence ».<br /> 3°) l'élimination, par les institutions ou les lois, des conditions sociales et des éléments constitutifs d'une classe gouvernante ; élimination rapide ou lente calculée ou imprévue.<br /> Ainsi, le suffrage universel proclamé en France en 1848 a épuisé et éliminé, pour 50 ans environ, la classe gouvernante, composée d'éléments nobles et bourgeois qui a pensé l'avenir et assumé les charges réelles du pouvoir depuis les grands commis de la monarchie jusqu'au tournant du XIX et du XX° siècles où l'urne l'a remplacée par une succession d'éphémères, tourbillonnant dans un présent clos.<br /> De même, la législation qui a créé la société anonyme dans la seconde moitié du XIX° siècle, a eu pour effet, dans la plupart des pays d'Europe occidentale, de faire dévier l'évolution du patronat, d'arrêter la formation d'un patriciat de l'ère industrielle et d'empêcher la constitution d'un bourgeoisie politique rechargeant à chaque génération la classe gouvernante.<br /> C'est en France que la loi de 1867 a déroulé ses conséquences les plus topiques parce qu'elles n'ont pas été atténuées par le frein monarchique, comme en Angleterre par exemple, où la tradition d'une aristocratie ouverte s'est avérée jusqu'à présent la meilleure formule de gouvernement des « démocraties ».<br /> La nouvelle constitution française devra évidemment tenir le plus grand compte, dans ses principes et dans ses dispositions organiques, de cette donnée constante et essentielle du problème de l'État.<br /> Car la nullité politique n'est pas une maladie incurable. L'atlas historique est aussi un répertoire expérimental d'essors, de renaissances, de tentatives d'hégémonie faisant suite à de longues périodes de décadence et coïncidant avec la reconstitution d'un classe gouvernante sous l'impulsion d'un homme et par l'effet des institutions.<br /> VIII <br /> De ces réflexions cursives peuvent se dégager quelques conclusions. Elles sont volontairement limitées à un champ d'expérience personnelle et aux exigences d'une pensée repliée depuis quarante ans sur les causes d'un drame latent dont la catastrophe n'est que le prologue et dont le premier acte sera :<br /> &#8212; ou un accès de désespoir qui tendra à l'extrême les forces de destruction et de changement ;<br /> &#8212; ou une flamme d'espérance allumée par des certitudes neuves.<br /> IX<br /> Il faut en premier lieu noter le sens des mots dont se servent couramment les Français en général pour exprimer les tendances par lesquelles ils participent à la vie publique.<br /> Le langage rudimentaire commun ne révèle pas seulement la pauvreté de la pensée politique ; il trahit un esprit foncier d'opposition, une sorte de négativisme cristallisé dans l'usage abusif des anti : antiparlementaire, antifasciste, anticlérical, antisémite, antirépublicain, anticommuniste, etc. <br /> La somme de tous les anti ne fait pas une idée positive.<br /> Cette priorité de la négation sur l'affirmation, la spontanéité du non, l'hésitation ou la résistance du oui sont un élément intéressant de la situation morale de la nation comparé au mécanisme requis et employé pour créer un mouvement de "masse" ou un courant d'opinion dans le monde contemporain.<br /> C'est un fait qu'il faudrait analyser en profondeur et dont il serait bon de tenir compte pour orchestrer des mots tels que : Travail, Famille, Patrie, afin de leur donner la vertu des idées-forces ou le feu des idées-flamme.<br /> X<br /> Il est nécessaire, en second lieu, d'entreprendre, aux fins de méditation d'abord, l'analyse méthodique, scientifique, sans passion polémique, de l'ensemble des causes internes de la catastrophe qui est un système d'effets longuement accumulés.<br /> a) Elle marque pour la France la fin du lent passage de son rang de puissance absolue à celui de puissance relative. Les étapes de cette descente sont particulièrement instructives.<br /> b) Ce déclassement dans le parallélogramme des forces composantes de l'équilibre européen est concomitant d'un affaiblissement de la structure sociale et d'une diminution du potentiel vital dont le signe le plus évident est l'arrêt d'accroissement de la population.<br /> C'est là un phénomène grave sur lequel on n'a que des explications superficielles, ou même absurdes parce que contraires à l'analyse exacte de l'ensemble des causes observées, par exemple dans le cadre européen pendant la période d'essor démographique correspondant à celle où la population de la France est devenue étale.<br /> c) L'effondrement brusque de la France, illustré par la débandade d'une armée de soldats-citoyens, jette aussi une lumière crue et cruelle non seulement sur un régime vivant, à son déclin, dans le mensonge collectif organisé, mais aussi sur la décomposition du corps social et le délabrement d'un État administré et non plus gouverné.<br /> d) Pour voir plus clair et profond dans cette aventure dont la gravité échappe encore à l'élite elle-même, il faut établir les causes du tarissement des sources morales, intellectuelles, spirituelles où s'alimente la vie d'une nation.<br /> Elles ont abouti à une crise d'autorité telle que le peuple français observé du dehors, donnait tous les signes d'un peuple abandonné, et tendant de plus en plus manifestement à se livrer à des hommes curieusement semblables à des chefs de bande du temps des armées mercenaires. Cette comparaison n'est pas une image ; elle va au fond des choses et porte loin.<br /> Il faut remonter aux origines de ces phénomènes, discerner l'action et la réaction des uns sur les autres, les enchaîner pour les expliquer afin de pouvoir porter à la connaissance de la raison des Français les résultats objectifs d'une telle enquête. Car il est nécessaire qu'ils se voient tels qu'ils sont afin qu'ils acceptent les conditions et prennent les moyens de redevenir ce qu'ils doivent être, s'ils veulent échapper au sort des faibles, des satisfaits et, d'abord, des vaincus, dans une Europe qui va vivre dangereusement.<br /> e) Il s'agit en somme d'un véritable diagnostic.<br /> Par ce mot, dont on abuse, il ne faut pas entendre des suites de considérations morales, d'observations psychologiques, de maximes, d'exhortations et d'objurgations de critiques du présent fondées sur l'interprétation arbitraire d'un passé sans efficacité thérapeutique.<br /> Au sens scientifique du terme, le « diagnostic est l'acte médical le plus important puisqu'il conduit à l'institution du traitement approprié à la maladie considérée. Il exige de la part du médecin, non seulement le savoir, mais aussi un jugement sûr et parfois une véritable intuition ».<br /> L'historien, le philosophe, le sociologue qui feront celui de la nation dans la période contemporaine compteront parmi les meilleurs serviteurs que le pays ait jamais eus.<br /> XI<br /> Il est indispensable d'élaborer une philosophie de l'État nouveau et de la « Révolution nationale », selon les principes posés et les perspectives tracées par le Maréchal.<br /> a) Il n'y a jamais eu, il ne peut pas y avoir, non seulement de constitution, ni de gouvernement, mais même d'État, ni de peuple sans un ensemble d'idées, codifiées ou non, qui les portent, les légitiment et servent de ciment.<br /> b) Or, les idées et les sentiments qui formaient le soubassement des quinze constitutions abrogées par les révolutions et les défaites, depuis cent cinquante ans, sont épuisées ou ont perdu toute vertu coactive, cohésive et ordonnatrice. Restent les m&#339;urs et les pentes ravinées qui en ont procédé et résulté et qui sont une cause directe de la catastrophe.<br /> c) Il faut donc, pour redevenir un peuple sûr de sa marche, de sa place, de son rôle parmi des peuples aussi vieux mais redevenus jeunes en quelques essors et bonds, édifier un système de croyances affectives étayé sur l'ensemble de notre passé vivant et s'inspirant du diagnostic rigoureusement établi, afin de conserver ce qui doit être conservé, de corriger ce qui doit être corrigé, de détruire ce qui doit être détruit.<br /> On ne détruit que ce qu'on remplace, et les peuples ne gardent de l'héritage transmis que ce qu'ils raniment et renflamment.<br /> d) Il s'agit, en somme, de trouver et d'articuler de nouvelles raisons de vivre et de croire, d'agir, de lutter, de se mesurer avec le monde neuf qui sortira de la guerre ou du chaos et dont nous avons tout à redouter si nous ne puisons pas en nous-mêmes la force et la foi requises pour nous y engager résolument.<br /> e) Une philosophie de l'État n'est pas une construction abstraite. C'est l'explicitation et l'articulation dans un tout cohérent et organique des principes fondamentaux énoncés elliptiquement par le Maréchal.<br /> Ils doivent faire l'objet d'un développement dialectique, cartesiano mora, pour les dégager d'abord de la gangue de préjugés et de lieux communs dont ils sont trop souvent enveloppés, pour les faire pénétrer ensuite dans l'esprit de la nation et obtenir son acquiescement.<br /> Tels les termes : autorité, hiérarchie, responsabilités, droits, devoirs, liberté et libertés, élite, corporations etc., qui sont parfois l'objet de commentaires dignes du légendaire montreur de la lanterne magique.<br /> f) Les méthodes de persuasion au moyen desquelles on a façonné l'entendement du peuple français et fait son argute loqui naturel, (qui signifie : parler subtilement, et non pas : éloquemment, comme l'enseignent les pédagogues) l'instrument de précision et de conquête que l'on sait, ne sont nullement périmées.<br /> On pourrait faire la preuve éclatante de cette assertion catégorique par des faits d'une actualité saisissante et par des exemples pris sur le vif.<br /> C'est parce qu'on les a faussés &#8212; ou qu'on les ignore &#8212; que l'esprit national est sourd, rebelle à certaines... manières de lui parler qui sont d'ailleurs une des causes du trouble "miraculiste" qui l'affecte depuis quelque temps.<br /> Si l'on veut le convaincre, le ramener de l'état passionnel au pli de la raison dont il aime la domination, il faut revenir à la tradition française du grand art de persuader, étranger à la logique morbide des foules.<br /> XII<br /> Une philosophie de l'État est la condition préliminaire et nécessaire pour élaborer une doctrine de la jeunesse, dont tout le monde semble reconnaître l'urgence.<br /> Il y a une sorte de cruauté autant que de l'imprévoyance dangereuse à laisser une jeunesse rassemblée en troupe, mise en rang et en marche, jouer à un nouveau jeu de colin-maillard, les yeux bandés dans la grisaille du présent, les bras tendus vers l'avenir obscur.<br /> L'événement en fera des hommes marqués du signe plus ou du signe moins selon que le problème &#8212; posé à toutes les jeunesses d'Europe &#8212; sera, compte tenu des expériences opposées de notre époque, résolu :<br /> a) par les méthodes et la chaleur qui font remonter la sève dans un vieil arbre national, produisent des frondaisons nouvelles avec une refloraison des cimes, rendent le souffle à l'âme ancestrale;<br /> b) ou par des mots d'ordre qui s'épuisent dans le balancement et l'ahanement des corps physiques.<br /> Bewegung oder Auferstehung ?<br /> Mouvement ou résurrection ?<br /> La réponse à cette question engagera le futur de toute la nation.<br /> Elle dépend de la « mission » que l'État entend se donner, c'est à dire qu'il se sent capable et résolu d'assumer à une heure brève comme l'éclair d'agonie, où il doit prendre conscience qu'il est condamné à opter entre le vie et la mort.<br /> Une doctrine de la jeunesse ne peut être que l'émanation d'une philosophie de l'État et de la Révolution nationale.<br /> Sinon, elle ne sera jamais qu'un flux de mots brillants ou ternes, mais vides, tombant sur des âmes mornes comme les feuilles d'automne sur les eaux croupies d'un étang à la surface duquel ne viennent crever que des bulles chargées des miasmes du fond.<br /> XIII<br /> Un jour viendra, proche ou lointain mais certain, où l'élaboration d'un plan de paix fixant, même en cas de paix dictée, la position de la France devant le vainqueur et à l'égard de l'Europe, apparaîtra comme une nécessité évidente.<br /> Elle est fondée sur plusieurs raisons tirées de l'histoire considérée comme politique expérimentale :<br /> 1°) Rien ne s'achève par la guerre ;<br /> 2°) Les guerres de coalition posent plus de problèmes qu'elles n'en résolvent ;<br /> 3°) La liquidation d'une hégémonie ancienne et l'établissement d'une hégémonie nouvelle modifient toujours, et souvent de façon imprévue, le jeu de l'échiquier diplomatique ;<br /> 4°) L'expérience de la paix de 1919 dont l'histoire véridique et objective serait singulièrement instructive pour les négociateurs de la paix future.<br /> Elle montrerait, en effet, pourquoi et comment cette paix, consécutive à la quatrième guerre d'hégémonie depuis la formation des grands États, fut, dès le lendemain de la signature, transformée en procès plaidé d'abord entre les vainqueurs et puis avec le vaincu qui finalement l'a gagné.<br /> Elle montrerait encore et surtout que le problème immanent de la guerre 1914-1918 ne fut pas résolu par la paix de 1919 parce qu'il ne fut pas posé ni vu dans ses données exactes...<br /> 5°) Les difficultés nombreuses, précises et se multipliant par elles-mêmes, il y aura à faire une nouvelle Europe viable avec les matériaux concrets immanents et permanents du vieux continent.<br /> Car ils sont ductiles jusqu'à un certain degré, mais non pas au gré d'idéologies successives qui ont apparu comme des mirages et fini comme des utopies.<br /> 6°) Enfin et pour abréger, le rôle que la France sera, selon les circonstances, amenée à jouer, dans cette entreprise.<br /> Ce rôle doit être mûri par l'examen des quatre ou cinq hypothèses susceptibles de devenir la réalité finale, et par l'étude approfondie de toutes les données du problème européen d'aujourd'hui qui diffère par sa complexité infinie de la simplicité relative de ceux d'autrefois, et même de celui d'hier (1919), jusqu'à défier tous les antécédents.<br /> XIV<br /> Un "plan de paix" n'est pas une idéologie ondulant à la surface des faits, par dessus les écueils immobiles du réel que la houle de l'opinion recouvre momentanément, ou cache au regard des hommes qui sont ses créatures.<br /> Il n'est pas davantage un assemblage de faits précis, juxtaposés, ordonnés et classés dans des dossiers multicolores et numérotés. Il ne saurait s'improviser s'il veut être à la fois défensif et constructif.<br /> Une telle &#339;uvre, qui doit embrasser l'ensemble de tout ce qui a été remis en question et dans la balance par la guerre, demande le concours d'hommes de profond savoir, de longue expérience, et surtout doués de cette sorte de connaissance divinatoire de l'avenir qui est, autant qu'un don, le couronnement du savoir et de l'expérience.<br /> Car une paix qui dure est fondée non sur ce qui parait dominer et qui sera cependant éphémère, mais sur ce qui est ou deviendra permanent c'est à dire sur une vue nette, perçante et juste du proche avenir.<br /> Il ne s'agit pas ici d'esquisser ce plan.<br /> Qu'il suffise d'observer qu'un tel travail devrait nécessairement commencer par l'examen critique et méthodique des revendications, plans et systèmes économiques et politiques des vainqueurs qui les ont rendus publics selon les règles de la diplomatie offensive, et selon les exigences des foules qu'ils avaient à exalter.<br /> Il faudrait, en second lieu, rechercher si, dans ces systèmes, les problèmes politiques sont résolus en fonction des problèmes économiques et comment les hommes, enchevêtrés dans la matière malléable et divisible à volonté, réagiront ou s'adapteront aux exigences d'une organisation européenne ou mondiale.<br /> L'étude des quatre ou cinq hypothèses sur l'issue du conflit aboutirait nécessairement au problème primordial et vital des relations franco-allemandes dans l'avenir qui paraît désormais soluble, et pour la première fois, depuis qu'il est posé. Ce qu'il faudra démontrer.<br /> Enfin, à l'objection de la paix dictée on peut répondre que, même dans ce cas, la France n'est pas dispensée de proposer, sinon au vainqueurs du moins aux vaincus, sa conception architecturale d'une Europe où, même bâtie par la direction allemande, seraient marqués sa place et son rôle et où le politique sous-jacent à l'économique serait mis en haut relief.<br /> Même si elle ne doit pas être entendue, elle doit être préparée à démontrer publiquement pourquoi les vainqueurs se sont trompés, pourquoi et comment, dès la paix dictée et signée, l'opinion du monde s'est retournée en faveur du vaincu...<br /> XV<br /> Une dernière raison montre l'intérêt évident et impérieux qu'a la France à édifier un plan de paix :<br /> Chaque guerre d'hégémonie a son problème propre à résoudre par une paix sans précédent. <br /> Il n'est soluble que par une idée neuve, « révolutionnaire », sinon il n'y a point de paix, mais une trêve plus ou moins longue.<br /> La preuve rigoureuse de cette assertion découle des clauses et de l'esprit des Traités qui ont mis fin aux précédentes conflagrations hégémoniques.<br /> Aujourd'hui il s'agit de prévoir, de construire en pensée et de proposer à l'heure opportune ce que l'Europe lassée, ruinée, purgée de ses humeurs guerrières finira par vouloir.<br /> Rien, pas même le Ave ! n'interdit à la France de prévoir, de construire en pensée, sur une idée neuve, révolutionnaire, qu'elle peut se donner le droit de chercher, en imaginant que l'Allemagne l'avait peut-être trouvée en 1919...<br /> XVI<br /> Au c&#339;ur de l'été 1914, peu d'hommes sur la terre, hormis ceux qui allaient mourir pour elle, pariaient pour la France.<br /> Au c&#339;ur de l'été 1942, beaucoup d'hommes sur la terre, parmi ceux dont la tête lucide émerge au-dessus du raz de marée qui passe sur l'Europe, parient sur elle contre le chaos.<br /> Encore faut-il que la France joue.<br /> Le jeu qu'elle conçoit, suppute ou imagine aujourd'hui, sera certainement très différent dans la réalité de demain, pour beaucoup de raisons tirées, d'une part, de la situation intérieure des États en guerre vue à une certain profondeur, escomptés, d'autre part, sur la suite des événements.<br /> Son horizon est borné d'un côté par les Anglo-Saxons sur la plus grande longueur de la courbe de son esprit, par l'Allemagne complexe et par l'Italie simple d'un autre côté, par la nébuleuse européenne enfin, d'autant plus opaque qu'elle est encombrée de "précédents" périmés, ou voilés de "considérants" illusoires.<br /> Elle ne voit le "monde nouveau" qu'au travers d'un tourbillon de gestes, de mots, de systèmes, de plans et de tous les à-peu-près du quotidiannisme.<br /> Elle ne le pense qu'au moyen se schémas profilant l'arête mobile des choses.<br /> Elle ne le comprend que statique, logique, rationnel, voué au repos une fois remis en place pour longtemps.<br /> La réalité, soit au sens de Wirklichkeit qu'elle a dans l'inspiration, la pensée, l'action, le devenir germaniques, soit au sens de Réalität, qui est de coulée romaine, participe à la stabilité des choses et à l'immuabilité de l'être et postule un ordre préétabli, &#8212; la réalité vue et saisie dans les nécessités permanentes et immanentes d'une Europe de cinq cents millions d'habitants d'une coefficient de compressibilité et d'un potentiel d'explosion inconnus, mais dont la structure mentale et sociale bi-millénaire est comme la loi de sa pesanteur spécifique, offre cependant au peuple français des « atouts » extraordinaires.<br /> Mais il y a trois conditions à remplir pour retourner la chance :<br /> La première est qu'il fasse en vérité et en profondeur sa « Révolution nationale » &#8212; en commençant par celle de l'intelligence qui, selon la tradition la plus ancienne et la plus constante, a son siège dans la tête ;<br /> La seconde est qu'il comprenne la nature et l'ensemble du jeu ;<br /> La troisième est qu'il se mette en mesure d'affirmer, de soutenir et de prouver qu'il n'y aura pas d'Europe sans lui.<br /> En bref, il lui reste à livrer et à gagner sur le terrain politique une bataille de la Marne.<br /> CONCLUSION<br /> Les réflexions qui précèdent s'enchaînent pour conduire à cette dernière qui les résume et en condense le sens :<br /> La paix sera un jugement sur la France prononcé par le vainqueur. Entre le printemps 1940 et la fin des hostilités, son destin reste en suspens. C'est le temps de la résipiscence, de la résurrection et du salut. Il dépend de la France et d'elle seule que la catastrophe ne soit qu'un avertissement mis à profit pour reconstruire pendant le séisme mondial un État neuf qui lui rendra la face d'abord, la force ensuite. Si elle se montre incapable de l'entendre, la paix lui sera infligée comme un châtiment, avec la complicité et à la satisfaction des peuples qui croient à notre déchéance et l'héritage de bonne prise, avec l'assentiment désespéré de ceux qui espéraient en nous.<br /> Juillet1942 Sat, 07 Mar 2015 18:55:01 +0100 La cheminée du Berghof https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-80+la-cheminee-du-berghof.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-80+la-cheminee-du-berghof.php <img src="https://www.delpla.org/site/upload/bas_relief_droit_028_ddffd.jpg" alt="" class="valign_" /> <img src="https://www.delpla.org/site/upload/bas_relief_gauche_4e93e.jpg" alt="" class="valign_" /><br /> <br /> Ces dessins, photographiés par ma main maladroite, figurent dans un livre de 1947 intitulé <em>Berchtesgaden-Party</em>. Ils sont reproduits avec l'autorisation de Madame Nicole Hambourg.<br /> <br /> <br /> <a href="http://www.hambourg.com/">http://www.hambourg.com/</a> Fri, 06 Mar 2015 08:54:01 +0100 Brèves pensées sur le nazisme https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-59+breves-pensees-sur-le-nazisme.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-59+breves-pensees-sur-le-nazisme.php <strong><span style="text-decoration: underline;">La conférence d'Evian (juillet 1938)</span></strong><br /> <br /> Loin de moi l&#8217;idée de me faire l&#8217;avocat du diable -et quel diable !- mais imaginons que la conférence d&#8217;Evian ait abouti à une émission massive de visas par les pays démocratiques.<br /> <br /> Le droit de l&#8217;Allemagne à dénaturaliser une composante de sa population aurait été avalisé par la communauté internationale. Les régimes autoritaires de Hongrie, de Roumanie, de Pologne etc. n&#8217;auraient plus rien eu à objecter à leurs ressortissants antisémites qui les poussaient à agir de même. Quel triomphe pour Hitler ! Quelle contribution à la consolidation du nazisme !<br /> <br /> Il ne s&#8217;agit donc pas de faire l&#8217;éloge de la gêne des congressistes lacustres, et moins encore des refoulements consécutifs de navires ou de piétons. Mais de dire qu&#8217;à une question aussi truquée il n&#8217;y avait qu&#8217;une réponse démocratique ou simplement humaine, la dénonciation du régime nazi et l&#8217;adoption immédiate d&#8217;une politique de quarantaine à son égard. Dans le cadre de laquelle l&#8217;accueil provisoire des réfugiés juifs aurait pu être envisagé d&#8217;une façon sereine, et admis sans grand trouble par les populations concernées.<br /> <br /> le 2 novembre 2012 <br /> <br /> (publié pour la première fois en commentaire <a href="http://delpla.org/article.php3?id_article=561">d'un article de</a> Marc-André Charguéraud)<br /> <br /> <br /> _____________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> <br /> <br /> <strong><span style="text-decoration: underline;">Le seul bon moment pour l'arrêter sans guerre : février 1933</span></strong><br /> <br /> <br /> Le nazisme était une dictature très puissante, a fortiori en temps de guerre. On saisissait mal ce qui se passait, on pouvait moins encore l'infléchir de l'extérieur. D'où il ressort que, pour sauver la vie des Juifs européens, l'humanité disposait d'un mois. Un petit mois de quatre semaines tout juste, puisqu'il s'agissait de celui de février et que l'année n'était point bissextile. Laisser diriger une très grande puissance, la deuxième au monde sur le plan scientifique et industriel, par l'auteur d'un gros livre exaltant la guerre et exsudant à chaque ligne la haine des Juifs, au lieu que les six autres grandes puissances, URSS comprise, lancent ensemble un ultimatum menaçant l'Allemagne d'un isolement total si elle ne changeait pas immédiatement de chancelier, c'était permettre à celui-ci de comprendre que son programme anticommuniste avait trompé le bourgeois, qu'il pouvait en toute quiétude, le 27 février, brûler son Reichstag en accusant les communistes, suspendre définitivement les libertés le lendemain et entreprendre, tout en réarmant au plus vite, un jeu de bascule diplomatique rendant la guerre difficilement évitable, à l'heure et contre les ennemis choisis par lui.<br /> <br /> (publié pour la première fois en commentaire <a href="http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170310/touche-pas-au-karski?onglet=commentaires">d'un article d'Antoine Perraud</a> dans <em>Mediapart</em>)<br /> <br /> _____________________________________________________________________________________________________________________________________<br /> __________________________________________________________________________________________________________________________________________ Fri, 07 Nov 2014 11:16:01 +0100 L’évasion de Raymond Aubrac, le 21 octobre 1943, à nouveau contestée https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-6+l-evasion-de-raymond-aubrac-le-21-octobre-1943-a-nouveau-contestee.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-6+l-evasion-de-raymond-aubrac-le-21-octobre-1943-a-nouveau-contestee.php NOUVEL ÉCHO DE LA CALOMNIE "CHAUVY".<br /> <br /> <br /> <br /> rappels chronologiques<br /> <br /> Stéphane Courtois écrit à propos de l&#8217;évasion du 21 octobre 1943<br /> <br /> (dans une charge d&#8217;une indécence qui n&#8217;a d&#8217;égale que son indigence, le soir de l&#8217;annonce du décès de Raymond Aubrac, sur le blog de Jean-Dominique Merchet dans Marianne, sous le titre "Aubrac était un agent communiste") :<br /> <br /> <em> Q. Son rôle durant la Résistance a fait l&#8217;objet de polémiques. On se souvient d&#8217;un procès contre l&#8217;historien Gérard Chauvy et d&#8217;une table ronde organisée en 1997 par Libération. Qu&#8217;en pensez-vous ?</em><br /> <br /> R. Pendant longtemps, Aubrac et son épouse Lucie ont raconté qu&#8217;il s&#8217;était évadé à la suite d&#8217;une opération de la Résistance. Or, Arthur Kriegel - qui a participé à cette action commando [1] - assurait qu&#8217;Aubrac n&#8217;était pas là quand elle eut lieu. Puis Aubrac a reconnu dans la biographie "autorisée" que Pascal Convert lui a récemment consacrée qu&#8217;il ne s&#8217;était pas évadé, mais qu&#8217;il avait été libéré.<br /> <br /> Un autre épisode pose problème. A la Libération, il est commissaire régional de la République à Marseille. Or De Gaulle va le virer sans ménagement et sans explication. A Marseille, il avait créé des CRS (Compagnies républicaines de sécurité) dont on découvrit plus tard qu&#8217;elles étaient entièrement infiltrées par le PCF.<br /> <br /> Quant à la table ronde de Libération, une anecdote est significative : Aubrac s&#8217;est mis en colère au moment même où Daniel Cordier lui a demandé d&#8217;avouer enfin qu&#8217;il était communiste. Jusqu&#8217;au bout, il l&#8217;aura nié. C&#8217;était un gros poisson de l&#8217;appareil, très bien camouflé, en particulier derrière l&#8217;image de son épouse Lucie.<br /> <br /> On voit clairement ici une démarche de foi et non d&#8217;histoire. Il s&#8217;agit de créer des impressions et non d&#8217;analyser des faits. Ceux-ci sont déformés de la façon la plus grossière -et la plus maladroite quand la vérification par Internet est facile, ainsi sur la "table ronde", où les relations du couple avec le mouvement communiste n&#8217;avaient pas été évoquées. Pour ce qui est du remplacement d&#8217;Aubrac à Marseille, il est faux qu&#8217;il se soit fait brusquement et sans explication -les mémoires d&#8217;Aubrac pouvant être complétés à cet égard par ceux de De Gaulle en personne. Quant aux CRS, Aubrac n&#8217;en a pas créé "des" compagnies, mais bien l&#8217;institution elle-même, étendue depuis à la France entière ! Une façon intelligente de canaliser des énergies résistantes... et notamment communistes, à charge pour ses successeurs de gérer les choses en fonction de la météorologie politique de l&#8217;époque, soumise à de fréquents soubresauts : quelques compagnies marseillaises de CRS furent dissoutes en 1947 pour mollesse envers des grévistes, alors qu&#8217;Aubrac avait quitté la ville depuis près de trois ans ; une affaire étudiée dans un livre remarqué et incontesté par Maurice Agulhon, présent à la "table ronde"... en soutien des Aubrac.<br /> <br /> Mais venons-en à la Résistance, sur laquelle portait la question et sur laquelle Courtois a si peu à dire qu&#8217;il parle d&#8217;autre chose au bout de quelques lignes. Ces dernières sont elles-mêmes saturées de contre-vérités. On peut d&#8217;ailleurs admirer la reconnaissance honteuse de plusieurs d&#8217;entre elles par Courtois lui-même, puisqu&#8217;il ne les reprend pas dans son article, pourtant plus long, de Causeur, paru trois jours après l&#8217;interview sur le blog de Marianne :<br /> <br /> En 1997, le journaliste et historien Gérard Chauvy publia Aubrac. L&#8217;Affaire [2](Albin Michel) où, s&#8217;appuyant sur une masse de documents, il revenait sur l&#8217;itinéraire de Raymond à Lyon et en particulier de sa première arrestation le 15 (ou 13) mars 1943. En 1945, Lucie avait raconté avec force détails l&#8217;évasion de Raymond de l&#8217;hôpital de l&#8217;Antiquaille le 24 mai 1943. En 1984, dans ses mémoires, il n&#8217;était plus question d&#8217;évasion mais de libération obtenue grâce à une audacieuse pression sur le procureur lyonnais, menacé depuis Londres par des messages codés de la BBC. Tout ceci parut peu crédible à Chauvy. Mal lui en prit. Attaqué en diffamation par le couple, il fut lourdement condamné.<br /> <br /> Or, dans sa biographie de 2011, Raymond reconnaît qu&#8217;il a été libéré parce que son arrestation avait mis la police de Vichy sur la piste de généraux membres de l&#8217;ORA (Organisation de résistance de l&#8217;armée), ce qui aurait beaucoup gêné le gouvernement de Vichy si les Allemands l&#8217;avaient appris. Du coup, la version de Lucie et de ses messages envoyés par Radio Londres - radicalement contestée au procès Chauvy par le vice-président des médaillés de la Résistance - tombe à l&#8217;eau. Néanmoins, un aussi gros mensonge, répété aussi longtemps et avec autant d&#8217;assurance - jusque devant le tribunal - par les Aubrac jette un doute sérieux sur le reste de leur récit et montre au moins deux choses : que l&#8217;histoire ne doit pas être écrite dans les prétoires, et que les témoignages, même de personnages très médiatiques, doivent être passés au crible de la critique par les historiens.<br /> <br /> ===============================================<br /> <br /> Commentaire de François Delpla sur l'interview de Stéphane Courtois :<br /> <br /> La version "Merchet" -donnant le branle à une infinité de commentaires sur la Toile- consistait à prétendre qu&#8217;Aubrac ne s&#8217;était pas évadé : la fameuse évasion du 21 octobre 1943 par l&#8217;attaque du fourgon aurait été une fable intégrale, brusquement et définitivement ruinée en 2011 lorsque Raymond avait « reconnu dans la biographie "autorisée" que Pascal Convert lui a récemment consacrée qu&#8217;il ne s&#8217;était pas évadé, mais qu&#8217;il avait été libéré. » C&#8217;est toute l&#8217;histoire bien connue de la délivrance d&#8217;un arrêté de Caluire grâce au refus de se résigner de son épouse qui était ainsi ravalée au rang d&#8217;un mensonge stalinien de la pire espèce. Courtois rejoignait là les calomnies de Vergès et de Chauvy, en les accentuant encore.<br /> <br /> Dans la version "Causeur" du 14 avril, sans doute influencée par ma contre-attaque du 12 chez Merchet, Courtois renonce à confondre les deux sorties de prison d&#8217;Aubrac en 1943 : celle du 10 mai, par mise en liberté provisoire, et celle du 21 octobre, par évasion ; il limite clairement son propos au mois de mai. Entre-temps le mal a été fait : l&#8217;article de Causeur est infiniment moins repris sur la Toile que l&#8217;interview chez Merchet, des millions de Français risquent de croire que Lucie, d&#8217;une part, s&#8217;est inventé un exploit, et d&#8217;autre part que cette invention était venue masquer une compromission avec l&#8217;ennemi.<br /> <br /> Sur ces événements de mai, plus vieux d&#8217;un quart de siècle que ceux de 1968, que prétend le discourtois fouineur ?<br /> <br /> Une hypothèse soulevée par Pascal Convert, et non rejetée par Raymond Aubrac lors de leurs entretiens, pourrait, d&#8217;après le premier nommé, expliquer la mise en liberté provisoire du second : parmi les documents saisis chez l&#8217;un des arrêtés du 15 mars, François Morin-Forestier, figuraient des mentions d&#8217;entretiens entre Aubrac, représentant l&#8217;Armée secrète, et des généraux de l&#8217;armée d&#8217;armistice, dont les noms étaient en clair. Voilà qui obligeait Vichy à faire barrage entre les arrêtés et les Allemands, s&#8217;il voulait éviter l&#8217;interrogatoire par la Gestapo des généraux de son armée-croupion dont l&#8217;existence tenait une grande place dans sa propagande pour faire accroire que ce régime "sauvait" quelque chose de la souveraineté française. Ces noms en clair ont donc été omis dans la documentation que Vichy avait transmise à l&#8217;occupant, et on peut penser que l&#8217;empressement du juge d&#8217;instruction Cohendy à accorder la liberté provisoire tenait en partie au désir de soustraire l&#8217;inculpé aux interrogatoires de l&#8217;ennemi. Le procureur Ducasse lui-même, notoirement plus collaborateur, se serait laissé influencer dans ce sens. Convert écrit (p. 166) : « Sans vouloir enlever ni son mérite ni son courage à Lucie Aubrac, son intervention "auprès des deux officiers du 2ème bureau avec lesquels son mari avait été en contact" avait eu plus d&#8217;effet que les représailles dont elle avait menacé le procureur Ducasse. »<br /> <br /> Ce passage fait allusion à une scène bien connue du livre de Lucie, reprise dans le film de Claude Berri : elle était allée chez le procureur le menacer de mort "de la part du général de Gaulle" en excipant d&#8217;un message qui devait passer, à un autre propos, à la BBC le soir même. Elle était également allée voir deux officiers -un détail omis dans son livre. Courtois tire de ces éléments un parti tout à fait malhonnête en prétendant que l&#8217;une de ces interventions exclut l&#8217;autre, de même que le procureur ne saurait avoir agi que sous la pression de sa hiérarchie ou celle de Lucie, mais en aucun cas des deux. Pour finir, la version "Aubrac libéré pour protéger des généraux de Vichy" prendrait entièrement la place de "Aubrac libéré grâce aux menaces de Lucie" et, du coup, frapperait cette dernière version du sceau de l&#8217;invention et de l&#8217;infamie, l&#8217;une et l&#8217;autre staliniennes puisqu&#8217;il s&#8217;agit d&#8217;illustrer un propos intitulé "Aubrac était un agent communiste". Relisons Courtois :<br /> <br /> "Aubrac a reconnu dans la biographie "autorisée" que Pascal Convert lui a récemment consacrée qu&#8217;il ne s&#8217;était pas évadé, mais qu&#8217;il avait été libéré." (interview du 11 avril 2012)<br /> <br /> "dans sa biographie de 2011, Raymond reconnaît qu&#8217;il a été libéré parce que son arrestation avait mis la police de Vichy sur la piste de généraux membres de l&#8217;ORA (Organisation de résistance de l&#8217;armée), ce qui aurait beaucoup gêné le gouvernement de Vichy si les Allemands l&#8217;avaient appris. Du coup, la version de Lucie et de ses messages envoyés par Radio Londres - radicalement contestée au procès Chauvy par le vice-président des médaillés de la Résistance - tombe à l&#8217;eau. Néanmoins, un aussi gros mensonge, répété aussi longtemps et avec autant d&#8217;assurance - jusque devant le tribunal - par les Aubrac jette un doute sérieux sur le reste de leur récit " (article de <em>Causeur</em> du 14 avril 2012).<br /> <span style="text-decoration: underline;"><br /> Conclusion</span><br /> <br /> Courtois commet le 11 avril, et aggrave le 14, une lourde forfaiture, sans excuse aucune et sans autre explication qu&#8217;un fanatisme qui lui fait diaboliser quiconque a été en contact avec le mouvement communiste, à moins qu&#8217;il ne l&#8217;ait ensuite ardemment combattu.<br /> <br /> Comme il arrive souvent dans les écrits négationnistes, il prétend avoir trouvé chez ses victimes de quoi les confondre. Un livre de 2011, fondé sur des entretiens avec Raymond Aubrac, apporte une nouvelle hypothèse sur la libération du 10 mai 1943. Non seulement Courtois la déclare, de façon tout à fait erronée, incompatible avec la version précédente racontée par Lucie, mais il prétend que dans les déclarations mêmes de Raymond à Convert il en allait ainsi, ce qui constitue une interprétation mensongère du texte.<br /> <br /> Surtout, il tire parti de cette prétendue contradiction pour invalider complètement le récit de Lucie dans <em>Ils partiront dans l&#8217;ivresse</em> et révoquer entièrement en doute son témoignage, alors que toutes les études historiques en ont démontré, par des recoupements variés, la fiabilité sur les points fondamentaux.<br /> <br /> Nous avons affaire, avec ces déclarations de Stéphane Courtois à l&#8217;annonce de la mort d&#8217;un grand patriote, qu&#8217;il s&#8217;était bien gardé de mettre en cause ainsi de son vivant, à une tentative d&#8217;annuler d&#8217;un coup les déboires judiciaires de Jacques Vergès et de Gérard Chauvy. De les faire passer pour de courageux pionniers qui, les premiers, ont mis en cause un récit trop beau pour être vrai, dissimulant des compromissions avec l&#8217;occupant.<br /> <br /> La rapidité de la répercussion de ces prétendues découvertes sur Internet, contrastant avec la stagnation de mes mises au point, me semble caractéristique de l&#8217;ambiance créée par Nicolas Sarkozy pendant son quinquennat en général, et sa campagne électorale de 2012 en particulier. Je rapproche en effet cette ambiance d&#8217;une psychose de la conspiration favorisée par la xénophobie d&#8217;un pouvoir aux abois. Une partie de la France est mûre pour avaler n&#8217;importe quelle fable grimée en "révélation".<br /> <br /> articles précédents de ce site sur ce sujet<br /> <br /> <a href="http://blogs.mediapart.fr/blog/francois-delpla/270512/aubrac-quand-courtois-ressuscite-chauvy"> sur Mediapart</a><br /> <br /> le 27 mai 2012<br /> <br /> [1] On peut constater dans l&#8217;article suivant la disparition d&#8217;Arthur Kriegel, sans doute confondu ici avec son frère Maurice... et rappeler, sans vouloir être méchant, que toute l&#8217;argumentation du livre de Chauvy repose sur des contradictions de ce genre !<br /> <br /> [2] Courtois ne vérifie rien et déforme tout, même le titre du livre pour lequel il avait pris fait et cause : Aubrac Lyon 1943. Thu, 27 Dec 2012 11:58:01 +0100 Pierre d'achoppement https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-4+pierre-d-achoppement.php https://www.delpla.org/site/articles/articles-9-4+pierre-d-achoppement.php <strong>Pierre d&#8217;achoppement</strong> <br /> <br /> <strong><br /> UN TEXTE TRÈS CONTESTÉ SUR LA FOLIE DE HITLER</strong><br /> <br /> Texte mis en ligne le 25 mai 2012 <a href="http://deuxiemeguerremondia.forumactif.com/t12662p60-remise-en-cause-de-l-operation-barbarossa">sur un forum</a> dans le cadre d&#8217;un débat sur la possibilité que Hitler ait songé à reporter au dernier moment son offensive du 22 juin 1941 contre l&#8217;Union soviétique :<br /> <br /> <span class="text_blockquote">Citation:</span><div class="blockquote">La folie de Hitler me semble la clé permettant de trancher nos passionnants débats.<br /> <br /> Elle ne fait qu'un avec son antisémitisme, si on appréhende convenablement celui-ci : il découle tout entier de l'idée d'une "lutte à mort" entre<br /> <br /> -une entité parasitaire et maléfique, visant une domination du monde qui ne signifierait rien d'autre que la fin de la vie sur terre (le parasite tuant la créature dont il se nourrissait), et sur le point d'y parvenir en 1918;<br /> <br /> -et la race aryenne, qui a trouvé dans une Allemagne dirigée par Hitler le moyen de se ressaisir et de contester, au dernier moment, cette fatale évolution.<br /> <br /> La Providence, qui ne veut pas que l'humanité meure, l'a prouvé en désignant Hitler au coeur de la nuit de novembre 18, et en le guidant de ses mains bienveillantes jusqu'au pouvoir, puis jusqu'à la percée de Sedan. Dont la suite logique était une paix rapide et générale, d'autant plus facilement acceptée qu'elle serait "généreuse"; elle permettrait de conquérir tranquillement un "espace vital" aux dépens des Slaves.<br /> <br /> Et puis boum, le processus s'est enrayé. La Juiverie a soudain trouvé en Churchill un champion impitoyable (Mers el-Kébir) qui contre toute logique a refusé la paix généreuse, et contre toute attente n'a pas été, alors, balayé par les <em>appeasers</em>.<br /> <br /> La sidérante affaire de Mers el-Kébir entraîne au bout d'une dizaine de jours (le temps de constater que Churchill n'est toujours pas renversé, que Vichy encaisse sans beaucoup broncher, et surtout que Roosevelt approuve l'action anglaise) la décision ferme de retourner le dispositif militaire vers l'est, pour une attaque massive le plus tôt possible, c'est-à-dire au printemps 41.<br /> <br /> Pour autant, on ne va pas ménager l'Angleterre, mais essayer de lui faire subtilement comprendre qu'on l'aime toujours, à condition qu'elle se débarrasse de Churchill; en attendant, on va lui adresser des coups et des menaces, les uns et les autres soigneusement dosés pour ne pas déboucher sur un divorce irrémédiable.<br /> <br /> La décision de Barbarossa est donc un pari. Elle n'est précisément pas conforme à <em>Mein Kampf</em>, qui laisse certes supposer une guerre-éclair contre la France mais point contre l'URSS, puisque la première est censée "assurer les arrières" de la conquête de l'espace vital. Le calendrier s'est donc, Churchill oblige, resserré. Churchill est apparu comme une épreuve envoyée par la Providence, pour obliger l'Allemagne à devenir beaucoup plus expéditive et brutale.<br /> <br /> A ce moment sans doute, la décision d'attaquer vers l'est en 1941 est irrévocable, même si Churchill est encore au pouvoir malgré les coups et les menaces.<br /> <br /> Là-dessus arrive, mi-mars 41, l'"information" suivant laquelle Hoare prépare un gouvernement de rechange, bientôt suivie de divers signes allant dans le même sens, reçus par Albrecht Haushofer. Le vol de Hess paraît prendre place dans ce cadre, mais le ratage technique de la fin (parachutage au lieu d'atterrissage, et capture bête par la police locale) ne permet pas de savoir si Hoare bluffait ou non.<br /> <br /> D'où un dilemme terrible : les coups n'ont-ils pas été un peu trop appuyés, permettant à Churchill de s'accrocher à son fauteuil, au prétexte que l'antisoviétisme nazi serait, depuis le début, un cache-sexe pour une volonté de vaincre l'Angleterre ? Dans ce cas, il faut confirmer l'ordre de Barbarossa, et la confirmation du choix antisoviétique peut permettre à Hoare de passer à l'action. Mais d'un autre côté, faire signer un nouveau pacte à Staline signifierait que toute la force allemande accumulée vers l'est ne peut plus viser que le Moyen-Orient... et cela aussi pourrait faire tomber Churchill.<br /> <br /> Alors, chère Providence, qu'est-ce que tu attends de moi au juste ?<br /> <br /> Il ne serait pas exclu que, le 20 juin, il ait tiré à pile ou face...</div><br /> <br /> <br /> Ce message répondait à l&#8217;intervention suivante :<br /> <br /> <span class="text_blockquote">Citation:</span><div class="blockquote"> Re: Remise en cause de l'opération Barbarossa<br /> <br /> Message Narduccio le Jeu 24 Mai 2012, 2:20 pm<br /> <br /> En fait, Hitler a peur de ce qui est arrivé en 1941 : la guerre sur 2 fronts. Mais, il ne faut pas oublier qu'il raisonne essentiellement en terrien (comme Pétain d'ailleurs). L'Angleterre résiste, mais elle semble seule sur son île et loin des réalités du continent. Il a à sa disposition, plus de la moitié de la capacité industrielle mondiale. A l'époque, l'industrie est concentrée dans 3 secteurs : l'Angleterre, les USA, l'Europe nord-occidentale (en y incluant la Tchécoslovaquie). Il domine des terres riches en hommes et en agriculture. Bref, à part le manque de pétrole (et encore, il y a le pétrole roumain) et le manque de quelques matières premières, il rançonne l'Europe entière au profit de l'Allemagne.<br /> <br /> Dans l'état d'esprit d'un terrien, il est où le front de la guerre entre l'Angleterre et l'Allemagne ? Il n'y en a plus. Quelques troupes qui se battent en Afrique depuis février 1941. A peine 1 division. Et pas mal de soldats qui font le pied de grue le long des côtes de l'Atlantique. Et de plus en plus de sous-mariniers qui coulent des milliers de tonnes de marchandises et qui vont peut-être couper le ravitaillement de l'Angleterre. Bref, à ce moment-là, il n'y a plus de fronts. Mais, j'insiste, çà c'est la vision d'un terrien et ils furent nombreux à penser cela en 41-42. Ce qui m'embête, (pour eux) c'est qu'il y a même des amiraux français pour penser la même chose ...<br /> <br /> N'étant pas dans sa tête, je ne chercherais pas à savoir jusqu'à quel point cet aspect des choses à influé sur la vision d'Hitler.<br /> <br /> Ensuite, il y a les services de renseignements. Ils annoncent que l'armée soviétique est faible et démoralisée suite aux purges, mais que Staline est en train de réarmer et de renforcer l'armée. Donc, plus longtemps on attend et plus ça va être difficile. Il semblerait aussi que la vision raciale donne aux allemands une excessive confiance en eux. Ils se croient les rois du monde. En fait : ils sont les rois du monde ! Ils ont envahi tous les pays limitrophes avec des pertes faibles. Ils ont battue en 6 semaines la meilleure armée du monde (enfin, celle qu'on considérait comme la meilleure armée du monde) et pour la première fois depuis 1815, l'Angleterre n'a plus son mot à dire en Europe continentale ... Dans la vision de la société de l'époque, les allemands sont les rois du monde. Même Churchill dira que ce fût la période la plus sombre de l'histoire anglaise.<br /> <br /> D'ailleurs, dans de nombreuses discussions, on sent que cette aura persiste encore de nos jours. Il n'y a qu'à voir le nombre de personnes qui croient qu'Hitler pouvait envahir l'Afrique du Nord Française d'un claquement de doigt ... Qu'il lui suffisait de vouloir. Pourtant, la désillusion va arriver assez vite, quelques mois pour les plus lucides. 18 mois pour les plus obtus.</div><br /> <br /> Narduccio nous offre la quintessence de la vision classique : Hitler avait certes pour principe d&#8217;éviter la guerre sur deux fronts mais en attaquant à l&#8217;est sans en avoir fini avec l&#8217;ouest il ne transgresserait "presque pas" ses principes. Il raisonnerait en européen et en terrien, indifférent ou presque aux choses de la mer et n&#8217;écoutant que son appétit de terres slaves. Constatant qu&#8217;il n&#8217;y a plus d&#8217;obstacle entre lui et les territoires sous domination soviétique, il se jetterait dessus sans réfléchir plus avant. L&#8217;auteur, du coup, néglige lui-même de regarder la carte du monde : l&#8217;urgence, pour Hitler, serait dictée surtout par son besoin irrépressible d&#8217;agression et de conquête, un peu par le fait que l&#8217;URSS est en train de se renforcer militairement... et pas du tout par les préparatifs américains d&#8217;entrée en guerre, ni le prêt-bail qui, en mars 1941, en est une inquiétante prémisse ! <br /> <br /> Quant à la prémisse du raisonnement de Narduccio, elle n&#8217;est autre que celle qui depuis 1920 (bientôt un siècle !) handicape les antinazis de toute obédience : la sous-estimation de l&#8217;intelligence de Hitler, qui va de pair avec celle de sa folie. Charlie Chaplin, au moins, le faisait jouer avec un globe terrestre. Mais la plupart de ceux qui lui prêtent leur myopie le considèrent comme incapable de regarder au-delà du continent européen. Narduccio croit que Hitler croit que "c&#8217;est arrivé", à un Churchill près, dont il veut ignorer l&#8217;opposition. En réalité, sa décision d&#8217;attaquer l&#8217;URSS en 1941 procède d&#8217;une vision des plus lucides de la situation qu&#8217;il a déclenchée par ses agressions contre les traités de 1933 à 1938, puis contre les pays limitrophes de l&#8217;Allemagne, tous envahis sauf la Suisse et le Liechtenstein. La condition <em>sine qua non</em> pour que ces avancées se transforment en victoires durables était la résignation anglaise, et tant qu&#8217;elle manque il manque l&#8217;essentiel. La conviction de Hitler à cet égard est prouvée aussi bien par ses propos que par ses actes. <br /> <br /> Certes Churchill ne dispose dans l&#8217;immédiat, face à la puissance allemande, que de forces dérisoires, auxquelles l&#8217;Allemagne dispute d&#8217;ailleurs certaines contrées marginales, de façon souvent victorieuse (Grèce, Crète, Libye...) à moins qu&#8217;elle ne fixe des forces anglaises importantes avec des contingents allemands squelettiques (Irak), cependant que les possessions anglaises d&#8217;Asie (telles que Singapour), ainsi que les dominions d&#8217;Australie et de Nouvelle-Zélande, sont dangereusement dégarnis malgré une menace japonaise croissante.Mais les succès prévisibles ou déjà advenus contre la Grande-Bretagne n&#8217;ont précisément rien pour rassurer Hitler, puisque ils inquiètent les Etats-Unis, une puissance aux ressources énormes, inaccessible aux armes allemandes. <br /> <br /> Churchill réussit à faire durer la guerre, et ce malgré de nombreux désastres ? C&#8217;est bien la preuve que l&#8217;Allemagne doit d&#8217;urgence jouer ses atouts pour essayer de se mettre hors d&#8217;atteinte. Vaincre l&#8217;URSS avant l&#8217;hiver, remettre en production ses régions les plus riches et, dans la foulée, faire tomber Churchill en rendant le coût de la guerre insupportable pour les banquiers de la City, voilà bien la seule voie qui reste ouverte à un analyste du rapport des forces aussi réaliste que Hitler.Cependant, il s&#8217;agit d&#8217;un pari, et Hitler n&#8217;aime guère cela : il a pris l&#8217;habitude de tricher au maximum pour aider la pièce à tomber du bon côté. En l&#8217;occurrence, il met tout en oeuvre pour obtenir la chute de Churchill <em>avant</em> le fatidique 22 juin. Les coups de boutoir précités dans les Balkans et au Moyen-Orient, en avril-mai 1940, sont faits pour cela, tout comme la visite très médiatisée à Berlin du ministre des Affaires étrangères nippon, Matsuoka. <br /> <br /> Or brusquement, à la mi-mars 1941, les craquements internes du gouvernement britannique sur lesquels il spéculait, et qui avaient cessé vers la fin de juillet 1940, reprennent et se précisent : l&#8217;ambassadeur britannique à Madrid Samuel Hoare, dernier rescapé des quatre politiciens qui avaient défini et mené la politique d&#8217;appeasement (infiniment patiente devant le nazisme et malléable par lui) à occuper un poste important en Europe (depuis l&#8217;éviction du gouvernement de John Simon en mai 1940, la mort de Neville Chamberlain en novembre et l&#8217;exil de Halifax à Washington en janvier 1941), fait savoir à l&#8217;agent allemand Hohenlohe qu&#8217;il a un plan très avancé pour réunir une nouvelle majorité aux Communes et signer la paix avec l&#8217;Allemagne. Cet acte de Hoare, connu seulement en 1987 lors de la publication des documents diplomatiques italiens sur la période (l&#8217;épisode étant <a href="http://www.passion-histoire.net/n/www/viewtopic.php?f=49&amp;t=3750&amp;p=374641">rapporté à Mussolini par Lequio</a>, son ambassadeur madrilène), est tellement contraire à tout le reste de son comportement d&#8217;ambassadeur (et à la réserve sur les questions de politique intérieure qu&#8217;impose cette fonction, a fortiori en temps de guerre dans des oreilles ennemies !) et tellement imprudente si réellement il conspire contre Churchill, qu&#8217;on est bien obligé de supposer une conspiration, ourdie par celui-ci... et corroborée par quelques autres pièces.Le fait que Hitler ait mordu à l&#8217;hameçon est lui-même établi par un certain nombre d&#8217;éléments... <a href="http://www.passion-histoire.net/n/www/viewtopic.php?f=49&amp;t=3750&amp;st=0&amp;sk=t&amp;sd=a&amp;hilit=Kersaudy&amp;start=345">dont le vol de Rudolf Hess</a>, difficilement compréhensible tant qu&#8217;on ne disposait pas du télégramme Lequio. On trouve aussi,<a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=568">dans les archives anglaises,</a> des traces fort intéressantes d&#8217;efforts allemands pour semer la zizanie au sommet de l&#8217;Etat britannique en dénonçant le comportement anti-churchillien de Hoare à cette occasion, jusque dans l&#8217;année 1943.<br /> <br /> Le texte de Narduccio, pièce maîtresse d&#8217;une bataille d&#8217;arrière-garde sur quelques forums (outre le forum vert sur lequel sont parus nos deux textes, lien donné ci-dessus, la bataille a fait rage <a href="http://www.passion-histoire.net/n/www/viewtopic.php?f=49&amp;t=28198">sur Passion-histoire</a> et est en cours sur <a href="http://www.empereurperdu.com/tribunehistoire/viewtopic.php?f=15&amp;t=1001&amp;p=12948#p12948">La Tribune</a>), part du principe que Hitler s&#8217;était enfermé dans le choix de Barbarossa et n&#8217;avait aucun autre fer au feu. Si, tout au contraire, on fait la part belle dans son esprit à la souplesse, à côté certes de raideurs et d&#8217;idées fixes (en lesquelles je diagnostique sa folie), on est obligé de considérer d&#8217;une part qu&#8217;il avait un besoin éperdu de faire tomber Churchill pour ne guerroyer que sur un front (ce qu&#8217;un Kershaw va<a href="http://www.delpla.org/article.php3?id_article=494">jusqu&#8217;à nier</a>), d&#8217;autre part qu&#8217;il était attentif aux effets mêmes, sur toutes les autres puissances, de sa préparation, impossible à dissimuler complètement, d&#8217;un assaut vers l&#8217;est. Le fait qu&#8217;il préparât une agression contre la citadelle du communisme était de nature à séduire bon nombre de gens dans bien des pays. Une fois l&#8217;opération déclenchée, Churchill prend les devants dans son discours du 22 juin au soir en disant que Hitler se trompe fort s&#8217;il croit séduire par là les conservateurs en Angleterre et même aux Etats-Unis, ajoute-t-il en précisant que bien sûr c&#8217;est à eux de le dire. Mais avant l&#8217;attaque ? Hitler avait bien entendu intérêt à préparer les esprits anticommunistes, pour la placer sous les meilleurs auspices, tout en faisant preuve de discrétion pour laisser Staline le plus longtemps possible dans l&#8217;incertitude sur sa détermination.<br /> <br /> La vision traditionnelle d&#8217;un Hitler sauvage et bas de plafond a longtemps oblitéré toute réflexion sur ce sujet. Il est grand temps de s&#8217;y mettre ! Pour Narduccio comme pour quiconque.<br /> <br /> Complément : l&#8217;intrigue Churchill-Hoare contre Hitler (premier semestre 1941) (extrait <a href="http://derniereguerremondiale.net/DGMHS1.php">du mémoire</a> <em>L&#8217;individu dans l&#8217;histoire du nazisme</em>)<span class="text_blockquote">Citation:</span><div class="blockquote">Churchill avouera vers la fin de l&#8217;année 1940, à Eden puis à Colville, avoir éprouvé de grandes angoisses au moment de la chute de la France. Mais sont-elles moindres au printemps suivant ? <br /> <br /> Là-dessus il faut mettre ses pas dans ceux de Martin Allen qui, surprenant la totalité des spécialistes, dont l&#8217;auteur du présent mémoire, a donné en 2003 une vision renouvelée du vol effectué par Rudolf Hess vers l&#8217;Ecosse le 10 mai 1941. Certes, cinq ans plus tard, une partie de sa documentation a été disqualifiée par la révélation d&#8217;une fraude sans précédent, l&#8217;introduction d&#8217;une trentaine de faux documents dans les archives britanniques à partir de 1999 et leur utilisation par Allen au long de trois ouvrages, au départ, bien accueillis. Mais une partie de ses thèses, fondée sur des sources qui ont résisté à cet examen, reste debout, particulièrement dans le cas du livre sur Hess. <br /> <br /> Devant l&#8217;impasse que constituait pour lui la ténacité churchillienne, Hitler s&#8217;était résolu à mettre sur pied une attaque contre la Russie avant d&#8217;avoir amené l&#8217;Angleterre à la paix... mais il espérait bien y parvenir in extremis, avant de tirer le premier coup de feu vers l&#8217;est. Churchill, pendant ce temps, espérait sans trop y croire que l&#8217;Allemagne attaquerait l&#8217;URSS en dépit de son propre maintien dans la guerre, et entreprit de l&#8217;y aider. Pour ce faire il se résolut à tirer parti, dans le plus grand secret, de l&#8217;attitude des conservateurs qui, tel le ministre des Affaires étrangères Halifax, avaient cherché à engager l&#8217;Angleterre sur la voie d&#8217;un armistice lors de l&#8217;effondrement de la France : il utilise avec sa complicité, en mars 1941, un vieux compère de Halifax dans la mouvance de Chamberlain, Samuel Hoare, devenu ambassadeur à Madrid, pour faire croire à Hitler qu&#8217;une équipe conservatrice de rechange est sur le point de le renverser, en prélude à des négociations de paix. Un voyage en Ecosse est mis sur pied pour amorcer des pourparlers, c&#8217;est un lieutenant de Hess qui est attendu... et c&#8217;est Hess qui se présente car Hitler, méfiant et surtout pressé, a risqué une grosse carte pour vérifier si l&#8217;adversaire était sincère ou bluffait.<br /> <br /> Mais ce qui aurait dû rester secret est aussitôt connu car Hess manque le terrain prévu, saute en parachute et se fait pincer bêtement par des policiers locaux.La conspiration britannique préalable au vol de Hess, dont j&#8217;ai pris une pleine conscience seulement dans l&#8217;automne 2010 en allant copier en bibliothèque et en traduisant de l&#8217;italien un télégramme de Lequio, ambassadeur de Mussolini en Espagne (cf. infra, p. 95), permet un saut qualitatif tout en confirmant l&#8217;intuition première de Lukacs et de Costello, sur la lancée de laquelle j&#8217;avais cheminé pendant deux décennies  : l&#8217;humanité était vraiment très mal en point et menacée par un danger immense, peu remarqué à l&#8217;époque (et complètement oublié dès qu&#8217;il commença à s&#8217;éloigner), au cours de la grosse année qui va du 10 mai 1940 au 22 juin 1941. Car au fond, nous pensions tous que la décision hitlérienne d&#8217;attaquer l&#8217;URSS était irrévocable, soit, comme je l&#8217;affirmais, par exemple tout récemment dans Mers el-Kébir, depuis la mi-juillet 1940, soit au plus tard lorsqu&#8217;il signait la directive Barbarossa, le 18 décembre. Hitler souhaitait fort que l&#8217;Angleterre vînt à composition avant mais avait décidé, de toute façon, de passer outre. Or si on prend en compte l&#8217;intoxication de Hoare envers Hohenlohe, on est amené à se demander si elle n&#8217;a pas eu pour effet de faciliter non seulement l&#8217;envol de Hess en laissant entendre qu&#8217;il allait être accueilli par des conspirateurs anti-churchilliens prêts à passer à l&#8217;action, mais l&#8217;attaque vers l&#8217;est elle-même, qui pouvait être annulée jusqu&#8217;à 48 h de l&#8217;heure H. <br /> <br /> Qui sait, après tout, si la foi de Hitler en la Providence (qui « ne pouvait l&#8217;abandonner » s&#8217;il se lançait vers l&#8217;est après avoir écrasé la France), n&#8217;a pas été aidée, de façon décisive, par l&#8217;image qu&#8217;avait réussi à donner Churchill, d&#8217;une classe politique anglaise truffée de bourgeois anticommunistes, qui trouveraient l&#8217;énergie de renverser le gouvernement si l&#8217;Allemagne, par cette attaque, confirmait et sa vocation antisoviétique, et son option anglophile ?En d&#8217;autres termes, au danger d&#8217;arrêt de la guerre avec un bilan nazi au plus haut, dans le cas où Churchill aurait glissé sur une peau de banane aux Communes comme Chamberlain avec son « Hitler a manqué le coche » d&#8217;avril 1940, il faut maintenant ajouter la considération suivante : Hitler aurait pu choisir non pas de déclencher, mais d&#8217;annuler, pour l&#8217;an 1941, son attaque à l&#8217;est. Il pouvait alors mettre Churchill dans une situation intenable. D&#8217;une part, il aurait retardé l&#8217;entrée en guerre des Etats-Unis (si on considère que pour Roosevelt Barbarossa fut l&#8217;exaction nazie de trop, qui le détermina définitivement à entrer en guerre ; je développe quelques raisons de le penser dans Churchill et Hitler) et freiné leur préparation.D&#8217;autre part et surtout, au moyen du potentiel accumulé en Europe de l&#8217;est, qu&#8217;il pouvait à tout moment mettre en branle vers le sud via les Balkans (à une époque où la Turquie était bien près de basculer, comme en 1914, vers le camp germanique), il avait toute latitude de développer pendant le reste de l&#8217;année des menaces on ne peut plus angoissantes sur Gibraltar, Malte, Chypre, Suez et l&#8217;Irak... et d&#8217;obtenir finalement cette chute tant désirée de Churchill, qui aurait permis en 1942 un Barbarossa nettement plus confortable. <br /> <br /> Dans cette hypothèse, l&#8217;intoxication churchillienne en direction de Hitler via Hoare, Hamilton, Hohenlohe et Haushofer, ne serait plus un gadget secondaire qui n&#8217;aurait guère eu d&#8217;utilité sinon celle, toute relative, de piéger Hess, mais bien un facteur essentiel : en lui faisant espérer que le fait même de s&#8217;attaquer au bastion central du communisme lui vaudrait les faveurs d&#8217;une intelligentsia britannique déjà en révolte sourde contre Churchill, cette deception aurait donné au moral de Hitler un coup de pouce indispensable pour qu&#8217;il lance la guerre sur deux fronts. </div>  <br /> le 23 novembre 2012 Thu, 27 Dec 2012 11:39:01 +0100